Pas un héros.

Alors voilà…. Lire sur internet la litanie de personnes endeuillées, avoir peur en partant au boulot, avoir l’impression d’être une boule qui tourne avec d’autres boules dans une loterie infernale où personne ne veut être choisi.

Je n’ai plus d’ongles, je me les ronge au sang.

Parce que y a un truc qu’ils ne vous disent pas avec leur narratif à la con autour de l’héroïsme des soignants etc : tu te chies dessus. J’ai jamais eu aussi mal au ventre de ma vie. Et j’ai peur. Et j’ai envie de pleurer. Alors votre propagande héroïque idiote…

On ne se sacrifie pas, on est sacrifié. Par des politiques libérales inhumaines. Qui vont refaire l’Histoire après.

J’ai mal au ventre je suis déprimé et j’ai peur.

Je suis dégoûté. Et j’ai la haine contre celles et ceux derrière leurs ordis qui sont déjà en train de refaire l’histoire. « Oui mais non, mais le gouvernement fait du mieux qu’il peut, et bla-bla-bla »

Y a littéralement des soignants qui portent des sacs poubelles en guise de blouse, ou la police qui réquisitionne des voiles d’hivernage pour confectionner des blouses de fortune, mais non ! Y a Jean-Thierry Macronie qui sait, lui ! Il n’a pas foutu un pied à l’hosto depuis la crise mais il est là, lui, toujours prêt pour faire la retape de ce gouvernement qui matraquait les soignants manifestants y a même pas trois mois…

Petit planqué repu de lui-même et de ses consanguinités sociales.

J’ai envie de pleurer tout le temps.

Héros ?

Je pense à ce medecin en EHPAD au bord des larmes, qui est aussi mon ami. Il a reçu des instructions détaillant des protocoles de sédations terminales pour ses patients. Le problème ce n’est pas la sédation, c’est très bien d’accompagner les gens jusqu’au bout. Le problème c’est d’accompagner un patient qui -tout âgé qu’il est- aurait quand même eu droit en « temps normal » à une tentative de réanimation. Et ça meurt seul en EHPAD sans sa famille. Et c’est enterré seul.

J’ai envie de pleurer tout le temps.

Héros ?

(le plus dramatiquement drôle dans cette histoire ? Les instructions que mon pote a reçu pour les sédation terminale utilisent des médicaments qui ne sont plus sur le marché depuis cinq ans, et vive la France !)

En nous traitant en héros ils nous confisquent le droit d’avoir peur, et nous renvoient au silence.

Un héros ne dit pas qu’il a peur.

Il ne dit pas qu’il se chie dessus.

Il ne dit pas qu’il préférerait une blouse/masque plutôt que des louanges grotesques.

Héroïser c’est silencer.

PS : désolé pour les bugs à répétition et les articles ici affichés/envoyés trois quatre fois.

PS 2 : je tiens un journal d’information sur Instagram. Au jour le jour. Si vous voulez le suivre, c’est ICI.

32 réflexions sur « Pas un héros. »

  1. Agnès

    Ah!, si je pouvais faire quelque chose pour toi! Je te comprends, je te suis à 10000% , j’ai partagé ce post sur FB. Je n’ai plus trop envie d’applaudir, ma fille infirmière tient le même discours que toi mais sache, Baptiste, que la crise passée, je ferai ce qu’il est en mon pouvoir ( mème petit) de faire, pour que ça ne se reproduise plus!! Tout de suite et j’espère que l’on sera nombreux!! En attendant, de loin, je te serre très fort dans mes bras de maman.

  2. bbloisirs

    Quelle tristesse ! je pleure en lisant cet article!
    Bien entendu, vous avez peur, bien entendu vous y allez quand même, bien entendu ils nous fatiguent tous ces technocrates, condescendants, méprisants,inhumains, ces politicards qui se retranchent derrière “le conseil sanitaire” pour se dédouaner de toute responsabilité !
    Je vous souhaite d’aller bien, je me sens près de vous même si je ne vous connais qu’à travers votre blog. J’aimerais vous envoyer tout l’amour dont vous avez besoin, tout le soutien qui vous permettrait de “tenir”, mais comment faire.
    Ma belle fille est aussi médecin généraliste, ils sont 5 médecins dans leur cabinet, ils ont reçu pour la 1ère fois vendredi dernier une dotation de …50 masques pour 5 médecins !!!!!! Ils sont censés les garder pendant combien de temps ????
    J’espère que les Français qui s’en sortiront auront de la mémoire pour soutenir les demandes de TOUS les soignants et pas seulement par des applaudissements .
    Je me permets de vous embrasser très affectueusement et je vous souhaite tout le courage du monde.
    Vous n’êtes peut-être pas un héros mais continuez à parler, il faut que tout le monde sache combien l’hôpital, les médecins, les soignants ont été abandonnés par ce gouvernement et les gouvernements précédents

  3. Emmanuelle

    Baptiste, les “héros” de nos “guerres”, ils ne sont pas si héroïques et immaculés qu’on veut nous le faire croire. Ils n’ont jamais voulu y aller, jamais voulu mourir, relisez “Si c’est un Homme”, c’est vraiment clair là dessus… et les soldats de 14, ils se chiaient dessus dans les tranchées, oui, oui.
    Mais utiliser un vocabulaire guerrier pour nous parler de la lutte contre le COVID, c’est nous cracher à la figure et nous prendre pour des cons !
    On a désarmé tout le monde, hôpitaux et soignants, délocalisé toutes les productions vitales (masques, blouses, médicaments), c’était moins cher… et maintenant, il faut soigner sans rien, les mains nues et le coeur à vif, et sachant qu’on n’a pas ce qu’il faut pour prendre tout le monde.
    Et pendant ce temps, le MEDEF nous dit qu’il faut relancer l’économie, quitte à susciter des morts en plus, l’Etat nous dit “il va falloir faire un effort”, pour que les actionnaires touchent leurs dividendes… et il continue soigneusement à démembrer nos hôpitaux et nos services publics, en votant, en pleine épidémie, des suppressions de lits (pour plus tard) et des partenariats public-privé (pour après)…
    Pleurez, Baptiste, qu’au moins tous ces sentiments s’expriment et que vos douleurs s’appaisent… que ne sommes nous là pour vous prendre dans nos bras…

  4. Emma

    Merci de ta confiance, Baptiste. Nous sommes nombreux et nombreuses qui partageons ta peur, ta tristesse et ta colère, et qui lutterons quand le temps viendra ! En attendant, tes mots sont une clarté dans la nuit. Puisses-tu trouver du réconfort. Mes bras te serrent très fort, cher frère humain.

  5. Ergo Christine

    Bonsoir Dr Beaulieu, je suis Belge, j’ai lu votre lettre sur le site littéraire Babélio, et je tiens à vous dire toute l’admiration que j’ai pour vous qui osez crier à la face du monde ce que vous pensez de la gestion de cette horrible pandémie. J’en suis venue à penser avec horreur que ça arrangeait bien les politiciens que les “vieux” meurent par centaines, ainsi plus de pension à leur verser, tout bénéfice pour eux. Vous savez, la situation en Belgique n’est guère plus brillante qu’en France. Pas assez de tests, pas assez de masques, pas assez de blouses, pas assez de gants, des recommandations contradictoires, des menaces, des personnes âgées qui meurent de chagrin de ne plus voir leur famille depuis quatre semaines, on met les morts dans des camions frigorifiques, l’armée a dû venir en aide dans certaines maisons de repos par manque de personnel (malades ou ayant choisi de ne plus travailler pour protéger leurs proches) , on nous dit que nous devrons mettre des masques lors du déconfinement, mais où vont-ils aller les chercher ????? Donc, aujourd’hui, les masques ne sont “pas nécessaire” mais le seront lors du déconfinement. Bref, je vais m’arrêter là, je suis aussi triste que vous, aussi révoltée que vous, aussi indignée. J’espère, j’espère de tout coeur que les populations se souviendront de cela quand nous pourrons enfin sortir et clamer haut et fort notre colère. Bien à vous, Christine

    1. Mélusine

      Et vous oubliez de parler de ce monstre qu’est Maggie De Block, Ministre de la Santé (enfin un’e des, puisqu’il y en a … 8??? chez nous en Belgique, si j’ai bien compris???) qui a osé dire que les médecins de ville “pleurnichaient” au début de la crise quand ils posaient des questions quand à leur protection!!!
      Et cette femme est docteur en médecine, hein…

      Et des hôpitaux obligés de lancer des appels aux dons pour avoir un peu d’argent, de tous ces gens (des femmes principalement) qui cousent des masques gratuitement – et même des blouses pour certains hôpitaux!!!
      Et des savons aussi, d’ailleurs.

      En Belgique à ce jour plus de 40% – 42? 43? 45% ? – des morts du COVID (ou suspectés pq pas testés) le sont dans les maisons de retraite. Et une aide soignante de 56 ans (qui d’ailleurs travaillait dans 2 maisons de retraites différentes – cherchez l’erreur…) est décédée du COVID aussi.

      Moi non plus je n’ai plus le coeur à applaudir, je pense trop à l’enfer que vivent tous ces gens, soignant’e’s et personnel médical/hospitalier mais aussi à toutes celles-ceux obligé’e’s de travailler “au contact” tous les jours, la plupart du temps pour des salaires de merde. Je pense déjà à l’après, les burn-out, les dépressions…

      Et aux mensonges de nos “dirigeants” (“les masques ne sont pas utiles”…) sans parler de ce qu’ils nous préparent pour relancer leur “business as usual” pourri et mortifère.

      Ma colère est énorme, à la auteur de ma détresse probablement.

      On n’oubliera pas.

  6. GANCEL Veronique

    Vos mots m’ont profondément touchés. Je comprends votre colère et la partage. Je comprends également votre peur car, moi aussi, j’ai peur pour tous ces professionnels qui ne peuvent se réfugier dans le confinement et je pense souvent à eux, à vous.
    Je ne peux que vous souhaiter bon courage pour toutes ces semaines encore difficiles

  7. Roisin

    Bonsoir docteur, bonsoir Baptiste,

    Les réseaux sociaux ne sont pas ma tasse de thé mais je viens de lire votre message après avoir entendu les belles paroles du criminel Macron et de son criminel système néo libéral.
    Et s’il n’y avait que Mr Macron, non, ils sont une famille de néo libéraux aux manettes du monde.

    Mais il y a eu toutes ces personnes humbles et se révoltant socialement dans tant de pays, tant de jeunes aussi luttant pour la planète, contre ces néo libéraux. Il y a eu tant de manifestations tenaces, tant d’échanges , de rencontres , de conscientisations, de découvertes, d’émancipations.
    Non, Baptiste, tout ceci n’a pas été vain, tout ceci montre qu’une vague plus forte, la vague de l’humanité qui affirme ses droits, s’est levée.

    Et qu’elle peut balayer les faux rois sur son passage, les broyer en quelques secousses.

    N’écoutez pas les belles paroles (hommages, etc) de ce Macron, de ces ministres, ne vous en offusquez même pas.
    Les chiens aboient, la caravane passe.

    Ces gens-là sont des robots télécommandés, ils ne savent ni l’odeur du sang, ni l’odeur de la merde, de la peur, ni de la sueur, ni du sperme, ni de l’amour.

    Nous, nous avons un corps. Un corps lumineux dans l’amour, un corps qui peut haleter, qui peut aimer jusqu’à être dissous d’amour, nous avons des yeux, des regards, des mains, nous pouvons toucher, nous pouvons être touchés.

    Nous sommes doués de la vie, jusqu’aux os.

    Les paroles d’un robot doivent glisser sur nous, elles ne peuvent entrer que dans des oreilles de robot.
    Nos oreilles entendent, frémissent, savent la musique des mots, les hurlements des âmes.

    Excusez-moi d’en écrire aussi long. Ce que je désire vous dire, et juste vous écrire, malheureusement sans ma voix, sans même mon écriture, c’est ceci. Vous êtes vivant au milieu de l’hécatombe et du danger.
    Et vous êtes jeune.

    Les morts, les personnes âgées, si stoïques, si courtoises, si pleines de grandeur, les voir mourir. Et mourir par élimination.
    Et mourir seules.

    Macron les a tuées, et de plus, il les laisse agonir seules.
    Personne ne tient leur pauvre main ridée, décharnée, qui n’a même plus la force de dévisser le bouchon d’ une bouteille d’eau minérale.
    Perdsonne ne regarde plein d’amour leurs yeux délavés si sérieux, si purs, si confiants.
    Elles meurent seules sans les mots d’amour, de tendresse et de chagrin de ceux qu’elles ont inlassablement soigné, dorloté, guidé , écouté.

    C’est le massacre des innocents, des agneaux.

    Il y a de quoi trembler, pleurer, pleurer, sangloter, s’effondrer, hurler de peur, de tristesse, d’horreur, de désespoir. Dites-le aussi à votre ami.

    Vous êtes des médecins, et vous voyez votre impuissance, pas de vaccins, pas de remèdes pour les malades, vous ne pouvez pas les guérir, et vous n’avez pas non plus le matériel de base, de simples blouses, de simples masques, du tissu, des élastiques.

    Vous ne pouvez pas guérir, donc faire ce pour quoi vous êtes là. Et les malades sont en multitude, déferlent, et les morts, plus, partout, peut-être. Encore et encore, ausculter, diagnostiquer, agir, trouver les moyens, enchainer, ne pas s’arrêter.

    Et vous pouvez tomber malades à tout instant, et mourir.
    Ou tuer.

    Et enfin, il faut trier entre les personnes âgées.
    Trier !
    Celles à qui on va donner indirectement la mort. Les autres

    Cette ignonimie que vous devez commettre, c’est le fait du manque de moyens, de lits, c’est le fait du criminel Macron.
    Du néo-liberalisme.

    Qui a tué nos animaux, nos arbres, nos plantes et nos rivières, notre mer, et tant de nourrissons humains lointains, sous d’autres cieux, car pas de nourriture, pas d’hygiène, pas de médicaments. Ou, la guerre.

    Ce néo libéralisme qui tue maintenant les vieillards, les âgés, la classe la plus noble des humains.
    Et qui vous brûle l’âme, vous, les personnes qui ont choisi comme métier le soin médical.
    Qui vous plante la peur comme un venin dans les veines.

    Même s’il n’y avait eu qu’un jour, ce jour vous aurait arraché le cœur.
    , fait chier de peur., donné des cauchemars pendant des années.

    Or là ce n’est pas un jour,ce sont des multitudes de jour qui se suivent,toujours encore un jour de plus.

    Baptiste, c’est un cauchemar fait réalité.
    Vomir, chier de peur. Ne plus savoir si on va vers les chiottes pour chier ou vers la cuvette pour vomir, avec ces larmes de fatigue et de désespoir qui pissent de partout

    Un esprit qui est envahi, un corps qui est exténué, manque de sommeil, de niurriture, mitraillette qui doit tirer toute la journée.

    Baptiste, si vous pouvez, et il faut le pouvoir pour la suite —car malgré la peur et le chagrin, vous continuez à soigner les patients non covid, vous sauvez certains patients malades, ou vous en aidez d’autres à faire le grand voyage, vous êtes La Lumière —, arrêtez- vous.
    Quelques jours. Pour reprendre souffle. Voir les cerisiers somptueux en fleurs, les glycines au parfum ennivrant qui retombent en grappes des tonnelles, les lilas violets et blans qui sont en avance cette année.
    Voir les tulipes se faner. Voir votre aimé. Voir vitre neveu, votre nièce. Jouer. Revenir à la vie des non-soignants. Faire ce vide, respirer.
    Respirer. Sentir les odeurs de ce printemps. Ou pas. Mais elles se feront sentir par vous.

    Prenez quelques jours, prenez des forces. Je sais que ce n’est pas posdible, mais si, c’est possible.

    J’en ai vraiment écrit des pages…

    Au revoir, chère âme.

    Vous êtes un vivant, vous avez un corps, c’est-à-dire une âme.
    Les vivants souffrent et olus un vivant est vivant, olus il souffre.
    Il faut faire des pauses pour ne pas être détruit.

    Pour continuer le chemin.

    Il y a eu tant de révoltes dans tant de pays du monde ces dernières années, l’année dernière vsurtout.
    Nous somles nombreux et nombreuses à être des humains qui veulent vivre dignement, qui nous révoltons.
    Les faux-rois peuvent être balayés.
    L’âme existe.

    1. Christine

      @Roisin Vos commentaires sont si justes et si pleins d humanité.
      « Les morts, les personnes âgées, si stoïques, si courtoises, si pleines de grandeur, les voir mourir. Et mourir par élimination.
      Et mourir seules.
      Macron les a tuées, et de plus, il les laisse agonir seules. »
      Un autre sujet concernant les personnes âgées.ourquoi parle t on uniquement des Ehpad et non des USLD (longs séjours payants) de l APHP où il ne me semble pas qu on fournisse des « statistiques «  sur le nombre de décès. C était déjà horrible avant le coronavirus, qu en est il maintenant? Personne n en parle. Plusieurs milliers de personnes âgées malades « vivent » pourtant à l APHP. Que deviennent ils? Qui s en préoccupent?

    2. Mai

      J’ai arrêté de lire après “Macron les a tué”. Les raisonnements simplistes n’aident en rien.
      Le fait est que nous n’étions pas prêt à une épidémie de cette ampleur, mais peu de pays l’étaient (l’Allemagne, la Corée du Sud ?) et c’est toujours plus facile à dire après coup.
      Je me rappelle de l’épidémie de grippe H1N1 pour laquelle le gouvernement de l’époque avait été beaucoup critiqué pour les dépenses effectuées pour fournir des doses de vaccins qui au final n’ont pas été utilisées. Cela montre que la ligne est fine entre en faire trop ou pas assez. Le problème est plutôt que nous ne sommes pas capable d’adapter nos moyens de production rapidement pour fournir les protections nécessaires.

      La logique de productivité est en marche depuis de longues années qui éreinte nos services publics (l’hopital mais l’école également,les EHPAD) pour lesquels la majorité des français ne veulent pas payer mais juste en bénéficier. Ce n’est pas le fait du seul gouvernement actuel, votre haine vous aveugle.

      C’est toujours plus facile de voir la vie en noir et blanc : les bons d’un côté et les méchants de l’autre et cela fait le lit des populistes de tous bord. Déshumaniser les membres du gouvernement en les appelant des robots est un procédé guerrier qui rend plus facile les appels au lynchage : les ennemis sont des animaux, des robots, des vrais méchants. Revendiquer le monopole de l’humanité et de l’âme est un peu facile.

      J’aime beaucoup ce blog justement qui essaie de remettre de l’humain dans nos relations et de ne pas tomber dans les jugements simplistes. Le but était de montrer que les médecins n’étaient pas des robots mais évidemment c’est oublié maintenant que ce sont des héros (!)

      Je n’applaudis pas à 20h car je ne suis pas au cirque et je n’aime pas la société du spectacle. Je suis toujours admirative des gens quels qu’ils soient qui font de leur mieux avec humanité.
      Pour ma part j’espère que cette crise permettra de repenser la société dans son ensemble, de sortir un peu de la logique de marché, de la mondialisation à outrance et de la consommation comme une fuite en avant.
      En attendant, on aimerait pouvoir aider plus qu’en restant chez soi à tourner en rond …

  8. Martine MERZARIO

    MERCI A TOUS NOS SOIGNANTS
    Je prends chaque jour des nouvelles de ma Maman en EHPAD à 350 kms de chez moi Heureusement le matin je le fais par mail auprès de la secrétaire et le soir on a avec maman notre coup de fil traditionnel .On sent dans les réponses de l’une comme de l’autre de la peur de l’angoisse . IDE à la retraite je ne dors pas depuis des semaines car je sais ce qu’endure tous les soignants les patients .Ce qui me donne envie de vomir ce sont les interventions de tous les épouvantails qui veulent faire passer les médecins les IDE les aides soignantes soignants les agents de propreté et j’en oublie car elles sont nombreuses ces personnes anonymes qui oeuvrent dans le milieu hospitalier pour des héros . Ces acteurs de la vie hospitalière font leur travail et pourtant celà ne les empèche pas d’avoir sur leur blouse “EN GREVE” mais ça pas question de montrer

  9. Pascale

    Merci de d’ecrire et partager votre vécu!Medecin generaliste comme vous,j’ai peur,mal au bide,j’ai perdu le sommeil et je hais tous ces discours ,tous ces applaudissements à 20h,la sirène du couvre feu,ce silence de mort dans les rues!! Nous sommes à poil pour bosser ,rupture de stock de sur blouse,de charlottes,sur chaussure jusqu’en juin !!! Abandonnés!!!! Et on nous demande de faire de l’hospitalisation à domicile?!!!

  10. DoubleK

    Je n’ai jamais applaudi à 20h. Non pas que je ne suis pas reconnaissante, je trouve ça juste totalement hypocrite. Des mois de grèves dans l’indifférence générale et tout à coup on se souvient des soignants ?
    Je préfère apporter mon soutien à ceux qui dans mon entourage qui en on bien besoin comme par exemple: une voisine aide-soignante qui était obligée de s’arrêter faute de garde d’enfants car si maman est personnel prioritaire, papa ne l’est pas: il fabrique du gel hydroalcoolique ! j’ai trouvé une solution pour ma fille et libéré une place chez ma nounou.

  11. Marquis de Gothie

    Ah! les bla-bla-bla que l’on entend à tout va depuis la capitale (ou plutôt les capitales)… ne sont que foutaise (du moins c’est mon opinion..)… Réfléchissons un peu .. depuis des lustres l’on nous corne que nous sommes trop nombreux sur “terre”.. que cela pose des problème pour la survie de l’espèce humaine … on cherche des “terres” d’accueil (lune.. mars… et outre galaxie……). Il n’y a plus de “grande guerre.. pour réguler la population ….. Les “vieux” dont je suis, coûtent cher .; et puis il vivent de plus en plus vieux …. où va-t-on ainsi…? La solution …… nous y sommes ……. Pour moi .. tout cela est voulu!!!!! Et qui en tirera les bénéfices???????? Pas les soignants, pas vous, pas moi ………

  12. Sophie B.

    Bonjour Baptiste,
    je vais me presenter à toi et y aller de ma conviction personnelle, j’ai fait le procès du sang contaminé pour ma mère transfusé en fevrier 84 et qui a donc contaminé mon beau père, autant te dire que les protocles tu ten doute j’ai du prendre des decisions pour mes parents car sous 200 ct4 bah c’est moi qui prend les decisions a cause de toxo positive, mon beaupère en est décédé. bref, je met juste le fond pour que tu comprennes que je ne parlerais pas sans avoir vu depuis mes 11 ans tout ça et j’ai grandit avec tout ça. tu as le droit en tant que medecin d’avoir et prendre tes convictions, je me suis penché sur le problème entre l’attaques de toutes les furines et l’attaques par les bactéries direct du corps ou le virus rentre dedans, tente en amont de les mettre sous antibiotique de type augmentin, je croie sincèrement que nous avons a faire a un virus qui rentre dans les mauvaises bactéries du corps et donc quien etant ainsi doit etre traité par des antibiotiques, ne pas essayé serait dommage, beaucoup de medecin actuellement se rebelle et tente, et si c’etait bien un truc comme ça…. https://www.facebook.com/100602918257583/videos/1283634842027588/UzpfSTEwMDAwMDg2OTgxNzAyNToyOTUyNTM5Njg0Nzg0OTk2/ je te met un lien, je pense que c’est tout à fait possible, c’est un médecin, autant que vous vous seriez tous les coudes. il explique ce qu’il essaie. j’ai un ami qui a été traité a l’augmentin, il a de gros soucis de reins et autre …. bref, ne laisse pas l’etat te donner un protocole, tu as le droit de faire ton protocole à toi et tes ecris. tente qqes choses ! je reste vraiment persuadé entre l’histoire des furines et les mauvaises bactéries ou le virus se met dedans donc passe en mode infection bactérienne donc là c’est bien les antibios et ça marche! qui ne tente rien n’a rien ! donc zitomicine et un second antibiotique c3g. oui je croie encore en la medecine et je croie en les medecins qui y votn et qui avancent et ne reste pas pétrifier ! il faut tenter ! ne baisse pas les bras, c’est dur, mais vas y ! tente !!! loroken, lorelox, ect …. vas y fonce ! je pense que c’est la piste. avec tout mon soutien, j’ai contredis un jour un professeur le professeur Caron opur ma maman, il m’a dit elle rentre elle va mourir elle etait a 59 ct4 et on regardait les bleux, cet imbecile etait passé a coté de la b12, j’ai deblayé son bureau j’avais 1 ans, il a repris son listing et il a pu mettre maman sous b12 en perf, ma mère vie aujourd’hui ! je te passe les autres merde avec les maladies x et y du au traitement comme le vagin brulé et j’en passe, vas y tente et fonce j’ai rien laché j’ai négocié avec les médecins ! là ou on ne connaissait pas, et elle vie alors tente vas y, tu as le droit d’avoir peur, mais tente un truc !!!!!!!! vas y stp ecoute ce médecin j’y croie sincèrement !!!! j’attend ton retour d’ici qqes temps 3 jours si tu veux bien après avoir essayé et dire si ça marche . Sophie.

  13. Ping : Pas un héros. | Alors Voilà. – Matronix.fr

  14. Sophie B.

    Baptiste je me permet pour vous encourager,
    j’ai vécu la peur aussi, je me suis battue pour sauver mes parents j’ai trouvé ça aussi pour vous
    http://www.leparisien.fr/societe/sante/coronavirus-trois-medecins-generalistes-pensent-avoir-trouve-un-possible-remede-13-04-2020-8298963.php?fbclid=IwAR0e-ftwhmyUrLBWlGrQCAEnrW0oy0SKShR5YEfNY8HwSwUpvtdgYzQeKXk
    j’y croie a ses traitements, comme je vous ai dit il y a une histoire de virus qui entre dans les bactéries du corps, sur els poumons ect … tentez !!! allez, vous devez continuer à croire, c’est ça qui aide, ne pas laisser la peur vous prendre, mm si c’est dur. oui j’ai ete une battante, il y a 35 ans pour mes parents on etait dans un flou, certains medecins avaient mm peur, j’ai grandit j’ai ecouté, on m’a beaucoup expliqué vu que je rentrais dans le protocole pour mes parents, maman vie aujourd’hui elle est indetectable, pourtant on m’a crier des mille qu’elle n’etait qu’en remition on lui donnait trois ans ! courage, croire et essayer !

  15. Christine

    Personnellement j’applaudis quand-même, impuissante, dans le but d’envoyer des bonnes ondes d’amour dans l’air, en plus ça émeut et donne du courage à certaines personnes du monde médical, et aussi une petite occupation journalière joyeuse à ceux qui n’en peuvent plus de leur confinement, ça établit un lien avec les voisins. C’est pas hypocrite. Je le vois en positif.
    Les hypocrites sont les sous merdes de gouvernants qui parlent d’union et de solidarité et blablabla vous entendez tous les jours les discours…

    Alors que l’argent n’est qu’une des pires inventions, les moyens sont là, c’est juste que pour diverses raisons dont certaines inconnues, ils ne veulent pas les utiliser.

    Il y a largement assez de logements, nourriture, eau etc… pour tout le monde, possibilité de créer des masques, blouses, lits….. mais ça ne rapporte pas et surtout n’intéresse et ne divertit pas les personnes qui tiennent les manettes sur notre belle planète.

    Baptiste, vous n’êtes qu’un humain, je suis d’accord avec la personne qui a écrit une belle tartine au-dessus, reposez vous un peu, ça n’est pas en vous tuant au travail que vous sauverez tout le monde, et surtout si vous mourrez littéralement de fatigue, vous ne pourrez plus aider personne .

    Nous ne sommes que des grains de sel dans l’univers, restons humbles, la roue tourne.
    Par contre après ça va chier, et j’espère qu’ils paieront ces connards.

    L’être humain a des tares on n’y peut rien hélas, sauf être respectueux et bons dans notre sphère .

    Sinon je ne sais pas comment aider. Pas de vieux voisins, je travaille la journée et m’occupe de ma mère le week-end, et remonte le moral aux collègues qui flippent, l’impuissance est frustrante.

    Des cœurs et des fleurs dans l’air, de l’amour à tout le monde, une super après vie pour ceux qui sont partis, une vie la mieux possible pour ceux qui sont encore là, un départ tout en douceur pour ceux qui sont en train de monter dans le train. Il paraît que les nuages sont hyper doux et moelleux, colorés et lumineux, et qu’on se fend la poire total là-haut avec plein de créatures rigolotes trop gentilles.

  16. Isabelle B.

    Je ne trouve pas les mots Baptiste mais je voudrais vous dire combien votre message m’émeut.
    Entendrons nous un jour nos soignants et seront ils un jour enfin respectés, reconnus ? Je le souhaite de tout mon cœur .
    J’ai aussi une pensée pour nos personnes âgées en Ehpad . J’ai honte de la façon dont on les traite.
    Affectueuses pensées .

  17. Chloé

    Le propre des héros, c’est de ne pas le savoir mais d’aller faire ce qui est juste, la peur au ventre et avec l’envie de vomir, même s’ils risquent beaucoup (voir leur vie). Et ils sont souvent des sacrifiés, par les gouvernements, par le reste de la population qui ne fait rien.
    Les idiots inconscients, qui ne comprennent pas le danger qui les entourent, ne sont pas des héros.
    Les soignants et tous ceux qui continuent à travailler pour le bien des autres auraient pu se déclarer malades, trouver des excuses pour rester chez eux mais il ne le font pas et pour cela je pense que leur comportement est héroïque.

    Mais je pense pas qu’on doive être fier ou trouver normal de demander à des hommes et des femmes d’être héroïque ou de se sacrifier.
    J’ai donc aussi forcément honte de compter sur tous ces gens là, moi qui ait un travail, non essentiel et qui peut faire du télétravail.

    Je me sens d’autant plus mal que je ne sais pas quoi faire pour améliorer la situation après. Je vote dès que je peux (même si les choix proposés ne me satisfont pas). Je participe aux manifs quand je peux, j’essaie de convaincre mes proches et de défendre les causes qui me tiennent à coeur. Mais à part cela, que faire ?! Je n’ai pas l’impression que ca ait un poids face aux politiques qui nous dirigent et qui ne pensent qu’à eux et à leurs amis.
    Baptiste, si tu as une idée de comment aider l’hôpital public et les soignants de facon concrète (pendant et après la crise) je suis preneuse.

    En attendant, merci !

  18. opif

    Celui qui fabrique des héro , s’apprête au sacrifice ! ou encore, Heroïser c’est sacrifier ! c’est pas plus compliqué que ça , les média vous acclament et nous demandent de vous acclamer car vous allez être sacrifié , vous l’êtes déjà par manque de moyen , par manque de protection et par manque de personnel mais ce n’est que le début car soyez en sur c’est la santé publique dans sont ensemble qui sera sacrifié en fin de crise c’est déjà dans les tuyaux (cf caisse des dépôt et des consignations) tout sur le privé et fermeture de lit dans le publique comme vous n’en avez jamais vu !

    Je ne vous ai pas applaudis et je ne le ferait jamais quand à moi ! je vous salue pour votre courage et votre force je vous aient soutenu par ma présence aux manif et je serait là pour les prochaines , mais jamais je ne participerait à cette mascarade qui justifie votre mort symbolique d’abord et bien réelle aujourd’hui !
    Les gens seraient bien inspiré de faire de même plutôt que de frapper connement dans leurs mains tout les soir sous les injonctions d’un pouvoir qui nous crache à la gueule à tous et d’une télévision qui nous lobotomise les prochains à être applaudis et sacrifier ce sera eux , qu’ils y réfléchissent bien ! Et qu’ils n’oublient pas ! Un jours ce virus sera maîtrisé , il sera alors temps d’aller en masse demander des comptes dans la rue souhaitons que les applaudissement ne soit pas le maximum dont ils sont capables !

  19. Oriane

    Tu es quand même un héros, Baptiste. Mais un héros humain. Qui a le droit d’avoir peur, et même de se chier dessus. Ça n’enlève rien à ton mérite ni à celui de tous ceux qui sont là pour nous, bien au contraire. Et ça n’enlève rien non plus au côté abject du système et de nos politiques (les actuels bien sûr – bien avant la crise du Coronavirus, voir le mépris moqueur de l’Assemblée devant les cris d’alarme des soignants ou la violence de la répression de leurs manifestations fait froid dans le dos – mais aussi leurs prédécesseurs, hélas, depuis si longtemps) qui n’ont eu de cesse de démanteler le service public en général et celui de la santé en particulier, et qui maintenant vous envoient “au front” dans des conditions épouvantables. Donner des moyens aux soignants pour qu’ils puissent faire leur travail en respectant leur dignité propre autant que celles de leurs patients, considérer que la santé et la vie ne sont pas qu’une histoire de prix, c’est un choix politique. Et j’espère de tout coeur qu’on ne l’oubliera pas quand la crise sera passée, qu’on ne les laissera pas réécrire l’Histoire et faire comme si de rien n’était. En attendant, on est de tout coeur avec vous, même si notre soutien est dérisoire. Merci.

  20. Anne Laure Dubois

    Etant animatrice dans un ehpad (chargée actuellement du “lien social”), je comprends très bien ce que vous dites, même si votre travail au quotidien est différent du mien. Mais je comprends la peur, la pression constante où chaque gestes posés est réfléchis car potentiellement porteur de maladie, la tristesse d’évoluer dans un univers marquée par le manque des résidents et l’impression de créer une “cape de protection” avec des bouts de tissus rafistoler, seul dans son coin. Nous nos blouses et certains masques, qui serviront aux résidents si le virus franchi nos portes, s’est la fille d’une résidente qui nous les confectionne, sinon nous n’en n’aurions pas assez…C’est dure, souvent je n’ai pas envie d’aller au travail…mais j’y vais pour le sourire des résidents et pour leur “MERCI d’être venu !!!! ” quand je sors de leurs chambres.
    Tout cela aide, tout cela permet de voir combien notre action est importante. Et je suis sûre que vous aussi vous avez mille retours positifs de vos patients, de vos collègues, même de votre propre famille…etc. Peut être est-ce cela, au fond, qui compte le plus.
    Sachez aussi que beaucoup de gens autours de moi, qui je le précise n’ont jamais trop manifesté durant leur vie, sont décidés cette fois-ci à descendre dans la rue pour vous, lorsque cela sera possible. J’ai l’impression que le regard des gens sur le service de soins français a changé et que la reconnaissance qu’ils ont envers les soignants se traduira, à l’avenir, de façon bien plus “sonore” que par des applaudissements.
    Courage à vous, je crois au jours meilleurs qui arrivent, ils nous attendent, ils sont juste derrière nos fenêtres et nos portes.

  21. Lise

    Courage doc ! Le travail que vous faites est juste magnifique. Il le sera toujours malgré les circonstances. Merci d’avoir passé des années à faire médecine, et de consacrer votre vie a soigner les gens. C’est magnifique en toutes circonstances.

    Je prie pour vous

  22. Giroflée

    Les mots ne viennent pas …Respect Silence Compassion…Des mots bien dérisoires en pensant à ce que vous vivez actuellement …Que dire après votre message qui prend littéralement aux tripes ?! Merci Baptiste pour votre témoignage édifiant parce que direct et sans concession…Je pense et je prie pour vous…

  23. Nadia Morand

    AHHHHhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh bibi, bibi, bibi
    Merci pour tout .
    Merci pour l’humanité, merci pour le fond de tes articles, et merci pour la forme…
    Et merci pour ce spéculum qui spécule, j’en pleure encore de rire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *