Le maître joyeux.

Alors voilà cet homme avait 93 ans quand je l’ai vu pour la première fois.
J’étais en première année de médecine, je suis entré dans l’amphithéâtre et une rumeur est montée de la foule compacte des étudiants : “PAPI ! PAPI ! PAPI !”.
Moi, pauvre béotien de premiere année, j’ignorais que la fac avait un grand-père.
– C’est qui, ça, papi ? ai-je fait à un redoublant.
Il a ri, a ouvert de grands yeux béats d’admiration et, comme s’il parlait des jardins suspendus de Babylone, il a dit en tremblant :
– TU VAS VOIR !…
Tout à coup la musique de Star Wars a retenti dans les enceintes, les lumières se sont éteintes et une poursuite s’est allumée sur le fond de la salle. “C’est lui, ai-je entendu prononcé par les autres avec des trémolos d’admiration, IL ARRIVE”;
La porte s’ouvre, on entend un bruit de sabre laser et une silhouette minuscule, les épaules recouvertes d’une longue tunique marron, courbée en deux de “bonne vieillesse” entre dans l’amphithéatre, les “PAPI” redoublent d’intensité, on tape du poing sur la table, on trépigne, je tape du poing, je n’ai aucune idée de ce que je fais, mais je le fais, s’il faut taper, tapons !… Soudain, une deuxieme silhouette surgit derrière la premiere, elle est droite, menaçante ; j’assiste alors à un combat avec des baguettes d’anatomie mimant de vrais sabres laser, l’un des combattants triomphe, c’est lui, le plus frêle des deux, les lumières se rallument, la tunique tombe, ce sont, partout autour de moi, des tonnerres d’applaudissements et je vois, au pied des marches un homme ridé comme une figue mûre, sourire d’enfant aux lèvres qui lève ses bras en vrai prédicateur et lance joyeusement :
– Bonjour les gamins, je suis le doyen Guy Lazorthes et je vais vous apprendre les sciences humaines appliquées à la Santé.
L’homme a 93 ans, il enseigne encore à la faculté de médecine. Il commence ses cours par une petite mise en scène toujours différente et il est un puits de science. Parfois, c’est vrai, il place la découverte des Amériques en 1789, mais on lui dit et il sourit, il nous répond que, de toute manière, Christophe Colomb n’était pas quelqu’un de rancunier, et il le dit comme si c’était un pote à lui venu déjeuner dimanche dernier…
Monsieur Guy, PAPI, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences en 1975, Grand Croix de l’Ordre national de la Légion d’honneur en 2003, co-fondateur du plus grand hôpital de Toulouse et de son Université des Sciences, pionnier dans la recherche sur l’anatomie du cerveau et de la moelle épinière.
C’était surtout, pour beaucoup d’étudiants en médecine, un fabuleux maître Jedi.
Il est décédé il y a quelques jours à l’âge de 103 ans.
Et vous voyez, nous, ses étudiants, on ne réalise pas vraiment, parce que jusqu’à l’âge de 103 ans, il s’est rendu à la Faculté de médecine.

Chaque joie est un gain, et un gain est un gain, si petit soit-il.
Robert Browning

PS : merci aux lecteurs limougeauds ! C’était super de se rencontrer…

56 réflexions au sujet de « Le maître joyeux. »

  1. Isabelle

    C’est BEAU la reconnaissance. L’époque actuelle en manque cruellement.
    Merci Bibi de nous donner une autre image de l’Académie de Médecine. La joie de partager le peu qu’on sait de l’homme est infiniment plus brillante que les ors de la Coupole de la Rue Bonaparte.
    Bonne journée à tous.

  2. Hugo

    Merci pour cette hommage, qu’il repose en paix !
    Il a fait énormément pour Toulouse, ouverture de l’Hopital Purpan le 2 février 1946 😉

  3. Annick

    Il y a des phénomènes de la nature.. Je connais une dame qui va avoir 105 ans, et qui se retrouve depuis 2 ans dans une maison de santé suite à une chute chez elle, ce qui lui a fait une fracture du tibia… les médecins ne l’ont pas opérée car trop âgée, son tibia s’est ressoudé seul…. elle ne marche pas avec un déambulateur et nous raccompagne en marchant normalement (elle aurait sa fierté ?). Quand les médecins lui ont demandé ce qu’elle prenait comme médicaments et quel était son médecin traitant, elle leur a répondu :” je n’ai jamais eu de médecin et je ne prends rien ! ! !” et elle demande à revenir dans sa maison car comme elle leur dit : ” je n’ai pas qu’ça à faire, j’ai pas fait mon lit quand on m’a amenée ici, j’ai honte !”….
    Elle est trop mignonne et drôle !

  4. Fol2

    Bonjour!
    Chapeau bas….et condoléances…..ce Monsieur a été une leçon de vie!
    Quand Baptiste aura 103 ans….je mangerai les pissenlits par la racine depuis bien longtemps! 😉

  5. Cilou

    Cet homme formidable ira croiser le sabre laser avec Amélie. J’espère qu’elle s’est entrainée en l’attendant. Ils vont bien se poiler tous les deux…

  6. Tatooide

    La vieillesse n’est pas une maladie, c’est même une incroyable source de liberté et de jeunesse d’esprit. Qu’il continue à te guider, ce que je suis sûre qu’il fera !

  7. docteur Vincent

    Moi aussi j’ai mon Papi à moi, le dr Dreyfus, médecin de victimes qui monte l’escalier comme un jeune homme, 88 ans, une voix de stentor, et juste un peu dur de la feuille selon ses propres mots.
    Chapeau bas pour tous ces papis.

    1. LydieCor

      Quand Mr Cruchant cite Amadou Hampaté Bâ, j’aime! Les écrits africains n’étant pas chose courante, quand tu as dans tes mains Hamkoullel l’enfant peul , tu le lis et le relis. Un peu comme le livre de Baptiste Beaulieu…
      Affronter un amphi à 90 ans, quelle audace! Et quelle leçon … Douces pensées à sa famille et à ceux qui ont croisé sa route

    2. Anne

      c’est plutôt une phrase d’Amadou Hampâté Bâ, pour illustrer la culture de tradition orale. A lire, “Amkoullel, l’enfant peul”, ses mémoires.
      Mais même dans ce contexte de culture écrite, ça garde toute sa valeur !

      1. Anne

        bon la prochaine fois j’essaye de lire les commentaires suivants pour éviter la redite, mais c’est sympa de constater qu’on partage des lectures : )

  8. Ophélie

    Il est beau ton hommage, il est simple mais parfait. J’en ai connu des profs comme ça en première année, des perles. Il y aussi les crétins bien sur mais on les oublis très vite face à ce genre de professeur. Grâce à eux c’est une joie d’apprendre. Si il était ainsi avec ses patients, il a du réussir à réduire une bonne part de souffrance dans le monde.

    Bon vent Papi ! Amuse toi bien quoi qu’il arrive.

  9. Albigène

    Baptiste,
    Merci et bravo pour cet hommage à cet homme et ses cent ans de médecine. J’en ai toujours entendu parler
    car Albi n’est pas loin de Toulouse et parce que j’accuse quelques kilomètres au compteur. On lui doit l’hôpital et la fac de Rangueuil et tellement d’autres belles choses. J’espère que les poneys multicolores sont à la hauteur de ce Grand Homme.

  10. Hécate Lomëwen

    Eh ben O_o
    Vu comme on use les IDE jusqu’à la corde, pas sûre de travailler aussi longtemps ou même de vivre aussi longtemps, en bonne santé !
    Comme quoi le travail ça entretient (qd c’est pas de l’exploitation, on s’entend). Suffit de voir les anciens à Okinawa…

  11. Grand33

    Bonjour Bibi,
    On doit beaucoup de respect pour cet homme pas ordinaire. Chapeau bas PAPI.
    En plus on peut dire qu’à son âge il avait vraiment toutes ses facultés …..
    Dis moi, sais-tu comment on dit OLA en bonzes ???
    La bise

      1. Grand33

        Mais je ne sais justement. Au vu de ton illustration je croyais que toi tu savais.
        Peut-être aujourd’hui on dit : ” Paris est magic !!! ” ?

  12. marie

    on a tous eu dans nos parcours un prof Jedi, le mien était prof de biologie, il m’a initié à Krebs et….. à la dégustation du cognac, il nous a laisser son téléphone au cas ou… je l’ai appelé trois fois en trente ans pour qu’il redonne un sens à ma vie après des apocalypses , il m’écoutait et commençait “alors vois-tu Marie……” et soudain c’était de l’eau de roche. Du champs de bataille sortait une prairie fleurie de plein d’espoir, plein de possible. Aujourd’hui il a 73 ans et passe son agrégation d’histoire. Pour eux les honneurs ne sont rien, le sel de leur vie c’est l’étincelle de joie et la soif d’apprendre de tous leurs gamins qu’ils ont instruits et surtout élevés.

  13. Bisous

    Encore et toujours… Vous m’épatez, comment faites vous ?
    Comment faites vous, une fois de plus, pour toucher de votre plume cette sensibilité qui nous rend si humain ?
    Comment faites vous pour toujours avoir cette approche si sensible qui fait vibrer nos épidermes ?
    La recette est certainement celle du cœur, encore bravo et surtout, surtout mille mercis !!!

  14. lmlavie

    Bonjour Bibi,
    Alors,si je te suis bien,c’est donc à “Papi”que je dois mes allers-retours à cet hôpital de l’âge de 5 à14 ans…Bien,bien,bien,je prends note…RESPECTS Monsieur Guy et mille mercis au Professeur J,grand Monsieur de la chirurgie infantile,parti soigner les poneys multicolores il y a deux ans…( ben oui,faut bien quelqu’un aussi pour eux!!!) Je n’oublierai jamais votre humanité…( ça fait du bien de penser que la relève est assurée pour vous continuer…) Je vous embrasse tous.
    PS:que ferait Bibi sans Star WArs??? Perso,je vis très bien sans…!!! C’est bizarre,j’entends déjà la horde de fans enragés arriver vers moi…( non,non,pitié,ne me mordez pas…mes vaccins ne sont pas à jour!!!)
    ( Grand33,je t’ai laissé une petite réponse à ta réponse, sur le post précédent,mes références sont bcp plus…romantiques,dirons-nous…!!!)
    Répétez après moi: Vive GHOST,Star WArs au placard…Vive GHOST,Star Wars au placard…:-D:-D
    Bisous Bibi et at the prochaine…(si je ne suis pas bannie pour toujours…!!!)

  15. Nathaly

    Très bel hommage, pour une très belle personne…
    Je sors d’un enterrement, un bébé de 8 mois… insoutenable… et je te remercie, la photo m’a fait sourire…j’en avais bien besoin.

  16. Armelle

    Merci pour ce très chouette personnage… ça fait revenir de merveilleux souvenirs de professeur Jedi… Et une fois encore : oui ct super de se rencontrer. Bisous

  17. Céline

    Wouah c beau il a fait ce qu’il aimait jusqu’au bout, il a donné de sa personne sans compter. Respect et repose en paix Grand Maître Jedi

  18. Céline (Lazorthes)

    Bonjour et merci pour ce superbe témoignage. C’était notre Maître à nous aussi… Et son humour ça, on ne peut l’oublier.
    Il était plein de tendresse et d’affection à l’égard de ses élèves..
    Alors voila, il nous manquera longtemps.

    Céline. Une de ses petites-filles.

    1. Aurélie

      Une pensée pour lui qui a effectivement marqué des générations de P1… d’ailleurs en lisant le début, j’ai tout de suite pensé à lui et quel étonnement en voyant son nom! et oui, il mélangeait quelques dates et chiffres mais son cours était une bouffée joyeuse d’oxygène parmi les cours de première année. Quelques 14 ans plus tard, il est et restera un de ces prof qui donnent envie !

  19. Parciparla

    Bonjour Baptiste. Cela fait longtemps que je te lis et je ne prends jamais le temps de laisser un com. Pourtant, j’ai lu ton livre, reçu par messager spécial transatlantique, signé de ta main, avec un petit mot qui me demande si je t’invite de ce côté-ci… Quand tu voudras!
    Ce billet d’aujourd’hui me touche particulièrement. On ne dit pas assez aux gens formidables qu’ils le sont, même si leur influence semble avoir été à la marge. Et puis il rejoint le mien publié il y 2 jours. Je suis certaine que Papi et Alice s’entendront comme deux larons où qu’ils soient allés…
    Bonne continuation, tes billets sont des petites étincelles qui nous rappellent que la lumière de la vie est bien jolie… même quand le couloir semble si sombre. Merci!

  20. honore gladys

    C’est beau… C’est triste… C’est un élan pour ceux qui restent de s’inspirer d’un grand bonhomme qui a su transporter les foules.
    Nous aussi ici, la semaine dernière, à Lille, dans un autre domaine que celle de la médecine, on a perdu un grand bonhomme. Parti sous les applaudissements tonitruants de la foule débordant de l’église. Y’a pas d’âge pour laisser un vide et causer du chagrin :’-(

  21. Marina

    Je t’ai lu et j’ai eu envie d’écrire mais je n’ai pas trouvé les mots alors je suis allée lire plus loin…puis je suis revenue et je n’ai toujours pas les mots. Enfin si, j’ai envie de dire bravo à ce Maître qui a bien mérité ce titre et merci à toi qui sait si bien écrire les personnes, les émotions et la vie.

  22. Kwibs_Morgane

    Waouh quelle épopée!! Un homme passionné par ce qu’il enseigne jusqu’à la toute fin de sa vie, et avec humours en plus! Ça devait être un grand honneur que d’assister à ses cours! =D

  23. Elemm

    Décidément la neurologie toulousaine prend quelques coups ces derniers temps… Mais c’est vrai, Maître Lazorthes était un sacré bonhomme, mon père l’aimait beaucoup, et même si “Papi” a eu 34 ans de plus que lui pour enseigner et soigner on ne peut que s’en réjouir, j’arrive même pas à lui en vouloir tellement c’était un grand homme.
    Merci à toi pour cet hommage, lumineux et vivant comme était le personnage. Ca commence à être sacrément sympa là-haut, tout ce beau monde réuni doit bien s’éclater… Et nous, en bas? Eh ben, il nous en reste quelques uns de ta trempe pour nous rappeler qu’on est “aussi” du bon côté du ciel 🙂

  24. Mahé

    Merci pour cet article! 🙂 Petite doublante que je suis, j’aurais vraiment aimé faire sa connaissance… ça redonne le sourire par les temps qui courent!

  25. Lise

    Que d’émotions à nouveau en lisant ce bel hommage, mais aussi les commentaires qui ont suivi, dont celui laissé par la petite-fille de ce papi exceptionnel ….
    Et puis ces commentaires qui évoquent Amélie, Amélie qui nous accompagne ici, malgré son absence …

    Je viens de lire “La nostalgie de l’ange”, d’Alice Sebold, l’histoire d’une jeune fille assassinée à 14 ans et qui observe, depuis “l”Entre-deux”, sa famille et ses amis qui réapprennent à vivre tandis qu’elle-même accepte peu à peu cette mort prématurée …
    Un beau roman à découvrir, à la fois dur et troublant, qui entrouvre avec délicatesse la porte entre ici et là-bas, et qui nous donne envie d’espérer pour l’après …

    1. lmlavie

      Le Dr JJ CHARBONNIER (anesthésiste-réanimateur toulousain)écrit bcp à ce sujet et notamment sur les cas d’expérience de mort imminente…

  26. sylvie

    L’autre après midi je buvais les paroles d’une amie qui me racontait sa belle mère.
    94 ANS, toujours en forme!! Cette dame prend l’avion, court dans les couloirs de l’aéroport pour ne pas le louper, prend le train et si elle voit sa belle fille avec une nouvelle frinque qui lui plait, en fait un patron pour le refaire…à son goût!
    Génial.
    Ha…Avoir toujours des projets aussi petits soient ils..C son conseil.
    TTes mes condoléances pour la perte de ce Monsieur.

  27. JBOR

    Bonjour Baptiste,

    Une fois n’est pas coutume je laisse un petit commentaire.

    Je suis triste d’apprendre la mort de Papi Guy, je l’ai connu justement en première année de médecine à Toulouse en 2001/2003. Mais , j’apprécie énormément la description que tu en as faite. Je ne m’attendais pas à ce que tu en parles sur ton blog. Cela m’a ramené des années en arrière. Maintenant , je suis bien loin du milieu médicale avec l’informatique et ses méandres obscures.

  28. vieille bique

    chapeau! je reste toujours impressionnée par les gens qui font de grandes choses comme lui comme toi comme tant d’autres les formateurs que je croise au fil de ma vie de ma carrière d’educ simple educ qui ne veut paspasser à 41 pige de master en science de l’education qui adeja du mal d’avoir son fichu concours de fpt (c’est pas un gros mot hein 🙂 ) j’admire merci à ces grandes personnes

  29. LAZORTHES Annick

    Bonjour ,

    Je suis l’épouse de Guy LAZORTHES et j’ai été particulièrement émue de votre hommage si sincère. Il était très fier de ses étudiants et lors de ce dernier cours ,auquel j’été présente , son émotion a été très grande .Il a souvent relu les messages laissé sur le livre d’or qui lui a été remis ce jour là .S’il vous a apporté sa culture vous ,vous lui insufliez votre jeunesse . J’ai fait ce jour là quelques photos qui restent à votre disposition . Ces petits enfants y tiennent beaucoup car il n’avaient jamais vu leur grand père aussi gamin .
    Il nous a quitté il y a un mois tout juste , il est mort de douleur et d’épuisement ce qui est inconcevable de nos jours et pourtant …
    Il laisse un grand vide mais il faut se souvenir de la lumière et de l’espérance qu’il dégageait .
    Dans la vie il était pareil et je n’ai pas vu passer les 32 ans de vie commune qui m’ont uni à lui .
    Je suis moi-même médecin et il reste mon phare dans ma vie .

    MERCI à tous

    1. Grand33

      Madame,
      Après l’hommage de Baptiste et celui que vous venez nous faire partager, nul doute de la grande valeur de votre époux.
      Je me permets anonymement et trés humblement, de m’associer à votre peine. Puisse ce phare éclairer longtemps tous ceux qui l’ont connu.
      Respectueusement

    2. marie

      Est-ce qu’on peut se permettre de prendre dans ses bras , l’épouse d’un prodigieux professeur qui faisait des mises en scènes d’enfer lors de ses entrées dans l’amphi ? Je crois que oui… un petit chaud les cœurs, comme un baume pour apaiser le silence.

    3. Mésange

      Madame,

      Merci infiniment d’avoir pris le temps d’apporter votre témoignage aux lecteurs du blog de Baptiste. Le souvenir d’un enseignant et d’un homme d’exception restera manifestement gravé dans la mémoire de ses jeunes étudiants et de tous ceux qui l’ont côtoyé. Mais aussi, désormais, dans l’esprit de tous ceux qui, comme moi, ne connaissaient pas votre mari et l’ont découvert à travers cet hommage de Baptiste.
      Permettez-moi de vous offrir de douces pensées afin d’accompagner votre peine.

  30. Emmanuel Lazorthes

    Bonjour,

    Merci pour vos touchants témoignages et ce bel hommage pour mon grand-père.
    L’absence de Guy laisse un grand vide à l’extérieur mais sa présence intérieure sera toujours présente.. et tel un phare, je sais qu’il guidera inconsciement nos choix de vie.
    A ceux qui ont eu la chance de le cotoyer et à ceux qui auraient aimé l’avoir voici cette video , en souvenir de son extraordinaire optimisme :
    http://midi-pyrenees.france3.fr/2014/03/26/le-neurochirurgien-toulousain-doyen-de-la-faculte-de-medecine-guy-lazorthes-est-decede-l-age-de-103-ans-443069.html

    Emmanuel
    Un de ses 7 petit-fils

    1. Cath

      Merci d’avoir partagé cela avec nous ce témoignage d’un bel esprit tourné vers l’avenir, et qui manifestement rendait les gens heureux autour de lui.
      Il y a des gens doués de la merveilleuse capacité de partager leurs connaissances en suscitant l’enthousiasme. Ils sont trop rares, mais ils demeurent malgré l’absence.

    2. Save Our Souls

      vraiment, VRAIMENT, quelle belle personne que vôtre grand-père, permettez-moi d’adresser à votre famille mes plus sincère condoléances, QUEL GRAND HOMME, et comme c’est beau de voir comment il vivra encore et encore dans le coeur de ceux qui l’ont aimé, cotoyé…

  31. Xavier

    Je n’ai pas eu l’honneur de connaitre le Doyen Lazorthes, si ce n’est par le truchement d’un autre vieux garnement malicieux et plein de verve. Ce vieil homme nous racontait plein d’histoires et anecdotes lors de repas de famille…beaucoup contenaient “et alors avec Guy on a…” suivies immanquablement d’éclats de rires. Trop jeune (je devais avoir 6/7 ans) pour bien comprendre le contenu, je me disais qu’ils devaient bien s’entendre avec son copain Guy… Ce vieillard toujours a demi souriant et toujours enthousiaste quand il s’agissait de répondre aux questions du sale gosse que j’étais, c’était le professeur Ruffié (trop tôt disparu en 2005). Je suis convaincu que les deux sont là haut à reprendre leurs débats (et leurs blagues, j’en suis convaincu) , tout en s’émerveillant sur la nature humaine et la question de la vie. Oui, la vie aura été leur grande passion, et continue de l’être même au milieu des poneys multicolores…

    1. LAZORTHES Annick

      Merci d’avoir evoqué la memoire de Jacques RUFFIE que j’ai bien connu . Il était très complice avec mon mari c’est vrai .Ils aimaient débattre tous les deux sur des sujets très profonds losqu’ils se croisaient à PARIS dans les académies . Hommage à lui qui a laissé sa santé pour faire avancer sa spécialité .On l’a trop vite oublié surtout les toulousains tout comme un autre Jean de BRUX ( interne la même année que mon mari : ils étaient 6 à l’époque) Lui beaucoup de femmes lui doivent la vie : il a ramené des USA et surtout imposé le FROTTIS en FRANCE
      Je pense que tous les trois doivent beaucoup discuter là haut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *