Gros bug et compagnie

Bonjour à toutes et tous,

Je me suis mal exprimé je suis vraiment désolé, je n’arrête pas le blog, simplement comme il bug en ce moment et que les articles sont publiés en 34 exemplaires et que vous recevez 34 mails, je suis un peu embêté et j’ai publié tous les derniers articles sur mon compte Instagram ICI.

Je suis vraiment désolé pour les bugs, et de parasiter vos boites mail. Vraiment.

Aujourd’hui je réponds à une de vos questions :

Pourquoi je suis plus fatigué en restant chez moi qu’en allant travailler comme d’habitude ?

(Vous allez voir c’est passionnant)

plusieurs raisons, la principale étant SELON MOI :

l’inconnu et le matraquage médiatique avec le décompte macabre du nombre de morts.

Quel rapport avec la fatigue ? Suivez-moi !

(« selon moi » n’étant pas un argument scientifique valide, et n’étant pas le moins du monde spécialiste en psychologie cognitive, j’ai enquêté pour vous…).

DONC : j’ai discuté pas plus tard qu’hier soir avec le docteur Sebastien Puma, qui est docteur en science cognitive à l’Université de Cergy Paris, je voulais comprendre les ressorts cognitifs qu’il y a derrière notre baisse de concentration, notre angoisse de ces deux derniers mois (je sais pas vous mais j’avais du mal à lire un roman, par exemple, et j’avais constamment l’esprit parasité) et celui-ci m’a expliqué qu’à chaque instant de notre existence, une partie non négligeable de notre conscience mobilise des ressources cognitives considérable pour évacuer l’idée de notre propre mortalité.

Par exemple, si je vous demande de me faire un calcul mental là maintenant tout de suite, votre capacité à me donner un bon résultat sera plus efficace si avant le calcul mental je vous ai posé une question neutre et sans affect comme « quel est votre dessert préféré, Adèle ?  » plutôt qu’une question comme « avez vous peur de la mort, Adèle ? ».

Eh bien depuis deux mois, on est toutes et tous confrontés à l’idée de notre propre mortalité et à celle de nos proches. Psychologiquement, c’est épuisant.

Et cela peut expliquer pourquoi vous n’avez pas réussi à lire un seul bouquin pendant ces deux derniers mois, bref ne culpabilisez pas ! Aussi pourquoi vous avez eu du mal à communiquer avec vos proches, ou même du mal à simplement leur passer un coup de fil, ou même trouvé que les journées passaient beaucoup plus vite que d’habitude)

Bisoussssss

Bonne et douce journée, tenez le coup, vous allez y arriver,

27 réflexions sur « Gros bug et compagnie »

    1. cat' des montagnes

      vraiment merci de continuer, ( mais pas merci au bug 😉 ), et surtout ne changez rien ! Et surtout, prenez soin de vous .( de vous tous 😉 )

  1. Véronique

    Pas de soucis !!!! Tout est inhabituel en ce moment, donc respire, relax toi, tout va bien ! C’est dérisoire, c’est la vie !
    Oh et puis la technique….

  2. Nuts

    ah bhen justement moi qui suis pas du tout hypocondriaque je me disais justement cette après midi que je n’ allais pas bien, me voilà rassurée c’est donc normal!!
    Merci pour cet article qui tombe à pic et… non…. moi non plus je n’ ai pas lu pendant le confinement et pas eu envie d’appeler les gens …..
    la bonne nouvelle c’est que moi je ne reçois que 3 mails par publication et pas 34
    Je sais tout ce que j’ ai écrit est débile mais c’est vrai!

  3. Le chêne vert

    En vieillissant (j’ai 70 ans et en pleine forme docteur, pas un médicament!) on pense de plus en plus à la mort. J’en ai fait l’expérience il y a une foule d’année, j’étais jeune à l’époque et posais des questions que je ne poserais pas maintenant. Bref, j’ai demandé à mon beau-père à quoi il pensait ? J’étais effrontée évidemment et sa réponse m’a glacée. il m’a regardé d’un air un peu méchant et m’a répondu: à quoi vous croyez qu’on pense à mon âge ? A la mort bien sûr ! Je ne savais plus o me mettre, j’au eu l’impression d’avoir ouvert une porte interdite. En effet, en vieillissant surtout, on tente de s’étourdir pour ne pas penser au vieillissement (plus qu’à la mort, bien sûr qui en est l’aboutissement).

  4. Frank Maraninchi

    difficile d ‘echapper à son époque ! de mon coté je me suis volontairement détaché du numérique et de l actualité…. POUR ECHAPPER AU MATRAQUAGE ET A LA DISTORSION§
    avec par moments des 1/4 TOUT INFOS F.INTER FACEBOOK ET TOUT LE LOT D ALTERNATIF…..
    on retombe de haut , à chaque fois …… et finalement le bruit de la nature était bien plus beau , alors un bon sevrage d’infos ça fait du bien aussi , pour le reste je pensais appeler toutl e monde je n’ai pas appelé 10 personnes…
    vous avez tout dit ça fait plaisir de se retoruver .
    merci

  5. ANNICK ROUSSEY

    Bonsoir Baptiste

    De rien pour les mails en double, on s’en fiche, pas de tracas Docteur …;)
    Moi, pas eu le temps de lire, enfin, pas envie car mes 2 filles ayant un syndrome neurologique, en fin de compte, je lis toute la journée …et réponds aux parents, etc….

    Par contre, j’ai bien occupé mon confinement avec visite à ma mère mourante , enfin est dcd une semaine après, organisation d’obsèques (correctes , j’ai réussi) mais en y allant (autre département ) ;;me suis cassée la binette et le poignet ….

    Donc en période de confinement, j’aurai fait tout en fait …..sortir du département, EHPAD, cimetière et 2 hôpitaux avec opération….

    J’adore vous lire BAptiste et j’aime ce que vous êtes …..voilà mais je pense que ma jeune médecin est aussi sensible que Vous …..

    Bon courage et souvent, je vous cite ….

    PS : heureusement que mon mari est à la retraite, il était chirurgien dentiste avec les projections, etc…..et je pense à vous aussi, avec les maladies …..mon mari et ses associés, par des patients , ont eu des pneumonies , etc….Bon courage Baptiste ……continuez à être ce que vous êtes, un formidable médecin ….

    Je me permets de vous faire une bise

    1. Nanou

      Bon courage et (formule requise mais un peu vide) condoléances et admiration pour tout ce que vous avez enduré, supporté et surmonté. C’est déjà très dur en temps normal, alors là…

  6. MHR

    Oui Ouf, vous continuez le blog, je n’ai pas envie d’aller sur instagram.
    J’aime beaucoup votre humour, votre générosité, votre franc parlé…bref je vous aime .

  7. Souslalune

    C’est pas grave les bugs et les mails, quand ils viennent de toi !
    J’ai beaucoup lu au début du confinement, nettement moins à la fin ….
    Bien contente de te lire toi, ici 🙂

  8. Lili du 16

    On comprend mieux ! Pour ma part, j’ai vécu une première phase de sidération où je n’ai pas pu lire. Une fois le choc passé, à l’aide de l’écriture et de la méditation, j’ai fait le tri, dans mes habitudes, mes fréquentations, ma responsabilité dans la consommation. J’ai cherché et non plus subi, les informations. Réfléchi sur le sens de la vie sur cette planète et j’avoue être plutôt contente de la richesse que j’en ai retirée. J’ai aussi écrit une nouvelle sur un médecin qui change de vie après un pétage de plomb (hi hi !).
    Hasta luego !

  9. Magali

    Ce qui aide bien, c’est de se mettre aux statistiques. Quand on a compris que les morts sont plutôt des personnes très très âgées Et déjà malades, que les jeunes en bonne santé qui font des complications gravissimes sont très minoritaires, on se dit que tout cela est horrible, bien sûr, tragique, certes pour les gens concernés, leurs familles, leurs amis, comme tout décès mais que cela reste somme toute et hélas dans l’ordre des choses. Et puis c’est de relativiser. Depuis le début de l’humanité il y a des virus, des pestes, des choléras, des typhoïdes, des varioles, des lèpres, des cancers, des lupus, des staphylocoques, des femmes qui meurent en couches, des enfants qui meurent au berceau.. Et dans les pays où la mortalité est encore très haute, où ces horreurs médiévales existent encore, où le paludisme fait un million de morts par an, surtout des enfants, les gens continuent à vivre, et sourient bien plus qu’ici.. Cherchons l’erreur.

  10. Nanou

    Je me sens décalée. Je n’ai pas trop mal vécu tout ça, compte tenu, sans doute, du fait que je suis “de base” quelqu’un d’extrêmement anxieux, avec attaques de panique et tout le tralala. Au début j’ai pensé que je n’allais pas survivre émotionnellement à un truc pareil, mais curieusement je ne suis pas hypocondriaque et mon anxiété laisse place au mode “combattre” en temps de crise. Donc j’ai beaucoup lu, au contraire, car c’est mon échappatoire. Et puis je pense beaucoup à la mort, depuis toujours, alors là au moins j’avais une vraie raison. Je veux dire, outre le fait qu’on y va tous. Bref, je suis assez fière de moi, car honnêtement on m’aurait dit ça il y a 6 mois je me serais passé moi-même la camisole!

  11. bluetit

    file vite te poser , regarder l eau qui coule et laisse tes pensées aller au fil de l eau et s envoler
    regarde la nature elle continue ses saisons
    repose toi bien et merci de rester sur le blog
    pas d insta , ni de fb ni de tv juste la radio et les infos a minima
    belle journée bien vivante et remplie de soleil
    merci pour ce blog , tes news arrivent tjrs dans les indésirables mais c est pas grave
    bisous

  12. Lorraine

    Bizarrement j’ai lu, pendant cette période, coup sur coup les plus belles histoires d’amour du monde et vous ne serez plus jamais triste car j’ai eu plus de temps… travaillant avec les personnes âgées ,la maladie et la mort je la vois régulièrement et les gestes barrières font partis du métier donc je me suis bien habituée. La chose un peu compliquée c’est de trouver les mots justes pour rassurer nos aînés.

  13. Ana

    Moi, tant que c’est toi qui parasite ma boîte, ça ne me dérange pas et que ça dure même , si je te suis aussi sur Instagram.

  14. Françoise Ribard

    Merci, quel soulagement parce que instagram n’est pas ma tasse de thé. Tandis que “Alors voilà” est un moment de bonheur encore plus que 1001 tasses de thé.
    Bon décovidement
    Françoise

  15. Hélène

    Quelle bonne nouvelle, Baptiste et tous les Baptistois-Alors Voilà-Blog-Addicts!
    Sans déc’, cela rend cette journée encore plus belle .
    Rétrospectivement, nous avons tous démarré à fond les manettes, à la fois désolés et vraiment tristes pour nous, mais aussi et surtout pour toi Baptiste, qu’on imaginait proche de tout arrêter…
    Cela montre à quel point tout ce petit monde t’aime et a besoin de toi, de ton regard, de tes mots, de tes colères et émerveillements aussi.
    Sourires XXXL !

  16. genevieva

    ah je revis Baptiste vous allez continuer votre blog, il m’aurait manqué, c’est vrai que ce confinement m’a vraiment pertubé moi qui suis plutôt une nature optimiste
    et difficile de lire un livre je commence mais m’arrête en route, en plus je viens d’apprendre que j’ai un 2ème cancer du sein, l’autre, et que je vais devoir me faire charcuter, c’est la vie dit-on
    il fait très beau aujourd’hui et même chaud alors Baptiste gardez votre optimiste et soignez bien vos malades

  17. marie

    Si! J’ai réussi à lire le lambeau de Philippe Lancon un livre que jesperai , deux mois pour le lire … sa therapie mentale de tri… entrecoupé de Vargas , de servante ėcarlate les 3 saisons , d’écriture délirante de rêves fous genre je taille le bout de gras avec Poutine ou combat un scorpion géant jusque là tout va bien mais quoi … doré le scorpion…
    Allo les urgences psy?
    J’ai lu quelque part” c’est normal que vous parliez a vos plantes par contre appelez moi si elles vous répondent ”

    La bonne journée

  18. AnneduSud

    Voila une bonne nouvelle ! Et aucun souci si je reçois tes mails par vague, je sais que ce sont tous les mêmes donc j’efface sans ouvrir. Ne te prends pas la tête pour nous ! Et prends soin de toi. Vraiment.

  19. Cath

    Que voilà une excellente nouvelle pour commencer la journée et continuer.
    J’ai pu relire des livres -déjà lus et relus- mais je n’ai pas pu entamer de nouveaux projets. Rien. Vide intersidéral en dehors du boulot toute seule au bureau. Je me disais que je pourrais peut-être entamer le tri et le rangement à la maison tant que j’y étais. Pas pu. Je regardais le b… des livres et autres paperasseries entassés en me disant que de toutes les façons, personne ne viendrait le piquer et je tournais la tête.
    Et je pensais à ceux qui n’étaient plus là, qui ne seraient pas affectés par la panique ambiante qui leur était épargnée. Mais ce n’est pas une consolation.
    Il est temps de reprendre les rennes et la lecture de ce billet m’a fait le plus grand bien. Ainsi, non seulement Baptiste soigne ses patients, mais il soigne aussi ses lecteurs. Au sens le plus noble du mot.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *