Journal de soigné

Jour 2
J’ai testé pour vous « Corinne Humanité » 

L’infirmière pose de la musique méditative sur mes oreilles et ses mains fraîches sur la plaie. Je lève la main si j’ai mal. Elle m’écoute. Elle stoppe. Elle reprend. Elle est douce. Elle blague pour me détendre.

Parfois, une petite tape sur la fesse saine pour attirer mon attention ailleurs, de l’autre côté de la peine.

Parfois, de « l’hypnose occupationnelle ». Elle me ramène aux heures les plus plaisantes de ma vie.

J’entends des « Tssss, tsss, ne regarde pas » dans sa bouche quand je veux jeter un œil sur l’intérieur sanguinolent d’une compresse.

Je fixe l’horloge sur le mur, dont les aiguilles tricotent trop lentement le temps de mon pansement.

L’infirmière est payée pour changer une mèche. Le reste, elle n’est pas obligée. Pourquoi la musique, l’écoute ? Pourquoi la douceur ?

L’Humanité, on en parle tout le temps, mais quand on ne la voit plus depuis trop longtemps on finit par douter qu’elle existe.

Moi je l’ai vue.

L’Humanité s’appelle Corrine, elle vit à Toulouse.

————-

(Je serai mardi prochain en aller-retour rapide à Arcachon, avec Le Camion des Livres et ma copine autrice Virginie Grimaldi, pour vous rencontrer)

38 réflexions au sujet de « Journal de soigné »

  1. Didique

    Ah ! bien sur il y a des gens bien intentionnés dans ce monde parfois ignoble !
    Et chouette que cette infirmière ait compris ton besoin !
    guéris bien et plein de bisous bien doux pour t’y aider !

  2. c. liver

    corinne il parait que ça veut dire « coeur » <3
    et les corinne ont l'air de ne pas en manquer … spécialement les corinne infirmières
    (warf warf … je me marre)*
    super l'idée de la musique pdt les soins pénibles … les corinne ont du génie
    courage – et biz
    co
    ps : rassure-toi : la mèche est de moins en moins longue à chq pst 😉
    * processus de réappropriation narcissique

  3. Anthony B

    Pour reprendre une expression commerciale passée dans le domaine public, « un peu de douceur dans ce monde de brutes ».
    Mais parlons de cette histoire de tape sur les fesses…

  4. Fred

    Les infirmières n’ont souvent pas oublié, comme nous, médecins, le côté humain du contact avec le patient. Cela, nous dit-on, c’est de l’empathie, et durant nos études de médecines ils sont tous autours de nous pour nous dire  » t’emmerde pas avec ça!, t’en es encore la à écouter les malades ? C’est pas notre boulot de les écouter ! ».
    C’est pourquoi dès la deuxième année de médecine j’ai choisi Psychiatrie, la médecine me paraissant trop inhumaine Aujourd’hui, après une vie de psychiatre trop remplie, je suis rempli de reconnaissance quand un membre de l’équipe soignante, à l’hôpital, me traite avec humanité.

    1. Marie Noelle

      Et bien je dois dire que je suis tres surprise, pour ne pas dire choquee, qu on dise aux etudianrs en medecine de ne pas s encombrer avec l empathie pour les patients ! Je pensais, naivement, que l empathie et l ecoute du malade etaient enseignes aux futurs soignants comme l anatomie et la physiologie, que cela faisait partie du soin. C est ce qui fait la difference, me semblait-il, entre un medecin et un ingenieur, une infirmiere et une technicienne.
      Je ne pensais pas etre une voiture . Pouet pouet

      1. Aurianne

        Je passe en 6e année de médecine, on est amené à rencontrer toutes les personnalités possibles et imaginables au cours de nos stages, parfois très humaines, parfois pas du tout mais une chose est sûre: on est le médecin qu’on veut bien être à la fin, qu’importe ce qu’on a pu entendre sur le chemin…

        1. Eva

          Merci de ce message très clair ! Ce qui est dommage, c’est que souvent, on ne parle pas des soignants qui ont une belle âme. Alors ce témoignage était touchant et votre réaction pertinente. Merci

        2. Marie-Noelle

          Bien sûr Aurianne, mais l’écoute ça s’apprend aussi, il faut connaître un peu la psychologie, en plus d’avoir de bonnes intentions et de bons sentiments. Des conseils, un minimum de formation ça me paraît essentiel, alors dire à des étudiants en médecine « on s’en fout », je trouve cela fort dommageable et criticable..
          J’en apprécie d’autant plus les qualités d’écoute de ceux, soignants, que j’ai rencontrés sur mon chemin de vie, (et j’ai vu de belles personnes) mais ça me met en colère quand je vois autour de moi des personnes fragiles, sans défense, qui tombent sur des « petits docs » prétentieux et/ou maltraitants comme en témoigne plus bas Adeline.. La sélection devrait aussi se faire sur des qualités d’écoute et d’empathie.
          Je vous souhaite plein succès dans vos études et votre réaction sent bon l’humanité.

        3. Arlette Bonnet

          Absolument Auriane, « on est le médecin qu’on veut bien être à la fin, qu’importe ce qu’on a pu entendre sur le chemin… »
          Je suis une vieille dame de 74 ans et ma vie a été jalonnée de médecins très humains, très à l’écoute. Actuellement j’ai à faire avec une femme médecin, jeune et dynamique. Je me sens absolument en confiance avec elle, tellement que j’ai l’impression d’être aux mains d’une de mes filles.

  5. kalou

    mais bien sûr qu’il y a encore des gens bien, des soignants qui aiment soigner, des médecins qui aiment tester « l’autre côté » hein Baptiste ??? allez courage ça va passer

  6. Marie Noelle

    En fait, l infirmiere est de meche avec vous.. Vous avez meme un code pour communiquer.
    Faites gaffe quand meme, a mon avis ca ne va pas durer et elle pourrait bien vendre la meche.
    Bon courage pour la suite… ca fait deja 2 jours de passes !

  7. Virginie

    Merci de ce merci ! A toutes les Corine, Inès (ma fille) et autres qui ont choisi ce métier difficile, ereintant, mal payé, pas reconnu, ou l’on se suicide… Qui ont choisi ce métier et l’exercent avec leurs mains, mais aussi avec leur coeur, leurs oreilles pour écouter, et leur paroles pour rassurer… Malgré la pression du « toujours plus, toujours plus vite »… Merci à elles (et eux) les inf, les aide soignants, les ASH, souvent bien plus humains que certains médecins hospitaliers ! Merci aussi aux médecins, souvent des généralistes, qui ont gardé aussi cette humanité qui fait toute la beauté de ce métier, comme toi Baptiste, et comme B. mon super mari !

  8. 40

    Pourvu qu’elle n’ait pas de remplaçant, quand on s’habitue à sa bonne infirmière, c’est très dur de la voir partir en repos. Mais au moins tu n’es plus à l’hôpital Baptiste à ce que je comprends.
    J’espère que tu as quand même un bon antalgique. Moments bien pénibles.

  9. Mimoune

    Haha ! Elles ne sont pas toutes moches et méchantes … il y en a quand même qui font bien leur boulot
    L’écoute et l’empathie sont à mon sens les qualités premières d’une infirmière ?!

  10. Héloïse

    « faith in humanity restored » comme on dit….Et pour beaucoup d’entre nous c’est vous qui restaurez notre foi en l’Humanité..
    Bon rétablissement :*

  11. carnot

    moi qui ai la chance de faire de l’accompagnement en soins palliatifs, je rencontre chaque semaine des infirmières qui respirent l’empathie, la douceur, le sourire et l’écoute… et le professionnalisme.
    Une exception palliative?
    les internes devraient faire quelques stages en USP avant d’exercer dans d’autres services. Ils changeraient leur regard sur la prise en soin.

  12. adeline

    Bonjour,
    Je suis heureuse de lire que oui il reste un fond d’humanité quelque part et que certains y croient encore…..
    Je suis en colère depuis vendredi car mon fils de 7 ans a été examiné par un médecin brutal et désagréable, et méprisant avec nous, dans un grand hôpital parisien…..
    Le médecin a même dit à mon égard ‘quand je vois ça c’est consternant’ en levant les yeux au ciel et soupirant.
    Ce qui est consternant c’est la manière dont il nous a parlé et la manière dont il a manipulé le garçonnet en le brusquant volontairement.
    Nous avions fait 150km pour cette consultation, pour voir un ‘spécialiste’.
    Dans la voiture lors du trajet du retour mon fils pleurait « à cause du médecin méchant ».
    C’était difficile pour moi de tenter de lui expliquer que certains adultes ne sont pas tous bienveillants, même chez les médecins…. pourtant pour le rassurer avant la consultation je ne cessait de lui répéter que les médecins sont bienveillants et là pour nous aider et nous soigner et qu’il ne devait surtout pas avoir peur de se faire examiner.
    Je suis forcée de réviser mon jugement suite à cette expérience désagréable (même si j’ai pu lire ici ou là des expériences mal vécues, notamment une patiente en gynécologie….)
    C’est malheureux car je voue une reconnaissance infinie au corps médical qui nous a toujours pris en charge de manière très professionnelle et avec une gentillesse infinie, l’équipe urgentiste qui est venue sauver ce même fils à 5 ans chez nous suite à un malaise cardiaque, puis toutes les équipes lors de son hospitalisation, des infirmières aide-soignantes, cardiologues et pédiatres adorables, etc…. idem lors de l’hospitalisation de son grand frère pour autre chose….
    Mais là vendredi dernier le charme s’est rompu et il y a eu comme une faille dans mon histoire d’amour avec le corps médical…..
    Et du côté de mon fils ‘il a très très peur de revoir le vilain médecin’ (qu’il soit rassuré jamais nous n’y retournerons !).
    J’hésite grandement à envoyer un courrier à la direction de l’hôpital pour signaler ce comportement… mais je crains de perdre mon temps inutilement.
    En tous les cas bravo à Corinne qui est comme toutes les infirmières que j’ai croisées jusqu’à présent, que ce soit pour mes enfants ou moi : ADORABLE ET BIENVEILLANTE
    Elle a tout compris à son métier.

    1. Cath

      On ne perd jamais son temps à signaler un comportement qui n’est pas honorable. Assurez-vous de n’énoncer que les faits, sans pathos, et signalez le traumatisme du petit qui n’a pas besoin de cela en plus de sa pathologie tout comme les propos déplacés à votre égard. Vous rendrez très certainement service.

      1. ccil

        Je suis complètement d’accord ! Dans ce cas comme dans toutes les maltraitances, ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières : il ne faut laisser passer aucun écart ! Chaque signalement est nécessaire. (et le reste de l’équipe médicale vous en sera sûrement reconnaissante ! Je n’ose pas imaginer ce que doit être le calvaire de travailler en permanence avec une brute…)

  13. Corinne

    Bonjour Baptiste
    Je suis ton blog depuis quelques temps et je réponds pour la première fois.
    Merci aux Infirmières !
    Ma fille a été opérée il y a deux ans d’un kyste
    pilonidal, ça se situe au niveau du coccyx.
    Lors du premier pansement fait à la maison par l’infirmière, je n’en ai pas cru mes yeux.
    Le trou avait approximativement le volume de 2 grosses clémentines.
    Soins avec meches bien sur et daffalgan codéine 30 Minutes avant le soins.
    La cicatrisation a pris 5 mois. Et durant ces 5 mois deux infirmières se sont relayées samedi dimanche Noël et jours fériés.
    Et toujours avec le sourire et avec gentillesse
    Alors moi aussi je les remercie
    Bon courage Baptiste et merci pour tout ce que vous écrivez

  14. Goujard

    Adeline, je t’encourage à écrire à l »hôpital, car il y a un service dédié qui doit répondre aux courriers des patients qui ont rencontré des « difficultés » avec un soignant. Ça ne changera pas la perception que ton fils a eu (hélas)mais au moins tu te dis que peut-être si les parents osent écrire nombreux l’hôpital va être informé et j’espère réagir …Je suis soignante moi aussi et j’essaie d’écouter, mais ça prend du temps…mais je sais pourquoi je suis souvent en retard lors de mes consultations ! Et après,et j’explique à mes patients que l’on prend le temps qu’il faut pour chacun. Quand une personne me dit en me disant au revoir « vous êtes gentille » ça me fait mal, car ça veut dire qu’elle a rencontré avant des soignants qui ne l’ont probablement pas été …

  15. GUERIN Jean-Claude

    Baptiste…
    Nicolas (c’est mon fils.. moi je suis à Alairac, lui à Toulouse!) m’a dit que tu étais fort occupé.. et je le constate….même si la partie charnue de la « lune » est percée actuellement….
    Ton déplacement à Arcachon risque fort d’être un petit « calvaire » pour la partie sensible de ta personne… Ce sera certainement le sujet d’un prochain « Alors Voilà! »……

      1. GUERIN Jean-Claude

        Avec retard….. je m’en excuse.. Et oui Nico est un de « tes » potes….. c’est pour cela que je me suis permis de te transmettre ce petit mot….. J’espère que tu gardes un bon souvenir de ton passage à Alairac où nous t’avons accueilli lors d’un très court séjour à l’occasion (si je me souviens bien) d’un JDR (?)……..
        Je pense que tes « soucis » de séant sont désormais loin derrière toi (sans jeu de mot!) et que tu peux profiter des sièges nécessaires à un repos bien mérité……

        Bien à toi!

  16. Cath

    Lors du prochain déplacement à Arcachon, qui va apporter à Baptiste un coussin ou une bouée pour lui sauvegarder un peu de confort ? C’est pas une bonne idée ça ?
    Moi, je n’y serai pas, mais il y aura bien une âme charitable pour chanter à la lune non ?
    😉

  17. Bonato

    Bon courage…le vilain trou-trou, à cette heure doit être refermé….
    Moi , j’ai connu une Monique « humanité » pour mon compagnon peu avant sa fin ( metastases au cerveau suite à un cancer des poumon..truc bien  » symmas quoi « … quand notre Monique arrivait , elle le soulevait du canapé et une fois debout elle lui diasait , ( il était Antillais …) ..et là il souriait… peut-être bien les seules fois pendant les dernier mlis de son horrible maaladie…
    Quelle souvenir de cette infirlière à jamais gravé… et amie mainteant et sur Fb !…à travers vous , BAPTISTE, MERCI LES MONIQUE, CORINNE ETC. ETC.

  18. Bonato

    Alors voilà….En dehors de fautes de frappe……Il manque quelque chose dans mon commentaire !…. Monique lui disait  » hop on se fait un petit zouk ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *