EUX

Je reçois souvent des demandes de pétitions : “aidez-nous à faire connaitre notre combat pour la protection de l’ALPCM (Amicale des Lanceurs de Patates Chaudes du Mans)” OU “je vous écris pour que vous nous aidiez à préserver le seul cinéma indépendant de notre village qui est menacé de fermeture. Bientôt, nous ne pourrons plus nous régaler de films en noir et blanc racontant pendant 4 heures 30 la vie d’un pêcheur de thon moldave qui, après avoir brûlé sa barque, découvre sa transsexualité et son désir de devenir berger”.
Bref, je ne peux pas faire suivre toutes les pétitions, même si J’ADORE le cinéma indépendant moldave et les concours de lancer de Gratins dauphinois.
Mais là, j’ai dit oui parce que c’est pour les gosses. À vous de voir si vous voulez signer ou non.

L’histoire c’est C., assistante sociale, l’écriture c’est moi, mais je n’ai pas touché à grand chose !

Alors voilà, IL a 5 ans, IL est accompagné de ses 2 demi-frères plus âgés et de leur mère.
IL est “tombé dans la baignoire”. L’infirmière arrive. Elle enlève le bonnet du petit, et découvre avec stupeur des “bleus vieux et des bleus neufs”.
Elle prétexte une radio pour pouvoir s’entretenir seule avec LUI.
“J’aimerais que TU m’expliques comment TU es tombé car je ne comprends pas bien”.
– Je n’ai pas le droit de raconter.
– Quelqu’un t’a-t-il poussé ?
– Je me suis fait gronder.
– Mais là on ne t’a pas que “grondé”…Bon, montre-moi comment on t’a “grondé”
Le petit mime un coup de poing… L’infirmière LE déshabille. Plusieurs hématomes sont disséminés sur tout le corps. Pendant ce temps, l’équipe retourne voir la mère de l’enfant.
Elle reste silencieuse, soutient violemment leur regard. Elle ne dit pas “oui”, elle ne dit pas “non”, elle se tait. Le grand frère de 8 ans prend l’équipe de court :
“C’est mon père qui lui a maravé sa gueule. Ce petit bâtard n’est qu’une merde…”

Si vous pouviez signer cette PÉTITION, je veux dire : si vous pouviez VRAIMENT signer cette PÉTITION

Pour que la maltraitance des enfants devienne “Grande cause nationale 2014”.

Et partagez sur Facebook. Pour EUX.

Un grand pouvoir donne de grandes responsabilités.
Spiderman

86 réflexions sur « EUX »

  1. violette

    Et voila, je pleure… Je me souviens maintenant pourquoi je n’aurais jamais pu bosser en pédiatrie: soutenir le regard de ces parents-là sans leur sauter à la gorge, je laisse ça à ceux qui ont plus de cran que moi…

  2. Poulpette

    J’aime ce blog pour la variété des histoires (même si beaucoup sont vieilles comme le monde et donc loin d’être authentiques), j’aime le regard de Bastien sur l’Homme et la médecine, mais les pétitions fesse-bouc et autres mouvements-canapé qui ne servent à rien, si ce n’est se donner bonne conscience en un clic m’écœurent. Donc, je ne signerai pas.

    1. goodie

      Poulpette

      Cette pétition servira à appuyer une demande de grande cause nationale pour la maltraitance 2014 auprès du premier ministre. Elle est donc très importante et sera jointe au dossier de demande. Plus il y aura de signatures et plus on aura de chance d’avoir l’appui du premier ministre.
      Cette grande cause permettra de sensibiliser l’opinion à ce drame mais aussi de pouvoir avoir des moyens pour proposer une meilleure prévention périnatale, une meilleure formation des futurs médecins, enseignants…de mieux prendre en charge les enfants placés…
      Bref, en aucun cas un mouvement canapé! Beaucoup de gens travaillent tous les jours pour cette cause.
      Mais bien sûr, c’est ton droit le plus absolu de ne pas signer!
      biz

  3. Cilou

    Signé.
    Les mots du frère ne sont que le triste reflet du discours parental. C’est encore pire que tout le reste… (quoique, le reste est déjà tellement moche…)

  4. jos

    Bien sûr Bibi, on signe et on partage. J’en ai froid dans le dos et les poils qui se hérissent quand on touche aux enfants. Tout le monde doit être vigilant mais parfois la réalité dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Tiens, j’y pense : Est-ce que les âmes bien-pensantes, si promptes à descendre dans la rue pour manifester contre le mariage pour tous, ou celles qui “gerbent” si facilement à la vue d’un être humain différent, se manifesteront pour cette cause bien plus importante ???
    Sinon, suis partante pour défendre les patates chaudes et les pêcheurs moldaves !! Ou Est-ce que je signe !!!
    Bises

  5. Miss Niet

    Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que souvent la mère et les frères se prennent aussi les coups et que trop peu de solutions existent pour aider les familles à s’éloigner d’un homme violent. Et peut-être que la mère va s’en prendre une en rentrant.
    Et que quand l’alerte aux services sociaux sera donnée la famille “disparaîtra” et que comme ils ont déménagé on cherchera même pas à voir si les enfants refont surface ailleurs (dans le département d’à côté).

    En fait, le cas où le gamin arrive couvert de bleus c’est encore le plus simple pour saisir les services sociaux. Les abus, violences psychologiques et verbales sont plus difficilement décelables et encore moins suivis de secours.

    Bref, mon soucis avec ce genre de pétition c’est que malheureusement, je refuse tout net de les signer, car il y a déjà plein de causes nobles que l’on m’incite à signer pour la grande cause de 2014. Je peux tout soutenir, mais je n’estime pas qu’une cause vaut mieux qu’une autre, et que chacun est concerné par un problème différent.

    1. Rofine

      @ Miss Niet : Une grande cause nationale permet de sensibiliser les familles, les adultes sur un sujet bien précis.
      Si nous signons la pétition pour que la maltraitance soit la grande cause nationale 2014, c’est pour informer sur ce problème de société les familles et les adultes qui travaillent auprès des enfants, de proposer des moyens de prévention, de libérer la parole des petites victimes ou de ce qui savent. C’est une cause aussi noble qu’une autre. Nous devons prendre conscience que ces enfants ont besoin d’être aidés par des adultes responsables et qui les respectent.
      Les deux photos choisies par Baptiste vous ont-elles fait réfléchir ?
      Pour ma part, j’ai vite signé la pétition!

      1. Miss Niet

        Oh heureusement ou malheureusement, ces photos j’y ai déjà pensé, car je suis révoltée. Je suis révoltée qu’en France il soit plus difficile d’être child-free que pondeuse. On demande à une femme qui veut se faire stériliser l’accord de son conjoint et un délai de réflexion de 4 mois. 4 MOIS ?! Quand il suffit de quelques minutes pour créer un nouvel être vivant ? Quand on vit dans une société qui pousse à la procréation en nous envoyant ce type de message : vous ne voulez pas/plus d’enfants, vous le regretterez, vous n’avez pas assez réfléchi. Car oui, pour fonder une famille nul ne va vous demander de passer un entretien psy, de vous justifier comme vous le feriez pour avoir le droit de ne pas en avoir.
        Les centres d’IVG sont surchargés, les femmes ont de moins en moins les moyens d’assurer leur contraception parce que c’est cher. Alors fatalement, déjà, combien d’enfants non désirés naissent, en particulier dans les milieux sociaux de bas niveaux, où les considérations éducatives sont souvent bien loin des sujets abordés sur ce blog ? Je ne dis pas que la maltraitance est l’apanage des milieux pauvres, mais je dis qu’il y a peut-êre quelques choses qui clochent dans la manière d’aborder la famille et la natalité en France.

        Comme je l’ai dit aussi plus haut, souvent un père violent est violent avec toute la famille, avec sa femme également. Alors comment sortir de l’engrenage quand on voit à quel point il est difficile pour une femme battue de s’éloigner de son bourreau ?

        En faisant de la maltraitance une grande cause, ne sommes-nous pas en train de traiter un symptôme d’un mal plus profond ?

        J’ai moi-même visité les urgences plusieurs fois suite à des coups de mes parents. J’ai entendu des insultes qui valent leur pesant de méchanceté. Depuis toute petite je ne souhaite pas avoir d’enfants parce que je crains de ne pas les aimer ou pire, de leur faire subir ce que j’ai subi. Ce genre de convictions ne s’acquièrent pas par hasard. Et pourtant, je ne pense pas avoir eu une enfance pire que les autres. Et je m’oppose aux coups car ils sont rarement une solution pour punir un enfant. Mais j’estime que l’on se trompe de cause, et que les solutions ne sauraient régler ce type de problèmes.

  6. Maryline

    Je me dépêche de signer cette pétition !!!! Je suis vraiment ravie que vous relayiez cette pétition, les enfants sont la base de tous, c’est la future société! ça a toujours été ma grande cause nationale à moi !! 🙂

    Sans vouloir du tout défendre les parents qui font ça, car ce qu’ils font est innommable, il n’en faut pas moins oublier que 99% de ces parents violents sont d’anciens enfants violentés également :-(( Ce petit garçon de 5 ans est tout chou, tout le monde s’attendrit sur lui et c’est bien normal! Mais qui ce souviendra du petit garokn terrorisé lorsqu’une fois adulte il refera la même chose ? Lui sauter à la gorge ne changera pas que son comportement est l’exteriorisation d’une souffrance et d’une peur sans fond… :-((

    D’où l’intérêt de cette pétition, il faut briser ce cercle vicieux !! Merci beaucoup Baptiste!!

    1. violette

      Heureusement, la répétition du cercle de la violence n’est pas une fatalité. 🙂 Malgré la peur et la douleur que l’on a pu ressentir enfant.
      J’ai eu ma dose de “châtiments corporels” étant petite, et aujourd’hui j’ai trois enfants que j’élève sans coup, sans humiliation, justement parce que je sais ce que l’on ressent quand son parent, qui est censé être notre protecteur, devient notre agresseur, même quand c’est à un niveau que certains qualifieraient de “raisonnable” (tels gifles, martinet, humiliations verbales).
      Quand je dis que ça me donnerait envie de sauter à la gorge des parents maltraitants, c’est bien entendu au sens figuré, métaphorique. (je n’ai jamais mordu la gorge de personne…hum..sauf peut-être dans un élan d’affection dans certaines situation hihi)

  7. Albigène

    Bien sûr !!! Il faut signer cette pétition.
    Mais au delà….? Pour ce que je constate, parfois, les parents semblent considérer que le fait d’avoir des enfants est plus une fatalité qu’un réel plaisir ! Y a t’il de la tendresse dans le regard de toutes les mères. Il faut dire que la vie dans nos sociétés consuméristes, s’adapte mal au besoin d’équilibre moral requis pour l’éducation et le bien-être des enfants, d’où une exaspération des parents qui dégénére vers des situations dramatiques pour les enfants et aussi…. les parents.
    Et le chômage, la pauvreté, le racisme, tous ces facteurs sociaux que sont l’inégalité, l’injustice et l’exploitation, sont un terrain parfait pour les déviances et les relations (familiales ou pas )qui sont marquées par la violence et la perversion. Et les violences faites aux femmes….
    Mes ami(e)s, il y a du boulot….!

  8. Elo

    Signé.
    Et juste pour ma culture perso, ca se passe comment quand c’est comme ca ? L’assistante sociale, elle a quel pouvoir ? Concretement elle fait quoi ?
    Triste,

  9. C.

    Le problème c’est qu’il ya trop de “grandes causes” personnellement j’ai deja signé pour une autre cause, celle pour ma maladie…même si celle là me semble encore plus importante…
    Pas facile d’avoir une maladie chronique…mais être battue quand on est enfant ca ne devrait vraiment pas exister…je veux dire VRAIMENT pas !!

  10. muscadinepistou

    Oui je signe. Mais je signe aussi pour le frère qui est aussi maltraité – voire maltraitant – et pour les parents, maltraitants en souffrance. C’est toute la famille à prendre en charge, à aider, à qui il faut réapprendre à aimer ; la sanction ne suffit pas, nécessaire (indispensable même) mais non suffisante. Enfance maltraitée cause nationale ? OK à condition qu’on en arrive à l’accompagnement, et qu’on cesse de juger, abruptement. Entre la photo de l’homme Arbre et celle du gamin tenu par le pied, je trouve cette dernière particulièrement choquante….comme quoi tout est relatif. Merci Doc Bibi

  11. Noémie

    Pétition signée ! Je ne comprend pas qu’on puisse faire du mal à un enfant…

    Elo : l’assistante sociale peut (enfin dans ce cas doit) faire un signalement afin qu’une procédure soit mise en place pour aller vérifier comment ça se passe au domicile familial.

  12. E.

    Signé. Pour EUX. Parce qu’on ne touche pas aux enfants Et parce qu’en te lisant j’ai eu la vision furtive de N., mon grand gaillard de 3°qui, lui, fait bouclier pour que son petit frère de 10 ans et sa petite soeur de 5 ans n’aient pas de bleus … parce que “vous comprenez madame, je suis grand, je peux encaisser”. Et de K. a qui la maman avait mis une baffe magistrale devant moi en le traitant de “saligaud voleur” parce qu’il mangeait le pain au chocolat que je lui avais donné pour qu’il ait un goûter avant sa commission éducative. Et de T. Et de L. … de tous ces ados pour qui j’ai contribué à faire un signalement de mise en danger… et pour qui le système est si lent qu’ils sont toujours dans leur situation pourrie. Et encore, je travaille dans un établissement de campagne réputé calme ! Il faut faire quelque chose pour tous ceux là…

    PS: le chocolat promis devrait t’attendre. samedi, à la librairie, cher Bibi!

  13. Cath

    Signé des deux mains.

    Il est plus que temps de s’agiter sur cette réalité atroce. Bien sûr, il y a des pétitions -canapés et fantaisie, trollpoulpette a raison, et il suffit de lire leur texte pour s’en rendre compte…

    On pourrait par exemple appeler les USA à signer et à ratifier la convention internationale pour les droits de l’enfant, c’est vrai qu’il y aurait des petits fours pour beaucoup. En plus, il y a tellement de gens qui pensent que tout le monde a signé et ratifié cette convention.
    Canapés et perte de temps ?
    Peut-être, mais pas si sûr, parce que les idées font leur chemin quand même, surtout si on les aide.

    Il s’agit ici de réveiller le bon peuple et de soutenir les travailleurs sociaux et le personnel spécialisé d’aide à l’enfance, qui fait son boulot et qui prend en pleine figure ces tragédies qui ne devraient pas avoir droit de cité dans nos sociétés soi-disant civilisées. Ils sont aux premières loges, et pour cela, il faut avoir le coeur bien accroché ! Alors, si on peut les aider en signant, pourquoi pas ? Surtout que ce n’est pas pour leur petit commerce qu’ils se démènent, mais bien pour ceux qui n’ont pas de voix, ceux qu’on n’écoute pas et qu’on étouffe.

    Silence, vous dis-je, on assassine !

    Il s’agit avant tout de ne pas détourner le regard de la détresse muette de ces enfants, de regarder et de déceler ce qu’ils taisent pour alerter, intervenir et répondre, avant que la tragédie ne s’achève brutalement.
    Il ne s’agit pas de se donner bonne conscience b… de m…!
    Avez-vous seulement fait face une fois une seule à ce genre de situation où appelant à l’aide les autorités et le législateur, ceux-ci ne voient pas la nécessité de réagir, parce que précisément on n’en parle pas et que ce n’est qu’un “épiphénomène”, qu’il n’est pas nécessaire d’intervenir et bla-bla-bla ?

    Laissez-moi vous rappeler “poulpette” que c’est sous la pression de la rue que le 1er ministre belge de l’époque de l’affaire Dutroux s’est résolu à suivre le mouvement, que ce raz de marée populaire belge a conduit à une refonte des modes d’enquête et d’intervention pour aider les enfants, que cela a conduit à considérer la pédopornographie comme un crime au niveau européen, oui comme un crime -et non comme une broutille. C’est comme pour le viol des femmes, si cela vous dit quelque chose ?

    Il en a fallu des pétitions et des gens qui se lèvent matin pour faire changer les choses, pour mettre nos parlementaires devant cette abjecte réalité, avec des mots pour commencer, avec des faits dans toute leur violence pour continuer, parce que certains persistaient à ne pas voir la nécessité d’intervenir dans la sphère familiale, privée en somme… Une petite signature, l’une après l’autre, pour rappeler ces gens satisfaits de leur sort que, non, notre société n’est pas parfaite , et que oui, il faut agir. Une cause nationale, c’est bien le moins, non ?

    Je m’arrête là, parce que cette condescendance de crétin me hérisse le poil, parce que cette suffisance bouffie me révulse. La photo qui illustre ce blog peut en faire rire certains, mais pour moi, elle prouve bien qu’il y a des coups de pied au c… qui se perdent.

    Et non, je ne suis pas fan du lancer de gratin dauphinois, suis trop ” de la gueule” moi. Je le préfère dans mon assiette :-))

    Désolée Baptiste, désolée la troupe, mais de voir des enfants martyrisés me fait vomir, me rend malade. Je ne serai jamais capable de garder mon calme face à cela, et encore moins face à la gent face de rat.

    1. elwynn

      merci Cath pour ton coup de gueule.

      La grande cause 2014 devrait être la violence faite aux enfants et aux femmes car cela va souvent de paire, malheureusement.

      Et ti signerais pour un concours de lancer de nain de jardin? Je plaisante, ca détends l’atmosphere

  14. Hélène

    Mon dieu… c’est signé pour moi. 2 choses: protéger ce tout petit OK. Et maintenant comment réparer les dégâts chez lui, mais aussi pour les plus grands pour qui la violence a désormais une bonne raison d’être tant le travail de sappe est profond. Quelle tristesse d’entendre ce gamin qui justifie les coups de son père… ils sont durs tes posts en ce moment Dr…

  15. Catherine d'Argentine

    Je trouve que l’infirmiere a fait un premier pas important pour une prise en charge,et une prise de conscience…mais apres il y a souvent beaucoup de complications avant de pouvoir renverser ce genre de situations de violence…je me rappelle de la phrase d’un enfant de 6 ans,qui avait recu des coups de ceinture,pour avoir maladroitement renverse sa tasse de lait ,qui m’a dit:”Mais tu sais,je l’avais surement MERITEE CETTE PUNITION”…cette phrase resonne encore en moi…l’enfant considere que le parent qui frappe doit”avoir ses raisons pour agir ainsi”,que lui.l’enfant, il a surement tort,qu’il doit etre un”mauvais enfant”…et qu’il ne faut pas penser du mal de son parent violent…aussi incroyable que cela puisse paraitre,en plus d’etre menace et oblige par le parent a garder le silence sur les sevices qu’il recoit…l’enfant a la sensation d’etre le coupable et de meriter cela…j’ai signe…mais,il y a beaucoup a faire…

  16. blavier

    J’ai perdu mon enfant, lors d’un accident tragique de voiture, hélas ! des vaches sur une route, ma peine est immense depuis plusieurs années. Voir cet article me révolte j’aimerai tant que ces parents maltraitants soient considérés comme du bétail…et prennent conscience de l’horreur de leurs actes et de la douleur conséquente et future sur l’avenir de leur enfant.

  17. nevousinquietezpas

    Sur un registre voisin, peut-être vous soignants n’avez pas le temps de le constater, c’est étonnant comme un smartphone devient objet d’hypnose pour les parents dans une salle d’attente en urgences pédiatriques (constat généraliste mais constat quand même. Il y a heureusement des exceptions). C’est sans doute un spectacle trop insurmontable que de voir sa progéniture déjà malade s’abrutir devant un dessin animé idiot ou s’ennuyer dans un tas de jouets déjà sucés pas deux décennies de prédécesseurs. Je me suis surpris cette année à m’improviser animateur de centre de loisirs pendant 3 heures aux urgences du CHU pour ma fille et les 6 autres enfants présents, dans l’ignorance totale des parents autour. Mais j’ai horreur qu’un enfant s’ennuie ; et j’ai une tendance microphobe. Sur ce je vais signer la pétition.
    PS : je ne poste pas ce comm (anonyme) pour ma gloriole, dont je me f… Les heures d’hôpital pour un enfant sont VRAIMENT ch..longues
    rePS : pardon B. pour cette digression, le sujet initial est infiniment plus grave. Je sors pour signer.

  18. Fol2

    Bonjour!
    Idem…. Si j’en avais le pouvoir, je serais tellement mauvaise face à ces parents immatures, irresponsables… Un enfant, c’est tellement merveilleux, un véritable cadeau! Il ne demande rien: que de l’Amour!
    J’espère que les pouvoirs publics feront leur devoir vis à vis de cette cause: nos enfants sont notre avenir…

  19. Cath

    Je voudrais rajouter quelques points
    1. Tous les enfants victimes de maltraitance ne font pas subir à leurs enfants ce qu’ils ont subi. Et des gens pauvres comme Job ont souvent un sens de la famille autrement plus développé que chez certains aristocrates.
    2.il n’en demeure pas moins vrai qu’il faut accompagner ces enfants pour essayer de prévenir un comportement similaire dans le futur.
    3. Quand un seul membre du couple est violent, généralement, tout l’entourage en est victime jusqu’à une intervention extérieure, ou si seule la mère est victime de violence, elle peut se “réveiller” si on s’en prend à ses enfants.
    4. Au cas ici décrit, la mère est vraisemblablement complice, si pas active, et le fait que les autres enfants tiennent ces propos sont un indicateur que seul ce petit a été “sélectionné” pour subir les sévices, pour x raisons. Et il y aura du travail pour soigner les enfants témoins…
    5. Il n’est même pas certain que les adultes aient un passé d’enfants victimes. C’est plus grave. Il y a des cas tout simplement où des personnes ne devraient même pas être autorisées à s’approcher des enfants.
    6. Quand je dis que la mère est complice, elle ne dit rien, ni oui, ni non, mais les autres enfants sont témoins, cela veut dire que les adultes savent parfaitement que ce qu’ils font subir n’est pas “bien”, il leur faut donc justifier aux yeux de leur public et emporter son adhésion. Tout comme pour la petite victime : le discours est le même, ce n’est pas l’adulte le responable, c’est l’enfant, donc il doit en supporter les conséquences, ce n’est que juste.
    7. C’est peut-être un discours de malade, mais on entend ce même genre de discours justificatif dans d’autres circonstances : les escrocs en tout genre ont toujours de bons arguments, a priori.
    8. Le législateur est en retard, et les procédures sont longues et parfois mal suivies, faute de moyens adéquats. Mais si seulement l’entourage avait le cran de s’interposer et de réagir au lieu de regarder ailleurs, ou de dire qu’on ne peut pas intervenir dans la famille ? J’ai connu des gens, qui une fois qu’ils ont eu connaissance de situations similaires, ont mis les pieds dans le plat (et peut-être une paire de baffes) et montré que les victimes avaient quelqu’un qui parleraient pour elles. C’est vraiment curieux comment les tortionnaires ont retrouvé leurs esprits… Cela ne marche pas à tous les coups, mais il faut intervenir. Et ne pas se conduire en lâche.

    Voilà.

  20. Cilou

    La violence sur les enfants, ça parait tellement manichéen… Et c’est tellement plus compliqué que ça.

    Tous les parents qui cognent sur leurs gosses ne sont pas des monstres pervers qui se font plaisir en démontant la tête de leur innocente progéniture. Il y en a, c’est vrai, mais je ne pense pas que ce soit la majorité.
    La plupart, comme le disait Maryline, sont eux-même des anciennes victimes de leurs parents abusifs. Le hic, c’est que souvent (pas toujours), enfant battu rime avec enfant non éveillé à l’intelligence, la curiosité, la réflexion. Résultat des courses, il devient un adulte qui ne sait pas analyser, comprendre et apposer un regard critique sur toute la violence qu’on accumulé en lui pendant des années. Donc, avec ses propres enfants, l’ancien enfant battu met en scène le seul schéma qu’il connait : la violence.

    Un parent peut essayer de se changer, de faire mieux, ou moins pire.
    Lorsque ma mère, qui sans aller jusqu’à ce qui est décrit dans ce post, avait la main (plus que très) leste à mon égard, elle me disait “mais ce n’est rien, si tu savais ce que j’ai vécu, moi”. Sur le coup je me taisais (j’en avais peur), mais je me disais, et alors ? C’est de ma faute à moi ?
    Maintenant, ça prend sens. Maintenant que j’ai fait une thérapie, parce que j’en avais marre de quitter la pièce où étaient mes enfants avant de risquer de me jeter dessus et les rouer de coups. J’essaie d’être une bonne mère, et si parfois un coup de pied au derrière m’échappe, c’est mesuré. Mais je suis convaincue que ma mère a aussi essayé d’être une bonne mère. Elle n’a fait que me battre, elle n’a pas imaginé moult sévices comme le faisait son père. Donc, elle a réinventé, elle a fait mieux. C’était trop peu à mon sens, mais c’était ce qu’elle pouvait.

    Et je crois que beaucoup de parents font ce qu’ils peuvent ; selon qu’ils sont plus ou moins cortiqués, plus ou moins aidés, plus ou moins désemparés. Car lorsque la relation de violence est mise en place, c’est tellement dur d’en sortir ! On dit que l’enfant “cherche les coups”, expression horrible qui sous-tend qu’il les mérite. Mais en réalité, si l’enfant a le choix entre les coups ou pas de relation, il choisit les coups. Car ce qu’il supporte encore moins que la haine, c’est l’indifférence.

    Alors, plutôt que juger, aidons. Signons, non pas pour envoyer au bûcher tous ces salauds de lâches qui tapent sur les petits, mais pour sortir de l’enfer ces familles qui ne savent plus comment réinventer une vie meilleure.

    1. Albigène

      @Cilou

      Merci Cilou pour ces précisions et ton témoignage émouvant. Rien n’est simple, tout le monde n’arrive pas à se débarrasser de ses casseroles. “Pardonnez-nous nos enfances.. comme nous pardonnons à ceux qui nous ont enfantés … ” (Muriel Rigal)
      Plein de bisous…

  21. Marina

    Et la violence de tout les jours qui apparait dans les endroits les plus surprenants. Cours de Taekwondo du petit, j’attends la fin…Un père (95kg de muscle et de gras au bas mot) gronde sa fille, l’attrape par le bras, la soulève et l’éloigne (la porte, suspendue, l’épaule étirée vers le haut). Des cris, non, non, pas des hurlements juste quelques mots un peu plus forts. Et des coups de pieds. Aux fesses, l’enfant se tourne pour les éviter, dans les cuisses. Moins d’une minutes et les coups sont déjà tombés avant que je ne parvienne auprès d’eux. Je me mets entre l’adulte et l’enfant et ne sait que répéter : on ne frappe pas un enfant comme ça ! Le père gronde après moi mais n’ose pas me toucher (je plus petite que l’enfant mais je suis adulte), l’enfant s’éloigne.
    Des autres parents autour de moi aucune réaction : on ne se mêle pas des affaires des autres.
    Un père fait même de l’humour : “et des baffes, on peut ?” J’apprends que ce monsieur d’1m85 est gendarme cynophile. Un autre père, près de moi, est aide-soignant , c’est un ami…et je lui ai enlevé de mon estime. Je n’y peut rien, je lui en veut : il aurait dû agir, il aurait VRAIMENT dû agir.
    J’ai mal, mal aux enfants qui souffrent, aux adultes qui sont démunis, mal à ceux qui trouvent normal de ne rien faire par peur de mal faire.

  22. Raphy

    Bon ben voilà un jeune médecin efficace !
    En une journée, après le publication de l’article, un bon tiers de signatures en plus pour cette pétition 🙂
    Comme quoi la santé des gens ne se gère pas qu’en salle de consultation…

  23. seb

    Voilà c’est fait, merci de m’avoir rappelé à mes devoirs. Père “normal” de 2 enfants, j’avais oublié que ça existait. Merci pour cette aide mémoire pas drôle du tout.

  24. Herve CRUCHANT

    @Poulpette. Le monde est vieux, il est beau, il ne maltraite pas ses enfants. Il n’y a que l’humain pour être con comme çà. Mais il est jeune et laid. Même pas authentique !

    Aujourd’hui, je vais être vilain, na ! Je vais peut-être -peut-être- signer cette pétition.
    Je n’aime pas du tout, vraiment pas, cette tendance aux soins post-traumatiques propre à notre époque. Allons de suite au cœur du sujet : il ne s’agit pas de ne rien faire devant le malheur et la détresse, de fermer les urgences. Au contraire. Au contraire : mieux soigner l’urgence.
    Sauf que. Sauf que c’est bien du syndrôme du radeau de La Méduse dont on ne cesse de parler aujourd’hui. Je ne vais pas vous rappeler que les victimes des interventions néo-colonialistes, ne serait-ce que depuis l’an 2000, n’auraient jamais du exister si les gros bras avaient : continué de parler et négocier avec l’Irak, l’Afghanistan, l’Arabie Saoudite, la Syrie, la Lybie, le Mali, le Centrafrique, l’Ethiopie, la Grèce, le Portugal, l’Espagne… au lieu de piller, d’exploiter, d’affamer, de lampéduser, de xénophober, d’insulter, de mépriser, de stigmatiser ce qu’Alfred Sauvy appelait le premier “le Tiers Monde”.
    Ce n’est pas une déclaration politique. Ou alors, il conviendrait de remonter considérablement l’idée de politique telle qu’elle le mérite. Au sens Grec. C’est une déclaration humatinaire de premier niveau.
    Poulpette nous disait tellement juste dans sa phrase (mais elle n’avait peut-être pas la lucidité de son subconscient en l’écrivant!) : ce monde est vieux … les anecdotes (risquent) de ne pas être authentiques. Là où la culture humaine s’épanouit quand sa dynamique consiste à apporter des réponses humaines aux défis posés par l’environnement de notre beau vieux monde, elle devient archaïque et se ratatine quand elle n’est plus que réactive. Un développement des soins, et uniquement des soins, n’apportera ‘que’ le soulagemet d’une douleur. Un développement de la prévention par l’éducation, soutenu par une vigilance-citoyenne consentie, avec une justice, puis par des soins d’accompagnements -le tout ensemble- est la marque d’une civilisation qui marche. Nous ne faisons pas çà du tout ! Nous nous ratatinons et nous sommes en train de disparaître de ce vieux monde fabuleux !

    Signer pour soigner cause-nationalement nos enfants? Mais oui ! Mais oui ! Mais que faire de la violence elle-même ? Je vais être très provocateur, maintenant; je m’en excuse par avance. Si des enfants meurrent sous les coups, comme des femmes et quelques hommes meurrent très souvent sous les coups … doit-on signer pour développer les pompes funèbres générales? Ou éradiquer les causes de la violence? Eduquer, punir, provoquer le consentement libre et réfléchi (on dit ce gros mot de “prise de conscience”) pour reconnaître la valeur du mot et des gestes d’amour. Et toutes ses déclinaisosn. Toutes. Caresses, hug et free hug, huge hug s’il le faut, amourités, cilous … politesse, respect, dignité… Démaquillons les “correctes attitudes”, démaquillons-nous. Bannissons les paradis utopiques cosmiques éternels et terriblement répressifs. Le bonheur auquel nous avons tous droit sur Terre parce que c’est ce que nous savons le mieux y faire est le seul but à atteindre. Tous. Ensemble. Tels que nous sommes : beaux, moches, droits, tordus…
    Alors, oui, nos toubibs auront un sacré bon boulot à faire : réparer nos conneries et nos accidents. Mais seulement ceux-là. Un prépuce adroitement visé mais une cuisse tailladée inocemment par un rotofil indélicat, un corps étranger égaré dans un fion maladroitement attiré par un siège encombré d’un objet oblong. Mais -jamais- soigner des petits enfants frappés par des grands.

    Et puis la mort. Pas besoin d’y penser, elle arrive tranquillement, elle. Sans se frapper. Les médecins et toute leurs familles de gentils gens autour, ont des mains à prendre. Des mains de vieilles comtesses acariâtres, des mains de grands gaillards déprimés. Des regards de petits enfants qui meurrent, aussi. Et tout le monde devrait savoirqu’il n’y a pas besoin de les frapper pour çà.

  25. Lise

    @cilou

    la gorge serrée d’avoir lu ton témoignage …
    magnifique témoignage, si juste, si mesuré …
    encore une fois, il n’y a pas les bons d’un côté, et les mauvais de l’autre …
    je crois plutôt, comme tu le dis, qu’il y a les parents qui parviennent à canaliser leurs réactions et à rester dans la mesure malgré la fatigue (que le parent qui n’a jamais ressenti cette impression d’être au bord de la crise de nerf devant ses bambins surexités ose venir me contredire !! lol )
    et puis il y a ceux qui n’y parviennent pas ou plus …
    et ceux-là, si on y regarde de plus près, sont souvent eux-même dans une souffrance terrible …
    alors oui, VRAIMENT, il s’agit là d’un problème complexe à appréhender dans toutes ses dimensions …
    comme dit albigène, y’a du boulot !

    on s’y met ?

  26. Grand33

    Bonjour Bibi, bien sûr je vais la signer cette pétition , même si c’est vrai qu’en ce qui me concerne c’est une pétition canapé, même si cela ne peut pas régler le problème si simplement, même si nous ne sommes pas sûr que nos politiques s’en préoccupent, on parle d’enfants qu’on cogne bordel !!! Alors si ces clics peuvent éviter des claques, je persiste et signe. Et puis je n’ai VRAIMENT pas envie de me poulpetter.
    La bise

  27. Chantal

    J’ai été battue, humiliée et abusée par mon père . Quand on est enfant on a l’impression que ça ne finira jamais … Peut être que ça m’aurait rassurée sur les humains, les hommes en particulier, ou réchauffé le cœur de sentir plein de gens se mobiliser, signer des pétitions, et surtout en parler comme quelque chose d’important pour eux . Ça m’aurait aidé à relativiser l’indifférence des voisins quand ils entendaient forcément crier …
    J’ai mis au monde 2 filles extraordinaires que j’ai élevées dans l’amour et la douceur . Les clichés sur les enfants battus qui deviennent des monstres à leur tour ça va bien aussi . Merci Mr Cyrulnic ..la résilience est heureusement possible !

    1. Catherine d'Argentine

      @Merci a Cilou,a Chantal et a ceux qui ont vecu de telles violences,pour les partager avec nous ici,et nous montrer que dans la vie,meme quand on tire des cartes vraiment pourries,on peut REBONDIR…des abrazos tout chauds a vous…

    2. Cath

      Exactement.
      Je n ai pas été maltraitée par mon père, le pauvre s’en retournerait dans sa tombe, mais j’ai été copieusement haïe par ma mère qui ne s’est jamais privée de me tabasser quand elle en avait l’occasion et l’excuse. Et dans ces cas là, personne pour intervenir, surtout pas.
      Si, mon père qui lui a flanqué une baffe magistrale le jour où elle m’a frappée alors que je n’étais âgée de quelques mois parce que je pleurais, mon frère témoin de la chose.
      Et puis mon père est parti avec moi sous le bras, et comme me l’a dit cette femme “tu ne sauras jamais combien je te hais”. Et grandissant, j’ai pris des coups et de la haine quand elle en avait l’occasion, jusqu’au moment où je l’ai plaquée contre un mur. Et je me suis retenue de le lui faire bouffer le mur.
      Mais je ne pardonne pas.
      Et je ne pardonne pas à ceux qui frappent des enfants, même excédés.

    3. Cilou

      @ Cath et Chantal : Toute cette colère… c’est celle qu’on vous a infligée, jour après jour, violence après humiliation. J’espère qu’un jour vous parviendrez à laisser cette colère retomber, l’abandonner comme une peau morte… Je sais d’expérience que cette colère entretient la douleur plus qu’elle ne l’apaise. Et c’est bien de douleur qu’on parle, des années après la fin des tourments physiques !
      Je suis tellement navrée de ce qui vous est arrivé. Je ne sais que trop ce que vous endurez d’avoir traversé tout ça. Je vous embrasse et vous câline, si vous me le permettez…

      1. Cath

        Colère qui jamais ne s’apaise, et qui refait surface quand je la crois jugulée. J’ai beau me dire que ça lui donne trop d’importance et que je me suis bâtie malgré elle, il n’empêche.
        Je me tiens à l’écart, loin.
        Je n’appelle pas, et même le frangin a fini par comprendre qu’il vaut mieux ne pas insister pour que je me fende de visites lors de mes retours en France. Alors j’aide financièrement, pour la mémoire de mes grand-parents, pour que mon frère ne prenne pas tout sur les épaules. Lui, il peut pousser des coup de g…de temps à autre, c’est sa mère; moi, c’est une femme qui a perdu le droit de se déclarer telle.

        Je viens de m’écouter l’interview radio de Baptiste : la musique et Vivaldi en particulier m’ont fait du bien et remis les idées à la bonne place. Je vais aller sortir du plumard mon petit neveu adoptif, histoire de garder ses draps de lit secs : ce sera plus confortable pour lui. Et puis il me fait rire, il ne sait même pas que je l’emmène à la salle de bains et que je le recouche…il dort et il continue de rêver au mouton qui voulait toujours plus, sauter plus haut, être plus gros que les autres. Voilà. Merci Cilou.
        C’est vrai que la création de ciloux est belle. Je l’expliquerai un jour à la terreur des moutons.
        Merci Baptiste.

        1. P.

          La plus belle des victoires c’est quand on peut se tourner vers son tortionnaire et lui dire: “Finalement, après toutes ces années je ne t’en veux plus. Je te dirais même presque merci, car, en partie grâce à toi je suis celle/celui que je suis devenu(e) et j’aime ce que je vois dans le miroir tous les matins. Je suis fièr(e) de ce que je vois dans le miroir tous les matins.”
          Mon coeur pleure pour vous, pour votre enfance, je n’ai jamais compris la méchanceté. Mais je me réjouis de savoir que vous avez pu construire une famille, construire une vie loin de cette violence, même si c’est un combat de tous les jours, même si, des fois, c’est compliqué.
          Moi aussi je vous fait un câlin et même je vous emmène au pays des bisounours, là-bas tout est beau et tous le monde est gentil.

  28. pantherspirit

    Je l’ai signé, Bibi, cette pétition, je l’ai signé la rage et les larmes à la plume… Pétition pour “mouvements-canapés qui ne servent à rien (dixit “Poulpette ) ?!

    Si tel est le cas je m’en contre fiche, car le “rien-faire “, ” le rien-dire», “le rien-voir”, “le rien-entendre “me semblent pire. Ceci ne regarde bien entendu que moi.
    J’ai aussi en tête en la signant l’image d’une jeune femme que je connais et dont la vie a été bousillée du fait d’une maltraitance dans son enfance …Le bleus, les gnons : Elle a connu, et elle a connu également la violence de la pédophilie qui s’y est associée.

    Ceci m’est INTOLERABLE à concevoir ! Et pourtant cet “INTOLERABLE-LÀ” elle l’a vécu, ainsi que tant d’autres comme elle, qui se taisent par peur, par sensation de “culpabilité “, ancrée au plus profond et quasiment indélogeable. Personne n’a voulu la croire, lors de cette époque durant laquelle lui ont été infligées de telles souffrances. Peut-être que sa vie aujourd’hui n’aurait pas le poids de la douleur, et d’une frayeur parfois incontrôlable si les tierces regards ne s’étaient pas fermés comme des volets qui claquent :” Silence, on tue , mais on s’en fout !”
    Alors, ne serait-ce que par soutien pour elle, parce que je sais ce qu’elle endure des années après, pour elle et pour tant d’autres, inconnus, je me lie à cette pétition . Aidons à protéger ces gamins !!

    Bibi-Ami, Merci pour EUX…
    ….Et gros bisous…

  29. chantal

    @cilou
    merci pour le calin…
    La colère pour ma part s’est dissipée depuis longtemps.
    J’ai même pardonné parce que c’est la seule voie possible pour avancer et trouver que la Vie est belle telle qu’elle est avec tout ça aussi.
    Le présent est beaucoup plus chouette que le passé alors je ne vois pas l’intérêt d’entretenir ces souvenirs.
    Par contre, défendre les enfants qui souffrent en ce moment, ça a du sens…

    1. marie

      le pardon est en effet la clé pour poursuivre son chemin, ne pas être en mesure de le faire entretien la gangrène , il faut dépasser la haine des personnes et des actes comprendre pourquoi ils ont fait ça et bien sur il faut signer , c’est même inouï qu’il faille le faire, que ce ne soit pas l’évidence que la protection de l’enfance soit grande cause nationale en 2014 et pour tous les temps à venir. Un enfant épanoui est une promesse d’adulte bienfaisant.

  30. Flo

    Le problème c’est que la vie pratique, dans ses deux grands aspects fondamentaux , n’est pas enseignée dans un lieu qui n’existerait que pour ça : ni le courage ni le métier (la vocation?) de parents ne s’apprennent dans une école de vie pratique, savoirs-être qu’on transmettrait comme on transmet l’histoire ou la chimie
    Et l’on imagine, à tort sans doute, que c’est “naturel” d’être courageux ou d’être un parent pacifiste (au sens qu’il ne pratique pas la violence à l’encontre de sa progéniture, mais la RESPECTE, en paroles, en action, en pensée, tous les jours de sa vie).
    Le courage, pour défendre ce qui doit l’être en TOUTE circonstance, et combattre ce qui dégrade, abîme, détruit, nécrose, annihile, détériore, opprime, écrase, brutalise, violente toute parcelle de vie, au lieu de la protéger, la faire vivre et grandir, la développer, la renforcer, la soigner, la nourrir, la chérir, la respecter, la soutenir, la consoler, la choyer, l’embrasser, l’aimer.
    Apprendre à être un bon parent. Parce que ce n’est pas inné, et que la “pâte humaine” a ses misères et ses vicissitudes qui la rendent parfois abjecte ou monstrueuse.
    Un parent courageux, qui n’utilise pas sa force physique pour démolir un petit être qui a confiance en lui, et qu’il broie par une méthodique violence, impunément, aux yeux de tous (ou presque voir ds les com’s).

    Devenons courageux, tous.
    Vraiment.
    Et si cela passait par une pétition?

      1. P.

        On ne choisit pas c’est tout le drame, on l’est et on trouve cela “normal”, on ne se pose pas vraiment la question, surtout si on ne prend pas la peine de réfléchir où si l’on écoute pas ce que les autres ont à nous dire.
        Je me souviens la première fois que j’ai travaillé en centre de loisir on m’a dit : “Vraiment, tu cries trop !” Ca m’a paru abérant, j’ai demandé aux enfants et ils m’ont dit la même chose. Je pense que si je n’avais pas eu cette expérience je ne m’en serais jamais rendu compte et j’aurais reproduit mon schéma familial sans vraiment me poser de question… Vous allez me dire qu’il y a un monde entre crier et taper, mais tout de même, je trouve que c’est assez parlant.
        Etre parents ça s’apprend, c’est tellement vrai…
        @doume : je vais demain voir le hobbit \o/ (VO 3D s’il-vous plaît !!) ((rien à voir, je sais)).

        PS: j’ai eu ma dédicace, I’m happy !! Merci B.

  31. patiente

    Oh mais oui je l’ai signée cette pétition.
    Et une fois qu’on l’a signée confortablement installés devant nos ordinateurs, que faisons-nous pour aider tous ces enfants ? J’ai mal de savoir que des gosses souffrent sans que rien ne bouge. Comment faire plus ? Les cris muets de ces petits m’atteint en plein coeur. Que pouvons-nous faire en tant que citoyen pour faire plus ??????? La souffrance et le martyre des enfants est quelque chose qui me fait mal et me renvoie à mon impuissance face à de tels drames.

  32. kortomaletes

    un jour il faudra se pencher, comme sur le sida ou la pilule ou la sécurité routière, sur l’ épineux problème de la reproduction du “con”…..

  33. Catherine d'Argentine

    Je vous recommande la lecture d’un livre preface par Francoise Dolto…un petit bijou a lire comme parent et ex-enfant…et pour inviter les enfants/adolescents qui nous entourrent a le lire et le relire a tous moments…”MANUEL A L’USAGE DES ENFANTS QUI ONT DES PARENTS DIFFICILES” de Jeanne Van Den Brouck…”un livre-reflexion plein d’humour aussi,a mettre entre toutes les mains,et qui nous aide a mieux comprendre comment,aussi paradoxalement que cela puisse paraitre, le VERITABLE EDUCATEUR DU PARENT,c’est l’ENFANT lui-meme…et parfois sa tache est tres compliquee…

  34. Grand33

    Je viens de relire les commentaires et je me rends compte que la maltraitance est finalement assez répandue, trop. Quand je vois à travers les mots de cilou, chantal ou cath les blessures que ça laisse, cela me fait mal au coeur. j’espère que toutes ces cicatrices arriveront à se refermer dans vos vies futures et je vous envoie plein de baume (de mon coeur) cicatrisant.
    On bat le beurre pour le rendre meilleur, on bat la viande pour l’attendrir, on bat l’épi pour en extraire le bon grain , mais put…. de m…. !!! Pourquoi ? Comment peut-on battre un enfant ? Cela me met hors de moi quand on voit que ça peut laisser des traces à vie. Rien n’est plus beau qu’un enfant, la beauté vraie pas celle artificielle dont s’affuble souvent les adultes.
    Alors nous parents n’avons qu’un seul droit : celui de les aimer !!!!! Tout le temps et aussi lontemps que nous vivrons…
    Je vous aime mes enfants

  35. Mésange

    @Doume
    Chacun fait comme il le sent, Doume. Ce n’est peut-être pas courageux mais en même temps, faut-il toujours étaler toutes nos actions sur la place publique?
    Qui sait? Il y a peut-être aussi parmi eux des gens qui ont souffert de maltraitance et qui ne veulent pas voir leur nom associé à ce mot… L’important est qu’ils signent, que leurs noms apparaissent sur la pétition, remise à qui de droit comme on dit, et que la défense de cette cause avance.

  36. SOLIDE GAILLARD

    juste un commentaire par rapport a la photo : la maman de gauche me plait beaucoup cela doit être lie a sa pilosité qui me rappelle la mienne (fils cache de Choubaka !!!!)
    la biz
    ton livre est emballé sous le sapin pour que ma famille sache notre quotidien des urgences et qu’ ils arrêtent de penser que c est urgence et grey’s anatomy réunis !!!

  37. Nounette

    Bonjour,
    Pardon je suis bavarde

    Je ne suis pas sûre d’avoir compris tout le message d’Herve Cruchant,

    mais j’en retiens une chose : ce qui sera le plus constructif ce n’est pas renforcer la répression de la maltraitance (il y a de la matière – je viens de découvrir les histoires de Marie, juge pour enfant sur le blog de Maitre Mo). C’est la prévention. Par l’amour dit Hervé.
    Mon idée à moi serait d’enseigner aux grands comme aux petits à gérer leurs émotions. Pas seulement à les gérer dans l’instant, mais sur la durée, pour ne pas basculer brutalement dans une fureur destructrice.

    Car en parlant de fureur destructrice … l’histoire de Cilou fait écho. La maltraitance mentale j’ai connu, les coups aussi.
    Et après avoir tiqué en lisant le début du message de P. (encore qqn qui va parler du pardon rédempteur ?) je retrouve finalement exactement mon approche.
    Il n’y a eu personne pour se lever et me protéger, parce que personne ne comprend la folie quand elle se cache dans les fissures d’une normalité apparente. Et il n’y a rien à pardonner à quelqu’un qui n’était pas conscient de faire le mal (la folie peut faire cela, aussi, faire croire à une mère qu’elle doit “sauver” son enfant sans qu’elle réalise qu’elle l’abime).

    Et moi aussi à présent je suis en thérapie pour ne pas faire de mal à mes enfants.
    Je fais de mon mieux. Je sais que ma mère a fait de son mieux avec les ressources qu’elle avait. Je ne lui pardonnerai jamais. Mais elle est traitée aujourd’hui.
    Qu’est-ce que tu veux lui dire ? maman tu m’as détruite ? Ca l’anéantirait. Elle croyait bien faire, vraiment.

    Je pense que ce qui sauve la vie des gens c’est de donner du sens. Ce que j’ai vécu n’avait pas de sens. Mais ça en prend pour moi quand je me dis que, avec ça dans mes bagages, j’ai peut-être pu casser le cycle des parents toxiques de ma lignée maternelle (parce que comme pour Cilou, sans parler de sévices ou de violence volontaire, la génération précédente en tenait une sacrée couche).
    Je n’ai pas pris de modèle du côté de mes parents : ni pour reproduire, ni pour éviter de faire pareil. J’ai réinventé.

    Je crie trop, mais j’explique à mes enfants que 1) c’est pas leur faute : c’est moi qui dois apprendre à gérer mes émotions, les papas et les mamans n’ont pas le droit de crier (ni de taper) mais parfois on est fatigués et on n’arrive pas à se retenir 2) que je les aime infiniment et qu’ils méritent d’être aimés (et qu’ils sont beaux et intelligent et super pénibles parfois mais je les aimerai toujours quoi qu’il arrive), 3) comment on peut gérer sa colère et ses frustrations (humblement hein parce que je n’ai pas la prétention d’y parvenir moi-même).
    Et deux trois autres trucs que j’aurais aimé qu’on me dise, comme quelques techniques contre-manipulatoires de cour d’école.

    Tout ça pour dire que bien sûr que je suis contre la maltraitance , je connais, et je vais aller voir cette pétition. Mais si c’est pour dire que c’est mal et qu’il faut sévir, ça me paraît léger.
    Ce qui serait vraiment bien, ce serait de donner des ressources mentales aux victimes, et aussi aux bourreaux. Et si possible, avant qu’ils deviennent des bourreaux. Dans certaines écoles on apprend aux enfants à gérer leurs émotions et à dire non à la violence. Consolider l’estime de soi des enfants, valoriser leur colère (c’est une belle émotion, la colère, c’est une émotion de haute énergie et d’action) et leur apprendre à la canaliser, ça, j’y crois.

    Et sinon je dois être la seule ici mais la photo de droite ne m’inspire pas de révulsion.
    Au début une forme de perplexité (je ne comprenais pas l’image), ensuite une forme de pitié – parce que ce que je vois moi c’est une mère tellement en burn-out qu’elle a confondu son sac avec son bébé : que quelqu’un vienne à son aide !
    Quelle que soit l’interprétation ça me noue le ventre pour l’enfant.

    Merci pour ce blog et ces traces de vie.

  38. Nounette

    C’est la première fois que j’interviens sur ce blog et c’est pour parler de moi. Il faut croire que ce billet me touchait particulièrement, et/ou les réactions …
    Mais je trouve que la maltraitance est un sujet tellement plus complexe que juste des méchants qui s’en prennent aux enfants en totale conscience de leurs actes et des conséquences de leurs actes.

    Je crois que dans tout mon entourage réel ou virtuel je connais 5 personnes qui ont eu une enfance heureuse avec de chouettes parents qui ne leur a laissé que de bons souvenirs.
    Les autres ont tous souffert. Et pourtant, vu de ma fenêtre, parfois c’était une belle enfance, mais qui peut dire qu’on aurait “tort” d’avoir mal vécu une éducation trop rigide, trop laxiste, un divorce, un manque de marques d’affection …? 20 ans plus tard ça laisse des écorchés vifs.
    Et parfois je me dis que c’est moi qui me plains de pas grand chose, quand je vois les horreurs que des amis ont vécu – sans devenir des parents maltraitants d’ailleurs. (Sont tous dans des métiers de soins aux autres, de près ou de loin, ça ne doit pas être un hasard, on transcende son enfance comme on le peut).

  39. Leroy

    Bonjour,

    Vous parliez l’autre jour d’une photo qui avait mise mal à l’aise vos lecteurs, que vous aviez enlevé puis remise (celle d’un indien)… et bien pour moi, c’est cette photo qui me met extrêmement mal à l’aise. Je ne souhaite surtout pas que vous l’enleviez mais ça fait gronder en moi mes pires inquiétudes. Dommage qu’il faille des “journées” ou des “années de” pour sensibiliser.

  40. Marie

    “Les Interdits des petits et des grands
    Auteur : Francesco Pittau
    Illustrateur : Bernadette Gervais
    Editeur : Seuil Jeunesse
    Septembre 2003 – 12,95 euros
    Album à partir de 5 ans
    Ce livre fait partie de la sélection de Ricochet

    L’avis de Ricochet
    Pittau et Gervais nous reviennent avec un nouvel album pour les tout petits, dans le style “inventaire”. Quand on est un enfant, il y a beaucoup d’interdits: “on ne peut pas piétiner les fleurs”, on ne peut pas casser les carreaux du voisin”, “on ne peut pas frapper un plus petit que soi”…

    Mais les enfants doivent savoir que les grands ont aussi des interdits envers eux: “on ne peut pas interdire à un enfant d’apprendre”, “on ne peut pas faire travailler un enfant comme un grand”, “on ne peut pas prendre un enfant en photo tout nu”…

    L’album est ainsi structuré en deux parties: les interdits des petits, sur fond blanc, et les interdits des grands, sur fond orange.

    Comme toujours, Pittau et Gervais vont droit au but, dans le texte comme dans l’illustration, tout est simple et clair, c’est l’art de dire beaucoup avec une grande économie de moyens.

    Sur la dernière page figurent les numéros des organismes de protection de l’enfance. On ne saurait que conseiller cet album aux enfants et aux parents.”

  41. Rivière

    vous venez de me briser le cœur, c’est trop dur, trop triste, c’est affreux…. que pouvons-nous faire ? je donne à Enfance et partage depuis des années… et je signe bien sûr la pétition… j’espère que vous avez pu dénoncer les parents suite à ce constat, et soustraire l’enfant à leur garde… on n’a pas le droit de faire mal à un enfant, ils sont trop précieux, c’est trop bon de les faire rire, de les rendre heureux… bon, d’ailleurs, je file chercher ma petite chérie à la crèche ! Je vais la serrer contre moi et lui faire de gros câlins ….

  42. Wattecamps Marie

    J’ai signer cette pétition avec une grande tristesse pour ces enfants et de la colère a gogo contre les parents qui agisse ainsi. Si je pourrais voter 1 millions de fois si cela pouvais compter… Et moi qui prie les étoiles que JAMAIS il n’arrive quoi que ce soit a mon fils.

Répondre à Fol2 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *