UN JOUR = UN PATIENT QUI BOIT TON SANG APRÈS T’AVOIR ARRACHÉ LE COEUR EN RIANT COMME LE JOKER DANS BATMAN

#drama

#toujoursplus

« Un jour Kuang-Tzeu se promenant au bord d’une rivière avec un disciple vit un scorpion prisonnier de l’eau. En essayant de le sauver, Kuang-Tzeu se fit piquer. Patiemment, il recommença et se refit piquer. À la troisième tentative, son disciple lui demanda pourquoi il essayait d’aider un ingrat. Kuang Tzeu répondit : « il faudrait que je renonce à être Kuang Tzeu sous prétexte que ce scorpion ne peut changer ?»…

[…]

Vous vous souvenez de ce patient qui avait falsifié son arrêt de travail ? En s’ajoutant 20 jours ?

Celui qui m’avait fait dire « Ah ben quand je le reverrai, il nous faudra comprendre ce qui cloche au boulot… »

Eh bien il est revenu. 27 jours plus tard. Il est entré, s’est installé comme si de rien n’était. Une vraie fleur. Et il a dit avec un aplomb sublime :

« Bonjour, je viens pour une prolongation de mon arrêt de travail !»

[Version romancée de ce qui est arrivée ensuite 👇🏼]

J’ai inspiré, expiré profondément :

« Vous connaissez l’histoire du sage Kuang-Tzeu ?

— Non.

— Un jour Kuang-Tzeu se promenant au bord d’une rivière avec un disciple y vit un scorpion prisonnier de l’eau. En essayant de le sauver, Kuang-Tzeu se fit piquer… »

Silence. Le patient :

« Et ensuite ?… »

Moi, les larmes aux yeux :

« Et ensuite Kuang-Tzeu a VIOLEMMENT écrasé le scorpion À COUPS DE PELLE parce que c’est un être humain, Kuang-Tzeu ! Même qu’il a des sentiments, et que là il avait très très mal au coeur !!! »

#drama

#toujoursplus

Dans le prochain épisode de votre telenovela préférée UN JOUR = QUELQUE CHOSE À DIRE :

UN JOUR = UN PATIENT QUI TE RÉCONCILIE AVEC TON MÉTIER.

Ci-dessous : une très belle réalisation de votre serviteur.

27 réflexions au sujet de « UN JOUR = UN PATIENT QUI BOIT TON SANG APRÈS T’AVOIR ARRACHÉ LE COEUR EN RIANT COMME LE JOKER DANS BATMAN »

  1. Anthony B.

    Que dire à part…. « J’adooooooooooore » !!! LOOOL
    Pour le coup je suis éclaté de rire. Tant par le récit, que par l’image!
    Des bises! Et merci pour ce moment de bonheur absolu!

    1. Cath

      Cette fascination pour la pelle me laisse songeuse.
      D’un autre côté, tenter d’écraser un scorpion avec un râteau, faut être fort et pouvoir viser juste. Pas évident 😉

  2. Emmanuelle

    Non mais c’est la jungle, là où vous bossez… j’m’en vais poser des question à mon doc, la prochaine fois que je le verrai, histoire de savoir si je dois paniquer ou pas…

  3. heliotrope

    j’ai rencontré un médecin généraliste allopathe, à Aubervlliers qui en avait assez que ses patients viennent le voir avec toujours les mêmes plaintes de grippe, de mal au foie , d’insomnies etc….
    il organisait une soirée par mois entre 19h et 20h, dans la salle d’attente, une session d’information : d’abord exposé sur une pathologie ou un organe (selon la médecine chinoise) puis ensuite questions/réponses et comment prendre soin de soi
    il arrêtait ainsi de mettre toute son énergie dans un puits sans fond !
    pas mal non ?

  4. Georges

    Vipère au poing..
    Ça me rappelle la fois où un patient toxico à qui je faisais remarquer combien de ses factures étaient impayées me dit: « Ah c’est bête, j’ai encore une fois oublié ! »
    Alors je lui réponds : « Ah, c’est comme pour moi, la mémoire..
    Ça fout l’camp, je n’arrive plus à mettre la main sur mes ordonnances ! »
    Il est resté mon patient et je ne crois pas qu’il m’ait jamais payé mais au moins je me suis marré c’est toujours mieux et moins cher que le Prozac!

  5. Giroflée

    Votre sang-froid votre Humour…Je vous admire Baptiste ; ) Vous êtes un Ange 🙂 Un vrai Ange avec du charisme, une auréole, des ailes et tout et tout !!! Et une Patience…d’Ange…Evidemment ; ))

  6. Alcina

    La pelle non, çà garde des traces de sang même si on la nettoie bien…. Je conseille plutôt de lui assener un grand coup de gigot congelé en plein front, au moins son prochain arrêt de travail il l’aura mérité ! Puis vous faites décongeler le gigot, vous invitez des ami(e)s et vous bouffez ensemble « l’arme du crime » en buvant un bon coup à la disparition de tous les parasites qui vous polluent la vie. Ce n’est pas charitable mais je vous promet que çà fait un bien fou de se défouler en leur imaginant les pires malheurs virtuels 😉 Bon courage cher docteur, vous avez quand même de sacrés spécimen parmi vos clients, je vous admire d’arriver à rester (à peu près) zen !

    1. marie

      tout petit, il est tomber dedans car la fée verte aux grandes zoreilles lui a dit  » gaves toi ,de sérénité grand besoin tu auras » et l’écho lui répondit « c’est pas fau au au aux  »
      #souslerirelaplage

  7. fouzia

    Ralala, Baptiste ce philosophe ! Sans les larmes aux yeux, j’aurai pu en rire… Courage et merci pour cette télénovella ô combien divertissante!!!!

  8. Françoise de Bourk

    Attention Baptiste ! Tu es fatigué et en train de devenir pessimiste… voilà plusieurs fois que tu écris sur ce qui cloche. Les malotrus, les mal embouchés ne lisent généralement pas les posts qui les concernent ou s’absolvent eux-mêmes de leurs défauts. Si l’on a assez de présence d’esprit pour les remettre immédiatement et avec humour en place, tant mieux ! Sinon mieux vaut se consacrer à ceux qui en valent la peine !

  9. Tijac

    Bonjour,
    Un jour , un patient d’un confrère m’a consulté pour simplement renouveler sa prescription de stilnox. Quand il eu son ordonnance dans les mains, il s’est adossé confortablement au dossier de son fauteuil et m’a déclaré avec un grand sourire :  » J’aurai aussi besoin d’un petit arrêt de travail, oh, juste 15 jours. »
    Du tac au tac, j’ai répondu  » Et moi je vais faire un petit séjour en prison, oh, juste 15 jours. »
    Le patient est resté interloqué. La suite de l’entretien a montré qu’il était typiquement un spécialiste des demandes d’arrêt de travail. Par chance, il avait été déstabilisé par la réponse, qui l’avait entrainé sur un terrain inhabituel….malgré ses tentatives répétées (dans les minutes qui suivirent) pour obtenir un arrêt d’au moins une semaine , il repartit sans le formulaire souhaité .
    Il n’y avait aucun mérite, car ma réponse avait été instinctive. Par contre, depuis cet épisode, quand un patient tente d’obtenir quelque chose d’abusif, j’utilise sciemment cette technique de l’entraîner sur un autre terrain…Cela permet de rester très détendu pour accueillir les patients suivants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *