Un peu de théâtre, de vulgarité et de poésie.

Photographie B.I. Juveneton : http://adieu-et-a-demain.fr/

L’autre nuit, calme plat aux Urgences. Je reçois un nouveau mail m’expliquant, je cite, que mon site n’est qu’un “ramassis de sensiblerie”.

En ce moment, je prépare ma soutenance de thèse (croyez-moi, il n’y a rien au monde de plus hargneux qu’un thésard en médecine. À part, peut-être, Vladimir Poutine privé de vodka…)

Il était tard, j’ai relu le mail, retroussé mes manches et montré les dents : “Ça va chier des bulles”, comme disait Mamie, ou, moins vulgairement : “tu pousses le bouchon un peu trop loin, Maurice.”

Ne sachant pas trop sur quel registre m’adresser à EUX, j’ai décidé d’être protéiforme et de parler sur plusieurs tonalités.

[ BLAM BLAM BLAM BLAM BLAM.
BLAM,
BLAM,
BLAM !]

Je me suis pris pour un acteur de théâtre : la salle de soin s’est transformée en scène, trois coups ont retenti et j’ai déclamé dans une seule tirade toutes les tonalités que j’avais sous le coude :

– intelligente : critiquez, oui, critiquez surtout, mais soyez constructifs dans vos critiques;
– lapidaire : pffff !
– mathématiquement logique : un enfant qui meurt c’est très triste (au cas où vous en douteriez), un vieux couple qui s’aime toujours c’est très beau, un enfant qui vient au monde c’est indiciblement mystérieux; hé oui !
– vulgaire : la sensiblerie ? Vous devriez essayer, c’est comme une bonne partie de nique, ça fait du bien par où ça passe (fuck off !);

Là, je suis monté sur le chariot de l’infirmière et j’ai ouvert les bras très largement en m’époumonant :

– littéraire : Monsieur, est-ce donc la tuberculose qui me fait tant souffrir ? Hélas non, mon jeune Werther, c’est la sensiblerie !
– théâtrale : Moi, monsieur, si j’avais une telle sensiblerie, il faudrait sur le champs que je me l’amputasse !
– médicale : “On va vous donner une pilule pour soigner votre sensiblerie” “Mais docteur, je suis très bien comme ça !”;
– juridique : l’article 707, alinéa 3, paragraphe 4 du code des Professions de Santé, n’interdit à aucun soignant d’être sensible au sort de ses patients;
– strauss-khanienne : la Sensiblerie ? Hummmmmmm… C’est quoi son numéro de chambre d’hôtel ?
– quantique : la sensiblerie étant à la fois de nature corpusculaire et ondulatoire, on ne peut connaître avec certitude sa position exacte au sein de ce blog;

Je me jette à genoux, devant la fenêtre, les mains croisées sur le poitrine tel un pharaon égyptien :

– spirituelle : pourquoi sommes-nous dans l’existence si ce n’est pour, chaque instant, chercher le vrai/pur/profond émerveillement d’être au monde, de sentir en soi monter le sentiment terrassant d’appartenir à quelque chose qui nous dépasse et nous relie à l’Autre ?

Personnellement, ma réponse préférée est la vulgaire (pardon Mamie) : j’adore la vulgarité ET la Poésie. La Vulgarité et la Poésie sont les deux outils qui permettent de mieux définir les choses. Par exemple dire “espèce de connard cynique” (ce que je ne me permettrai jamais !) définit très exactement la façon dont je pourrais les interpeller s’il n’y avait pas la version poétique qui dirait quelque chose du genre : “La sensiblerie ? Moi ? Oui, mais là, tel que je vous lis, je veux que vous sachiez, avec cordialité et douceur, que vous n’êtes que “petite poussière posée dans le plein paysage de ma vie intérieure.”
(((( Phrase qui, hélas, n’est pas un alexandrin…)))))
Croyez-moi : le monde des Hommes gagnerait à incroyablement plus de sensibilité.
((((( Il y a des choses étranges dans la vie : “Phrase qui, hélas, n’est pas un alexandrin” s’avère être… devinez quoi…)))))
Et, pour achever ma tirade, je serai coup sur coup poétique puis vulgaire :
– “L’autre jour au fond d’un vallon, un serpent piqua Jean Freron. Savez-vous ce qui arriva ? Ce fut le serpent qui creva.”
C’est de Voltaire.
ET :
“Celui qui te chie dans les bottes, tu lui fais nettoyer avec la langue.”
C’est de ma grand-mère.

À tous mes lecteurs qui comprennent le dessin que je construis derrière la mosaïque éparse, je voudrais dire : “À plus tard pour toujours plus d’humaines sensibleries ! Je vous kiffe grave !”

RIDEAU !

187 réflexions au sujet de « Un peu de théâtre, de vulgarité et de poésie. »

  1. MANUE

    J’ai découvert votre site il y a peu de temps et je prends beaucoup de plaisir à vous lire ,j’aimerai , tout comme vous, qu’il y ait plus de sensibleries…ne lâchez rien !!!! Clonez vous même !!!!!

  2. poqyu

    C’est quand on réalise des choses que l’on s’expose à la critique.
    Dans le fond c’est signe que le travail que tu effectues porte ses fruits, il entraîne une réaction négative ou positive.
    La critique est aisée mais l’art …
    continue ainsi c’est génial !
    ps : pour info dans un code (civil pénal ou déontologique ) les paragraphes osnt avant les alinéas article 1 paragraphe 2 aliéna 3 (je cherche du poil aux oeuf :p )

  3. Laurence

    Salut Bibi, reste zen … faut prendre les commentaires de qui ils viennent. J’ai une citation qui conviendrait bien mais ne me demande pas de qui elle est : ” si les gens qui me critique savaient ce que je pense d’eux, ils en diraient bien davantage !”. Laisse les éternels mécontents critiquer et continue ton chemin tu apporte tellement plus aux autres !

  4. Emma

    Les écoute pas tous ces méchants Bibi, parce que la sensiblerie ça fait vraiment du bien, et en plus t’es parfois vachement marrant. Enfin moi je t’aime bien, et on est plein dans ce cas. Vive la sensiblerie, la gentillesse, la compassion, l’amour toussa toussa, continue !

  5. Bérengère

    Puisque tu ne peux pas être vulgaire envers ceux qui n’ont rien compris à ton art, laisse-moi être vulgaire à ta place: PU**** MER** CHI** CO* passez votre route bande de CON*****
    Voilà… Ça fait du bien…
    Continue Bibi, c’est tellement bon la sensiblerie, et plus encore quand c’est toi qui l’écris!

    PS: super le nouveau site, l’à propos est très à propos évidemment, et je suis très heureuse de savoir quoi offrir pour Noël aux gens sensibles que j’aime…

  6. Fabienne

    Je partage l’avis de votre grand-mère, et je rajouterais que pour une personne qui crache, il y en a 100 qui attendent avec impatience chacun de vos billets. Alors bien sûr, on n’entend que celui qui crache. N’oubliez pas les 100 autres silencieux.
    J’aime votre projet, votre humour et votre humanité. Continuez longtemps, car cela compte. Je veux dire: cela compte VRAIMENT. 🙂

  7. Fanny

    Ah là là Bibi, décidément t’es pire qu’une rock star !! Tu nous donne notre dose au compte goutte, et très sympa ta face de lion, mais on crève tous d’envie de voir ta gueule en vrai quand même ! 😉
    Et je viens de lire ton “A propos”, et oui, t’es définitivement un grand malade en plus d’être un grand homme ! Des bisous et bon dimanche !

  8. Herve CRUCHANT

    Le camarade Léo Ferré, dans “Le Chien”, je crois, dit : “La lucidité, je l’ai dans mon froc !”. Ni vulgaire ni poète (mais écoutez un peu La Mémoire et la Mer pour voir…), juste sensible et juste. Vulgarité et poésie. Des sœurs jumelles ou, mieux, deux vieilles aux nattes blanches. L’une ne va pas sans l’autre. C’est que la musique des mots ne vaut rien si elle n’a pas le contre point des vibrations du corps. Je n’évoque pas l’interprétation inoubliable de “La Petite Hugette” faite par la douce voix pure d’uen copine de classe, donnant à l’œuvre une dimension jusqu’ici inégalée. Non, mais, dans “Amadeus”, le rire de Wolfgang contre chant de sa musique éternelle. J’exagère? Le répertoire érotique des enfarinés versaillais est encore enseigné aux petits enfants : “Il Pleut, Bergère”, “Savez-vous planter les choux?” et même “Sur le Pont d’Avignon”. D’autres textes merveilleux sortis ou non de l'”enfer” (today patrimoine’s day!). Défi à Bibi-le-Thésard: et si tu rédigeais ou, mieux, soutenais ta thèse en vers -alexandrins, si, si! ? ps : (excusez, je veux dire “nota bene”) il est difficilement supportable qu’un dimanche matin j’ouvre ce blog et trouve @c’line en premier commentaire! de tout, vraiment! 😉 portez vous bien. salut et fraternité.

  9. MarionLR

    Grasse mat’ ce matin, le déménagement m’a fatiguée … Super contente de retrouver mamie, toujours au top!
    Y a t-il une guicheterie aux urgences pour venir voir ton spectacle? Tu n’acceptes que les cas graves? Bon ben tant pis, j’attendrai le one Man show au stade de France.
    Comprends toujours pas que des gens prennent du temps sur leur vie pour faire des commentaires négatifs …
    En tout cas, moi je t’apporte tout mon soutien pour ta soutenance…
    Bizzzzz

  10. nanou

    je voulais juste faire un clic sur j’aime, mais yen a pas sur le nouveau site ….. sinon tu exagères ! bin oui tu aurais pu faire l’effort d’écrire au moins un alexandrin 😉 !
    je plaisante, hein ? ne change rien, continue, j’apprends à devenir meilleure, vraiment …

  11. muscadinepistou

    les critiques ?? un bon film, pour moi, se fait descendre par la moitié des spectateurs (dont une bonne moitié ne l’a pas vu !) et encenser par l’autre moitié (dont les trois quarts l’ont vu !). Votre blog c’est pareil, même mieux puisque qu’on ne voit que quelques râleurs insensibles, dont le fond de commerce est de critiquer pour faire mal, des fois que vous auriez plus mal qu’eux ! Donc oui, sensiblerie, sensibilité, compassion pour tous ceux dont la souffrance est telle qu’elle ne peut s’exprimer autrement que par la tentative désespérée de faire souffrir l’Autre ? Pour plus se sentir trop seul ?? Continuez à exprimer, et vivre, votre sensiblerie … un jour, un de ces râleurs souffrants sera touché….Namasté

  12. christine

    La sensible rit… ou pas… à la lecture de tes articles… ah ah ah, lol, mdr et tout ça.
    Bravo à Mayelle pour ce nouvel environnement (j’ai sans doute raté un cours de littérature mais pourquoi Ulysse ?).
    Et merci encore une fois pour ces concentrés d’humanité.
    PS : Grâce à toi, je suis devenue accro à “Adieu et à demain”.

  13. Mirabelle

    Vous avez une date pour la soutenance déjà ?
    « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »
    Bon courage. Sincèrement.

  14. Marisol Dénia

    Ne changez pas, nous sommes nombreux à aimer votre sensibilité, votre générosité, votre indignation parfois silencieuse…. Je vous remercie d’être tel que vous êtes….

  15. bouks

    Salut.

    D’abord merci de polluer mon temps de travail en me déconcentrant pendant celui-ci et en m’amenant à lire tous les posts jusqu’au début.

    Une fois cela exposé, je tiens à te dire que ce post est un post de m… !
    Oui. Je suis plutôt franc et direct, ça me joue des tours parfois.

    Tes posts et ton blog sont vraiment extraordinaires et sans doute, bien que très récent, un des plus importants qualitativement et humainement de mes bookmarks.

    Je trouve maintenant que :

    – de un, cet essai cyranesque est vraiment médiocre, car trop classique et prévisible. Reste toi-même, Edmond.
    – de deux, ces gens qui t’écrivent ne méritent vraiment pas un post, et surtout, que sous l’influence de ton exécration, et sans doute dans la précipitation, tu te laisses aller à de telles médiocrités. Ils ne méritent que l’oubli (pour toi) et l’ignorance (pour nous).

    Allez, bon dimanche à toi, à tes camarades hospitaliers et à tous tes lecteurs.

    1. Herve CRUCHANT

      Merci pour ce temps passé à lire ce blog par inadvertance. J’ai finement apprécié votre commentaire, Monsieur… “bouks”. Ce n’est pas par sensiblerie ou par considération excessive, mais j’ai des difficiltés à écrire sur les propos de quelqu’un qui se fait appeler “bouks”. Cependant, passons plutôt sur ce mépris que vous affichez à propos de votre propre nom de famille. Est-ce aussi un soucis pour vous? Je suis de ceux qui considèrent les critiques; surtout quand ils esquintent ceux qui font partie de ma bulle et que j’aime dans ma vie. Non par sens commun ni par soucis de protection quelconque -mes élu(e)s sont plutôt couillu(e)s- mais par pragmatisme. En effet, ce monde est constitué d’humains, parfois heureusement humanistes c’est dire qu’ils ont en commun la volonté de vivre mieux, plus heureux et plus ensemble, qui reconnaissent les blagues vugaires et les pensées profondes comme étant leurs émanations; et d’autres individus qui n’ont de cesse de s’alimenter de haines pour prouver leurs existences insatisfaites, comme si elles étaient le produit des autres. A cet instant de la marche de ce monde schizophrène, je serais fermement partisan d’encourager le suicide des grincheux et des irréductibles. Par exemple, des “bouks” et des qui prennent sur leur temps de travail précieux pour lire puis conchier la gentillesse de mes camarades. Deux mondes, vous dis-je. Merci, Monsieur bouks, d’avoir levé toute possibilité de doute à votre sujet. J’aurais appris quelque chose. Bon dimanche. Et, si, je n’ose l’esperer, vous passez par les services hospitaliers que nous connaissons, ce sera un plaisir de vous montrer quelques tours de mains d’anatomie pratique et comparée. HC

      1. Catherine(d'Argentine)

        @Herve CRUCHANT: Azerty aussi,voudrait que tu pratiques sur lui tes tours de main d’anatomie pratique et comparee…il avait peur que tu l’ignore dans la salle d’attente pour grincheux alors il a tenu a se faire remarquer en laissant un commentaire meprisable…Ne l’oublie surtout pas et meme je t’invite a deployer tout ton art….parce que j’aime pas trop qu’une personne au nom de clavier nous insulte de la sorte…

      2. MarionLR

        Ooooh! @Hervé CRUCHANT, compagnon de commentaire de post bibiesque, autant je comprends votre réponse à @azerty, que pour @bouks, je n’ai personnellement pas été choquée par son commentaire. J’ai juste compris dans ses mots qu’il aimait beaucoup le blog dans son ensemble, et qu’il conseillait à bibi de ne pas tenir compte des commentaires fâcheux, car dans ce post répondant aux attaques, en particulier, il trouve que la colère rend le style de bibi moins bon…
        Après, il est vrai que le vocabulaire de @bouks est cash, et que la tournure est surprenante, mais je n’y ai pas vu de méchanceté gratuite… Dois je néanmoins prendre rdv chez un ophtalmo?
        Biz à vous @Hervé CRUCHANT

  16. Azerty

    Quel article pseudo justificatif de merde … mais c’est mignon : même quand t’es hargneux tu fais peur à personne, et tu rajoute un peu plus d’eau au moulin du type qui t’as critiqué de pédale.

    Bref, faut bien avouer que ton blog ressasse les mêmes histoires facilement “touchantes”, alors que les gens qui connaissent et ont déjà affronté le milieu hospitalier de près savent très bien qu’il n’y a pas de place pour la sensiblerie. C’est un monde brut, froid, nettoyé au détergent de tout sentiment.

    Bon et pour en revenir à ton blog, j’espère que tu te rend compte que ton style littéraire n’a rien d’intéressant, ni de stimulant. Plus ça va, plus tu prends la grosse tête et plus on voit que t’essaye de te donner un genre mais ça marche pas : t’es pas littéraire, t’es un putain de médecin, condamné à passer sa vie à faire croire à des gens dans des situations sans retour qu’il y a encore de l’espoir, à coup de chimiothérapies et autres traitements hors de prix destructeurs. Regarde tes “fans”, que des vieux cons qui se font tellement chier dans leur vies minables qu’ils viennent lire tes histoires clichées en éteignant leur cerveau qui brille déjà pas beaucoup pour vivre des petites émotions de pacotilles, au lieu d’en vivre dans la vraie vie.

    Continue de faire ta merde si ça te plait et que ça fait plaisir à des gens idiots, c’est bien, mais j’espère qu’au fond de toi tu sais pertinemment que tu fais de la chiure pour gros cons.

    1. Petit Prince

      J’hésite entre “je vous plains sincèrement” (parce que si vous voyez vraiment la vie avec ces yeux-là, la votre doit être affreuse) et “vous êtes méprisable” (parce qu’être malheureux et/ou simplement cynique ne vous donne pas tous les droits pour autant.)
      Quoi qu’il en soit, je vous trouve plus lamentable que l’article le plus pathétique (au sens littéraire du terme, c’est-à-dire “qui provoque la pitié”) qu’a pu écrire Bibi.

    2. Claudia

      Waouh, un gaviscon vous ferait du bien à vous, non ?

      Je ne réagirai pas en lieu et place de l’auteur qui choisira bien lui-même s’il a envie de vous répondre.
      Par contre, dans la mesure où je fais partie de celles et ceux qui entrent dans votre catégorie “fan”/”idiots”/”gros cons”, j’estime être en droit de vous offrir une réponse (l’expression est choisie, paraît-il que parler aux cons ça les instruit, on peut donc dire que je vous fais un cadeau)… Des questions surtout, en fait… En espérant qu’elles parviendront à percer l’aigreur suintante de vos propos.
      – Croyez-vous vraiment que la majorité des lecteurs de ce blog soit des gens qui n’ont jamais eu affaire à la maladie (la leur ou celle d’un proche) ?
      – ” des vieux cons qui se font tellement chier dans leur vies minables qu’ils viennent lire tes histoires clichées en éteignant leur cerveau qui brille déjà pas beaucoup pour vivre des petites émotions de pacotilles, au lieu d’en vivre dans la vraie vie.”…
      Voyez, nous y sommes tous deux, moi je sais pourquoi mais vous ? Qu’étiez-vous faire dans cette galère ? Et question subséquente : Qui est le plus pauvre en matière d’émotions et de vraie vie ? Celui qui vient là trouver un peu d’humanité dans le regard d’un autre*, ou celui qui est tellement pauvre de sa vie qu’il ne sait plus où déposer ses colères ?
      – Pour un pourfendeur de l’épanouissement à la vie je vous trouve bien étroit d’esprit. L’auteur fait des études de médecine, il ne doit donc être QUE médecin ? Et un médecin exclusivement porteur de mauvaises nouvelles donc ? Vous êtes dantesque monsieur. Avec vous il semblerait qu’il faille de suite perdre tout espoir. Les émotions que vous vivez dans votre « vraie vie » sont donc si sombres ?
      Enfin pour avoir passé quelque temps dans des lits bien trop hospitaliers, j’ai envie de vous répondre qu’il y a là, comme partout, des bons et des mauvais et qu’un cas ne fait pas une généralité. Et si vous vous êtes montré à l’avenant de ce que vous êtes ici, il est possible que vos soignants n’aient guère eu envie de faire autre chose que le strict minimum, qui est déjà beaucoup vous en conviendrez, essayer de vous soigner.

      *(Je ne peux parler qu’en mon nom bien sûr, mais oui, pour ma part j’ai besoin de ce genre d’espace, car même entourée de gens aimants, même en fuyant la grand-messe du 20h je reste trop souvent confrontée aux fâcheux, mal baisés, et autres stakhanovistes de la désespérance en tous genres qui peuplent notre univers. En un mot comme en cent, j’ai mal au monde. Et venir ici fait partie de mon automédication à la résignation et à l’amertume. Ici justement je trouve un équilibre entre le laid et le beau. Je trouve à me réconcilier avec l’humain, qu’il soit soignant ou soigné.)

      1. Herve CRUCHANT

        “azerty” … une sorte de Clavier, quoi. Et pas d’orthographe. Par d’ordonnance pour améliorer le style de vie de notre ami Bibi. Machine à écrire SANS pédale. Moderne, quoi. Juste une référence à ses feces; en tas; en étron bleu moucha-merdeux. azery démonte mais ne dit rien de ce qu’il faudrait qu’il soit. azerty est une petite tête, surement pas une tête de nœud loin s’en faut, et une petite bite. Mais oui, cher ami azerty. Je me permets -avec une vraie délectation, n’allant pas jusqu’à la jouissance que je réserve à mes femmes et mes docteurs- de vous qualifier de connard. Puisque vous me traitez “des vieux cons qui se font tellement chier dans leur vies minables qu’ils viennent lire tes histoires clichées en éteignant leur cerveau qui brille déjà pas beaucoup pour vivre des petites émotions de pacotilles, au lieu d’en vivre dans la vraie vie.” sachez que je suis vieux, peut-être un peu con pour certain car rien n’est parfait, je le regrette, que je ne me fais pas chier du tout après 44ans de boulot, nin minablement ni glorieusement, qu’à l’instar des indiens, j’aime les pacotilles et les choses qui brillent (rassurez-vous vous ne faites de l’ombre à personne) et, enfin, pour en finir avec votre citation, je me ferais bien le petit plaisir de vous foutre sur la margoulette. Juste pour voir. Si vous n’aimez pas les histoires de Bibi parce qu’elles ne sont pas “touchantes”, je respecte (c’est un gros mot, pour vous, veuillez m’excuser pour ce faux pas) votre avis. Considérant votre assurance à l’affirmer, vous avez certainement une autre expérience bien plus grande dans la prtaique du toucher. Faites attention quand même. Petite bite à gland pelé ou hémorroïdes pendantes, tel n’est pas la panacée. Que les dents vous tombent et que les dents vous pèlent, azerty.

    3. Elle

      Azerty ! Toi et “le type qui critique” comme tu dis, puisque la lecture de ce blog vous est si insupportable ne perdez pas votre temps à le lire ! Trouvez-vous un truc plus intéressant à faire ! comme, je sais pas moi, aller jouer sur la voie ferrée par exemple ! …..

    4. A.

      En plus de l’évidente idiotie, ça sent la jalousie à plein nez ce post ! Pauvre petit étudiant en médecine qui n’a pas le talent de Bibi.. c’est pas grave, ça viendra un jour. Ou pas.

    5. pendragon

      A quoi ca sert d’etre humain ? Peut-être a se tenir la main en se disant qu’on est pas seul face à ce qui nous prendra tous. Je voudrais vous dire en face à quel point votre prose m’ecoeure, mais je resterai dans le registre émotionnel qui vous fait si peur. Alors juste pour vous indiquer qu’un de mes amis – à 49 ans – est décédé ce week end à l’hôpital cognacq jay, au service de soins palliatifs, et que malgré sa souffrance, je suis – un peu – soulagé de savoir que l’équipe qui s’est occupé de lui a su réellement l’entourer d’autre chose que de technicité médicale. Meme si vous etes un abruti de troll cherchant à provoquer des réactions, votre commentaire est consternant. Mais en même temps qu’attendre d’un con comme vous qui choisit comme pseudo les 6 premières lettre (faut pas se fatiguer hein) d’une machine à écrire…

  17. marie

    bibi .moi j’adore ta sensiblerie …et j’ai toujours pas compris pourquoi ceux qui n’aiment pas viennent y fourrer leur nez ..moi quand j’aime pas , j’y retourne pas -et j’ajouterai aussi ..””si les gens qui me critiquent savaient ce que je pense d’eux, ils en diraient bien davantage ! “”” vraiment bibi continue à E..MMe……..tous ces connards. de” plombiers ”
    – bon dimanche-

  18. Marie.

    Splendide Baptiste !

    Je n’ai laissé qu’une fois un commentaire pour vous féliciter sur votre blog. Je l’ai relayé sur un autre site, pour démontrer l’humanité que l’on peut trouver chez un soignant. Etc. Non pas que je sois avare de compliments mais la rareté est source de richesse. Aussi, laissez-moi vous adresser ce commentaire pour vous féliciter de cette tirade humouristique en réponse à ce bien “triste” mail que vous avez reçu. Par expérience, je sais que les gros “durs” qui ont une approche peu constructive et dont les quelques arguments tournent inlassablement autour des mots sensiblerie et monde de bisounours sont souvent des gens en manquent de cette sensiblerie. On a tous des charges à porter… souvent elles sont là depuis longtemps. Il me semble que vous les portiez mieux que ces gros “durs” ronchons. Votre sensiblerie n’est-elle pas le grain qui vous donne cette humanité ? Un juste équilibre dans votre vie d’homme. Je pense que vous êtes et serez toujours une personne qui gagne à être connue.

  19. Sidonie

    Dommage que tu ne sois pas psychiatre, tu aurais pu réfléchir à pourquoi tellement de gens passent des heures sur les blogs qui les énervent et des heures à écrire des trucs méchants, au lieu d’aller sur les sites qu’ils aiment ?? C’est pas un énorme mystère médical ça ?? Les médecins sont trop occupés et les grincheux pas assez… Merci pour tout!!!

    1. Herve CRUCHANT

      @Sidonie. C’est quoi, çà, de donner des idées déviatrices à Notre Bibi? Déjà qu’il veut aller à Pondichéry -j’ai lu çà dans un délire schizo, au moment où il enlève le haut et qu’après il se passe rien et qu’on reste comme le loup d’Averty, la langue pendante et tout…- alors, le transformer en psy ! Teuffel !!!

  20. margueriiite

    Super, le nouveau site !
    Ceci dit, les mamies ne sont plus ce qu’elles étaient : la tienne a un de ces vocabulaires … 😎
    Comme d’autres, j’ai lu ton “à propos” : ça fait du bien de penser qu’il y a encore de jeunes grands malades comme toi. J’attendrai un peu pour désespérer de l’humanité. Tu nous diras comment t’aider sans t’accompagner là-bas.
    Bien faire et laisser braire, (pile-poil un demi-alexandrin) disait un beau-frère …

  21. Little Red

    Un peu de compassion, d’empathie, de sentiments ? Dans le monde médical en plus ? Mais qu’elle horreur ? Pour quoi faire ?!
    Je suis atteinte du Syndrome Ehlers Danlos et amenée à fréquenter les hôpitaux et le personnel soignant bien plus que je ne le voudrais et toujours dans des conditions de méfiance voire de peur associé à la pathologie rare. L’empathie manque cruellement dans cet univers et quand je rencontre une personne qui en fait preuve, je ne l’oublie pas.

    Pour mon dernier petit tour aux urgences, j’ai passé 6h assise dans mon fauteuil roulant électrique en plein été, sans qu’on me propose un verre d’eau ou qu’on ne s’interroge si mon état de santé me permettait d’attendre assise si longtemps. Quand une toute jeune personne de l’équipe soignante est venue me demander si ça allait, parce que j’étais pâle et que j’avais les yeux brillants, j’ai retrouvé une seconde respiration.

    Alors donnez dans la sensiblerie, et montrez à tous ces soignants qui pensent que parce qu’ils ont fait de hautes études, ils n’ont plus le droit d’être humains. Et bravo pour votre blog. Je le trouve très bien écrit. Y’a du rire, de l’émotion et c’est un plaisir de vous lire.

    1. Herve CRUCHANT

      @Little Red. Bon, je vais pas vous contredire. Je ne sais pas du tout ce qui vous habite, cette saleté. Mais, juste pour aller dans votre sens: si on ne s’occupe pas de vous comme vous le souhaiteriez, c’est peut-être que la maladie ne l’exige pas. Vous oui, elle, non. Et que l’hôpital manque de personnel, voyez-vous. Pour que nous attendions ensemble lors de votre prochaine consultation, je vous propose que nous rallions tous les deux, vous dans le réel, moi dans le virtuel. Pour avoir plus de moyens pour l’hôpital public. Plus de petites jeunes filles qui viennent vous demander comment çà va et vous donner un verre d’eau. Si vous voulez et le pouvez, allez voir un certain Bernard Friot (“L’enjeu des retraites_ avec Bernard Friot”) et vous verrez comment il démontre qu’il n’y a pas de trou de la sécurité sociale, pas de besoin de privatiser à outrance sinon l’appât du gain de certaines bourriques cupides du monde médical. Mais çà, vous le savez déjà. Bonne et longue vie à vous, “Petit Rouge” (12°5 ?)

  22. Petit Prince

    Il est très très beau ce nouveau site, Bibi ! Seul petit regret : il n’y a plus nos commentaires… Non qu’ils soient indispensables, ni tous fascinants, bien entendu, mais ça laisse un petit vide quand même, comme si personne n’avait réagi à ce que tu avais écrit. Enfin peu importe, les habitués (et ils sont nombreux !) savent qu’ils étaient là, qu’à chaque fois tu fais rire/pleurer/réfléchir/évoluer, et que tu es soutenu par tes fans : c’est l’essentiel ! 🙂

    On ne peut jamais plaire à tout le monde, bibi, c’est comme ça… Et puis, liberté d’opinion : je respecte celle de ceux qui trouvent que ton blog est trop “sensible” à leur goût. Il faut de tout pour faire un monde. Après, prendre le soin de t’envoyer un mail pour te le dire, on est d’accord, c’est méchant et stupide ; le mot “sensiblerie” est vraiment de trop. Mais laisse glisser, dans ce cas (facile à dire, je sais…) ; ne répond pas, et continue à nous pondre tes beaux articles et à t’impliquer autant auprès de l’Humain, ce sera la meilleure réponse que tu pourras leur donner (même si cette tirade façon Cyrano se lit avec grand plaisir !)

    La bise, bon courage pour ta thèse, tu sais qu’on est avec toi ! 🙂

    1. Herve CRUCHANT

      @Petit Prince. La liberté d’opinion c’est le dialogue. Le dialogue c’est la démocratie. L’injure c’est la haine. La haine c’est la guerre. Sacrés bémols à la clé, Petit !!!

  23. Garance

    Sphinx, depuis de longs mois je renaît de mes cendres. Une saloperie de maladie qui te brûle complètement. J’étais au fond d’un trou, au pied d’une falaise. Mes valeurs et mon éthique professionnelles ont cramé sur le bûcher du burn out. Lentement, très lentement, j’ai remonté la falaise. La découverte et la lecture de ton blog m’ont démontré que d’autre que moi partageaient ces valeurs. Le plaisir de lire et de partager sont revenus. Je comprend ta rage contre ces “pisse froid”. Pour la tv, on a la zapette, pour internet qu’ils cliquent ailleurs. Je profite de tes billets comme de petits bonbons mentholés qui te dilatent les muqueuses et te font respirer agréablement un petit moment.

    1. Herve CRUCHANT

      @vieille bique. Fallait pas provoquer, aussi! “vieille bique”. Je me disais bien qu’il y avait malice sous l’alias (bon titre pour un prochain bouquin de Bibi: “Malice sous l’alias”). On aurait mérité un petit sourire, pour la peine. Bonne semaine !

  24. Sandrine

    Si nous avons choisi ce métier du médical….quel qu’il soit (médecins, infirmières, aide soignantes….), c’est non seulement parce que nous aimons l’Homme, mais aussi parce que nous avons en nous une bonne part de sensiblerie………..et heureusement!!!!!!! parce que je voudrais pas être patient si nous n’en avions pas….
    En tout cas, continues comme ça BIBI, tu vas faire un méga super bon médecin comme on les aime nous infirmières 😉

  25. vivi

    superbe la nouvelle page, toute en douceur, elle te ressemble.

    Bien. Dans la cour de l’école, ( oui je dois avoir l’âge de ta mamie peu ou prou ) aux trolls ( on ne les appelait pas comme ça, mais c’était la même chose ) on répondait un définitif : ” le train de ta connerie roule sur les rails de mon indifférence ”
    Une autre façon de dire va voir ailleurs si j’y suis !
    Mais je me demande encore pourquoi les commentaires ne sont pas modérés ?
    En tout cas, des personnes comme toi, ça me redonne un peu foi dans la jeunesse, c’est mon petit baume au coeur de la journée quand je viens lire ici. Alors continue et laisse les abrutis là où ils sont ( mais ta diatribe m’a ravie et beaucoup fait rire, rates sont les gens qui manient bien la langue française maintenant .
    Longue vie à toi et à ton blog

    1. Herve CRUCHANT

      @vivi. Non non, chère Viviane (?) pas de modération dans le blog! On est là pour boire le Bibi tant qu’il est frais et jusqu’hallali. Ma chère Véronique (?) l’acte manqué, graphique et pince-sans-rire comme il se doit, de ta dernière phrase (“rates sont les gens qui…”) me ravit. Et si je te tutoie, Violaine (?) c’est que je me sens appartenir à la même saison. Bon vent….

  26. Catherine

    Ça me fait toujours rire les gens qui critiquent. Pourquoi se plaindre de trop de sensiblerie ou pourquoi plutôt lire votre blog si ça ne leur plaît pas.
    Cette sensiblerie que nous aimons, nous a tous, je pense fait défaut et nous a manqué dans nos différents parcours médicaux.
    Nous avons tous guetté un peu d’humanité derrière ces blouses froides ses techniciens , ingénieurs ou docteurs de la machines humaines. Et c’est grace à ce detachement qu’ils restent excellents dans leur domaine.
    Mais nous nous ne sommes pas des machines, nous avons un coeur qui n’est pas un muscle. Juste de la guimauve quand nous souffrons ou nous voyons souffrir nos proches.
    Alors merci de nous rappeler que vous les docteurs, vous êtes comme nous. Votre reconciliation marche. Nous savons que si vous restez pro devant vos patients avec vos gestes precis et votre jargon auquel on ne comprend pas grand chose juste que vous maitrisez et allez nous sauver. Sinon votre cœur en guimauve se verrait ( car nous savons grace a bibi que vous en avez un) et là vraiment nous on commencerait a paniquer.

    Bien ce nouveau site bonne continuation

  27. Marie

    Lui, il a été vacciné contre la beauté de l’âme humaine quand il était tout petit. C’est très triste, il faut le plaindre.
    Et il doit en être conscient, au fond… S’il était si sûr que ton site ne vaut rien, n’élève pas un tant soit peu notre pauvre espèce au niveau de son âme, alors il ne prendrait même pas la peine de t’écrire.
    Ne te laisse surtout pas décourager par ces gens amers, et au contraire, redouble d’efforts pour les faire céder à la belle sensiblerie qui allège nos quotidiens.
    Bon courage pour ta thèse!

  28. Sophie

    Romain Gary a écrit: “Qu’il est dur de vivre à une époque ou au mot sentiment on vous répond sentimentalisme. Il serait bien qu’un jour vienne ou l’affectivité sera reconnu comme le plus grand des sentiments et rejettera l’intellect dominateur.”

    Continuez comme ça, on vous kiffe GRAVE !
    Je suis étudiante en 3ème année et vous êtes mon exemple de sensiblerie !
    La bise !

  29. Marie

    Un petit addendum :
    Je viens de lire tous les autres commentaires de la journée, et les deux qui déversent leur fiel sans compter m’ont fait terriblement mal au coeur. Et pourtant, ce n’est même pas à moi qu’ils s’en prennent. Je n’ose pas imaginer l’effet que ça doit te faire, d’en recevoir tous les jours…
    N’hésite pas à te blinder contre ces pourrisseurs d’humanité. À l’hôpital, on fait de notre mieux pour ne pas se blinder contre la souffrance et le quotidien des malades, parce qu’on sait qu’on en deviendrait de moins bons soignants (et humains). Mais sur ton blog, je pense que tu as le droit de te blinder, et même de virer leurs commentaires haineux. Parce que quand on se prend déjà de la souffrance en pleine figure toute la journée, il faut se protéger un minimum en-dehors de l’hôpital. Tu n’es pas Superman, tu ne pourras pas toujours tout encaisser. Il faut choisir quelles choses tu laisses te toucher, et vu l’apport si constructif de leurs messages, ces gens-là ne devraient même pas atteindre ton cortex.

  30. helenedecout

    Allez Monsieur Bibi, il faut arrêter de t’envoyer des auto-critiques par pseudos interposés (quelle imagination ce , quoique non, continue à dialoguer avec toi-même, quel que soit le ton, l que tu emploies, de toutes façons tout est bon dans le coch-lion…

  31. greg

    Nous, soignants, sommes exposés à la haine, la colère, le deuil de ceux qui nous entoure et à nos propres émotions. Certains restent bloqués et ne laissent plus de place à la sensibilité, certains ne veulent plus soigner avec sensibilité, certains ont trop souffert, été trop sensibles, et ont fermé la porte. Ne les blâmez pas, car ils ont perdu quelque chose, une part de leur humanité. Ça les rend plus fort, plus résistants, ça leur permet d’endurer la vie. Mais quand ils rentrent chez eux, lisent votre blog, ça les rend coupable, une véritable mise en accusation. Pardonnez les! Gardez bien précieusement cette part d’humanité, je vous le souhaite. Elle vous fera pleurer, vous obligera à ne pas accepter l’inacceptable, vous poussera à faire des chose auxquelles vous croirez, vous permettra de soigner avec humanité

  32. Malnoë

    J’adore et j’adore ta grand-mère. Par contre, j’ai une question logistique: il n’y a plus de “j’aime” ou je me trompe? Dommage…Alors voilà, J’AIME.

  33. dandan

    et puis je suis soignante, à la retraite mais quand même toujours soignante dans l’âme ; infirmière psy, je suis fière de n’avoir jamais perdu cette capacité à l’empathie, cette faculté à “pleurer” avec quelquefois indispensable au soin ;
    alors, jeune padawan CONTINUE à nous faire pleurer, rire, nous indigner…
    affectueusement (ben oui !!!)

  34. françoise

    tu sais quoi ? tu nous les envoies ces pisse-froid. ou non mieux ! tu me les envoies aux urgences histoire qu’ils goûtent à ma sensiblerie légendaire lol un bisou pour la route tit loup

  35. Stéphane

    Cette fois, je laisse mon email.. (oubli la dernière fois!!)
    Encore des gens qui confondent sensibilité et sensiblerie… dans la vie tout est une histoire de nuance. Dans les équipes de soins aussi… Mais là, une telle critique constructive, si solidement argumentée, relève de l’appréciation de la nuance à grands coups de sabots.
    Et merci de dire qu’on peut aimer la vulgarité et la poésie… La crudité bien sentie, dosée et placée n’est certainement pas l’apanage de tout le monde!! On cultive aussi ainsi sa singularité.. Merci Dr B… je rêve de trouver une équipe pleine de gens de ton espèce, avec un tel mètre-étalon de la sensiblerie… pardon, de ce mélange savamment dosé de tripes-sensibilité-humour-amour de l’autre. C’est ce qui me manque le plus en exercice infirmier libéral: l’équipe, l’alchimie des différences et des possibles. Même si certaines équipes ne me manquent pas du tout 🙂

    1. ...eux qui nos rêves...

      Qu’il me serait doux, sans honte et sans regret, de remettre au plus vite ma “sensiblerie” de soignante au service de l’hôpital!!

      Ne changez rien

      Merci

  36. Francis Benveniste

    @ azerty, qui ne mérite meme pas une majuscule :
    -En tant que lecteur, je t’en pousse un gros.
    -En tant qu’ancien et sans doute futur malade, je souhaite que tu creves avant moi de tes remèdes destructeurs, dans les mains d’une équipe aussi froide que toi.
    Quand on sait–comme toi–que le remède tue autant que la maladie, on devrait avoir les couilles de se mouiller comme le Bibi ici présent et d’offrir en compensation à la pauvre chose qui se meurt dans tes mains un minimum d’humanité.

  37. audrey

    En Alsace Noël voit fleurir les jardins de guirlandes lumineuses multicolores
    et de Pères Noël improbables et parfois oh combien grotesques !
    Dans mon quartier, nous sommes gâtés, que dis je ? Vernis…!!!
    J’ai pris l’habitude depuis quelques années, de m’exclamer (chacun ses petits
    plaisirs honteux) “Oh, mais c’est LAS VEGAS” devant certains débordements…
    Cette expression joyeuse n’est malheureusement pas tombée dans l’oreille d’une
    sourde.
    Depuis peu, à chaque sortie, ma chère et tendre fille(2,5 ans) m’agrippe le bras en
    hurlant…
    “maman , maman vient on va voir Las Vegas”…
    Je crois que mes voisins vont finir par me haïr, (j’espère que l’esprit de Noël
    ne s’affiche pas qu’ à leurs fenêtres !!!).
    Aucun rapport, je sais.
    Noël est encore loin je sais aussi, merci…
    Juste un acte gratuit, décalé, incohérent pour peut être vous faire sourire là toute suite, juste comme ça, pour le plaisir et parce qu’il existe aussi des imbéciles heureux (môa).
    La bise…lumineuse et illuminée, toutes options, version Las Vegas !!!
    C’est que pour vous ça hein…bibi, filtrez bien SVP ;o)

  38. Isa

    “Ce qui ne me tue pas me rend plus fort” – Nietsche.
    Ne laissez pas les commentaires non constructifs vous distraire de votre personnalité profonde et de votre action de réconciliation.
    Je plains sincèrement les personnes qui prennent “humanité” pour sensiblerie, je veux dire, je les plains VRAIMENT très sincèrement. Ils ne sont pas plus forts que tout le monde parce qu’ils ont rejeté toute sensibilité: ils se mentent simplement à eux-mêmes et passent à côté de tellement de choses merveilleuses dans la vie.
    En tous cas, soyez rassurés: cet article vous prouve que, pour quelques personnes négatives sur votre action, nous sommes “100 x quelques” personnes à apprécier votre blog.

    Et finalement, pour la suppression des boutons “j’aime”, ce n’est pas grave: on les aime tous vos articles, et on ne pourrait pas cliquer sur tous….
    Ne perdez pas confiance en vous, nous sommes avec vous, ne changez surtout pas, et continuer à nous toucher au plus profond de nos personnalité, à nous remuer, et nous amener à voir la vie, et tous ceux qui nous entourent, plus humainement.

  39. audrey

    A quatre en Lison est en pleine, comment dire ?période (?) pipi, caca,
    prout…hahahaha, enfin je vous laisse imaginer.
    C’est une phase normale du développement de l’enfant qui indique qu’il maîtrise
    bien le langage puisqu’il en joue….(ouais, ouais, ouais….).
    Lison joue beaucoup !
    Dans les toilettes, c’est autorisé, je lui ai même offert quelques livres
    libérateurs qui me régalent (il faut bien l’avouer) autant qu’elle…
    Mais à table…c’est NON ! NON ! NON ! et RE NON !!!
    La demoiselle à tellement exagéré hier soir, qu’elle a fini par me fâcher.
    Je lui ai donc dis (très pédagogiquement d’ailleurs) que si elle continuait de
    la sorte, le Père Noël allait finir par lui offrir…une CROTTE comme seul et
    unique cadeau !
    Elle a beaucoup rit… comme le dirait si justement son frère: “elle s’est
    poilée comme une baleine” (non mais quelle famille) et m’a répondu du tac au tac
    “ha OUI maman ! Une crotte avec une ficelle et quand on tire dessus ça
    fait….PROUT !”
    Vous me croirez ou non, mais elle avait l’air absolument enchantée…
    Sa marraine a décidé de lui offrir un cousin péteur…

    Alors Voilà…
    Je crois qu’il n’y a rien à ajouter…

  40. CiCi

    Vous faites réagir !
    Négativement ? Positivement ? … C’est l’jeu mon pôv’ BiBi
    L’essentiel est de rester en accord avec vous-même.
    Nourrissez-vous de toutes ces réactions, et autorisez-nous à nous nourrir de vos écrits… chacun à notre façon.
    Fidèlement vôtre.

  41. Cilou

    Ma Mamie à moi disait, à qui l’enquiquinait : “le jour où l’un de nous deux mourra, moi je voyagerai”. (le principal intéressé était mon grand père, mais c’est une autre histoire).
    C’était fin, subtil, on ne pouvait pas lui reprocher le moindre écart de langage, mais le message était cependant on ne peut plus clair ^^ Elle était extra ma Mamie, elle se serait bien entendu avec la tienne 😀
    Ceci dit j’aime beaucoup aussi “le train de ta connerie roule sur les rails de mon indifférence”, je ne connaissais pas mais je m’en resservirai XD

    Bon, on y passe beaucoup de temps à parler des trolls, valent-ils vraiment un tel déploiement d’énergie ? J’en doute fort…
    Nouveau site très sympa, direct dans mes favoris sans passer par la case départ ^^
    Mille bisous mon Bibi. On t’aime fort.

  42. Maya, l'abeille

    On ne peut pas plaire à tout le monde… L’important c’est de tenir, persévérer et continuer son oeuvre. Tu es quelqu’un d’exceptionnel, d’unique et de bon et il m’aura fallut peu de temps pour le comprendre… Si les gens parlent, il faut les laisser parler, essayé de ce blinder comme on peut, il y aura toujours des cons et on peut pas changer cela, on ce sent trop souvent impuissant devant la connerie humaine… L’Inde, c’est très loin, s’es- tu quand tu partiras?? C’est un grand rêve, un projet intéressant mais en France aussi, nous avons besoin de toi… Quoi que tu fasses, je te souhaite bonne chance, Lion Roi…

    1. Herve CRUCHANT

      ya des trucs que t’inventes pas et c’est çà le vrai miracle de ce blog : une “Maya l’Abeille” qui te donne des tas de trucs à faire, tenace, opiniâtre, qui veut t’avoir par la ruche, en quelque sorte… un vrai miel, je te dis.

  43. Fabienne

    Et Toc!
    Qu’ils prennent ça dans les dents et passent leur chemin! On n’a pas besoin d’eux! Mais de vous, B, oui un grand besoin nécessaire et indispensable. Et peut-être que ceux-là même qui vous “traitent” seront bien aise de croiser des “sensibles” de votre trempe.

    1. Herve CRUCHANT

      Je suis sur que le Bibi, celui-là même qui a avoué être sensible (encore ? ouais!) à l’astrologie, a du se mettre à deviner vite fait le signe de chaque intervenante. antE. Tu penses quand même pas qu’il va se mettre à faire le ciel de case des moustachus, même sensiblomanes !

  44. Mu Hordesseaux

    Nous aussi on vous kiffe grave alors s’il vous plait, continuez à nous enchanter, nous faire rire et nous faire sentir que les médecins aussi sont des êtres sensibles 😉 MERCI de l’être.

  45. Alexis

    Alors non, ramassis ou encore sensiblerie ne sont pas adaptés.
    Il y a beaucoup de sensibilité, ça oui, et les personnes qui le critiqueront feraient bien plutôt de s’en inspirer, le monde tournerait plus rond.
    L’exercice de la médecine est indissociable de la notion d’humanité. Et pour être humain il faut avoir de la sensibilité.

    Alors continuons sur cette voie 🙂 !!

  46. Catherine(d'Argentine)

    Comme te l’a deja dit ta mamie:”tu es ne pour ECLABOUSSER…de ton humanite et de ton talent les sensibles,mais aussi (et peut etre finalement ”surtout”)….les grincheux de la vie.La belle photo du poing de ”Adieu et a demain”est une preuve de ta maniere de partager ton succes avec nous tous.MERCI d’etre ce que tu es…et longue vie a ton nouveau site…

  47. Catherine(d'Argentine)

    ce nouveau commentaire s’adresse en fait a celle qui t’a organise ton nouveau blog:”pourquoi y a t-il des parties de phrases qui apparaissent en plus petits caracteres et en noir…je n’aime pas trop que mes ecrits aient une ”vie propre” et qu’ils fassent des ”pirouettes”dans la forme,a peine ai-je tourne le dos…y a un moyen d’y remedier??

    1. Herve CRUCHANT

      @Catherine(d’Argentine). Que tous les objets, toutes les choses et tous les machins que nous créons aient leur vie propre. Je suis pour la vie propre de nos créations. Tiens, poses une idée toute belle et toute fraiche sur ton piano avant de t’endormir. Si, quinze jours après l’avoir oubliée, elle est encore vivante, recueille-la, chérie-la et fais lui la fête. Laisse-la vivre sa vie propre; elle te le rendra au centuple. Les autres, les qui ont disparu, ne les regrettes jamais. Tes caractères écrits doivent-ils marcher au pas. Pas ceci, pas celà. Pas trop gros, pas trop petit? Hasta luego, companera.

      1. Catherine(d'Argentine)

        @Herve Cruchant:Tu as bien raison en me recommendant de ne pas aspirer a tant de controle,mais bon,si je laisse mes mots s’amuser a leur guise et que notre ami BIBI deguise les jeunes femmes de ses hisoires,en vieils hommes et ces derniers,en enfants(secret medical,oblige),ce blog va se transformer en un grand bal masque,mais bon dansons gaiement…tu as l’air d’avoir l’ame bouffonne aujourd’hui…et ce nouveau site semble bien t’inspirer pour y glisser ton style plein d’humour….ENTONCES,A BAILAR,COMPAÑERO….A BAILAR.

  48. domi

    j’aime beaucoup votre blog , je veux dire j’aime VRAIMENT VRAIMENT beaucoup votre blog et je crois que si j’avais la chance de vous connaitre je vous aimerais VRAIMENT beaucoup
    ne changez rien …..

  49. Cath

    Je suis effarée de la teneur des messages trollesques que vous pouvez recevoir. Ces bêtes gens n’ont-ils donc rien de mieux à faire que de déverser leur bile ? N’ont-ils donc personne à qui écrire ? Encore qu’à les lire, on se dit qu’ils ont dû en prendre plein les gencives, et moi qui ne suis pas médecin, je prescrirai bien quelques remèdes, genre clystère et autres délicatesses similaires.

    Enfin, foin des importuns sans classe et sans esprit. On peut les envoyer à Pekin sur la Lune, Cyrano les y attend de pied ferme.
    Continuez B. Et bon courage pour la thèse. Très chouette le nouveau site : on s’y sent bien.

  50. Patiente

    Très occupée aujourd’hui, je suis venue tardivement sur le site aujourd’hui. J’avais besoin de retrouver un peu de chaleur … au sein de la communauté Bibiesque ! Et je suis servie ! Mais c’est quoi ce dingue qui vient ici, sur ce blog, pour déverser sa haine et sa rancœur ? Bibi, on revient au temps des lasagnes de Martine !!!! Tu t’es mis en colère et je le comprends … Mais franchement, tu dépenses de l’énergie pour rien ! Ces gens haineux ne méritent pas que tu t’attardes ! J’aurais préféré que tu ailles au soleil, compter fleurette (j’adore cette expression) plutôt que de passer ton précieux temps à te justifier ! Tu es sensible ? Et ben oui ! Et moi j’adore. Tu es ma came, tu es NOTRE came et c’est à tous tes milliers de lecteurs impatients que tu dois penser et ne pas t’attarder à ces “cas ” isolés pour lesquels ni toi, ni personne ne peut rien car leur seul moteur est la haine !
    Mais moi, j’aime le jeune homme que tu es, j’aime ce que tu as en toi, j’aime ce que tu donnes, j’aime ce que tu me donnes, j’aime nos échanges, j’aime tes doutes, j’aime ta poésie, j’aime tes excès, j’aime ta volonté, j’aime tes hésitations, j’aime ta franchise et ta SENSIBILITE !
    Bref Bibi, ne change rien. Vulgaire et poète ? Oui et alors ? J’en redemande !
    Petite dédicace spéciale à Azerty : “Quand les cons voleront, tu seras chef d’escadrille” et je t’adresse toute la vulgarité dont tu as besoin et qui semble être ton carburant ! J’ai hâte de voir la prescription de Panterspirit pour soigner ta pathologie ! Ici ta haine n’a pas sa place.

  51. Herve CRUCHANT

    Dites, les Filles. Le Bibi, cet “Immmense Provocateur” (cf: Léo Ferré again), est en train de se chopper un égo tellement bouffi qu’il n’arrivera jamais à le faire tenir dans cinquante et une page et demi de soutenance. Ou alors, passez à l’acte. Mais alors, là, qui répondra de quoi? J’en tremble !!!

    1. Patiente

      Non, Hervé, ne tremblez pas ! S’il y a passage à l’acte, il se limitera à une grosse bise sur les deux joues !!!!!!!!! Quant à “chopper un égo bouffi”, je n’y crois pas un instant : ça ne colle pas du tout avec le Bibi que nous connaissons !
      Ca me fait rire …. Bonne soirée à tous et à bientôt pour de nouvelles aventure de Bibi :
      Les fourberies de Bibi … “Que diable allait-il faire dans cette galère ?” …….

      1. Patiente

        Ouh la ! Bibi ! Il y a un souci ! C’est quoi cette tête de lion mal ficelée à côté de mon nom ! Rectifie vite car certains vont croire que c’est toi qui écris MES commentaires ! Bises

  52. jpouse

    Lecteur des premières heures, c’est toujours avec beaucoup de plaisir que je lis vos anecdotes.
    Personnellement, j’adore la démarche; et que ce soit, sur le fond, autant que sur la forme, tout est tellement juste !
    Ce dernier post ne fait que montrer encore un peu plus vos talents d’écriture !
    Et pour les personnes ne partageant pas vos idées…… personne ne les oblige à vous lire ! 🙂
    Bonne continuation !!
    Cordialement

  53. Mireille

    J’aurais bien aimé rencontrer votre grand-mère ^^ Merci pour tous ces moments uniques que vous nous faites partager. Continuez et bonne m…….pour votre thèse.

  54. enma

    il y a des cons partout . le seul defaut qu’ils vous reproche c’est d’etre humain et sensible .

    ps:pour moi , votre site est une source d’inspiration .merci encore

  55. Sylvaine

    Puisqu’on ne peut plus se contenter de cliquer sur “j’aime”, peut-être trop lapidaire, je dois faire un commentaire et je dirais donc “j’adore”, et en ce qui me concerne, la grossièreté me plaît assez, en la circonstance.

    1. Herve CRUCHANT

      @Laetitia de Toulouse. Boudukon, elles sont comme çà nos femmes à Toulouse ! (message aux étrangers du nord -de la Garonne). HC “de Toulouse”…

  56. Beck Régine

    Bon tous ceux qui n’aiment pas ce qui est publié sur ce blog sont priés de nous laisser tranquilles pour nous régaler de ces petites histoires morceaux de vies racontés avec sensibilité et pas sensiblerie .

  57. Sylvie

    Pffff, un gros con qui pense qu’il a des couilles, lui!!!
    Je préfère ceux qui ont du cœur… Et ça ne les empêche pas d’avoir aussi des couilles.
    Et voilà…vulgaire sans poésie, tant pis!
    Bisous

  58. pantherspirit

    Le Théâtre, Mais le Théâtre,
    Mortebleu et Mortecouche,
    Nous offre la voix de son âtre
    Lorsque la notre vient en bouche ;
    Dès de ce modeste gazouillis,
    Nous voici devenu acteur
    De ce qui se dénomme La Vie !
    En ses planches nous vient l’ardeur
    D’être OU de ne pas vouloir être
    Toujours le même personnage,
    Car la liberté nous rend maître
    De nous conduire en un grand sage
    Et très majestueux esthète,
    Puis de troquer notre costume
    En faisant mille pirouettes,
    Parce qu’une folie nous allume !
    Alors, le joli verbe fin,
    Papillon sur le fil de l’air,
    Trouve un agrément mutin
    De se voir allègre et vulgaire.
    (Et là, je dis la belle affaire !)
    Fuyons cette uniformité
    Que dicte je ne sais quelle loi,
    Où devrait dépérir la pensée,
    Pour que l’autre soit pisse joie !
    Et quant à la sensiblerie
    Maugrée par certains bonnets,
    Je ne la trouve pas ICI,
    Contrairement à des benêts !

    Le maître de ce beau castel
    Est seul juge de ses refrains,
    Qu’ils soient un jour de ton pastel
    Ou plus gaillards le lendemain…

    Bises ô THE Bibi magique ,( Tu es génial tel que TU ES ! )

  59. pantherspirit

    Ps : Au niveau des tes propres répliques, j’avoue bien apprécier (oui, oui !) ” La Vulgaire”, et si tu y réfléchis, elle s’associe à merveille avec “La strauss-khanienne”.
    Regarde, c’est divin : La sensiblerie …” Vous devriez essayer, c’est comme une bonne partie de nique, ça fait du bien par où ça passe (fuck off !); Hummmmmmm… C’est quoi son numéro de chambre d’hôtel ?

  60. Carole de Toulouse aussi

    Quand on voit les atrocités faites tous les jours et diffusées sur internet, je ne suis plus étonnée par ce genre de mails désagréables, faciles et puants critiquant de manière tellement petite la sensiblerie dont nous faisons l’objet, pour la majorité des lecteurs fort heureusement. Une méthode certainement adoptée par des êtres en difficulté avec leur côté “féminin”.
    Alors oui, je ris, je pleure en lisant les posts de ce blog, je ris, je pleure en profitant de mes neveux, de ma famille, de mes proches et compagnons, je ris, je pleure dans mon quotidien.
    je dis merde aux cons aussi.
    Big up Bibi je te kiffe, tu illumines mes journées. MERCI POUR CETTE SENSIBILITÉ.
    Carole

  61. Sophie

    “Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes de base de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir !” (Pierre Dac). C’est la phrase qui l’est venue à l’esprit au sujet des pauvres hères qui confondent sensibilité et sensiblerie. Ceux-là ne sont sûrement pas capable de penser aux autres plus qu’à eux-mêmes, encore moins se dévouer aux autres sans jugement ni a priori.
    Alors messieurs les pisse-froid, surtout oubliez l’adresse de ce blog, votre cerveau inadapté ne saurait supporter une telle décharge de bonté et risquerait l’AVC… et pour finir vous risqueriez de faire l’objet d’un post sur ce blog, ce qui serait bien cruel pour vous n’est-ce-pas ?
    Moralité : Bibi, continue de nous faire partager ta sensibilité au monde, nous en avons tellement besoin en ce moment. Et puis… je rêve que le jour où j’aurais besoin d’être hospitalisée ce soit toi mon médecin.

  62. lily

    Laissez donc parler les jaloux! Ce que vous faites est tout simplement génial, continuez à nous donner des articles remplis de sensibleries. C’est ça qui fait tout le charme! Dites aux jaloux: “Continuez à parler dans mon dos, vous tiendrez compagnie à mon c**!”

  63. Coco

    Si ça ne lui plait pas,qu’il aille lire ailleurs et qu’il TE ((nous)) fiche la paix.
    J’attend ton livre avec impatience Bibi.
    Bon courage pour toute la suite. Bizzzz

  64. Kapsica

    Pour l’amour du ciel Bibi, laisse-les donc vomir leur venin, ces tristes sires qui ne comprennent rien à rien.. Pense à leur vie triste et banale, au faible frémissement qu’elle constituera dans la grande ronde du monde et comme leur fin passera inaperçue à jamais à ces pisse-froid sans âme et sans beauté.. Laisse-les faire leurs commentaires de café du commerce, c’est la faute à internet, avant ces cons-là restaient au PMU et on ne subissait leur bêtise que si on avait le malheur de s’y perdre un jour en allant chercher un ticket de loto..

    La sensibilité et l’empathie c’est ce qui ferait tourner mieux le monde s’il était moins composé de cons et ce n’est pas moi qui le dit (mon opinon importe peu) mais un trés grand homme qu’on peut difficilement taxer de sensiblerie lui qui a vécu drame sur drame, ce qui ne vous rend pas pleurnichard mais dur comme le diamant (et j’en sais quelque chose).
    Il s’agit de Martin Gray. Il a connu l’horreur des camps où il a perdu toute sa famille puis celle de l’accident , sa deuxième famille ayant péri dans l’incendie accidentel de sa maison dans le Sud.. Et pourtant, voilà ce qu’il écrit :
    “Ce que je sais aussi, c’est que la vie doit avoir un sens.
    Ce que je sais encore, c’est que l’amour est la clé de l’existence.
    Ce que je sais enfin, c’est que l’amour, le bien, la fidélité et l’espoir
    Triomphent finalement toujours du mal, de la mort et de la barbarie.”

    Alors laisse les barbares agir comme des barbares et continue la lutte. Donne nous l’amour, le bien, la fidélité et surtout, surtout, l’espoir..

  65. anne-claire

    coucou bibi,

    c’est bien que tu prennes la peine (une fois de temps en temps, faut pas charrier) de publier et de répondre aux critiques dont ta prose fait l’objet …et toi avec! Comme ça, ça me rappelle combien c’est difficile d’être soi, sincère et honnête ….ca me rappelle aussi combien ta prose et toi m’êtes précieux!
    bon, là t’as fait le job pour 6 mois au moins….reviens nous vite avec de jolies histoires comme on les aime!
    et surtout, reste toi !
    ps : t’as une photo de toi sur le chariot de l’infirmière stp?

  66. helene

    Nous aussi mon cher Bibi nous te kiffons grave.

    Bon courage pour la soutenance de thèse (on compare un thésard en médecine et un thésard en biologie devant finir les dernières manip de son papier? Poutine est petit joueur à côté)

    Reste zen, Dr Bibi et répète après moi : un cercle est un carré ^^.

    Good luck

  67. kortomaltese

    Mais… chanter,
    Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
    Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre,
    Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
    Pour un oui, pour un non, se battre, — ou faire un vers !
    Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
    À tel voyage, auquel on pense, dans la lune !

    N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
    Et modeste d’ailleurs, se dire : mon petit,
    Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
    Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
    Puis, s’il advient d’un peu triompher, par hasard,
    Ne pas être obligé d’en rien rendre à César,
    Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
    Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,
    Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,
    Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !

  68. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Alors on se lâche ??? t’as raison mon Bibi cela fait du bien de temps en temps; même si tes “fans” se chargent aussi de “messages amicaux” envers tes détracteurs et continuent de te soutenir (en période de prépa de thèse c’est le bon mot non?) . N’est ce pas hervé ?
    GO ON Bibi !!!! et prends soin de toi…

    1. Herve CRUCHANT

      @Grand33. Le retour ! je te croyais naze, camarade… ouf coucou le revoilou ! mais faudrait affuter quelques galéjeades de ton tonneau, hey? je sais je sais on est lundi d’automne; mais quand même … salut et fraternité et “Adieu et à demain”.

  69. passlou

    Reste, devant la bêtise humaine l’attitude du mépris .
    Ce n’est pas de la sensiblerie que vous éprouvez et que vous nous faites éprouver, c’est de l’empathie, sentiment hyper rare et peu connu.
    Croyez moi, ne changez rien rien votre blog est un bijou . J’y passe chaque jour pour lire les nouveautés mais aussi relire les anciens textes. Je suis sensible, j’ai eu les larmes aux yeux parfois, j’ai ri, c’est très bien, c’est la preuve que je suis encore vivante.

    “Est bien fou du cerveau celui qui veut contenter tout le monde et son père” ( La Fontaine – Le Meunier, son fils et l’âne)

  70. LoloPunto

    Si Alors Voilà est de la sensiblerie, que dire alors des skyblogs ou autres blogs blindés de fautes qui pourrissent la toile, donnant l’impression à tout un chacun d’être un auteur à succès, un Dieu de la plume… Quoi de plus fin, de plus noble que de vouloir enfin réconcilier les 2 bords interdépendants des soignés et des soignants, à la manière d’une Jaddo qui aurait voulu être une dresseuse d’ours ?
    Celui qui vous a écrit ce mail (je suppose que c’est un homme, ou alors si c’est une femme, je suis étonnée d’autant de rudesse (sexe faible 😉 toussa)…). Que cet homme donc doit avoir un quotidien terriblement ridicule, pour venir lire, ne pas aimer, ou ne pas se reconnaitre et quand même critiquer de cette manière…
    Bibi je vous le dis, si vous arrêtez d’être sensible (et drôle, et percutant et juste), je me désabonne !!!

  71. Coshi

    J’aime cet exercice de style le nouveau site semble très sympa, Mais par pitié CHANGEZ LA POLICE. Elle est juste illisible et ca gâche énormément la lecture.

    A bon entendeur

  72. Lise

    J’avais déjà le cafard aujourd’hui, mais là, tu m’achèves …..
    Je ne vois vraiment pas, mais alors VRAIMENT pas, l’intérêt que peut trouver un individu lambda à envoyer un mail à quelqu’un pour lui dire du mal de ce qu’il écrit sur son site …
    J’veux dire, qu’est-ce-qui le motive à faire ça ?
    Il s’attend à quoi ???
    Peut-être ce monsieur s’attendait-il à ce que tu te dises subitement, comme une révélation : “Mais oui, bon sang mais c’est bien sûr, je fais fausse route, cet homme a raison, il me montre la voie, dans son infinie sagesse … Il faut que je cesse un peu de m’apitoyer sur le sort de ces gens … Allons, que diable, Baptiste, resaissis toi, la France compte sur toi ! Tu es là pour faire du chiffre mon coco, on s’en fout que les gens souffrent, ce qu’il faut, c’est soigner tous ces imbéciles vite fait bien fait à pas cher, et ren-ta-bi-li-ser !” (je précise, histoire de ne pas me faire à nouveau avoir, qu’il s’agit là de second degré, à lire sur un ton ironique, cela va de soi … 😉 )

    Enfin bon quoi, on peut concevoir qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, que les avis peuvent être différents et tout et tout …
    Mais bon, le mieux, quand on n’aime pas un site, n’est-il pas alors de passer son chemin, tout simplement ?
    Point barre.
    A moins d’être un fouille-merde.
    Ou un con.
    Ou les deux …. (eh oui, curiosité de la nature, l’un n’empêche pas l’autre … Prodigieux non ?)

    Allez, j’arrête ….
    Ne change rien bibi, et laisse glisser ….

    On a déjà perdu assez de temps avec ces broutilles, revenons-en à notre réconciliation tu veux bien ?

    Nous, on est là, et on continue à te lire avec VRAIMENT beaucoup de plaisir ….

  73. Atarax

    Vive votre mamie, et je vous kiff grave aussi !

    Cependant ne pas confondre empathie et la sensiblerie. De nos jours l’empathie est devenue un don, et tous dons est rare. De vous lire me donne un doux espoir, celui d’un monde meilleur. Alors j’ai beaucoup de peine pour ces personnes, dénuées de coeur, d’espoir, d’amour…. Si elles ne comprennent pas votre blog, c’est qu’elles ne comprennent pas grand chose, et je trouve cela très triste, plutôt que révoltant. Ce qui me révolte c’est la lâcheté de l’Homme, il est bien plus facile de fermer les yeux et de laisser faire plutôt que d’agir et d’essayer (comme vous le faites). Qu’il est facile de critiquer alors qu’ils n’ont pas les couilles de faire, il est si paisible de rester dans l’ignorance qui conduit bien souvent au mépris.

    Là c’est la future psy qui parle : il faudrait chercher un peu dans leur passé !

    Ne vous laissez pas abattre par ces personnes, vous valez mille fois mieux que ça. Même si ça blesse car c’est vous jugez de votre “moi profond”, ceux qui vous lisent, qui aiment votre blog sont bien plus nombreux et eux savent votre valeur, et surtout que vous avez raison.

    “Nous sommes toujours les cons de quelqu’un ! “

  74. nevousinquiétezpas

    C’est toujours facile de critiquer, j’aimerais savoir ce qu’ils penserons de la sensiblerie quand ils passeront sur le billard.
    “M. le patient, je vais devoir tout couper. Rassurez-vous, je ne ressentirai rien. Ne vous inquiétez pas”
    Merci Bibi, et bravo au passage pour ce nouveau baptême !

  75. Théo

    A l’hôpital, la sensiblerie est une catharsis, peut être même LA catharsis. Le rire et l’humour également, mais seul la sensiblerie permet et permettra de toujours nous rappeler qui nous sommes et ce que nous sommes, à savoir, rien que des Hommes.

    Je m’apprête à débuter mon externat, avec son lot d’appréhensions, de peurs, mais aussi de hâte et d’excitation. Je n’ai que peu de certitudes, si ce n’est celle que je n’oublierai jamais d’être sensible afin d’éviter la “déshumanisation” croissante du système médical.

  76. coco cinelle

    Tu sais, cher Baptiste, quelqu’un qui prend le temps de t’écrire pour te dire que tu fais dans la sensiblerie… comment dire… Il a pris le temps de te lire, puis de t’écrire. c’est que quelquepart, tu l’as touché. Sa réaction prouve quoi? qu’il ne sait pas gérer ce qu’il a ressenti: tout est TA faute, tu es bien trop dans la sensiblerie.
    MAIS, c’est quand même toi, qui a pris les choses en main, et qui a écrit. C’est toi qui a publié. C’est toi qui a fait tout ça. Et lui, il a fait quoi? S’il est pas content, il n’a qu’à écrire SON blog avec SES trucs pas sensibles à lui. Rien ne le force à te lire. RIEN. (à moins que tu nous caches des choses).
    Donc qu’il passe son chemin. Et toi aussi, passe ton chemin, ne t’attarde pas.
    Pour le reste, bravo pour le nouveau site. Un conseil pour FB: commence un copié/collé de ton nouvel article, mais ne le copie/colle pas en entier, juste le début (l’appat) et le lien vers ton site pour lire la suite (l’épuisette). tu perds des vues sur ton site et donc du référencement.

  77. Lucy

    Bonjour !
    Pas de souci de sensiblerie chez moi….
    J’aime beaucoup ce que vous faites…

    MAIS….
    Je déteste absolument la police d’écriture de ce nouveau site !
    Elle me fatigue les yeux !
    Et d’après mon ophtalmo, tout va bien !
    🙂

  78. Delphine

    Moi je trouve que ça ne fait pas de mal un peu de “sensiblerie” dans ce monde médical qui peut paraître si froid.
    De mon point de vue de sage-femme, où on s’imagine que tout est “tout beau, tout rose”, ça manque parfois de sensiblerie…
    Je dirais même plus : comment peut-on être un bon soignant sans un minimum de sensiblerie ?

    En tous cas félicitations pour ta réponse, ton blog, ton écriture, ton nouveau site… C’est toujours avec plaisir que je lis tes articles !
    Continue comme ça !

  79. Litthérapeute

    Avec toutes ces histoires, le terme de « sensibleries » va entrer dans le dictionnaire. En réalité, il y est déjà, et désigne, selon le Larousse, une « sensibilité outrée ou affectée allant jusqu’au ridicule ». Fort heureusement, selon l’adage, le ridicule ne tue pas. Grand bien nous fasse, beaucoup d’entre nous seraient morts. Mais non, nous sommes bien vivants, suffisamment du moins pour nous laisser aller à cette charmante « conversation » sur le bien-fondé des remarques que B. reçoit …
    Je me prends au jeu. D’abord parce que comme beaucoup, j’ai été blessé par ce commentaire à l’encontre du blog que voici. Ensuite, après réflexion et parce qu’à travers ce que je lis, j’aimerai simplement proposer une trêve. Doucement, humblement, calmement. Réfléchissons un instant, voulez-vous ? Quel est le but de ce blog ? Réconcilier. C’est ainsi que je l’ai découvert, c’est ainsi que j’aimerai qu’il reste (quel égoïste !), s’il vous plait.

    Quand il est nécessaire de réconcilier deux parties, c’est souvent parce qu’elles ne sont pas d’accord. Parfois, aucune n’est plus en tort que l’autre. Pour un grand nombre de cas, c’est juste un manque de dialogue à l’origine de la bataille et qui la fait durer. Il manque simplement un échange posé, à esprit ouvert.

    Quelques soient ceux qui parlent de sensiblerie ou de médiocrité, ne s’agit-il pas simplement de « l’autre partie ». Celle avec laquelle il y a un différend ? Celle avec laquelle il faut ravaler son orgueil, son égo, ses remarques acides (10 points si tu craches sur le pelvis, 25 au point de McBurney, 50 à l’apex cardiaque, 100 en pleine tête …). On l’aura vu, une réconciliation, ça peut prendre du temps. Un premier pas, c’est ce contact. Froid, glacé, irritant. Mais c’est un premier contact. En réponse, B. y va de son panache, quel formidable p…anache (qui a eu de mauvaises pensées ? Voyons, petit(e) polisson(ne) !) ! On a tous le droit d’être blessé et d’avoir du répondant, on ne peut pas lui en vouloir. L’indifférence a aussi ses limites : on ne laisse pas Médor plein de boue venir piétiner le carrelage lustré à l’huile de coude sans rien dire. Et puis, la colère, ça fait partie de l’être humain. De son côté, l’« anti-sensiblerie » publique, a peut-être vécu, pour lui ou son entourage, des évènements difficiles en rapport avec la médecine (malheureusement, les médecins comme B. ne courent pas les hôpitaux … par ailleurs, quand deviens-tu chef de clinique pour avoir ton fan club d’externes ?). Soyons ouverts, tolérants. La démarche de ce blog, je crois (corriges-moi, descend-moi, torture-moi (rayez la mention inutile (tiens, les parenthèses entre parenthèses, ça a l’air contagieux)) si je me trompe) c’est comprendre, ouvrir son esprit, réconcilier soignants, soignés, tout le monde.

    Parce que B. croit peut-être que nous raconter comment chaque matin il entre à l’hôpital, prend la direction du bureau des internes, ouvre un dossier, attrape un café, etc. ne nous intéresse pas (dis-nous TOUT). Parce qu’il est plus facile de faire passer des messages avec des émotions. Parce que l’appréciation du style, c’est personnel, et que j’aime bien Baudelaire, mais j’peux pas voir Picasso « même en peinture » (ah ah, elle était bonne celle-là, non ?). Et parce que la médecine, même empathique, ça peut quand même raviver de mauvais souvenir. Et parce qu’on n’a pas toujours les mots pour dire pourquoi on n’aime pas mais qu’on aimerait quand même le dire. Et parce qu’on voulait peut-être juste, inconsciemment ou non, créer le contact, faire le premier pas, vers la catharsis ou l’ataraxie (ça, c’est pour mettre des mots compliqués et faire genre j’ai de la confiture … culture pardon) …

    J’espère avoir compris. Eux qui ont la critique peut-être un peu malhabile, Lui, qui écrit si bien. Je veux dire, le fameux « vraiment, j’espère avoir compris ».

    Merci encore B. Et bon courage pour la thèse (j’en ai déjà peur). Chaleureusement,

    Litthérapeute.

  80. Pivoine

    Une petite question : pourquoi publier les posts des personnes qui critiquent ? Au panier, classement vertical et hop, ils se lasseront !
    Le mieux : faire lire les commentaires du blog par une autre personne que vous-même, pour vous épargner du temps, de l’énergie, et surtout ne pas altérer votre humanité au contact de tant de bétise !
    Pouet pouet 😉

  81. Franadaz

    A mon humble avis, chacun à sa vision du monde, il y en a toujours qui aimeront et d’autres qui n’aimeront pas, c’est ce qui fait la différence, chacun détient sa vérité en fonction de son vécu, de son éducation, de ses rencontres, mais au fond tout ça n’est pas bien grave, l’avis de chacun finalement tout le monde s’en fou, ça ne changera pas grand chose au fonctionnement du monde.

    Chacun fait son petit cinéma sur terre, apprend accumule, transmet et s’en va comme si de rien n’était, personne n’a vraiment conscience que tout ça n’est qu’une histoire de hasard, la ou vous êtes né, c’est ce qui orientera votre vie.

    Ainsi va la vie

  82. Anna

    La critique est toujours difficile, et malheureusement pas toujours juste. Sans compter que votre succès doit faire bien des envieux. Ne lâchez pas à cause de ces gens, ils n’en valent pas la peine. En revanche, la réconciliation, elle, en vaut la peine. Vraiment.

  83. Sarah

    B. J’adore votre grand mère et toutes ses expressions très expressives!!! Moi-même, grande poète devant l’éternel, ayant pour habitude de dire “il va pas me chier dans les bottes celui-là!”, je vais prendre un malin plaisir de compléter ma phrase avec le profond et parfait “sinon je lui ferai nettoyer mes bottes avec la langue!” Bravo mamie de B.!
    P.S : j’ai fais un petit tour très récemment aux urgences et je n’ai pu m’empêcher de me demander si c’était vous que j’avais en face de moi… Mais j’ai pas demandé, c’est plus “fun” de laisser planer le mystère…

  84. MikaIDE

    Vive la sensiblerie, et pour tous ceux qui travaillent dans les hôpitaux, nous sommes quelquefois cynique, souvent sensible mais jamais méchant, ce job nous prend au tripes et des fois on craque ou on se marre….. ne change pas je veux t’avoir comme médecin traitant, tu es un médecin génial, à la fois sensible, drôle (beaugoss) et compétent…..On t’aime pour tout cela J&B

  85. Mabool

    J’aime beaucoup votre sensiblerie. Elle me fait sourire, parfois même franchement marrer. Il arrive aussi qu’elle me rende un peu triste quand elle décrit le sort parfois malheureux d’un de vos patient.
    Mais putain que j’aime votre sensiblerie ! 🙂

  86. Léo

    C’est vraiment de la merde ce que tu écris.
    (Tu dis que tu aimes [pouvoir] répondre quand on t’attaque, tu me répondras donc ? Quoi ? Je suis bête ? C’est une tentative manipulatrice ? Non, peut-être juste une touche d’humour mal (?) placé…)

    Je pleure beaucoup, je suis très émotive. J’aime VRAIMENT pleurer devant “alors voilà”. Ça me rappelle qu’il y a de l’humanité chez certains, même si la majorité en est dépourvue. J’ai mal au Monde de voir comment la Nature se dénature, j’ai mal à l’humanité de voir comme l’humain de désanimalise, et j’ai peur de faire un métier qui entretien le surdéveloppement de l’humain devant les capacités de la Terre.

    Alors merci.

  87. chifou

    bibi,
    C’est la première fois que je me décide à t’écrire, pourtant tu m’as fait déjà beaucoup rire et ému aux larmes.
    Ton univers m’est familier puisque je fais le même métier que toi…enfin presque, je travaille en réa et depuis bien plus longtemps que toi.
    Moi j’adore comment, justement, tu fais ressortir l’humanité de notre pratique…et permets peut être à ceux qui sont de l’autre côté, d’entrevoir notre “sensiblerie” derrière nos blouses blanches. Tu as un vrai don, dont tu dois continuer à faire usage pour tous les autres qui n’ont pas la chance de savoir écrire comme toi. Et quand on sait si bien utiliser un don pour écrire de si beaux textes, nul doute qu’on est une belle personne. Ne te laisse pas décourager par ces vieux c… aux émotions atrophiées, dont je ne doute pas que certains soient de la grande confrérie médicale, ils ont oublié probablement pourquoi ils ont fait ce métier…. Ta grand mère a raison. Bon courage pour ta thèse.

  88. Kumisqül

    Bonjour Baptiste,

    C’est très beau ce que vous écrivez (il y a des mots que je connaissais pas). Je vous dis tout de même que Vladimir Poutine est connu pour boire très peu d’alcool. En Occident, vous trouveriez qu’il ne boit pas très peu mais pour un Russe c’est vraiment très peu, ou un Kazakh, un Azerbaïdjanais, ou un Mongol. Et il est réputé boire des alcools peu forts, uniquement quand il est obligé de le faire, avec un hôte par exemple. C’est très atypique, et c’est un modèle dans toute l’ex-URSS (toutes les femmes de chez moi voudraient un mari comme ça).

  89. merline

    définition du troll : un individu qui s’incruste dans un blog et qui blance de la m… juste pour le plaisir d’être malfaisant, et de susciter des réactions. Pour le coup il a réussi, il doit bien rigoler ; peut être a-t-il parié de battre un record de réponses ?
    le seul remède : jeter immédiatement cette merde à la poubelle et surtout NE PAS REPONDRE !!!! c’est tout ce qu’il demande, ne lui faites SURTOUT PAS ce plaisir ! vous imaginez ce qu’il doit ressentir, s’il reste derrière son écran et que PERSONNE ne lit ce qu’il a écrit, et qu’il n’y a AUCUNE réponse ? ça c’est le pied, sa frustration totale.

  90. Flo

    Magnifique réponse, Baptiste à un grincheux qui n’a certainement aucun talent, et vous envie d’écrire si bien.

    Votre prose est poétiquement humaine, et c’est bien comme ça.
    Continuez et bravo pour le livre!

  91. Linou

    Et une fan de plus, une !! 😀 Livre acheté et dévoré, blog bien entamé… Larmes au coin des yeux, éclats de rire… Surtout, continue d’écrire et de nous faire partager tous ces moments d’humanité !
    Sinon, pour ne plus te pourrir la vie avec les remarques négatives, je te conseille un bouquin qui m’a fait beaucoup de bien : “Les quatre accords toltèques” de Don Miguel Ruiz 🙂

  92. lmlavie

    Si ces individus se disent représenter l’Intelligence (et nous la Pauvreté de l’esprit…)ouh…macaréou, je prie pour demeurer à tout jamais dans le monde des “cons”!!! (je prie aussi pour ces personnes en manque de reconnaissance qui excellent en provocation et en haine d’eux-mêmes…)
    Baptiste,ne te laisse pas distraire,garde ton énergie pour continuer ton magnifique combat et laisse-les couler leurs propres navires…
    J’embrasse tous les”cons”qui se reconnaîtront !!! Belle vie à eux<3<3<3
    (désolée si mon com arrive après la "bataille",je ne connaissais pas ce blog à l'époque…sniff sniff…)

  93. Laureen

    Eh beh… Adapter Cyrano de Bergerac en une défense de la sensiblerie, quel pied de nez !
    Et je profite de ce message pour vous féliciter et vous remercier pour ce blog ; j’avance peu à peu dans sa lecture et vos témoignages me ravissent toujours autant !
    Bon courage !

    Laureen, orthophoniste (on s’en moque mais j’avais envie de raconter ma vie, alors voilà !).

  94. Réglisse

    « Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l’impuissance de se taire” – pour reprendre une citation de l’ouvre que vous pastichiez 😉 !
    Vous avez bien des choses à dire.
    Pour notre plaisir, continuez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *