Regarder les gens dans le Métro.

Dédramatisons l’affaire des fautes d’orthographe : corrigez, c’est important, mais ne vous prenez pas la tête entre vous pour ça. Ce n’est pas l’objectif du blog. Et dédicace à Sarah qui se reconnaitra, fidèle lectrice et fidèle correctrice.

P.S. : j’avais dit « pas de posts cette semaine » mais vous me manquiez !

Regarder les gens dans le Métro.

Allora Ecce les gens dans le Métro.
Roma, Statione Termini. 7h20 du matin, très tôt (ou très tard selon ce qu’on a fait la nuit).

Une jeune fille, assise, studieuse, stylo en main et bouton de fièvre sur la lèvre. Deux possibilités : soit le stress lui a fait sortir son herpès, soit elle a embrassé Bidule en boite qui a partagé son virus. On ne peut rien contre la générosité.
Un homme entre dans la rame. Série de petits grains de beauté rougeâtres.
Ressemblent à un Sarcome de Kaposi.
Peut-être rien, peut être une belle histoire d’amour qui a mal tourné.

Un homme habillé en loques. Beaucoup de pellicules, couperose prononcée et démarche hésitante. Il se penche plusieurs fois vers l’avant en grimaçant. Alcoolisme chronique, probablement pancréatite chronique associée. Pourquoi en est-il là ? À l’hôpital je le demande à mes patients, mais là…

Un homme, la cinquantaine, colle les pages de son livre sur son nez : devrait faire un tour chez l’ophtalmo, ses lunettes ne le corrigent plus suffisamment.

Jeune de 12 ans, gynécomastie discrète : la puberté arrive. Son grand frère plein d’acné, la puberté a déjà commencé. Y a des parents qui vont morfler…

Deux types d’endroits sont propices aux méditations : les centres commerciaux et le Métro (et la Sixtine mais elle est fermée en ce moment et elle est hors concours).

Les centres commerciaux parce qu’on s’y pose beaucoup de questions existentielles : plutôt Figolu ou Granola ? Quel est le sens de la vie ? Colgate citron ou Vadémécum Fluor & Plantes ? Dieu existe-t-il ?

Le Métro, parce qu’on y est immensément seul parmi  la foule.

Je ne sais pas si dieu existe mais il y a les gens dans le métro. Il faut les regarder : ils ont vraiment des histoires à nous raconter.

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à « @AlorsVraiment »…

3 réflexions au sujet de « Regarder les gens dans le Métro. »

  1. Tinu

    J’aime bien vous lire, ces petits morceaux de vie, d’humain.
    Par contre j’aime un peu moins le cinquantenaire avec son livre trop près des yeux, à son âge, soit c’est un myope qui a jeté ses lunettes sous la rame, soit c’est un souci plus complexe qu’une paire de lunettes.
    (Ou juste un gros rhume, et ce dernier essayait de se cacher pour renifler ?)

  2. Marité de Vos

    Ben oui, moi aussi je regarde les gens dans le métro et comme je ne suis pas médecin je vois d’autres choses, leurs regards vagues, fixes, fatigués ou tristes, leurs corps épuisés ou flambants neufs, les vêtements usés, pas usés, ceux qui lisent, ceux qui dorment, ceux qui puent, et moi aussi je leur invente des vies à partir de ces petits morceaux d’eux qui s’échappent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *