Victoria, David et moi.

img_0002.jpg

Alors voilà, je vous raconte ce tragique et inoubliable jour qui marquera à tout jamais ma mémoire au fer rouge de la honte.Une patiente m’avait refilé une gastro (je crois que je vois même qui c’est…).

Pour être clair : je vomissais et chiais partout comme une poule, tentant de me consoler comme je pouvais, voyant là une excellente leçon d’humilité quand on a été l’invité, la veille, des cinq dernières minutes du JT de treize heures de France 2.

Malgré tout, me voilà obligé d’embaucher au cabinet (impossible de trouver un remplaçant, je porte des gants, et me drape dans ma vocation). Les heures et les patients me filent entre les doigts. J’ai des crampes d’estomac inimaginables… et de plus en plus besoin d’aller aux toilettes libérer le Kraken (ou, comme disait mamie, faire fonctionner la guillotine à boudin). 

La salle d’attente commence à se vider : je ne peux décemment pas aller au toilettes tant qu’il y a des gens qui risqueraient de m’entendre (ne mentez pas : on a tous eu ce genre de pensées). 

Soudain, ça y est. Salle d’attente vide. Je n’en peux plus… Ne me dites pas que je suis impudique d’écrire sur ce sujet. La vraie impudeur, c’est de cacher le corps et la réalité de ce qu’il est : l’être humain transpire, pleure, vomit, tousse, sent des pieds, et tombe parfois malade. C’est ça l’être humain, c’est pas David et Victoria Beckham, qui ne sont que des produits markétings destinés à complexer les petits garçons nuls en foot (je te hais, David, tu entends ? Je te HAIS !!!) et affamer les jeunes filles qui se trouveront toujours trop grosses, #photosencartonpâtebotoxéàlasaucehollywoodienne.

Je me glisse aux toilettes et là… festival. Libéré ! Délivré ! Je parachute un, deux, trois gothiques, je suis Louis Armstrong à moi seul, festival de saxophone, j’ai une fucking moto dans les fesses.

.

.

.

*ici, insérez des prouts*

.

.

.

(Je suis sûr que vous avez ri. C’est indémodable, les prouts, ça faisait déjà rire l’homo erectus dans sa grotte).

Hélas ! Trois fois hélas ! Le dernier patient avait laissé la porte ouverte…

Du coup, trois personnes attendaient en salle d’attente. 

La honte de ma vie. 

Et comme ces patients ne m’avaient jamais vu, et que je les sentais un peu gênés, un d’entre eux me fait, avec compassion et dans une tentative de briser la glace, « Vous savez si le médecin est déjà arrivé ? »
Je n’ai pas su quoi répondre. Mais je crois qu’il existe une dimension, un monde alternatif, où j’ai dit : « Je ne sais pas » et me suis assis à côté d’eux en salle d’attente.
Attendre.
Ce jour-là, j’aurais eu besoin qu’un médecin vienne s’occuper de moi. 
——–

Photo : L’hiver est rude ! Vous aussi, aidez ce gentil couple de pauvres hères qui n’ont plus rien à se mettre sur le dos en envoyant vos manteaux de fourrure Chanel, Hermès ou Kenzo à l’adresse suivante : 

Bibi Beaulieu

45 rue de la Guillotine à Boudin

33 666 Smecta-Sur-Saône

98 réflexions au sujet de « Victoria, David et moi. »

    1. delphine

      Blog conseillé par mon médecin généraliste enseignante à Toulouse hé hé hé et qui vous connait bien semble t’il. Et effectivement votre blog est top et cet article…. désolée.. j’étais écroulée de rire devant mon écran!

      Répondre
  1. Rainette

    J’ai des crampes terribles au ventre mais je crois que c’est parce que j’ai trop ri en lisant ton post !
    Bien sûr que pipi caca c’est notre vie ça fait partie de l’humain mais tu as une manière de le raconter qui ne peut faire que rire et peut-être un petit peu se dire on est bien content de ne pas avoir été à ta place dans la salle d’attente ! ! !
    Je n’ai jamais eu de gastro de ma vie mais j’imagine que la purge de 4 l infligé avant une coloscopie ça doit bien ressembler à une gastro, et ça je connais !
    prends soin de toi à l’intérieur comme à l’extérieur !

    Répondre
    1. marie

      Alors voilà il a attendu l’air de rien ,il a compté toutes les plaques polystyrène du plafond …5 fois compulser toutes les notices pub parismatch de 2012 et puis soudain la dame a dit c’est etonnant on entend plus de bruit, la seconde dame oh mon dieu je dois partir (ouf ouf ouf et d’une!) le monsieur toque a la porte du bureau toc!toc ! rien (Aïe aïe aie ) il ouvre la porte rien personne se tourne vers la dame il ny a personne Ah! Ah! Je m’en vais moi aussi (yeeeeeeeees et de deux!!) quand elle fut parti le monsieur dit a Baptiste  » allez doc cest pas tout ça je crois que j’ai le meme problème que vous »
      Rhôô!

      Répondre
      1. Evelyne

        ah Baptiste, ça fait du bien de rire avec toi (histoire de la refiler pour la journée, la pub « c’est pas le moment » est super.Biz bravo à Marie pour chute

        Répondre
  2. Dorothée

    Et moi qui pensais que les médecins développaient des anti-corps en béton ! Pfff, vous venez de briser un mythe!!! ( joke)
    Merci pour le partage en tous cas

    Répondre
  3. Véronique

    Quid des patients qui ont attendu dans la salle d’attente? Avez-vous réussi à faire taire votre égo blessé ou la honte vous poursuit-elle encore? Au fait, je connais un médecin qui a l’air pas mal du tout.. ses initiales sont les mêmes que celles de Mme BARDOT! Vous auriez dû le consulter!

    Répondre
  4. Maryse

    et oui cela arrive même au toubib, on ne vous en voudra pas et en plus on rigole ! Même ceux de la salle d’attente ils ont du rigoler (à l’intérieur), quand a David Beckam il ne faut pas s’inquiéter, il est plus facile de devenir un David Beckam qu’un Baptiste Beaulieu, *
    Merci pour ces petits moments privilégiés

    Répondre
  5. Maryse

    J’allais oublier, j’ai regardé votre passage sur france 2, tu as été parfait on ne peut pas en dire autant de celle qui posait les questions et qui n’écoutaient pas les réponses trop occupée à penser à la prochaine question, dommage ………. elle a vraiment manqué de sincérité

    Répondre
  6. Rodjeur69

    Aaarghh !!!
    Je te hais, Bibi !
    C’est pas vrai, tu dis ça rien que pour nous faire du mal, pour enfoncer le clou du Père Noël et des licornes qui n’existent pas,
    Les héros ne font pas caca ! Ils ne se recoiffent pas et n’éternuent jamais non plus !
    Tu dis ça rien que pour nous faire croire que tu es un terrien normal, pas vrai, Klark Kent ?

    Répondre
  7. MURIEL MITTEAU

    Qu’il est bon de rire !!!!! même si sur le moment la situation devait être embarassante !!!! Un grand moment de solitude sans aucun doute …… ! à très vite pour de nouvelles aventures !!!!

    Répondre
  8. bluetit

    m,,, in France comme dit Dutronc , cacapoum…
    merci merci de n être qu un humain avec ses besoins naturels
    et surtout de nous offrir une tranche de rire qui vaut son pesant d or!
    milles mercis j en ai pleuré
    j aurai adoré voir la tête des patients…

    Répondre
  9. Sylvie Castanier

    Hilarant !!!!!!!!!!
    Je suis vraiment désolée d’avoir autant ri à votre détriment.
    Mais que cela fait du bien !
    Un grand MERCI à vous 😉

    Répondre
  10. guerber-cahuzac brigitte

    d’abord je me demande comment ton corpe et toi avez pu patienter si longtemps avant cette libération « Magistrale » ;ensuite , je suis persuadée que les patients dans la salle d’attente étaient , au moins intérieurement mort de rire et enfin je suis persuadée qu’ils étaient contents de voir et « d’entendre » que le médecin est un homme comme les autres!!!fallait assumer ta gastro Baptiste surtout que tu la préparais déjà psychologiquement avant ton passage au journal de 13h et au magazine de la santé!! bonne guerison et continue à être un « humain » mieux que les autres!

    Répondre
  11. chris

    Je n’aurais jamais osé raconter un truc pareil mais quel fou rire! Merci !
    Pendant combien de temps avez-vous attendu le médecin dans la salle d’attente??
    En tout cas un truc est sûr : le mien de médecin ne va jamais au toilette, c’est sûr, il ne mange pas et ne bois pas non plus d’ailleurs (euh sauf le gateau au chocolat!)

    Répondre
  12. Mamousch

    J’ai bien ri et je compatis de tout cœur, et penserai à toi lors de mes prochains soucis intestinaux dans des toilettes publiques (au boulot par exemple…. ) car je connais bien 😉

    Répondre
  13. andre

    Nouvellement arrivé sur ce site suite à ton passage au JT de fFance 2, je n’ai pas hésité une seconde pour faire mon inscription.
    Pour revenir à cet article j’avoue que rien ne me choque et en plus il y a l’humour.
    Mes voyages dans des pays pauvres et notamment l’Inde ce que j’y ai vu et ce que j’ai vécu vous renvoie vraiment à nos réalités et nous obligent à l’humilité.
    Brel disait  » le plus grand péché de l’homme c’est de se croire immortel »
    Eh bien j’adore ton article car dans la description,des petites pique sont lancées sur des thèmes qui pourraient êtres développés.

    Répondre
  14. Cath

    On m’a raconté qu’au Japon, le pays du soleil levant et des maisons où les cloisons sont minces, les toilettes sont équipées de musique, façon juxbox ( sais pas comment on écrit ce truc même si je vois le bidule). Ce qui fait qu’on peut choisir la « petite musique de nuit » ou le « concerto pour harpe et orchestre » de Mozart, ou le grand final de la  » symphonie du nouveau monde » de Dvorjak, ou la « charge de la cavalerie légère  » de von Suppe. Enfin selon l’occupation ou le goût de l’occupant 😉 Tout pour protéger l’ego quoi. Cela dit, selon le choix, les gens qui passent dans le couloir ont forcément une idée de la santé du joyeux baryton ou de la clarinette qui batifole 😉 🙂
    Merci pour la rigolade, même si ça ne se fait pas de rire du malheur des autres. Mais c’est nerveux 😉

    Répondre
      1. Cath

        Marie, ma Bleue, n’oublie pas tes espaces entre tes signes, c’est-à-dire après chaque parenthèse, sinon, tes smileys restent en carafe. Allez, essaie encore un coup ! 😉

        Répondre
          1. Cath

            Mais si ! Espace, deux points puis la parenthèse et espace. Ne mets pas de trait d’union, c’est ça qui coince, un comble, non ?

    1. Julie

      J’ai vu à une émission de télévision un inventeur en herbe qui avait créé une cuvette de toilette insonorisée. Aucun bruit ne filtrait. La trouvaille n’a pas été retenue… comprend pas.

      Répondre
  15. Emmanuelle

    ouf ! J’en pleure de rire !
    Comme quoi quand on est malade, on se fait arrêter par son doc préféré (hum-hum)… j’aurais vraiment aimé voir la tête des patients quand ils ont compris…

    Répondre
  16. josecile

    Ce n’est pas charitable de rire du malheur des autres, mais j’avoue que ton histoire a eu raison de ma compassion !
    Quant aux miséreux de la photo, en plus des vêtements, ils acceptent aussi caviar, Dom Pérignon et Romanée Conti (mais par caisses de 6 uniquement) !
    Ravie de te lire à nouveau en tout cas, même maladou !

    Répondre
  17. Milie

    Je vous adore car vous me faites gentiment rire et en cette période pré électorale cela fait du bien.
    D’abord ma nièce infirmière de 24 ans a épousé un médecin, c’est banal. Elle racontait que lorsque son chéri de Robin (presque des bois comme vous) avait eu des patients gastro bipèdes il s’en tirait avec 2 prouts mais ELLE avait systématiquement une gastronomie plus costaud digne de votre grand mère.

    Ensuite, je suis bénévole dans une bibliothèque associative et nous faisons de portage à domicile de livres. Mon amie fait partie des blouses roses…. Un beau dévouement.

    Et dernier point, quand revienfrez vous dans le Var où je vous’ ai rencontré au salon du livre de Toulon. … Nous avons acheté vos livres qui sortent bien! Vous vous en doutez!
    A bientôt
    Milie

    Répondre
  18. 40

    Il faudrait tout simplement repenser les cabinets médicaux, d’abord deux wc dont un pour le personnel, accessible discrètement, et puis bien-entendu un autre un peu loin de la salle d’attente, dans un couloir et surtout super isolé, murs et porte. Question de dignité pour tout le monde. Pas si cher que cela, il suffit de s’en occuper, de se respecter et de respecter ses patients.

    Répondre
  19. Myriam FdF

    Mais tu as fais quoi, ensuite ? Tu as attendu que les 3 patients perdent patience pour te sauver comme un voleur, le rouge au front ? La vision de Marie m’a bien fait rire, mais en vrai ??? Tu t’en es sorti comment ?

    Répondre
  20. Valily

    Que ta légèreté fait du bien Baptiste, dans ce monde bien trop pesant !!! Merci.
    Mais oui moi aussi je suis curieuse de savoir comment s’est terminé ton moment de honte…

    Côté boulot avec la gastro, je compatis, je garde un assez mauvais souvenir d’une tournée où j’ai vomi à chaque coin de rue ou presque

    Soignes toi bien. La bise.

    Répondre
  21. Nicole

    L’idéal aurait été de leur dire la vérité… et ayant entendu « le petit concert », je pense qu’ils seraient partis illico presto, histoire de ne pas aggraver leur cas. 😉 Pauvre Bibi, soignez vous bien !!!

    Répondre
  22. Tsuvane

    J’en pleure de rire ! Oh mon Dieu, je compatis, sincèrement … mais bon sang j’ai du mal à m’en remettre ! Merci pour ce petit moment de « fraicheur »

    Répondre
  23. Liliane

    Peut-être qu’un jour vous affronterez le grand Nord après ces mésaventures… Il est rare de rencontrer quelqu’un qui a tant d’humour et qui ne se prend pas vraiment au sérieux ! Merci.

    Répondre
  24. Nanou

    Vécu: salle d’attente de la pédopsy de ma fille, remplie de parents qui poireautent. Les toilettes sont adjacentes, la porte ouvre même sur la salle d’attente. Un type se lève et entre dans les wawas. Et là big boum badaboum, c’est le festival, bruits et odeur immondes (précision, ladite salle d’attente est en sous-sol. On se regarde tous un peu atterrés. Mais le gars sort tranquillement et remarque « c’est mal insonorisé ici, non? » (:-)

    Répondre
  25. Renée Rose MARTINEAU

    J’imagine tout à fait le médecin attendant le médecin dans la salle d’attente. Et les autres qui restent là et qui attendent, comme vous, le médecin qui n’arrive pas. Ces toubibs ils se croient tout permis, ils prennent leur temps ; bien sûr, ils gagnent tellement bien leur vie qu’is n’en ont rien à faire des gens malades ! mais, bon, moi j’ai un bouton noir sur le nez et je suis sûre que c’est un cancer, donc j’attends.
    Comment cela s’est-il terminé ?

    Répondre
  26. MAG

    Pauvre Baptiste… tu avais plus ta place en salle d’attente que dans ton cabinet de consultation !
    Tu aurais dit c’est moi le médecin, la salle se serait vidée d’un coup et tu aurais été soulagé.
    Tout le monde ne peut être inhumain comme les très hauts fonctionnaires. Qui a vu un préfet ou un président de juridiction toussant, transpirant sous son costume par 35* ? Pour les avoir pas mal fréquenté, je préfère la réalité.
    Je me suis étouffée de rire avec la conclusion de l’histoire !!!

    Répondre
  27. carolaluciole

    j’ai riiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii aussi ….. et comme je dis le matin à mon Antoine ( petit Mr de 82 ans Alzheimer dont je suis la Fée) lorsque cela lui arrive ( les prouts ) SAPERLIPOPETTE c’est un concert de trompettes ( et il ri 🙂 …… Merci Bibi !

    Répondre
  28. alcina

    Comme disait mon grand père avec son solide bon sens paysan : « Il vaut mieux péter en société que crever tout seul dans son coin » 😉

    Merci pour le fou rire !

    Répondre
  29. yael

    Ai vécu la MEME chose… côté patiente pétrifiée… ai réfléchi frénétiquement aux chances de m’enfuir ni vue ni connue pour éviter au toubib cette délicate situation… mais il fallait passer devant LA porte pas fermée… et le temps d’hésiter, bin, il est sorti, forcément. Forcément. :0

    Répondre
  30. Julie

    Mouhahaha ! Compassion éternelle pour ce moment.
    Je ne connais pas. Nous les filles (en tout cas pour ma part) avons cette incroyable chance de faire caca des paillettes. Aucun bruit, si ce n’est un léger son qui scintille (celui qui me trouve le mot pour dire « bruit de paillettes qui scintillent », je l’en remercie vivement). Voilà voilà.

    En vrai, merci d’en rire et de dédramatiser la chose. Bien sûr que tout le monde (ou presque) a déjà vécu cela ! Qui n’a pas déjà testé les petites astuces pour limiter bruits et autres traces gênantes de notre passage ? Papier toilette au fond de la cuvette, bruit de toux, sifflement, tirer la chasse d’eau en même temps… Ainsi que les fausses excuses en sortant des WC: « Non, l’odeur ce n’est pas moi ». Moui moui moui…
    Et oui, j’ai ri au mot « prout ». Forcément.

    ps: qu’est ce qu’elle a sur la tête Victoria ?

    Répondre
    1. marie

      Petit défi dominical « bruit de paillettes qui scintillent » chatoiement elfique, ondée de lune, cosmos filant ,arpèges d’argent , tu shakes et ça donne Et ça donne « je vais harper dans le cosmos  » ou « jouer avec les etoiles »ou « tintinabuller du lunaire » ou tout simplement pailleter woui pailleter la bise

      Répondre
      1. Julie

        Mais oui ! Tintinabuler…j’y avais pensé mais je n’étais pas sûre. Je n’aurais jamais imaginé les autres, c’est joli comme tout ! 😉 Merci merci !

        Répondre
  31. Julie

    Re !
    Au passage, j’ai aussi beaucoup ri à l’image du requin. Si tu me le permets, je me la récupère (il me semble que tu les trouves sur internet donc je peux la partager ?)
    Bises !!

    Répondre
  32. Anthony B

    Je me rappelle une « chanson » intitulée « kiadukakakakikoléokuku »…. Ben on a trouvé, c’est Baptiste!
    Belle tranche de rigolade! La honte des uns fait le rire des autres!
    Merci

    Répondre
  33. KAOUENN

    Eh oui ! Les médecins sont des être humains comme les autres (lol) et les princesses pètent aussi ! En tous cas, j’ai bien ri et il n’y a rien d’impudique… c’est la (vraie) vie !

    Répondre
  34. Elle

    Après lecture je pense à ma grand mère qui, très âgée, laissait partir des vents bruyants tout en disant à l’enfant que j’étais : »Mieux vaut péter en compagnie que mourir seule ! » Oui peut-être ! Mais moi ça me mettait très mal à l’aise cette explication de vie qui lui servait d’excuse … Pourtant comme elle avait raison !

    Le coup de la salle d’attente j’adore, et ça m’a fait plaisir de déjeuner avec vous Docteur l’autre jour par écran interposé !

    Répondre
  35. AGNES BAUDVIN MINIER

    merci de ce beau moment de partage et de rencontre à Limoges , avec vous Baptiste et votre amie Maud, dans une réelle sincérité de Vie et de Mots . Continuez , continuez ..les patients et les soignants aussi ont besoin d’ entendre votre parole … la Vie est si Belle 😉
    une collègue briviste

    Répondre
  36. Lise

    Lorsque je sors d’une consultation, je me demande systématiquement comment font les médecins pour ne pas être malades à leur tour en fréquentant toute la journée des gens malades …
    Je m’aperçois aujourd’hui qu’il n’en est rien ! 😉

    Merci d’avoir partager avec nous ce grand moment de solitude, qui, comme tu t’en doutais, nous a effectivement bien fait rire (je précise que ce n’est pas pour la gastro que je rigole, mais de t’imaginer « l’air de rien » après ce festival de prouts en salle d’attente avec les autres patients, c’était vraiment marrant !!)

    Répondre
  37. Raphy

    Alors curieusement, (vraiment) juste avant de lire ce post de blog, j’ai fait cette recherche dans Google : « sachet cacao », en référence évidemment à la boisson chaude.
    Et bien croyez moi ou pas, les résultats remontés font presque tous référence au célèbre médicament mentionné dans le récit de Baptiste.
    Une bien curieuse coïncidence.
    Maintenant, le plus drôle reste d’imaginer comment google a bien pu faire un rapprochement entre « sachet cacao » et un pansement gastrique…. A vous de jouer !

    Répondre
  38. Soulalune

    J’ai ri aussi … et plusieurs fois parce que certains commentaires sont aussi rigolos que le post !!
    Il m’ est arrivé une honte du même genre quand, me pensant seule dans 1 grand bureau partagé, j’ai laissé échapper un prout magistral … et que dans les 10 secondes qui ont suivi, une collègue a refermé bruyamment l’armoire metallique dans laquelle elle effectuait de discrètes recherches, puis m’a dit, passant devant moi, le sourire aux lèvres « je te laisse seule un moment, je crois que tu en as besoin » ….
    Je n’ai rien pu répondre !!

    Répondre
      1. Cath

        Solution : offrir des bouchons d’oreille aux collègues. En s’assurant bien sûr qu’ils en connaissent l’usage ( non, ce ne sont pas des pralines).
        Moi, un jour, j’ai laissé un collègue mâchouiller un morceau de cale-porte en plastique – ça ressemblait à des carrés de chocolat-. Faut dire que le bonhomme m’enquiquinait royalement ( je suis restée polie pour ne pas choquer Baptiste 😉 ). Il trouvait que le chocolat était dur… Comme quoi, il était aussi handicapé du goût. Une collègue et amie a eu pitié et l’a fait recracher, c’était une blague !!! Ben non, c’était pas. Gnarf !

        Répondre
  39. 40

    Je me souviens de Théodore Monod relatant cette anecdote frappante dans une de ses pérégrinations dans le désert avec des hommes de là-bas: apparemment quelqu’un, un jour, s’était oublié en société et cela avait été un tel scandale, une offense si rare que bien longtemps après, les témoins en parlaient avec désapprobation et dégoût comme de « l’ année du pet ».
    Quant aux geishas, leur formation si poussée à l’art de plaire commençait par la maîtrise de leur corps qui passait par la connaissance précise de tout ce qui doit ne pas être consommé en prévision d’une séance de travail car trop venteux.
    Vieilles civilisations raffinées où nous sommes souvent passés pour gens de peu, nous les occidentaux.

    Répondre
  40. digier

    Notre petit-fils, 6 ans est venu nous voir et a fait de grandes découvertes physiologiques: son grand-père somnole dans le fauteuil en ronflant, quand il marche il roule en ROLLS ROYCE ( déambulateur )…Je lui ai dit qu’il pouvait même péter à l’occasion! ! ! ! Je suis presque sûre quen retrouvant les copains à l’école il leur dira avec fierté :  » mon grand père a une Rools Royce, il ronfle et il pète  »

    Répondre
  41. lectrice boulimique

    Paroles et musique: Henri Tachan
    https://www.youtube.com/watch?v=5_QdH68-ft0

    Quoi de plus redoutable qu’un pet?

    Oui, vous m’avez compris,
    Je parle de ce vent
    Qui sort du trou de balle,
    De ce très curieux bruit
    Qui monte incongrument
    Parfois de sous la table,
    Qui va, pétaradant
    Sous la soie ou la toile,
    Qui fait rire les enfants
    Et s’esclaffer le Diable…

    Quoi de plus redoutable qu’un pet?

    Ce chanteur pompe l’air,
    Ses paroles sont creuses,
    Sa musique minable,
    Dans sa sono d’enfer,
    Il gonfle les joyeuses
    Des spectateurs affables,
    Soudain du premier rang,
    Au milieu d’un silence,
    Quelqu’un se lève et han!
    Jette une flatulence…

    Quoi de plus redoutable qu’un pet?

    Je suis transi près d’elle,
    Je lui fait tendre cour,
    Dans son petit boudoir,
    Mes yeux dans ses prunelles,
    Je lui parle d’amour,
    De ma bouche-guitare,
    Tout à coup, patatras!
    Adieu, heures exquises,
    Ca n’se commande pas,
    Je lui lâche une « louise »…

    Quoi de plus redoutable qu’un pet?

    Un jour, à la Télé,
    En royaume d’Absurdie
    Sur la septième chaîne,
    J’rêve qu’un P.P.D.A
    Qu’un Yves Mousouri,
    Qu’une Christine Obscène,
    En guise de Journal,
    Pour les Dupont qui bouffent,
    Je sais, c’est un scandale!
    Leur balance une « loufe »…

    Quoi de plus redoutable qu’un pet?

    A tous ceux qui me gueulent:
    « Demi-tour, gauche! une, deux!
    Rallie mon blanc panache! »
    Atous les va-d’la-gueule,
    Tous les beaufs, les hargneux,
    Les adultes, les vaches,
    Pas un mot, pas un cri,
    Je gard’e les lèvres closes,
    In petto, je souris:
    J’ai trouvé autre chose…

    Quoi de plus redoutable qu’un pet?

    Répondre
  42. Carolyn Rigg

    Baptiste, juste un message de soutien : c’est lamentable que ta page Facebook ait été bloquée et j’attends avec impatience qu’elle soit de nouveau disponible ! Bisous, licorne et paillettes multicolores <3
    Carolyn

    Répondre
  43. anne-sophie

    Bonjour Baptiste, comme quoi même les meilleurs médecins peuvent être tout simplement comme nous: le commun des mortels et ça remonte bien le moral ! Merci pour tout ce que tu écris et publis
    Quand seras tu a Limoges ?

    Anne-sophie

    Répondre
  44. Steph

    Je suis désolée mais mon dieu que j’ai rit à lire votre mésaventure…
    Je pleure de rire et pourtant je suis seule devant mon plat de spaghetti et mon portable…
    Une seule chose me vient à l’esprit : MERCI !!
    Ah oui, une seconde chose : J’espère que vous allez mieux .

    Répondre
  45. Anne Altman-Pirolet

    Merci Baptiste pour ce beau fou rire que je viens de déguster avec le plus grand bonheur!
    Merci Baptiste, je me suis sentie moins seule! Pour moi la dernière gastro c’était pendant ma tournée d’infirmière libérale, le soir, enfin la NUIT, sous l’orage, suppliant le ciel et les petits dieux de la colline de pouvoir finir de me vider avant que la voiture dont je voyais les phares arriver vers moi. Je ne sais toujours pas s’ils ne m’ont pas vue, reconnue? AHHHHH! NON!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *