Le Da Vinci Code Pouêt-Pouêt.

629241cf

Alors voilà : je vais vous livrer un secret qui pourrait changer la face du monde une fois révélé et démocratisé.
La technique secrète pour consoler. La technique du Pouêt-Pouêt.
Vous prenez votre main gauche, glissez-là sous l’aisselle droite et balancez un généreux Pouêt-Pouêt en fixant la personne dans les yeux.
Cette technique marche :
– Devant un film triste à l’internat, quand les internes ont passé une sale journée. Si l’un d’entre eux essuie une larme quand le héros se sacrifie pour sauver le bébé phoque : n’attendez pas, Pouêt-pouêtez le.
– Sur sa petite cousine qui passe le concours de Médecine. Dites-lui : « Hé, regarde : Pouêt-Pouêt ! »
– Sur le chagrin d’amour d’une amie : captez son regard tout de mascara ruisselant et Pouêt-pouêtez la.
– Sur sa grande sœur qui se tient le ventre et vous annonce qu’il faudra attendre un peu plus longtemps avant d’avoir le petit neveu ou la petite nièce qui devait arriver… Pouêt-pouêtez la. Tristement mais faites-le. Et ensuite prenez-la dans vos bras (double effet Kiss-cool)
– Sur l’interne de pédiatrie qui pleure le petit patient parti trop tôt et se mure dans le silence. Pouêt-pouêtez la. Elle vous dira « Putain t’es con ». Peu importe : elle aura parlé, premier pas vers la guérison.

Cette technique a ses limites, elle n’est pas efficace en cas d’annonce de cancer du pancréas et n’a aucun effet sur les parents inconsolables (d’ailleurs je vous déconseille d’essayer).
Mais pour les cas de chagrins passagers, elle est efficace. Même à minima : elle fait toujours sourire. Et sourire, c’est déjà 50% du boulot.
VRAIMENT !

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

Le secret des médecins qui ne savent pas ce qu’ils veulent.

90b77f70

(L’anecdote c’est Super Chef Gentille fée bleue, l’écriture c’est moi. Merci !)

« Il faudrait savoir ce que vous voulez »

Alors voilà la phrase entendue, ré-entendue un millier de fois. Devant des symptômes, un médecin envisage toujours deux conduites à tenir différentes. Si vous parlez à deux médecins, vous vous trouvez en réalité face à quatre interlocuteurs. D’où la phrase ci-dessus…

Par exemple, Rodrigo Díaz de Vivar, 62 ans, hospitalisé pour embolie pulmonaire bilatérale massive. Des caillots de sang se sont formés dans les vaisseaux de ses poumons… C’est très grave. Si on ne fluidifie pas son sang, il va mourir.
Vous pensez : « et bien ! Qu’il le fluidifie ce sang ! Qu’on n’en parle plus ! »
Le souci ?
Il y a trois mois, Rodrigo Díaz de Vivar a fait un AVC hémorragique. Si on fluidifie ? Son crâne va se remplir de sang puis Rodrigo Díaz de Vivar commencera sérieusement à inquiéter Chimène et maman…
C’est ce qu’on appelle un choix cornélien, la quadrature du cercle.
Il y a donc plusieurs spécialistes et aucun n’est vraiment d’accord sur la marche à suivre.
Mais ils sont tous VRAIMENT en harmonie sur le but à atteindre.

« Il faudrait savoir ce que vous voulez »

On veut que Rodrigue guérisse, tout simplement.

« Il n’y a pas de problèmes ; il n’y a que des solutions. L’esprit de l’homme invente ensuite le problème. Il voit des problèmes partout. »
André Gide

« Hey, Dédé, t’as déjà vu une hémorragie cérébrale sous anticoagulants ? Parce que c’est pas bon… »
B.

Le secret du sourire de Mona Lisa.

a4d3bc71

Photo : Saint Jean-Baptiste montrant le ciel, Léonard de Vinci.

Alors voilà Chef Top Chef qui me raconte comment, alors qu’il commençait sa carrière, il fit un toucher rectal à une vieille patiente de 84 ans.
Appelons-la Madeleine (parce que Nova c’est déjà pris par une autre Mamie qui fait des yoghourts).
Madeleine, donc… De longs cheveux blancs, très digne, coquette.
Et gênée…
Si gênée que lors de l’examen elle se mit à pleurer d’humiliation à l’idée qu’un homme inconnu, de l’âge de son petit-fils, mette un doigt dans son derrière.
Cette histoire m’a turlupiné. Une vieille dame qui pleure d’humiliation…
J’ai pensé : comment puis-je espérer nous réconcilier quand chaque jour des milliers de mes confrères touchent à votre intimité la plus profonde ?
Et surtout comment vous en parler avec délicatesse pour que, quand le jour se présentera, vous ne vous sentiez pas dégradés ou rabaissés ?
Comment dédramatiser tout ça ?
En vous disant, les yeux dans les yeux, quelques vérités essentielles :

– Les médecins n’apprécient pas vraiment s’attaquer à cette partie-là de votre anatomie. Nécessité fait loi : on le fait car on recherche un saignement, une fissure, une tumeur, une infection de prostate etc… Il n’y a pas d’acte gratuit dans la vie et cette affirmation vaut particulièrement pour le toucher rectal. (((C’est rare que je me congratule, mais je trouve cette dernière phrase très drôle…)))

– Attention ! Bibi dénonce ! —–> GROSSE RÉVÉLATION : le médecin qui vous fait le toucher rectal a lui aussi un anus ! Et il va lui aussi aux toilettes tous les jours.
Évidemment, vous ne pouviez pas savoir ! On ne voit jamais Dr House aller faire caca ou le Docteur Meredith Grey’s s’exclamer au Docteur Mamour : « chéri, attends-moi là, je vais démouler un cake. » (((C’est rare que je me congratule, mais je trouve cette dernière phrase aussi très drôle…)))

– L’anus ce n’est pas sale. Ou si, pardonnez-moi, c’est sale. C’est plein de bactéries. Mais c’est Humain. Et l’Humain c’est grand et c’est beau, l’Humain c’est celui qui peint la Chapelle Sixtine, qui pose un sourire sur le visage de Mona Lisa, qui construit le Taj-Mahal par amour. L’Humain c’est celui qui écrit « La République », la « Neuvième Symphonie » ou celui qui synthétise la Pénicilline et le vaccin anti-rabique.

J’aime à croire que si Madeleine avait lu cela, elle n’aurait pas éclaté en sanglots lors de l’examen. Peut-être même aurait-elle bombé son torse d’Être Humain glorieux en s’exclamant :
– Vas-y pépère, je n’ai pas honte : mon anus il a peint la Joconde ! Je veux dire : il a VRAIMENT peint la Joconde !

((( C’est rare que je m’auto-congratule mais etc…)))

« Il n’y a pas d’acte gratuit dans la vie. Cette affirmation est particulièrement vraie pour le toucher rectal ».
BiBi. 

« Chéri, attends-moi là, je vais démouler un cake »
Docteur Meredith Grey dans la série Grey’s Anatomy.

« Vas-y pépère, mon anus il a peint la Joconde ! »
Madeleine, 84 ans, qui ne pleurera plus jamais d’humiliation.

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

« Cinquante nuances de Grey non nuancées »

cba5092b

http://alorsvoila.centerblog.net/83-le-retour-du-stakhanoviste-partie-2

(L’anecdote c’est B., l’écriture c’est moi. Merci !)

Alors voilà le SAMU appelé pour un malaise en discothèque : Mme Steele, 28 ans, qui d’après ses propres amis, « simule souvent »… ferait mieux de changer d’amis…
Il y a peu de choses qu’un urgentiste déteste plus qu’un patient qui « simule ». Manque de chance pour Mme Steele, ce jour là le chef est le plus urgentiste des urgentistes et… il est 4h du matin… Ça fait beaucoup pour Mme Steele qui ignore ce qui va lui tomber dessus.

Il explique à l’interne devant la patiente « inanimée » :
– Tu vois B. je lève sa main au dessus de sa tête et je la laisse tomber sur son visage.
Il le fait.
– En cas de malaise avéré, la main retombe sur le visage. Il n’y a pas de réflexe d’évitement comme ici. Allez madame, ouvrez les yeux !
Madame n’ouvre pas les yeux.
– Il existe des dizaines de points douloureux dans le corps : par exemple tu prends la pulpe de son index, tu cales un stylo bic sur son ongle. Et tu presses.
Il le fait.
– Tu peux aussi frotter très fort ton poing fermé contre son sternum. Cela fait très mal.
Madame se tord mais garde les yeux bien fermés.
– Ensuite, vieille recette infaillible, tu attrapes un des deux tétons et tu tournes.
Il fait signe à l’infirmière.
Elle s’exécute.
Madame se tord encore. Le chef :
– Tu vois B., pour cette partie-là de l’examen, si le patient est une femme vaut mieux laisser faire par une autre femme, sinon tu auras des problèmes.
Tu m’étonnes Yvonne !
– Enfin, si ça ne marche pas : tu soulèves la paupière et là tu balances une pichenette de l’index droit sur la prunelle. BLAM ! Comme ça ! Deux fois ! BLAM ! BLAM !
Il le fait.
Madame se réveille en marmonnant quelque chose d’incompréhensible que je traduis par « Je me rends ! Arrêtez ! Je me rends ! »

Mme Steele n’a pas dû aimer « Cinquante nuances de Grey », je veux dire : elle n’a VRAIMENT pas dû aimer « Cinquante nuances de Grey ».

{{{{Pour info : « Cinquante nuances de Grey » est un bouquin porno-chic sado-maso soft où une jeune femme découvre le plaisir de se faire fouetter à coup de pelle. Il parait que ça réveille la libido. Dommage, j’ai pas de pelle… Et puis ma libido va très bien alors…}}}}

{{{{{À ce propos : Mamie vous embrasse. J’ai essayé de lui expliquer ce qu’était un blog : elle n’a pas compris ce qu’était internet ! Alors je lui ai demandé si elle vous passait le bonjour. Elle a dit « embrasse-les de ma part ». Alors voilà : Mamie vous embrasse.}}}}

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

Les noms de ceux qui attendent.

766f1f45

Le secret de pourquoi les médecins feront tout pour vous culpabiliser.

Pour Baptiste, jeune donneur de 12 ans qui, en plus d’avoir le plus beau prénom du monde (si, si !) a fait au monde le plus beau cadeau qui soit.

Je vous présente A., dite Pimprenelle, interne en anesthésie-réanimation. Elle n’a rien de commun avec le personnage de « Bonne nuit les petits » (ça c’est drôle pour une anesth-réa) et tiendrait plutôt de la fille cachée de Chef Viking et Druth la Walkyrie (dont vous ferez bientôt la connaissance). Elle m’a dit : « tu n’auras mon anecdote qu’à la condition que tu m’appelles Pimprenelle dans ton blog, c’est non négociable ».
(Les gens ont des fantasmes bizarres vous ne trouvez pas ?)

Vous avez peur de la Mort ? Donnez vos organes. C’est, peut-être, le meilleur moyen de Lui dire d’aller se faire voir et de partir en beauté.

Alors voilà l’état de Mme H. qui se dégrade jusqu’au point de non-retour que nous nommons « mort cérébrale ». Pimprenelle lance LA procédure : bilan biologique, scanner, sérologies virales et SURTOUT Dobutamine à fond les manettes. La Dobutamine maintient en vie « artificiellement » Mme H. le temps que la famille accepte l’irrémédiable, que soit abordée la question épineuse du don d’organe.
Trois jours durant, Pimprenelle se bat, préservant Mme H. du lent ouvrage de la mort en marche.
D’un coté la Dobutamine, de l’autre lutte avec la famille :
– N’aurait-elle pas voulu faire profiter un être humain malade ? N’était-elle pas généreuse de son vivant ? Etc…
Vous trouvez cela malsain de culpabiliser ainsi les familles en deuil ?
Pimprenelle réfléchit, sur son bureau, aux noms des malades compatibles avec Mme H. Elle les imagine, elle pense à leurs pathologies, leurs calvaires quotidiens, leurs espoirs d’être un jour sauvés.
Pimprenelle voit les noms dans sa tête.
Il y a Mme Y. pour le rein, M. J. pour le cœur, le jeune L. et sa mucoviscidose.
3 noms.
3 vies.
3 familles.
Pimprenelle est médecin.
La famille de Mme H. refuse. Les trois patients resteront malades (dans le meilleur des cas) parce que « vous comprenez, on ne veut pas charcuter Mamie ».
Bien sûr que nous comprenons. Mais vous, comprenez bien une chose : nous pensons aux noms de ceux qui attendent.
Mme Y. pour le rein, M. J. pour le cœur, le jeune L. et sa mucoviscidose.
3 familles.
3 vies.
3 noms.
Et ces noms pourraient être VRAIMENT les vôtres.

Donnez ou ne donnez pas, mais faites-le savoir autour de vous (et donnez quand même vos organes, même les troués et les vintages, on vous les rendra !)

Lien pour faire sa demande de carte : http://www.france-adot.org/demande-carte-donneur.html

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

Le Nostromo, la reine des Xénomorphes, Newt et Brigitte.

f6643dd8

Si Rambo a un bandeau c’est parce que c’est une femme et qu’il s’appelle Brigitte. 

Alors voilà Brigitte.
Frisée, un bandeau, brune. Sous les cheveux un sourire pudique. Toute douce la Brigitte.
Qualité rare : elle apaise : elle sait dire/faire/poser les mots/les gestes/les ambiances qui vous rassurent. Comment ? Je ne sais pas, mais, petit garçon, je veux y voir un soupçon de magie.
Qualité puissante : elle efface ce qu’il y a de mauvais. Qu’est-ce que je veux dire ? J’ai cherché comment l’exprimer mieux mais je n’ai rien trouvé d’autre que cela : avec elle dans la vie on se sent moins méchant.
L’autre jour, intervention très difficile.
Trois hommes : l’ambulancier, le médecin et BiBi.
Une infirmière : Brigitte.
Une patiente de 4 ans.
Les trois hommes, tétanisés : mauvais timing, mauvais jour, mauvais karma. Les hommes sont comme des enfants effrayés par quelque chose qui s’appellerait la Mort et ressemblerait à une petite fille de 4 ans.
Brigitte resserre son bandeau, regarde la Faucheuse droit dans les yeux avec ce même coup de mâchoire volontaire que Sigourney Weaver dans Aliens 2 quand Ellen Ripley lance à la reine des Aliens cette phrase devenue culte « Ne la touche pas, sale Pute ! »
Elle prend les choses en main. Dicte ses ordres, prépare ses mélanges dans ses seringues, enfile ses perfs, tapote la veine et l’attrape du premier coup comme un coup de fusil en pleine poire.
Headshot.
Elle est le lieutenant triomphant d’une bataille qui s’engageait mal.
Brigitte.
Infirmière.
Frisée, un bandeau, brune. Sous les cheveux une vraie machine de guerre, je veux dire : cette femme est VRAIMENT une machine de guerre contre la Mort.

« Get away from here, you bitch !
Ellen Ripley, en VO

« Ne la touche pas, sale pute ! »
Ellen Ripley, en VF

« Pas aujourd’hui ! »
Brigitte

La Reine qui commande aux nuées.

95610657

A lundi, ou mardi… Mais c’est certain pas moins de 2 à 3 récits par semaine…((((parenthèses entre parenthèses (je vous remercie infiniment pour hier, prenez soin de vous aussi…))))

Alors voilà le hall des urgences plein à craquer. Les brancards se la jouent file indienne : succession d’âges, de sexes, de bobos différents plus ou moins graves…
Au milieu, passant inaperçue, la « Dame ». Je dis la « Dame » parce que j’ai décidé de voir une Reine Mère là où ne repose qu’une vieille femme démente nue sous une chemise blanche d’hôpital. Plus commode.
Elle dessine, du bout des doigts, de drôles d’arabesques dans le vide. Sa main droite va et vient, elle semble vouloir agripper quelque chose que je ne peux pas voir.
On dirait qu’elle coiffe le vide.

C’est cela : le vide serait une sorte d’immense chevelure invisible au commun des mortels et la Dame aurait entrepris d’en peigner chaque mèche.

Un geste plus brutal et la chemise tombe, dénudant un sein.

Je m’approche pour la recouvrir, guette son regard, pour y chercher des réponses : comme si je pouvais recueillir l’image de sa rétine et comprendre pourquoi elle caresse le vide et le questionne avec ses mains.
Échec, je ne trouve rien dans ses yeux. Mais son visage… Ses rides…. De près, je le sais, mon idée n’était pas une fantasmagorie : la patiente n’a rien d’une vieille démente sur son brancard d’hôpital.

On se trompe : Alzheimer n’existe pas. Cette maladie horrible n’existe vraiment pas et ma patiente est bien une Dame. Une Reine Mère.

Sur le brancard où elle trône perdue au milieu des Urgences elle ne peigne pas les cheveux du vide : elle préside à des armées silencieuses, elle est une Reine qui commande aux nuées.

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

S’attacher et se détacher.

19293b10

Photo superbe de M. Sanchez.

Amis lecteurs, pour hier, je n’ai pas noté « schizophréne » ou « schizophrènique » j’ai marqué « émotionnellement schizophrénique » avec le sens étymologique du mot « schizophrénique » « esprit fendu en deux »… À l’image de l’anecdote d’hier…
Je sais ce qu’est un schizophrène (B. a fait des études médicales !) et je sais ce qu’endurent leurs familles…
À bon entendeur…
Sur ce, je vais prendre un peu de recul (une réconciliation ne se fait pas sans heurts à priori, mais je suis jeune et j’apprends…), donc à la fin de la semaine, si vous le voulez bien, je ne posterai plus tous les jours mais certains jours seulement. Et pour garder une certaine qualité dans les textes que j’écris et pour prendre de la distance vis-à-vis de certaines critiques (ben oui, je suis humain et parfois ça me touche, je me suis attaché, je dois me détacher un peu).
Bien à vous (tous)

Vraiment…

B.

(L’histoire c’est C., l’écriture c’est moi, Merci !)

Alors voilà C.
Externe en psychiatrie. Parmi ses patients, Mr V., délires à tendances paranoïaques.
On a tous des coups de cœur.
Pour C., il s’agit de Mr V.
Elle s’attache à Mr V et suit ses progrès. De jour en jour, elle y croit, elle en est sûre : Mr V. est guéri, Mr V. va mieux, Mr V. a le droit de reprendre le cours de sa vie d’avant.
– Qu’en penses-tu ? lui demande le Chef avant de se décider.
C. argumente la guérison de Mr V. : il ne parle plus de meurtre, ne voit plus de complots partout, est d’une douceur et d’une sympathie exemplaires.

C. est humaine. Elle s’est attachée.

À l’entretien final, Mr V. :
– Je suis content de partir.
– Qu’est-ce que vous allez faire en rentrant ? demande-t-elle.
Mr V. avec naturel :
– Régler son compte à ma femme. Elle me trompe. Elle téléphone à son amant dans le garage, en cachette. Je le sais. Elle pense que je l’ignore, mais moi je le sais.

Alors C. se lève, se dit que le cerveau est quand même parfois une sacrée merde, que c’est bien fait pour elle, que la prochaine fois elle s’attachera moins, qu’il ne faut pas s’attacher trop.

Elle va voir le grand chef et lui dit la vérité :
Non, Mr V. n’est pas guéri.

Elle le voulait pourtant.
VRAIMENT très fort.

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

Comment virer émotionnellement schizophrénique en 2 étapes.

0e245ff6

Alors voilà une bonne recette pour faire virer émotionnellement schizophrène un interne en deux étapes :

Étape 1 :
Se débrouiller pour que l’interne qui finit sa garde à 22h vous déteste :

En se pointant aux urgences à 21h30, un dimanche soir, avec une fillette de 3 ans et lancer à l’interne avec hargne :
– J’en ai marre ! Je suis venue jeudi soir, on m’a dit « gastro-entérite ». Elle vomissait encore, alors vendredi on fait une échographie qui montre ce truc au nom barbare. Je m’inquiète. Qu’est-ce qu’elle a ma fille ? J’en ai marre !
Je suis un peu old-school : je tiens à ce qu’on me dise « Bonjour » avant de me chier dans les bottes.
J’examine la petite, fais une moue, balance à la mère :
– Vous êtes inquiète ? Vous pouviez venir vendredi après midi, samedi matin, samedi après midi, dimanche matin et dimanche après midi. Vous aviez sans doute une bonne raison pour ne pas le faire, en revanche je n’en vois aucune pour nous témoigner autant d’agressivité.

Prends ça dans les dents, Gaétan ! Faut pas chier dans les bottes à Bi-Bi !

Étape 2 :
Ensuite, quand l’interne est bien chaud, le retourner comme une crêpe avec une phrase…

La mère s’excuse, a les yeux qui s’embrument, dit avec une retenue formidable :
– J’avais peur de venir. Il y a deux ans, j’ai perdu mon fils ici. Cet endroit…

Je déteste comment notre métier nous rend émotionnellement schizophrénique, je veux dire : je déteste VRAIMENT comment notre métier nous rend émotionnellement schizophrénique.

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

Un grand moment de solitude…

f07593e8

I. est déjà passée là : Plutôt Charlotte aux fraises que madeleine ? et là : « Et demain, je dors. »

Le retour de I. !

Alors voilà les crématoriums (quelle entrée en matière !).

Les fours incinérateurs des crématoriums n’aiment pas les Pace-makers : ça les fait exploser. Quand un patient meurt et veut se faire incinérer, il faut toujours retirer le pace-maker. Dura lex, sed Lex !
Et revoilà… I. ! Notre interne gaffeuse bien aimée !
Elle est appelée dans les services pour constater un décès.
Le service est plein : un patient a déjà remplacé la patiente décédée. Le corps repose dans le couloir, sur un brancard.
– Elle a un Pace-Maker et elle a réclamé une crémation.
– Il faut lui retirer avant que la famille n’arrive. Tu l’as prévenue ?
L’infirmière :
– Dans 20 minutes.
La nuit, on est amené à mal entendre ou mal expliquer : I. pense avoir entendu que la famille serait prévenue dans 20 minutes. L’infirmière pense avoir expliqué tout autre chose…
Sachez qu’un Pace-Maker, c’est très difficile à retirer. I. essaye, elle tire, elle force, elle bande tous ses muscles.

Vous sentez venir le truc là ?

Se mettre à califourchon sur le corps de la patiente, c’est difficile à oublier.
Se faire surprendre dans le couloir à califourchon sur la patiente par sa famille… VRAIMENT impossible à expliquer.

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…