Le diplômé de la Faculté internationale d’Oesophageologie de Diphtériland

<< Docteur, c’est ma Sonja, ma petite de six ans. Elle ne mange plus depuis une semaine et a perdu deux kilos. Le week-end dernier, elle a avalé de travers. Seulement, y a un an, sa tante, ma soeur, est décédée devant nous d’une fausse route. Alors… Alors…>>

Alors voilà, comme dirait l’autre, viens avec moi, Sonja, je dis en tapant dans mes grosses mains d’adulte et en prenant ma grosse voix de docteur. 

Je fais grimper l’enfant sur la table d’examen. 

– On va regarder si ton œsophage fonctionne bien. Tu vois ce que c’est, l’oesopage ?

– Le chauffage ?

– Non l’oe-so-pha-ge. 

(Que le premier qui a pensé à un jeu de mot avec “l’oesophage central” se dénonce !) Je sors mon stéthoscope, mon otoscope, mon manomètre, tout ce qui, de près ou de loin, est impressionnant pour un enfant de six ans, même les grosses lunettes à sutures (je sens que je regrette déjà la photo…). Le grand jeu, quoi.

Je lui explique ce qu’est l’oesophage. Je teste ses réflexes, lui écoute les poumons, le coeur, lui palpe les ganglions, le bidou. La petite est rigide comme une baguette en bois, très tendue : on sent que le docteur, hein, c’est sérieux.

– Tu vois, là, ta jambe qui saute quand je donne ce petit coup de marteau sur ton genou ? Eh bien c’est un signe qui ne trompe pas : ton œsophage fonctionne parfaitement. Tu ne risques rien si tu mâches et que tu avales lentement. Tu comprends ?

Elle hoche lentement la tête, je retire mes grosses lunettes. 

– Sonja, je suis absolument formel : tout va très bien. Tout. Je suis diplômé de la Faculté internationale d’Oesophageologie de Diphtériland. C’est une Université entre l’Écosse et l’Egypte, quelque part en haut à droite. Tu vois où c’est ?

Elle fait oui de la tête.

– Tu vas manger, maintenant ?

Nouveau hochement de tête. 

– Promis ?

– Oui, monsieur le Docteur.

Ils sont partis. 

J’étais content. Pas content de lui avoir menti, non. D’ailleurs, peut-être que j’aurais pas dû, je ne sais pas. Mais j’étais content du clin d’œil que m’a lancé la maman. En douce. Elle est en plein divorce et c’est un peu difficile pour elle, en ce moment. 

Plus tard, au téléphone, elle me dira : C’est à cause de mon ex-mari, quand la petite a avalé de travers il lui a dit : “Recrache ou tu vas mourir comme ta tante !”

Je comprends pas ce qui peut passer par la tête d’un adulte pour dire une idiotie pareille à une gosse de six ans. Je veux dire, je comprends VRAIMENT pas ce qui peut passer par la tête d’un adulte pour dire une idiotie pareille.

Photo : moi, recevant mon diplôme d’Oesophageologue de la Faculté internationale de Diphtériland. 

47 réflexions au sujet de « Le diplômé de la Faculté internationale d’Oesophageologie de Diphtériland »

  1. Mamzelle B.

    Bonjour Dr B. !
    Je viens de rattraper mon retard car j’avoue ne pas être venue vous lire depuis un bon mois, trop-de-boulot oblige. (Oui, je sais, c’est mal, et surtout tant pis pour moi). J’avoue aussi avoir explosé de rire en lisant votre mésaventure lacrymogénesque mais j’ai une excuse, il m’est arrivé un peu la même chose la première fois que j’ai cuisiné des crevettes selon une recette indienne (sont fourbes, ces bouddhistes, on les croit inoffensifs et ils vous font couper des piments sans prévenir des risques de brûlure au 5e degré). ((Si, je suis sûre que ça existe !)) ((( Evidemment, ma mésaventure ne concernait aucune roubignole, pour des raisons évidentes)))
    Bref, tout ça pour dire que je trouve votre stratégie envers la petite Sonja tout à fait excusable, il me semble qu’on peut la classer dans les “mensonges prophilactiques”. J’ai hâte de vous retrouver en librairie, maintenant que j’ai un peu de temps pour lire.
    Bise, cher Dr B.

  2. Francine

    Bonsoir Docteur. Vous avez bien fait de “mentir” à la petite.
    J’ai été institutrice pendant près de 36 ans et ce que j’en aurais donné des claques à certains parents si j’avais pu -;) !
    Bravo pour votre diplôme …Une faculté de médecine à recommander !!!
    Merci pour ce bon moment.
    Bonne fin de semaine.
    Francine.

  3. marie

    C’est vraiment les vraies lunettes d’un oesophageologue suturateur? Nom d’un p’tit bonhomme t’es cromignon avec et oui 50 000 fois hélas les parents débloquent graves parfois , zont zapé Parentologie à Famililand.

  4. Pingouin

    En écho voici ce qui est arrivé à ma fille.
    Apéritif avec des amis…Petite assiette avec des cacahuètes…trop tentantes pour une petite fille de 6 ans qui tend la main, en attrape une subrepticement, l’avale et….petite fausse route, GROSSE colère du père …avec le même résultat que pour Sonja
    Malheureusement le médecin consulté n’avait pas suivi les cours de la Faculté international d’oesophageologie de Diphtériland mais sortait tout droit de la Faculté de médecine décérébrée de l’Archipel des incompétents certifiés.
    Hospitalisation, fibroscopie ….Rien…
    Prescription : poursuite de l’hospitalisation avec interdiction à la mère d’aller au chevet de sa fille … Laquelle mère s’empresse de signer une décharge puis repart avec sa fille sous le bras . Le jour suivant elle l’emmène voir un ami médecin qui, heureusement, avait fait ses études certainement dans le même type de faculté que toi, Baptiste.
    Trente cinq ans après je ne comprends toujours pas pourquoi ma présence auprès de ma fille était nocive. Il va me falloir au moins dix ans de psychothérapie pour trouver le début d’une explication !
    Recommandation : évitez de mettre des cacahuètes à portée de vos enfants mais s’il arrive à l’un d’eux la même mésaventure qu’à Songa demandez vite à Baptiste l’adresse exacte de la Faculté internationale d’oesophageologie pour avoir les coordonnées des médecins qu’ils ont formés ! Vous en trouverez peut-être un dans votre région !

  5. Bulledesavon

    Il y a hélas des milliers de diplômés en connerie humaine, et le pire, c’est qu’ils changenr selon kes circonstances !
    Trop mimi Némo !!

  6. Marie-Eve

    Ah mais j’me disais bien que je t’avais eu en cours à Diphtériland, t’étais le meilleur de mes étudiants aux exercices dirigés de massages rétro-oesophagiens anti-aggrégants, des mains de platine et un coeur d’or.

  7. Nom

    Bonjour,

    Merci pour ce texte, parfait, encore une fois 🙂
    En temps que père de 2 petites, il m’arrive de leur dire des grosses bêtises, je veux dire, des vraiment grosses parce que je suis fatigué, parce que les conditions du moment empêchent le verrou “protection des paroles” de se mettre en place parce qu’angoisse, stress de mal faire avec ses enfants (la fonction parent, cette pression) et qu’en tant qu’adulte, on ne mesure toute la portée de certaines [petites] phrases anecdotiques prononcées “comme ça”…
    Je n’excuse pas, je dis juste, qu’en tant que parent, on fait parfois des erreurs, on est humain… et je remercie les médecins comme vous qui nous permettent, à votre manière, de progresser et de corriger nos erreurs avec humour.
    Alors voilà: merci.

    PS: j’adore vos lunettes de réalité augmentée “old-school” 🙂

  8. Jean-Luc

    Bonjour Baptiste,
    Rassure toi, moi aussi je mens très bien (comme un arracheur de dents que je suis) un jour une maman était préoccupée parce que sa petite fille de neuf ans suçait son pouce. J’expliquais donc gentiment à cette charmante enfant que ce n’était pas bien et les conséquences pour sa mâchoire et ses dents sans toutefois réussir à vraiment la convaincre, ça la faisait rigoler. C’est alors que je lui dis mi-sérieux mi-amusé ” Mais enfin, je ne sais pas si tu te rends compte, si tu continues comme ça tu vas finir par ressembler à Bux Buny ! Les oreilles, passe encore ! Mais les dents ! Si longues et en avant, ça va être moche ! Tellement moche que même ta maman va te trouver moche” Et là, la gamine outrée s’est tournée vers sa mère en quête d’une approbation en disant ” là, c’est pas possible, c’est vraiment pas possible que ma maman me trouve moche ! ” et nous avons tous éclaté de rire.
    Mais, mais… Le soir même elle a vraiment arrêté de sucer son pouce.

    Moralité, il faut mentir juste, pour faire mouche, en laissant une porte ouverte à l’enfant pour qu’il ne soit pas dupe. Les enfants sont beaucoup moins crédules qu’on voudrait le croire et ils ont de l’imagination. C’est ce que tu as utilisé pour décoincer cette pauvre petite, mais ce n’est pas ton coup d’essai à ce qu’il me semble.

    Youpi, quand ça marche et pas de remords !

    Continue comme cela c’est vraiment bien ce que tu fais.

  9. Grand33

    Bonjour Bibi,
    La connerie des adultes envers les enfants ne cessera donc jamais !!!
    J’en sais quelque chose, j’ai mon diplôme de connologie délivrée par l’université régionale de Grandland (tu vois où c’est ? si un peu en bas à gauche).
    Tant qu’à ta photo, je l’ai imprimé, agrandi et je la montrerai à ma petite fille, plus tard, quand elle ne voudra pas manger. Je lui dirai : regardes ! si tu ne manges pas on va aller voir le vilain docteur ……
    Alors Voilà ce sera encore un mensonge car tu n’es pas vilain, tu es tout beau et surtout de l’intérieur et je ne lui dirai pas qu’on t’aime !
    La bise

    Le prix Niépce

    1. Véronique

      Quel dommage de se servir d’un médecin pas trop mis en valeur (;-) c’est le moins qu’on puisse dire) pour apeurer un enfant. Le gentil médecin (comme l’arracheur de dents(!) ) sont là pour soulager les douleurs, pas pour les effrayer!

  10. josecile

    Ne jamais regretter une photo, jamais !
    Quant au mensonge, il n’est pas bien gros, n’engage en rien et a fait remanger la petite, ce qui était l’essentiel. Et puis la faculté de diphtériland, c’est un peu vers le village du Père Noël, non ?
    En tout cas moi j’aimerais bien trouver un mensonge dans ce genre là qui me permette de ne plus donner d’Atar..x à ma fille de 11 ans qui n’arrive pas à s’endormir le soir à cause de ceux qui ont généré ton post précédent !

    1. adèle

      Trouver un mensonge ? Ou plutôt un thérapeute qui décortique ce qui se cache sous cette peur ?
      Parce que Atar…x à 11 ans pour dormir, c’est pas top. 🙁

      NB La photo, une nouvelle espèce de poisson-chirurgien ? 🙂

  11. Marie

    Un peu comme Nom, je voudrais faire l’avocat du diable d’ex-mari : il voulait VRAIMENT que la petite recrache le morceau qu’elle avait avalé de travers, et il avait certainement VRAIMENT peur qu’elle meure comme sa tata … La boulette psy a pu être réparée facilement par l’éminent spécialiste d’oesophageologie, la vraie fausse route, parfois non …
    Bises à tous !

    1. Jean-Luc

      Très juste Marie, je m’apprêtais à poster à nouveau dans ce sens, le papa a tout bêtement, sous le coup de l’émotion, transmis à sa fille une angoisse personnelle bien réelle. Dans ces circonstances particulières si proches d’un décès, les trois protagonistes de ce dame sont traumatisés et l’expriment chacun à leur manière.

        1. Jean-Luc

          Bon, là je ne dis plus rien, c’est bête et méchant, le traumatisme est double, la séance autoritaire et bienveillante du Grand Docteur de la Faculté international d’oesophageologie de Diphtériland était vraiment vraiment nécessaire pour remettre les pendules à l’heure. Mensonge peut-être, mais rêve et humanité qui valent mieux que des coups physiques et psychiques mortifères.

      1. Cath

        Mouais… Donner l’ordre de ” recracher”avec la précision donnée est certainement efficace, plus efficace que d’aider un petit à recracher. J’avais comme un doute que Baptiste a confirmé.
        J’ai vu un père en pleine panique parce que sa petite fille avait trébuché et s’était cognée sur une table. Eh ben c’est la table qui a morflé, pas la mouflette. C’est une manière comme une autre d’évacuer son angoisse. Il faut juste ne pas se tromper. De cible…

  12. mammouth

    hmmm. Je dirais que tous les parents sans exception ont été à l’école de la connerie. Viens un moment où oui, docteur bibi, on dit des choses un peu idiotes, par peur, colère, tristesse, déception, joie, en blaguant même. Toutes ces émotions humaines qu’on gère si mal souvent qui, oui, peuvent avoir une répercussion sur nos enfants. En fait, tout ce qu’on dit semble avoir une répercussion, positive ou négative, et on ne sait pas toujours si ce sera profond ou non, indélébile ou non. C’est un pouvoir qui m’a passablement effrayée au début de la maternitude. Chaque enfant est différent et réagit selon ses propres émotions. Y’a que les injonctions changer le rouleau de papier de toilette ou arrêter de prendre le sol pour une grande poubelle qui n’ont aucune répercussion, négative ou positive; là c’est le status quo total. Mais je ne désespère pas de trouver la parade psychologique un jour, une belle phrase choc, traumatisante, qui aura son petit effet, genre une transformation en TOC de propreté du type Lady Macbeth.

  13. Béatrice

    Me’s deux petites-filles devaient avoir 3 et 5 ans, avaient peur d’un très gros orage Les parents à bout d’arguments on téléphoné à Mamie. J’ai alors raconté l’histoire du bébé géant, jouant avec ses cubes et les faisant tomber , d’ou le bruit.
    Etait-ce un mensonge, ou une belle histoire ?

  14. Laure Alice

    Bonsoir Baptiste, merci pour cette jolie leçon… de loin plus instructive que beaucoup de ce qu’on apprend à la fac !
    Je suis bientôt interne, je vous lis régulièrement depuis quelques temps et vous êtes sur ma liste de médecins modèles depuis le début (et tout en haut!) ! Chacune de vos histoires est une leçon d’humanité, d’écoute et de proximité avec vos patients.
    Et si je peux vous apporter quelque chose en retour, ce serait ce seul conseil : restez comme vous êtes !
    Merci, et merci d’avoir redonné l’appétit et la confiance à cette petite fille.

  15. Véronique

    Que d’espoir avec cette nouvelle branche de médecine pédiatrique !=-O Et félicitations pour votre diplôme. Continuez, docteur, avec ce bel enthousiasme. Je trouve cela tellement rassurant! Merci !

  16. Philippe Renève

    Je crois bien que dans cette histoire, c’est le père qui a fait fausse route. 😉

    Bravo, Baptiste, pour ce diplôme prestigieux, et pour les lunettes de cérémonie qui vous vont comme un gant. Le problème est qu’un gant aux yeux c’est pas tip-top, mais enfin bon.

  17. So

    Ce que je préfère dans l’histoire , c’est le clin d’œil de la maman… Parfois quand la vie est compliquée , on nage, on rame et le moindre incident devient une Catastrophe , une vraie. Et puis voila, un jour on tombe sur une belle personne qui allume une toute petite lumière et on sait qu’on n’est pas tout à fait tout seul. La Catastrophe redevient un simple incident.
    Tu es un grand professeur mais aussi un grand magicien.

  18. Fabymary POPPINS

    Coucou Baptiste,
    J’espère que la petite va vite aller mieux et surtout si le papa peut arrêter de lui dire de telles choses. Ah le poids des mots et sur un enfant ça crée des tsunamis. Cool la photo, elles existent en version teintée car on est en été, les lunettes? bises

  19. Julie

    Elle te vont très bien ces lunettes dis donc ! Il y a une cérémonie particulière pour recevoir ton diplôme ? Parce que tu as l’air drôlement surpris sur la photo !

    Maintenant rassurez moi… le reflex du genou ne sert pas réellement à vérifier que l’œsophage fonctionne bien n’est-ce pas ? Hein ? 😉

    Bises à tous

    1. Cath

      Sais pas trop. La dernière fois qu’un docteur a eu l’idée de me taper sur le genou avec son marteau, la gambette a réagi à une de ces vitesses que je ne parvenais pas à maîtriser. Et il trouvait ça marrant l’affreux ! Résultat, m’a prescrit des pilules pour m’aider à mieux dormir ( pour quelqu’un qui a des ascendants corses, la honte). Alors j’ai mieux dormi et la guibolle a retrouvé ses réflexes normaux : pas trop vite le matin et dou-oucement l’après-midi 😉

      1. Julie

        Quel réflex ! Je me demande si certains médecins reçoivent des coups de pieds dans le nez à force de taper sur nos genoux… C’est un métier à risque !

  20. bisounours

    Hey salut baptiste !!

    Jour pair, ou impair, en tous cas la paire est bonne.
    Rien à voir avec la bombe lacrymogène de la précédente note.
    Je pensais plutôt à tes lunettes, on doit bien voir l’œsophage avec ca !!

    La paire, c’est aussi ton cadeau, que tu nous offre à chacun de tes post, ; il y a l’émotion que tu nous fait ressentir et ainsi nous rapprocher de notre humanité; et il y a aussi l’humour dont as le secret et que tu sais garder malgré toutes les couleurs de poneys, crabe, etc. que tu croise; et c’est aussi ce qui nous différencie tellement de tous ces barbares !!
    ALORS CONTINUE QUOI QU’ON TE DISE CONTINUE, je ne sais pas si c’est motivant mais je suis sur qu’un jour on fera un film sur toi et sur ta cause plus qu’universelle (celle de couturier ;))

    BISOUSSSSSSSSSSSSS en forme de licorne à deux têtes !!

  21. bluetit

    merci pour m avoir fait rire ce matin après avoir apprécié la lecture de la nouvelle
    un tour du monde ,
    bel imaginaire
    et bravo pour ce diplôme et ces lunettes improbables
    je vais continuer mon voyage sur votre blog …un peu plus tard
    bisous et belle journée

  22. veronique

    et vos lunette vous les avez découvertes lors d’une fouille en Egypte alors que vous fisiez votre diplôme d’oesophageologue ??? elles sont d’époque !

  23. Lily G.

    Un mot, un regard ou un geste mal placé, et l’enfant est terrifié. Les adultes ne se rendent pas compte que ces petits êtres tout tendres sont fragiles.
    Heureusement qu’il y a des personnes en ce monde qui sont sensibles et sensées. Des personnes qui feraient n’importe quoi pour un petit. Parce que le sourire d’un enfant est précieux. Il est beau et pur.
    C’est beau, c’est bien et c’est une belle leçon. Bravo pour ces paroles réconfortantes. Bravo pour avoir rendu cette vie de petite fille bien meilleure.
    =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *