Le jour où j’ai été nul entre 19h30 et 20h00

Le jour où j’ai été nul entre 19h30 et 20h00.

Alors voilà : fin de la journée, entre 19h30 et 20h00. Épuisé, lessivé, rincé, l’interne. Il y a eu du monde : de quoi remplir jusqu’au dernier étage de l’hôpital. Peut-être a-t-on mis des patients au grenier, peut-être en a-t-on descendus d’autres à la cave (un jour, je vous parlerai de cette cave et des légendes autour…).
Le gynécologue doit venir me donner son avis pour un cas compliqué. En l’attendant, je reçois une nouvelle patiente, Marguerite, 97 ans, sourde comme un pot (de fleur, évidemment). Elle ne sent plus son côté droit et chute sans cesse (copain-copain le sol !). La moitié de son visage coule comme de la cire.
Elle fait un A.V.C.G. ( Aliens Versus Chantal Goya
ou Accident Vasculaire Cérébral Gauche, en changeant beaucoup de lettres…)
La Marguerite penche. Encore du boulot pour la neurologue. Je fais mon examen scrupuleusement et adresse une petite prière au repas qui m’attend : celui de midi a eu l’idée étrange de me filer entre les doigts…
L’infirmière passe :
– Le gynéco est là, il veut te voir.
Moi, sans réfléchir un seul instant à mes paroles :
– Dis-lui que j’arrive, je finis avec l’AVC…
La patiente a la surdité sélective, son œil se tord :
– C’est moi l’AVC ?

(Non Marguerite, toi, tu es une fleur fanée arrivée à la fin des 4 saisons de sa Vie-Valdi. Tu t’étioles)

MEA CULPA ! MEA MAXIMA, MAXIMA, MAXIMA CULPA !

Marguerite rentrera probablement chez elle en pestant contre le petit merdeux qui l’a rabaissée du rang d’être humain à celui d’obstruction aiguë de l’artère sylvienne courant gaiement le long de son hémisphère gauche.
Son point de vue se défendra.
Au repas de Noël, elle lèvera son majeur et dira : “Vous savez, les petits zenfants, ce mec, B., l’interne qui m’a reçue, c’est pire qu’un trou du cul : c’est une MALADIE du trou du cul !”
(((( Oui, avant la retraite, Marguerite conduisait des trente six tonnes en fumant des havanes.))))

Parfois, les médecins oublient de mettre des gants, ou ils n’ont pas mangé, ou ils sont débordés.
Parfois, c’est plus grave que ça : ils sont cons.
Et puis, parfois, c’est compliqué : ils sont humains, mais nuls. Entre 19h30 et 20h00. Vraiment nuls.

J’entends passer le vent, et je trouve que rien que pour entendre passer le vent, il vaut la peine d’être né. Fernando Pessoa,

VERSUS :

Discussion au restaurant universitaire. Je vous laisse apprécier le trait d’esprit. Y a plus subtil, nous serons d’accord :

– Mea culpa !
– T’as qu’à consulter un urologue !

Et un super article dans “Rue 89” :
ICI

130 réflexions au sujet de « Le jour où j’ai été nul entre 19h30 et 20h00 »

  1. Claire

    J’adore la photo, qui me rappelle mon petit frère Baptiste, qui se cachait dans la piscine à balle de sa classe (oui oui une piscine à balle, énorme, digne de l’espace jeux du Macdo, DANS la classe des petits et tout petits de l’école maternelle) quand ma mère venait le chercher à 16h…

    On rêve tous ici d’être soigné par un médecin aussi chouette que toi alors deux fois merci :
    – de nous rappeler que le sale type pressé qui nous expédie vite fait bien fait est peut-être un super médecin qui a faim !
    – de me faire déculpabiliser un peu : moi aussi quand j’ai faim je peux être très désagréable sans même m’en rendre compte

    Bonne journée Docteur Bibi !
    La mienne commence on ne peut mieux avec toi, j’appellerai mon frère (qui vit à 10 000 km de moi) ce soir pour bien la finir grâce à toi !

  2. Grand33

    Bonjour Bibi, déjà rentré de Toulon ?
    N’est sourd que celui qui ne veux pas entendre ….. ou l’inverse. Pôvre marguerite avec son petit interne affamé et son syndrome Chantal Goya !!!
    la bise

  3. Catherine

    Bonjour ! Et bravo ! C’est grâce à l’article de Rue89 que j’ai découvert ton blog génial hier… Et voilà comment j’ai passé une partie de mon dimanche à le lire depuis le début. Moi qui suis plutôt abonnée à ceux tenus par des patients depuis qu’un orchidoclaste crustacé – également appelé crabus merdus – à élu domicile dans mon sein gauche, je me suis régalée en découvrant comment on vit les choses de l’autre côté du stéthoscope ;). Contrairement à beaucoup de gens sans doute, je n’avais pas forcément besoin de ça pour me réconcilier car je crois n’avoir rencontré que des soignants profondément humains depuis le début de cette aventure (bon allez parce qu’il faut une exception il n’y a qu’une manipulatrice en radiothérapie à qui j’aurais bien fait bouffer ma perruque – plus bête que méchante !).
    Et ceux qui ont envie de sourire encore, allez faire un tour sur le blog de ma copine Doris : http://dunoiraurose.over-blog.com
    Et ton bouquin va être LE cadeau de Noël !

  4. O.

    Comme quoi les hypoglycémies nous sont toujours fatales …
    Je démarre ma journée de la meilleure façon avec cette anecdote. Merci Dr B.
    Bises et bonne journée.

    PS : N’oubliez pas vos barres de céréales pour tenir le coup toute la journée, ça se cache plutôt bien dans les poches de la blouse !

  5. Cath

    Suis pas bien réveillée… Il m a fallu un moment pour percuter sur la discussion du resto universitaire ( je vois que certaines choses ne changent pas).
    J aime bien la citation lancée par Phil Reneve. J ai hélas pu vérifier plus souvent qu a mon tour. On ne pense pas toujours à se mettre un bœuf sur la langue, pas vrai ?
    Question pratique : je voudrais bien offrir le livre à ma Marguerite a moi, qui a les yeux qui flanchent un peu – en caractères un peu plus gros, quoi. Elle, elle nous a déjà fait 2 AVC, histoire de nous préparer, une sorte de répétition générale. Je lui ai tout de même fait remarquer qu’on n avait pas été bonnes, nous ses filles adoptées, et qu elle nous avait fichu une belle trouille. Moi a faire 500 km dans un blizzard de neige sans pneus spéciaux parce qu elle avait décidé de mourir et refusait le transfert dans un hôpital ou on allait la suivre de près. Le chantage a du bon, et je n ai pas eu honte de la culpabiliser… C est que j aime ma fleur, moi. 500 km sous la neige et sur le verglas… On a passé la St. Sylvestre ensemble dans sa chambre d hôpital ; l infirmière a été gentille et m a laissée jusqu’à 21 heures. Je suis repartie le lendemain, après un dernier bisou pour la route (et le transfert assure), toujours sous la neige. Mais elle nous a prévenues, moi et les autres, le 3ème AVC sera le bon. Pas grave : j ai acheté une nouvelle voiture et j ai les pneus neige. Et toc !

  6. Cécile

    Très cher B.,
    Je compatis. En tant que pauvre humaine nullissime à ses heures (mon estomac a aussi la fâcheuse caractéristique de couper toute énergie positive quand la jauge est à 0), je comprends TRES bien le syndrôme du “p…., j’ai vraiment déconné là”.
    Mais, très cher B., vous on vous pardonne – il faudra p’tre un p”‘tit temps à Marguerite, mais elle vous pardonnera aussi, si, si -. Oui on vous pardonne.
    Parce que vous, vous êtes là pour nous.
    Estomac plein ou vide.
    La bise…

  7. C.d'A.d'ILAVASA ARAVANAIPPU

    eyyyypa BAPTISTE..t’as l’air d’avoir besoin de te RECONCILIER AVEC TOI MEME…UN P’TIT ABRAZO style”AMSTERDAM-PARIS”(Rue 89)EN REGARDANT L’AVENIR AVEC DES YEUX MOINS SEVERES AVEC TOI-MEME…T’es humain…t’as le droit de pas avoir envie d’etre si patient,de pas avoir tant de tact…LIS: D.Pennac,dans”Comme un roman”…il a ecrit une charte de ce que tous lecteurs qui se respecte,peut faire avec un livre,APPLIQUE-LE a ta profession de medecin…dans ton histoire,tu enjambes peut etre des lignes de ton serment de medecin”toujours a l’ecoute”…mais ca me rassure aussi…t’es juste humain,quoi…pour les DIEUX,sache qu’y a des rugbymen qu’ont deja fait un calendrier….

    1. Herve CRUCHANT

      çà y est ! la voilà qui remet çà avec ses rugbymen à poil !… c’est le printemps chez elle, C.d’A… la planète, c’est pas de ses lobes gauche ou droit qu’elle déconne, c’est un AVC de l’hémisphère sud qu’elle nous fait ! tiens, les Pumas rigolent du XV, la Coupe du Monde s’éloigne du Stade de France et Bibi serait encore en rupture de stock. Çà me donne faim. Pas vous ? (aujourd’hui, sur la Dépèche du Midi, journal à double emploi, il y a un article sur les mœurs cannibales de nos SDF qui bouffent du vieux : cœur et langue. Bibi, il aurait pu bouffer un peu de la patiente, celle qui lui bouffait le foie avec son mal de tête.). Je rigole. Je rigole. Mais c’est pas tout. Qu’est ce que je vais bien pouvoir faire à bouffer, moi ?

      1. C.d'A....la planete

        @RV qui me fait m’N-RV:dis donc,toi…¿¿¿tu devais pas etre en train de bouloter des rognons,en regardant”LA VIE DE PROUST PAR L’EXEMPLE”…????ou t’as zappe vers le match-couperet et historique??…m’embete pas chez Bibi,RV…parce que meme avec le decalage horaire,je sais ou te trouver…et moi,j’suis comme le Doc…quand j’ai pas eu le temps de manger…j’ai les crocs…et meme les Pumas ils ont peur…alors meme si sur ce blog,on prone la reconciliation…fais gaffe a ce que t’ecris concernant mes lobes….et les Dieux du stade,ils sont beaux…meme en plein hiver…NAN MAIS…

      2. elwynn

        Sympa l’AVC de l’hemisphere sud si il permet d’avoir des rugbymen en toute saison. Je veux un aussi. Et que les Pumas s’accrochent, Ils sont beaux et forts nos XV. Non mais.

        Une fan du doc Bibi ET de nos rugbymen.

  8. Philippe Renève

    Finalement, Baptiste, vous êtes très dérangeant. Emmerdant, même. Vous nous rappelez que la mort existe, et qu’elle n’est pas belle, surtout avant qu’elle triomphe. Depuis le temps que les uns et les autres on l’oublie quand elle est loin, ou pas trop proche, ou qu’on tente de l’oublier avec des succès divers, c’est un sale coup de la revoir si près, même sur un blog. Vous nous rappelez que la vie peut être ignoble, une saloperie pas imaginable, mais aussi qu’il y a des moments supportables et même un peu plus.
    Vous nous faites penser, et c’est très déplaisant de penser à autre chose qu’aux choses et aux gens qu’on aime. Et puis quand on quitte votre blog (pour y revenir bientôt, c’est une douce drogue dure), on se sent pas si mal : tant il est vrai que cesser de penser à une chose désagréable apporte un certain confort, celui d’avoir traversé un passage dangereux et d’en être sorti. Mais on n’oublie pas les passages dangereux.
    Il commence à faire froid ; une petite anecdote pour se réchauffer. Ma grand-mère paternelle était née en 1897 et se rappelait le bruit des chevaux des fiacres sur les pavés de Paris. Elle a eu deux fils ; le plus jeune est mort à dix-huit ans, accidentellement, et le second à trente ans, suicidé. Elle a manqué devenir folle mais dans ses vieux jours elle était gaie comme un pinson d’avril. « J’ai un caractère joyeux », disait-elle. Voilà, c’est tout.

        1. Herve CRUCHANT

          Monsieur Philippe Renève, je vous salue. Je n’aurais jamais pu supposer qu’il existat une personne sur Terre s’appelant Philippe Renève et sachant écrire avec votre aisance. Votre style est confondant et votre manière d’évoquer les aléas de la vie m’évoque irrésistiblement Jean d’Ormesson, pour lequel j’ai une affection particulière. Merci pour ces échos de calèches et de sabots qui résonnent encore dans la mémoire de nos pavés. Croyez que je suis navré de savoir que vos aïeux ont péri de manière si tragique; et si jeunes. Monsieur Renève, recevez mes sincères salutations.

        2. Eva D

          Ho, un dijonnais! Jolies photos 🙂
          J’ai prêté le livre à une étudiante en médecine, je lui avais déjà passé le lien du blog, ça lui a bien plu 🙂
          A coup de bouche à oreille, on connait bibi petit à petit!
          Ca vous dirait de parler de ce livre et surtout de son auteur, anodinement, comme ça, à la librairie Grangier? Je l’ai fait, si je ne suis pas la seule, ça les titillera peut-être de le faire venir pour une dédicace!

          1. AnnC

            Si ça peut faire venir Baptiste à Dijon, je veux bien trainer mon ventre de baleineau à la librairie Grangier moi ;)…

            Et pour Philippe, très belles photos ! (une autre fan photographe d’orchidées qui vous parle 😀 )

          2. Eva D

            Pour Cilou, le blog du monsieur, on y a accès en cliquant sur son nom!
            http://philippereneve.blogspot.fr/

            D’ailleurs, on sait jamais parfois le monde est minuscule, tu serais Cilou du HLM ?

            Merci les gens pour la librairies Grangier, vraiment ce serait chouette, et comme ils aiment beaucoup faire venir les écrivains, et qu’en plus y’a la place exprès pour les dédicaces là-bas! 🙂

    1. patiente

      Quel beau témoignage ! Merci @Philippe Renève. Non, la vie n’est pas toujours belle, mais lorsqu’elle devient un peu grise et qu’on a la chance de rencontrer un Bibi et faire partie de sa Fine Equipe, je vous assure que cette Putain de Vie dont vous parlez, reprend du sens, se drapant de couleurs pastels, toutes tendres et toutes douces !

  9. E.

    Et oui c’est humain, et c’est pas grave d’être humain. Que celui à qui ce genre d’incident (surtout l’estomac vide) n’est jamais arrivé te jette la première pierre ! Et ne t’inquiète pas, elle te pardonnera, Marguerite, il lui faudra peut être un peu de temps, mais elle te pardonnera.
    Et puis il faut te dire que le plus important dans ton texte, c’est la remise en question… tu as vu ton erreur, tu as su que tu avais manqué de tact, et c’est ça qui fait de toi un grand monsieur (par opposition au cas grave de connerie primaire), et c’est pas nul d’être humain… c’est juste … humain.
    Comme m’a dit ce matin un élève à qui j’ai parlé un peu (trop) sèchement vendredi : “C’est pas grave madame, c’était vendredi, vous étiez fatiguée”… la vérité sort souvent de la bouche de mes “grands” enfants (quand tu changes beaucoup de lettres à “grands enfants” ça fait : ados en pleine crise mais dont la vision du monde est parfois éclairante, et que j’adore).
    Continue, Doc Bibi, et ne t’inquiète pas, tu restes un excellent médecin, même fatigué et affamé…. car tu restes un médecin humain.

    1. Grand33

      @E. ne t’inquiète pas, tu restes une excellente prof, même fatiguée et affamée…. car tu restes une prof humaine. (qui aime les mômes quoi !!!)
      😉

    2. Herve CRUCHANT

      @E. “Et oui c’est humain, et c’est pas grave d’être humain. Que celui à qui ce genre d’incident (surtout l’estomac vide) n’est jamais arrivé te jette la première pierre !

      Dans ce temps là, le triais les lentilles et les pois cassés. Pour enlever les charançons des uns et les cailloux des autres. Et quand mon père, affamé, mangeait son repas lentilles-abracadis, il lui arrivait de se fêler l’émail sur la fin du tri que j’avais un peu bâclé en laissant un caillou ou deux dans la dernière pelletée.
      J’étais peut-être privé de dessert, mais çà me permettait de filer vite fait dans la cour où je pouvais enfin jouer à nouveau.

      Aujourd’hui, c’est plus les lentilles qui font grincer les dents. C’est les mauvais rêves.

  10. Grand33

    Baptiste, comme tu peux le lire tout le monde, gentillement, est d’accord pour ne pas te tenir rigueur de cet écart de langage avec Marguerite. Mais, moi, je suis plus terre à terre et je me dis : comme tu as dit que par élégance tu minorais les âges des femmes dans tes histoires, Marguerite a donc environ 110 ans et trés certainement une petite faiblesse au niveau mémoire, donc 5 minutes après elle ne se souvenait plus de rien !!!!
    l’honneur est sauf ……
    😉

      1. Cath

        Herve Cruchant, le retour !
        C est que je me faisais du souci à ne plus vous lire aussi fréquemment. Me voici rassurée .
        Que la force soit avec vous (( l est content Baptite ?))

  11. P.

    Mon chef (le Seul, l’Unique) il dit : “Forcément quand tu reçois 10 cons dans la journée, auxquels tu souris, que tu accueilles et tout et tout, à la 11ème personne tu peux merder. On ne peut pas faire grand chose face à ça, mais il faut le savoir.”
    Et l’avantage de cette phrase c’est qu’elle s’applique dans tous les métiers qui sont confrontés au public 😀 (avec des conséquences plus ou moins importantes)

    “On est toujours le con de quelqu’un”
    Pierre Perret
    (Parce que j’ai des références de OUF )

    1. Herve CRUCHANT

      Mon pote marocain que j’avais quand j’étais petit et qui faisait le même travail de merde que moi pour remplir des camions de cageots en bois et en âne mort de bouteilles de bière que certains boiraient en se la coulant douce à la terrasse des cafés l’été et gagner trois ou quatre balles me consolait ainsi quand je me plaignais un peu de mon sort : “On est tous l’arabe de quelqu’un”. dis çà aujourd’hui et tu passes pour un quejetedipa. (salut taoufiq, labès?! l’est prof de français dans un lycée d’agadir.). mektoub.

  12. Fol2

    Bonjour!
    “Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne commettent pas d’impairs” (Lao Tseu ((versus Fol2)) )
    L’humilité est une belle qualité, et le fait de reconnaitre ses “erreurs” est tellement rare chez les médecins…(ceux que je connais, et ceux qui m’ont soignée: jamais aucun ne s’est excusé…dommage pour eux: mon regard est différent, et ma confiance envolée)
    J’espère fort qu’il existe d’autres médecins avec une grandeur d’ame tel que vous 🙂
    Poutous à tous

  13. Fol2

    Bonjour!
    “Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne commettent pas d’impairs” (Lao Tseu ((versus Fol2)) )
    L’humilité est une belle qualité, et le fait de reconnaitre ses “erreurs” est tellement rare chez les médecins…(ceux que je connais, et ceux qui m’ont soignée: jamais aucun ne s’est excusé…dommage pour eux: mon regard est différent, et ma confiance envolée)
    J’espère fort qu’il existe d’autres médecins avec une grandeur d’ame tel que vous 🙂
    Poutous à tous.

      1. C.d'A.d'ILAVASA ARAVANAIPPU

        @Grand33:d’abord Fol2,si elle veut repeter,elle a meme le droit…le Doc il a mange,donc il est plus nul et a cran…DONC,il la laisse…et puis on verra,si tu repetes pas toi,QUAND T’AURAS SON AGE…(moi,elle m’a dit son age la dame…enfin,elle me l’a laisse entendre…)et j’lui envoie aussi un”poutou”,parce que je trouve ce mot rigolo…toi,Grand33,ch’sais pas si tu l’merites en fait…le poutou…et tu peux courir pour en avoir deux….meme.

      2. Herve CRUCHANT

        Lao Tseu l’était pas médecin, lui ? Il avait pas des cals aux mains mais aux zers de Broca médio-tempo et frontales, un goût prononcé pour le riz cantonnais et le sushi piment doux. Des fois, il avait des phrases bizarres – c’est pour çà qu’on les a retenues. Il pouvait répéter la même chose plusieurs fois sans que les évènements déclenchant soient identiques. Ainsi, après son bol de riz il pouvait roter bruyamment; ou, avisant un homme se pressant sous la pluie abondante à l’extérieur; il disait: “« Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne commettent pas d’impers » (une version plus récente – dite “Fol2”, conservée dans les caves du KGB au Vatican, traduit plutôt: “« Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne commettent pas d’impairs ». Quelques fois, on six pères.

        1. Fol2

          Bonjour!
          Très drôle, Hervé Cruchant….. cependant, je ne suis pas du tout sûre que Lao Tseu ait dit cela….. belle journée et poutous à tous

  14. Albigène

    Baptiste,
    “Errare humanum est, perseverare autem diabolicum” dit la chanson.
    Effectivement dans la précipitation on ne peut pas être parfait. Ce serait ennuyeux un être parfait et tu n’as pas été nul, loin de là, puisque tu t’es bien occupés d’elle. Et je ne crois pas qu’elle aura parlé d’un petit merdeux. Mais je te soupçonne, cher Doc, de vouloir te trouver des défauts, là où il n’y en a pas au cas ou l’admiration que l’on te porte finirait par tourner au culte, à l’adoration d’une idole, ou à la soumission à un gourou !!!
    Pour être un peu plus sérieux, mon expérience m’autorise à faire un constat. Le vocabulaire employé par certains praticiens est parfois trop hermétique sans que cela vienne d’une mauvaise intention.
    Lors d’une de mes visites guidées aux urgences, un interne dit sénior me dit avec un délicieux accent africain (oui… il était couleur chocolat 90% et fort aimable et référent ) “on va vous faire un ASP3. Quèsa co me dis je ? (comme ont dit ici dans le midi) Je n’étais pas encore dans un état voisin du Massachussetts et je m’interrogeais ….Association of Surfing Professionals , assistance scolaire personnalisée ?? Je dis à cet adorable soignant : ASP ??? Il m’a répondu abdomen sans préparation… c’était déjà plus clair.
    J’aime bien aussi “on va vous poser une voie”. Voie sans issue, voie de chemin de fer (ça va pas rentrer…)
    Un cathéter ! Ah ….c’est ce qu’on trouve sur les motrices des trains, non ?
    Mais aux urgences les soignants sont surbookés (comme dirait l’after chèvre de Monsieur Seguin…nouvel après rasage).
    Je suis heureux que tu ne sois pas resté en rade de Toulon. Qu’est ce qu’on deviendrait sans le blogabibi ?

    PS : Chantal Goya, c’est la fille du peintre ???

    1. C.d'A.d'ILAVASA ARAVANAIPPU

      @Albigene:Tu me fais rire Albi la joie,quand tu racontes ton dialogue de sourd aux urgences…t’es presque polyglotte,toi…tu sais danser aussi???….comme la COUSINE du peintre…(puisque je vois que GRAND33,il connait bien ses classiques…)

    2. Herve CRUCHANT

      ” « Errare humanum est, perseverare autem diabolicum » dit la chanson. ”

      C’est vrai qu’on a intérêt à le chanter ce truc là !

  15. Garance

    Je me rappelle : “il est où votre 2ème chausson Mr ?”
    “Bah, tu risques pas d’le trouver, j’en ai plus besoin, on m’a coupé la jambe”
    Grand moment de solitude, un ange et toute sa famille sont passés. 2ème jour de mon 2ème stage de 1ère année d’école d’infirmière. On m’avait demandé de lever le patient de la chambre x sans me préciser le petit détail en moins……

    1. Cilou

      NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN J’LE CROIS PAS !!!!
      il m’est arrivé EXACTEMENT la même chose !!!
      ah ça, et la prise de sang : je ne trouve pas de veine sur ce bras, je vais chercher sur l’autre. Ah ben non finalement…
      ah, et puis “vous allez vous lever monsieur. -non je ne me lèverai pas. -et pourquoi donc ? -parce que je suis paraplégique…”

      Ah c’est dur l’école d’infirmière… pour les patients !

  16. madame Brouhaha

    Bon ok pour que vous soyez nul de 19 h 30 à 20 h mais pas plus, siouplait.
    Non mais Siouplait, quoi, pas vous !! Vous qui m’avez réconciliée avec la médecine et les hôpitaux…et surtout qui avez réussi à me faire lire et RIRE des histoires médicales….Siouplait.
    Mais vous au moins vous avez conscience que c’est pas méga top comme façon de parler des patients ! Alors sans rancune. et surtout continuez ainsi !!! BRAVO et MERCI

  17. Jos

    Faute avouée est à moitié pardonnée (disait ma grand-mère !!). Tu es un être humain avec ses forces et ses failles. Le fait de le regretter prouve bien ta grande part d’humanité. Comment ne pas faillir après des journées de folie pareilles !! On en revient toujours au même problème : manque de personnel soignant, de moyens…
    A part ça, Toulon, c’était comment ??
    La bise Baptiste.
    @Albigène : c’est malin, je pouffe toute seule devant mon ordinateur, après avoir postillonné sur mon écran il y a 2 jours pour fêter l’anniversaire du blogàBibi.

    1. Herve CRUCHANT

      J’ai un problème avec l’espèce de Bibi. VRAIMENT. Il aura fallu tout ce temps pour qu’on lui dise et lui répète : “Tu es un être humain” “tu es humain” “c’est bien d’être humain comme tu l’es” etc….

      J’ai du manquer quelque chose. C’est quoi qui se cache, finalement, derrière cet alias ? Un clône ? un robot japonais ? un alien Kepoura plein d’avenir ? une campagne de pub européenne pour le grand marché transatlantique ? une blague à deux balles ? un albigeois ?

      Un VRAI humain ? eh ben ….

    1. C.d'A.d'ILAVASA ARAVANAIPPU

      @Laetitia:moi,NON PLUS, mais on fait comme si…tout est dans l’attitude…ON FAIT GENRE,ON A COMPRIS…(un clin d’oeil amical a toi de la part d’une lectrice solidaire…:On va bien finir par en attendrir un ou une qui vont nous expliquer…c’est un blog humain,quoi….)

    2. Herve CRUCHANT

      Tout le monde s’accorde à dire que : “L’uro est sur-évalué”; fais pas attention; de ce côté là çà finit toujours par baisser.

  18. Laura

    J’avoue, le filtre des médecins laisse un peu à désirer parfois. Mon conjoint va à l’hôpital pour maux de tête, vertiges violents et évanouissements. Pendant qu’il est dans les vappes, l’urgentiste me dit “moui, ça pourrait être une tumeur au cerveau”. Evidemment, il leur a fallu 7 heures pour avoir les résultats des tests, pendant lesquels j’ai vu ma défiler alors que non, ça n’était pas une tumeur. Bon à part ça, médecins et infirmières ont été au top pendant ce petit séjour à l’hôpital, mais sur le coup, j’aurais apprécié un peu plus de filtre 🙂

  19. Cmoi

    Baptiste comme beaucoup de personnes l’on déjà dit, tu n’ es qu’ un homme et lorsque la fatigue de ces longues heures de gardes se fait sentir je mets au défi quiconque de ne pas commettre un petit imper, mais cette anecdote m’en rappelle une que j’ai vécue en tant que professionnelle (23 ans de loyaux services aux urgences de Bordeaux) et qui je l’avoue m’a laissé un mauvais souvenir: M R arrive aux urgences son pied drt lui fait” un mal de chien” depuis plusieurs jours, après examen l’interne veut une confirmation et demande l’avis d’un chir ((( je les adore…))) celui -ci arrive après ses interventions, il ausculte M R et avec toute la délicatesse d’un pachyderme:
    ” le pied est mort et pour ne pas que la gangrène gagne il faut que j’ amputer sous le genoux, tu ne l’envoies dans 30 mn”
    moi très en colère “ce monsieur n’est pas au courant de l’étendue des dégâts”
    le pachyderme: “maintenant il l’est”
    lorsque je commence a lui explique il s’effondre et se met a pleurer comme un gamin ” je ne veux pas que l’on me coupe la jambe” avec l’ interne on lui explique que s’il ne veut pas de l’amputation il met sa vi en danger,
    M R “eh bien je crèverais avec mes 2 jambes
    je suis restée avec lui jusqu’au bloc, et juste avant de le laisser : ” merci de ne pas m’avoir laissé seul de m’avoir accompagné de m’avoir tenue la main de m’avoir expliqué”
    eh bien lorsque je suis revenue dans le service j’ai pleuré et j’ai passé mes nerfs sur l’interne en lui faisant promettre que jamais il ne réagirai comme ce sacré c..
    Bises, câlins a tous

    1. Grand33

      @cmoi
      Au lieu d’entendre je vais te lever ce pauvre type entend je vais te coucher, direct, cela doit effectivement sonner. Ce médecin doit sûrement être un bon chirurgien et là il parait le plus nase de la terre, mais je ne lui jetterai pas la pierre il m’arrive aussi d’être un peu balourd ( enfin ça c’est pour pas dire un peu con). Et finalement il y a toujours dans tous les services la petite main qui se tend et qui permet de vivre ce trés mauvais moment de manière plus douce.
      la bise

    2. Herve CRUCHANT

      Cmoi a un sacré métier ! Fastoche : reconnaître un chirpachy dans un tas de gens normaux. Moins fastoche et plus attentionné : tenir la main du patient qui va se faire amputer d’une demi patte de derrière. Elle lui aurait tenu la jambe trop longtemps et c’était une faute professionnelle. C’est quand même pas le pied des fois, ce métier là, en médecine ambulatoire.

    3. Cilou

      scoop : Cmoi a rencontré Chef Gueulard !! On savait bien que Bibi ne faisait pas une caricature mais décrivait la vérité vraie dans son bouquin !!!

  20. Clémentine

    Cher Michael Crichton,

    Depuis hier, un peu plus de temps pour lire vos posts.
    En plus j’en aime beaucoup la forme : c’est le principe de ce que les anglo-saxons appellent la short-short story, forme d’écriture assez délicate à réaliser.
    Donc, je vous ai lu un peu plus, et ce qu’on écrit sur vous, et ce que vous écrivez sur vous.
    Je prie le ciel … non pas ça : je ne suis pas croyante.
    Plutôt : je croise les doigts, y compris ceux des pieds, pour que le succès formidable que vous allez rencontrer vous laisse intact, vous et votre écriture.

    Bien à vous,
    Clémentine

    P.S.: Michael Crichton, parce que c’est tout le mal que je vous souhaite comme réussite. Mais pas sa fin : à 66 ans un cancer, c’est bof, bof.

  21. LN

    Les soignants ont la mauvaise habitude de parler d’un patient en le citant par sa pathologie.
    Pas forcement volontairement, juste une maniere de visualiser la personne quand on en soigne tant et tant…
    Pour autant je me bats contre ca… meme si parfois, la facilité est de le faire…

    1. Herve CRUCHANT

      Oh, c’est à discuter. Nous, patients – et Bibi compatibles – on désigne bien certains soignants (chirs ?) par leur caractère. Ou un surnom imagé. Je ne me bats pas; j’encourage !

  22. Frédérique

    Oui oui, mais ça fait deux fois que tu laisses tomber le point à la fin du titre et ça c’est tout sauf nul, parce que le point à la fin du titre, c’était laid comme tout. 🙂

  23. nath

    Délicieux comme dab ! des mauvaises phrases, on en dit tous à un moment ou l’autre, pas de bol, maladroit, mais si humain !
    Moi je veux juste vous féliciter pour avoir su reconnaitre un AVC ; pourquoi ? parce que malgré les annonces pompeuses de la télé et la radio sur les signes significatifs d’un AVC, ma mère en a fait 2 ; une fois en clinique de repos médicalisée, l’autre fois dans le service d’oncologie où elle a fini par s’éteindre !
    J’ai pourtant signalé les 2 fois que quelque chose n’était pas normal : 1er jour son bras sautait tout seul, 2ème jour elle avait perdu l’ordre des mots et des lettres quand elle parlait et s’en rendait parfaitement compte, 3ème jour sa vision était dédoublée et elle avait mal au crâne ; 3 jour à le signaler sans oser nommer l’AVC, je ne suis pas médecin ; réponse de la toubib de l’étage : oh elle doit avoir des métastases au cerveau ! scanner prévu 3 semaines plus tard ! on est à marseille, pas à troufilli les oies alors j’ai réussi l’obtention d’un scanner 2 jours plus tard ; “léger saignement, surement un petit avc”.
    J’avais donc raison, ça saignait et ça endommageait où ça passait !
    La 2ème fois, elle était à 15 jours de décédée, elle a recommencé à voir double, le lendemain elle ne savait plus qui j’étais et le sur lendemain elle faisait comme une crise d’épilepsie. L’interne nous a parlé d’un scan pulmonaire car elle faisait une embolie ; j’ai dit “moi j’opte pour un nouvel avc” ; je lui raconte et de cet ait dédaigneux que seul un toubib peut nous retourner, nous pauvres rien du tout, me dit “surement pas” ; retour et pas d’embollie et je demande où est ma mère ; très gêné il me répond “elle passe un scan cérébral”…………et c’est en regardant le bout de ses chaussures qu’il m’annoncera qu’effectivement elle a refait un petit avc !!!
    Alors face à autant de manquement, oui, vous pouvez avoir le mot malheureux de temps en temps !

    1. Cath

      Dans ce pays ou je vis, une amie (qui relevait d un cancer diagnostique a l arrache par un doc qui lui avait d abord conseillé de prendre du paracetamol pour soigner une bronchite) se trouve mal un WK en juillet. Très mauvaise idée par ici.
      Samedi matin , on arrive a faire venir un médecin. Diagnostic: un peu de grippe, prenez du paracetamol (la panacée je vous dis). Dimanche, rappel d un autre toubib parce que franchement ça empire, maux de crâne , difficulté pour se mouvoir. Diagnostic ? Voir la veille. Lundi, parce que ça ne va vraiment pas, on appelle le médecin qui avait failli louper le cancer et qui reprend après le WK. Au moins, reconnaissant qu il est incapable d établir un diagnostic mais tenant compte de l état très dégradé de la patiente, il se décide à appeler une ambulance. AVC, oui. Du au retard, les dommages sont tels qu elle restera plus de deux mois en rééducation, qu elle ne pourra pas reprendre le boulot (pension d invalidité), qu elle n a pas récupéré une mobilité complète ni son équilibre, qu elle ne peut plus se concentrer ou consulter un ordinateur pendant plus de 5 minutes. Elle n avait pas 55 ans.

      Tout ça pour dire que si un médecin fait consciencieusement son boulot dans des conditions difficiles, et qu il a la langue qui fourche, qu il a en plus le courage de reconnaître sa bévue, on ne va pas en faire un fromage quand même ! Et en France, en général, nous avons un système et des soignants que le monde nous envie, non sans raison, croyez-m en.
      Cela dit, ça n enleve rien a la tristesse de cette expérience.
      Mes excuses pour les accents absents et autres frivolités de la langue française, mais je n ai pas trouve le clavier qui nous correspond complètement : la correction automatique aide bien, mais elle folleye un peu ( je me demande si ce mot existe tiens). Je poursuis mes recherches, promis.

      1. Grand33

        @cath
        Si tu te wikipédie ( je me demande si ce mot existe tiens) voilà ce que ça dit :
        De fol (ancien français, du latin follus), avec le suffixe -éier (folier, foloyer).
        On trouve les orthographes folayer, foleyer, folleyer, foleier, foleiller.
        En patois angevin Verbe.
        En Anjou, désigne devenir fou, perdre la boussole.
        la bise

        1. Cath

          Comme quoi… Je n ai pas wikipedie ( et allez zou), mais je me suis dit que j allais compléter utilement en farfouinant dans mon ” dictionnaire historique de la langue française” sous la direction d Alain Rey ( au cas ou notre Doc voudrait passer une petite commande au Père Noël) .
          Las, bien fol qui s y fie. Point de fol en page, mais il m a fallu pousser jusqu au fou pour obtenir quelque information folasse et même pas folichonne. Pas grave, une fois plongée dans ces pages, c est un beau voyage -qui connaît encore l expression se lever des poltron-minet ? Faut être corse pour apprécier 🙂
          En tous les cas, grand merci a Grand 33 pour sa recherche et la bise que je lui retourne gracieusement. Ces échanges sont une bouffée de gentillesse dans un monde de brutes. A bientôt peut être dans le bordelais puisque je viens d apprendre que je dois y faire une descente de 2 ou 3 jours en janvier. Au fait, il n y aurait pas une petite séance de dédicace à Bordeaux en janvier ? On peut toujours espérer, non ? :-))

  24. Rofine

    Qui n’a pas eu un moment de défaillance ?
    Sous le coup de la fatigue, du stress, de la faim, d’horaires de travail impossibles à tenir, on baisse la garde, on se déconcentre et l’erreur survient…

    @ nath : par rapport à ton vécu raconté ci-dessus, il ne suffit pas que le toubib se sente gêné, il doit aussi s’excuser pour son attitude et son erreur de diagnostic. Ce serait faire preuve d’intelligence, d’humilité, d’humanité. Le regard du patient et/ou de sa famille sera bienveillant et surtout ne le considéreront pas comme un “nul” ( mot dégradant! blessant!)

    Par ailleurs, c’est en faisant des erreurs que nous apprenons tout au long de notre vie!!!

  25. Patiente

    Coucou ! Les amis ! Je suis en retard d’une longueur ! Voilà-t-y pas que le Docbibi nous revient…. et en pleine forme ! Ou en plein délire c’est selon l’interprétation de chacun !!! Zavez ptrêtre remarqué que le Doc il excelle dans l’exercice de l’autoflagellation. Pffffff, lui !!??? un Doc es “TDC” ???(traduisez Trou Du cul). C’est juste pas possible ! Il n’a pas les compétences pour être un Doc TDC. !!!! trop humain, trop à l’écoute, trop présent, trop sympa, trop compétent, non vraiment non il ne sera jamais un ès TDC. et nous ne pouvons que nous en féliciter. Alors Bibi arrête de te vouloir du mal. Nous, on ne te laissera pas faire ! De toute façon ce n’est pas crédible.
    Depuis un an (déjà), tu enrichis notre quotidien, tu nous as réconciliés avec la médecine, tu nous a fait rencontrer tes collègues internes et récemment ta chef des urgences me disait combien elle vous regrettait, toi et toute ta promo : “ils étaient Exceptionnels” m’a-t-elle dit !!!! C’est exactement ce que je pense de toi. Tu es juste Exceptionnel Bibi. Et les malades ne s’y trompent pas. CONTINUE comme tu es, ne change rien. Pour cela, il faut juste que tu te fasses confiance. Abrazos comme dirait CedA…..

  26. Sarah

    Ok! j’ai compris le message!!!! Je vais séquestrer mon libraire jusqu’à ce que la liste des “invités” de cette année me convienne!

    Ca ne se fait pas?? Bon ok… j’irai lui en parler… lui expliquer à quel point J’AI BESOIN DE MA DEDICACE!!!

    Bonne journée!!!!!

  27. Natacha

    Bonjour BB ^_^
    On ne peut pas être tout le temps au top…
    Et justement, si j’y suis au top, je te dis à samedi.
    Ce sera émotivement très chargé pour moi, mon Marco cousin chéri qui nous a quittés en 2009 au terme de 5 années de lutte contre un cancer a été responsable du rayon livres de poche chez Gibert durant une vingtaine d’années…
    A samedi donc en principe,
    Biz

  28. Machmod29

    j’ai découvert votre blog hier grâce à “Rue89” et…merci…Merci de nous faire réaliser qu’il y a des situations bien pires que les nôtres, de nous faire relativiser, bravo pour votre humanité, pour votre façon d’écrire, simple, sobre, efficace… Votre livre viendra très prochainement rejoindre ma bibliothèque.

  29. Flo

    Quand les médecins ont une “faiblesse” , c’est sympa de partager ça aussi, ça change des médecins “scientistes”, qui veulent écraser de leur supériotité conférée par 9 ou plus années d’études (me rappellerai tjs un obstétricien et son ” ah, vous avez lu ça sur Internet, je présume”, quand ns avions posé qq questions sur l’amniocentèse que je devais recevoir et risques associés-et au passage on n’aurait pu se passer de ce geste médical, si les “Bigs Initiés” avaient mieux évalué les facteurs ensemble, comme me l’ai dit mon échographe génial avec ses 35 ans de bouteille, LUI a su nous rassurer, bref ).

    Alors nul, je ne sais pas si vous l’avez été, Baptiste, mais humain, certainement. C’est grave, Doc?

    belle journée à vous.

  30. Gilles

    B, tu es un gars formidable. Tu es peut-être con quand tu es fatigué, mais tu as le don exceptionnel de t’en rendre compte et tu as l’honnêteté de nous le raconter par le menu. Toute la matinée je me suis senti con pour un tas de raisons. J’ai pris l’avion trop tôt, j’arrive à Paris la tête dans le cul, je ne comprends rien à ce que me disent mes collègues, j’ai envie de flinguer mon patron qui m’embarque dans un projet à la noix etc… Et puis je prends un peu l’air et je tombe sur ton article. Et tout à coup, la terre tourne dans le bon sens, j’atterris vraiment, mais alors VRAIMENT. J’adore ta lucidité, j’adore les marguerittes, et certains jours comme celui-ci, j’aimerais avoir tes yeux pour regarder autrement le monde. En attendant, je suis heureux de pouvoir te lire. Continue encore et encore. Merci

  31. Lise

    cette histoire m’a fait revenir à l’esprit une anecdote me concernant …
    il y a 8 ans, 1er passage au bloc opératoire pour votre dévouée, suite à une hémorragie utérine subite qui me vide de mon sang depuis une semaine ….
    on me “descend au bloc” pas préparée (je veux dire, par “bétadinée” !) après un épisode rocambolesque où une infirmière s’en prend verbalement à moi parce que je ne me suis pas préparée pour l’heure prévue de l’intervention, heure programmée dont personne n’a eu la bonté de me tenir informée …
    j’arrive dans cet espèce de couloir où nous sommes tous là, à la queue-leu-leu, attendant “notre tour” …
    vraiment sordide entre parenthèse cette sensation d’être “à l’usine”, me viendrait presque en tête la fameuse chanson de Brel … au suivant ! au suivant !
    deuxième engueulade pour votre dévouée, parce que je suis “livrée” avec une perfusion qui ne convient manifestement par à l’anesthésiste (“moi, je ne travaille pas comme ça, pas question que j’utilise ce truc-là !”)
    et allez, prends-ça dans les dents ma fille, comme si j’y pouvais quelque chose moi ….
    c’en est trop pour votre dévouée, déjà à moitié exsangue et qui galère depuis des mois pour se sortir d’une période terrible après le décès de son premier enfant, bref, je craque littéralement sur mon chariot et finit en sanglot …
    du coup, l’anesthesiste me “shoote” un peu avant d’entrée dans la salle, je ne perçois plus tout très bien mais ……..
    une fois entrée dans la salle d’op, j’ai le temps de sentir que l’on me manipule, et j’entends notre cher anesthesiste lancer avec fureur : “vous n’y touchez pas, c’est moi qui décide quand vous pouvez la prendre !”
    la prendre, la prendre, de quoi on cause là ?????????
    et punaise, bonjour l’ambiance dans l’établissement !!!! on ne sait pas se causer autrement qu’en aboyant dans le coin ????
    pour tout vous dire, j’en rigole aujourd’hui, mais sur le moment, ça m’a quand même franchement donné l’impression d’être un bout de jambon qu’on manipule sans même se soucier de savoir si le bout de jambon a encore suffisamment de conscience pour s’en rendre compte ….
    le bout de jambon a des oreilles …. et franchement, j’ai pas trouvé ça cool de me faire traiter comme ça …..

  32. Senga Suizliw

    Le jour où j’ai pas été nulle entre 13h30 et 14h00.
    Ce jour là j’ai mis dans ma liste d’acquisitions (en modifiant beaucoup de lettres, “liste d’acquisitions” se dit “bouquins qu’on va acheter chez le libraire d’à côté”) un bouquin apparemment super qui s’appelle “Alors voila, les 1001 vies des urgences”.
    bah oui, je bosse en bibliothèque, et ds fois on a envie de faire partager aux gens des choses originales et vraies… Je vais dire VRAIMENT vraies.

    On va dire que c’est mon petit cadeau d’anniversaire à moi 😀

  33. Herve CRUCHANT

    En aviation. Image du pilote pour les filles : “Qui est le meilleur pilote du monde ? Lais vous l’avez devant vous !…” (syndrôme Duchir). Image du pilote pour ses collègues : “Un bon pilote c’est un vieux pilote”. Image du pilote pour l’instructeur à la chiée d’heures de vol : “La valeur d’un pilote se mesure à la douceur de son dernier atterrissage.”
    C’est VRAIMENT humain, quoi.
    🙂

  34. Christine

    Il y a pire, DocBibi, tu devrais lire le livre d’Angèle Lieby :”Une larme m’a sauvée”. Je crois que tu ne culpabiliserais plus jamais. Ce que cette femme a subi pendant son coma est tout simplement hallucinant. Mais, heureusement elle a survécu et a pu raconter son histoire. Elle n’a aucune rancœur mais voulait juste témoigner pour que ce qui lui est arrivé ne se reproduise pas. Patiente a raison, tu ne pourras jamais être un Doc TDC, il faut que tu te fasses une raison. Schmoutz

  35. miam

    ahhhhhhhhhhhh l’hypoglycémie…. si tu change plein de lettre ça donne: “au premier mot qui dépasse je te bouffe un mollet!”
    C’est humain!!!!
    Perso je fais toujours hyper gaffe à mes mollets entre 11h et 12h….

  36. felix

    message au ” petit trou du cul” qui ne manque pas d’humour, ni d auto dérision.
    Merci pour ces anecdotes du quotidien , c est un pur régal.
    j’ai signalé ton adresse de blog sur mon blog perso et je trouve ceci aujourd’hui :

    copie du message :
    commentaire non sur la pensée du jour qui est d’un logique a toutes épreuves mais sur ce blog que tu nous as fait découvrir. je souhaite a son auteur un beautiful succes avec son livre. Moi je me contente d’en lire les pages de son blog chaque jour un petit peu. ce qui m’en plait? son humanisme et son honneteté intellectuelle. Respect à l’urgentiste !!

    merci encore !

  37. Mariepa

    Ce qui est important c’est de se rendre compte qu’on a déconné ! Et puisque vous nous avez demandé quels livres on recommanderait (à part “Alors voilà” bien sûr! ), moi je dirais “Journal d’un corps” de Daniel Pennac. Bonne lecture !

  38. Christina

    Alors voilà bibi. Ça fait un an que je te lis et oui j ai l impression de te connaitre. Et oui l’article de rue 89 à vu juste. Je fais partie de tes fidèles qui reviennent toujours suivre une partie de ton histoire. Pourtant je ne suis ni malade, ni dans le milieu médical. Mais j adhere. Merci. Vraiment.

  39. Cilou

    Suis en train de me (re-re-re-re) mater la série Scrubs (que je conseille presque autant que ton bouquin).
    Je t’imagine en regardant les épisodes, je t’y donne un rôle, je te vois courir dans les couloirs… Tu es canon en blouse bleue 😉
    Sérieux, Bibi : tu n’es pas nul, jamais. Parfois fatigué, agacé, maladroit, mais pas nul. Et ta réaction face au troll du doberman le prouve. J’ai éclaté de rire en lisant ta réponse ! Tu es vraiment un chouette “gah” comme disent des gens que j’aime 😉

  40. Mimi

    Merci pour ce que tu fais.
    J’ai besoin de me réconcilier avec les médecins, vraiment.
    Pas parce que j’ai des mauvais souvenirs en tant que patiente.
    Mais parce que mon fiancé & ses amis sont tous externes. Et j’espère qu’un jour, ils seront aussi humains que toi. Lorsqu’ils serons médecins aussi.
    Avoir une parole malheureuse, ça arrive. On peut être con parfois, personne n’est parfait, c’est normal
    Le réaliser, regretter et s’en excuser, c’est mieux …

    Pour noël, je vais offrir ton livre à mon fiancé. Je ne crois plus au père noël, mais je crois en toi, et en le pouvoir de tes mots.
    Si je n’aime pas les médecins, c’est parce que les “futurs” que je côtoies font preuve d’une arrogance et d’un mépris pour les patients assez hallucinant. Mais ton blog me donne de l’espoir.
    Merci pour tout ce que tu fais. Vraiment, merci.

  41. Agathe

    Un petit coucou chaleureux! J ai la chance de rentrer du Texas le 20decembre pour les fetes en france – j espere que tu seras encore “en tournee” 🙂 pour pouvoir te rencontrer :)- de toute facon on continue de te lire.

    Une idee si tu viens aux USA- un passage a l alliance Francaise de Dallas peut être? Je pense qu il y aurais moyen d organiser une petite conference ou tu pourrait parler du livre a des francais et Francophiles, des gens d ici interesse ou travaillant dans le domaine de la sante … Une idee, une idee 🙂 (of course tu seras Nourri loge 🙂 ) merci et prend soin de toi- et merci de nous remettre les pendules a l heure Ac ce texte.

  42. Dr Ambak' (fatiguée +++)

    4h36 du matin dans un grand hôpital en Suisse, c’est long la nuit… les Urgence déborde, du coup les entrée me pleuvent litéraleemnt dessus. encore tres exactement 3h22 de garde, 3h21 depuis le début du message

  43. marie

    bah , te formalises pas DOCTEUR ..moi , infirmière depuis 20 ans dans le service.. opéree d’un hallux valgus , donc de l’autre coté de la barriére … visite des patrons , internes, eleves ide, et ide donc mes collègues et copines..” “c’est l ‘HALLUX VALGUS opéré hier “..”.ben oui … .j’y ai survécu.. .que veux tu ,l’habitude !!!VRAIMENT la routine .

  44. patiente

    Tu vois DocBibi, ce qui me ravit le plus c’est qu’un an après avoir ouvert ce blog, tu parviens à avoir 108 commentaires (avec le mien ça fera 109 !) sur un post ! Tu es vraiment trop fort !!! Tu es THE BEST !!! Ne doute pas de toi Bibi, tous les “petits nouveaux” te le disent aussi : “vous êtes un être formidable”. Nous les anciens du début, ont te dit simplement qu’on t’aime comme tu es, avec tes bons et tes mauvais moments. Mais comme on ne te connaît que les bons !!!! Pouet, Pouet et quelques clip-clap sur le trottoir et sous la pluie, et voilà notre Bibi tel qu’en lui-même : PARFAIT !

  45. isa

    Pour ma part je ne dirais qu’un seul mot : merci .
    je ne suis ni malade ni personnel médical mais j’ai adoré, et j’ai donc prêté le livre ” a peine acheté , déjà lu , aussitôt prêté” tellement c’est bon, et voici ce que m’as écrit la dame (81 ans) qui me l’a rendu:
    Ce livre , quelle belle leçon d’humilité, touchant et drôle: c’est dans les hôpitaux que l’on voit la misère humaine, et pour tous ces hospitaliers du bas au sommet de l’échelle ce n’est pas un métier c’est une vocation”
    lorsqu’elle a su que l’on pouvait vous lire encore et encore sur le net , elle a regretté pour la première fois de ne pas être connectée
    encore merci , je continuerais de recommander votre livre
    Isa (43 ans)

  46. Albigène

    Si un interne dévoué pense avoir été nul le jour où, fatigué, il a laissé échapper lo mot AVC devant une patiente à la surdité sélective quel qualificatif pourrait on poser sur un chirurgien urologue que j’appellerai au hasard Dr Francis… Once upon a time…1993
    Mon vieux papa après une intervention en clinique pour une hernie inguinale pratiquée par le Dr Pognon et après des semaines de souffrance a été dirigé vers le Dr Francis.
    Verdict : un testicule nécrosé…ablation obligatoire.
    Mon père souhaitant quelques explications car 48 h après l’intervention il se plaignait déjà de violentes douleurs. Dr Pognon lui disait c’est normal Mr F.
    Dr Francis d’expliquer que son confrère avait ligaturé à tort des vaisseaux irriguant les testicules et de poser la question. Quel était vôtre métier Mr F. ? Électricien il a repondu my father. Et le docteur Francis de déclarer : “c’est comme vous si en réparant un client pour un problème électrique vous faisiez un court circuit”.…..un fusible, une lampe, une prise ou un disjoncteur face à l’ablation d’un testicule….
    Était il simplement nul ce jour là ? Simplement con. Il m’arrive de l’être. Le principal est de s’en rendre compte.
    Baptiste….au cas où tu douterais de toi..…?

  47. Thomas

    Bonjour, alors voilà je suis étudiant à Toulouse et j’ai découvert le blog ce week end grâce à l’article de Rue 89 et je tiens vraiment à te féliciter je l’ai lu d’une traite tellement ce que tu racontes est tour à tour drôle touchant poignant je suis passé plusieurs fois du rire au larmes et j’ai découvert ce que c’était vraiment d’être interne en médecine et malgré tout ce que l’on peut dire ce métier n’est vraiment pas fait pour tout le monde. Je me demande comment tu peux vivre tout ça, tous ces décès tous ces cas tragiques et avoir encore la foi. Je n’ai qu’un seul mot RESPECT. Je compte venir à la séance de dédicace à Ombre Blanche car le travail que tu fais dans ce blog est vraiment super

  48. pascale du sud

    les nuits ou je suis nulle
    Combien de fois je suis sortie d’une chambre la tete basse parceque …. pas le temps , je cours partout , ça sonne de partout , je dois aller au bloc , aux urgences …. et à la énième sonette pour une demande qui me parait futile j’envois bouler le petite Mamie qui_ me réclame une tisane !!!! A froid je m’en veux et me donnerais bien une baffe . Voilà c’est pas tout le temps facile ni pour la Mamie ni pour moi !

    1. C.d'Argentine,d'Abrazos d'amour...

      @Pascale du sud:…arrete de te donner des baffes…mange a l’heure…et sache que j’admire aussi souvent la patience des gens qui font ton metier parfois ingrat…t’es humaine,quoi…et les patients aussi(ce qui implique que des fois,c’est aussi eux qui sont maladroits…)..moi ca me rassure,quelque part au niveau de mon vecu…bon courage a toi…A-comme Admiration pour ta profession…et Abrazos…

  49. michele

    Il y a presque 35 ans, j’étais tres jeune, pas encore infirmière et je ne comprenais pas tres bien ce qui m’arrivait. Hémorragie, urgences, j’ai perdu le bébé que j’attendais depuis 3 mois.
    Dans le bloc opératoire le médecin anesthésiste m’avait placé une sonde gastrique, j’étais dans le brouillard, l’ambiance était tendue, rien ne se passait comme prévu…
    Le chirurgien qui devait me faire un “curetage” était assis, il attendait. Tout d’un coup il a dit : “Pour l’anus artificiel on est prêts ? ” J’ai fait un bond qui a surpris tout le monde…. Je me rappelle avoir entendu la jolie anesthésiste dire ‘ce n’est pas vous” et je me suis réveillée avec une angoisse telle que mon corps s’en souvient encore.

  50. vieille bique

    mon gyné avait ete nul entre 8h15 et 8h45 en disant qu’il me fallait reviser ma prepa accouchement a la sage femme et que ‘javais ete une mauvaise élève sauf que ce jour la il avait passé la nuit a passer de chambre en chambre a savoir lequel sortira biquette biquette de ce trou là en premier hein;
    et qu’il avait une cesa sur le feu et que les vilaines feignasses de parturiantes etaient au coude à coude sur la dernière ligne droite sauf que moi qui n’ai aucune ambition j’ai baissé les bras ou les jambes bref lol j’etais crevée je ne savais plus ou etait mon periné..pas simple du coup
    quelque semaine plus tard ça m’a fait un bien fou de lui dire que vraiment il avait une sale gueule ce jour là mais en attendant j’ai pleuré tous les jours en parlant de mon accouchement ou d’apres le professionnel j’avais été incompétente …c’etait pathétique .

    mais c’est dangereux d’etre nul entre 8h15 et 8h45 ou 19h30 et 20h00

  51. a.s

    mea culpa et l’urologue ….j’ai du le repeter plusieurs fois pour y croire ,ce jeu de mot est digne de mon pépé ,c peu dire …!maintenant je vais y penser à chaque fois ,pffff.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *