Le Numéro 114 et ce putain de Grec !

Petite anecdote, souvenir de l’externat aux Urgences :

Alors voilà le détenu numéro 114 qui s’amène à 2h du matin : la gueule en sang, deux policiers devant, deux policiers derrière, une paire de menottes aux poignets et une chaîne qui court entre ses chevilles. On lui a défoncé le nez en prison. Je dois l’examiner, il me regarde, ne me reconnaît pas, je le regarde et je suis sûr de moi. C’est lui. La petite frappe, celle de l’école primaire, celle qui me mettait la boule au ventre quand j’allais en classe, qui piquait mon argent de poche et me jetait à terre avec ses potes pour se marrer.
On en a tous UN comme ça dans nos souvenirs, n’est-ce pas ? Et bien moi, c’est lui. Je me rappelle son nom par cœur.
Je pense très fort à ce putain de grec qui nous a pondu un serment à la con, “Hippocrate” paraît qu’il s’appelle… J’éteins mon cerveau reptilien qui susurre “si t’appuies un peu plus fort sur son arête nasale au cours de l’examen, qui le saura ?”.

Putain d’Hippocrate !

Il doit y avoir un nuage la-haut, un gros flocon où se disputent Jung, Freud et Lacan. Jung doit s’étouffer de rire en voyant une telle synchronicité.

Je mets des gants et m’applique du mieux que je peux.

Je crois qu’on est toujours vengé dans la vie, je veux dire : je suis VRAIMENT sûr qu’on est toujours vengé dans la vie. Au moins 114 fois.

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce, partagez sur FaceBook, c’est juste en bas à droite de chaque article… Et rejoignez-nous sur la page FB “Alors Voilà”…

2 réflexions au sujet de « Le Numéro 114 et ce putain de Grec ! »

  1. Palomino

    Non, le crime paie. Il faut vivre avec.
    Vous, vous avez eu la chance de voir l’inverse, l’exception qui confirme la règle, tant mieux pour vous.

  2. Faustine

    Idem
    Je pense que les ”méchants” sont toujours punis .
    Mon bourreau de 6 eme 5 eme , une obèse de 16 ans ( et oui on ne savait pas quoi faire d’elle) m.a torturée pendant 2 ans.
    J avais le profil:petite, maigre , lunettes,appareil dentaire et comble du comble des vêtements issus des délires de la machine a coudre de ma mère.
    Je suis maintenant infirmière anesthésiste.
    J.ai eu a l endormir pour une sleeve. Elle faisait 186 kg, plus une dent, CMU,….
    Elle m.a reconnue de suite, mon prénom est très rare.
    Elle m.a demandé si nous nous connaissions, j ai menti très sûre de moi.
    Je lui ai donné du”madame” et j ai été très pro.
    J.aurais pu raté le KTR, lui exploser les cordes vocales, retarder ses antalgiques………….mais la vie s’etait vengée pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *