Archives mensuelles : avril 2018

Ce qui est humain.

« Eric est un ami d’enfance.

Mon ami.

Depuis, la maternelle nous sommes ensemble en classe…

Il est brillant brillant brillant…

Tellement qu’il en est presque agaçant !Naturellement, il a choisi médecine.

« Je l’ai promis à papa »

Son père était décédé pendant le concours de sa première année…

Il était brillant brillant brillant… alors ça a marché les doigts dans le nez !

Il a choisi anesthésiste et alors que je peinais à boucler mon dernier cycle de pharmacie, lui était chef de clinique waw… brillant brillant brillant….

Un jour… du stress, sans doute… oui… de l’urgence… une dose mal calculée… un bébé paralysé 6 mois, un dépôt de plainte, une mise à pied du CHU… honte, carrière brisée… descente aux enfers… il était brillant brillant brillant… il brille parmi les étoiles… on m’a dit « il a manqué de soutien », je pense qu’il a aussi manqué de gens pour lui dire : « sois indulgent avec toi-même, mon pote, les erreurs ça arrive, tu es humain, tu fais ce que tu peux, tu entends ? CE.QUE.TU.PEUX. »

Belle journée à toi qui me lis, et n’oublie pas : se tromper, c’est humain !

On le dit tant de fois sans s’en approprier le sens finalement !

J’aurais voulu qu’on le dise à mon Éric. Non ? »

X., pharmacienne.

J’ai vu

Alors voilà, j’ai vu le fils venir et la mère suivre le fils. Lui, 54 ans. Elle, 86.

« C’est pourrr le bilan de ma mèrrre, doctorrr. »

J’ai entendu le fils rouler les r (il est géorgien et il est là pour traduire notre échange à sa maman).

J’ai pris le document et déroulé, devant eux, les résultats :

— Globules rouges : ok.

Le fils a souri.

— Les reins : ok.

Le fils s’est fendu d’un « ahhhh » de soulagement.

— Le sucre : ok.

— Ohhhhh ! Tu entends mama ? Le sucre il dit OK !

— La thyroïde : ok.

— Ah ouiiiiiii ?

— Oui, oui.

Lui :

— Ahhhhhhh. Et le foie ?

Moi, après avoir regardé :

— Le foie c’est okidoki aussi.

— Alors elle va bien ?

— Ses analyses sont parfaites.

J’ai vu le fils lever les mains au ciel, se pencher par dessus le bureau, m’agripper l’avant-bras :

— MERCI DOCTOR ! MERCI MERCI MERCI !

Puis il s’est tourné, a attrapé le menton maternel, l’a serré tendrement puis l’a remué un peu, de gauche à droite, avec douceur et précaution, comme on ferait à un bébé :

— Tu entends, mama ? a-t-il crié parce qu’elle est un peu sourde. Tu vas bien ! TU.VAS.BIEN.

Et il l’a prise dans ses bras et l’a serrée contre lui et tous les deux ils ont basculé, encore avec douceur et précaution, à gauche, à droite, à gauche.

J’ai vu cet homme.

Il avait 54 ans et la pure joie d’un enfant qui garde encore un peu sa maman près de lui.

Je l’ai vu !

Et vous, le voyez-vous maintenant ?