Pourquoi j’ai peur de la petite souris.

L’histoire c’est Laurence, infirmière. Merci à elle. Pour raconter, c’est ICI.

Alors voilà Mme H.
Elle est démente. Comme ce mot est très laid, l’infirmière qui s’occupe d’elle préfère dire “pimpim”.
Pimpim, c’est chantant. Dit comme ça, on n’imagine pas que ce soit aussi terrible.
– Comment ça va madame H. aujourd’hui ?
– Oh ma chère Suzanne, c’était charmant ce spectacle de marionnettes hier soir !
Suzanne, l’infirmière, (qui s’appelle en réalité Laurence) ignore totalement de quoi elle veut parler.
– Quel spectace ? quelles marionettes ?
Parle-t-elle du défilé des internes, externes, chefs de clinique et chef de service ?
– Vous savez bien là, hier soir, juste après dîner.
– Ah oui, le journal de 20 heures.
Et madame H. de prendre ses mains et de leurs faire dessiner des cercles dans les airs en fredonnant “Ainsi font font font les petits marionnettes”
Madame H. retourne en enfance. Elle rit et dit des gros mots. Elle veut manger des sucreries et quand on lui dit non, elle se met à pleurer.
“Hier, m’écrit Laurence, elle a perdu son unique et dernière dent vraiment à elle. Elle l’a mise sous l’oreiller.”
– Pour la petite souris, a dit madame H.
Pimpim.
“L’équipe de nuit a glissé une pièce de deux euros à la place.”

Vous savez, parfois j’ai peur. Parce que je vais vieillir et je ne veux jamais devenir Pimpim. Je ne veux VRAIMENT jamais jamais jamais devenir Pimpim.

“Ainsi font-font-font les petites marionnettes, trois petits tours (humains) et puis s’en vont”.

Pour finir, quelques conseils de lecture : pour l’humour et la tendresse de son livre, le dernier Agnès Ledig, chez Albin Michel : ICI. Ensuite, pour la beauté des mots, le premier roman d’un jeune auteur INCROYABLEMENT talentueux, chez Gallimard, Étienne Raisson : ICI.

152 réflexions au sujet de « Pourquoi j’ai peur de la petite souris. »

  1. Libellule

    Pour une fois, je ne suis pas d’accord avec vous, Baptiste ! (mais comme dit Cath, c’est normal et ça entretient 😉 ).
    Je ne sais pas si j’aurais la chance de vieillir. Mais si après une vie bien remplie, où il me reste des tas de choses à découvrir, mon corps et mon esprit me lâchent… alors vraiment ce serait une joie de ne plus voir la sinistrose au JT de 20h mais un super-spectacle de marionnettes à la place, d’être sûre que j’ai 6 ans et que le père Noël, la petite souris et les cloches de Pâques existent, et de retrouver la compagnie de ma Suzanne adorée.
    A ce stade, être pimpim c’est surtout dur pour les accompagnants : free hug pour eux.

  2. Julie

    C’est la souris verte qui lui a apporté sa pièce, pas l’équipe soignante voyons !
    Sénile, dément, troubles des fonctions supérieures… Il n’y a pas de jolis mots pour définir cela. Parce que ça fait peur. J’ai croisé un jour une dame qui voyait des morts. Vivre dans la terreur, continuellement. Le 6ème sens en direct. D’autres qui vivent totalement dans leur bulle, sereins, très tendres, et toujours ravis de te voir.
    Ce qui est angoissant, c’est qu’on ne sait pas comment on va vieillir. Pourvu qu’on vieillisse, c’est déjà ça… Et qu’on puisse préserver notre entourage (hélas, c’est moins évident…).
    Alors Baptiste, tu ne veux pas devenir un Roi qui commande aux armées ?

      1. Julie

        Hmmm… il me semble que c’était aux armées, mais je peux me tromper. En tout cas, “aux nuées” c’est joli comme tout !
        Elle est passée où Dragonfly ? 😉

          1. Julie

            Oui c’est bien à ce poste que je faisais référence. Beau lapsus avec mon “armée”. Je dois avoir l’âme d’une guerrière !
            Contente de revoir Libellule ! Dragonfly est en sommeil, j’espère qu’elle n’aura pas besoin de se réveiller. Mince, c’est vrai que les gens sont sympas !
            J’aurais du choisir un pseudo. J’aurais mis “mon amour”, comme ça, chaque commentaire à mon attention aurait commencé par un mot doux…

          2. Libellule

            Julie, j’adore cette idée !
            Cath, pour vous, je suis aussi Lulubelle (ça m’en fait, des identités ! )

  3. CELLE QUI N'EXISTAIT PAS

    Bonjour,

    Ma mère était en colonie de vacances et trouvait la directrice sévère.
    Quand je lui ai présenté sa petite-fille, elle l’a regardée et dit que VRAIMENT sa sœur était belle et a ajouté “Merci maman” et c’est à moi qu’elle le disait. J’ai eu mal mais elle était dans son rêve et ne souffrait plus et cela c’était bien VRAIMENT bien.
    Pourquoi ne pas employer les mots qui existent ? Ma mère avait la maladie d’Alzheimer et n’était pas pimpin. Il ne faut pas se voiler la face en choisissant un mot enfantin.
    Elle était toujours elle mais vivait dans un autre monde, celui de son enfance où nul ne pouvait plus lui faire du mal.
    Et cela était bien pour elle.

    J’espère arriver à ce détachement de la vie sans pour autant faire souffrir ma fille. Cela sera dur mais j’espère.

    Mais les aide-soignantes ont fait un beau geste pour ne pas rompre son rêve.

    Bisous et merci pour les deux livres. Je vais les parcourir à ma librairie préférée et peut-être les acheter puisque conseiller par vous.

      1. Libellule

        Bonjour Adikia,
        médicalement parlant, la maladie d’Alzheimer fait partie des Démences car elle associe plusieurs troubles cognitifs…

  4. Valérie

    Bonjour Baptiste,
    Voilà longtemps que je vous lis mais la première fois que je vous écris.
    Cette nuit j’ai glissé une pièce de 2 euros sous l’oreiller de mon petit dernier qui perdait sa première dent et ce matin, ses yeux brillaient de bonheur en la trouvant !
    Alors, si devenir pimpim permettait de retrouver un peu de cette joie, que les marionnettes sont bien plus sympa à la télé à 20h …
    Mais bien sûr, il n’y a hélas pas que ça : il n’y a pas que les joies que l’on retrouve, il y a la famille autour, il y a le physique …
    En tout cas, si un jour je deviens pimpim à mon tour, j’espère qu’il y aura quelqu’un pour me glisser une pièce sous l’oreiller ….
    Merci pour vos mots

  5. titou59

    Très belle histoire, comme d’habitude, mais là où je ne suis pas d’accord c’est sur le fait de ne pas vouloir “être pimpim” … Après tout, si on le devient … on ne s’en rendra de toute façon pas compte !!! alors quitte à choisir, je préfère devenir pimpim que de voir mon corps me lâcher tout en gardant suffisamment de lucidité pour me voir ne plus être autonome …
    Le pire, dans la vieillesse, c’est le regard des autres finalement, alors je préfère me pimpimiser, chanter des comptines, me croire n’avoir que 5 ou 10 ans (comme dans la chanson), que d’avoir toute ma tête, être capable de réciter du sartre( du kant, du Lafontaine ou “oui-oui” !), de faire des mots croisés, des sudoku, mais ne plus avoir la force de tenir un crayon, ni de retenir mes sphincters, de me lever, être prisonnière de mon propre corps qui semblera se désagréger sous moi …
    Finalement être pimpim, c’est redevenir libre non ? libre de vivre une autre vie sans plus se souvenir de l’ancienne 😉

  6. Cécile

    Bonjour, je vous lis depuis un certain temps et pour la première fois je vous écris, je pars ce soir retrouver ma maman t “pimpim”,qui débute une MA, je suis un peu angoissée car en effet elle se détache de ce monde adulte, j’ai l’impression que les rôles sont inversés, je deviens sa maman. J’espère qu’elle ne se rendra pas compte de son état qui se détériore ça sera mieux pour elle !
    Merci pour votre blog j’attends toujours un nouvel article et j’ai offert à mes deux beaux fils votre livre ils sont en 3ème année de médecine. Je souhaite qu’ils auront plus tard votre belle sensibilité et votre plume.

  7. Lilou

    C’est si effrayant de vieillir… J’ai eu dans mon entourage les deux situations évoquées dans les commentaires précédents… Une de mes grands-mères était “pimpim”, Alzeihmer est venu la chercher un matin et nous l’avons perdue à petit feu, elle a “tenu le coup” physiquement pendant 15 ans de maladie, et ne reconnaissait plus personne (ses enfants, à de très rares occasions). Mon autre grand-mère avait une spondylarthrite ankylosante (autre mot barbare). C’était un petit bout de femme, une maitresse femme, qui a géré une ferme, une maison, 6 enfants et le double de petit-enfants avec une énergie débordante et contagieuse. Quand la maladie est arrivée, elle s’est battue. De petite elle est devenue minuscule (elle a “ratatiné” comme elle disait de plus de 20cm), incapable de marcher, de manger seule à cause de mains déformées… Il lui est resté son humour et surtout ses sourires, malgré la douleur…
    Je ne sais pas comment je vais vieillir, mais “choisir” entre ces deux situations n’est pas un choix… J’espère pouvoir jusqu’au bout sourire à mes enfants en les reconnaissant, et pouvoir toujours leur préparer leur gâteau préféré…
    Merci pour cet article Baptiste, même s’il nous met face à nos peurs. 😉

  8. untel

    Je deviendrai surement pimpim, vu que mes parents et un de mes grands-pères l’étaient.
    Cela ne me parait pas si effrayant que cela, je les aimais pareil qu’avant, je les entourais affectueusement et toute la famille faisait de même.
    Mon père voyait des musiciens dans les arbres, maman téléphonait du 1er décembre au 31 janvier pour les étrennes des enfants. On riait beaucoup, on était ensemble.

    NB ce qui me tord le ventre, à mon travail, c’est cette démente si angoissée, qui cherche ses parents toute la journée en pleurant. Quelle réponse pour l’apaiser ?

  9. Herve CRUCHANT

    Istoir vrai.

    J’ai attendu patiemment d’avoir l’âge requis. Toutes mes annuités aux qu’est-ce de cotisations. D’être mis gentiment au rencard…
    Et puis … et puis, enfin …

    Je peux rigoler seul ou n’importe quand; quand c’est pas de mise; me mettre à parler à mon voisin dans une file d’attente; dire bonjour à la dame; béer dans le métro; m’exclamer “oh! putain!…” en voyant qu’il pleut encore dans le JT de 20h et que çà fait marrer Pujadas…
    Le matin, après avoir pris mes gouttes et un peu de Jouvance de la Bête Souris, je vais donner un peu de pain sec aux souris du garage. Et signe d’amitié pour toutes les pièces que leurs aïeules auraient u me donner si elles avaient pu; pensez donc : j’ai plus une ratiche dans le clapoir ! et en comptant celles de lait, çà fait grimper la dette.
    Et puis je donne à manger aux oiseaux du ciel. Je parle au citronnier en flanant mais aux oliviers en sévillant les airs. ‘Le chat de la voisine qui aime la bonne cuisine et s’occupe pas des rats, miaou miaou, qui est touchant le chant du chat…’ vient renifler sa gamelle et fait fi du Fido, il préfère le gras du jambon label rouge élevé sous la mer…
    Je peux chanter un air entendu de carouzo et tout le monde prend garde… Et redire “oh! putain!…” pour rien. Parce que j’aime bien dire “oh! putain!…” pour rien.
    J’aime bien penser que je devrais écrire à mon petit frère ce que j’ai vu l’autre jour quand le soleil se couchait sur les Pyrénées même si mon petit frère est mort et que ses cendres ont été jetées dans le raz de sein. Raz de Sein. Lui qui aimait tellement la poitrine des femmes, entre autres morceaux choisis, Verlaine, Zadig et Voltaire, et qui faisait couler le tout avec le l’écume des jours Guinessiz goude foryou.
    Je vais téléphoner à ma mère que je l’aime et lui envoyer un peu du parfum mèlé qui enjambe ma fenètre, mi lavande domestique mi jasmin. Au ciel, à dix putain d’années de deuil d’ici.

    J’aimerai avoir les larmes aux yeux devant une cascade volcanique du bout du monde, bouducon ! ou une petite toute petite fille qui me regarde avec des grands grands yeux bleus clair clair sous une frange couleur ficelle. Et on échangerait des grimaces multilingues. Et des rires cachés dans nos paumes….

    J’exige de pouvoir être dément. Ou fou. Ou pimpim. Ou pas net. Et, si voulez pas, du haut de votre foi d’adulte -la belle affaire- laissez moi libre.
    (eh, pour les petites souris, laissez-moi faire. je les connais toutes et les appelle par leurs prénoms….)

    1. marie

      moi je cause à un vieux matou parfois, qu’est rudement sympathique! normal, il n’a plus une dent et ses griffes sont toutes polies façon galet breton tant il a crapahuté sur la Lune ou Jupiter, enfin il a du faire pas mal de pause AUSSI sur Mars tant il galège en mots véhéments, doux ou exacerbés ou pile poil et ça fait mouche, hou hou hou, touchée coulée …mais “tention j’ai pas dit mon dernier mot …alors oui je vote pour la reconnaissance du droit à la pimpimtude de l’Être maintenant et à tout jamais . Olé!

      1. Libellule

        D’ailleurs j’ai l’impression que le titre n’arrête pas de changer : “pourquoi j’ai peur des marionnettes”, “3 petits tours humains”, “pourquoi j’ai peur de la petite souris”… C’est grave docteur ?

          1. Grand33

            j’en connais plein d’autres des fées : fée la lessive, fée la vaisselle, fée la cuisine, fée le ménage ……….
            et bien sûr toutes les fées qui interviennent sur ce blog !!!

    1. Cath

      Moi j’ai commencé très jeune.
      Marchant à côté d’un type dans la rue et trouvant qu’il ressemblait de manière frappante à mon frangin : c’est fou de rencontrer des sosies pareils ! Complètement éberluée…
      Problème : c’était le frangin. Avec qui je venais de discuter d’ailleurs…
      Ça m’a fait un drôle d’effet d’atterrir sans parachute.
      Enfin, l’entourage est sympa. On me taxe de distraite, d’embarquer sur d’autres planètes quand le monde m’enquiquine.
      D’ailleurs, je remonte sur la lune avec mes fleurs et mes chaaaats où le grand Georges nous attend 😉

        1. Albigène

          @Grand33
          L’ami tu connais beaucoup de fées. J’ai eu peur à te lire…mesdames méfiez vous quand cet homme parle de fées ; et je n’évoque pas les fées d’hiver !
          J”ai un souvenir lointain de la souris qui apportait un présent quand je perdais une dent. Et cette fois là….il s’agissait de petits poissons en chocolat dans un sachet de papier transparent et je l’ai posé sur le radiateur en fonte. Fait divers d’hiver, chocolat fondu et moi con…fondu.
          C’etait beau comme croire au Pere Noéë

      1. Cilou

        @ Cath : Il y a de ça plusieurs années, je buvais une bière (oui, déjà) à la terrasse d’un café. Dans un coin de mon champ de vision, quelqu’un attire mon regard. Je tourne la tête, et là stupeur, je me vois de l’autre côté de la rue, traverser pour venir à ma rencontre. Moment de flottement, mais putain qu’est ce que je fous sur le trottoir d’en face ?
        Finalement ce n’était pas moi, mais ma soeur jumelle. Ce qui m’a évité une hospit pour dédoublement de la personnalité. 😉

        1. Cath

          Oui mais là ça se comprend.
          Mais moi j’ai pas de frère jumeau.
          Et puis je ne me suis pas vue marcher à côté de moi ou en face… Heureusement d’ailleurs, parce que je suis déjà assez atteinte comme ça

          1. Myriam FdF

            Dans le même style, je me promenais avec ma fille ainée, et à une vingtaine de mètres de nous, je repère une gamine, magnifique… j’en fait part à Stéphanie, qui me regarde éberluée : “mais, maman, c’est Charlotte !”… ma deuxième fille…

          2. Cath

            Ouf !
            Je me sens moins seule maintenant.
            Cela dit ” une hamine magnifique “. Il est manifeste que l’amour maternel veillait et n’avait pas perdu le nord, pas vrai ? 😉

          3. Myriam FdF

            L’amour, l’amour…. mes filles sont magnifiques… en toute objectivité 😉
            Sans rire, la réaction de Charlotte a été mitigée : vexée que je ne l’ai pas reconnue (mère indigne !) et très fière de mon jugement… sans parti pris.
            Quant à moi, je me savais étourdie, mais pas à ce point-là. Et ça ne s’est pas amélioré, avec le temps…

  10. Dadbibi

    Bonjour ,
    Devenir Pimpin , cela a un avantage , nous sommes vieux , donc une vie bien remplie , ceux qui n’ont pas la chance de vieillir ne seront jamais Pimpin et c’est dommage pour eux .
    Bonne journée ,profitez bien .
    Dadbibi déja légèrement Pimpin ….

      1. Julie

        Non la photo est la même.
        Heu… par contre, les pubs qui apparaissent ? Je suis la seule ? (Il y en a même une qui parle d’un spectacle de marionnettes… je dois flipper ou bien ?)

          1. Julie

            Ah ! Celle que je ne voudrais vraiment pas c’est la démence fronto temporale. Paaaaaas chouette du tout…
            Je suis donc rassurée, pas d’hallucinations alors.

        1. Cath

          Alors j’ai pas rêvé en voyant une pub idiote pour des T-shirts soldés ? C’est quoi ce piratage ?
          La souris qui se fait porter pâle ou quoi ?

  11. annaick

    Ce n’est pas le retour en enfance en lui-même qui fait peur, mais le fait de faire souffrir involontairement sa famille ou ses proches en ne les reconnaissant plus. Doc Bibi en a déjà parlé dans le post où il racontait avoir été incapable de soigner une dame qui lui rappelait trop sa maman…dame qui ne se souvenait plus de son fils ! C’est la souffrance de l’entourage qui est insupportable dans ce cas, pas celle du malade ! Il faut beaucoup de distance pour ne pas s’effondrer quand votre maman ne vous reconnait plus !

    1. Rofine

      @untel : le lien pour voter pour le blog du DocBibi se trouve après son post “J’ai peur de la petite souris”…..

      Ne pas oublier de voter une fois TOUS les jours (pendant 15 jours) !!!!
      Merci pour lui !!!

  12. Ithil

    Je n’ai jamais commenté ton blog, alors que je le lis vraiment (mais vraiment) religieusement. Seulement aujourd’hui, ça résonne un peu trop. Je n’ai pas encore trente ans, et mon papa est déjà en train de se noyer. Il ne devient pas pimpim, pour lui le mot juste serait plutôt dément, parce que ça n’a rien de gai ou de mignon. Il est terrorisé toute la journée, perdu dans des hallucinations horribles de gens qui lui veulent du mal, des complots qui impliquent parfois ma mère, parfois comme complice, parfois pour la tuer aussi… Il y aura traitement, mais ça n’est pas encore en place. En attendant, je ne sais pas quoi lui dire, comment le rassurer. Comment, simplement, lui parler.

    Si je peux me permettre le conseil de celle qui ne te connait pas, n’aie pas peur de devenir pimpim, Baptiste. Aie plutôt peur d’avoir été tellement malheureux toute ta vie qu’au moment de l’être, les choses qui émergent soient vraiment moches.

    1. Mésange

      C’est vrai qu’il y a des démences qui rendent malheureux ou agressifs les êtres qui en sont atteints. On est bien loin là de Mme Pimpim et de sa “folie douce”.
      Moi non plus, je ne saurais quoi dire à ma maman si elle était atteinte de démence… juste l’assurer que je l’aime… et pourtant même ces mots sont parfois difficiles à dire quand on n’a pas été élevé avec l’habitude de faire part de nos sentiments.
      Caresses de plumettes Ithil, pour vous aider à passer ce lourd moment où le traitement n’est pas encore en place pour votre papa.

    1. Julie

      Epectase… tu le crois qu’il n’était même pas dans mon dictionnaire ce mot ? (Peut-être un chouilla trop vieux mon dico).
      Alors, maintenant que je me suis informée, tu l’entends au sens religieux ou au sens familier ? En tout cas, je suis bien d’accord avec toi, l’idée me plaît. Tout pareil ! Et si je peux choisir, je prends le mot au sens familier parce que, honnêtement, mourir au moment d’un orgasme, ça a quand même de la gueule…

      1. Ahava

        Je ne savais pas qu’il y avait un sens religieux, je ne connaissais que l’autre !
        C’est un prof d’Histoire du lycée qui nous avait expliqué comment Félix Faure était parti faire du poney multicolore.

        1. Julie

          ” L’épectase est, chez les chrétiens, une tension et un progrès de l’homme vers Dieu. Cela désigne aussi, dans un sens familier, le décès pendant l’orgasme (Cf. Le Robert, « Le président Félix Faure est mort en épectase. »). ”
          Je remercie Wikipédia pour cette définition qui m’a bien éclairée.

  13. marie

    damned que vois-je ?des trucs de pub qui s’insèrent dans ton texte, allô la base!!!!! nous avons un problème Kapitaine qu’est-ce donc que cette invasion ???? dans ce lieu préservé

        1. Julie

          Mais…mais rien ! J’ai rien fumé, rien absorbé, je le jure sur… heu… sur la vie de mes deux cochons-d’inde (et je tiens à mes bestioles). Il y avait une pub terrifiante pour un spectacle avec Oui Oui. Et là j’en vois une pour du poker.
          Je crois qu’on nous observe…

          1. Cath

            T’as goûté la tisane de Libellule ? Le machin roobois ( ou approchant).
            C’est pour le coup qu’elle va se transformer en Dragonfly 🙂

          2. Libellule

            Non, je pense qu’elle a sniffé de la poudre de perlin (pimpin). En tout cas, jamais eu cet effet là avec du rooibos ; )

          3. Julie

            C’est quoi la tisane de Libellule ? Hé hé… Non, hélas, rien de bien original. Je fonctionne au jus de tomate. j’ai du forcer sur le sel de céleri…

          4. Libellule

            Julie : Rooibos dit “thé rouge” alors que n’étant pas un vrai thé, il n’a pas de théine (du coup intérêt quand on te prive de thé, pour cause de manque de fixation du fer dans ton organisme ou autre). Cath déteste, moi j’aime bien.

  14. lectrice boulimique

    Ah, “cracher sa dernière dent en chantant “Amsterdam”
    Brel ne mourra jamais ! ni sa rude tendresse, bordel !!

    http://wn.com/jacques_brel__vieillir

    Mourir en rougissant
    Suivant la guerre qu´il fait
    Du fait des Allemands
    A cause des Anglais

    Mourir baiseur intègre
    Entre les seins d´une grosse
    Contre les os d´une maigre
    Dans un cul de basse-fosse

    Mourir de frissonner
    Mourir de se dissoudre
    De se racrapoter
    Mourir de se découdre

    Ou terminer sa course
    La nuit de ses cent ans
    Vieillard tonitruant
    Soulevé pas quelques femmes
    Cloué à la Grande Ourse
    Cracher sa dernière dent
    En chantant “Amsterdam”

    Mourir, cela n´est rien
    Mourir, la belle affaire!
    Mais vieillir… Oh! vieillir

    Mourir, mourir de rire
    C´est possiblement vrai
    D´ailleurs la preuve en est
    Qu´ils n´osent plus trop rire

    Mourir de faire le pitre
    Pour dérider l´ désert
    Mourir face au cancer
    Par arrêt de l´arbitre

    Mourir sous le manteau
    Tellement anonyme
    Tellement incognito
    Que meurt un synonyme

    Ou terminer sa course
    La nuit de ses cent ans
    Vieillard tonitruant
    Soulevé par quelques femmes
    Cloué à la Grande Ourse
    Cracher sa dernière dent
    En chantant “Amsterdam”

    Mourir, cela n´est rien
    Mourir, la belle affaire!
    Mais vieillir… Oh! vieillir

    Mourir couvert d´honneur
    Et ruisselant d´argent
    Asphyxié sous les fleurs
    Mourir en monument

    Mourir au bout d´une blonde
    Là où rien ne se passe
    Où le temps nous dépasse
    Où le lit tombe en tombe

    Mourir insignifiant
    Au fond d´une tisane
    Entre un médicament
    Et un fruit qui se fane

    Ou terminer sa course
    La nuit de ses mille ans
    Vieillard tonitruant
    Soulevé par quelques femmes
    Cloué à la Grande Ourse
    Cracher sa dernière dent
    En chantant “Amsterdam”

    Mourir, cela n´est rien
    Mourir, la belle affaire!
    Mais vieillir… Oh! vieillir !

  15. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Je suis déjà (comme le dit aussi dadbibi) un peu pimpim dans bien des domaines. Mais habitant dans cette belle région saint-émilionnaise, j’ai l’espoir de faire comme les produits de ce terroir et me bonifier en vieillissant.
    La bise

    1. Cath

      Lou Pimpim du terroir, mais attention, c’est pas celui du gros bleu qui tache. Non. Cuikipikpakidi nous le fait dans le raffiné et distingué, de bon goût quoi 😉

    2. Julie

      St Emilioooon ! C’est presque chez moi ça ! Et voilà l’explication du 33 dans le pseudo ?
      La métaphore est jolie. Se bonifier, devenir meilleur en vieillissant… Allez, vivement les cours d’œnologie pour en apprendre plus (impossible de vivre au milieu des vignes et ne pas connaître le vin. Moi qui ne boit pas une goutte d’alcool…ça va être amusant).
      Grand33, je suis persuadée qu’il faut être un peu pimpim dans la vie. C’est peut-être ça aussi qui la rend moins monotone. Et là je ne parle pas des pathologies qui font souffrir, mais bien de la douce folie !

  16. nuts

    Quelle coïncidence ,avant- hier soir ma fille a mis sa dent perdue sous l’oreiller, elle a dix ans et sais très bien que c’est moi qui met la pièce alors elle m’a bien montrée ou était cachée la dent, et m’a dit qu’elle espérait qu’elle soit généreuse et nous avons toutes les deux joué le jeu avec beaucoup de complicité.
    Puis je lui ai dit ” quand je serai vielle et que je perdrai mes dents je les mettrai aussi sous mon oreiller pour la petite souris!”
    Alors elle a répondu “j’ te promets je f’rais la souris!”
    Puisse ma petite Lucie tenir sa promesse, et puis je avoir la chance de garder ces souvenirs même quand je serrai pimpim .
    Et de garder mes dents le plus longtemps possible!
    A tous les lecteurs, je vous souhaite aussi tout cela.

      1. Cath

        Bon sang, mais c’est bien sûr ! C’est le Jules de Mésange qui doit passer faire la collecte sous les oreillers ! Et pas la petite souris. Baptiste n’aura plus peur de la petite souris maintenant.

        1. Mésange

          Hou la la! Va falloir que je fasse attention si Jules s’est transformé en écureuil des dents : vous croyez que ça pousse dans les plantes vertes ces petites choses-là et que c’est finalement comme ça que se fabriquent les dentiers de nos papys-mamies, bien au chaud durant la période hivernale, éclosion au printemps?
          Hé hé, chers lecteurs, je vois les rouages de votre imaginaire (très fertile sur le blogàBibi) se mettre en mouvement : si vous avez des plantes d’intérieur, vous ne les regarderez plus de la même façon… et vous allez scruter leur terre tout l’hiver… au cas où!!! Pimpim… tralalalalaire!
          Nouvelles de Jules : ses stocks de noisettes et dents sont tellement bien cachés pour l’hiver, qu’il a attaqué… les glands, directement à la source. (pour Grand : source de glands=chênes… je voyais déjà ton esprit taquin se mettre lui aussi en mouvement! :-D)

          1. Grand33

            Mais j’avais bien compris. Tu sais que nous les hommes avons deux cerveaux alors ! ( oui un petit et un gland )
            😉

    1. Cath

      Ma nièce du temps joyeux et insouciant de la petite souris comptait ses pièces dans sa menotte. Le butin était maigre. Soucieuse de voir si la mignonne savait compter, tantine lui demande combien d’euros au compteur ( il y en avait 3).
      – 5 ! répond gaillardement la mouflette.
      Mais je n’en vois que trois lui dis-je toute surprise.
      – Ah ouais, mais plus 2 me répond d’autorité la minette en me pointant une canine tremblotante en partance.
      Scotchée tantine, je vous le dit !
      Enfin, le croirez-vous, mais la minette est en fac de maths …

  17. Adeline

    Bonjour Baptiste,
    Merci pour vos mots!
    Mon père est mort il y a un mois. Il avait une démence précoce… on aime pas ce mot non plus alors on l’appelle la P… de maladie mais sans les points de suspension!
    Comme nous sommes suisses, il a pu faire appel au suicide assisté. Il a bu sa cigüe accompagné par un médecin bénévole. Il a gagné contre la maladie et nous étions là. Parce que dans suicide assisté il y a assister à un suicide… Celui de mon père…
    Alors voilà… Je vous laisse, j’ai un troisième enfant à mettre au monde parce que… La vie!
    Adeline

    1. Cilou

      Un bébé qui nait aujourd’hui ?? C’est une excellente date, ça présage un enfant merveilleux… et je m’y connais !!
      Bel accouchement alors et félicitations !!

      Bisous

          1. Julie

            Joyeux anniversaire ! Joyeux jour de naissance ! Joyeuse journée !
            Je te laisse le choix du terme que tu préfères.

    2. mimi

      bonjour Adeline
      Mon papa est mort de Creutzfeld Jacob (Alzheimer puissance 10000 : il est décédé trois mois après le diagnostic) alors que j’étais à la maternité avec mon deuxième enfant. La vie !
      J’habite à la frontière suisse et admire vraiment cette loi…il y a encore tant à faire, dans ce sens …
      Portez vous bien !

    3. Rofine

      @ Adeline : pourquoi parler de “suicide assisté” pour votre père ? Je dirai plutôt qu’il a choisi le jour et la manière de son départ. Je suis parfaitement d’accord de procéder ainsi en ce qui me concerne. Vieillir en étant démente, ne plus reconnaître mes enfants et mon petit-fils m’est insupportable. Je ne veux pas leur infliger une telle souffrance psychologique…

      Et la vie continue : bienvenue à votre bébé porteur d’espérances et de joies !

      Je vous embrasse

      Mamie Rofine

    4. Mésange

      Adeline, je confirme : un bébé né le 3 octobre, avec Cilou pour marraine de blog :-D, est un bébé-soleil et un futur adulte au sourire éblouissant et au coeur immense.
      Bienvenue dans notre monde de fous, bébé d’Adeline!

      Rofine, je suis tout à fait d’accord avec ce que tu écris et j’espère qu’un jour, notre loi française autorisera chacun à choisir vraiment sa fin de vie.

  18. Ahava

    Pour ceux qui auraient des insertions de pub sur le blog, ça me l’a fait très souvent, je vous conseil de passer votre antivirus très vite ou d’en mettre un en place!

    1. Julie

      Mais alors, à quoi me sert mon antivirus, hein ? Je suis une quiche complète avec tous ces trucs informatiques moi. Tu fais les déplacements à domicile Ahava ? En tout cas, je me note tout ça, je vais tenter. Merci beaucoup !

      1. Ahava

        Je suis graphiste illustratrice et j’ai des potes qui ont dû m’aider il ya quelques mois car j’avais chopé une saloperie après être passée sur le site de Pôle Emploi(faut p

        1. Julie

          Voilà, c’est ça qu’il me faut; des potes doués en informatique ! Mais je suis téméraire… je vais m’en sortir et me prouver que je peux être douée aussi !
          Graphiste illustratrice, wouah! Ca à l’air d’être un métier génial 😉

  19. Cath

    Mais au fait, je m’en avise, si Baptiste a peur de la petite souris, que fait son chat Jean-Charles ?
    Si il a une faiblesse ou un tendre pour la trotte-menue, je veux bien lui prêter un de mes Raminagrobis. Allez, même les trois pendant que je me prends des vacances. Elle est pas belle la vie ? 😉

    1. marie

      au défilé chanel les dâmes qui viennent voir le spectacle disent avec la voix de Fanny Ardant:
      CHAAN-JAaaaRLES !!! je m’entrenne depuis quatre jours CHAAN-JAaaaRLES !!! ça me fait rigoler, oui m’en faut peux….CHAAN-JAaaaRLES !!! mouarf!!!!!

      1. Cath

        Essaie “miaou” avec une touche d’élégance. Tu verras, tu auras du succès auprès des matous de tout poil.
        Évite quand même si quelqu’un promène son chien en laisse en vélocipédant, ce qui est courant aux Pays-Bas : un de mes copains l’a fait et s’est carapaté vite fait. Comme il me l’a expliqué, le chien avait besoin de se reposer et pendant que le cycliste abruti se relevait, le toutou a eu un répit 😉 Pimpim aussi le copain, mais on l’aime bien.

        1. Julie

          Mraouu…rronrron…frrrr…frrr…brroumiaou…maaaow ?
          Je m’entraîne à miauler pour attirer les félins mâles puisque Cath dit que ça fonctionne. Est-ce qu’on sent bien la touche d’élégance ?
          J’ai rencontré il y a peu une dame qui a appelé son chat Michel. J’adore le décalage entre l’animal et le prénom (c’est bête, je n’y ai pas pensé pour les miens). En tout cas Marie, je t’imagine très bien imitant ces Daaames ! Et ça me fait bien rigoler aussi !

          1. Cath

            C’est pas mal, mais moins d’accent sur le brrmiaou… Enfin quand je dis ça marche, c’est mon grand matou qui répond, poilu et moustachu, les oreilles en pointe, la queue en panache et en point d’interrogation. Et les yeux vert menthe translucide, cernés de khôl.
            Pour les autres Bômatous, ma foi, je dois avoir un défaut de prononciation 😉

  20. Cath

    Alors ce matin, pub pour plan spectacles, pour ( ou contre le cholestérol ?) et les soldes de chapeaux !
    Mais c’est quoi ces trucs à la noix ?
    C’est ennuyeux, envahissant et déplaisant.

  21. Antoinette

    Voilà un témoignage de plus sur la pimpoïsation :
    – J’ai été famille de pimpims (fille de, même, nièce de aussi, et petite fille de également – quand on aime, on ne compte pas). Pour mon père, je dois dire que je l’ai trouvé très sympathique comme enfant (enfin comme adulte redevenu enfant), que je l’ai trouvé enfin sympathique même, comme si je découvrais l’essentiel, débarrassé des vêtements de l’adulte, qu’il portait assez mal. Pour ma mère, ce fut plus bref (le foie qui se barre ça peut rendre pimpim aussi), différent et sans doute miraculeux, parce que quand elle disait “nimporte quoi”, il se trouve qu’à mon grand étonnement je comprenais parfaitement ce qu’elle disait. Faut croire qu’on communique aussi avec des sentiments et avec les sensations, et que ça les démences ont plus de mal à le détruire – du moins dans mon expérience.
    – On pourrait croire alors que la pimpoïsation progressive ou brutale ne me fait pas peur. En effet elle ne me fait pas peur, à un détail près : devenir pimpim, être dément etc. , ce n’est pas seulement redevenir un enfant, loin de là. De ce que j’en ai vu, c’est aussi souffrir physiquement et psychiquement, vivre des angoisses et des cauchemars pas rigolos du tout et qu’on peine à expliquer. Les gens qui s’y connaissent bien (les bons pimpimologues) savent calmer ces moments avec des mots, des gestes et des attitudes. Alors si je deviens pimpim (j’ai un bon pedigree mais ça veut rien dire!), j’espère juste – et j’y veillerai si je peux- que je serai entourée de gens qui savent faire…

    1. Cath

      Oui, c’est une douleur difficile à soulager ou à éloigner de la personne. Il faut beaucoup d’attention et d’écoute. Et pour communiquer avec ces pauvres âmes en perdition, je ne sais toujours pas que faire. Etre là et présent.

  22. Rofine

    Je voudrais vous signaler la sortie nationale le 22 octobre du film “le moment et la manière” d’Anne Kunvari abordant le sujet de fin de vie choisie en conscience et dignité.
    Il permettra de nourrir notre réflexion et apporter des réponses à nos questions….

    nb : demain c’est la fête de tous les papys !!!!

    Bises à tous.

  23. Julie

    Allez, je me lance. Beaucoup de choses qui me trottent dans la tête depuis la lecture de certains commentaires…
    A vrai dire, j’ aurais voulu les commenter, seulement voilà, je n’ai parfois pas les mots. Parce que certaines histoires me touchent… De peur de paraitre maladroite je me tais et je n’écris rien, mais là, il me reste un sentiment “d’ inachevé”. Adeline, Ithil (et bien d’autres), j’ai simplement envie de vous remercier pour nous avoir fait partager ce que vous vivez ou avez vécu. Je me dis qu’il faut sans doute se sentir en confiance et en même temps avoir un peu de courage (?) pour livrer ainsi son histoire. Merci, car cela me permet de poser les bonnes questions et peut-être trouver certaines réponses.
    Ça fait un peu de temps maintenant que je commente et je ne pensais pas commenter autant ! Les échanges sont profonds, sincères et parfois plus légers et spontanés. Et c’est cela, à mon sens, qui fait aussi la beauté de ce blog.
    Promis, le jour où un sujet fait écho à mon histoire, je témoignerai sans crainte, car je ne doute pas de la bienveillance des gens qui lisent et commentent ce blog. Et quand bien même quelqu’un ferait un commentaire désobligeant, je fais confiance à certains pour le remettre en place.
    Voilà, je ne sais pas si c’est clair, ni même si j’ai réussi à traduire en mots ce que je ressens, mais c’est dit.
    Une dernière chose. Je ne vous connais pas, chers commentateurs du blog, lecteurs du livre, mais un grand merci pour tous ces échanges. Parce que parfois, ça fait du bien de se le dire.
    Baptiste, merci. C’est évident, mais je tiens à te le (re)dire.

    (ils sont où les cœurs sur ce clavier ?? Ah voilà:

        1. Julie

          Je prends tout ! Et j’en envoie également à tous ceux qui en veulent.
          Et les massages d’épaules et du dos sont toujours bienvenus. Merci, merci !
          <3 <3 <3 Hé hé hé… (c'est pas des cornets de glace ?) 😉

  24. mulieresblog

    Merci BB pour ce beau post! Moi aussi, j’ai mis à l’honneur une infirmière extraordinaire dans mon blog mulieres.net (qui raconte des histoires de femmes courageuses): Linda Cruse.
    Et merci de continuer à nous raconter l’humanité dans tous ses états, ça fait du bien et ça donne du cœur au ventre!

  25. Soulalune

    Deux incisives du haut de ma souricette adorée bougent bougent et même dansent à chaque repas … j’aurais bien laissé la petite souris s’échapper de mon sac dès cette nuit mais elles résistent ces 2 jolies quenottes … demain peut-être !

  26. Cath

    Question : je vote quotidiennement pour que le blog remporte le prix. J’ai droit aux petits fours au gluten ? Je veux bien me sacrifier pour les croquer ( mais uniquement si ils sont du bon faiseur, faut pas exagérer quand même) 😉

    1. Julie

      J’aimerais bien goûter des petits fours sans gluten. Quel goût ça peut bien avoir ? Je sui sûre que c’est bon; ça reste des petits fours.
      Cath, c’est quoi le bon faiseur ?
      Le soir de la cérémonie, je me ferais un plateau amuse-bouche en “soutien psychologique”. Et je propose que, si Baptiste gagne, il nous cite tous individuellement dans les remerciements. C’est faisable. (donc, Julie: J.u.l.i.e. Merci !)
      (Bien sûr, si les discours sont minutés… ah bé là… un petit message commun fera très bien l’affaire).
      S’il ne gagne pas… ça ne changera rien, on s’en fiche ! Il est déjà le grand gagnant à nos yeux non ?

          1. marie

            les madeleines je ne sais mais je dis why not? et pour le même prix Mesdames zé Messieurs je vous donne les références d’un petit livre de rien du tout “sans gluten” de valerie cupillard aux éditions la plage… tu y trouveras des recettes sans gluten comme la crême fondante chocolat, , le fond de tarte noiseté, des bonbons au coco , le délicieux aux châtaignes et l’excellentissime gâteau châtaignes choco que l’hôte de ce blog a dégusté et qu’il a trouvé top et Mambibi aussi en plus c’est prêt en 20mn chrono cuisson comprise et en plus du plus c’est fondant à souhait et en plus du plus du plus toutes les recettes sont super easy à faire….elle est pas belle la vie!!!!

  27. Soulalune

    Moi aussi je vote !! Des news des quenottes : la première est tombée (avec mon aide … que c’est difficile de faire mal à son enfant … je m’y suis reprise 10 fois 🙁 …) ce soir à 20h pétantes ! La deuxième, privée de sa voisine, ne tiendra pas seule bien longtemps ! La petite souris passera donc cette nuit, planquez-vous !

  28. Hermine

    Et si tu es heureux, si on prend soin de toi ?
    La vie est belle, même si c’est pour devenir enfant une nouvelle fois.
    Tant qu’on garde un petit sourire au creux des lèvres… non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *