Les noms de ceux qui attendent.

Le secret de pourquoi les médecins feront tout pour vous culpabiliser.

Pour Baptiste, jeune donneur de 12 ans qui, en plus d’avoir le plus beau prénom du monde (si, si !) a fait au monde le plus beau cadeau qui soit.

Je vous présente A., dite Pimprenelle, interne en anesthésie-réanimation. Elle n’a rien de commun avec le personnage de “Bonne nuit les petits” (ça c’est drôle pour une anesth-réa) et tiendrait plutôt de la fille cachée de Chef Viking et Druth la Walkyrie (dont vous ferez bientôt la connaissance). Elle m’a dit : “tu n’auras mon anecdote qu’à la condition que tu m’appelles Pimprenelle dans ton blog, c’est non négociable”.
(Les gens ont des fantasmes bizarres vous ne trouvez pas ?)

Vous avez peur de la Mort ? Donnez vos organes. C’est, peut-être, le meilleur moyen de Lui dire d’aller se faire voir et de partir en beauté.

Alors voilà l’état de Mme H. qui se dégrade jusqu’au point de non-retour que nous nommons “mort cérébrale”. Pimprenelle lance LA procédure : bilan biologique, scanner, sérologies virales et SURTOUT Dobutamine à fond les manettes. La Dobutamine maintient en vie “artificiellement” Mme H. le temps que la famille accepte l’irrémédiable, que soit abordée la question épineuse du don d’organe.
Trois jours durant, Pimprenelle se bat, préservant Mme H. du lent ouvrage de la mort en marche.
D’un coté la Dobutamine, de l’autre lutte avec la famille :
– N’aurait-elle pas voulu faire profiter un être humain malade ? N’était-elle pas généreuse de son vivant ? Etc…
Vous trouvez cela malsain de culpabiliser ainsi les familles en deuil ?
Pimprenelle réfléchit, sur son bureau, aux noms des malades compatibles avec Mme H. Elle les imagine, elle pense à leurs pathologies, leurs calvaires quotidiens, leurs espoirs d’être un jour sauvés.
Pimprenelle voit les noms dans sa tête.
Il y a Mme Y. pour le rein, M. J. pour le cœur, le jeune L. et sa mucoviscidose.
3 noms.
3 vies.
3 familles.
Pimprenelle est médecin.
La famille de Mme H. refuse. Les trois patients resteront malades (dans le meilleur des cas) parce que “vous comprenez, on ne veut pas charcuter Mamie”.
Bien sûr que nous comprenons. Mais vous, comprenez bien une chose : nous pensons aux noms de ceux qui attendent.
Mme Y. pour le rein, M. J. pour le cœur, le jeune L. et sa mucoviscidose.
3 familles.
3 vies.
3 noms.
Et ces noms pourraient être VRAIMENT les vôtres.

Donnez ou ne donnez pas, mais faites-le savoir autour de vous (et donnez quand même vos organes, même les troués et les vintages, on vous les rendra !)

Lien pour faire sa demande de carte : http://www.france-adot.org/demande-carte-donneur.html

(Les illustrations sont trouvées sur les réseaux sociaux où elles sont libres de droit ce qui n’est pas le cas sur CenterBlog. Si vous connaissez les artistes, on veut bien connaître leurs noms et l’afficher ! Redde Caesari quae sunt Caesaris)

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook (lien colonne de droite) ou sur Twitter à “@AlorsVraiment”…

15 réflexions sur « Les noms de ceux qui attendent. »

  1. Emilie

    A préciser quand même que la carte n’a aucune valeur légale malheureusement! Et que même si la volonté est exprimée via la carte, la décision de la famille primera sur tout le reste! Le mieux est de clairement exprimer de son vivant son souhait auprès de ses proches, même en argumentant, afin de les soulager de ce poids final et qu’ils nous laissent partir en sachant clairement ce que nous avions souhaité! En bref: Dites à votre famille si vous souhaitez ou non être donneur d’organes et/ou de tissus (ne les oublions pas ceux là!)- Emilie (IDE ayant fait un stage life changing à la coordination des prélèvements d’organes et de tissus! ;))

  2. Erwan

    Carte téléchargée et imprimée (pour ma femme et moi-même)
    nos proches sont au courant de nos souhaits mais ça donne une indication aux secours dans le cas d’un accident hors hôpital.
    Comme dirait ma Mamie à moi : “tu peux donner ta viande … c’est pas toi qui la mangera !”

  3. Marie

    En Belgique, juridiquement, on part du principe que le partage est le plus important. Chacun est donneur aux yeux de la loi. Nous n’irons jamais contre l’avis de la famille bien sûr, mais c’est un avantage légal. Parfois, j’aime VRAIMENT mon pays.

    1. Mésange

      En France, toute personne est considérée comme ayant donné son accord à un prélèvement d’organe(s) si elle n’en a pas exprimé le refus sur la liste nationale des refus. Mais… c’est quand même la famille qui a le dernier mot, d’où l’importance d’en parler à nos proches. La carte de donneur peut seulement aider le corps médical dans ses arguments auprès de la famille.
      (((( Perso, s’ils s’opposent à ma décision, je reviendrai les hanter!!! 😉 )))
      2 liens pour aider au choix :
      http://www.france-adot.org/pourquoi-donner-ses-organes.html (même site que celui indiqué par Baptiste)
      http://www.dondorganes.fr/

      Ne pas oublier que, pour un rein, le don par donneur vivant est possible… et que les chances de réussite de la greffe sont meilleures qu’avec le rein d’un donneur décédé.
      http://www.dondorganes.fr/019-qui-peut-donner-de-son-vivant
      Certes, le parcours des examens médicaux pré-greffe est long et assez dense pour le donneur mais tout est pris en charge par les CHU, seuls habilités à faire des transplantations. Ce parcours se clôt par le passage devant une commission qui donne ou non son accord sans avoir à le justifier, et devant un juge.
      L’opération se fait désormais généralement par coelioscopie pour le donneur, laissant une cicatrice d’environ 4 cms (à peu près comme pour une appendicite) : elle est donc beaucoup moins envahissante et permet une meilleure récupération même si elle nécessite un arrêt d’environ un mois à un mois et demi. On trouve facilement des témoignages sur le Net, le plus célèbre étant celui de Richard Berry.
      Vraiment, vraiment, pour le greffé c’est un merveilleux cadeau qui a la particularité de réduire sérieusement le temps d’attente d’une greffe. Or, gérer l’attente tout en gérant les contraintes de la dialyse, ce n’est vraiment, vraiment pas évident pour l’insuffisant rénal… comme pour ses proches qui ont parfois du mal à savoir quelle aide apporter.

      Bon choix!

        1. Mésange

          Oui, si tu t’es inscrit entre 18 et 51 ans et tu ne peux donner ta moelle osseuse que jusqu’à 60 ans.

          Pour les organes, on peut donner hélas plus jeune mais aussi beaucoup plus longtemps selon les organes ou les tissus : http://www.france-adot.org/qui-peut-donner.html

          Et il y aussi tout simplement le don du sang entre 18 et 70 ans, possible 4 fois par an pour une femme, 6 fois pour un homme… avec quelques restrictions si on est un grand voyageur! Et aussi quand même quelques contre-indications.
          http://www.dondusang.net/rewrite/headingl1/955/dons-de-sang.htm?idRubrique=955
          Je ne sais pas chez vous, mais dans la petite ville près de chez moi, il y a au moins une collecte aux 2 mois organisée par l’association des donneurs de sang… sans compter les autres. Donc, c’est vraiment très facile de donner : il faut juste prendre le temps (environ 1 heure selon le nombre de donneurs).
          Il y a d’autres dons possibles autour du sang mais il est nécessaire de se déplacer dans un centre collecteur, pas toujours très proche.

  4. Lise

    bonjour !
    moi, perso, je donne mon sang dès que possible et j’ai la carte du don d’organes dans mon portefeuille (sans compter que tout mon entourage est prévenu: si je meurs, servez-vous !!!)
    j’ai aussi voulu m’inscrire pour le don de moelle osseuse, mais là pas possible, j’ai trop de soucis de santé incompatibles avec ce don là……)
    comme dit ma mère, quand on est mort, ils ne nous servent à rien tous ces organes, autant en faire profiter les autres 😉

  5. Suze Araignée

    J’ai ma carte, j’en ai parlé avec ma mère, pour ma part, tout est prévu.

    J’ai souri en lisant “Vous avez peur de la mort ? Donnez vos organes.” Parce que oui, j’ai peur, très peur de la mort. Alors c’est une façon, quelque part, de continuer à vivre à travers quelqu’un d’autre, et en tout cas, de perpétuer la Vie…

    J’espère juste qu’ils en voudront bien, de mes organes. Déjà qu’ils veulent pas de mon sang… j’espère qu’ils me rayeront pas direct de la liste “juste” parce que j’injecte un peu d’héro tous les débuts de mois… (et que je fume comme un volcan gris en activité)

  6. Nicole

    Oh Bibi, en reparcourant toutes ces anecdotes, je tombe sur celui-ci concernant le don d’organes. Merci mille fois, c’est une cause comme celle de la moelle osseuse qui me tient beaucoup à cœur. Bisous par milliers

  7. Saranita

    Il y a un peu moins d’un an, je suis tombée sur un drôle de livre, un livre qui racontait avec pudeur, mais sans langue de bois les histoires belles ou moches, tristes ou gaies, légères ou qui m’ont donné à réfléchir, bref, un livre dont on se souvient. Je l’ai lu d’un trait, assise sur la moquette de la FNAC Beaugrenelle, impossible de m’en détacher !
    Et voila qu’aujourd’hui, après un grand voyage et un posage de valises en règle au Canada, je retombe sur ces anecdotes qui me plaisent tant ! Merci, pour toutes ces histoires qui font se rendre compte de la chance qu’on a quand on a une famille en forme et unie, des amis, deux jambes bien solides et toute sa tête.
    J’ai rempli ma carte de donneur grâce à toi et je continue à prendre bien soin de moi 🙂 !

  8. echodeltaindia

    Bien vu Baptiste, bonne idée d’avoir mis le lien de France ADOT, j’ai pris ma carte de donneur d’organes !
    Au plaisir, toujours, de vous lire.

Répondre à Mésange Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *