N’aie pas peur, jamais.

Alors voilà, il y a de cela un an, j’envoyais anonymement un recueil de poèmes à l’éditeur, auteur et critique littéraire Eric Poindron.

Il n’avait aucun moyen de savoir qui l’avait rédigé.

Avais-je besoin de (re)faire mes preuves ? De me persuader que je n’étais pas un imposteur ? Après les romans, le théâtre, les nouvelles ?

Deux mois plus tard, alors que je m’imaginais ledit recueil achevant lamentablement sa vie au fond d’une broyeuse, je recevais ce message : « Je ne sais pas qui vous êtes, mais vous êtes un poète. Rencontrons-nous ». Signé : Éric.

Voilà comment, dix mois et une neuve amitié plus tard, je suis immensément fier de vous annoncer la sortie prochaine de mon premier recueil de poèmes, illustré par le fantastique et talentueux peintre Joséphin Bastière.

Le recueil s’appelle « N’aie Pas Peur, Jamais ».

Il sera disponible en avant-première au salon du Livre de Paris (on inaugure la collection le samedi 21 mars à 17heures ! En compagnie de Dominique Tourte qui a rendu l’aventure possible), puis dans toutes les librairies début avril.

Je vous en parlerai encore et encore…

Il est, à mes yeux, bien plus qu’un recueil de mots, la preuve que je n’ai volé la place de personne.

PS : Je suis infiniment désolé : à priori un Bug fait publier plusieurs fois l’article et vous inonde de mails. Je déteste être spammé. Toutes mes excuses pour ce cafard dans la machine…

26 réflexions sur « N’aie pas peur, jamais. »

  1. Emma Delaunay

    Magnifique!
    Eric Poindron, dont je connais les écrits, mais que je ne connais pas personnellement, semble être un être exquis.
    Donc je suis très contente pour vous.
    J’aime beaucoup la poésie, j’ai besoin de poésie dans ma vie, après tant d’opérations chirurgicales dont la dernière en date du cerveau, qui a bien failli me tuer.

  2. Nat

    En effet, j’avais déjà reçu un mail. Ou deux. Que je n’avais pas ouverts. Tant de choses que par paresse ou par bêtise, on reporte. Thank God il y a un Bug et pas de hasard.
    Un jour peut être je n’aurai plus peur de le finir ce pu**** de bouquin. Un jour peut être j’enverrai un petit paquet de phrases à quelqu’un, comme on jette une bouteille à la mer. Ce jour là, je penserai fort à toi et à ce généreux coup de pied au cul.

  3. Martine MATO

    La poésie est le meilleur médicament pour l’âme,
    Alors mettons de la poésie dans nos vie, sans modération, avec passion
    cela ne changera pas le monde, mais notre monde intérieur !
    Hâte de vous lire Baptiste
    et bravo pour votre pluralité talentueuse

  4. Lecornu Maite

    Mais Baptiste, comment faites vous ? J’attends votre recueil avec impatience ! … Merci d’avance …. et continuez a nous aider et nous émouvoir ….. et nous aider à vivre ! ….

    1. Clémence

      Bravo pour cette nouvelle aventure! Pourrez vous nous raconter dans une prochaine publication comment cet éditeur vous a retrouvé alors que vous n’aviez rien signé?
      On sentirait comme un début de roman dans cette histoire !
      A bientôt

      Clémence

      1. Baptiste Beaulieu Auteur de l’article

        Coucou
        Il y a des tas de manières de communiquer aujourd’hui tout en restant anonyme 🙂
        Les mails les téléphones les bonnes fées aussi etc 🙂

  5. Ninette

    Pas grave, effectivement !
    De plus, il semble que tout soit rentré dans l’ordre, je n’en n’ai qu’un pour ce dernier.
    Merci de nous montrer toute votre sensibilité à travers vos œuvres. Ça fait du bien de ce reconnaître quelque part
    Félicitation à vous

  6. Valentine

    Bravo Baptiste! C’est fou tant de talents dans un seul corps. J’aurais le quart de vos qualités mon égo ne passerait plus les portes je me réjouis de vous lire!

  7. natsou

    Au plaisir de lire cette nouvelle oeuvre, dont je ne doute pas qu’elle me portera encore, comme ce blog depuis des années et comme les livres…

    Si en plus elle te permet de faire péter un syndrome de l’imposteur, c’est tout bonus ! Evidemment que tu es un artiste, le nombre de personnes dont tu alimentes les rêves et les émotions le dit plus que tout… et même si nous n’étions qu’une poignée ça vaudrait le coup.

    Tant pis pour celleux à qui ça ne plaît pas, et encore plus tant pis pour les jean (et jeanne)-foutre qui, planqués derrière leur anonymat web, dissèquent tes moindres mots et gestes pour te les reprocher… je leur souhaite un jour de vivre.

    Merci pour ce que tu fais. Les témoignages (qu’on voit moins, dommage !) les chroniques, les livres. L’humanité.

  8. Thomas

    Bravo Baptiste ! Hâte de lire ces poèmes 🙂
    Tu n’as peut-être pas idée du côté poétique de la situation actuelle.
    Je suis étudiant en 4ème année de médecine et je suis en train d’apprendre le cours sur l’AVC, en révisant toute la vascularisation artérielle cérébrale au passage. Et je pense évidemment à mes 2 grands-pères et à ma grand-mère qui ont tous les 3 eu un AVC (1 de mes grands-pères en est mort d’ailleurs). Un bon vieux syndrome de l’étudiant en médecine quoi, qui me fait quand même un peu flipper pour mes proches.
    Et là, je vais sur ta page comme souvent lorsque j’ai besoin d’un petit boost de motivation, quand l’absurdité des études de médecine tape un peu plus fort que d’habitude, et je vois ce qui me semble être une artériographie des troncs supra-aortiques en couverture d’un recueil de poèmes intitulé “N’aie pas peur, jamais.”
    Belle synchronicité.
    Merci Baptiste !

  9. Sarah

    J’achète ! Déjà parce qu’un médecin poète, c’est pas courant, et puis j’adore la poésie qui se fait trop rare. En plus, je n’ai jamais lu vos romans, et ça c’est mal ! Surtout que j’avais offert votre premier livre à mon frère, étudiant en médecine, et cet ingrat n’a jamais voulu me le prêter.

Répondre à LE NAIL SYLVIE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *