Un combat invisible.

(Pour M., qui se reconnaitra !)

Alors voila 12 heures de garde avec M., nouvelle externe, inconnue au bataillon, deux ans plus jeune que moi. En 12 heures, j’observe sa manière de faire, assez épaté par sa douceur, son savoir-faire.
Elle examine les gens, pose ses mains avec dextérité, sait quoi regarder, où chercher, toujours avec d’infinies précautions.

Elle traite les patients tel un collectionneur ses porcelaines.
On échange deux/trois mots. M. a un petit accent charmant… Je réfléchis : “Italienne ? Roumaine ? Espagnole ?”.
Le programme Erasmus a du bon : depuis sa création 1 million d’enfants sont nés grâce aux couples que cela a formé. Loin de moi l’idée de vouloir un bébé mais, à l’époque, je me souviens m’être dit que j’essaierais bien deux/trois fois avec elle (oui, oui on est tous pareils…).

12 heures passent.

Elle : “J’ai apprécié travailler avec toi mais tu parles trop vite pour que je comprenne”.
– De quel pays viens-tu ?
– Je suis française.
Je me sens con, je dis :
– Mais, tu as ce petit accent…
Elle me sourit (ironie ? fierté incommensurable ?) et dit trois mots :
– Je suis sourde.
Elle soulève ses cheveux, montre son appareillage, avant d’ajouter :
– Et tu parles beaucoup trop vite pour que je lise sur tes lèvres correctement.

Il n’y a pas de handicap qui ne puisse pas être battu, je veux dire : il n’y a VRAIMENT pas de handicap qui ne puisse être battu.

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à “@AlorsVraiment”…

2 réflexions au sujet de « Un combat invisible. »

  1. M

    Je suis malentendante et en première année de médecine, et depuis peu, je me demande si ça n’allait pas être handicapant dans la pratique. Et en lisant ça, je me dis, ouf, et merci infiniment.

  2. P.

    @M
    Mon ex-colloc et amie pour la vie est sourde elle aussi, elle est en psychologie, un métier où il faut écouter et entendre tout ce que les personnes ont à nous dire. Mais c’est pareil que pour M., on ne le sait pas si elle ne nous le dit pas, c’est une warrior, j’ai toujours été très impressionée par sa capacité incroyable à entendre avec les yeux. Elle s’en sort très bien et c’est une source d’admiration sans limite pour moi.

    Aujourd’hui, même sans regarder les oreilles de gens, je sais s’ils sont ou pas mal-entendants, la prononciation est assez distincte.

    Funny story : Son nom commence par un M. elle aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *