Les vieux, on s’en fout.

Photo prise cet été.

Ma mère.

Avec mon père, ils gardent les enfants de ma soeur.

Ma soeur est soignante.

Elle travaille.

Elle a dû se résoudre à laisser ses enfants à mes parents le temps du confinement (qui durera plus de 15 jours, on le sait maintenant).

Son cabinet étant à 100 mètres de la maison de mes parents, elle va pic-niquer, assise dans le jardin, et les enfants mangent assis dans le salon, de l’autre côté de la fenêtre.

Ils ont 9 et 5 ans.

Leurs grands-parents ont 69 ans.

Trois générations séparées par une vitre.

Faudra qu’on questionne la façon dont certains relativisent la maladie parce qu’elle touche « surtout les plus de 70 ans ».

Je parle du modèle productiviste bien merdique de notre société : t’es vieux, tu produis moins, tu vaux plus rien.

Ce sont nos parents, nos grands-parents. Les vôtres. Les miens.

Ils furent ce que nous sommes. Nous serons ce qu’ils sont.

56 réflexions sur « Les vieux, on s’en fout. »

  1. Moineau

    Très belle phrase “Ils furent ce que ns sommes, ns serons ce qu’ils sont”. Je retiens ! Merci, Baptiste. Prends bien soin de toi. Ne t’oublies pas…

    1. jigso

      “Le même cours des planètes
      Règle nos jours et nos nuits
      On m’a vu ce que vous êtes;
      Vous serez ce que je suis.”

      À la Marquise, Pierre Corneille.

  2. Marie

    Votre maman est magnifique, j’ai un an de moins et mes enfants veulent me protéger. Nous ne nous voyons pas c’est un peu dur surtout le bébé de 4 mois qui change tellement, il y a les vidéos heureusement.
    C’est fou de penser qu’il peut y avoir un tri de fait !!!

  3. Muriel Comas

    Pour moi, nos aînés sont des sages, des exemples sur lesquels il faut veiller autant qu ils nous ont entourés, aimés.
    Ils sont des rayons de soleil qui nous réchauffent les coeurs même aux moments les plus noirs . Ils ne sont plus dans la vie active et ne produisent rien ou peu économiquement comme vous l avez écrit mais ils sont une souce inépuisable d amour. Ca vaut tous les trésors du monde.
    Mes parents étaient ainsi et je donnerais n importe quoi pour les embrasser ou les entendre encore une fois.
    Prenez soin des vôtres et aimez les.

    1. Anne C

      Bonsoir Baptiste,
      j’entends surtout les soupirs des uns et des autres…
      “c’est quand le prochain câlin ?”
      en plein trauma, y’a une piste qui peut faire tenir : Alice.
      de celle du pays des merveilles
      dans une vidéo récente, un papa avait expliqué le virus avec de la poudre à paillettes, vous savez celle qu’on porte sur la peau à Noël
      … ne pas toucher aux paillettes de Maman… est-ce qu’elle va être malade, est-ce qu’elle va mourir…
      j’imagine toute la tendresse et la complicité qui grandit entre les vieux (ces jeunes depuis si longtemps) et les petits (ces tout nouveaux jeunes)
      elle me renvoie à tant de vécu votre histoire..
      je penserais fort à vous en ces temps caustiques
      et surtout j’espère très fort que les paillettes ne pénétreront jamais l’organisme de votre sœur
      j’espère que les paillettes n’atteindront pas le quatuor

      prenez soin de vous
      tchek de coude (à travers l’écran, çà fonctionne)

      PS : Baptiste, nous donnerez-vous des nouvelles ?

  4. Lorraine

    Actuellement mes enfants ont peur pour moi et moi j’ai peur pour les personnes âgées chez qui je travaille..J’ai peur mais ne pas rendre les choses encore plus anxiogène alors sourire à en avoir des crampes et serrer les poings quand je vois des gens ignorer les consignes et les mettre en danger.

  5. Linette

    Je maintiens, pauvre de nous, pas respectés même si nous sommes nombreux à manifester notre mécontentement. En plus d’être financiers comptables ils sont sourds et aveugles. Nos décideurs ne désirent pas le bien commun, juste le leur. Toutefois il reste des “gens biens” il faut arriver à qu’ils puissent se faire entendre.
    Bon courage. (j’ai l’âge de vos parents)

    1. Tartelette

      C’est rassurant que les enfants aient des formes légères. Mais ce n’est pas rassurant que les aînés aient des formes sévères. Je ne comprends pas cette désinvolture de certains face à ce virus épouvantable.

    2. natsou

      On est d’accord qu’il est dans l’ordre des choses d’enterrer ses parents, et pas du tout normal d’enterrer ses enfants.

      Ce n’est cependant pas une raison pour prendre à la légère un virus qui touche surtout les vieux. Passé la blague cynique et déjà éculée “ça y est on a résolu la question des retraites !”, il faut être conscient que c’est normal que les vieux meurent un jour, mais pas normal que cette mort soit hâtée par un virus si mal géré par “les connards qui nous gouvernent”

      Alors on continue à entourer nos aînés et ainées (et toutes les personnes fragiles), de loin… on se rappelle que s’iels n’ont plus de rôle dans la société, c’est pas leur faute mais bien la faute d’une société qui considère qu’on n’a pas de rôle hors de la richesse qu’on produit (richesse pour qui, pourquoi ? Oulà, questions subversives !!)

  6. Laurence

    Votre message me touche d’autant plus que ce soir, un vieux monsieur se meurt à Sarreguemines; un choix a été fait, pour pouvoir donner une chance de survie à une personne plus jeune que lui. Et j’ai bien peur que dans les jours qui viennent nous allons encore être confrontés à ce choix…

  7. Corinne

    Merci Baptiste pour ce que vous êtes et ce que vous dites.

    Aujourd’hui c’est l’anniversaire de ma fille, 21 ans le 21.
    Et nous l’avons fêté de façon très bizarre.
    Ma fille et moi devant le gâteau
    Mon autre fille, qui est pharmacienne, dans son appartement à Paris
    Et mon mari qui est bloqué en province
    Tous en communication FaceTime et whatsapp.
    Ce n’est que partie remise pour le fêter tous ensemble quand le confinement sera levé.

    Merci à tous les soignants et à tous ceux qui travaillent pour nous permettre de vivre.
    Nous restons chez nous.
    Et du courage à tous. En espérant que cette épreuve change le regard de l’humanité.

  8. mimi

    Les Chinois, qui ont beaucoup mieux géré la crise que nous, qui sont beaucoup plus disciplinés que nous, ont mit 3 mois à en venir à bout. Je vous laisse imaginer ce que ça va durer ici, les vie humaines balayées. J’habite à côté de Mulhouse, c’est déjà Hiroshima. Et non, elle ne touche pas “surtout les plus de 70ans”. C’est juste que eux, ‘ils en meurent (on parle même pas des 80 ou 90 ans). Partez du principe que tout le monde l’a (c’est presque vrai), et vous comprendrez peut être pourquoi il faut strictement rester chez soi. En sortant, vous tuez des gens, du dehors, puis du dedans. C’est si difficile à comprendre?

    1. mimi

      Pardons, Baptiste, en me relisant je réalise que vous pourriez croire que je m’énerve contre vous ! bien sûr que je m’adresse “aux gens” en général. C’est juste très difficile, ce qui se passe ici !

    1. FredSou

      Mais même les cons ont une âme :-)))
      Et qui déciderait de qui est con et qui ne l’est pas ? Je vous accorde qu’il y a des cas flagrants. Mais on doit tous être le con de quelqu’un.
      Les médecins ont résolu le problème: ils soignent sans distinction d’âge, de sexe, de conviction, de nationalité, de… connerie. C’est leur apostolat et c’est leur fierté.
      Quand aux cons qui ont diminué les capacités de réponse à une épidémie pour des raisons budgétaires (merci l’Europe et ses 3%), ils devront rendre des comptes au peuple. Cependant, leur pire juge devrait être leur conscience. Mais en ont-ils une ?
      Prenez tous soin de vous et des autres…

  9. Le chêne vert

    C’est maintenant que je suis rentrée dans l’âge vénérable des plus de 70 ans, que je réalise vraiment à quel point la vieillesse arrive vite. Certes, je marche, je joue du piano, je monte à cheval etc… Mais j’ai moins d’allant, moins le courage. Cependant il faut continuer à lutter et à montrer l’exemple à nos enfants et petits-enfants afin qu’ils puissent dire “ma grand-mère ou mon grand-père, c’était quelqu’un, j’aimerais bien vieillir comme lui ou comme elle ou lui”.

  10. Jocelyne

    Merci pour ses mots qui me font pleurer. La honte d’en arrivé à des sélections par l’âge. Comment avons nous pu en arriver à ce que le monde de la Santé soit aussi devenu un domaine de productivité. Le prix a payé va être cher et encore pour les plus faibles et les plus démunis. Faites attention à vous

    1. Aline

      Eh ouais, des mois, des années que l’on réclamait, des lits, des moyens de soigner dignement….Moi, infirmière en cmp, on m’enmerde pour que je code, que j’oublie pas (j’ai autre chose à faire= mon travail auprès des patients) et ça ça passe après, pour moi) . Une vraie petite entreprise, l’hôpital d’aujourd’hui.
      On nous abîmé nos âmes, à nous demander de travailler comme des salauds.
      On vous aime, les vieux, QUOIQU’IL EN COÛTE PAS DU TOUT. On vous aime avec vos gestes lents, vos mémoires qui déraillent, la vie encore là dans vos petits yeux de vieux (les yeux des très anciens sont souvent très beaux). Je parle içi des vieux que je connais, en Ephad, ou chez eux avec pathologie psy.
      Bon courage à tous. Et pour tous ceux qui seront encore là, je vous assure que l’on oubliera pas. Enfin, j’espère que cette fois les gens de tous les jours se bougeront AUSSI.

  11. Véronique

    Je connais beaucoup de personnes de plus de 70ans qui sont plus actifs que des « jeunes » de 30 ou 40 ans ….
    A partir de quel âge il faut se faire euthanasier ???
    Merci Baptiste

  12. Pastelle

    Qu’elle est belle votre maman. Et comme elle doit être fière de vous, et de votre soeur aussi…
    J’espère qu’il y aura des jours meilleurs, sans vitres entre vous tous.

  13. joce

    Bonjour, nos enfants sont grands, ils habitent loin de nous depuis leur majorité, études et travail obligent. Nous aussi avons toujours habité loin de nos parents ce qui veut dire que nous ne sommes pas une famille très proche géographiquement. En temps ordinaire, nous savons que tout le monde va bien et quand ça n’est pas le cas nous l’apprenons très vite aussi. Le téléphone et ses applications nous tiennent rapprochés pour les choses les plus futiles comme pour les dans les situations les plus graves. Depuis la maladie puis le décès de ma mère, mon père m’appelle tous les jours. Il souffre beaucoup de ne pas nous avoir tous à proximité comme il a vécu lui aux alentours de sa famille à la campagne. Les temps changent. Il regrette de ne pas avoir l’occasion de transmettre ses observations de la terre, ses trucs de jardinage, son histoire, celle de son village. Nos enfants ont quitté la maison familiale, leurs copains de classe, pour d’autres écoles brassant des jeunes d’origines très différentes. Ils s’y sont fait de nouveaux amis puis se sont séparés pour des raisons professionnelles. Ils ont eu des amoureuses, des amoureux qu’ils ne voyaient que le weekend voire un weekend sur deux. Ils ont eux aussi leur vie à construire. ce n’est pas si simple parfois.
    Parallèlement à cela ils ont toujours été très attaché aux fêtes de famille, bien plus que que les géographiquement proches. Une cousinade, ils sont là, un anniversaire, ils sont là, Noël même en décalé parce que je suis infirmière et le Noël des infirmiers ça se partage, ils sont là.
    Tout le monde n’a pas la chance de pouvoir embrasser ses parents et ses grands parents tous les dimanches. Par contre depuis que Covid régit le monde, je sais qu’ils appellent leurs grands-parents plusieurs fois par semaine et j’entends bien que nos anciens sont contents. Est-ce par qu’ils ont plus de temps, est-ce qu’ils s’inquiètent? Je pense que Covid fait prendre conscience aux gens de la fragilité de la vie. L’éloignement de ceux qu’on aime nous tourmente souvent. Je n’aurai pas vu le ventre rond de ma fille, sauf en photo sous son visage épanoui, mon papa de 85 ans a rangé sa cafetière car plus personne ne passe boire le café. Il n’est pas vraiment seul. Il a même plus de nouvelles des un et des autres qu’en temps normal. C’est peu comme en janvier où tout le monde s’appelle pour la nouvelle année. Et ma belle-mère de 84 ans a suspendu ses après-midi rumicub et scrabble, elle a rangé sa tisane et ses biscuits. Dehors, les parents ne viennent plus amener et chercher les enfants à l’école. Elle, qui était déjà sourde n’entend plus rien.
    C’est une épreuve pour tout le monde; Que ceux qui travaillent pour le biens des autres restent vaillants et les autres respectueux. Et cet été nous trinquerons tous à la vie!!

    1. Aline

      Moi j’ai un peu d’aigreur, et j’aime beaucoup ce que vous avez écrit, ça m’émeut vraiment. Mon aigreur c’est que si nous avions été soutenu (les soignants) par une indignation collective, ou en tous cas + massive, nous aurions obtenu des résultats pour l’hôpital. Et je ne parle pas que des manifs récentes, mais des appels, nourris de témoignages, depuis des années. Nous allons payer les choix de société que nous avons fait. Nous avons sous les yeux, devant les manques de masques par exemple, la gestion des choses (aller voter bien sûr…….), et autres inepties, le visage des choix que nous avons fait, ou laissé faire, ce qui est encore pire d’après moi.
      Ce que je dis n’est pas un raccourci. Dans un monde idéal, nous n’aurions pas évité ce foutu virus, mais nous aurions été + forts pour le combattre, avec des moyens, des soignants en forme et en nombre, des petits hôpitaux restés opérants, etc etc. Dans ce monde idéal, la valeur de l’humain aurait été ce qui aurait déterminé le reste.

  14. Emmanuelle

    Votre mère mère est magnifique, Baptiste 🙂
    Oui, certains sont cyniques… espérons que ce ne soit pas la majorité de la population.
    J’ai entendu ce matin que les hôpitaux du Rhin sont débordés et sont contraints de faire des choix traumatisants pour les soignants et les familles.
    De même, l’Ile de France va être sous la vague dans très peu de temps…
    Nous pensons beaucoup aux grands-parents, qui sont loin de nous et que nous espérons mieux protégés que nous ne le sommes… nous aidons les voisins, dont les enfants ne sont pas près d’ici, et nous restons loin d’eux tout de même… quelle étrange ambiance !

  15. MarionLR

    J’accepte le confinement sans la moindre résistance justement pour protéger les personnes âgées et fragiles.
    Et quand je vois les rues, les places, les plages vides, je me dis que nous sommes une monstrueuse majorité à vouloir protéger les personnes âgées et fragiles….
    Les restaurateurs, les artisans, les Autoentrepreneurs protègent les personnes âgées et fragiles en arrêtant de travailler et en mettant en danger leur activité .
    Cette société qui suit un « modèle bien merdique productiviste » à arrêté de produire pour protéger les personnes âgées et fragiles.
    Alors quoi? Parce que une minorité de gens pensent « ça ne touche que des vieux, je m’en fiche » on met tout le monde dans le même panier?
    Cette société, elle n’est pas parfaite, et j’espère que le confinement lui fera ouvrir les yeux sur l’essentiel face au futile. Elle ne sera jamais parfaite parce qu’il y aura toujours des individus qui se regarderont le nombril… mais en voyant ces rues vides, ces gens qui se portent volontaire pour aider les personnes isolées, les personnes qui continuent à produire et à vendre de quoi manger dans des conditions anxiogènes , des soignants qui font de leur mieux, etc….. je me dis que nous sommes une MONSTRUEUSE MAJORITÉ d’être humains à prendre soin de nos concitoyens âgés ou fragiles….
    Et moi, c’est ce que j’ai choisi de voir….

  16. Marigolote

    “Ils furent ce que ns sommes, ns serons ce qu’ils sont”.
    Rendons à Corneille ce qui lui appartient, dans Stances à Marquise, en 1658
    “On m’a vu ce que vous êtes;
    Vous serez ce que je suis.”
    Du contexte amoureux de la Pléîade au contexte contemporain de crise sanitaire et sociale , la voix poétique classique est universelle et souvent réconfortante.
    Amicalement.

  17. Ping : « Ils furent ce que nous sommes. Nous serons ce qu’ils sont.  | «Mes coups de coeur

  18. Antoine

    À partir de quand est on vieux.?
    A partir de quand est ce que l’on compte encore ?
    Est on vraiment vieux des lors que l’on compte encore pour quelqu’un ?

  19. dupont

    Dans un commentaire d’hier, je disais : pas “guerre”, mais “combat”; et j’ai peut-être eu tort. Hier, un “jeune” avait organisé une fête au dessous de chez moi. Il m’a volontairement toussé dessus quand je lui ai demandé de fermer ses fenêtres. “Tiens mémé, crève”, a-t-il précisé, pour que tout soit bien clair. (J’ai 55 ans, quand bien même j’en aurais 75…). Les hashtags avec “boomer” font parfois froid dans le dos. Que disait Brassens à propos des cons ?

  20. Ad

    Bonjour Baptiste.
    Ma maman a 69 ans. Elle a gardé mes nièces ces jours derniers. 6 et 4 ans.
    Ma maman est médecin généraliste. Elle continue à travailler, pas le choix, elle est en désert médical. Elle a récupéré des vieux masques de H1N1 (ils sont périmés mais on s’en fiche).
    Ma maman tousse, maintenant.

    1. Nadezda

      De tout coeur avec votre maman.
      Dans cette crise, ce qui m’a horrifié ce sont nos gouvernement qui ont laissé le corps médical travailler sans protection , c’est un crime.

  21. bbloisirs

    Comme votre maman est belle !
    Dans mon village où tout le monde a un jardin , je n’ai jamais autant vu de passants promener leur
    chien !!!
    Ne comprennent ils pas que les soignants n’ont pas besoin de leur comportement irresponsable, quel irrespect, quel manque d’humanité
    Merci à vous et votre soeur pour ce que vous faites, je tremble pour ma belle-fille qui est médecin généraliste qui a du mal à obtenir des masques, certains patients en ont apporté au cabinet, le monde à l’envers !
    Prenez soin de vous

  22. Fahienne POPEE

    Ils furent ce que nous sommes. Nous serons ce qu’ils sont.
    Tellement vrai. La seule chose qui nous rend tous totalement égaux.
    Depuis que j’entre “dans l’âge” (je vais avoir 60 ans) je réalise à quel point les gens ne me regardent plus de la même manière et ne me font plus confiance comme avant. quelle dommage…

  23. Eve

    … Ma mère est partie au paradis des mères courage vendredi matin sous le chant des oiseaux annonçant l arrivée du printemps. Mon petit appartement avait été transformé’ en unité de soins palliatifs , j’ai pu veiller sur elle nuit et jour, rire et sourire quand c’était encore possible, écouter son souffle de plus en plus court, ajuster à la seconde près les soins pour éviter toute souffrance, etc. Je n’aurai jamais pu faire cela sans un medecin dévoué à la cause ” gériatrique” qui est venu à toutes heures opportunes selon l évolution de la situation, que je pouvais joindre à tout moment et qui m’a soutenue et rassurée quand je flanchais où quand j’avais peur par défaut total d expérience ( je suis juriste…) , sans des infirmiers dévoués à la cause humaine, sans des livreurs pharmaceutiques dévoués à la cause de la nécessaire urgence …Ma mère est morte, d une recidive de cancer, sereinement et enveloppée de tout mon amour, chez moi qui était devenu depuis 4 mois son chez elle et oú elle se sentait bien, écoutant de loin la crise du dehors …ma mère avait 90 ans… Au mois de mai 2019 elle collait la nuit venue des affiches sur les murs de sa ville pour les élections européennes….à qui lui demandait ce qui la rendait aussi dynamique et tournée vers les autres , elle répondait sans relâche : la joie de vivre.
    Elle m a offert toute sa vie des leçons de courage et là, au moment de partir, un merveilleux cadeau, celui de me permettre d’accéder pour elle au dépassement de soi et de partager avant l ultime rupture l amour inconditionnel. Nos anciens nous offrent des perles de vie rares, donc précieuses. A nous de les collectionner au collier de notre existence.

    1. mimi

      Oh, Eve, je vous fais un gros hug et vous serre fort. Quelle chance d’avoir eu une maman pareille : cette richesse, c’est pour toujours ! Prenez soin de vous <3

  24. Gilles

    Je suis choqué comme vous que cette maladie ait été prise à la légère parce que tuant principalement des personnes agées.
    Maintenant, le confinement généralisé crée son lot de problèmes, avec crise economique, violence, alcoolisme, innactivité, non accès aux soins … Combien de morts ? Et a contrario avec la diminution de la polution due à l’arret de la production et des transports, combien de personnes sauvées ?
    Si chaque histoire humaine est gravissime, il ne me semble pas anormal que les gouvernements arbitrent, choisissent, et si possible choisissent en faveur de la jeunesse.

  25. Michael Saldukaite

    Bonsoir,

    Je viens de entendre dans l’émission Quotidien : bravo, votre parole est nécessaire ! Merci pour votre engagement !

    Non nous ne sommes pas en guerre mais nous luttons !

    Tout comme il y a quelques semaines, les grévistes ne prenaient personne en otage, ils revendiquaient.

    De la pure Novlangue !

    Merci aussi de prendre soin de vos semblables.
    Bien sincèrement.

    1. Trebua

      “grévistes ne prenaient personne en otage, ils revendiquaient.”
      En bloquant les transports. D’ailleurs, ceux qui revendiquaient le plus étaient ceux qui avaient historiquement le plus grand pouvoir de blocage. Donc parmi ceux qui n’avaient pas les pires conditions de France.
      Donc oui ils revandiquaient mais pour eux. Parce que historiquement c’était efficace. Et “en même temps” ils bloquaient les autres. (a titre personnel je ne suis pas mécontent q’il y ait enfin eu une forme de coup d’arret à ces gens)

  26. Patricia

    Ce sont nos parents, nos grands-parents. Les vôtres. Les miens.

    Ils furent ce que nous sommes. Nous serons ce qu’ils sont.
    TRES VRAI MERCI pour cette belle phrase

    Bon courage à tous les soignants, vous êtes les meilleur, j’espère que le gouvernement s’en rapèlera aprés ….tout ça

    merci d’avoir rappelé à l’émission de quotidien que nous ne sommes pas en guerre mais que nous luttons

    BON COURAGE ET MERCI BEAUCOUP A TOUS LES SOIGNANTS

  27. mathiere

     
    OBJET : Lettre à Monsieur le Président de la République concernant  crise covid 19

    Monsieur le Président de la République,

    Je me permets de manifester mon etonnement : vous portez un masque FFP2 lors d’une visite à 
    l’hopital militaire de Mulhouse
    Je suis medecin generaliste au Pays Basque (lieu d’exode de nombres de privilegies )
    Depuis le samedi 14 mars nous sommes sur le pied de guerre pour monter un  centre Covid à St Jean de Luz  tout en assurant la continuité du service de medecine generale
    Nous nous adaptons aux directives officielles qui changent tous les deux jours, nous avons du batailler pour l’administratif, , la peur au ventre, certains des notres sont malades
    Nous avons eu qq masques FFP2 , residus du G7 , dons de patients ou bien tires du placard  , caches depuis l’episode H1N1.

    Les aides soignants en Ehpad, les ide , sont envoyés au front SANS masques, nous, nous nous faisons avec 18 masques  chirurgicaux par semaine, ..pour consulter parfois 30 malades contaminateurs 
    Une fois de plus , vous manifestez donc un cynisme et une arrogance sans nom, votre FFP2 sur le nez alors que je doute que vous ayez un geste invasif à realiser aupres d’un patient exsangue

    Nous manquons de personnel (cela fait 10 ans qu’on vous alerte, heureusement il semblerait que le Dr Buzyn, au terme d’une enieme virevolte, ai retrouvé sa vocation et soit prete à venir se devouer et risquer sa vie aupres des patients , nous sommes sauvés), de masques, de respirateurs..Vous le savez, vous pensez que vos 30 lits , hautement mediatisés , vont vous sauver la face, a defaut d’etre suffisants pour sauver des vies.

    Nous essayerons d’etre à la hauteur de notre profession, de notre engagement, sans moyen , dans cette crise mondiale qui va mettre à plat tout le systeme capitaliste mondial, en perdant nos retraites , peut etre notre systeme de santé , parfois la vie . 

    Votre place est  à l’elysée, confiné, en louvoyant entre vos conseils scientifiques dont on n’arrive meme pas à connaitre le nom , (proposer un confinement aprés les elections sent le conflit d’interets) , le monde de la finance et la protection de votre propre personne.

    Arretez vos photos avec un masque FFP2, c’est , une fois de plus, indécent.

    Monsieur le Président de la République, je vous adresse l’expression de mes sentiments  citoyens.

  28. Lectrice

    Quel beau portrait de votre mère, Baptiste. Chérissez vos parents tant qu’ils sont encore là.
    L'”utilité” de quelqu’un ne se mesure pas à ce qu’il “rapporte”, on n’est pas des chiens dressés…
    Quant à la vieillesse, elle se mesure de façon très variable, selon la santé et le moral (qui influence le physique…).
    Mais que dire quand, en recherche d’emploi, après 40 ans on est évalué “senior”, après 45 ans “trop vieux, trop cher” (on parle de finance, pas d’amour)…
    Ce qui est terrible est de constater où nous a mené la course à la rentabilité et à la consommation: dans une impasse où le coronavirus a beau jeu de nous tenir acculés. A moins que nous ne changions enfin de paradigme… espérons…
    Qui a dit que la beauté sauvera le monde ? il a bien raison, et moi j’y ajoute la bonté.

  29. Nadezda

    Je ne savais pas que j’étais vieille, le corona me l’a dit, mais le corona c’est un menteur car tant que je pourrais planter un arbre je serais jeune 🙂
    Votre maman est magnifique 🙂

  30. Giroflée

    Magnifique Baptiste. Magnifique votre Maman, votre sœur, vos mots, vous Baptiste… Vous êtes tous magnifiques…Merci. Merci et prenez soin de vous …

  31. anne marie riviere

    merci vous parlez avec le cœur nous nos mamies sont partis elles sont reste chez elle l une jusqu a 92ans elle etait contente lorsque elle avait sa petite fille a 16h the et petits gâteaux et puis pour mamie Marthe elle a eu la maladie Alzheimer elle est venue avec nous pas question de la mettre dans un mouroir elles nous manquent et maintenant je suis atterré de ce confinement et de cette deshumanisation envers les plus de 65ans

Répondre à joce Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *