La femme qui avait bien marché.

Alors voilà, l’été, tu nous faisais du lait caramélisé. On s’installait devant nos tasses et tu nous racontais comment, plus jeune et pendant la guerre, les convois de prisonniers passaient devant la boulangerie de ton père. Tu sortais de temps en temps avec trois-quatre grosses miches de pain et tu les distribuais aux juifs, aux soldats, ceux qui partaient dans les camps. Tu nous racontais comment, une fois, un soldat SS (tu disais “le sale Boche”) t’avait obligée à refluer dans la boutique en te collant la baïonnette de son fusil contre le ventre. Tu en tremblais encore, tu avais la marque. Pour toi, c’était comme si tu avais fait la guerre, même si nous nous regardions en nous disant tout bas que tu exagérais, que la guerre ce n’était pas ça. 

Tu es morte cette nuit, dans ton sommeil, et tu vas me manquer. Tes histoires vont me manquer. Tu me disais d’en écrire. Je l’ai fait mais quand tu tenais mes romans dans la main, tu prétendais les avoir lus, mais c’était faux : à la fin, tu n’arrivais plus à lire. 
La vraie guerre a été celle-là : lorsque tu as commencé à ne plus te souvenir de la recette du lait caramélisé, quand tu as demandé qui étaient ces inconnus qui venaient te saluer et t’appeler mamie, quand tu as demandé qui était ce “Baptiste Beaulieu” dont les livres trônaient sur ta table de nuit. Quand tu as vu ce que, toi seule, voyais : toutes les nuits, chuchotais-tu, un homme venait s’asseoir sur ton ventre et t’observait dormir. 
Je crois que c’était ton “sale Boche” qui revenait te hanter, toutes ces années après. À cause de la marque. 
Nos vie sont courtes, nos joies minuscules, nos douleurs impossibles à consoler, et l’espérance de retrouvailles bien incertaine. Je vais travailler, je vais soigner. J’ai le coeur lourd et je vais le cacher aux patients mais je te promets, ma petite mamie, que ce soir j’essaierai toutes les recettes de laits caramélisés. Pour te retrouver un peu. Te parler et te dire que je t’aime, que tu me manqueras, et que ta route a été longue, mais que tu l’as faite, cette route, et que tu as bien marché.

113 réflexions sur « La femme qui avait bien marché. »

  1. Nicole

    Baptiste, même si c’est dans l’ordre des choses, ça fait quand même sacrément mal. Elle est devenue à présent un beau souvenir que vous chérirez jusqu’à la fin de votre vie. Je vous présente mes très sincères condoléances et je vous embrasse.

  2. Margot

    C’est tellement difficile de voir diminuer celle qui nous a vu grandir. De voir disparaître celle qui nous as transmis de beaux souvenirs gustatifs et tant d’autres. Accompagner nos aînés vers la fin n’est pas une chose à laquelle le nous avons été préparés mais c’est ça aussi la vie. Et la vie est tellement belle malgré ces moments de tristesse infinie. Je ne connais pas de recette de lait caramélisé mais je te souhaite de trouver celle qui te plait (merci Google). Et puisque je fais partie de ceux qui prient, je vous confierai dans mes prières, elle et tout ceux à qui elle manque.

  3. Valerie Adatte

    C est une grande perte une grand maman. Je suis certaine que la ou elle est elle a lu et grandement apprecie vos livres… autant voir bien plus que vos lecteurs. Et qu elle est tres fiere de son petit fils mefecin ecrivain distributeur de sourires. De tout coeur avec vous… val

  4. Corinne

    Si seulement je savais te réconforter avec les mots, comme tu sais si bien le faire pour nous!!! Je ne peux que t’envoyer un calin, un gros calin comme on en fait aux enfants terrassés par un grand chagrin. La route est longue et difficile mais c’est en effet la marche qui fait l’homme.

  5. vivi

    La vie nous apprend beaucoup de choses, mais ne nous prépare jamais à la perte d’un être aimé. Heureusement, personne ne peut prendre nos souvenirs et les empêcher de nous réconforter.

  6. Marie Hélène

    Nos grands mères partent toujours trop tôt! Courage Baptiste! Je t’embrasse! Excuse moi de te tutoyer mais tu pourrais être mon fils et ma fille est médecin tout comme toi! Nous faisons tous partis de cette grande famille qui prends soin des autres et qui parfois même avec le coeur gros, continue à le faire!

  7. Tsuvane

    Cela fait maintenant 11 ans et elle me manque toujours. Je pense que toute notre vie on reste le petit fils ou la petite fille d’une grand-mère adorée …
    De tout coeur avec vous.

  8. Rosi

    Toutes mes condoléances … Phrase bateau mais la seule qui me vient à l’esprit la de suite.
    Le décès d’une mamie me renvoie toujours au deuil à moitié fait de la mienne partie il y a 30 ans

  9. Julie

    Des bises. Des milliers de bises pour tenter de soulager voutre douleur.
    Ma mamie a moi à rejoint les étoiles, et je suis sûre que la vôtre veille sur vous. La douleur ne part jamais vraiment mais on s’y fait. Et on repense aux mille et un souvenirs heureux, joyeux, heureux.
    Je vous embrasse fort

  10. anne

    Préparer un caramel (pour une crème caramel, des oeufs à la neige, ouatever) en faisant fondre 100g de sucre blanc avec trois cuillères à soupe d’eau dans une casserole à feu vif.
    Une fois le caramel utilisé, s’apercevoir qu’il en reste au fond de la casserole et que c’est impossible à décoller, même en grattant comme un fou au poinçon et à la massue.
    Se raviser, et laisser la casserole reposer à l’air libreaprès l’avoir remplie à moitié de lait.
    Repasser quelques heures plus tard : le lait caramélisé est prêt, et la casserole n’a plus qu’à être rincée.
    Bonne dégustation.
    🙂

  11. Luc

    Cher Baptiste.
    Me voici papi à mon tour et je vais essayer d’être au moins à midi hauteur de ma mamie et de mon papi retournés à la source il y a longtemps maintenant.

  12. Anne'o'nyme

    Courage, et pensées. A toi qui a vécu une chose similaire à ce que ma Mamie, à moi, vit en ce moment. A toi qui écrit ce texte simple et magnifique à la fois, et à qui je vais penser lorsque j’irai jeudi au morbide mouroir de st machin. Au courage qu’il fallait parfois pour la voir et à celui qu’il faut maintenant. Et surtout, caramélisée, bonne dégustation. Parce que les grands-mères nous apprennent cela, je crois, de différentes manières : la vie, ça se déguste, et on aurait parfois tort de faire la fine bouche.

  13. Nanou

    Ma “dernière” Mamie est partie au pays des poneys multicolores le dernier jour de 2015. Elle avait 93 ans, et on aurait dit que du coup c’était anormal d’être triste. “Oh elle a eu une longue vie hein, ça va”. Oui mais non. C’est TOUJOURS dur de perdre sa Mamie. On a le droit d’être triste, même si c’est la vie (?) Courage à toi et 1000 bises au caramel.

  14. kalou

    oh punaise BAptiste tu m’as fait pleurer en te lisant …. un peu de mes mamies, un peu de ma maman, tout m’est revenu j’ai ressenti la tristesse du moment où elles sont parties; oui comme tu le dis si bien elles ont toutes bien marché…

  15. Ax-L

    Courage et chaudoudoux. Chouchoute les souvenirs. J’ai perdu ma dernière grand-mère le 2 janvier 2015, elle est partie rejoindre son mari parti le même jour 19 ans plus tôt. Tous deux ont été des gardiens de mon enfance. Ils nous ont raconté aussi des histoires de la guerre, parfois même ça nous faisait rire, surtout quand ils nous racontaient comment ils avaient réussi à entourlouper les Boches.
    Bonne chasse à la recette du lait caramélisé, moi c’était les beignets.

  16. Fany

    Que dire? L’amour pour la mamie. Que ces prisonniers nourris par ta mamie lui fassent une haie d’honneur en arrivant aux cieux… Que ce serait beau. Bises

  17. Marmotte

    Oh Baptiste, je compatis, je te fais des gros bisous, t’envoie des pensées multicolores, pailletées, mille sourires et beaucoup de tendresse…
    De belles étoiles pour nos mamies, où qu’elles soient…

  18. mrs nobody

    Bonjour Baptiste
    Je me permets un gros hug virtuel pour prendre un peu de votre peine. Vous avez tant de chance de l’avoir eue dans votre vie, cette mamie, c’est un trésor inépuisable que l’amour de sa famille ! Tout le monde n’est pas riche de cela… Fermez les yeux et sentez son amour, c’est là votre force, le cadeau qu’elle vous a fait ! il est là, en vous, pour toujours ;o)

  19. charlotte

    De tout coeur avec vous Baptiste. Une pensée pour tous les ailleuls partis trop tôt, trop vite. Que les souvenirs des moments partagés reviennent chaque jour réconforté votre coeur meurtri.

  20. carolaluciole

    oh M .. Baptiste ……. tellement de choses positives pour toi ….. plein de courage ….. et continue de donner comme tu le fait si bien !! XXXX Carol

  21. maynine

    Ce texte d’amour et de poésie douloureuse et tendre a ré ouvert ma propre histoire et il me plait à croire que nos grands-mères respectives tricotent ensemble, là haut, les grandes écharpes blanches qui adoucissent le ciel, le soir, quand nos pensées vont vers elles…
    J’aime l’idée que d’autres petits enfants vont s’approprier cet hommage, des enfants comme vous Baptiste ou des déjà grands-mères comme moi et que de proche en proche, de témoin en témoin, d’amitié en amitié ce texte va adoucir le chagrin du partir.
    Parce qu’il peut aussi y avoir des poussières d’étoiles dans les mots et un lait au caramel.

  22. Evelyne

    une très belle pensée pleine d’amour pour toi et tes proches (ta mamie sera dans mes prières) un énorme hug rien que pour toi. Je disais à ma mère, avant son départ, que, tant qu’il y aurait des personnes pour se souvenir de son passage, elle serait encore un peu avec nous. Tant que tu dégusteras avec délice le lait au caramel, ta mamie sera près de toi, je sais que tu vas penser à elle avec amour.

  23. nadine

    merci de m’obliger à penser à la mienne qui est partie depuis 2 ans et dont je fuis le souvenir parce que le manque est douloureux… merci de me rappeler de penser à la tarte aux pommes… à sa guerre puisqu’elle avait vu le jour en 1919 .. à sa tendresse, à tout ce qu’elle m’a transmis. Merci de me rappeler que sans elle qui a si bien marché, je ne tiendrais pas debout. Merci de me parler d’espérance incertaine de retrouvailles. parce que dans ce groupe de mots, il y a quand même “espérance” et” retrouvailles”. Courage pour les moments éprouvants à venir. Merci

  24. Pauline

    Un médecin dont je tairais le nom a écrit dans un de ses livres, que je cite de mémoire ne l’ayant pas sous la main, à propos de la mort de sa maman, cette phrase dite avant de mourir…
    “ne pleure pas … tu me continues”
    Vous voyez surement la phrase exacte dans un petit coin d’encre et de papier, qui m’a beaucoup apporté.
    N’empêche que. C’est dur.
    Parce qu’il faut beaucoup d’amour pour aider une âme à s’en aller, et il en faut beaucoup pour la laisser s’envoler, et que cet amour-là vous met son fichu gout de sel dans le coeur et parfois la gorge.
    L’amour construit, nourrit, et celui que votre Mamie vous a donné, vous (nous) (au genre humain, quoi) le dispensez depuis longtemps dans vos écrits et la vision que vous avez de votre métier.
    Et cet amour là, celui donnée par votre mamie, continuera, à travers vous et les autres.
    N’empêche, c’est dur.
    Sacrément dur.
    Alors dans l’immédiat , je vous souhaite juste du fond du coeur, bien que nous ne connaissions pas :”Bon courage, Baptiste, à vous et vos proches”.

  25. Babou

    ma grand-mère, décédée en 1982, continue de m’accompagner au quotidien par ces petites phrases pleines de bon sens, comme l’étaient les paysans de l’époque…Elle a été ma confidente durant l’adolescence où j’étais en désaccord avec ma mère et m’a permis de rester dans “le droit chemin”. je suis maintenant une mamie de 60 ans et j’espère vivre assez longtemps pour, à mon tour, transmettre traditions et recettes.
    Et je cite souvent ma “mémée”, comme çà elle n’est pas tombée dans l’oubli malgré les années.
    Merci Baptiste pour cette humanité, cette tendresse qui font du bien.
    Affectueuses pensées.

  26. Mathea

    Des hugs, des câlins, des bisous, des pensées.
    Imagine comme ils doivent toutes et tous se régaler là-haut avec ce bon lait caramélisé!

  27. Bulledesavon

    Toutes mes pensées pour toi Baptiste et ta super mamie qui a rejoint ceux partis avant elle. Ne soit pas triste, tu la reverras j’en suis certaine, mais prends tout ton temps et aime, soigne et écrit en attendant …
    Gros serrage de bras ♡

  28. Muriel

    Parce que ma petite mamé aussi me manque, je sais combien tu vas essayer toutes les recettes de lait caramélisés. Des pensées, à toi, à la famille,.

  29. V*

    Ma petite mamie est partie il y a à peine plus d’un an, et je garde en bouche ses nombreux petits plats, et au coeur tous les souvenirs que j’ai d’elle.
    Le point final est bien dur. Mais finalement, à travers vos mots, vous montrez que le point n’est pas si final que cela.
    Courage et amitiés.

  30. Francine

    Que vous dire, cher Baptiste …Les mots sont vains dans ces circonstances.
    Simplement je suis de tout coeur avec vous et partage votre peine.
    Je me permets de vous faire un gros bisou.
    Francine.

  31. Agnès

    Bon courage Doc,
    Elle était déjà un peu “partie” depuis que sa mémoire lui faisait défaut mais tu sais que maintenant c’est irrémédiable. Bises d’une maminette

  32. Julie

    Je te souhaite de retrouver ta mamie dans ces beaux souvenirs: à chacune de ses histoire dont tu te souviendras, à chaque lait caramélisé que tu boiras,…
    Bises Baptiste

  33. Véronique

    Si nos messages peuvent, juste un peu, soulager ta peine… Tu ne l’oublieras jamais, dans longtemps tu n’y penseras plus tous les jours et ce sont les meilleurs souvenirs qui reviendront alors. Mais il te faudra du temps. Alors, oui, travaille, écris, vis pour oublier. Plein de bisous “caramel”

  34. Ollia

    Mes sincères condoléances Baptiste. En espérant que vous trouviez cette fameuse recette miracle. Du soutien, plein plein de soutien, dans cette épreuve.

  35. Ôde

    J’ai perdu ma mamie il y a 1 an 1/2, ce n’était pas la reine du lait caramélisé ni de la cuisine en général d’ailleurs…Mais c’était la reine du tricot et avec 8 filles, 8 gendres, 24 petits enfants, presque autant de valeurs ajoutées (c’est comme ça qu’on appelle les conjoints chez nous…) et des arrières petits-enfants que je ne compte plus, elle a beaucoup tricoté… Comme je comprends ce besoin de lait caramélisé… Moi, j’ai bien essayé de tricoter !! Courage, souvenirs et joie malgré tout…Ne serait-ce que pour ce lait caramélisé !!

  36. Roger

    J’ai perdu ma grand-mère il y a pile un an, Baptiste. Mon fils vient de perdre la sienne. Je lui ai dit que, tant qu’elle serait dans son coeur et des souvenirs, elle ne mourrait pas vraiment. Ainsi, tu prolonges sa vie, gentil docteur. Et, là où elle est, elle doit être vachement fière de toi !

  37. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Mon premier commentaire a disparu, cela n’est pas bien grave;
    Je te disais que ma mémé faisait le meilleur couscous du monde entier de l’univers …… J’avais ton âge quand elle est partie faire du poney multicolore.
    Je te confirme que le goût de ce lait caramélisé tu ne l’oubliera jamais.
    Je t’embrasse Baptiste et j’ai une pensée pour toutes les mamies, mémés, mamou, mamoune ….. qui s’envolent toujours trop tôt.
    La bise

    1. Cath

      Ma mamie faisait le meilleur couscous dans une ville dont le cimetière était si beau à voir qu’envie de mourir il te donnait… Elle me racontait qu’elle y était entrée par un petit chemin caché et qu’elle s’y était assise au calme pour se remplir de la beauté du lieu. Moi, je ne comprenais pas vraiment à l’époque, ne connaissant que la grisaille d’un pays au ciel si triste qu’on disait qu’un canal s’y était pendu.
      Maintenant, Mamie repose, et elle regarde le soleil se lever tous les matins, comme elle l’avait souhaité.
      Et je pense à chaque tarte que je ne mange plus. Avec envie, certainement, mais aussi avec bonheur, tout au fond de moi.

  38. virginie

    Elle a pris le temps de naître
    le temps de marcher
    le temps de parler
    le temps d’aimer
    le temps de pleurer
    le temps de vivre
    le temps de mourir

    Toi aussi prends le temps.

  39. Tine

    Mes grands mères m’ont laissé plein de souvenirs notamment ma grand mère paternelle. Elle nous gâtait de compotes maison, de gâteaux. Nous avait appris plein de jeux de cartes, nous passions des soirées entières à jouer même à l’adolescence nos copains se ralliaient à nous. Elle adorait être entourée de ses enfants, petits enfants, arrières petits enfants plus il y avait du monde, plus elle était heureuse. Elle ne nous a jamais dit qu’elle nous aimait et réciproquement, mais nous le savions, nul besoin de mots. En partant elle a laissé un vide immense, mais tant de beaux et bons souvenirs continuons de les faire vivre… On ne meurt vraiment que lorsqu’il n’y a plus personne pour se souvenir. Courage Baptiste elle vit en vous. Toute mon affection.

  40. carl roque

    Une mamie pas loin de chez moi m’avait raconté, comment toute jeune fille, elle avait rencontré un officier allemand un peu las, qui lui avait dit qu’il avait une fille qui lui ressemblait, il la voyait parfois et lui glissait : dites a vos amis que nous ferons une descente demain à tel endroit… elle courait prévenir ses “amis. Il avait deviné qu’elle faisait partie d’un réseau. Il a été fusillé par ses compatriotes avant qu’ils ne quittent Lyon.

  41. adèle

    Je crois bien que dans la tête des mamies, quand l’odeur du lait caramélisé s’est dissipée, et que la recette s’est envolée, il reste toujours, niché dans un petit hippocampe, l’image d’un garçonnet espiègle aux cheveux bouclés, le son joyeux des rires des fillettes et le goût salé-sucré de leurs larmes enfantines.
    C’est juste qu’elles ne savent plus nous le dire.
    Courage.

    NB Pis p’têt que ce Baptiste Beaulieu, il existe même pas.

  42. Babette

    Ma “mémère” nous préparait des goûters de rois… en rentrant le soir nous n’avions plus faim du tout…
    Je vais être mamie pour la première fois dans environ 2 mois, et j’espère donner autant d’amour à mes futurs petits enfants que celui qu’on sent bien que votre mamie a donné avant de partir au pays des poneys multicolores.
    amitiés…

  43. verodetlse

    Le meilleur souvenir de mon frère en voyage de noces dans la baie de Somme? A la pension où ils logeaient, le cuisinier avait fait le “rata de mamie” (décédée alors depuis plus de 10 ans), il en a eu les papilles toutes retournées.

    Nos mamies, mémés, mémères prennent toutes le même chemin, mais tant que nous, petits-enfants, les faisons vivre dans nos souvenirs, elles sont encore un peu vivantes.

    gros free hug

  44. Louisa

    Cher Baptiste, je me suis tellement reconnue dans vos propos. Ma grand-mère aussi est en phase terminale de cette terrible maladie, elle aussi parlait de la guerre (sauf qu’elle, elle était de l’autre côté du Rhin, Allemande, mais tout aussi désemparée par la guerre que l’était votre mamie) et nous gâtait de sucreries. Maintenant elle a tout oublié de son ancienne vie mais moi non.
    Courage à vous dans ces terribles instants et n’oubliez pas qu’elle continue de vivre à travers vous.

  45. Louise B

    Cher Baptiste. Merci d’abord pour ce site et vos écrits. J’ai perdu ma mamie chérie voilà six ans. Dans huit mois, je serai mère pour la première fois. Qu’elle aurait été fière! Je crois qu’elle l’est. Elles ne nous quittent jamais, nos grand-mères. Pas de lait caramélisé pour moi mais la douceur du gâteau au yaourt. Courage et condoléances!

  46. Sophie

    Toutes mes condoléances… Je sais combien ça serre la gorge, le manque de sa grand-mère…
    et quand vous évoquez le manque de votre grand-mère, les larmes me viennent aux yeux… encore… après des années d’absence de mes deux grand-mères: Mamie Simone et Mamie Andrée.

  47. PhiLoGui

    RIP Mamie de Baptiste.
    “Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants”
    Courage Baptiste …
    Laurence

  48. Epsilon

    Toutes mes condoléances.
    Le 16 août, mon grand-père s’est éteint, dans la nuit, dans son sommeil. Il avait bien marché lui aussi.
    Courage, courage.

  49. Véro Bisontine

    Ma mamie est partie en 1991; j’étais très proche d’elle.
    Elle finissait ses jours chez mes parents et j’avais dit à ma maman que je ne voulais pas être là au moment du départ.
    Eh bien en fait je l’étais, présente entre deux sessions de partiels.
    Je lui ai tenu la main et suis restée jusqu’au bout.
    Ensuite je lui ai enlevé son alliance, que j’ai immédiatement mis à mon doigt.
    Je pense souvent à elle, et vais souvent au cimetière lui rendre une petite visite (comme elle me l’avait demandé).
    J’essaie de la continuer dans mon quotidien…

  50. Mary

    Je n’ai malheureusement pas connu mes grands-parents maternels et peu pour mes grands-parents paternels mais j’imagine votre peine aujourd’hui alors que votre mamie s’est envolée…
    Je sais que mes enfants sont très attachés à leurs grands-parents, c’est une source de savoir inépuisable.
    Courage à vous et continuez à nous enchanter avec vos récits.

  51. lectrice boulimique

    “Bonnes-mamans” (pléonasme?)

    Aux rets de leurs rides,
    elles capturent
    – mais sans blesser –
    des enfances

    elles revivent ces années
    tantôt dures tantôt tendres
    dans leurs petits-enfants
    même devenus grands

    confiture ou marmelade
    pâtes à la cassonnade (si si c’est très bon)
    lait caramélisé
    auront tous désormais
    un arrière-goût doux-amer:
    celui de nos enfances
    en allées

    Free poetic hug, BiBi !

  52. Marion

    De tout coeur avec toi et ta famille. Vraiment. Prends soin de toi et des vivants. Cultivez les bons souvenirs, échangez-les, riez-en, pleurez, et créez-en plein de nouveaux. Une fois n’est pas coutume (pour moi), je t’embrasse fort.

  53. Katya

    Cher Baptiste, une pensée pour toi et tes proches. C’est très beau ce que tu as écrit sur ta mamie. J’ai perdu la mienne aussi et elle me manque mais il reste tout ce que nous avons partagé avec elles.

  54. Charlotte

    Ta grand-mère marche encore, Baptiste. Elle a seulement pris l’escalier, et maintenant, elle marche à l’étage du dessus. Elle marche et elle se demande où tu es passé, car elle voudrait t’apprendre à faire le lait caramélisé et ne te trouve pas !
    Un jour, tu prendras l’escalier aussi. Et elle sera là pour t’appeler par ton nom et te demander comment ça se passe en bas maintenant.
    Vraiment.

  55. Biquette

    Ta petite mamie est pour toujours dans ton coeur, c’est une chance d’avoir reçu son affection tout au long de ton enfance et lorsque tu es devenu un homme! Que de force elle t’a donnée! Que de souvenirs tu as engrangés au fil des années! C’est une richesse incroyable…
    Cela m’a manqué, une grand-mère disparue avant 30 ans et une autre, pas du tout affectueuse…
    Alors j’essaie d’être une Yaya proche de mes quatre petits-enfants, disponible, aimante, rigolote, dynamique, enfin j’espère! La petite dernière de deux ans m’a dit il y a quelques jours: “tu es ma Yaya, mais je te partage!”
    Je te fais un bisou réconfortant car je sais bien que c’est très douloureux à vivre…

  56. Chloé

    Je lis souvent, commente rarement… Mais plein de pensées pour cette mamie qui est partie au paradis des mamies, et pour toi, qui a perdu ta mamie… On les pense immortelles, nos mamies, on n’imagine pas qu’un jour elles partent, avec leurs histoires qui viennent de si loin. Elles s’en vont, mais restent dans nos têtes, dans notre chair, elles seront toujours là. J’ai perdu ma mamie il y a deux ans maintenant, mais ton texte résonne comme si c’était hier. Toutes mes condoléances, et tout mon courage pour les jours à venir. C’est dur la perte d’une mamie.

  57. un pudique avec un truc dans l'oeil

    On ne s’en remet jamais… les truites que j’ai attrapées avec mon papi, ses conseils et sa rassurante présence, je crois que je les aurai en tête à mon dernier instant. Rassure toi – les souvenirs ne partiront pas… au pire ils s’estomperont un peu, s’adoucitront. Et tu pourras dire à tes enfants qui elle était… tu auras l’impression qu’ils s’en fichent mais un jour tu les trouveras avec un album photo ouvert. Et là tu verras ta mamie leur sourire. Une grosse bise, les yeux mouillés.

  58. Claire

    Merci pour ces mots, le chagrin de perdre une grand-mère étant universel. Pensées.

    PS : la mienne faisait des caramels mous. Ça marche aussi, comme Madeleine de Proust.

  59. Charly

    Recette du lait caramélisé de ma Mamie,
    1 bol de sucre en poudre
    3 cuillères à soupe d’eau
    1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre (c’était le secret. Et ça ne se sent pas apres cuisson, promis!)
    Faire chauffer dans une casserole, toujours mélanger. Ça va devenir granuleux et blanc, continuer de chauffer.
    Et ca redeviendra liquide, brun clair.
    Retirer du feu et verser dans un plat huilé, se cramer les doigts pour en faire un boudin et le découper en berlingots. Ou alors les verser sur les choux à la creme de Mamie (je te filerais la recette un jour si tu veux 😉
    Et verser du lait dans le reste de la casserole et le déguster!
    Mes caramels n’ont pas ce goût si précieux des caramels chipés dans la cuisine de Mamie mais mes enfants les adorent. J’imagine qu’il y en a une quelque part que ca doit faire sourire…

    Vis ton chagrin, autorise toi au moins ca. On ne perd qu’une fois dans sa vie sa mamie alors on a bien le droit d’être triste!

  60. Gazouille

    Toutes mes condoléances. Ces trois mots semblent si vains, si vides, si futiles dans ces situations difficiles, quand un proche est “arrivé à la fin de sa vie”. J’aime à croire que vous sauriez trouver de bons mots si vous étiez à ma place. Des mots qui réconfortent. Ces beaux mots qui sonnent juste, ceux qui précisément m’échappent alors que je souhaitais vous les offrir…
    Nous savons tous, Baptiste, qu’un poney multicolore attend chacun d’entre nous. Mais le savoir ne signifie pas nécessairement être préparé à voir quelqu’un l’enfourcher. Peut-être lirez-vous ces commentaires laissés par ces lecteurs qui vous apprécient et vous accompagnent en pensée ne serait-ce qu’un instant. Peut-être alors discernerez-vous, malgré l’absence de ces bons mots si difficiles à trouver, ce petit réconfort, cette chaleur humaine qu’ils contiennent.

  61. Nanegrub

    Ton texte m’a beaucoup touchée. Oui, tu as de la chance d’avoir eu une grand-mère qui t’a tant aimé mais je voudrais surtout te dire que ta grand-mère, elle aussi, a eu énormément de chance d’avoir un petit-fils qui parle d’elle avec autant d’amour. L’amour sera toujours plus fort que la mort, ne l’oublie jamais.
    Parole de grand-mère

  62. Grandvuillemin

    Baptiste. C’est avec retard et regrets que je lis la perte que vous avez faites. Personnellement, je n’ai pas eu la chance de connaître aucun de mes grands parents qu’ils soient paternel ou maternelle. Mais j’ai fais des “transfert de fonction de Mamy” à certaines personnes.
    Je ne vous dirais qu’une chose, car j’ai subi de nombreuses pertes de ce genre. Au fil du temps, la douleur s’atténue, mais le manque augmenté en proportion.
    Alors, pour rester debout, Baptiste, imaginé toutes les personnes qui ont pris du temps pour partager votre chagrin, ajoutez y, tous vos lecteurs, qui de leurs mains invisibles mais bien là, vous portent ou vous poussent vous maintenir. Courage à vous. Je vous embrasse comme une sœur. Véronique.

  63. Nostradamiss

    Ce même jour, c’est mon grand-père qui est parti… Il a pu lâcher son fauteuil qui le maintenant immobile, fermer ses yeux qui ne voyaient plus, laisser ses oreilles qui n’entendaient plus, et conserver pour lui ses souvenirs dans sa tête qui fonctionnait encore si bien, tellement bien, qu’il disait que 93 ans, c’est un chemin suffisamment long.

  64. Claire

    Merde….j’en pleur à l’idée de vivre la même chose…. Qu’un jour, cette fabuleuse grand-mère aux mille et unes histoire s’en aille tout là haut.
    Ça fait parti de la vie, mais qu’est-ce qu’elle est dur cette partie…
    Je t’envoie mes sincères condoléances.
    Bon lait caramélisé 🙂

  65. Paulette

    Ah là là…je l’avais pas lu ce post, ce petit post si émouvant pour une vie qui s’est éteinte ici,mais qui continue de vivre dans ton coeur…. Merci pour ces partages plein d’humanité.

  66. Pauline Barthe

    magnifique hommage que vous lui rendez…Les grands-parents sont les piliers de la famille! C’est toujours difficile de voir les personnes qui ont nourri notre enfance partir. Elle sera toujours dans tes pensées maintenant…

  67. Rodjeur69

    Pardon, mai tu fais chier, Baptiste !
    J’ai les yeux pleins de larmes, maintenant !
    Elle était certainement très chouette, ta Mamie. Elle me fait penser à la mienne.
    Elle me manque.
    Merci. Courage !

Répondre à un pudique avec un truc dans l'oeil Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *