UN JOUR = UN PATIENT QUI ÉCRASE TA VOCATION SOUS UN TANK.

Lui, je me souviens, il arrive au cabinet pour une angine. Il mâche un ÉNORME chewing-gum.

« Je vais vous examiner »

Il enlève le chewing-gum et… le pose sur le bureau. Il APPUIE même. Comme un presse-papier (avec des bulles de salive qui s’échappent sur les côtés). NICKEL.

J’ai regardé le chewing-gum, puis le patient, puis le chewing-gum. Rien. J’ai ouvert la bouche pour dire :

« Monsieur, n’ayez pas l’air étonné de ce que je m’apprête à vous révéler, mais voilà : je viens du futur. Et la personne qui tombera malade à cause de vous après avoir posé ses mains où vous venez de poser votre chiclet dégueulasse m’a demandé EXPRESSÉMENT de vous gifler violemment. Trois fois. »

Mais je n’ai jamais dit ça.

J’ai voulu arranger le truc en lui faisant ma célébrissime et hilarante blague du policier qui voit un chewing-gum rouler trop vite sur l’autoroute, mais même ça j’ai pas pu.

J’ai fait comme tout le monde, et ravalé ma bile en ayant l’impression de me faire piétiner par le monde.

#dramaqueen

#neutralitébienveillante

#monculsurlacommode

À demain.

53 réflexions au sujet de « UN JOUR = UN PATIENT QUI ÉCRASE TA VOCATION SOUS UN TANK. »

  1. Cricri

    Quel manque d’hygiène et de respect ! Tout fout le camp ! C’est bien triste tout çà ! heureusement que ce genre d’énergumène doit être rare ! Enfin j’espère !

    Bon courage

  2. Bénédicte

    Non, il a fait ça ton patient… Là, je suis scotchée. Faisant le même métier que toi; je suis entrain de me demander ce que j’aurais fait. Je suis une fille gentille et plutôt cool avec les patients mais là: pas d’humour. Je lui aurais simplement dit que j’étais scotchée de ce qu’il avait fait et lui aurait demandé de le reprendre. Bon j’imagine, le reste qui serait inévitablement resté collé… Bonne continuation. Bénédicte médecin en Belgique.

    1. Pascal charbonnel

      Le pb n’est pas le patient qui se comporte comme cela, c’est le médecin qui n’est pas capable de le lui signifier.
      Quelle est la limite de ce que tu acceptes sans broncher : la main au c.l de ta secrétaire, celui qui crie « les bougnoules dehors » dans ta salle d’attente, la mère qui colle des torgnoles à ses mômes ?
      La bise

      1. Herve CRUCHANT

        Degré supérieur de la lucidité: user de discernement mais faire les mauvais choix. Càd choisir invariablement la censure. D’autres disent « stigmatiser » tel ou tel groupe, tel ou tel comportement. Monsieur Charbonnel Pascal oublie ou méconnaît les vertus de la communication éducation populaire. Celui qui sait doit le dire; celui qui dit doit expliquer. Alors, si le fauteur revient et réitère, on pourra toujours faire appel à vous, Monsieur Charbonnel, Pascal, pour puiser dans vos méthodes régressives.

        Que Mieux vous inspire

  3. MARCHYLLIE

    Ce que je trouve dingue, c’est de devoir subir ce stress et se sentir super mal parce qu’un mec sans tête n’en a rien à faire ?! Pas envie de discuter avec un connard ? Peur de prendre du retard dans les consultations ? En tous cas je vous souhaite de ne plus avoir à subir ça… Et merci pour ce blogspot…

  4. liliane

    ben il faut le comprendre ce mec il venait peut-etre de le commencer.il ne voulait pas le laisser perdre et le récupérer en partant t’es marrant toi!! laisse passer le temps prend des notes et dans quelques années tu fais le dico des crados un succès à coup sur.Bon courage

  5. Oona

    Beurk ! Quelques fois c’est délicat comme situation … ou tellement HENAURME qu’on en reste sans voix …
    Perso un jour j’ai littéralement pété un câble ! mais je ne suis pas médecin, juste la modeste chargée d’accueil. Entre autres tâches, je prépare un plateau avec des boissons chaudes à l’accueil pour nos usagers et au moment où je venais de dire à l’un d’eux que le médecin addictologue allait le recevoir, je l’ai vu écraser sa chique gluante et grise dans le bol contenant les morceaux de sucre !
    J’ai perdu les pédales, c’était la période de Noël (comme maintenant) qui demande mille fois plus d’énergie positive qu’en temps normal, et j’ai eu une grosse fuite !
    Le pauvre, il a pris pour tout le monde : ceux qui laissent leurs touillettes collées sur la table, ceux qui ne jettent pas leur gobelets, ceux qui renversent leurs cafés, ceux qui bouchent la fontaine d’eau en la prenant pour un évier, ceux qui ne se lavent jamais les mains en sortant des toilettes, ceux qui toussent sans mettre la main devant la bouche, ceux qui mutilent les étuis de préservatifs en carton pour se faire des filtres, ceux qui ratent tous leurs rdv avec comme excuse « mais je travaille MOI ! » (« et moi, je fais quoi, là ? »)
    Il est arrivée tellement tremblant dans le bureau de la doc qu’elle a cru qu’il était en pré DT …
    Et moi, je n’étais pas fière de moi … l’hystérique de service en SPM … mais le bon côté c’est que toute la journée, la table des boissons chaudes a été nickel, ils venaient même me demander timidement une éponge lorsqu’il y avait eu un incident …
    Bref …

    1. le schtroumpf détective

      un jour, au café de l’hegp, j’ai renversé un café. Je me suis excusé, ai glissé un euro dans la poche de la dame venue passer la serpillière… Cela a énormément surpris toute l’assistance

  6. Tsuvane

    Oô … comment il a été éduqué, ce type ??? Et vous êtes parvenu à rester zen ? Total respect.
    Mais si ce genre de situation se représente, n’hésitez pas à lui indiquer poliment la poubelle, faut pas pousser mémé quand même !

  7. Vrone

    Et après il l’a gentiment décollé et remis en bouche ?Non? D’habitude c’est comme ça ….

    Vrone, consoeur qui a déjà vécu le même genre d’histoire avec ces chers patients qui ne nous étonnent plus …

    1. mch

      la .. bof .. j’avais dansles 6 ou 7 ans … mon papa ma donné le meme conseil ( pour rire !!! ) ben je l’ai ecouté !!! le soir avant d aller au lit … depuis je fait plus ca et j ai les cheveux courts !!!!!

  8. Florence

    Bonjour Baptiste,
    Des fois, il nous arrive de baisser les bras devant tant d’incivisme. Pourtant, j’aurais bien voulu que vous lui disiez le paragraphe que vous nous avez écrit juste pour que vous nous décriviez ensuite la tête qu’il aurait fait.
    Je me dis aussi que si nous ne disons rien, nous cautionnons. Mais cela demande tellement d’énergie ! On ne peut pas être superman et superwoman tous les jours.
    Je me suis posée la même question que vous ce matin quand j’ai vu un homme cracher par terre dans la rue sans rien lui dire. Pour ensuite, me dire comment j’aurais pu lui expliquer gentiment et sans qu’il s’énerve qu’il pouvait cracher mais dans un mouchoir et non pas dans la rue ?
    Energie et communication pour le respect des uns et des autres et pour aider ceux qui n’en ont pas à changer leur comportement. Comment faire ? Comment dire ? Voilà, des fois je dis et des fois je ne dis pas. Je vais m’inspirer de votre paragraphe pour trouver de belles phrases humoristiques tout en donnant le bon message pour oser exprimer mon désaccord.
    Merci pour ce partage de vie qui doit nous arriver à chacun de nous et dont nous ne savons pas toujours comment nous en sortir.
    Bien à toi.
    Florence

    1. Oona

      C’est exactement ça : toute cette energie qu’il faudrait déployer en plus pour expliquer tout ça, alors qu’on en a à peine assez pour faire correctement notre job …
      J’avais fait des affichettes sympas, colorées et humoristiques concernant le lavage des mains,la main devant la bouche etc … personne ne les lisait (enfin si, les professionnels en visite qui me demandaient de les photocopier pour pouvoir les utiliser à leur tour) pourtant elles avaient été longuement réfléchies, discutées, modifiées, adaptées …
      Comme nos usagers sont accro aux écrans (entre autres …) j’avais même pensé à des petites vidéos sur un écran qui seraient passées en boucle, avec également des messages de préventions et de réductions des risques plus en lien avec notre pratique, mais remplacer l’humain par des vidéos c’est quand même moyen …
      Donc … quand j’ai de l’energie à revendre, je communique, j’échange, j’argumente, je rebondis, je tente de convaincre, d’éduquer (hou le gros mot) sinon, les 300 jours qui restent, je soupire et je ravale ma colère/bile/lassitude et mon découragement jusqu’à ce que ça pète au hasard …

  9. le schtroumpf détective

    Alors là… heureusement que mes bras sont bien accrochés ! et par pure curiosité, que s’est-il passé quand il est reparti ? l’a-t-il repris ? ou l’a-t-il laissé là ?

    Est-ce du mépris, ou bien un manque d’éducation, se comporte-t-il ainsi tout le temps et avec tout le monde ?

    Autant j’essayais de plaider pour la patiente du bloc d’ordonnances, qui a peut-être subi une erreur judiciaire… Autant là, je suis, comme le chewing gum, scotché !
    Courage !

  10. Sarah

    tout à fait d’accord : ne rien dire, c’est cautionner. Le plus hallucinant étant de se sentir mal à l’aise à la place du fautif !!! On est tellement sidéré parfois qu’on reste sans voix et c’est bien dommage ! Vous avez toute ma compassion Baptiste… et j’en profite pour vous remercier de l’humanité dont vous faites preuve chaque jour et de vos partages qui ne nous laissent jamais indifférents et nous invitent à visiter notre monde intérieur pour le rendre plus beau à l’extérieur. MERCI.

  11. Maritxu

    Bonjour,
    Rien à voir avec l’article du jour, mais je voulais revenir sur le problème qu’a connu le secours populaire à Toulouse, sur lequel vous nous aviez alerté. J’ai reçu (et je pense que tous ceux qui avaient pris le temps d’envoyer un mail à la mairie aussi), un courriel du Maire de Toulouse. Les choses semblent s’arranger.. tant mieux !
    Franchement le coup du chewing -gum c’est dégueu…
    Maritxu

  12. Georges

    Ouais l’humour , quand on a la présence d’esprit, ça veut dire être présent dans l’action ET en dehors tout à la fois, la seule façon de faire dans le long terme dans ce métier à mon avis.
    Par exemple:  » Merci Monsieur mais ce n’est pas mon arôme préféré  » ou
    « Ah vous n’aviez que ce traitement pour votre angine, je comprend que vous me demandiez de l’aide » ou
    « Non, non vous pouvez garder votre dentier! » ou..
    Bref, comme disait mon oncle,  » Dans la vie cher neveu, apprend à avaler des couleuvres et cracher des vipères  »
    Tout au long de mes 35 ans de carrière de généraliste j’ai cultivé ce don d’herpétologie pratique, mes patients ont tous survécus et, surtout, moi aussi..!
    Merci Baptiste de vous raconter
    Georges , généraliste à la retraite / Prilly / Suisse

    1. Agathe

      Excellent ! Je pense qu’il ne faut pas se taire, même si cela doit être difficile. En espagnol, il y a un proverbe qui s’adapte à tant de situations :  » A cada uno, le huele bien el pedo de su culo « .

    2. Bertrouf

      Moi, j’ai une prière :
      Seigneur, donne-moi la force de changer ce qui peut l’être,
      Donne-moi la patience d’accepter ce qui ne peut pas l’être,
      Et donne-moi le discernement pour faire la différence entre les deux.

      Comme vous le voyez, cette prière peut être adaptée aux athées, il suffit d’enlever le Seigneur en début de paragraphe et de se parler à soi-même.

  13. heliotrope

    pourquoi vous ne dites rien ?
    « monsieur, ramassez ça et sortez ! »
    soyez sûr de votre bon droit que diable !
    ça ressemble aux situations de harcèlement où la personne se trouve pétrifiée …
    cordialement

  14. COLIN

    Rhoooo …. non ! Ce n’est pas possible autant de manque de correction !!!
    Ravaler sa salive n’est pas si simple, mais l’ouvrir pour lui faire la remarque ne l’est pas plus … hélas ! Courage !

  15. Emmanuelle

    Roh purée !! Je comprends un peu mieux le sans-gêne de mes étudiants, finalement, ce n’est pas lié à mon métier méprisé mais à un comportement général, si même Le Médecin est concerné par les manquements.
    Pardon, mais j’ai vraiment ri… rien que d’imaginer la scène. Pour ma part, je pense que c’est tellement naturel de faire ça pour ce patient qu’il n’a même pas réalisé l’incongruité de la chose… je suppose qu’il fait ça chez lui…
    Souvenez-vous, tous ces chewing-gums collés sous les pupitres à l’école… miam !

  16. 40

    En somme, il t’a craché à la figure, celui-là, c’est simple, tu le vires illico et qu’il ne revienne jamais, je suis très en colère pour toi, pas d’humour avec ces gens là, juste le mépris qu’ils méritent. Dehors, avec coup de pied aux fesses.

  17. 40

    J’ai écrit le commentaire précédent sans lire les réactions des autres lecteurs, certains parlent d’être zen, de société, d’éducation, d’habitude, et pourquoi pas de compréhension, mais c’est pourtant simple! Ce type a fait exprès, par mépris, par méchanceté, il fallait faire comme la dame qui a piqué une saine colère plus haut, gueuler, le remettre à sa place, lui coller le truc sur le nez , le virer illico sans le soigner! Faut se faire respecter, tant pis s’il faut se battre et prendre des gnons! Je suis écoeurée.

  18. Annick

    Ne rien répondre ou ne pas réagir est souvent la meilleure réponse devant des gens malhonnetes ou mal élevés, mais quand même ça aurait mérité un « vous voulez que j’ajoute une séance de savoir-vivre sur votre ordonnance ? ou on attend la prochaine fois pour voir comment ça a évolué ? » 🙂

  19. Giroflée

    Non mais sérieux Baptiste…entre nous… vous les inventez vos aventures ?!!! Non ?!… Chapeau bas pour votre humour et votre regard toujours bienveillant…Vous êtes un mec bien Baptiste…Vraiment.

  20. Souslalune

    C’était « Monsieur Crados va chez le Docteur » … après  » Madame Voleuse a rencontré Bibi le gentil » ..
    Ma fille adore ces bouquins !!!

  21. marie

    attaquer de suite la danse chamanique, ésotérique libératoire acheutagueux (c’est pour dame Cath! j’ai pas trouvé la touche qui va bien) « Abracadablablablamesfessesmonoeuvre ».

    1. Cath

      Reprenons :
      La touche :suivie sans espace par ) puis espace ( c’est important).
      Deuxpointsparenthèseespace. À rèpeter comme un mantra.
      Pas compliqué pourtant ! Tu me donnes l’impression d’être le phœnix des hôtes de ce blog, et ça risque encore de mal se terminer pour ma pomme (genre crash ma housse). 😉

  22. Fred

    Coucou. il y a les gens qui passent,qu’on ne reverra jamais et qui peuvent nous sidérer,au sens propre.On ne réagit qu’a ce qu’on prévoit !
    Et il y a les gens qui sont des patients réguliers,qu’on reverra.Là on sait à quoi s’attendre,s’ils recommencent ,c’est là qu’on pourra et qu’il faudra répondre.
    Confraternellement.

  23. Eywa

    Je suis infirmière. L’autre jour, j’ai donné à un patient un verre avec une solution pour bain de bouche avec l’idée qu’il irait faire son soin de bouche dans la salle de bain de sa chambre. Ben, non…il a recraché son bain de bouche infesté dans l’évier de la salle de soin (dans lequel décontaminait du matos). Tranquille, il crache dedans ! Ce soir, au moment de la distribution des traitements, en plein repas (dans une salle commune) une patiente à poser son dentier plein d’aliments à côté de son assiette (bon appétit ! ) Un autre patient laisse traîner des mouchoirs sales, une autre des protections hygiéniques douteuses. S’agit-il de mépris de leur part ? de l’incivilité ? est-ce que que sont tous des gros crados ? je ne le pense pas…ça peut arriver mais ce n’est pas la majorité.
    Je remarque que souvent, ce sont des personnes qui sont justes ignorantes (pour tout un tas de raison). J’estime que c’est mon rôle de soignante de corriger, d’enseigner, de montrer, d’expliquer ou de recadrer avec plus ou moins de fermeté en fonction de la personne qui se trouve en face de moi.
    Quand je lis certains commentaires un peu plus haut, je suis un peu attristée, surtout s’ils sont écrits de la main de soignants.

  24. Fred

    A propos de la vocation écrasée: » un jour kuang tzeu se promenant au bord d’une rivière avec un disciple y voit un scorpion,prisonnier de l’eau sur une grande pierre plate.En essayant de l’attrappre pour le ramener au bord il se fait piquer.Patiemment il recommence et se refait piquer.Alors qu’il recommençait pour la troisième fois son disciple lui demanda pourquoi il essayait d’aider un ingrat.Kuang tzeu répondit:il faudrait que je renonce à être Kuang tzeu sous prétexte que ce scorpion ne peut changer? »

  25. Véronique

    Au moment de le faire payer, s’il paye!, lui demander 5€ supplémentaire pour exigence particulière! C’est pour compenser le temps que vous avez du prendre à bien tout enlever! Vous ne nous avez pas dit ce qu’il en a fait lorsqu’il est parti!…
    Courage Baptiste, il y en a encore des biens!

  26. Pascale Orecchioni

    j’adore ton humour Baptiste!!!! ou comment transformer un événement bien crado et sacrément pénible en une belle tranche de rire! c’est notre exercice quotidien en salle des profs. le meilleur moyen de relativiser!

  27. Herve CRUCHANT

    Les critiques et les yaka m’énervent un peu, mes Gens.
    Savez-vous que notre bulle est aménagée comme un vrai foutoir immonde ?
    Où la dépose d’un chewing gum d’occaz sur le bord d’un bureau confessionnal
    devient signe logique et respect d’une certaine idée des procédures
    ignorées. voilà le truc : https://www.youtube.com/watch?v=1Jx6pLKApWM

    maintenant, pour ceux-celles qui n’auraient pas le son :

    Le Crachat
    Leo Ferré

    Ce titre est extrait de l’album : Poète, Vos Papiers
    Année de sortie : 1967
    Label : Barclay

    Glaireux à souhait avec des fils dans l’amidon
    Se demandant s’il tombera du mur ou non
    Le crachat au soleil s’étire

    Son oeil vitreux de borgne où la haine croupit
    Brillant d’un jaune vert pâlot et mal nourri
    Sous la canicule chavire

    D’où viens-tu pèlerin gélatineux et froid
    De quelle gorge obscure as-tu quitté l’emploi
    Pour te marier à cette pierre

    D’un gosier mal vissé ou d’un nez pituiteux
    D’un palais distingué d’un poumon besogneux
    Ou d’une langue de vipère

    Avant que de finir au plat sur ce granit
    Étais-tu préposé au catarrhe au prurit
    Ou bien à résoudre une quinte

    Es-tu le doute du rêveur l’orgueil du fat
    La solution d’un douloureux échec et mat
    Ou l’exutoire du farniente

    Agacé par l’insecte au ventre crevant d’œufs
    Décoloré, suintant, le crachat comateux
    Sur le trottoir enfin débonde

    Tandis qu’agonisant sous des pieds indistincts
    A l’aise enfin chez lui il me dit l’air hautain
     » Je suis la conscience du monde  »

    vu sur : http://musique.ados.fr/Leo-Ferre/Le-Crachat-t48232.html

    Laissez une place à l’humain.
    Que Mieux vous garde
    HC

  28. muraille

    Bonjour,
    Je voulais vous demander simplement pourquoi, au final, vous ne dîtes pas au M. que c’est pas bien ce qu’il fait? Je me dis que ça pourrait faire du bien à tout le monde. (Après, je me dis aussi que vous avez certainement de bonnes raisons, c’est pour ça que je pose la question).

  29. Tijac

    Bonjour,
    Dans un registre très proche, vous devriez jeter un coup d’œil sous les fauteuils de la salle d’attente…. si vous ne trouvez pas de chewing-gum sous les sièges, soit il s’agit d’un miracle , soit vous avez une femme de ménage très conscienceuse (il faudra lui augmenter ses étrennes ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *