La femme qui tournait une page.

L’histoire c’est S., L’écriture c’est moi. Juste merci, tu es une chouette nana !

Aujourd’hui, les vétérinaires sont à l’honneur ! Si les véto veulent m’écrire leur histoire : ICI

Alors voilà, la dame avait dans les 40 ans, elle est venue voir S. en consultation pour euthanasier son vieux chat de 18 ans.
L’animal est maigre, déshydraté, à bout de force, en insuffisance rénale terminale (si, si, les chats aussi).
La dame est très belle, très digne.
Moment difficile, ce n’est pas la meilleure partie du métier de S.
Le chat est là, il s’endort, puis il n’est plus là. Et quand il n’est plus là, la dame caresse l’animal et explique à S. :
“Vous voyez docteur, il y a 18 ans, j’ai eu un très grave accident de voiture avec mon mari. Nous étions mariés depuis 2 mois. Il est mort sur le coup. Moi, j’ai fait 3 semaines de coma. Quand je me suis réveillée, j’étais paraplégique, j’avais envie de mourir, et quelqu’un m’a posé un chaton sur les genoux, dans mon fauteuil roulant. Aujourd’hui je suis debout, je remarche normalement, je n’ai plus du tout envie de mourir, et je me marie la semaine prochaine. Excusez-moi de pleurer comme ça. Mon chat est mort. C’est une page qui se tourne…”.

Je sais bien que mon blog n’est pas la chose la plus cynique du monde (et c’est peu de le dire !). Ici, je veux me faire du bien et faire du bien à ceux qui me lisent, ici je veux parler de bienveillance, parler de comment un chat a vraiment aidé une femme à se remettre debout.
Pour le cynisme, il y a le journal télévisé et tout ce que je n’écris pas sur ce blog, mais dans mes carnets (des dizaines de carnets !).

Prenez soin de vous tous,
Baptiste Beaulieu.

PS : je suis au salon du livre de Nice ce week-End ! Free-hug pour tous !

154 réflexions au sujet de « La femme qui tournait une page. »

  1. Isabelle

    Heureusement qu’il fait beau à Paris, mes lunettes de soleil (maxi verres foncés) cachent mes yeux embués.
    La force de vie et d’amour permet de se relever de tout, encore faut-il faire les bonnes rencontres et y croire.
    Et m…. à ceux qui voudraient qu’une femme porte le deuil toute sa vie.
    Bon we Baptiste, merci pour ce témoignage.

  2. Pivoine

    Merci Baptiste, et merci aux vétos qui endorment nos vieux compagonons de route ….
    Bon salon du livre et joyeuses rencontres !

  3. Herve CRUCHANT

    A force d’en parler, doit bien y avoir un dieu quelque part. Soit. Alors, un dieu à engueuler, çà serait. Parce qu’il ne fait pas des fins de vies convenables aux animaux. On a beau être opposé farouche à la peine de mort, voilà qu’on emmène nos plus confiants nos plus amours désintéressés -mais si!- à l’abattoir. Comme de vrais, de magnifiques salauds que nous ne cesserons d’être. J’en suis sur, de çà : ma vieille chienne soupire en dormant à un mètre de moi. Elle peut presque plus se lever parce ses pattes de derrière. Elle peut presque plus voir où elle va parce que ses cataractes. Elle aime juste quand elle tourne en rond parce que son cerveau et qu’elle cherche une bonne position pour dormir et que je la couche doucement et que je l’endors de caresses sur le museau parce que je suis moi. Et qu’il va falloir…et qu’il va falloir… Dans trop pas longtemps…être un beau salaud d’humain qui tue son chien.

        1. CedA

          Hervé….t’es pas du tout un salaud d humain….tu es un humain qu on rêve d’abrazer pour se frotter contre ton insolite tendresse….et Cilou voulait déjà me piquer le nutella…maintenant elle prétend séquestrer notre Hervé pour elle toute seule…sur le ring en chocolat CIlou…je te défie…et sans la barboteuse…si tu vois ce que j veux dire…et Cath j ai trinqué à ta santé pour fêter ton anniversaire en vol.’.je ne sais pas si j ai vraiment atterri d ailleurs…car une lectrice m’attendais à l aéroport avec des chocolats et un livre d’un d’ici qu’on adore autant que le doc….ce blog à des effets collatéraux incroyables….alors vraiment merci Baptiste pour cette histoire si tendre d’aujourd’hui et ces liens qui nous lient grâce à toi…on devient tous sans le savoir ”le chat”de quelqu’un à un moment de notre vie…..abramerci1000etune fois.

    1. Cath

      Parfois le compagnon s’endort tranquillement et ne se réveille plus, nous donnant ainsi un dernier gage de tendresse.
      Et parfois non, et on doit prendre la décision, quand il ou elle ne peut plus s’alimenter, quand les soins prodigués font davantage de mal qu’autre chose. Quand eux aussi n’en peuvent plus de souffrir.

      Malin le matin comme ça, j’ai mal aux yeux à me souvenir de ma minette endormie dans mes bras à 18 ans elle aussi, les reins ayant finalement lâché après deux années de soins attentifs.

      Et on se dit toujours que c’est fini, qu’on ne reprendra plus d’animal avec soi. Et on se fait avoir au coin du bois, comme un bleu, par le premier qui croise notre route, au propre comme au figuré.
      Bon, je vais gratouiller le minet vautré sur son fauteuil, qui me fait de l’oeil – vert pistache. Lui, il se moque et n’a que faire des remarques déplaisantes ou du cynisme déclarés.
      Tout comme ce blog.
      Et c’est bien.
      Merci BB, vraiment.

    2. P.

      Moi c’était mon lapin,
      Un soir il s’agite dans sa cage en panique totale, on était à côté, on mangeait, on se tourne vers lui en se demandant ce qui se passe et on voit qu’il n’arrive plus à bouger les pattes arrières… Mes parents nous préviennent ma soeur et moi : “là les puces, c’est la fin”
      Alors on fait des gros calins à ce lapin qu’on avait eu parce que nos parents ne voulaient pas de chat, ni de chien. On le caresse, on essaie de le rassurer, et on lui dit au revoir…
      Et on l’abandonne la mort dans l’âme pour aller se coucher, parce qu’après tout la vie continue.
      Oui mais voilà, le lendemain, je me lève la première comme tous les matins, et c’est moi qui le trouve tout raide et tout froid dans sa cage…
      C’est mon père qui l’a emmené à incinérer dans son labo, pas de veto et pas d’urne pour Ébène, mais beaucoup d’amour quand même.

      Alors Hervé, je te comprend si bien…

    3. Cilou

      … ou un ami véritable et désinteressé qui évite des souffrances inutiles.
      Question de point de vue.
      Quoiqu’il en soit… je t’embrasse. Fort.

    4. marie

      et si tu lui parlais du paradis blanc quand tu l’endors de caresses comme les histoires qu’on raconte le soir aux enfants qui ont peur de la nuit…

    5. martineduouiabe

      Ce jour la et qu il soit le plus tard possible nous serons , tous avec toi ( tu sais qui) et même si beaucoup ,la maintenant te le dise ,nous aussi on t aime .je n ai pas osé te le dire en apparte .

    6. Anne

      et si tu l’accompagnais jusqu’au bout, que tu laisses la place ds ta tête pour ce bout qui peut venir tout seul ? Et que tu sois là, juste là, ça ne dure pas si longtemps

    7. Jo

      Tout dépend de la définition que tu donnes au mot “souffrance”. En tant que véto, l’euthanasie n’est clairement pas le geste le plus amusant qu’on aie à pratiquer. Et clairement, dans certains cas, c’est difficile de ne pas juger le propriétaire qui vient juste parce que “vous comprenez il pisse partout maintenant, et j’ai les petits enfants à la maison pour les fêtes de fin d’année, alors…” (et encore, j’édulcore).
      Mais souvent aussi, on voit un animal qui souffre, qui n’est pas bien, qui est terriblement limité dans sa liberté de mouvement, qui ne peut plus avoir les petits plaisirs qui ont été les siens toute sa vie. Et là on se dit “oui, ok, je pourrais le bourrer de médicaments encore un peu plus, pour qu’il fasse encore quelques pas. mais vu son état, ces quelques pas valent-ils vraiment la peine?” Au final, c’est le propriétaire qui sait. Parce que très souvent, il connait tellement bien son animal, que le jour où celui-ci n’en peut plus, il a trouvé sans équivoque un moyen de le faire savoir.
      Mais ta position est clairement doublement compliquée. C’est jamais facile, quand c’est un vieux compagnon de vie, de se dire qu’il va être temps de lui dire adieu. Mais en plus, chez vous, on ne se pose pas tous les jours la question du “dernier pas vaut-il la peine”, ou alors certainement dans des termes totalement différents. Une amie et camarade de promo, il y a quelques années, me disait en pleurs que c’était terrible ce qu’on faisait vivre a sa grand mère. Elle était hospitalisée, avec une insuffisance respiratoire complètement décompensée et au dernier degré, et il était juste clair à la voir que c’est pas joli joli de se noyer dans ses propres poumons à longueur de temps. Mais voilà, elle était encore là. Parce que toute la famille n’était pas prête à la laisser partir, parce que dire ce genre de choses dans un hôpital ça ne se fait pas, parce que la question éthique se pose autrement quand il s’agit de vie humaine. Et ce jour là, mon amie m’a dit “salauds! mais putain ça serait un chien on la laisserait pas souffrir comme ça! comment peut-on être inhumain à ce point??”
      Juste une question de point de vue, au final.
      Courage pour ces moments difficiles…

  4. Marion

    Ce que je vais dire va sembler banal puisque je le dis et le redis souvent, mais “Wahou, c’est trop (ou plutôt tellement) émouvant. Je veux dire, cette femme, sa vie qui commence et qui brusquement aurait pu disparaître, s’arrêter, cette perte, ce coma. Mais ce réveil, ce petit chaton, et cette victoire, la vie qui continue malgré tout, cette force d’avancer. Et cette perte de nouveau, cette “page qui se tourne”, cette déchirure encore. Mais cette force toujours, ce mariage, des projets surement, et la vie. La beauté de cette femme, sa dignité, sa force.
    Merci pour cette belle anecdote pleine d’espoir.
    Marion.

  5. Elodie

    Il y a presque un an je m’apprêtais à me marier, un mois avant le jour J, mon chat, mon vieux chat de 18 ans, insuffisant rénal depuis 4 ans, soigné avec amour depuis autant de temps à vu son état se dégrader d’un coup. Il était faible, il était déshydraté et on a supplié le véto de faire quelque chose, de le soulager, de le prolonger. C’est idiot, la seule chose à laquelle j’étais capable de penser c’était “Non, pas AVANT”. Pas avant le jour J et toute la joie qui allait avec. Et puis, il est devenu encore plus faible, encore plus déshydraté et on voyait bien qu’il souffrait, alors on a été ces salauds et on est retourné chez le veto, AVANT (mais est ce vraiment salaud ? il y a des humains qui se battent pour avoir le droit à cette fin là).
    Bref, je suis mariée depuis presque un an, en te lisant je réalise que mon mari va bien et que je suis sur mes deux jambes, mais quand je repense à cette période, je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’il y a presque un an j’ai vraiment eu l’impression tourner plusieurs pages d’un coup.

  6. Cécile

    Merci pour la belle histoire de ce petit chat et de cette jolie dame très digne et magnifiquement humaine.
    Merci pour cette belles histoire d’amour.
    D’amourssss…

  7. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Ma mémé disait : “qui n’aime pas les bêtes n’aime pas les gens”. Alors voilà, tu aimes les gens et tu aimes les bêtes. Cela fait partie des choses pour lesquelles on t’aime nous aussi.
    la bise

  8. Lise

    @Hervé

    douces caresses à cette petite chienne qui t’accompagne et que tu accompagnes en douceur vers ……….

    ici, c’est une vieille vieille minette qui coule des jours tranquilles à nos côtés (elle a plus de 20 ans, je ne me rappelle même plus quelle âge elle a exactement !)
    et crois-moi, elle ne se laisse pas faire face aux jeunes chats qui vagabondent aux alentours !
    “respect la vieille” semblent-ils penser ….
    les vieux (humains ou non) ne cessent de nous surprendre, c’est pas notre cilou qui dira le contraire …

    @ la fine
    je n’ai pas visité ma messagerie depuis une semaine, dites-moi que vous ne l’avez pas fait exploser …… 😉

    ciloux à tous

  9. Yaya

    Baptiste, J’adoooooore votre blog, j’y vais plusieurs fois par jour pour si jamais (je rêve hein !) il peut y avoir deux, voire trois articles dans la même journée… Bref, pour m’amuser encore plus, je rêêêêêve (oui je suis une rêveuse !) de m’offrir votre bouquin. Malheureusement, ayant les poches très vides (sniiifffffff), je ne peux pas l’acheter à ce prix… :'( Savez-vous s’il va paraître format poche, un de ces quatre ?? Dites ouiiiiiiiiii !!
    La bise

    1. lmlavie

      @Yaya
      Si vous êtes d’accord pour donner vos coordonnées à Baptiste,je propose de vous envoyer mon livre afin que vous n’ayez pas à attendre sa sortie en livre de poche! (je tâcherai de me le procurer de nouveau par ici,où l’on est un peu ravitaillés par les corbeaux!!!) Imaginons que je l’aie volontairement oublié sur un banc et que c’est vous qui l’ayez trouvé,tout simplement…:-D
      Alors,je vous dis à bientôt…

      1. Yaya

        @lmlavie @cilou franchement mille fois merci votre geste à tous les deux est terriblement généreux et vraiment adorable. Ça me touche à un point vous pouvez pas savoir. Déjà hyper heureuse de savoir que e vais pouvoir le lire mais surtout de me dire que des gens aussi extra existent c’est top 😀 par quel biais puis je vous transmettre mon adresse ? Et je vais solliciter que l’un de vous deux je ne vais pas piquer les deux bouquins 😛 encore une fois merci infiniment ça me touche au plus profond :,)

        1. Grand33

          Bonjour @Yaya
          je pense que baptiste peut communiquer à Cilou et Imlavie ton mail si tu es d’accord et après l’une et/ou l’autre prendront assurément contact.
          la bise

        2. lmlavie

          Coucou @Yaya,
          Comme le dit Grand33(bises au passage!),il te suffit d’aller à ‘contact’dans le menu,tu expliques bien à Baptiste qu’il doit me transmettre ton adresse mail(ce qu’il fera avec grand plaisir,je n’en doute pas) et le tour est joué,je te contacterai sans tarder!:-D
          Par contre,faudra que tu partes à la recherche de Bibi si tu veux qu’il te le dédicaces…!!!
          Je me permets de t’embrasser et à très vite…

  10. Maya

    Je suis vétérinaire, depuis peu. Et je ne trouve pas salaud d’avoir la possibilité d’abréger les souffrances d’un animal qui souffre. Ce serait tellement plus simple qu’ils s’endorment tous tranquillement, pour ne pas se réveiller, quand la lumière vacille, et le corps est épuisé. Malheureusement nos animaux souffrent des même maladies que nous (cancers, insuffisances rénales, insuffisances cardiaques etc…les chats ont même leur sida), et quand ni la médecine ni la chirurgie ne peuvent plus rien pour les soulager, alors nous devons prendre une décision. Si souffrance il y a. Cela reste un choix. Mais je trouve ça bien qu’il existe. Parce qu’ils nous ont confié leur vie (ou du moins, nous en avons pris la responsabilité en les adoptant), il me semble juste que nous puissions veiller à ce qu’elle se termine avec le moins de douleur possible, quand le moment est venu.
    Cela n’enlève rien au fait que c’est extrêmement difficile, d’être celui qui décide. Il y a des décisions que personne ne voudrait avoir à prendre.

    PS : merci, merci pour tous ces morceaux de vie Bibi

  11. Pat

    Très difficile de décider l”arrêt d’ une vie surtout quand on a fait tout ce qu’il fallait pour la maintenir . On peut aider nos amies les bêtes à partir sans prolonger inutilement leurs souffrances parce qu’on les aime pour de vrai .
    Peut-être qu’un jour les” Z’humains ” en France, s’aimeront -ils assez pour s’accorder ce privilège ?
    ps: super bonne idée les histoires de Véto , quand j’étais petite, j’adorais les histoires de James Herriot.

  12. omer

    Je suis un vieil homme, j’ai 74 ans. Un de mes derniers petits plaisirs est d’aller acheter le matin mon journal favori et d’aller le lire dans le jardin de la mairie, proche de mon domicile. J’ai mon banc préféré, je m’y installe pour une petite demi heure… Presque chaque jours un chat tigré appartenant sans doute à des voisins venait faire un tour. Je l’appelais, il n’était pas farouche, il s’approchait de moi, je le caressais un peu, puis il repartait faire sa promenade, puis il escaladait le mur et rentrait chez lui… Avec le temps, il me reconnaissait, il venait de lui même se frotter à mes jambes, il lui arrivait de venir s’asseoir sur le banc à côté de moi, en ronronnant…
    Et puis depuis une quinzaine de jours, je ne l’ai pas revu. Pourtant je vais au parc chaque matin. Il a disparu, peut-être est-il parti en vacances avec ses maîtres, peut-être s’est-il perdu, je n’ose envisager le pire… Je suis triste, cet animal me manque, c’était sans doute le dernier être vivant de ce monde paraissant heureux de me voir…

    1. Grand33

      Bonjour @omer
      Je ne peux pas être heureux de vous voir car malheureusement je ne le peux pas à travers l’écran, Mais je suis heureux de vous lire.
      Votre message est triste et très touchant. Si vous le voulez bien je serais, et d’autres aussi j’en suis sûr, heureux d’avoir des nouvelles de ce compagnon de lecture s’il refait surface.
      Sinon passez quand même nous faire un petit coucou sur ce blog, nous serons vraiment heureux de vous lire à nouveau.
      J’ai personnellement 3 chats à la maison, alors je me permets de vous envoyer des tonnes de ronronnements…….

      1. Cath

        Grand 33 et trois chats ? Alors c’est Grand 333, non ?
        Diantre, de la concurrence. En tous les cas, je me sens moins seule maintenant au pays des poires 🙂

        On part pour adopter une minette, et on revient avec le petit frangin en prime au motif qu’on ne peut pas le séparer de sa grande soeur, que personne ne l’adoptera parce qu’il est handicapé -la queue de traviole et le dos arqué, il ne sait pas sauter et marche en faisant des ronds jambe- mais surtout parce que c’est un tombeur enfourré de charme…
        A vous @Omer, quelques ronronnements pour apaiser vos inquiétudes.

      2. Marion

        @ Omer :
        Monsieur,
        Je me joins au message de grand33 pour vous dire combien je serai heureuse de vous retrouver sur ce blog. Votre message est d’une si jolie sensibilité. C’est comme si en vous lisant on pouvait presque vous voir, vous chaque matin sur ce banc, ce petit chat qui passe, vous reconnaît, votre petit rituel à tous les deux. Je comprend votre tristesse, le manque, mais je suis sure que d’autre personne seraient heureuse de vous voir, de vous connaître et d’échanger avec vous. Alors je vous imagine, vous sur ce banc avec ce chat, vous un Monsieur au grand cœur qui gagne à être connu et aimé. A bientôt je l’espère.

    2. Pivoine

      Bonsoir Omer,
      Moi aussi j’attendrai des nouvelles de votre matou de rencontre … mais pourquoi, plutôt que d’être triste sans savoir, ne pas aller au devant des nouvelles et sonner par delà le mur ?
      Qui est le salaud Hervé ? Celui qui laisse souffrir ou celui qui fait mourir …

      1. Cath

        Mais oui @Omer.
        @Pivoine a raison. Il faut aller s’enquérir, et si ça se trouve, ce chat vous a montré à quelle porte aller frapper.

        Et pensez juste que nous sommes quelques uns à nous asseoir à vos côtés sur ce banc, et même à lire le journal avec vous, peut-être par-dessus votre épaule même si ce n’est pas toujours poli, pour pouvoir commenter et échanger avec vous.

      2. marie

        ni l’un ni l’autre, un jour dans sa vie d’humain on peut signer un papier disant “svp pas d’acharnement thérapeutique” et puis quand le moment est là,dire merde demain y’a la finale du superball et moi j’ai signé ce putain de papier et aie j’ai mal, mais bordel qui va gagné….oui dès fois y’a des urgences plus urgentes que de mourir.
        mais un animal ça ne sait pas écrire …alors voilà…. abîme d’incertitude ; par contre ils ont la même faculté que les humains attendre le retour de quelqu’un qu’ils aiment pour mourir

    3. Fol2

      Bonjour @Omer:
      Pour info, c’est le printemps, les oiseaux chantent, et les minettes ont chaud…..alors peut-être que votre matou préféré fait la fiesta la nuit (et dort la journée)….je suis sûre qu’il va ré-apparaître. En tout cas je me joins au fan club: au plaisir de vous lire 🙂
      P.S: j’ai toujours voué une passion infinie pour les chats…indépendants, certes, mais quelle intelligence, quel réconfort avec leurs ronronnements (il est prouvé qu’ils nous apaisent), bref ce sont les champions du déstress 🙂

      1. Cath

        Et moi donc.
        Petite, je partageais une chambre avec mon frère qui se faisait un devoir de me raconter des histoires horribles de fantômes et autres scélérats à vous glacer les sangs avant de se tourner vers le mur et de s’endormir comme un pacha, tandis que moi, perdue d’effroi dans le noir, je guettais la nuit.
        La porte s’ouvre d’un claquement sec et la lune qui baigne la pièce voisine envoie un filet de lumière pâle. Aucun bruit. Soudain quelque chose atterrit au pied du lit. Complètement invisible, cela remonte le long de mes jambes. Deux traits jaunes brillent dans le noir et flottent vers mon visage, toujours sans bruit. Je suis absolument terrorrisée. La chose creuse mon oreiller, m’effleure le nez et la joue et se met à me bercer d’une ronronnante apaisante.
        La chose était noire comme une nuit sans lune et s’appelait Satanas, savait parfaitement qu’il ne pouvait dormir dans la chambre des enfants, mais avait sa manière de voir les choses et d’interpréter les règles.
        Je n’ai plus peur du noir, mais j’ai toujours un gardien sur l’oreiller 😉

    4. martineduouiabe

      @ Omer,le jardin de la mairie proche de votre domicile,ou il y a votre banc préfère c est ou ? car j ai l impression que beaucoup de gens de ce blog seraient heureux de vous connaître ,bon d accord nous ne ronronnons pas .

  13. Nadège

    Bonjour Bibi,
    J’ai envie de rapprocher cet article du procès qui se tient actuellement à Pau…. A-t-on le droit de mettre fin aux souffrances d’un animal ou d’un humain quand on sait que l’issue est de toutes façons inéluctable ? A moi aussi un médecin a dit “on ne va pas laisser votre père souffrir” ou bien est-ce ce que j’ai entendu ? En tous cas, même si cela a “avancé’ la date de son décès, je remercie ce médecin qui lui a permis de partir sans souffrir (du moins je l’espère).
    En tous cas, Doc Bibi, merci (même si vous ne publiez pas ce post un peu hors cadre)

    1. Grand33

      pas du tout hors cadre @Nadège,
      l’est malin notre bibi, les parallèles connait bien le bougre. Je suis sûr qu’il y pensait aussi
      La bise

    2. Cath

      Ce n’est pas hors cadre, mais si je comprends bien à lire la presse, ce procès est celui d’un homme qui a pris des décisions unilatérales, sans consulter les familles, sans consulter les équipes médicales… J’ai plutôt l’impression d’avoir affaire à une personne qui s’est arrogé un pouvoir, sans réelle considération pour les autres, les soucis ou désirs exprimés.
      Savoir qu’une fin est inéluctable n’empêche nullement de discuter avec la famille, et surtout d’accompagner celle-ci et ceux qui s’en vont.
      A lire les témoignages rapportés par la presse, il ne semble pas qu’une véritable empathie ait guidé les actes de la personne qui comparaît.
      Mais sait-on ce qui se passe dans la tête des autres ?

      Et non, finalement, je sais que je ne ferais confiance à ce genre de personne. Et je ne crois pas que la situation soit semblable, parce qu’ici, nous nous posons des questions.

    3. Celle qui n'existait pas

      @Nadege Je suis d’accord avec vous aussi bien pour les humains que pour les “non-humain”.
      Ma fille a été élevée avec un chat. Elle le considérait comme un grand frère. A 5 ans, elle lui faisait boire de l’eau avec une pipette pendant son insuffisance rénale ‘et oui, on ne meurt pas toujours( au grand dépit du véto d’occasion). Et il a été renversé par une voiture et mon mari l’a aidé à mourir.
      Nous l’avons dans notre cœur comme tous nos aimés. C’est la seule place où ils peuvent être mais ils n’en bougent pas.
      Si je meurs souffre ou un être cher je remercie d’avance le médecin ou autre personne de faire le geste de mon mari. La souffrance ne sert à rien sauf à souffrir et faire souffrir les autres.
      Oui un chat peut sauver une vie, il remplit le vide que les humains ont créé et il devient la vie. Et plus tard, quelqu’un comble cette vie. Le relais se passe. ainsi continue la vie sur cette planète.

  14. Nuts

    Monsieur Omer, votre message est si élégant, j’ ai écrit et effacé plusieurs fois le commentaire car mon écriture n’est pas aussi belle que celle des autres ici mais vous m’avez beaucoup touché. J’avais écrit que je serrai heureuse de passer chaque matin un moment avec vous sur ce banc mais ça fait un peu trop proposition indécente et je n’ai pas trouvé de façon plus élégante! Yaya aussi m’a touchée et ceux qui lui ont répondu.
    Vous êtes formidables tous.
    Bien sûr qu’il faut lui trouver un exemplaire de ce livre un spécial dédicacé de tous les lecteurs de ce blog!
    Il est difficile je pense pour toutes ces personnes de livrer ici leurs secrets de vie mais quand ils le font c’est magnifique et les réponses le sont encore plus. J’en ai fait d’ailleurs moi même l’ expérience…que d’ailes vous m’aviez donné
    Mr Baptiste, biensûr je ne laisse pas ceux-ci vous voler la vedette… vous réconciliez plus que vous ne pensez, vous réconciliez les hommes avec les hommes et parfois même avec eux mêmes.
    Mr Baptiste prenez soin de vous aussi.

    1. Grand33

      Bonjour @nuts
      Il n’y a pas de “vilaine” écriture. Chacun écrit avec ses mots et quand ils viennent du coeur comme souvent, on est content de te lire.
      Moi aussi le message d’omer m’ a beaucoup touché et j’aimerai vraiment pouvoir faire plus que quelques mots, mais qui sait ? Sur ce blog plein de choses semblent possible …….
      La bise

      1. CedA

        Je confirme…les miracles arrivent ici….j’entourre Omer de mes bras remplis de tellement de tendresse de fidèles lecteur/trices recue ici…

  15. Elsouille34

    Ce sont aussi nos compagnons de vie…
    Quant à abréger les souffrances j’ai moi aussi entendu expliquer “la piqure qui hâtera la fin” ces quelques mots lourds de sens mais qui allègent un peu la peine

  16. Albigène

    J’avais une douce chatte angora qui s’appelait Misty…Presque 18 ans d’amour et elle s’est paralysée des membres inférieurs. Elle souffrait et le véto l’a aidée à voir comment une petite chatte pouvait faire aussi du poney multicolore.
    Je ne comprends pas pourquoi certains n’aiment pas les chats. Peut être étaient ils souris dans une vie antérieure ??
    Baptiste. Bon salon à Nice. Mais prend garde aux niçois qui mal y pensent !!!
    PS : moi aussi j’aime Monsieur Hervé

  17. sylvie

    Hervé.. J’ai trois chiens..Tous récupérés par hasard! Heu le hasard???
    Parce que je le veux bien et parce qu’ils le valent bien!
    Je sais qu’ils sont heureux et cela me rend heureuse!C “bête” mais..
    Pour les chats, yen a un sauvage qui a suivi les dernières années de la vie de mon père et aujourd’hui il est la bouée de sauvetage de ma grande soeur. Il y a bien sur un lien..
    Ne les sous estimons pas. SURTOUT ne sous estimons pas les animaux!
    Merci à vous.

  18. Miss Niet

    Cet article, les commentaires… J’ai les larmes aux yeux. Je suis un peu à fleur de peau en ce moment. Et je repense à mes 2 chiens, partis avec le veto faire du poney multicolore. Quand il n’y avait plus aucun espoir. Une pathologie cardiaque héréditaires qui ne laissait que 2 alternatives : l’arrêt cardiaque brutal ou la noyade dans le liquide des poumons. Quand leurs petits poumons ont été trop rempli pour continuer on a arrêter là. Mes petits rats aussi. À chaque fois on leur a parlé. Des pages qui se tournent pour chacun de nos petits compagnons qui ont été la pendant des années. Et je regarde ma mimine qui dort sur le fauteuil, qu’on a accueilli quand on a emménagé ensemble. Celle qui vient me patouner le soir quand la thèse est trop dure, miauler dans mon oreille quand je loupe le réveil. De nouvelles pages à écrire 🙂

  19. Fol2

    En lisant le quotidien local, je viens d’apprendre qu’un “bar à chats” vient d’ouvrir à Narbonne, le 2e du genre en France….pour ronronthérapie 🙂

  20. Jissou

    Mon chat aura 14 ans au mois d août. Je l ai eu en septembre, je l ai nourri au biberon. Je suis tombée enceinte en même temps. Et j ai fait une fausse couche 6 mois plus tard. Ce que les psy appellent “un transfert”, je connais bien, je le vis au quotidien. Et je sais que le jour où mon chat partira, je vais souffrir au delà de ce que j imagine..
    Ton article me touche, au plus profond de mon ventre..
    Continue à nous faire rire, pleurer, vivre…

  21. Miss P

    Touchée, coulée…

    J’en pleure parce que c’est tellement émouvant à plus d’un titre.
    Mais comme je suis un peu maso, MERCI Baptiste pour ces belles histoires qui nous touchent. Toujours tant d’humanité. Ça secoue souvent, mais en même temps ça fait du bien…

  22. Coyote

    Merci Bibi de parler un peu de ces bébètes qui nous côtoient sur cette planète!
    Qu’on les mange, qu’on s’en serve, ou qu’on les vénère, que serait l’Humain sans elles?
    Elles nous portent, nous soutiennent, supportent nos transferts émotionnels et spirituels
    Nous nous construisons par rapport à elles, en rejet d’elles,
    Et pourtant c’est souvent elles qui rappellent les plaisirs primaires, le bon sens archaïque
    D’être en vie, d’être là, auprès de nos proches, autour d’un repas
    Les seules qui, jusque ici, redonnent le sourire par leur joie de vivre,
    à ceux d’entre nous qui l’ont égaré en route, le long d’un parcours erratique.

    A mes chiens, et mes affreux chats!

  23. Pat

    Cath , j’ai 4 chats , deux chiens et un cochon d’inde , merci de valider mon inscription au club des bonnes poires . Omer votre message est touchant , je vous transmets aussi un lot de ronrons frais du matin .
    Bizzz à partager pour tous .

      1. Cath

        Sais pas, mais j’en suis. On sera au moins deux.
        J’ai dégotté des bottines à clous, depuis le jour où on m’a présenté une mygale arthritique – l’âge, vous comprenez ?
        Moi, j’étais pour l’euthanasie directe, mais il y a des gens avec qui il est impossible de discuter, au prétexte qu’ils sont attachés à leur bestiole…
        Je vous jure que c’est pas des blagues, mais je peux vous assurer qu’une belle amitié n’a pas vu le jour ce coup-la ! Faut pas pousser quand même, c’est vrai quoi 🙁

    1. Cath

      Inscription non seulement validée sous les acclamations enthousiastes, mais avec un titre honorifique en prime, genre Poire belle Pat ? Ça dit ?

  24. marie

    Du cynisme,
    Certains flashs mémoriels sont a vitrifier, à démystifier par de verres soi d’urgence, sous peine de vitrifier vraiment son cœur, parce qu’un cœur de verre c’est fragile et ça ne bat pas , la vie n’y est pas.
    Ou alors en faire une œuvre d’Art.
    Il existe au large de Fort Bragg, Californie United State, des plages de macro particules de verres , déchets polis amoncelés des âmes hérétiques.
    Il y en à tant, de toutes les couleurs, mosaïque bigarrée mouvante , aléatoire de ce qui fut tangible, un verre pour boire un coup de rouquin, des plats pirex à clafoutis, des éprouvettes incantatoires, la chaussure de Cendrillon , la coupe de nos saints Graal…qui sait!
    Imagines une pluie d’orage fou sur ce tapis irisé puis le soleil et enfin un arc en Ciel…
    De la laideur révéler la beauté.

    ps un kiss particulier à tous ceux qui ne savent pas encore qu’ils sont alchimistes et tiens look
    http://www.photomonde.fr/wp-content/uploads/2013/06/La-plage-de-verre-de-Fort-Bragg-en-Californie-%C3%89tats-Unis-photo-02.jpg

    1. Cath

      ” des plats Pyrex à clafoutis”
      Décidément, Marie la Bleue, tu es vraiment unique pour trouver les associations qui me mettent en joie.
      Et merci, je sais maintenant où j’ai égaré ma pantoufle. Pas étonnant que le prince la cherche encore… 😉

        1. marie

          damned euthanasier les mygales des princes charmants mais ça ne ce peut….
          (((ha j’oubliai v’là que j’freete me to donc ça va être grand silence pour une période indéterminée et là je suis punite grave)))

        1. Cath

          Ben vu le retard, il ne sera plus vraiment charmant. Ça ne se fait pas de faire attendre les dames. Ouste !
          Eh Marie, ça veut dire quoi ” j’freetme to”, parce que là, j’y entrave que pouic. Et pourquoi silence indéterminé ?

          1. lmlavie

            @Cath,
            Un Prince charmant d’accord,mais je te souhaite aussi un très joyeux ANNIVERSAIRE!!!! (j’espère que ce n’était pas une blague quand tu avais parlé du 17 Juin…:-))
            Je t’embrasse. Passe une belle journée…:-D

          2. Grand33

            ça c’est le langage de Marie quand elle prends plus ses cachets. Elle se met à parler le freetmeto, langage d’origine finesque lié à certaines infirmières lorraines qui n’ont pas tout compris parce qu’elles ont free.
            En clair pour les terriens, sa messagerie sature grave et gêne le bon fonctionnement de son informatique. Donc difficulté à communiquer pendant …. un certain temps !!!
            la bise

          3. Cath

            C’est gentil @Lmlavie, c’était pas une blague, hélas pour le pauvre monde. Si CdA a fêté ça dans l’avion depuis ce matin, j’espère qu’elle loupera pas la passerelle à l’atterrissage 😉 sinon, elle nous chantera Manon en prime.

            Merci Grand33, je n’ai absolument rien compris aux explications à part la conclusion. Mais je suis une courge en matière d’internet ( et pas que, d’accord, j’entends les autres qui susurrent). J’espère que Marie va retrouver ses cachets, les bleus ou les roses ?
            Bise à tous

          4. Mésange

            Bon anniversaire Cath! Je n’ai pas pu résister en entendant ça… https://www.youtube.com/watch?v=0TsBinVLd2s
            (Souvenirs souvenirs de quand mes garçons étaient minots!)

            Euh… peux plus apercevoir une araignée sans penser à toi!!! Pourtant tu ne l’as vraiment pas dans le citron!
            Caresses de plumettes

            @lmlavie
            Heureusement que t’es là!!! PoutousYoupi

          5. Mésange

            @Grand
            Tes traductions finiesco-françaises sont trop top!!! Même chez Larousse, ils n’oseraient pas se lancer là-dedans… surtout quand c’est Marie qui cause!

            @Cath
            CedA n’a pas loupé la passerelle et Marie a pris ses cachets spécial-repassage!
            As-tu bien regardé le calendrier aujourd’hui? Côté fête et plus anniv? Il va m’estourbir… mais tant pis! On l’èèèèèème!

          6. Cath

            Mésange
            Je n’ai pas le calendrier des fêtes, mais normalement c’était la St Hervé dans le temps, mais peut-être que je me goure ?
            Merci pour les caresses de plumettes, mais je ne sais pas si je vais pardonner la séquence club Dorothée 😉
            Et pour ce qui est de l’araignée, ni dans le citron, ni au plafond – d’ailleurs je ne repeins rien et je refuse de monter dans les beffrois – j’ai le vertige, tout pour plaire.
            Merci de me faire rire ( c’est quoi le comprimé repassage ? Ça passe le contrôle antidage ?)

          7. Cilou

            Hahaha oui en lorraine les IDE ont free elles ont pas tout compris 😉
            J’t’aime Frangin, et tous mes autres frangins-frangines aussi <3

          8. Mésange

            Cath… tu refuses de monter dans les beffrois? Pourquoi pas dans les donjons et les tours tant que t’y es!!! Ah la la! Mais comment veux-tu arriver à trouver un prince charmant????
            Les cachets spécial-repassage te permettent de faire disparaître un Hymalaya de linge à repasser en 3 coups de fer… ou presque! Non non… pas de fumette…
            PoutousdusoirVafairenoir

          9. Cath

            Les Mignons ? C’est plus dans ma partie 😉
            Merci Marie.
            A ta santé Cilou – c’est bon le Loupiac ?
            Bon, ben moi, je retourne à mon verre de flotte, hic 😉
            Et je note le 3 octobre.

      1. marie

        avant y’avait Martine mais ça c’était Avant ! maintenant y’a Martineduouaibe, c’est à cause du Grand Alchimiste Magicien Initiateur de Nour , oui je sais G.A.M.I.N comme quoi aux âmes bien nées la bonté, la douceur, la clairvoyance n’attendent pas le nombre des années.

    2. marie

      à G33 rhôôô le freemeto c’est le meilleur antirouille du cortex qui existe man! mais quand même heureusement qu’lmlavie est là pour tenir l’agenda BON ANNIVERSAIRE CATH!

        1. Cilou

          AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH mais oui bien sûr c’est l’anniv de Cath !!
          Un très bel anniv à toi, et je te renouvelle l’assurance de mon plaisir à te croiser sur ce blog !!
          Mille bisous

          Cilou

      1. lmlavie

        Les filles,pour les annifs,faut me demander!!!(à condition de m’avoir donné la date au moins une fois bien sûr,suis pas extralucide…!! Quoique……:-D)
        Moi j’ai un antirouille du tonnerre pour la mémoire,la synesthésie…(si si,je vous assure que ça aide réellement à imprimer un tas d’infos…:-)) À chacun son truc…En tout cas,moi aussi Mésange,j’ai pensé à sa fête:-D
        Des bises à toutes zé à tous!

          1. lmlavie

            Désolée Grand33…
            1/ Je parlais à Marie et Mésange en disant ‘les filles’ vu qu’elles m’avaient adressé un msg et que le tien ne figurait pas encore…
            2/Si les nanas n’étaient pas là pour rappeler les dates importantes,pas certaine qu’on aurait souvent des bouquets de fleurs……:-D
            (Dois-je préciser que je ne le pense pas????
            Je me méfie de mon humour qui me joue des tours…parfois…:-D)
            Des bises à toute la gent masculine de ce blog ,pour me faire pardonner…!!!!

          1. lmlavie

            @Cilou
            Ta jumelle aussi elle est du même jour?
            (Pas la peine de ricaner dans mon dos…Y en a une qui peut être née juste avant minuit et l’autre après minuit,qui sait??…:-D)
            Bon,sinon,tu paries quelle bouteille,que je m’en souviendrai…?? Perso,si je gagne,je préfère des chocolats!!!! (Tu peux commencer à préparer le colis…!!)
            Plein plein de bisous à toi aussi<3(et @Grand33 bien entendu…Faut pas que je l'oublie, sinon je me fais rappeler à l'ordre…:-D)

          2. Cilou

            Ma Twin est du même jour… Ainsi que notre petite soeur Pompon, née le jour de nos 6 ans. A l’époque je ne voyais pas ça comme un cadeau, maintenant si.
            Le 3 Octobre (ou autour de cette date) on organise tjs une fête de la fratrie, à laquelle sont conviés le reste de nos frères et soeurs.
            Dans le genre dates marrantes, j’ai 2 autres soeurs nées le 22/12.
            Une en 1994, une en 1995. Pas du même nid (l’une est de mon père, l’autre de ma mère).
            Les frangins ont 25 ans cette année, mais ne sont pas jumeaux non plus (cf les petites, c’est même acabit).
            On a rassemblé les dates pour que ce soit moins le bordel à retenir…

            ça va t’en faire des colis tout ça 😉

            ps a propos de colis tu m’as devancée pour Yaya.
            Alors il me reste un bouquin, si ça intéresse qqn sur le blog.
            A bon entendeur !!
            Des bisous !!

  25. Margot

    @ OMER

    Pourquoi n’iriez-vous pas faire un tour à la SPA?

    Avec tout cet amour que vous avez à offrir, vous pourriez rendre un chat heureux… les pauvres qui ne vous connaissent pas ne savent pas ce qu’ils manquent!
    Amitiés

  26. cnimp

    Merci à DocBibi pour cette si jolie histoire.
    Peut-être que la vie, c’est comme une matriochka, une poupée russe en bois peint.
    On l’ouvre, et puis on en trouve une autre à l’intérieur, aussi jolie, et puis encore une autre et une autre …

    NB 1 Un poème que j’aime http://www.poesie.net/jam1.htm
    NB 2 Un chouette parcours http://www.charles-rozoy.com
    NB 3 Pour le purin, j’ai la championne du monde à la maison, ma bouboune d’amour 🙂

    1. lmlavie

      @cnimp,
      Je ne rêve pas,c’est bien un sourire que je vois à la fin de votre com???
      Alors??Alors??…Il est où le purin,Bibi??
      Ne me dis pas que tu vas te dégonfler devant tant de témoins???
      Bouducon,que de la bouche…mêm’pas drôle!!!
      Des bises,en attendant que le spectacle commence…:-D

      1. Cath

        C’est vrai que ça marche bien le truc pour la mémoire dis donc. On l’aurait loupé ce sourire… Alors Bibi ? Une promesse est une promesse. Se rouler dans le chocolat, allez hop ! 😉

  27. vio

    MOi aussi j’ai eu mon chat “pansement” pendant 18ans et demi. Un ami m’a fait ce drôle de cadeau d’anniversaire après que ma maman décède d’un cancer suite à 2 ans de luttes, de souffrances, d’espoirs, de renoncements,de pleurs avec elle. Quand je l’ai retrouvé écrasé devant chez moi, au milieu de la rue, la veille de mon départ en vacances, j’ai hurlé de douleur!
    Et puis, la vie continue

    1. Pivoine

      Quoi qu’il arrive dans nos vies @Vio,vous avez raison, la vie continue pour les plus nombreux d’entre nous (courageux, inconscients, lâches, forts, faibles, convaincus, curieux, …. au choix). Ceux qui “abandonnent” , de gré ou de force, nous manquent cruellement ….
      Omer, où êtes-vous ?

  28. Bewe

    Ces bêtes la, les toutous, les minous, les lapinoux, on y tient parce qu’il font partie de notre vie et de notre famille. Toujours contents de nous voir. On peut leur parler ils ne feront qu’acquiescer, jamais contrariants, on peut même les enlacer pour pleurer ou rigoler ! Ce sont nos confidents et pour certains une raison de vivre. Alors moi je vous dit que le premier c****** qui me dit que ça sert un rien un toutou, un minou ou un lapinou, que ça coûte cher, que ça vaut pas le coup, je lui tord le cou !!

    1. Cath

      Pas d’accord.
      Je veux dire qu’un de mes chats la ramène toujours, discutaille constamment, et passe aux mesures de rétorsion sauvage si il n’a pas le dernier mot, genre arroser le mur des toilettes… De plus, c’est lui qui câline, de préférence si je suis à l’ordi ou si je veux bouquiner relax. Alors, si j’obtempère, oui, il n’est pas contrariant 😉
      Cela dit, après 14 ans de vie commune et d’Amour exclusif, on s’habitue très bien. Le plus dur, c’est d’avoir la permission de minuit, mais j’y travaille sans relâche.
      Maintenant, si il fallait tordre le cou à tous les cannards qui y vont de leur appréciation, on n’est pas rendu ! Vaste programme (De Gaulle dixit).
      La bise itou, et aux minous, toutous et lapinous de tout poil.

      1. monkaleidoscope

        ben, vi ! suis d’accord avec Cath !
        perso, je suis l’heureuse compagnogne, depuis 15 ans, d’une psycho-cat à poils noirs …
        procède à un tri systématique et impitoyable parmi les invités de la maison : certains seront juste snobés, d’autres seront sadisés (jusqu’au caca dans les chaussures)
        me sort du lit en fanfare si l’heure des croquettes matinales est dépassée
        sait faire grincer chaque meuble si ne s’estime pas assez écoutée, ou vous regarder en tendant la papatte vers LE objet auquel vous tenez si vous n’obéissz pas assez rapidement
        bref, beaucoup d’amis et une grande partie de la famille refusent de la garder ou la tiennent en piètre estime
        mais, mon Chacha à moi sait toujours comment je vais, me ronronne si besoin, me regarde en envoyant de la confiance si besoin et a trop (vraiment trop) le sens de l’humour 🙂

        1. marie

          à Cath et Monkaleidoscope, euh vous croyez à la réincarnation ou aux anges gardiens? non parce que là, quand même, y’a matière et pas que les chaussures!!!!

          1. Cath

            Si c’est de la réincarnation, sais pas qui m’en veut à ce point là, ou alors il y a gourance sur le destinataire. Et comme la cahute n’est pas trop inconfortable côté plumard et coussins, j’ai idée que le réincarné a vu son profit avant ses devoirs.
            Maintenant si c’est un ange gardien, il est passé faire un stage chez Lucifer pour se mettre à niveau’…;-)

        2. Myriam FdF

          Psycho-cat…. mes filles, à elles deux en ont trois… les temps changent : moi je n’ai eu que des chats normaux 😉 Mais j’ai le souvenir cuisant d’un jour où Fripouille, chatte aristo s’il en est, m’a offert un oiseau… vivant ! qu’elle a déposé dans ma main. Vite, j’ai vérifié que l’oiseau n’était pas blessé et vite je l’ai laissé s’envoler. Et là… le regard de ma minette : “Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet” mais passer pour une idiote aux yeux de ma minette… Forte de cette expérience, les cadeaux suivants ont été relachés après avoir enfermé Fripouille dans la maison et moi, hors de sa vue…

          1. marie

            non mais là t’as exploser tous les codes du Sacré des descendants de Bastet, l’offrande à l’Idole (toi) est la suprême marque de dévotion , d’un autre côté tu as gagner le titre de bienfaitrice des descendants d’Horus, le regard de ton chat c’était “mais dans quel monde vit-on, ma pauvre Germaine!”

  29. Marie-A.

    Coucou à Tous : les habitués, les nouveaux, les anciens, les voyageurs éphémères présents le temps d’un clic et bien sûr Baptiste. Il y a plusieurs mois, Baptiste et beaucoup ou justes quelques uns d’entre vous avez eu de jolies réponses à un de mes posts, qu’importe le nombre de réponses, le Coeur était présent. Quel était le sujet ? Inutile de chercher, ce n’est pas l’essentiel, l’essentiel est ce qui émanait de vos réponses : de la gentillesse, de l’émotion et beaucoup d’humour ! Dont Toi Ô Baptiste, maître des Lieux qui a répondu approximativement de mémoire “c’est pour ça que j’ai choisi de ne pas avoir d’enfant pour le moment”. Bon allez je vous donne un indice : il s’agissait d’une maman partie faire du poney multicolore- c’est super un poney multicolore du coup ma fille se demandait pourquoi j’étais triste ! où en langage approximativement psy pourquoi je faisais un petit transfert car cette maman avait presque mon age et une fille ainée de l’age de la mienne sans oublier un descendant mâle pour clotûrer la progéniture…bref, c’était un moment de douloureuse “solitude”. Vos pensées m’ont réconfortée. Je suis loin d’être une personne seule dans la vie, mais comme bcp ici, la chaleur des dons du coeur de chacun me touche toujours…droit au coeur. Une telle gentillesse gratuite, la vrai gentillesse, cellle désinteréssée ou juste on écoute devient rare…”écoutante” de par ma vocation, merci de m’avoir entendu, cela fait bien de changer de statut quand on en a besoin. Gros câlin à tous, Viva les Bisounours et Baptiste !
    Omer et tout ceux qui se sentent seules ou en difficulté actuellement, vous n’êtes pas seuls, des généreux pensent à vous, ont lu vos messages, leurs pensées vous accompagnent, je pense à vous à mon tour.
    Je prie très fort Mr PC de bien transmettre ce message et ne pas tout planter comme les autres fois…merci !

      1. Marie-A.

        Quelle surprise ! désolée je ne suis Chef Lion, éventuellement Bélier…mon histoire a en effet bien des points communs avec celle de Chef Lion même si nos domaines professionnels sont différents 😉 Je n’ai pas encore le plaisir de te connaître en chair et en os Baptiste mais je sais que cela se fera un jour ne serait-ce que quelques minutes…autour d’un verre ? Maintenant que j’ai un peu plus de temps, je vais aller voir cet été mon libraire préféré, à Sarrant, pays gersois. Librairie-Tartinerie connue pour la chaleur de son accueil et le sourire des libraires, peut être accepteront ils de te dédier une de leur soirée comme ils le font pour certains auteurs qui sortent des banalités, osent penser différemment. En attendant si tu viens prendre un verre par là-bas, je serai heureuse de t’y croiser pour discuter avec quelqu’un plein d’humanité. free Hug à Tout ceux qui liront ce message :-)))

    1. Fol2

      Bonjour!
      Au commencement était l’Amour….inutile d’aller plus loin, n’est-il pas?
      Douce journée, Chère chef Lion (((puisque le maître des lieux a vendu la mèche….)))
      Poutous ((de réconfort)) à tous et toutes 🙂

      1. Marie-A.

        Désolée Fol2, je ne suis qu’une anonyme lectrice de B.
        Votre surnom un brin foufou m’amuse (((elle était trop facile mais je n’ai pas mieux là tout de suite))) :-)) Merci VRAIMENT de m’avoir souhaitée une telle douce journée, ces deux jours qui viennent de passer étaient vraiment doux , un doux hasard ?…
        Si les journées étaient plus longues, j’aurai plus de temps pour échanger avec vous tous, ce serait un vrai plaisir…et attendant je profite de celui de vous lire ;-))
        “Et au commencement était …” 🙂
        Une très belle semaine à vous tous 🙂

  30. Moufle

    Merci pour cette anecdote véto! Je suis jeune véto et je lis ton blog depuis quelques mois. Tu me donne l’impression d’être moins seule face aux choses dures qu’on vit dans nos métiers respectifs. Car même s’il est vrai que la mort d’un vieux chat est “moins grave” que celle d’un humain, on vit aussi des moments pas faciles quand on est véto. Surtout quand il s’agit d’euthanasie. Prendre la décision est terrible, même si l’on sait que c’est la plupart du temp la meilleure chose à faire…
    Enfin, encore merci et j’espère qu’il y aura d’autres histoires de véto ! 🙂

  31. rimbert

    bien le bonjour, ensoleillé ici que c”est bien bon pour le moral…
    je m’étonne : est-ce avec cette histoire que tu/vous avez découvert les vertus thérapeutiques et salvatrices des animaux sur les hommes (bon, femme ça marche également !) ???????????
    m’enfin !

    allez, quelques UVA UVB pour l’ambiance
    Cynthia
    (secrétaire médicale)
    ok ça n’est pas important mais à l’occasion, il doit bien y avoir une histoire dans ta/votre tête concernant ma profession !? j’ai hâte …!

  32. LaMarmotte

    Quelle belle histoire!
    Quelle décision horrible à prendre…. Mais je crois que quand on aime il faut parfois savoir la prendre. Et surtout savoir accompagner.
    Ma minette de 15ans était malade, un cancer. Une sale tumeur qui a récidivé en plus virulente après une 1ère intervention. C’est elle qui est venu nous chercher, nous faire comprendre qu’elle était à bout. Elle n’arrivait plus à respirer. Nous l’avons emmenée chez le véto, nous sommes restés près d’elle. Elle est partie sereinement. J’en suis heureuse même si je pleure encore en écrivant ces lignes.
    C’est une autre histoire quand il s’agit d’humains évidemment…. et c’est un autre débat

  33. PAP'illon

    Bonjour
    impossible de ne pas apporter ma contribution à pareille histoire.
    En effet, il n’est pas anodin de dire que l’amour fait des merveilles dans les coeurs, mais aussi (dommage) le désamour dans l’autre sens fait des ravages.
    Nous sommes depuis la naissance jusqu’a la mort, entre ce choix et parfois cette impuissance a opter fermement pour rendre notre coeur plus tendre.
    C’est hyper important car cela est lu par l’esprit et nous en assumons(ou pas) les conséquences directs dans nos vies, au travers, notamment l’ouverture ou la fermeture des autres, des evenements et tout un tas de choses qui nous entourent et nous accompagnent dans nos modestes vies.
    Beaucoup de guérisons, notamment se sont produite pour des personnes, intégrant la présence de l’invisible ou d’un saint ,que se soit Jesus ou Marie dans leur pensée , leur coeur, accompagnant leurs prières.
    il ne faut pas complexer, les trois meilleurs saints qui ont entourés le Christ était a la base de petites crapules!.

  34. Hécate Lomëwen

    Quand j’ai pas le moral, que l’infirmière que je suis est déprimée de sa journée, il y a toujours un Sévérus ou une Mérope pas loin pour venir lui faire un ronron près du coeur.
    Franchement que je la comprends cette dame. Ayant vu naître et mourir un de mes chats à 1 an d’intervalle, leur absence peut laisser des chagrins très profonds.

  35. soeursourire

    Une affiche sur le bus avec un chien qui regarde derrière moi et semble chercher quelqu’un :
    “J’ai tellement peur que mon maitre se soit perdu.”
    Oscar, abandonné le 5 juin.

    Ils nous remettent debout :), ne les abandonnons pas :(.

  36. Tchamaska

    Je retombe sur cet article au hasard de mes pérégrinations sur Internet. Il est deux heures et demie, je devrais réviser mes cours d’anatomie et je retombe sur cet article.
    En tant qu’étudiant vétérinaire, en tant que bébé vétérinaire, il y a un avant et un après.
    Un avant et un après le jour où une dame très digne, très belle, lève les yeux vers nous en caressant un vieux chat avachi, l’oeil méfiant du vieux félin à qui on ne la fait pas, et cette petite jeune en blouse blanche, elle sent déjà le véto, une dame qui lève des yeux immenses vers nous et nous demande si il souffre.
    Non, ne nous demande pas. Elle le sait déjà.

    Mon maître de stage, vétérinaire, m’a proposé et lui a proposé que je fasse la consultation. On s’est déjà vues, il me fait confiance, elle me fait confiance, le chat…ne fait confiance à personne d’autre qu’elle et surtout pas à ces gens qui sentent le chimique, c’est un chat !
    Et là, tout jeune véto, on soutient son regard parce que ce serait la trahir que de détourner les yeux pour son petit confort intellectuel, et le trahir, aussi. On pose les mains sur la table, sur le chat, on flatte la fourrure toute emmêlée du vieux chat trop fatigué pour faire sa toilette, on ne sait pas où poser ses mains en fait. La table de consultation qui jouait son rôle de lien entre le vétérinaire et le propriétaire, dans ce tryptique homme-bête-homme, elle est en trop ou bien elle n’est plus là. Parce qu’il y a ces grands yeux qu’on ne saurait trahir, et cette question à laquelle il va falloir répondre.
    Il souffre. Et elle le sait. Dire non serait le trahir, lui, avec son oeil torve de vieux chat à qui on ne la fait pas. Le mien arrivera un jour à cet âge-là. Je sais qu’un jour, je serai la foutue humaine qui plante elle-même l’aiguille dans le coeur de son chat et qui tue du même coup ses années d’étudiante.
    Alors on lui dit qu’on est d’accord. Qu’elle a raison. Qu’elle vit avec lui tous les jours, et qu’elle connaît son vieux compagnon, et qu’elle a raison, qu’il souffre. On aimerait la détromper, lui dire qu’il y a encore de l’espoir, un remède miracle.

    “Est- ce que vous y avez déjà pensé…comment vous envisagez la suite, vous ?”
    C’est elle qui doit décider. On nous en rebat les oreilles. Mais ce silence là, il est lourd, avec le gros mot qui flotte entre nous et le vieux chat frêle comme un oiseau. Et quand elle baisse les yeux, caresse le matou, du bout des doigts, comme si elle s’en était déjà détachée, parce qu’elle sait déjà, il n’y a plus le docteur, et le client. Il y a deux humains et une bête, et un trio. Et on sait que bientôt il n’y aura plus que deux humains et beaucoup d’histoires à raconter.
    Je ne veux pas qu’il souffre. On approuve. Sans encourager, sans pousser. Mais c’est elle qui doit le dire.
    On s’entend lui proposer une injection, un trois-fois-rien qui lui permettra d’être bien pendant une journée, deux, le temps de dire au revoir. On lui est reconnaissant de balayer la proposition d’un geste de la tête et de reprendre : je ne veux pas qu’il souffre.
    Alors on lâche le gros mot. On parle cru, on prononce le mot.
    L’autre option, c’est l’euthanasie. Qu’est ce que vous en pensez ?
    Euthanasie. Euthanasie. Une fois lâché, le mot est moins lourd. Je me sens salope de lui rebalancer la décision comme ça. Je brûlerais de la prendre par la main et de lui dire : allez, on l’euthanasie, ça va aller, on y va, tranquillement. Mais il ne faut pas. Je ne dois pas. Je suis obligée d’être la salope de vétérinaire qui lui colle ce choix affreux dans les mains, parce qu’il faut qu’elle le dise, il faut qu’elle le choisisse, elle, et pas moi, et je ne peux pas décider pour elle. Je me collerais des baffes de lui mettre ainsi le marché dans les mains, mais il le faut, il le faut pour elle, pour son deuil futur, pour moi aussi.
    Les mots sont murmurés, parcimonieusement, parce qu’ils sont précieux. Même pas pesés, précieux.

    Qu’il est difficile d’apprendre à trouver le juste retrait, celui où elle ne se sentira pas abandonnée mais qui lui laissera la place de décider. Elle le caresse encore et me dit comme il est beau, comme il ronronne, comme il a toujours été là pour elle et je lui dis comme il a toujours eu son petit caractère, comme il se méfiait dès qu’il voyait la porte du cabinet, et elle rit, et elle me demande comment ça va se passer.
    Explications. Les deux piqûres. Le long sommeil dont je – c’est moi, la vétérinaire qui va tuer son chat parce qu’elle me l’a demandé, et je crois que ça fait aussi partie de la beauté et de la force de cette relation patients – vétérinaire – ne le laisserai pas se réveiller. Puis les mots plus clairs. Arrêter le coeur. Mort. Et quelques mots encore. Quelques mots pour elle, mon rôle maintenant va être de l’accompagner, de la rassurer, de lui dire que je suis d’accord avec son choix et qu’elle a fait le bon, qu’on est allés aussi loin qu’on le pouvait avec lui, et à demi-mots qu’elle entende que je comprends sa douleur, que je sais comme elle l’aime, que surtout je ne juge pas et qu’on fait tout ça, toutes les deux, pour lui, le vieux matou qui me lorgne de travers parce que la blouse blanche, il connaît le truc, on ne la lui fait pas.

    Quelques explications sur ce qu’elle pourra faire du corps. Elle veut le mettre dans le jardin. Il y sera bien, vous m’aviez dit qu’il aimait bien se rouler dans l’herbe ! Sourire. Elle me l’a dit. J’aimerais tellement qu’elle sorte d’ici en se souvenant de son vieux matou vivant, acariâtre avec le véto, roulé en boule au soleil…Etrangement, depuis que la décision est prise, la tension est retombée. Le chat va mourir, elle me l’a demandé et je vais le tuer, elle a du chagrin mais ce n’est plus la souffrance dévorée d’incertitude qu’elle exhalait tout à l’heure.
    Quelques mots sur les enfants, sur la façon de leur annoncer, sur la possibilité qu’ils soient présents – elle ne le souhaite pas – et sur l’importance de leur dire, au moins une fois, que leur vieux chat est mort. Qu’ils l’entendent. Et puis cette petite phrase que j’ai volée à un véto “vieux de la vieille” et qui, placée au bon moment, fait merveille :
    “Ne vous inquiétez pas, c’est moi qui passerai pour la connasse, vous savez…”
    Faible sourire. J’ai tapé juste. Pour avoir été l’enfant dont on a tué le chat, je sais à quel point les griefs peuvent ressurgir des années plus tard et à quel point nous portons, vétérinaires, une lourde responsabilité parfois : pour certains enfants, nous serons le premier contact avec la mort.

    On discutera encore un peu, on signera trois papiers, un moment toute seule avec le chat. Je l’endormirai, elle partira en me serrant la main avec force, des larmes plein les yeux et je lui serai reconnaissante de partir à ce moment-là. Je la rassurerai encore, il est endormi, profondément, il ne sent plus rien et il ne vous verra pas partir, vous avez été avec lui jusqu’à la fin, et puis je refermerai la porte derrière elle après un dernier sourire et quelques mots.
    Puis le vieux chat qui dort, profondément, paisiblement et définitivement indifférent au monde qui l’entoure. L’aiguille, le joli produit rose et le piston, et de faibles mouvements spastiques, que je me fais toujours du mal à regarder, regarder ce vieux gars-là mourir sous l’aiguille. Quelques mots, et avec eux une larme, un sac où je mets un point d’honneur à l’installer en boule, comme il aimait à se mettre au soleil, m’a-t-elle dit…
    Et pendant tout ce temps, le véto habituel en retrait, ne sachant trop que faire de ses mains. On apprend à se positionner, mais jamais, jamais on ne se blinde ou se blase. Pas un mot échangé, pas un regard, une seconde et puis il reprend la main pour mener la consultation suivante, et je souris, et j’apprends, et je sais que ce soir, ou un autre, je tournerai en rond dans mon lit, une de ces “nuits congélo” comme dit poétiquement un de nos professeurs, une de celles où on repense à tous ceux qu’on y a déposé avec ce drôle de mélange, tristesse et sentiment du travail accompli.
    Je ne peux plus l’aider maintenant, la suite du chemin, elle la fera seule mais je sais que je l’ai aidée autant que je le pouvais et que toutes les deux, nous l’avons aidé, lui, aussi.

    Il y a un avant et un après dans la vie d’un bébé vétérinaire.
    L’après est terrible et pourtant, beau et fort.

    1. adèle

      C’est dur, une histoire d’euthanasie. J’ai une chienne, et je l’aime (même quand elle se roule dans le purin).
      J’ai vu toutes ces émotions, si grandes, si fortes, qui tournaient autour d’elles et du vieux matou, dans cette salle devenue trop petite..
      Je me suis aussi demandée si c’était la règle en usage, de laisser la propriétaire décider de la mort de son animal.

      Le plus difficile pour moi, c’est que j’ai lu tout ce récit de mon œil de vétérinaire humain.

      NB Je veux dire que je travaille avec des tellement vieux, tellement malades, qu’ils ne marchent plus, ne parlent plus, ne comprennent plus, ouvrent un œil, parfois deux et c’est tout.
      Ils sont juste … humains, et sans propriétaire.

      1. Tchamaska

        C’est plus que la règle en usage, c’est LA règle de l’euthanasie si il y existait des règles pour ce genre de moment…c’est peut-être pour nous, qui euthanasions, une façon de nous protéger. C’est probablement aussi, tout bêtement, une façon d’être sûr qu’on n’a pas “influencé” le propriétaire ou au moins, qu’il a décidé lui-même, vraiment lui, qu’on ne l’a pas embarqué dans la suite des évènements sans qu’il ait pris le temps de se poser.
        On donne un avis, bien sûr. Alternatives, ou pas, pronostic, état de l’organisme, souffrance…on donne un avis, on essaie d’être complet, et surtout on ne décide pas. La décision ne nous appartient pas.
        J’ai souvent entendu dire que l’euthanasie était le moment qui pouvait faire, soit le plus de mal, soit le plus de bien dans la relation entre vétérinaire et patient – propriétaire. A la lumière de ma maigre expérience, je suis d’accord.

        Chacun sa façon de s’y prendre, personnellement, je leur demande franchement ce qu’ils veulent que je fasse, je leur demande confirmation, et je m’interdis de répondre à la fameuse question : “Et si c’était votre chat, vous feriez quoi ?” ou bien “Vous en pensez quoi ?” avant que EUX n’aient réfléchi à ce qu’ils feraient, eux, pour leur chat. Parce que c’est entre eux et leur animal avant tout. Ce n’est pas mon compagnon même si c’est mon patient.

        Je prends plaisir à lire toutes ces histoires, quoique j’en ai encore vécu assez peu…promis, quand l’étudiante que je suis encore aura plus d’histoires à partager, je n’oublierai pas de passer par ici… 😉

        1. Cath

          Et nous aurons Tous bien du plaisir à vous lire.
          Je n’ai jamais demandé au vétérinaire ce qu’il ferait – lui ou elle- dans pareille situation. Vous avez parfaitement raison : c’est entre le chat, ou le chien ou que sais-je encore que cela se passe.
          ET j’ajouterais cependant que certains vétérinaires ne nous ont vu qu’une seule fois, moi et mes chats. Il en est des vétérinaires comme des médecins : certains inspirent la confiance et d’autres…pas du tout. Je pense sincèrement, à vous lire, que vous êtes de la première catégorie.

    2. saur

      Ah!ben voilà!comme si ça suffisait pas que Baptiste nous fasse pleurer sur le sort de ces pauvres humains Tchmaska nous fait pleurer sur les bêtes!Jolie plume en tout cas qui n’a rien à envier à Bibi!
      Merci pour l’histoire elle m’a rappele mon enfance et mon chien adoré!

    3. Oona

      « Ne vous inquiétez pas, c’est moi qui passerai pour la connasse, vous savez… »
      Exactement ! puisqu’il faut bien un bon bouc émissaire … (normal pour un vétérinaire !)
      Merci pour ce témoignage et celui de Baptiste.
      Cela fait chaud au cœur et cela pique les yeux … mais tant pis, c’est la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *