Pourquoi les médecins ont parfois besoin de réconciliation.

L’histoire c’est J., médecin généraliste, l’écriture c’est moi. Merci ! (ou pas…)

Alors voilà une famille tout ce qu’il y a de plus normal : un papa, une maman, une petite fille de cinq ans qui s’appelle Candie et un autre bébé en route. La petite maison dans la prairie, sans les bûches, et sans la prairie.
J. (comme « Jeune médecin plein d’illusions sur le genre humain ») suit la grossesse de la maman, et tout se présente bien.
En effet, Monsieur prend soin de Madame, Candie a l’air très heureuse et « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes », comme écrirait ce bon vieux blasphémateur de Voltaire.
[Vous sentez venir le truc ?]
– On peint la nouvelle chambre, dit madame C. Du bleu, parce que ce sera un petit gars, j’en suis sûre.
[…]
Quelque jours plus tard, la journée est passée vite, J. a encore plein de patients dans la tête, quand Monsieur C. débarque.
Sans rendez-vous, et sans gêne.
[…]
Il sort un petit papier de sa poche, le déplie devant le médecin en détaillant les douleurs/rougeurs/gonflements qui le démange au niveau du pénis [j’ai cherché un autre mot, mais rien n’est venu. Un pénis, c’est un pénis. Point final. Si vous avez des expressions inédites, je suis preneur !…]
– Peut-être que c’est le type de Vincennes, ou celui de Cluny.
– Vous avez beaucoup de rapports ?
– Ben oui. Ma femme est enceinte, alors…
– Avec des hommes ?
– Ben oui.
Et monsieur de détailler ce qu’il fait, comment il le fait, combien de temps il le fait et avec qui il le fait, car Monsieur C., est un peu exhibitionniste.
Tout ça ne dure que 15 minutes, mais tout ça se fait en fixant J. droit dans les yeux, le mettant très mal à l’aise. Manifestement, Monsieur C. se régale de son effet sur le bon petit doc’.
Enfin, monsieur C. réclame les tests de dépistages usuels.
Oui, il est inquiet.
Non il ne se protège pas.
Et non, il ne dira rien à sa femme.
Ça fait beaucoup de mensonges (et beaucoup de vernis…)

Ce soir-là, c’est le docteur J. qui aurait bien eu besoin d’une petite réconciliation…

(un jour, je vous ferai un post sur la difficulté de respecter le secret médical dans certains cas… vous comprendrez combien on peut se sentir parfois très isolé et très seul face à certaines situations… Pour la photo, je vous laisse deviner ce qui cloche ! )

113 réflexions au sujet de « Pourquoi les médecins ont parfois besoin de réconciliation. »

  1. Jean-Kévin

    C’est atroce cette scène de cannibalisme ! Et en plus tu as osé utiliser le mot « pénis » ! Je suis totalement, complètement, absolument outré.

  2. AnneduSud

    On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Réflexion qui me vient en regardant cette photo!
    Quant au secret professionnel. Comment se dépatouiller avec ça? Je me le demande…

  3. Michèle

    Le secret médical, d’accord, mais …
    … est-ce que le rôle du médecin dans ce cas-là, n’est pas de demander également que la future maman fasse aussi des tests ?

    Parce que mine de rien, elle est peut-être déjà contaminée sans le savoir, elle aussi … ?

    1. nadine

      «  »Parce que mine de rien, elle est peut-être déjà contaminée sans le savoir, elle aussi … ? » »
      … et pire elle le sera peut-être un jour et là, le docteur J. risque bien de se sentir très mal !

  4. Charlinotte

    Des hommes se sachant contaminés ont été poursuivis pour avoir transmis sciemment leur maladie il me semble …
    Dans mon métier le secret professionnel est également de mise, mais s’arrête aux limites de la loi quand il y a mise en danger d’autrui.

  5. untel

    Quel idiot ! Souvent les femmes enceintes ont beaucoup d’envies, et pas que de fraises !
    Les hormones les rendent chaudes comme de la braise … 🙂

    NB 1 Le reste de l’article est bien sur, navrant. 🙁
    NB 2 Et condoléances pour Daisy.

  6. Cilou

    Oh là là il m’a fallu l’aide des autres commentateurs pour comprendre la photo…
    (et la lumière fut. Même si en l’occurrence elle aurait aussi bien pu rester éteinte, ça n’aurait pas fait de mal).

    Sinon, pour la question du secret pro : si un juriste spécialisé en la matière passait sur ton blog et éclairait nos vessies, ce serait vraiment super !! Parce qu’il y a forcément un législation, mais que personne ne conait vraiment. Enfin, j’imagine. Et j’espère. Quelqu’un a bien dû se pencher sur la question un jour ou l’autre !!

    Pour l’anecdote, la mère de ma mère mettait tjs du vernis sur la misère de la vie familiale. Et du vernis sur ses ongles. Du coup ma mère déteste le vernis à ongles…

    Mille kisses. Que chacun qui passe par là se prenne un gros bisou sur chaque joue !!

    1. Libellule

      sans être juriste spécialisée en la matière…
      … dans ma profession paramédicale, nous sommes nous aussi tenus au secret professionnel. Et on n’a pas le droit de le trahir, même quand on s’occupe de toute une famille et qu’une maladie cachée par l’un risque de se transmettre aux autres (maladie génétique ou sexuellement transmissible). L’argument de la mise en danger de la vie d’autrui n’est pas recevable pour un adulte.
      Mon cours n’était pas assez détaillé (en tant que paramédicaux, nous sommes toujours sous la responsabilité d’un médecin) mais il existe quelques tortillages de la règle possibles pour la protection des personnes vulnérables, et en particulier des enfants. Je me demande si Mme Duck est vulnérable aux yeux de la loi, ou si le bébé en route est considéré comme un enfant et donc si le signalement est obligatoire ??? Si le médecin pourrait glisser un mot à Mr Duck du type qui a été condamné à la prison pour empoisonnement après avoir refilé consciemment le SIDA à plusieurs femmes, pour l’inciter à lever lui-même le secret ? Ceci dit, le médecin doit faire très attention, car même si sa morale lui dit de protéger celui qui est en danger, il risque gros à rompre le secret professionnel. Mieux vaudrait en parler officieusement à la gynéco qui suit la grossesse de Mme Duck, qui pourrait rechercher les signes d’infection chez elle et du coup lui proposer un test ?

      PS : j’ai eu très très peur de la fin de l’histoire… déjà elle est horrible hein !!! mais comme la gamine s’appelle Candy et que Mr Duck fourre son gros sucre d’orge n’importe où, j’ai eu la trouille qu’elle soit elle aussi victime de Mr Duck 🙁

      1. Elo

        Un bébé n’étant pas considéré comme une personne aux yeux de la loi tant qu’il n’est pas né viable, le secret médical ne peut donc pas être contourné sous couvert de la protection de personne vulnérable.

        De même, ce monsieur faisant une démarche de soin, il ne peut pas être condamné pour avoir eu des rapports non protégés en connaissance de sa maladie (rien ne l’oblige en effet à informer ses partenaires de son état).

        Voilà, le droit c’est de la merde, mais c’est comme ça 😉

        Une juriste.
        Bisous.

        1. viviane

          C’est vrai, mais la personne à protéger, dans ce cas, c’est la maman, qui peut ne pas avoir été encore contaminée au vu de sa baisse de libido (si elle a de la chance.).
          Le monsieur fait une démarche de soin et doit être convaincu par son médecin d’en parler à ses partenaire. sans lever le secret médical c’est mieux, mais on peut le menacer de le lever.
          Madame peut attaquer le pauvre Dr J en justice si elle attrape le sida après que Dr J en soit informé. 🙁
          bises

  7. DOMINIQUE

    Tout ce que l »on peut dire : c’est un poulet, pas un canard. Ou à la rigueur une petite dinde.
    J’ai pas fait médecine, mais je fais canard. Dans mon jardin, il entame son sixième noël avec de moins en moins d’appréhension. Il devient trop coriace.
    Quant au récit, que dire, si ce n’est que ça fait peur. A propos du degré de dissimulation que l’on peut tous avoir.

  8. Ahava

    Braquemart, dard, concombre galant, asperge d’édredon, bâton de chair, bâton à un bout, bâton qui rend fou, flûte de pan-pan, flûte à un trou, andouille à col roulé, béquille, manivelle du sapeur, marteau à boules(il est vraiment laid celui-là), seringue à perruques, roseau bandant, coq hardi, herbe qui croît dans la main, bonheur des dames….
    J’avais un pote qui avait très sobrement opté pour : Marlon. Comme Marlon Brando.
    Pour ma part, j’ai de l’affection pour Zblob.

    Le monsieur de l’histoire ne mérite pas d’avoir des surnoms charmants. C’est le genre d’histoire qui se passe de commentaires… ;(

    1. Cath

      Faut maintenant que j’explique pourquoi je me marre comme une baleine…
      Merci Ahava de remonter le moral après cette lecture de la mocheté humaine.

    2. Julie

      Wouaaah… Ahava, tu fais presque peur là ! Mais c’est vraiment trop drôle. Comment Est-ce possible d’ne connaître autant ? Tu as oublié la nouille.

      1. Ahava

        Alors, quand j’avais 17 ans, j’ai un jour emprunté un livre de Diderot qui s’appelait « Les Bijoux indiscrets » (non ça ne cause pas de diamants)et un autre livre ,dont je ne me souviens plus du titre, sur l’érotisme, et en cours je devais étudier Les Liaisons Dangereuses. A 20 ans j’avais lu tout Albert Cohen, sauf le bouquin sur l’antisémitisme, c’était un sujet que je ne connaissais que trop bien, car dans la famille il y avait eu des expulsions d’un peu partout dans le monde, des anciennes et des récentes.
        Mais je savais tout sur Solal, Aude, Adrienne, Ariane…
        Pffff , sinon je ne suis plus tombée amoureuse depuis deux ans et c’est bien triste.

        1. Julie

          Comme quoi on apprend tellement de choses dans les livres.
          Ahava, tomber amoureuse, je ne sais même plus comment on fait après 8 ans de relations et une rupture. Mais, je crois fort que ça peut nous tomber dessus du jour au lendemain. Ce ne sont pas les années qui sont derrière nous qui comptent, mais celles qui sont devant. En tout cas je l’espère. Bises !

          1. elwynn

            Je confirme. on peut toujours retomber amoureux/se meme après une longue relation et une rupture. Par contre ca arrive toujours quand on s’y attend le moins :-). Genre reunion d’orientation d’un nouveau boulot 🙂 (recherche académique donc pas de soucis, il bosse pas dans le meme labo que moi). C’est ca le plus beau.

            et pour M. Duck, j’espère VRAIMENT que Mme Duck l’apprendra plutôt tot que trop tard et que tout ira bien pour le pti bout de chou en route

        2. Libellule

          Ahava, Julie,
          Je vous souhaite que cela vous arrive à nouveau bientôt. Comme le dit Elwynn, tous les espoirs et types de rencontre sont permis (surtout que vos écrits laissent entrevoir d’aimables personnes) 🙂

          PS : ma cousine (rupture sentimentale plus récente que vous), m’a annoncé il y a 2 jours : « J’attends le grand amour, mais je sens que je vais attendre longtemps, alors je vais pas l’attendre seule… j’te préviens, je vais butiner grave ! » Moi, je ne vois pas en quoi ça serait grave, alors si la méthode vous tente pour patientez, allez-y il n’y a pas de copyright dessus 😉

          1. Cath

            « tous les espoirs et types de rencontre sont permis  »
            Rencontre du 3ème type ?
            Ok, je ressors ( mais je ne pouvais pas la laisser passer, ding deng dong) 😉

          2. Julie

            Merci Libellule ! Je te retourne le compliment, tes écrits laissent entrevoir une aimable personne également.
            Je vais donc me laisser pousser des ailes d’abeilles et tenter le « butinage » ! Et puis, franchement, il serait dommage de priver un beau garçon de ma personne: charme irrésistible, sourire ravageur, courbes affolantes, intelligence hors norme, humour fin et subtil (comme vous pouvez vous en rendre compte à l’instant. Heum…) Je plaisante, mais l’auto-valorisation est la première étape pour aller « dragouiller » à nouveau !!
            Cath, un alien peut faire l’affaire !

          3. Libellule

            Cath : 2ème type, 3ème type, ou + … ça dépend combien y en a eu des types avant… 😉 (et parfois même le « type » est une « nana »… )
            Julie : merci. Je suis sûre que tu peux, sans autodérision, aller draguer des types extraordinaires « parce que tu le vaux bien »

        1. Cath

          J’ai retrouvé coquette en goguette 😉

          Histoire authentique : un collègue anglais s’était mis à étudier le français avec sérieux et ne manquait aucune occasion de pratiquer avec nous, Français sympa et rigolos. L’acolyte, qui partageait mon bureau y mettait aussi du sien. Un matin, peu avant la visite de types français, le Britannique arrive la mine un peu fatiguée. On s’enquiert, et monsieur nous annonce qu’il était très fatigué. Mon acolyte lui a donc servi une leçon de français en accéléré sur les manières de dire je suis fatigué, et ce qui devait arriver arriva…
          Le chef de service :
          – mais comme vous avez l’air fatigué mon vieux
          L’autre ravi de s’exprimer en français fluide et élégant :
          – oh oui monsieur, j’ai la gaule .
          Blanc…
          Moi j’en chiale encore.

          1. Cilou

            HAHAHAHAHAHA
            ou comment mettre une bonne ambiance 😀
            L’anglais parle encore à ton acolyte ? Il n’est pas rancunier 😉

          2. Cath

            En fait, il a eu un  » léger » doute et c’est à moi qu’il a demandé ce que ça voulait dire.
            Ou comment enrichir son vocabulaire…
            Après, il s ‘est expliqué avec l’autre rat, mais à ma connaissance, ils sont restés très bons copains 😉

    3. Elle

      Ahava Bravo ! 🙂
      Divertissant, détonant,
      Beau comme du San Antonio !
      Mais que va dire Monsieur
      Si on oublie sa queue 
      Si on ne parle pas de sa bite ?
      Car, pour ce malade c’est sûr,
      C’est là !…que son cerveau habite…

  9. Viviane

    Bonjour baptiste
    Bonjour Dr J
    Heureusement que le secret professionnel souffre quelques exceptions
    Notamment quand il y a mise en danger d’autrui
    Une fois les tests effectués s’il y a MST le mieux est de convaincre le patient d’en parler à sa femmes et à ses partenaires sexuels, si besoin en le prévenant qu’on en parlera à sa femme si lui ne le fait pas.
    Bises
    Et pour les désirs en période de grossesse, je confirme, y a pas que les fraises, mais pour Mme Donald, ca vaut mieux pour elle une ptite baisse de libido!

  10. Sebast

    C’est fou, Donald, Riri, Fifi et Loulou sont pour moi tellement humanisés, que je n’avais jamais été choqué jusqu’à présent à ce qu’ils mangent une dinde (ou du canard) à Noel…
    Un monde s’écroule…

  11. Julie

    Ouiii ! Tu as mis Donald ! (Hé mais j’la connais cette image !) Hmmm… A bien y réfléchir, je ne suis pas si choquée par l’image.
    Partons du principe que:
    1- Il s’agit d’un poulet sur la table
    2- Le poulet est un cousin éloigné du canard
    3- Le singe est un cousin éloigné de l’homme
    4- Certains hommes mangent du singe.
    Tadaaaa !! Voilà, c’est moins perturbant non ? Alors forcément, s’il s’agit d’un canard rôti, ça tombe à l’eau. Non ce qui cloche sur cette image c’est le comportement de Donald. Partons du principe que:
    1- Donald porte une veste et un chapeau
    2- Il a donc parfaitement intégré la notion de pudeur
    3- Il se ballade pourtant les fesses à l’air
    4- Donald est un gros pervers.
    Même si j’admets que les fesses des canards sont pelucheuses et donc trop choupitoutes, ça reste bizarre.
    Un point commun avec le monsieur de l’histoire; ce canard est un exhibitionniste. (Si on change une lettre à un mot de cette phrase…)

    C’est parfois bien difficile de rester professionnel face à certains individus. Trouver la limite entre ce qui est professionnel, moral et ses propres valeurs, ce n’est pas évident. En tant que médecin, J ne blâmera pas cet homme pour son attitude. En tant qu’homme, …
    Faut-il forcément se réconcilier avec tous les patients ? A partir du moment où le soignant a fait son boulot, a t’il besoin d’apprécier toutes les personnes qu’il soignera ?
    J’ai hâte de voir ce dont tu vas nous parler concernant le secret médical. Se sentir seul et devoir le respecter. Aë, c’est parfois très difficile. Comme Charlinotte, je suis soumise au secret professionnel et c’est très réglementé. Seulement il n’est pas toujours évident de définir précisément les limites de ce qu’on appelle « mise en danger ». Compliqué tout ça !
    Bises !

    1. Cath

      Côté raisonnement, ça s’arrange pas, pas vrai ? Pour notre plus grand bonheur 😉
      J’ose même pas imaginer la réponse à la question tout à fait normale du soignant qui me demandait si mon matou se baladait la queue en l’air… Ok, soignant véto.
      C’est vrai que le canard se balade les fesses à l’air, et que si on change une lettre on a le droit de sortir le gros sel pour escopéter à tout va. Ça soulagerait bien, mais bon, suis non violente…

      1. Julie

        Merci Cath, en effet, ça ne s’arrange pas ! Et ça fait du bien. Rien de plus normal pour un matou d’avoir la queue en l’air; il est content un point c’est tout !

    2. Julie

      Je précise que lorsque je me demande s’il faut se réconcilier avec tous les patients, je ne parle pas du travail de réconciliation que fait Baptiste. Celle qui permet à chacun de se comprendre, de s’écouter et de mieux se parler, celle qui nous permet de découvrir les soignants (et les soignés). Cette réconciliation là est indispensable. Je me demande simplement si le fait de ne pas toujours s’accepter ou se comprendre nous empêche de bien faire notre travail… ? Je n’ai pas la réponse.

      1. Cath

        Je ne pense pas que la chose soit possible. On n’accepte pas tout.
        Et même si dans le cadre de la profession médicale, on s’abstient de lier le soin à donner à un jugement de quelque nature -ou du moins le devrait- on – le soignant demeure humain, et on ne peut lui demander de ne pas éprouver de malaise, de dégoût… Il encaisse déjà pas mal sur la nature humaine dans ce qu’elle peut présenter de plus stupide ou de plus moche.
        Comme décrit dans ce post, il faut avoir le coeur et la raison bien accrochés, ainsi qu’une bonne maitrise de soi. Personnellement, je suis admirative, et un peu envieuse…

    3. viviane

      oh oui, c,est compliqué.
      par exemple si tu en parle a madame donald avant les resultats du VIH et qu’il est negatif, Mr t’attaque et peut gagner (pas mise en danger, que danger de briser le coeur de Mme, si elle est encore amoureuse…)
      il faut que ce soit VIH plus ! et avec le delai d’ici les resultats, je te dis pas les nuits blanche du pauvre Dr J

      J’adore ta logique implacable, donald est un pervers et je n’ai jamais remarqué !!!!
      😉

  12. Nine

    C’est là aussi que l’on voit que les choses ne sont pas toujours (souvent ? jamais ?) ce qu’elles paraissent être. Et que cette famille à première vue Ri*oré / petite maison dans la prairie, eh bien, si l’on gratte un peu le vernis (…), elle n’est pas si idéale que cela.
    La question est : est-on sûre de ce que Mme C., shootée aux hormones de grossesse (rien que pour cela, je pourrais être re-enceinte…), faisait de son côté lorsque M. C était occupé ailleurs…
    Sinon, merci Ahava, ma culture (et mon dictionnaire des synonymes) est aujourd’hui plus grandie !

  13. Carole Anne

    Oserai-je avouer que ce qui m’a surprise sur la photo…. ben c’est qu’il n’y a pas de verre…. Ça boit pas, un canard? Même un canard cannibale?

  14. Cath

    C’est quoi le truc qui touche le pilon de volaille, à la droite du neveu de Donald qui fait face ? Je n’arrive pas à identifier, et je me demande si la photo n’est pas truandée ?

          1. Cilou

            wéwéwéwé.
            On dit ça…
            des oeufs avec des nouilles, c’est un super repas, même pour un canard, non ?
            😉

  15. Myriam FdF

    Ben déjà, des canards attablés devant un plat de viande… et qui peut être du canard ! Mais qu’apprend-on à nos enfants 😉
    Sinon, pour les synonymes de pénis, j’en connait un, utilisé aux antilles.
    Et j’ai une anecdote à ce sujet.
    Nouvellement débarquée en martinique, je suis invitée à un repas de famille…. dans la belle famille. Histoire de faire connaissance, on parle gouts culinaires : « tu n’aimes pas le poisson ?! » (air horrifié) « non ». « Et les crustacés ? » « Pareil » « mais tu viens de t’installer sur une ile !!!! » et moi, contente et fière de rattraper ce qui semble être un crime de lèse majesté « oui, je sais, mais il y a un truc que j’adore, ici, c’est le coco ». Grand silence… suivi d’un éclat de rire général. Je n’ai compris ma bourde que lorsqu’un de mes beaux-frère à regardé mon compagnon d’un air égrillard et lui disant « tu es un homme heureux, toi! On comprend mieux… »
    Depuis, je ne parle plus que de noix de coco… le coco étant réservé à notre intimité 😉
    Bises à tous

    1. Cilou

      HAHAHAHAHA

      comme dit l’adage : toujours tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de fermer sa grande gueule ^^

      Ceci dit tu as bien fait sur le coup là, car tu as fait rire tout le monde… moi y compris 😉

  16. marie

    en première intention avec un gars comme ça j’appellerai un ami …..diplômé kun fu option castagne. Well on se calme…le secret médical https://www.janssen-france.fr/sites/janssen_franc_fr/files/JA1203VIH2156_VIH_SecretMedical%5B1%5D.pdf .
    vu la batterie de tests sanguins qu’on a pendant une grossesse on ne fait pas systématiquement le HIV ??? ça pourrai mettre le virus à l’oreille à la parturiente , …le poids des mots quand même !!! enceinte tu es un pâture riante, plus pour le coup si c’est positif, où folâtrent de jeunes taureaux ….
    après définitivement y’en a qui ferait bien de s’abstenir d’être parents, qu’on joue avec sa vie chacun se regarde dans la glace in the morning… mais bigre qu’on respecte celle des autres…et celle à venir pénalement c’est reconnu comme un empoisonnement, une mise en danger de la vie d’autrui , un infection par administration de substance dangereuse, reste à prouver que la contamination est volontaire…autant dire parcours du combattant ….comme d’hab quand t’es bien écrabouillée exsangue par terre il faut que tu trouves l’énergie de tomber des montagnes..
    la photo je sais pas …un monde de mâles cannibales ? Bein oui FIFI, RIRI, LOULOU! s’eut été sympa de mettre au milieu une Louloute…

      1. Cath

        Mais non, la louloute n’est pas dans le plat.
        Voir le commentaire de Dominique plus haut.
        Et puis d’abord, c’est bien connu, la bouffe est comme le décor, en carton 😉

  17. Aude

    Meme genre de situation au lycee pro ( 350 eleves en zep, 38 nationalités )
    C est un eleve majeur Tchetchene ( mais ç a aurait pu etre une des 37 nationalités restantes,22 ans a vu de nez, mais pas sur, car beaucoup d eleves ont menti dur leur age pour entrer en France)
    Un eleve nous parle de sa future femme, mariage organisé …mais il a l air tres amoureux et bin, sur les photos,elle a l air contente d etre avec lui , en plus elle est majeure ( et il semble qu on ne lui demande pas un certificat de virginité pour se marier, c est deja ça)
    Ils se fiancent, photos encore
    Ils se marient, photos et gateau pour tout le monde
    Elle est enceinte, il est fier et content de nous l apprendre
    Il vient chercher des preservatifs chez moi ( infirmiere scolaire) , parce qu il faut que je comprenne, me dit il, elle est enceinte et lui va aux putes en Belgique avec des potes tous les 15j , moins cher et en plus ils ramenent du cannabis qu ils revendent ensuite.
    J en suis restee sur le cul et je lui ai donné ses capotes

  18. Mirabelle

    je suis peut être une vieille fille blasée,
    ça ne m’étonne presque pas (le fait que monsieur s’envoie en l’air avec d’autres quand madame est enceinte, et même si madame n’est pas enceinte)
    ça ne me choque pas
    j’apprends moi aussi
    que la vie c’est ça…
    ça déniaise petit à petit,
    ce qui m’ennuie c’est qu’il puisse (si il est malade) contaminer d’autres personnes, ça c’est ennuyeux, le reste…

    1. untel

      Mais non, Mirabelle, la vie ça peut être bien plus chouette que ça 🙂
      La consommation à tout va, on peut la refuser ; dans le sexe aussi, c’est pas pour autant qu’on doit se sentir frustré.
      Y a toujours eu des gens fleur bleue et d’autres, amateurs de PC. Ce qui change, c’est qu’on veut faire croire que la 2ème option est la norme.
      Je regarde autour de moi et je n’en ai pas l’impression. Les couples, même s’ils ne sont pas éternels, me semblent plutôt fidèles. Je me trompe ? J’ai trop lu de contes de fées et de romans de Gilles Legardinier ‘?
      « Un jour ton prince viendra … » 🙂

      1. Mirabelle

        merci Untel
        autour de moi il n’y a pas de couples qui me donne envie d’en construire un, le prince j’apprends à vivre sans, et à ne pas l’attendre, c’est trop dur sinon
        je ne crois pas que ce soit de la consommation à tout va que d’être infidèle, c’est juste dans l’ordre des choses, la plupart du temps
        j’ai eu je crois ma part de bonheur en amour, il est terminé maintenant, ce n’est pas si terrible, c’est le lot de beaucoup de gens je crois
        j’ai la chance d’être en bonne santé, c’est déjà ça… et c’est beaucoup

  19. KreveTTe

    Tout à fait d’accord avec Mirabelle, le seul sujet important pour ces 2 là est la question de la protection non négociable en cas de rapport hors couple « principal’ et ce, quelles que soient les orientations..

    La vie humaine est ainsi faite que chacun déclare des valeurs super nobles puis fait ce qu’il peut… Acceptons donc, une bonne fois pour toute, que nous sommes, nous aussi, susceptibles d’être infidèles, un jour, et que ce jour là, nous devrons nous protéger, point barre !

    J’ai toujours dit que si je découvrais un jour que j’avais été trompée, ma seule question serait de demander T’es-tu protégé ? » Le reste, on s’en fout !!!!
    Rupture immédiate si rapport non protégé et test + 3 mois de patience, de toute façon, même si affirmation qu’il y a eu protection.

    Je plussoie sur coup de fil « poussé » à gynéco pour recherche de symptômes sur madame, pour moi (non juriste), je le vivrais, dans ce cas, comme une positive continuité du suivi médical et non la rupture d’un secret pro proprement dit…. mais dur, dur, je comprends bien !!

  20. Néaforever

    « Bite c’est toujours un gros mot, même si c’est une petite « comme disait notre ami Coluche.
    Sinon t’as chibre mais… bof !
    Mon préféré : Le Chauve à col roulé !
    Ami de la poésie : bonsoir !!!

  21. Lilhee

    Bonjour les doc’s, bonjour à tous les posters^^
    Il me semble que dans un tel cas j’appellerai le procureur de la république ou son substitut. Je lui expliquerai le cas globalement et sans donner de nom, c’est alors lui qui dira si la demande est recevable. Si « non », fin de l’histoire et le secret médical est sauf, si « oui », il demandera alors les détails de l’histoire et le nom de la ou des personnes incriminées et se chargera de faire le nécessaire (enquêter) pour une poursuite éventuelle, en toute légalité.
    (Je connais un peu parce que je travaille en maison d’arrêt comme infirmière psychiatrique)

    Merci Dr Beaulieu, j’ai beaucoup de plaisir à vous lire!

    Des bisous à tous!

    1. Concombre

      Qu’est-ce que vous voulez que le procureur vous dise, à part que le secret médical est inviolable (ou presque) ?!
      Si le médecin donne au procureur le nom de son patient, qui n’a strictement rien commis d’illégal, il y a clairement violation du secret médical !

  22. Pat

    Bouh ! la famille Duck est cannibale ! 🙁
    Pour le reste , tout a été dit , le type qui contamine à tout va ,est un sale type , qui devrait savoir que » le choc en retour » existe .
    Bon dimanche à tous!

  23. Petit bleu

    Le secret médical, comme d’autres secrets professionnels, ne se brisent pas à la légère.
    Fort heureusement, s’il ne peut être brisé, il peut être partagé.

    Par exemple, un policier peut « transmettre » des informations sous le coup du secret à un autre policier puisqu’il est sujet au même secret professionnel.
    Aussi, je peux me tromper mais je pense qu’un médecin doit pouvoir transmettre des informations avec un autre médecin et en l’occurrence celui de la femme enceinte. Ce dernier pourra alors pratiquer des analyses sans nécessairement annoncer tout haut « Je vais vous faire un test parce que votre mari vous trompe avec le facteur… »

    1. Cath

      Je ne pense pas que le test de dépistage à l’insu de la personne soit légal.
      Es dans ce cas, c’est très dur à supporter, mais c’est la loi.

      Pour compléter, un policier ne transmet pas une information  » sous le coup du secret », mais uniquement dans un cadre juridique qui peut protéger la confidentialité et les personnes.
      On est encore dans un état de droit, et le reste c’est du pipeau ou du cinéma.

    2. Libellule

      ça risque de pas être facile, de proposer à Madame un dépistage de MST sans sous-entendre que Monsieur la trompe 😉
      Mais sûrement rechercher les signes d’infection et proposer toute une gamme de tests parmi lesquels les MST, c’est peut-être plus discret pour prendre soin de la dame sans briser le secret du Monsieur « a priori »
      secret de polichinelle – d’ailleurs il est dans le tiroir- car s’ils ont encore des rapports sexuels ou se croisent dans la salle de bains, Madame doit bien voir que la physionomie de Monsieur s’est étrangement modifiée. Vu la description dans le post, y a pas besoin d’avoir fait des études pour trouver que gonflé, rouge, douloureux, qui démange, c’est louche !

      1. Concombre

        Et je rajoute que « partager » le secret médical de Monsieur avec le médecin de Madame si ce médecin n’est pas le médecin de Monsieur, ce n’est plus partager le secret médical, mais le violer !

    3. Concombre

      On ne pratique pas de dépistage VIH, VHB, VHC, etc sans l’accord de la personne !

      Même en cas d’AES pour un professionnel de santé, on ne peut effectuer de dépistage chez le patient si celui-ci s’y oppose.

      AES : Accident d’Exposition au Sang

      1. Libellule

        Concombre, par « discrètement », je ne pensais pas « sans son accord »,
        mais plutôt :
        « alors voilà, il y a des signes qui laissent penser à une infection. Comme vous êtes enceinte, à mon avis il faudrait vérifier cela au plus vite pour traiter au plus vite en cas de problème, autant pour vous que pour l’enfant. C’est pour cela que je vous propose l’ensemble des tests en même temps, alors que d’habitude on commence par le plus probable et puis on voit après. Donc je vous propose… un frottis pour dépister les trucs qui se choppent à la piscine, tel type de test (je suis pas gynéco), et une prise de sang avec ceci, cela, les dépistage MST habituels et tel autre truc (pour 10 tests achetés, le 11ème est offert). Vous seriez d’accord ? »

  24. Soulalune

    Bon … si son zizi (très prisé par Pierre Perret et …..en maternelle) ressemble à un far breton, il va finir par se faire repérer par ses divers partenaires , non ?
    Sans rire cette fois … et lui dire que c’est irresponsable pour tous ceux qui ont des rapports avec lui, Doc peut le faire ça, non ?
    Pffff … c moche qd même que son zob (non cité) l’emporte sur son cerveau 🙁

  25. Daktari

    Ouh la la, j’avais pas fait attention au dessin…
    Pour le secret médical? Une petite lettre anonyme à madame, tôt ou tard elle sera au courant et il vaut mieux que ce soit le plus vite possible!
    A morale professionnelle contre morale humaine, je préfère largement la seconde.

    1. Concombre

      Ça c’est une bonne idée le coup de la lettre « anonyme » ! Quand a priori la seule personne au courant est le médecin, ça va être difficile de trouver qui a écrit la lettre…
      Et quand bien même l’anonymat serait assuré, quand on choisit une profession où l’on s’engage à respecter le secret médical, on le respecte, quand bien même cela peut parfois poser des cas de conscience.

  26. Fireko

    Je suis le seul qui trouve cela bizarre de voir des canards manger de la volaille o_O
    j’ai regarder tout les commentaire et sauf erreurs de ma par personnes n’a relevé…

  27. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Le secret médical, le secret de la confession etc… n’impliquent que le professionnel, la fonction. Non ?
    Alors pourquoi l’homme n’aurait pas le droit de ne pas tenir ce secret ? Le médecin ne peux rien dire mais Monsieur Baptiste Beaulieu, lui ?
    Quant à ton illustration je te fais les commentaires :
    « Dis papa pourquoi elle dit plus rien maman ? »
    « Tais toi et mange ! »
    la bise

  28. Cath

    Le médecin et l’homme ne faisant qu’un au cas particulier, le raisonnent ne tient pas la route. Maintenant, si pour être
    médecin, il n’en est pas moins homme ( Sertorius à ma sauce), rien ne devrait empêcher le doc de remettre à sa place l’exhibitionniste entre quat’zieux. Puisque l’autre prend du plaisir à le mettre mal à l’aise, se sachant protégé par le secret médical, il est permis au doc de le temettre à sa lace, lui ausso rotégé ar ce même secret. Bon, l’option castagne n’est pas à encourager, mais…

  29. titou59

    C’est horrible de savoir sans pouvoir rien dire à la principale intéressée … Après, vu l’état de l’engin, ce n’est peut-être qu’un bon gonocoque … (du moins, c’est à espérer pour madame et pour le futur bébé à naître).
    Ensuite, docteur J. peut parfaitement demander « conseil » à un confrère plus ancien concernant ce cas , surtout si le confrère est le médecin-gynéco de madame 😉
    Personnellement, à la place du Dc J. je n’oublierais surtout pas de « préserver » ma propre santé et sécurité sanitaire lors de l’auscultation de M. (surtout si Mme est présente) pour éviter une quelconque transmission patient/soignant on ne sait jamais… et tant pis si Mme se pose des questions sur la nécessité du port de gants stériles, d’un masque stérile etc pour l’auscultation de son mari … Il suffira de dire laconiquement qu’il s’agit d’un protocole en cas de maladie transmissible … A elle de se poser les bonnes questions… non?
    Après Dc J. (après avoir demander « conseil » au gynéco de Mme en lui expliquant l’affaire) peut aussi convoquer Mme pour lui dire que du fait que son mari est venu le voir et que soumis au secret professionnel, il est soumis à un dilemne moral trop important les concernant, et qu’en concertation avec son gynéco avec qui il a pu se mettre d’accord, il ne peut désormais plus s’occuper d’elle et de ses enfants et que ce sera le gynéco qui prendra le relai s’il le désire toujours … Là aussi, à elle de se poser les bonnes questions …

    1. Concombre

      Le coup du masque stérile pour un patient éventuellement porteur du VIH ou d’une hépatite, elle est bien bonne celle-là !!

      Et les gants (pourquoi stériles ??!!), on les met pour n’importe quel patient dès lors qu’il y a un risque d’exposition aux liquides biologiques !

      Quant à votre dernière grande idée, la convoquer pour lui dire que son mari est venu la voir, qu’il ne dira rien mais qu’il ne veut plus la prendre en charge… Pfff, déjà dire que son mari est venu la voir, c’est une violation du secret médical. Alors le reste…

  30. sarah

    pour la photo j’hésite entre le fait qu’ils ne portent pas de culottes, ou qu’ils mangent du poulet…. mais le sans gène du sans culotte me gène plus. et l’hygiène quoi!!! 🙂

  31. Julie

    Je suis allée fouiller sur légifrance.gouv et en tapant « secret médical » j’ai trouvé ceci:

    Code de la santé publique Article L1110-4 Modifié par LOI n°2011-940 du 10 août 2011 – art. 2

    « Toute personne prise en charge par un professionnel […] a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations la concernant.
    Deux ou plusieurs professionnels de santé peuvent toutefois, sauf opposition de la personne dûment avertie, échanger des informations relatives à une même personne prise en charge, afin d’assurer la continuité des soins ou de déterminer la meilleure prise en charge sanitaire possible. […]
    La personne, dûment informée, peut refuser à tout moment que soient communiquées des informations la concernant à un ou plusieurs professionnels de santé.
    En cas de diagnostic ou de pronostic grave, le secret médical ne s’oppose pas à ce que la famille, les proches de la personne malade ou la personne de confiance définie à l’article L. 1111-6 reçoivent les informations nécessaires destinées à leur permettre d’apporter un soutien direct à celle-ci, sauf opposition de sa part. Seul un médecin est habilité à délivrer, ou à faire délivrer sous sa responsabilité, ces informations. »

    Et puis j’ai trouvé ce site qui explique les formes de dérogations:
    http://www.juritravail.com/Article/dossier-medical/Id/204#derogations-liees-relation-medecin-patient

    Bon, finalement je n’ai pas l’impression d’être plus avancée. Bon courage les médecins. Car oui en effet, la difficulté d’être seul face au secret… dur dur.

  32. titou59

    @ concombre : le coup des gants et du masque n’a rien à voir avec une transmission possible, mais a pour seul et unique but de faire réagir la dame en question avec un excès de précaution !!!! (puisqu’il faut expliquer pour ceux qui n’auraient pas compris la « subtilité » du geste. Parfois il faut grossir le trait pour obtenir une réaction).
    Ensuite, un médecin a parfaitement le droit de refuser de soigner un patient si cela va à l’encontre de ses idées, de sa morale, de ses convictions etc… Et le fait de dire « j’ai déjà votre mari comme patient » n’est pas une rupture du secret professionnel (encore heureux d’ailleurs). Le secret professionnel empêche de divulguer l’état de santé d’un patient, les résultats de ses analyses, la teneur de ses soins, mais surement pas de dire « je soigne untel ». Il y a une très grande différence entre « je soigne untel » et « je soigne pour telle maladie/pathologie », ou « j’ai fait réaliser tel soin » car là, on donne une indication sur la santé en elle-même et on porte atteinte à la vie privée du patient.
    Imaginez si le secret professionnel débordait aussi sur l’identité des patients … quel souk ça ferait !!! plusieurs salles d’attente qui ne doivent absolument pas communiquer entre elles avec un sas d’entrée mais pour une seule personne afin que les patients entre eux ne se voient pas (ben oui, faudrait pas qu’on sache Dc.B soigne untel ou untel …), et surtout que l’entrée dans le cabinet se fasse par une porte et la sortie par une autre … Non mais quelle horreur à gérer, pire qu’à Fort Knox non ?

    1. isabelle

      dans l’absolu, on ne doit effectivement même pas faire savoir si untel est venu ou non, d’une part c’est effectivement irréalisable(les patients se croisent, tel spécialiste appelle en pleine consultation), et tous les jours on nous demande des certificats illégaux pour dire que tel enfant a manqué l’école car venu chez le médecin. En théorie on ne devrait pas les faire en raison du secret médical, on les fait parce que les institutions les demandent et que les patients ne comprennent pas pourquoi on refuse ce papier exigé (à tort). Et puis le secret médical est souvent un secret de polichinelle, rompu la plupart du temps par le patient lui-même qui parle de son état de santé à ses amis, voisins, etc… sans réaliser que tous ces interlocuteurs peuvent eux aussi en parler autour d’eux et divulguer à tout un tas d’autres personnes des choses qui initialement ne concernait que lui

      1. Krystelle

        La différence entre le patient et le docteur concernant le secret médical qui les lie, c’est que seul le docteur peut violer le secret. Le patient lui reste libre de divulguer ou non son état de santé à qui bon lui semble. On ne peut pas parler de violation à proprement parlé.

        Il me semble que même si le patient en parle autour de lui, le médecin doit quant à lui continuer à garder le silence.

        Le problème avec ce genre de législation, c’est qu’on aurait envie de mettre des exceptions partout.

        1. isabelle

          bien sûr le patient est libre de parler à qui il veut, ce que je voulais dire c’est que le patient n’a pas absolument conscience de la nécessité de prudence pour les infos d’ordre médical: ils veulent un traitement pour le voisin qui a ceci ou cela(niet sans rdv), ou amènent l’analyse de la belle-mère pour savoir si elle doit revoir son médecin(oui bien sûr mais je ne peux pas vous dire ce qui ne va pas). Souvent on s’efforce nous de ne rien divulguer et on se rend compte que tout le monde sait. Bien sûr rien ne peut nous délier du secret médical, mais parfois cela pose parfois des cas de conscience bien difficiles

    2. Libellule

      C’est déjà le cas en psy. Quand quelqu’un appelle pour avoir des nouvelles de Mme Unetelle (et n’a pas son n° direct !) , nous sommes censés répondre que nous ne connaissons pas cette dame. Au cas où celui qui appelle soit en train « d’enquêter à but malveillant » et pas de prendre des nouvelles.

      1. Krystelle

        J’ai eu un membre de ma famille que j’appellerais M. Nuage qui était sensé être suivi par un psychologue pour des problèmes d’alcoolisme, nous avons appelé le psychologue pour savoir si c’était réellement le cas ou encore et toujours des mensonges. Bien sûr, le psychologue a répondu « je ne connais pas UNTEL », et je comprends pourquoi ils ont à faire ça mais il s’est avéré que M. Nuage se débrouillait seul avec sa maladie, et il a fini par en mourir totalement seul.

        Dans ces moments là, ça remet en cause le bien fondé de ce secret pour la personne elle même. Si nous avions su peut-être aurions pu faire plus, et éviter cette fin là ?

        1. Libellule

          Je comprends votre déception, mais si ça se trouve, le secret médical n’est pas en cause, le psy ne connaissait effectivement pas M. Nuage (puisque vous dites qu’il n’était pas suivi). C’est très difficile car l’alcoolisme est une maladie qui annihile la volonté d’arrêter :
          – souvent le malade se sent honteux et ment pour cacher qu’il n’y arrive pas, qu’il a encore déçu ses proches, qu’il a des trous de mémoire, qu’il ne compte pas arrêter (minimise le problème, ou n’a pas de volonté, ou s’alcoolise sans craindre d’en mourir car il est dépressif)
          – souvent les proches s’en veulent de ne pas avoir réussi à sortir l’alcoolique de cette maladie, et/ou cherchent un responsable pour porter ce fardeau… Mais en fait rien ne peut remplacer la volonté qu’aurait la personne de s’arrêter : sans le moteur on n’avance pas !
          du coup, quand on peu – sans s’en demander trop car l’alcoolisme ça use aussi l’entourage – il faudrait autant que possible soutenir la personne quand elle manifeste la moindre étincelle d’envie d’arrêter… sans lui mettre la barre trop haut… y croire avec elle, tout en sachant que ce ne sera pas linéaire et facile… pas simple, vraiment.
          Prenez soin de vous.

  33. armelle

    Rien n’interdit une petit  » sermon sanitaire » auprès de ce patient, au cours duquel les différentes pathologies risquées pour le petit héritier pourront être décrites, elles aussi de façon déicieusement exhibitionniste !

  34. Elle

    –  » Pour la photo, je vous laisse deviner ce qui cloche !  »
    A force de lectures à « mes petits » j’ai tellement « humanisé » les membres de cette fine équipe que les voir attablés prêts à dévorer un poulet n’a vraiment pas fait tilt pour moi.
    J’ai simplement remarqué qu’il n’y avait sur cette table, qu’un verre pour quatre couverts !
    Honte à moi! 🙂

  35. Valerie

    Parfois le monde est petit…..et c’est tant mieux
    Il y a quelques années, je me suis mise en ménage avec un homme qui me faisait vivre un enfer ainsi qu’à mes deux filles.
    Je suis allée voir une psychologue car je pensais que mon incapacité de vivre une relation de couple harmonieuse venait de moi.
    Au fil des mois, j’allais de plus en plus mal, lui devenait de plus en plus maltraitant. J’hésitais à le quitter….
    Et là, ma thérapeute m’a dit : Sauvez vous, il va vous faire du mal, il est dangereux, sauvez votre peau et celle de vos filles. C’est un pervers

    En fait, cette psychologue faisait le suivi de son ex femme et ses enfants qu’il avait maltraité durant des années. elle connaissait cet homme et le danger qu’il représentait. Elle savait qu’il avait été condamné pour violence conjugale….pas moi

    Je la remercie, en ne respectant pas le secret pro, elle est venue en aide à une personne en danger

  36. titou59

    beaucoup ont l’impression que « secret médical » veut dire black out total, secret d’état etc .. En fait le secret médical concerne exclusivement les soins apportés, les traitements, la maladie … mais comme certains l’ont en effet remarqué, on ne peut garder « secret » le fait d’aller chez un médecin ! En outre, la loi est très claire lorsqu’il s’agit de le briser ce secret (grand merci à Julie pour son lien qui explique bien le sujet, et les exceptions) car n’oublions pas que derrière le secret, il y a aussi la non assistance à personne en danger … Un médecin a-t-il le droit de cacher à l’un de ses patient que sa vie est directement mise en danger, avec un risque potentiel de mort ??? Le médecin ne doit-il pas soigner ses patients ? les mettre au courant des risques encourus par tel ou tel comportement à risque ?
    En outre, une profession soumise au secret professionnel peut en toute légalité parler du cas d’une personne à une autre personne soumise au secret professionnel, c’est dans les textes de loi, avec pour seule exception d’en référer à la personne concernée et à la condition qu’il n’en donne pas l’interdiction expresse. Ce qui equivaut à dire que si votre médecin vous dit qu’il va parler de votre cas à un confrère, vous devez explicitement (verbalement donc) lui dire « je refuse que vous en discutiez avec qui que ce soit » ou « avec telle ou telle personne ». Si le refus n’est pas exprimé, le praticien a parfaitement le droit d’en discuter aevc un confrère puisque ledit confrère est lui aussi soumis au secret professionnel !
    Encore une fois, je me répète, Merci à Julie pour le lien sur ce site concernant le secret professionnel, ses dérogations et tout ce qui y touche.

    @Valérie : J’espère que tout va mieux maintenant pour tes filles et toi 😉 Je crois que tu peux remercier ta psy d’avoir pris sur elle de te dire de te protéger (sans pour autant te dire pourquoi (sinon elle aurait en effet brisé le secret professionnel)). Ses paroles, bien qu’interprétables de divers façons, t’ont permis de te poser suffisamment de « bonnes » questions pour te pousser à te mettre à l’abri, tes filles et toi, émotionnellement et physiquement.

  37. Ken

    Je suis étudiant en médecine et on j’ai deja vu ce genre de cas en cours d’éthique a la fac. La prof était formelle : Impossible d’informer la femme de la maladie de son mari. Le seul et unique cas ou le médecin a le droit de se libérer du secret médical, c’est si il constate une maltraitance chez un enfant de moins de 15 ans. Bref. Par conséquent, le principe de non assurance a personne en danger ne s’applique pas.

    Cependant, ce cas pose une difficulté de plus: Si la mère est atteint du vih via son mari, elle va le transmettre lors de l’accouchement. Il faut alors instaurer une trithérapie en urgence a l’enfant, et avec un peu de chance il ne sera pas infecté. Mais… Cet enfant est mineur! Donc ses deux parents doivent être tenu au courant de ses pathologies et des traitements instaurés… Et la mère va vite se poser des questions si on donne une tri thérapie a son enfant.
    La solution selon notre prof : 1) convaincre le mari de se faire dépister et de le dire a sa femme
    2) en cas de refus, glisser une sérologie a la femme sous couvert que « c’est la procédure, on le fait systématiquement » ou le « on jamais, il y en plein qui vivent avec sans le savoir ». Bref, pas facile!

  38. Sylvère

    Ce qui me fait peur c’est un père « aux abois » seul avec ses enfants…
    Ce qui me rassure c’est que ça ne soit pas soumis au secret médical (enfin j’espère…) :-/(

  39. Sylvère

    Ce qui me fait peur c’est le père « aux abois » seul avec ses fils…
    Ce qui me rassure, c’est que ça ne soit pas soumis au secret médical… (en tout cas, je l’espère… :-/s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *