Le re-re-retour de Frottis (et d’un certain dictateur nord-coréen).

1, 2, Alors voilà, 1, 2, 3, je fais du sport, 1, 2, 3, je n’aime pas ça, 1, 2, 3, c’est mon calvaire-minute, 1, 2, 3 celui où “je-transpire-comme-un-cochon-à-l’abattoir”… Ben oui, j’ai 30 ans bientôt, je suis gourmand, feignant, et je me rappelle très bien de mes cours sur les maladies cardio-vasculaires… Bref, toutes les conditions sont réunies pour s’encrouter dans le gras et mourir subitement à 35 ans avant d’avoir écrit le grand livre que j’ai en tête (une relecture queer de la vie de Kim Jong Un). Donc je sue, souffre et discute avec une copine qui sue et souffre à mes côtés. On s’entre-motive, c’est sûr, le gras ne passera pas. Ma pote, c’est Frottis, vous la connaissez (sinon, lisez ICI), maintenant elle est médecin en milieu carcérale, j’ai donc plein de questions à lui poser :
– Dis, Frottis, t’aurais pas une anecdote ou deux qui trainent ????

(qu’est-ce qu’on ferait pas pour ses lecteurs…)

– Ben écoute non, là, je vois pas…

Silence. Derrière son visage congestionné, je sens qu’un truc cloche. 

– Tu as l’air tristounette ?

(oui, je dois être un des derniers êtres humains âgé de 29 ans à dire encore tristounette…)

– J’ai perdu un patient cette nuit.

– Ah.

Silence. Le coach surexcité hurle ” ALLEZ ! Vous sentezzzzz la chââââleuuuuur ???” Perso, je sens rien. Ah, si, j’ai mal. 

– Frottis ?

– Oui ?

– Il était jeune ?

– Ben oui, la cinquantaine.

– Merde.

– Comme tu dis…

Silence. Moi, vers Frottis qui soulève des haltères :

– C’était quoi ? 

– Infarctus.

– Merde.

– Comme tu dis…

– Tu tiens le coup ?

– Bof…

– Le plus dur, ça a du être pour la famille*…

Frottis sourit :

– Ah non, ça c’est encore le seul point positif.

– il était en prison pour ça.

– C’est à dire ?

Haussement d’épaule :

– Ben il a tué sa femme et ses enfants y a dix ans avec une hache, puis il a mis le feu à la baraque…

Silence. Moi :

– Ah…

Le coach remet ça : ALLEZ ! Vous sentezzzzz la chââââleuuuuur ???

On fait un drôle de métier, je veux dire, on fait vraiment un drôle de métier…

*(Je vous assure, rien n’est pire qu’annoncer un décès aux familles (à part peut-être avoir six ans et devoir s’enquiller les choux de bruxelles à la béchamel de sa grand-mère. Quoique… être le tonton de Kim-Jong Un est pas mal aussi…).)
PS : je serai à la librairie AB à Lunel demain à 19h30 et le Mercredi 17 juin de 19h à 20h à la Librairie Cosmopolite à Angoulême, puis Samedi 20 juin au Salon du livre de Vannes ! Venez !!!

77 réflexions sur « Le re-re-retour de Frottis (et d’un certain dictateur nord-coréen). »

  1. OLAF

    Te fais pas piquer tes affaires à Lunel, ou bien dis nous si tu te fais pousser soudainement la barbe (rousse, pas teinte par l’eau de javel). Quant au type de 50 ans, c’est la vie !!!

    1. Chris

      Comment créer du racisme et une mauvaise réputation à une ville.
      Ma famille y habite depuis 50 ans,j y ai grandit et franchement c’est lourd pour les gens qui y sont cet amalgame entre les lunelois et un groupe de djihadistes qui en est parti faire la guerre et en est mort. Dans le groupe il y avait une connaissance de ma sœur en école d’ingénieur. Il ne laissait rien paraître,elle ne pensait même pas qu’il était musulman pratiquant ….. Il est mort .
      Je viens juste de voir ce message sinon je serais allé à la librairie…. Comme quoi il ne se passe pas que de mauvaises choses là bas

  2. Julie

    Yeaaaaaah ! Le retour de Frottis !! (Le meilleur surnom des histoires du blog: il faut lui dire Baptiste 🙂 )
    L’image est magnifique, on dirait le comte Dracula observant une créature mi “esprit de la forêt” mi “bestiole du film Cloverfield”. Le fantastique, j’adore.
    L’histoire me parle bien. La cinquantaine, c’est l’âge de mon oncle. L’année dernière il a fait un infarctus. Il est en vie (j’ai de la chance) mais avec la moitié du cœur nécrosé. Je ne savais même pas qu’on pouvait vivre avec la moitié du cœur nécrosé. Etrange sentiment qu’il a une épée de Damoclès au dessus de sa tête… Drôle de vie, privée de la plupart de certains de ses plaisirs. Mais il est en vie.
    Les problèmes de cœur sont de famille (cardiaques je veux dire. Les sentimentaux sont universels hélas): les médecins ont dit que ma grand-mère a l’artère calcifiée et que c’était miraculeux qu’elle soit encore là, ma mère fait de la tachycardie depuis qu’elle est jeune, mon arrière grand-mère est morte d’un problème cardiaque (j’ignore lequel, infarctus probablement), etc. Voilà voilà. Du coup, j’ai décidé il y a peu de prendre soin de moi. Et le blog n’y est pas étranger; à force de lire Baptiste qui nous écrit “Take Care”, “prenez soin de vous”, et toutes ces histoires… je me suis dit qu’il était peut-être temps de réagir.
    Donc, cardiologue, c’est fait. Sport, je commence à courir un peu. Deux fois déjà. Enfin… courir est un grand mot. La première fois j’ai cru que j’allais crever, je m’essouffle bien vite. On aurait dit Siffli, le manchot dans Toy Story. Quant à la gourmandise…
    Bref, Baptiste, Frottis, je compatis à votre souffrance sportive.
    Je réalise à quel point c’est important de prendre soin de soi. Ne serait-ce que pour se sentir mieux (corps et esprit). Si je ne le fais pas, je ne sais pas dans quel état de santé je serais à 60 ans et si je commence à m’en inquiéter à 30 ans, c’est qu’il est plus que temps de s’y mettre ! Faut que je me motive… On n’a qu’une vie, et elle est courte, je veux en profiter !!
    Parce que, quand même, elle est chouette.

    1. Cath

      Le manchot de Toy story ? M’en souviens pas du tout. Le clebs, la patate, le dino, le cochon, oui. Mais le manchot ?

      Le sport, ç’est violent comme traitement, non ?
      Le coeur…
      D’abord, paraît que j’en n’ai pas.
      Ensuite, au dernier électrocardio, le docteur était admiratif. Coeur de grande sportive qu’il disait l’autre… Et de me demander quel était le sport que je pratiquais. Franchement, à part la planche en natation… Et voilà comment la machine peut induire en erreur. Coeur lent, très lent. Et un jour il sera si lent qu’on ne l’entendra plus. Couic.

      1. marie

        hou toi tu pêtes le feu on dirait, ton coeur bat l’an il ménage la monture , pas fou musclor et vrai comme toi allergique au sport to-tal!!!!! , dès fois je cours …dans ma tête mais ça c’est pas un scoop !

      2. Julie

        Mais siiii Siffli !
        https://www.youtube.com/watch?v=NjXQcGmffu0
        (je n’ai pas trouvé en version française).
        A ce qu’il parait mon cœur bat un peu trop vite pour ma part. Trop vite, trop lent… tant qu’il bat, ça me va. Pas de cœur Cath ? J’ai du mal à y croire… Qu’il ne ralentisse pas trop quand même, mollo sur la planche en natation. En tout cas, tes commentaires mettent du baume au mien !
        Bises 🙂

    2. Libellule

      Cath, Julie,
      je ne sais pas quoi vous dire. je pense à vous. Selon vos caractères, bon courage pour la course et/ou Carpe Diem.
      Cath, il paraît que les propriétaires de chats auraient statistiquement moins de problèmes cardio-vasculaires et une tension plus basse (parce qu’ils passent du temps chaque jour à caresser le chat et se détendre ?). Julie, je suis sûre que ça marche aussi avec les avatars-chats 😉

      1. Julie

        Merci Libellule ! Je suis en contact régulier avec deux chats, donc ça devrait aller. Sinon, ça marche avec des cochons d’inde ?
        Bises

      2. Cath

        Le hic, j’ai trois chats, trois pirates, trois rats, trois puissance x raisons de vouloir leur tanner l’arrière train… Alors côté coeur, sais vraiment pas si c’est une bonne chose. Côté caresses, ça virerait judo croisé de catch quand il faut brosser et peigner la fourrure pour le grand, ça vire pot de colle pour le petit, et ça vire haltérophilie pour la donzelle, entre 8 et 9 kg, mais elle est grande et c’est un poids normal pour sa race. En voilà une qui n’a pas les angoisses de BB pour sa ligne.
        Seule consolation, sont aussi azimutés que l’avatar de Julie. Et c’est rien de le dire, faut le vivre… 😉

  3. Myriam FdF

    Rhooo… trop la classe d’être avertie par e-mail !!! J’aime !
    Et j’aime les médecins qui n’aiment pas le sport.
    Ce que j’aime moins, c’est d’avoir passé un mois en métropole et que tu n’aies pas été fichu de faire une dédicace en région stéphanoise à ce moment-là. Dommage. 🙁
    Cela ne m’a pas empêché de dévorer ton livre et de l’adorer. 🙂 Vivement le prochain…
    Bises à tous

  4. Soulalune

    Moi non plus je ne parviens pas à bouger “ma carcasse” , et comme je suis gourmande en plus …. pfffff …..
    Cela ne doit jamais être banal de perdre un patient, mais la chute de ton histoire fait davantage sourire qu’elle n’attriste 😉
    Plus de femme et d’enfants soit, il avait sans doute frère/soeur/parents/oncle/tante/cousin/cousine … (“oh oh, ce serait le bonheur , oh oh oh oh, plus fort”) …
    bon, je m’arrête là, suis fatiguée je crois !!

  5. Paulette

    J’aime toujours autant vous lire! Merci pour ces petits partages joyeux,tristes,lumineux,légers ou lourds, ces petits partages de la vie qui foisonne toujours et partout!

  6. Virginie

    Courage pour le sport… Une fois les débuts difficiles passés, on en tire aussi du bonheur. Merci les endorphines!
    Perso, je me suis mise à la course à pied après 40 ans, en me disant que si ma soeur, sous chimiothérapie, pouvait le faire, moi qui n’avait rien je n’avais aucune excuse. J’en ai chié n’ayons pas peur des mots, mais aujourd’hui, je cours encore… et j’y prends du plaisir.
    Alors, continuez ( mais que ça ne vous donne pas d’excuse pour nous laisser en plan: nous courrons après vos articles)

  7. Lysa

    Juste au passage : je t’ai entendu a la radio aujourd’hui dans une émission de France Culture sur le consentement des patients :
    1. Bravo ( c’est la classe qd même…)
    2. Sujet passionnant traité de façon très intéressante
    3. Merci pour tout ce que tu fais, continue à nous démontrer que derrière les soignants (malheureusement pas tous) il y a vraiment des gens bien…

    1. Cath

      Ce n’est pas un tueur en série. C’est un type qu’a pété les plombs et qui a tué tout ce qui était devant lui, ou un sale type qui ne supportait pas qu’on lui échappe et qui préfèrait détruire ce qu’il ne peut dominer… Allez savoir.
      Le tueur en série planifie et tue toujours selon le même ” rituel”, le même mode. Ce n’est pas un accident. L’est aussi dingue. Faut avoir les tripes accrochées pour faire face.

      C’est vendredi, c’est vendredi, vendredi…. Bon, je vais prendre mes vitamnes et choisir des couleurs gaies, ça devrait le faire. Et j’encouragerai même ceux que je vois courir tiens !

    2. Libellule

      le juge n’a pas du comprendre non plus, sinon il l’aurait envoyé en hôpital psy plutôt qu’en prison… Enfin je suppose, parce que c’était des meurtres. Pour des choses moins graves, la justice ne fait pas toujours le tri et il y a beaucoup de gens qui ont des problèmes psy qui se retrouvent en prison quasi sans soins (parce que Frottis et son équipe doivent être en large sous-effectif pour toute la prison, c’est vraiment un métier dur).
      Courage Frottis… Prenez soin de vous. Et pas que du physique en vous torturant à la salle de sport, hein !

  8. Gathe

    Moi j’ai 27 ans, bientôt 28 (27 ans et demi quoi) et je dis aussi tristounette.

    (ce commentaire était sponsorisé par le cercle des commentaires du “et moi et moi et moi” vains et futiles)

  9. Manette (@ManetteDuc)

    Bonjour, pour ce qui est du patient de Frottis pourquoi n’a t’il pas fait son infarctus avant de tuer sa famille?
    J’aime toujours autant tout ce que vous dites ou écrivez, comme je vous ai pris en route je remonte le temps…
    A Angouleme, le 17 , une petite pensée pour moi ( 72 ans )
    Une baîetta ( c’est niçois )

  10. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Alors là je me marre !!! Bibi au sport ….. va en falloir pour faire passer les mojitos 😉
    Ton histoire me confirme que la mauvaise utilisation de la hache nuit gravement à la santé de son entourage.
    La bise

  11. MissNiet

    Salut à tous 😉

    Pour le sport ici c’est un peu pareil. J’ai eu 27 ans il y a 2 jours et je me dis qu’il faut que je me motive. J’ai déjà récupéré mon vélo et je délaisse ma voiture un max !!
    Puis l’objectif c’est aussi d’arrêter de fumer. Et j’aimerai que mon homme suive, parce que je l’aime et qu’il bouge pas et fume beaucoup et c’est un bon candidat pour les maladies liées à tout ça. On n’est pas vieux et plutôt en forme du coup, mais n’appréhende la prochaine décennie.

    Après je voudrais juste dire que les gens qui tuent n’ont pas forcément de problèmes mentaux, souvent c’est une volonté de dominer son entourage. Et quand c’est toute la famille c’est juste la suite logique d’années de violences 🙁 Ne banalisons pas ces actes en les mettant sur la folie.

    1. Libellule

      euh… ben c’est à dire que la volonté de dominer son entourage, et pour cela d’y taper dessus, pour finir par tuer son entourage, ça me paraît pas du tout sain d’esprit !!!
      ça n’a quand même rien à voir avec un homicide involontaire ou par négligence (ceux qu’on devrait retrouver en prison). D’ailleurs la question qui se pose au procès quand il faut choisir si un meurtrier ira en prison ou en hôpital psychiatrique n’est pas “Est-il sain d’esprit ?”, mais bien “Est-ce qu’une peine de prison lui permettrait de comprendre la gravité de son acte et de s’amender ?”

    1. Libellule

      ça, je suis d’accord, si on regarde en proportion, c’est très très rare !
      Il y a beaucoup plus de folie “douce”, ou d’agressivité tournée envers soi-même, dans la folie, que de gens qui agressent ou tuent d’autres personnes. C’est bien dommage que les médias pour faire de l’audimat, insistent lourdement quand ça arrive “encore un schizophrène meutrier”, quand on sait que l’immense majorité des schizophrènes ne feront pas de mal à une mouche, mais seront regardés comme des monstres dès le lendemain du gros titre au JT…

  12. elwynn

    allezzzzzzz on sent la chaleeeeeuuuuuur! la prochaine que j’irais mourir a la salle de sport (ancienne mordue de sport qui a fait une these = 15 kg de plus et les jambes en plomb) je me la chantonnerais cette petite phrase.

    Bravoi a Frottis d’avoir de la compassion meme pour ce type de personne. Il est si difficile de le faire, moi j’ai du mal en tout cas. Mais je suis pas médecin!

    Bises a Frottis

  13. mopy

    il y a pire à mon sens qu’annoncer un décès à une famille, c’est être cette famille.
    En tant que médecin c’est ce que je me dis toujours. Quelle que soit la difficulté d’annoncer ce que j’ai à dire, c’est toujours plus facile pour moi que pour eux.

  14. Herve CRUCHANT

    Salut tout le monde !
    C’est fou d’être comme çà ! J’arrive sur le blog tout tranquilou mais pas terriblement intéressé par l’image, cette fois. Et puis, je n’en crois pas mes yeux, je lis “Frottis, le re-retour”. Çà va le faire, alors. Parce que Frottis, c’est pour nous les anciens du blogabibi, comme une marianne dans une mairie. Un repère, une référence, que si on avait quelque doute sur sa disparition, tout serait remis en question de notre existence ! Si ! même si on la voit pas à chaque fois -on me dit dans mon oreillette qu’elle pratique en milieu fermé- on sait qu’elle est pas loin… Bon, j’attaque. Et puis je lis une fois, deux fois, et je me dis que c’est une histoire à la fois banale et exemplaire. Je vais pouvoir surfer sur ce papier là. Au gué ! au gué !… C’est fou d’être comme çà !
    Le premier reflet c’est l’inévitable comptable du trésor de la langue qui a besoin de remarquer que carcéral, dans le cas de notre contine, ne s’écrit pas avec un “e” et qui nous donne une référence biblique pour pas être sanctionné par l’arbitre. J’adore -je pèse rien, je dis “j’adore”- ce genre d’humain là. J’ai juste, j’ai raison, je le dis, et je le prouve. Plus fat tu meurs. J’ai tellement été emmerdé par ce genre de représentant de commerce de la doxa pendant ma vie (je suis en mode Relax version 7.1 versus 6m) que j’en suis resté extrèmement sensible. Tu sais, les comptables, les allumeurs de réverbères et autres maniaques du Petit Prince… Les mecs qui te disent “armons-nous ! et … partez !”… Des zozos de ce calibre il y en a plein plein plein dans nos vies, qui nous la pollue grave. Indisposés de voir que la vraie vie, c’est pas l’idée qu’ils s’en font, entre un missel et un code pénal, mais des mots qui se pavanent, qui rigolent, qui prennent des “r”, qui se griment…des mots inventés, subtils, loufoques pour du faux. Sans cravates et sans faux cul. Lui, il a trouvé un “e” dans la carcel et çà lui chiffonne le règlement intérieur de l’orthographe, au sergent major ! Bientôt, tu vas voir que c’est de la faute des Grecs, des Musulmans ou des Bantous (un autre jour, je te dirai pourquoi je cite les Bantous..), des toubibs et des écrivains. Mais surtout des toubibs qui en chient sang et eau en cherchant une histoire à échanger contre un peu d’humanité.
    Je commence à en avoir ras la calvitie de ces mes qui disent “il faut”, “ils sont”, “on devrait” et tout le zinzin parce qu’ils ne veulent pas se déranger pour faire un peu de place à la dame -j’étais là en premier, qu’elle retourne dans son pays !- ou simplement donner son avis dans une enquète publique pour créer une école ou une mosquée. “Rétablissez la peine de mort ! ” “Qu’on les foute en taule !”…
    Et voilà ! A force de déconner sur vos agrès comme des malades, bande de vrais amis toubibs, j’ai le sang à la tête; et malheureusement la du haut ! J’aurais envie de tuer femme et enfants et de foutre le feu à la baraque, tiens.
    Sans blague, j’ai connu, entendu parler abondamment ou j’ai même eu des gens de ma famille qui ont fait çà. Tué femmes et enfants et foutu le feu à des baraques. Ouais. Je note que l’abominable souffrance égotiste que vous vous infligez par machines interposées et bonnes excuses fallacieuses appelle chez vos lectrices pâmées des réactions surprenantes. Il est question de massacre domestique, d’un occi par coronaire en sous-pression (à 52 ans, l’âge où le printemps et les afflux hormonaux vous reviennent de guerre, comme le dirait une amie qui m’est chère pour se justifier de tout), et voilà que je lis “moi, j’ai repris …”, “moi, j’essaye en vin -c’est pas une faute d’ortho, le Scruteur de maux, pas la peine de chercher du poil sur mes “e” !-…”, enfin, vous voyez. Un ou deux qui disent “on aurait du” ou “il était fou”… Quoi donc ? Oui, je parlais de ceux que je connais et qui sont allés commettre des ablations d’existences. Comme celui que les français aiment bien, le malade de l’égo, le surdimentionné de la main-mise, le voyageur impénitent, le rédacteur en chef d’un règlement intérieur -tiens tiens…-, l’insulaire frileux de la main gauche et timide de la droite, celui qui est mort d’overdose de curare, possiblement… mais ouiiii : le copain de Victor : le petit caporal. Et bien, cet être là qui a foutu le boxon dans toute l’Europe (déjà !) et cinq millions et demi de morts, sans compter les dommages collatéraux comme viols, rapines, destructions massives et autres crimes et tortures, ce petit caporal là est au Panthéon de la République, braves Gens ! yes ! quidam eut-il été de son état, il eut la tronche décollée du reste de sa petitesse. Sacré empereur par lui-même, il devait être béni. Alors, quel est le plus fou des deux ? Celui qui en a vraiment marre à l’insu de son plein gré et décanille son entourage avant d’y foutre le feu ou le maniaque des obélisques et des pyramides pour le bien du pays ? Et c’est là que ma famille revient -on s’en lasse pas, hein, des de la famille… La moitié a disparu dans la terre de France ou d’ailleurs, l’autre a été décorée. Pas ou très peu ont été en milieu, car c’est râle…
    Je me dis, depuis la trajectoire elliptique que j’occupe et qui va me conduire un jour à cohabiter avec bonheur avec mon pote le boson de Higgs, que cette humanité là, sur cette Terre, est une drôle de tribu. On tue ou on prie; on travaille ou on aime; tout çà dans le plus grand désordre. Mais toujours avec une belle conscience. Tout de même; si les Gens voulaient bien se débarrasser des magouilleurs et des correcteurs d’orthographes, çà irait mieux. Sinon, un jour, vous aurez des correcteurs de syntaxe, puis de maintien, puis de pensées… Qu’on les mute à la FIFA. Ou au Qatar… Exécution !
    Allez, que Mieux vous garde ! et … VIVE LE SPORT !

    1. Cath

      ahmaisouimaisnon.
      D’abord, moi j’ai bien aimé ” l’allumeur de réverbères” et sa gentillesse.
      Ensuite j’aime bien l’orthographe parce que cela me permet d’y voir clair et de mieux comprendre ce qu’on m’écrit. C’est bête, mais c’est la vie. Et nulle n’est parfaite. La preuve, c’est que j’aime vous lire quand vous râlez comme un grognard.
      Et pour finir, le petit caporal à Waterloo… Des décennies plus tard, même un siècle plus tard, sur cette morne plaine, du haut de mes cinq ans, j’attendais au pied du lion solitaire que mon père vienne me chercher pour m’emmener loin de cette -BIIIIP- de colonie de vacances où les aléas de la vie et d’une autre guerre sans nom m’avaient reléguée, mouflette perdue et compagnonne de misère de ce Corse dont j’ignorais tout à l’époque.
      On fête le bicentenaire de Waterloo, je vais aussi fêter mon anniversaire. Et je ne sais pas si c’est une bonne chose.
      Vous pensez que pour l’occasion on laissera le lion descendre de son piedestal ? Ça doit faire un moment qu’il a envie d’aller faire un tour, non ?

    2. patiente

      Hervé, du grand Hervé, comme du temps où on découvrait le début des aventure de Frottis, Annabelle, pocahontas ou autres Chef Viking et le docteur Octopus. Avec eux, nous les accros du bloc: Grand 33, Catherine D’Argentine, Cilou, Marie-pierre, Albigène et panterspirit, nous avons vécu des moments d’une grande intensité. Ton commentaire Hervé me ramène avec délice trois ans en arrière ! Nous découvrions les aventures du jeune Doc et de ses collègues dans les couloirs des urgences. Que de chemin parcouru depuis !!!! Bravo Baptiste ! Je t’embrasse et abrazos à tous ceux qui se reconnaîtront !!!!

      1. marie

        euh mp elle est pas du canal historique mais je me rappelle bien de l’abrashow du salon du livre à Brives en 2013, une merveille!

  15. Herve CRUCHANT

    @Cath. merci du dialogue, c’est bien bon. juste, comme çà, pour dire, si voutu pouvais nous tutoyer….
    Tout grumeau de l’espace-temps est pour moi prétexte à enchaîner sur un truc qui me vient ou me revient en mémoire. Ce que j’aime dans le jazz, c’est cette reprise d’une idée d’un copain, juste née il y a une croche, et qu’on reprend en la développant à sa propre sauce….
    Alors, je prétexte ce dialogue pour demander de l’aide à l’assistance publique de ce blog. Voilà. J’ai entendu une émission sur un metteur en scène moderne qui faisait jouer à ses élèves les rôles suivants : thème numéro un = vous êtes militaire dans un conflit et vous devez tuer les habitants de la dernière maison du village; second thème = pareil mais vous devez tuer un habitant de chaque maison de ce village. Un que vous aurez vous-même choisi. Détail : ce village est le vôtre. Vous y êtes né, y avez grandi, y avez aimé, inhumé vos aïeux… y connaissez donc tout le monde.
    Sujet abominable dans son exposé. Grec ou Romain dans sa profondeur. Qui met l’individu face à sa propre substance, sa propre épaisseur… Après avoir tué Aristote pour convenance personnelle, on voit se profiler Socrate, Platon, Lucrèce, enfin, plein d’Anciens à la tête bien remplie. Et Foucault -pas Charles de- et Bourdieux. Fatalement, j’allais dire, Bourdieux…. Si on continue de pédaler un peu avec nos deux toubibs en mal de lipides surnuméraires, on va vite être fatigués devant la boule que le bousier s’évertue de monter vers son trou noir; en marche arrière : cette “convenance”, cette “doxa”. Et qui fait des morts honorables ou négligées, des tueurs honorés ou humiliés, des unes glorieuses ou des paquets de noyés par bateaux de cent. Une mère et ses enfants assassinés par un type aux penchants pyromanes… ou par un banquier pacifiste qui applique le règlement européen. Aujourd’hui même, en ce moment, on rend les copies du bac Phi où seront traités deux sujets : “Respecter tout être vivant est-ce un devoir moral ?”ou “La conscience de l’individu n’est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient ?”. Il rôde dans notre secte humaine des monstres qui surgissent parfois comme dans l’image de ce post. La peine de mort. La punition, toujours la punition, de l’autre. Châtiments pratiquement jamais mérités. Je ne dis pas que la société ne doit pas savoir se réguler, je dis qu’elle doit sans cesse se reconfigurer, dans une dynamique de révolution permanente où le terme de “révolution” aura reprise son sens créatif premier débarrassé enfin de la couleur sang que lui a collé une certaine doxa bourgeoise contemporaine. Juste un exemple : doit-on encore longtemps supporter de voir et de savoir qu’il meurt une femme par jour sous les coups d’un abruti, pas forcément pyromane, d’ailleurs ?
    Voilà pour maintenant. Tant pis pour celle qui me provoque le neurone grognard ou ronchon -ce qui est d’ailleurs une fausse interprétation de ma marginalité, dans le cas où il y en aurait une. J’aime beaucoup ce monde peuplé de fous dont je revendique l’appartenance.
    Que Mieux vous garde.
    nb : (vous savez que je n’écris plus jamais “ps”…) si on compare les mots à des images, des portraits (manière d’apprendre l’ortho à des jeunes), on pourrait décrire des habitants de la planète en respectant obligatoirement l’orthographe. Mais l’ensemble des mots n’y suffirait pas; les chinois ont inventé les idéogrammes qui laissent une liberté à l’imagination dont ils ont besoin. Comment faire, alors, quand les mots, même associés entre eux, ne suffisent plus vraiment à traduire nos subtilités paradoxales ? Il faut en inventer ! des proches des “vrais”, des éloignés, des fugaces ou des risibles, des clowns ou des sérieux, des savants, des à gros nez, à petits doigts, bancals, droits, courbés, giacomettisés, prinobélables, prinobélisables… vous voyez bien, là. Et faire passer la joie, la jouissance d’une communication avec les autres…. Mais, je suis d’accord avec vous : il faut d’abord savoir le véritable orthographe. On n’apprécie vraiment Pierre Boulez que lorsqu’on a compris et aimé Wolfgang Amadeus…. Salut !

    1. Cath

      Pas Boulez… J’ai jamais rien compris aux maths moi. Et puis, à cause de son Sacre du printemps, j’ai regardé sous mon lit avant de me coucher, tant il m’avait fichu la trouille, oui.
      Mais Amadeus, alors là, si on me prend par les sentiments 😉

    2. Cath

      À vous lire, à te lire ( mais j’aime le vouvoiement, j’en aime la forme, mais peu importe), je cherchais le roman que les jeux décrits m’évoquaient et bingo : Montferrat d’Emmanuel Robles. Les hommes ne changent donc jamais…
      D’accord pour inventer les mots et l’écriture, mais le nez dans dictionnaire historique, je m’amuse dès potron minet… Inventer pour remplacer ce que l’on perd ou oublie. Pourquoi pas ? Dessiner itou. Mais faut être doué pour les hiéroglyphes ( que je préfère de loin aux idéogrammes, qu’on me pardonne).
      Votre (ta) poussière affectionnée.

  16. jo

    je t’assure que le passage de la trentaine, c’est pas pire que le quart de siècle… 30, tu peux te dire qu’une page se tourne, et que tu as encore plein de temps pour construire autre chose, autrement. 26, c’est juste la fin définitive de tout espoir de tarif réduit!
    sinon pour coller au sujet “on fait vraiment un drôle de métier”, il m’est arrivé, étudiante véto à l’époque, en plein sauna, de discuter autopsies (le sujet clinique de la semaine) avec des copines de promo. Ambiance très potache, mais on s’est très rapidement arrêtées, puis excusées, quand une dame est arrivée. Elle s’est marrée, nous a assuré qu’il ne fallait pas être désolées, et que ça ne la gênait pas du tout de participer à la conversation car elle était médecin légiste! Au départ on a ri de ce hasard, mais je t’assure qu’on a très vite déchanté quand elle a commencé à nous parler “autopsies en séries” en nous racontant comment toute une famille est passée sur sa table en l’espace d’une semaine, le bébé d’abord, et les parents junkies ensuite… oui définitivement, médecin, c’est un drôle de métier.

    1. marie

      yes ! un livre polar captivant sur le sujet “Nécropolis ” d’herbert LIEBERMAN, New-york du point de vue d’un légiste , il date ….1978 ahlàlà folle jeunesse !!!

  17. Anonyme Aka

    Oh ca tombe bien H qui fais un commentaire Dadbibi qui reponds H qui re reponds .
    Cela faisait longtemps que j’étais pas venu sur le blog et la j’étais venu ce soir faire une déclaration ma déclaration puis je me disais mais quoi tu va etre completement hors sujet surtout que connaissais pas le dernier post je me suis dis je m’en fou faut que je le fasse et la j’arrive et je vois enfin je lis H et Dadbibi et je me dis mais p….. Nous sommes vraiment connecté
    Grâce à vous ,grâce à vous ,grâce à vous .
    Grâce à toî Baptiste un soir j’ai recu un mail d’une princesse d’Argentine c’est le moment le plus magique de ma vie .
    Bon la fine vous me connaissez tous ,suis pas très forte a l’écris .
    Vous êtes mes magiciens .
    Allez j’efface ou j’envoie allez j’envoie
    Je vous zaime trop beaucoup de tout coeur .
    Aka,sirene,Calanque,

    1. patiente

      Oh oui ! Quel bonheur de se retrouver ici !!!! La Fine boucle sa ronde !!! Le blogabibi est la maison mère ! Et même si on l’a délaissé un peu (trop) c’est ici qu’on aime se retrouver. Merci Baptiste de garder la porte ouverte ! Pour le coup, ça me donnerait envie de faire la gym avec toi…. Nôôôn ! Je rigole ! Le coeur ne tiendrait pas le coup !!!! Bises à tous !

    2. Mésange

      Je ne fais que passer bien trop vite en ce moment, alors doux abraplumettes à tous, de Baptiste au plus anonyme des lecteurs en passant par tous ceux qui postent un commentaire, régulièrement ou non…

  18. evelyne

    un grand bonheur de t’avoir rencontré (et oui j’ai eu mon heug ?)à Angoulême, tu es une belle personne, merci pour ce partage, il me tarde d’offrir ton livre dédicacé à ma Laurette chérie (une belle personne aussi)

  19. Thomas

    C’est un curieux témoignage. Mais la réaction de Frottis reste humaine. Le passé de cet homme ne nous console pas. Chaque vie est précieuse et chaque médecin qui perd un patient est touché. Merci pour cet instant de vérité. Je file découvrir le blog de Frottis !

  20. Julie

    Tout de même, Frottis qui dit qu’elle n’a pas d’anecdote… J’aurais cru pourtant que travailler dans le milieu carcéral (ou carcérale) apporterait son lot hebdomadaire d’histoires. Pas forcément des anecdotes d’ailleurs, mais des petits moments de vie qui questionnent, choquent, bouleversent, amusent, touchent… Soigner des personnes qui ont blessé, tué, volé, etc. Apaiser leurs douleurs, tenter de les guérir, prendre le temps de les écouter. Mais peut-être que je me fais une fausse idée de ce milieu là. Peut-être même qu’il n’y a pas grand chose à en dire, du moins pas plus que dans notre milieu ordinaire. Bravo à Frottis, j’imagine que c’est un sacré boulot. Un drôle de métier quoi.
    (De toute façon j’aurais toujours du respect pour quelqu’un qui se retourne quand on l’appelle par son surnom. Je sais, je me répète un peu, mais c’est drôle. Et touchant 🙂 )

    Hé, ça me fait sourire de lire tous ces anciens du blog qui se font la bise et se passent le bonjour ! Vous êtes un peu les Chefs Vikings, Pocahontas, Frottis, etc. du blog. Ces commentateurs réguliers et fidèles du blog, présents depuis le début et qui gardent un lien virtuel (mais pas forcément irréel) entre eux. Et peut-être pas que virtuel d’ailleurs. C’est chouette, vous prouvez que ce blog est bien plus qu’un lieu où on se raconte des histoires.
    Bises à toutes et à tous ! (Et spéciale bise à m’sieur Hervé qui me régale également avec ses commentaires !)

  21. Margot

    ça va, tranquille les commentateurs, pis vous voulez du thé et des p’tits gâteaux non plus ?

    Bibi, quand t’es occupé à faire des abdos-fessiers, y a une joyeuse bande qui squatte ton canapé tranquille. Fais attention à tes gâteaux sans gluten au citron… 🙂

  22. marie

    nous sommes des papillons loukoumistes que Baptiste a pris dans son filet magique lorsque nous divaguions au dessus d’une jachère fleurie, des couloirs d’hosto, d’une salle d’attente, d’un journal de maux…depuis c’est disfrutar

      1. marie

        l’avantage des jachères fleuries…. tout y pousse!!!!!
        gros kiss
        nb: Adèle, ça c’est un chouette prénom, Adèle comme “a des ailes” et quand on a des ailes on volète et paf! capture dans le filet magique et hop hop hop plus jamais vous ne serez triste !
        oui je sais je consomme aussi à midi…. des mots , en fait je fais une cure d’émothérapie sur ce blog de folie

        1. adèle

          Oui, la beauté des jachères fleuries, j’aime !
          J’aime aussi les champs de blé, quand les coquelicots et les bleuets s’y mêlent. La semaine dernière, sous le soleil qui déclinait, les blés avaient la couleur d’une chevelure d’enfant.

          Je ne me suis pas encore décidée à acheter le nouveau roman. Je le croise en librairie, je le feuillette et puis je le repose. L’attente, c’est déjà le plaisir.
          Y a des bouquins comme ça, je mets deux ans avant de les acheter ! 🙂
          Un peu la peur d’être déçue, et puis quand le livre sera lu, il sera lu et plus à lire. Le plaisir à venir, c’est bien.
          NB 1 Je mourrai un jour, écrasée par ma PAL !
          NB 2 Contente de ce que tu écris sur mon nouveau pseudo 🙂

  23. Herve CRUCHANT

    @Julie. La prison, normalement, c’est l’endroit où l’on stocke les citoyens jugés pour manquement(s) à la loi et condamnés pour çà à une peine de privation de liberté. Point. Or, la vraie prison, c’est une torture plus qu’une peine. Il y a mille et une façons de punir quelqu’un quand on l’a sous la trique (physique ou morale). Tu imagines et tu seras dans le vrai. Il ne s’agit pas de dire si c’est mérité ou non, ce qui est du ressort de la loi. Il s’agit de punir avec justesse, sinon justice. On est loin loin de tout çà…. Et aucun médecin, soignant, écoutant, etc. n’est de trop. Sans faire de populisme -et puis, qu’est-ce que c’est donc que ce gadget?- on pourrait aussi lire des études concernant les gardiens. Les “matons” ont un profil de vie pas toujours bien confortable…. Que Mieux te garde, “fidèle lectrice” !
    (ce dernier mot, c’est pour moi seul, égoïstement. Un bonbon sucré que j’avais envie de m’offrir. épicétou !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *