Le Secret de Birdy.

Illustration : Claire Pétry, http://overthetree.free.fr

Le secret de Birdy.

Alors voilà Birdy, la Mamie-Qui-Saute. Elle a 84 ans et vient aux urgences 2 à 3 fois par mois.
Souvent, rien de grave : plaie du coude, des genoux, hématome par-ci, estafilade par-là…
Parfois, c’est beaucoup plus emmerdant (luxation des épaules, fracture fémorale bilatérale, etc).
Il faut dire que Birdy vit dangereusement : elle saute. À cause de la démence sénile qui la frappe, elle a développé cette manie saugrenue et incompréhensible : elle saute. Dès qu’elle le peut, elle échappe aux surveillants, cherche un endroit suffisamment élevé puis prend le peu d’élan que ses pauvres jambes ont à offrir.
À la maison de retraite, ils l’ont mise au RDC.
Aucun effet : elle a fait ça du haut des escaliers. Quatre marches, certes, mais cela a suffi… Il en va des Hommes comme des pommes : trop mûrs, ils tombent. Bien sûr, vous ne verrez jamais une Granny Smith hospitalisée pour luxation de hanche bilatérale. Miss Birdy, elle, oui…
À chaque hospitalisation, j’ai vu passer la gériatre. J’ai pensé lui demander si Birdy fuse parce qu’elle veut mourir ou, plus simplement, parce qu’elle trouve une consolation dans l’idée qu’à force de s’élancer elle finira par décoller et s’envoler loin d’ici. Un jour, elle disparaîtra : elle ne sera pas morte, non, elle jouera les chefs d’escadrille auprès d’une bande de canards sauvages. Peut-être même, lors d’une nuit de pleine lune, son ombre portée passera sur moi. Je lèverai la tête : loin, là-haut, je la verrai glisser devant l’astre lunaire, avec sa robe de chambre couleur lilas flottant derrière elle.
Je pourrais poser la question à la gériatre…
J’ai peur de sa réponse, alors je me dis : ” la deuxième raison est la bonne. “
Oui, je suis sûr que la deuxième raison est VRAIMENT la bonne.

“S’il te plaît, dessine moi un mouton.”
Antoine de saint Exupéry, Le petit prince.

“Un mouton, je sais pas, mais une Mamie qui s’envole je peux faire.”
Claire Pétry (que je remercie d’avoir illustré mon texte. Son coup de crayon est génial et il est ici...)

Si vous voulez proposer d’illustrer un article, c’est là !

66 réflexions sur « Le Secret de Birdy. »

  1. Elsouille34

    Une part de poésie dans une histoire qui pourrait être si triste sinon… Et cette phrase fabuleuse : il en va des hommes comme des pommes … Merci pour ce sourire matinal et ce regard…

  2. Bérengère

    Les maisons de retraite sont tellement glauques, que je suis VRAIMENT sûre que mamie Birdy cherche juste à s’envoler très loin de ce lieu, là où, avec ou sans sa tête, elle sera considérée comme un humain, où personne ne viendra la réveiller à 4h du mat’ pleine lumière pour lui changer sa couche, où on ne s’adressera plus à elle à la troisième personne, et probablement où personne ne remettra en cause le fait que les éléphants soient roses ou les cochons verts…

    PS: je n’avais pas encore remarqué, mais ce n’est plus “alorsvoilà” qui poste les articles, mais bel et bien Baptiste… Et ça, j’aime!!

    1. Cilou

      J’y bosse en maison de retraite. Ce n’est pas vrai que c’est glauque. Si chacun y met sa patte de tendresse, de savoir faire, d’humour et d’empathie, ça peut devenir un endroit où il fait bon vivre, où les sourires existent. La meilleure chose à faire, pour entrainer les autres : donner l’exemple ! Comme Baptiste quoi
      😉

          1. Bérengère

            Ahhh Cilou, si seulement il y avait de la tendresse dans chaque maison de retraite…
            Malheureusement ce n’est pas la cas! Pas chez moi en tout cas…

      1. elduche

        Bonjour Cilou
        Baptiste fait un superbe blog sur un milieu médical qu’on ne comprend pas, qui fait peur, ou les patients rejettent les soignants parce qu’ils les trouvent inhumains, ou pour mille autre raisons.
        Or, la maison de retraite me paraît un environnement encore plus marqué par ce rejet, et ou la souffrance des patients et des soignants est encore plus lourde qu’en hôpital, notamment parce qu’elle s’inscrit dans la durée. Je n’ai malheureusement encore jamais entendu dire de bien d’une maison de retraite, quelle qu’elle soit.
        L’occasion est trop belle pour ne pas te suggérer, si tu le veux bien, d’envoyer des témoignages, anecdotes etc. à Baptiste. (A mon avis ça mériterait même un blog à part entière, vu le sac de nœuds d’incompréhension mutuelle qu’est la relation entre soignants, pensionnaires et familles dans les maisons de retraite… mais tu n’as peut etre ni temps ni envie ?)
        A bientot.

        1. Cilou

          Bonour Elduche,
          Je ne sais que trop bien que les maisons de retraite ont mauvaise presse, et je sais aussi que si moi je m’y sens tellement bien, c’est parce que j’ai l’immense chance de travailler dans un établissement public qui comprend :
          Un médecin chef de pôle et coordonnateur compétent, doux et empathique
          Un médecin gériatre compétente, organisée, inventive,
          Un médecin gériatre centrée sur le réseau gérontologique et l’unité mobile gériatrique (où je bosse à mi-temps) compétente et qui m’a tout appris sur le domicile
          Des cadres qui promeuvent la relation aux soignés/familles et la formation continue, l’autonomie et les compétences savoir / savoir être / savoir faire
          Des équipes plus ou moins formées mais bien encadrées, et pas trop, trop à flux tendu en terme d’effectifs (un peu quand même mais raisonnable)
          Des services d’EHPAD et d’USLD qui permettent de basculer de l’un à l’autre en cas de pb médical, ça évite de tjs transbahuter les patients à l’hôpital
          un pôle MCO juste en face en cas de soucis médical ingérable chez nous (on est rattachés à l’hôpital).

          J’ai donc parfaitement conscience que même si on trouve TOUJOURS de quoi râler, on est carrément bien lotis et que c’est rarrissime de trouver tout ça dans une seule maison de retraite. La plupart n’ont pas de médecin coordonnateur, c’est avec médecins traitants qui font ce qu’ils peuvent, les effectifs sont pourris (j’en ai connu une qui n’avait qu’un temps partiel IDE en tout et pour tout. Le reste c’était intérimaire, quand ils ne demandaient pas leur solde de tt compte à 10h avant de prendre leurs jambes à leur cou), il n’y a aucun moyen, et quand on a 1 IDE et 4 aides soignantes pour 180 patients, ben ya pas de secret ça ne PEUT PAS tourner, et c’est trop souvent comme ça. On ne forme pas c’est trop cher, on ne remplace pas c’est trop cher, et au final on ne prend pas soin c’est trop cher. Ca arrive trop souvent, c’est vrai. Et le manque de formation conduit inévitablement au manquements dans la prise en charge. Ne pas tutoyer, ne pas infantiliser, demander la permission avant d’entrer ds une chambre, ne pas soigner contre le gré des patients, savoir différencier un syndrome confusionnel d’une démence, avoir le réflexe de prendre une glycémie à un patient diabétique qui nous engueule plutôt que lui rentrer dans le chou, savoir prévenir les chutes… Tout ça, ça s’apprend. Bref, des choses à dire, il y en a, c’est sûr. Mais je crois que sourire, tendre une main, rassurer, ça ne prend pas tant de temps. Il faut aussi avoir l’envie de le faire. Mais tout ça, c’est possible. Juste, il faut le savoir. Ca existe, et c’est possible…

          1. pantherspirit

            @Cilou, à l’époque où mon père était en maison de retraite bien loin, hélas, d’être exemplaire dans la prise en charge de “ses résidents “, j’ai bien entendu cherché un autre établissement. Et mes pas m’ont conduit vers le type d’établissement dans lequel tu travailles. Et ce que j’ai vu m’a montré que ce “Possible “existe …Et je dis bravo, à ceux et celles qui offrent leur savoir et leur humanité aux personnes âgés qui on tant besoin, comme quiconque, de ce respect humain que tu décris.
            Tu fais un travail formidable, et des personnes comme toi sont inestimables ! (du haut de son poney multicolore, mon père de fais un immense sourire et un grand signe de la main)

          2. elduche

            Je retombe sur ce commentaire bien longtemps après… Rebonjour Cilou, et merci pour tous tes détails ci dessous. Ca fait plaisir de savoir qu’il existe des maisons de retraites humaines, chaleureuses; malheureusement je ne suis tombé que sur les “mauvaises” pour le moment (en même temps c’était quand j’y faisais des animations musicales bénévoles, on peut supposer qu’on nous envoyait là ou il y avait besoin d’activités…)

            Ca fait vraiment chaud au cœur. Et je reste persuadé qu’un blog du type de celui de Baptiste sur ces établissements ferait un bien fou, car je pense que les rancœurs sont bien plus fournies que celle à l’égard des hôpitaux.

            Continuez votre magnifique travail de soignants, tous.

        2. marie

          déjà lorsque l’on construit des maisons de retraite ne pas faire de couloir de connection avec …la morgue , d’un côté des petits vieux qui vivotent dans les odeurs si spéciales des maisons de retraite et puis au fond du couloir La Porte.

          1. Cilou

            En même temps c’est difficile de proposer une prise en soins globale sans évoquer peu ou prou la mort… Ils ont parfois besoin de l’appréhender, d’en parler. Parfois aussi ils ont besoin de la nier. Mais ils savent bien, que la maison de retraite est bien souvent la dernière demeure avant le grand saut. Le tabou n’évite pas l’inéluctable…

  3. Grand33

    Bonjour Bibi, j’ai voulu te faire un cadeau de baptême, à ma façon, pour la naissance de ton livre. J’ai donc écrit ou plutôt essayer d’écrire (je n’ai malheureusement pas ton talent) un article reprenant tous les titres des textes de ton ancien blog .
    Alors Voilà !!! :
    Il faut « voir » « celles qui vous attendent » ou plutôt « la liste de celles qui vous attendent (parmi d’autres) » : « la femme qui aimait son enfant », « la femme qui avait le sens pratique », « la femme qui me lisait », « la femme qui ne fût pas seule », « la femme qui savait jongler avec la joie », « la femme qui cassait des briques avec ses mains », « la fille qui avait le nombre d’or sur son visage », ou juste « une femme », « la vieille du seigneur ! » ou encore « la nana qui vendait du rêve », « la reine qui commande aux nuées », « Mme S. », « la petite filles qui faisait de grandes bêtises » ou enfin « la petite fille à qui on la fit courte ».
    Ensuite « les noms de ceux qui attendent » : « l’homme qui connaissait bien sa femme », « l’homme qui était culotté », « l’homme qui était mort deux fois », « l’homme qui jouait au golf avec d’autres règles », « l’homme qui ne pouvait plus écouter les chansons italiennes », « l’homme qui portait l’uniforme sous son vieux pyjama », « l’homme qui prenait du recul », « le jardinier du couloir », « le numéro 114 et ce putain de grec », « le premier des autres que j’ai vu », « les hommes qui connaissaient leur boulot », « les héros très discrets », « ceux qui gardent au monde » ou « ceux qui nous tiennent droit ».
    Les femmes, les hommes mais n’oublions pas la famille : « les deux frères », « l’enfant qui savait d’où il venait », « la mère du monde entier », « la beauté des mères », « les amitiés singulières », « la mamie qui m’aimait », « des histoires de vieux », « la fin de sa vie » et, « la mort, nana mouskouri, maman et le déodorant wizzard », et puis il y a « l’univers, Mr C., Einstein, woody allen et l’amour », « Martine en vacances et B. à rome » (« le B. c’est pour Benneton of course »). B. « il boit pas, il fume pas mais qu’est-ce qu’il… » ; « sautons lui sur le ventre en faisant glou-glou », « y en a qu’ont essayé » et « ils ont eu des problèmes ».
    Bref, « même ici ils sont là », peut-être pour « garder, emmêler, demêler, aimer veiller.aimer » et « casser réparer, réconcilier » ou « s’attacher et se détacher ». Ha « si les adultes pouvait me dire ce qu’il faut faire », ce serait « la belle vie », « la vie en rose » et « l’air de rien » on y mettrait « l’art et la manière » avec « l’âme et la matière ».
    « Les deux lois universelles qui gouvernent le monde » sont « regarder l’autre » et « gagner la guerre ». Néanmoins « la médecine a ses limites » et « peut-être la mort est-elle… » « un grand moment de solitude » et « la petite mort », « petite et jolie » n’est-elle qu’ « un dernier verre pour la route » après « un combat invisible ».
    Bien sûr « il est plus facile de faire rire que de consoler » mais quand je me suis pris « les pieds dans le tapis » ( et oui j’avais « les pieds où il ne faut pas ») direction « sous-sol » ce n’était pas « sexual panda » mais plutôt « vol au dessus d’un nid de coucou ». J’aurai voulu « faire semblant » ou faire « darwin à rebours » voire même avoir « un instant volé » ; « le grand dieu de l’hôpital » me lisant « le da vinci code pouêt-pouêt » ou philosophant sur la « dissection romantique » et le « dépucelage gazométrique » mais « quand ça veut pas ça veut pas » malgré « le retour du stakhanoviste ! (partie I) », « le retour du stakhanoviste ! (partie II) plus « le retour de chef vicking » ni « le miracle de noêl (partie I) » ni « le miracle de noêl (partie II) n’ont eu lieu et même avec « le nostromo, la reine des xénomorphes, newt et brigitte » on ne connaîtra pas « le secret de pourquoi « alors voilà » ». En revanche je sais « ce que font les étudiants en médecine la nuit » : ils vont « chez charlie et la chocolaterie » avec « ce je ne sais quoi appelé élégance française », « mais n’oubliez pas les capotes » et « cherchez l’extincteur » sinon « ce sont juste des éclaboussures ».
    Maintenant parlons d’un jour : « le mercredi… » «le mercredi c’est ravioli », non « le jour où je me suis pris pour chuck norris » et où j’ai découvert « le secret de pourquoi je n’aurai plus peur des dobermanns » ou « le jour où je me suis senti vieux et ridicule » et fait « le lien » avec « le secret de pourquoi les médecin sont pessimistes » ou bien « le soir où j’ai soigné dieu ou forest gump j’hésite » et compris « le secret des médecins qui ne savent pas ce qu’ils veulent ». Enfin « le jour ou F. a été médium (ou le mentaliste) » « le jour où j’ai soigné fanny ardant », « correction ! », « pocahontas d’émotions », j’ai pu rendre « coup pour coup de théâtre », « regarder les gens dans le métro » et « se souvenir de belles choses », voilà « comment je me suis fait un ami pour la vie ».Je sais aussi « le secret de pourquoi vous attendez aux urgences » : C’est parce que « le téléphone sonne toujours trois fois » et en cas de « double K de conscience » ils n’ont plus « le sens des priorités ». Mais « Pour qui payons -nous des impôts !!! »
    Allez « père castor » « raconte nous une histoire ! » : « le clown triste », non « un peu de positif ! », « se cramer au boulot », « toute petite réponse pour très grande victoire » ? Je n’en fait pas « un choix de vie », « tagada ! tagada ! merci mamie pour le poney ».
    Sans vouloir « noyer le poisson » et faire « un peu de tragédie, de latin et de toucher vaginal », malgré « une petite lâcheté matinale » et « la mauvaise éducation (sexuelle) » qui est la mienne, je sais bien que « jouer aux dames avec une hache est dangereux » et tant pis si « ecce homo » n’a pas vu « mozart démasqué version I » « à sa place (mozart démasqué version II) ». On peut aussi faire « un peu de théâtre, de vulgarité et de poésie » : connaissez-vous « le secret du sourire de mona lisa » ? « le tour de magie », « processus de réappropriation narcissique » NON , c’est sûrement « le stakhanoviste du toucher vaginal », ho !! « kaboom », « bobo la foufounnette » et oui « toujours se méfier du poète qui sommeille en vous »
    Et encore, j’aurai pu vous parler (moi qui ne sais pas si je suis « plutôt charlotte aux fraises ou madeleine ») de « paranormal néphologie » de « la marseillaise, mes beaux yeux verts, findus et … », d’ « une étrange théophanie dans la chambre 7 » ou de « la mauvaise étagère » voire vous annoncer « une bonne nouvelle » : « l’eve – angile selon eve » et pourquoi pas disserter sur « cinquante nuances de grey non nuancées » ou « comment virer émotionnellement schizophrénique en 2 étapes », « de l’évidence des miracles en milieu hospitalier », « de l’urgence d’interdire le mariage entre cousins », « des bienfaits du monopoly sur la paix des ménages ou « le seigneurs des anneaux (a aussi des cornes) » Mais…… non car tout ça c’est « Kloug ! (un comte de noêl) »
    Alors Voilà !!! « Bibi à paris » ou ailleurs, « une promesse est une promesse », ne reste pas « au bord » de la notoriété que tu mérites mais bien dedans VRAIMENT !!!
    Ou f !!! « et demain je dors »

    1. Catherine(d'Argentine)

      @Grand33:Je m’en allais feliciter Baptiste pour son texte de haute voltige,ainsi que Claire pour l’accompagner,mais je te fais la reverence,ton hommage est de premier choix et si tu me permets ,je me joint a toi pour remercier notre bienfaiteur….hum…j’entends deja notre ami Herve le pilote,qui va dire que je faillote pour recuperer facile une embrassade de l’auteur…mais qu’il se rassure,la ou je vis je me contenterai des miettes que vous raconterez apres avoir eu le privilege de rencontrer en personne notre idole…snif…

      1. Grand33

        Merci Catherine, mais qui sait ? regarde de temps en temps au dessus de ta tête, peut-être que mamy Birdy passera avec sa robe de chambre couleur lilas flottant derrière elle et viendra se poser à côté de toi pour te la faire cette embrassade ?????

        1. Catherine(d'Argentine)

          De nouveau un sourire…merci, gentil Grand 33 …et si je me casse la margoulette pour trop regarder en l’air,je file aux urgences voir si notre ami ne s’y est pas teletransporter…cela ne coute rien de rever…

  4. Cha

    Demain c’est le grand jour….je deviens Ide…!!!.j’ai tenue grâce à ma famille et mes enfants….pas facile d’être étudiante et maman..mais me suis aussi accrochée grâce à tes textes…alors juste merci Baptiste
    pleins de bisOuss de Nouméa…..

    1. Sandyc09

      Bravo Cha! Quand on connait la difficulté la lourdeur du programme et le peu de temps pour l’avaler, on ne peut que te féliciter d’avoir en plus de tes études su gérer les enfants et ta vie de famille! Bonne route professionnelle, je te souhaite que ce métier t’apporte beaucoup de joie.

  5. pascale m.

    Mon jeune voisin de palier ( 3ème étage) a sauté deux fois, il s’est envolé à la dernière, malgré les pompiers et les infirmiers qui tâchaient de le faire revenir sur terre… Alors ce texte me touche particulièrement 🙁

  6. Sophie

    Un grand bravo pour le texte, très bien écrit (comme nombre d’autres sur ce site ^^) et pour l’illustration: MAGNIFIQUE!
    Merci pour toutes ces histoires aussi émouvantes les unes que les autres 🙂

  7. Herve CRUCHANT

    Mon truc, depuis que je suis né, c’est de voler. Un jour, ma mère était partie faire des courses et m’avait laissé seul. Nous habitions au troisième étage dans un pays chaud et ensoleillé. De l’autre côté de l’avenue, au rez-de-chaussée, la copine de ma mère me surveillait (!?). J’ai pensé qu’il était temps de voler. Je me suis assis sur le rebord de la fenêtre, jambes pendantes. Je me disais que je pourrais voler juste en planant de mon perchoir à la fenêtre en face. Sur. J’étais prêt à la faire. J’ai pensé “et si çà ne marche pas? je vais m’écraser juste en bas. maman aura de la peine.” J’ai douté de la réussite. J’ai été déçu de ce doute là. J’ai rentré mes jambes et je suis allé jouer avec mes petites autos. J’avais eu un garage pour mes 8 ans, c’était chouette. Avant de faire le grand saut, la copine-voisine devenait bleu-vert cassé chaque fois qu’elle racontait cette histoire, 50 ans après. Elle m’avait vu du fond de sa cuisine et n’avait pas osé bouger.
    Depuis, j’ai volé dans tout ce qui peut voler ou presque. Sauf les wingsuits, malheureusement. Piloté un bon nombre de choses. Eté navigant civil et un peu militaire; et par satellite interposé. J’ai sauté en parachutes. J’adore les trajectoires; le vol, c’est des trajectoires. Je ne suis VRAIMENT bien que le cul en l’air. De là-haut, la Terre et les Hommes sont beaux, je le jure. Et çà vous invite à les voir de plus près, avec les pieds et le cœur. Volant et curieux-avide; de tout. Avant mon dernier vol que j’attends avec curiosité sinon impatience (manquerait plus que çà, tiens!), je jure (encore?) sur la tête d’Icare* que mes meilleurs vols, je les fais en dormant: quand je vole en dormant (sans machine, juste en décollant les pieds du sol). J’ai l’absolue conviction que l’on peut voler soi-même à condition de savoir contrôler sa concentration. Faudra peut-être que j’essaye une fois, avant ce dernier vol. Mais… si je me trompe? Maman -qui aimait faire de la voltige et avait entrepris la formation de parachutiste à 60 ans et qui a réussi son dernier envol- serait probablement très triste. Alors je retourne jouer avec mes mécaniques dans mon garage.
    *Icare. Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi nous autres aviateurs et hommes volants avont choisi un type complètement inconscient et suicidaire pour mascotte? Tout ce qu’il ne faut pas faire ! Ah, ouais… à cause du rêve, peut-être. Ou d’une mysthique fenêtre qui s’ouvrirait sur… Qui sait.

    1. Grand33

      Bien pas moi, j’ai le vertige d’un tabouret ; Alors Icare et tous tes machins volants !!!!! ou si ta fenêtre s’ouvre sur………le rez-de-chaussée.

    2. Cilou

      Tiens, c’est marrant cette histoire, ma mère m’en a raconté une du même genre. Elle nous avait laissées, ma jumelle et moi, le temps d’une course, à la charge de notre tante qui devait avoir une 20 aine d’années, et qui nous a laissées jouer peinardes pendant qu’elle prenait sa douche. C’est donc ma mère qui nous a aperçues du bas de l’immeuble, lorsque alertée par l’attroupement elle a levé les yeux, nous découvrant au 8ème étage de l’immeuble, sur le rebord externe de la fenêtre, à faire “coucou maman”, le sourire aux lèvres et les mains en l’air. Je n’ai aucun souvenir de cette histoire (on devait avoir 4 ans), mais ma mère était poivre et sel à 30 ans. Coïncidence ?
      Ceci dit, moi j’ai le mal de l’air. Alors pour l’aventure, je n’ai pas choisi pilote, mais infirmière. C’est pas mal non plus …

  8. margueriiite

    L’illustration, très poétique et douce, répond parfaitement au texte.
    Pourquoi Icare ? Je ne sais pas. Mais je connais au moins 3 hommes qui ont bcp volé (voire piloté) et sauté (au bout de suspentes) dans leur vie, essentiellement en uniforme. Très différents, mais un point commun : le rêve, limite la folie pour l’un, la poésie pour un autre, la justice sociale pour le plus jeune des 3 (55 ans qd mm). Et puis … que se serait-il passé au fil des siècles si Icare n’avait pas donné l’idée ?

  9. Marie

    Bonjour,

    Ca fait quelques semaines maintenant que je lis ton blog, et travaillant à l’hôpital en radiothéarpie sans être médecin mais ayant une formation toute autre loin des patients, ça m’aide de prendre de la distance par rapport à la maladie grâce à tes récits. Alors merci pour tout ce que tu nous donnes Baptiste ! Ce rapport aux gens, l’écoute, le miracle des patients… bref c’est juste… beau !
    Aujourd’hui c’est mon anniversaire, alors je prends ce récit comme les autres… un cadeau qui t’attend dans ta boîte aux lettres ! Merci ! 🙂

  10. Marie M.

    Oui, oui, c’est sûr, la deuxième option est VRAIMENT la bonne !
    Félicitations à l’artiste, Birdy est réprésentée avec tant de douceur ! J’aime !
    PS: Tu es en train de devenir une star internationale !!! N’en pouvant plus d’attendre l’arrivée de ton livre, j’ai décidé de le commander à L’Esperluète, à Chartres. Et ben figure toi que :
    1) ils ont DÉJÀ commandé 5 exemplaires
    2) Trois exemplaires sur les 5 sont déjà réservés !!!! La Classe non?

    Ouf… j’ai bien fait d’y aller 😉

  11. Albigène

    Encore un cadeau avec le secret de Birdy. Merci Baptiste. L’illustration est très tendre et j’ai bien aimé relire en conclusion la célèbre citation de Saint Ex.
    Point commun avec Birdy, chef d’escadrille, qui ne livrera pas le secret sur ses sauts, il a emporté dans la mort le secret sur les circonstances de sa disparition.
    J’ai un plaisir immense à venir ici, dans cette communauté de soignants et soignés, d’humour et d’empathie ; mais j’ai aussi beaucoup de plaisir à lire les commentaires et certains me ravissent. Mes respects notamment à Hervé Cruchant et Catherine d’Argentine. Mais le maillot jaune de l’étape revient à Grand33 qui m’a littéralement “scotché” avec sa prose intégrant tous les titres des posts de celui qui commence à ressembler à un gourou ; mais un gentil gourou. @Grand33 : CHAPEAU !!!
    J’ai commandé trois exemplaires du bouquin et j’en commanderais d’autres pour Noël, notamment pour offrir à mon vieux père si la police de caractère lui permet de le lire.
    Bon courage Bibi à l’approche de la soutenance de thèse.
    Au plaisir de te relire.

    1. Baptiste

      Merci Albigene !!
      Je vous souhaite une excellente soirée !
      Ce soir je me couche tôt…
      Je viens de déposer ma thèse, je suis sur les rotules, bien besoin de sommeil… Genre dormir 72 heures d’affilée !

    2. Grand33

      Merci Albigène, que ne ferions nous pas pour notre grand gourou réconciliateur, nous adeptes de la secte de ceux qui aiment VRAIMENT ce que donne Bibi.
      Belle journée …..

  12. Patiente

    Et voilà que notre Hervé aime s’envoyer en l’air ! Un scoop tout tendre, tout gentil. Sa maman a dû avoir tres peur ! Bon pour la dédicace, ça serait sympa si on pouvait y aller ensemble : grand33, Hervé, CPour catherine d’Argentine et Panterspirit ça sera plus compliqué pour nous rejoindre. Qu’en pensez-vous ???? LafêteaBibi … Une idée sympa non ?

      1. Grand33

        Bonjour Bibi, déjà levé !!! L’invitation est trés sympa, malheureusement pour moi c’est impossible samedi. Mais sûr ce n’est que partie remise …..

      2. Cilou

        Excellente idée ! J’adorerais venir. Mais j’imagine que ça va se passer dans le sud de la france ? (j’habite à Toul en meurthe et moselle).
        Elles se passent où les dédicaces au juste ?

        Mille bisous à tous.

      3. Catherine d Argentine

        @Baptiste…j ai un torticolis de tellement regarder en l air…Mamy Birdy doit venir me chercher vendredi,avec son vol chárter et on amenera du cidre pour trinquer avec des bouteilles a vos 2 noms,..on dansera le tango et la salsa…ce será une fete d enfer et tout Paris en parlera..,je serai tellement contente de faire cette grande farandole de l amitie avec tous les lecteurs que tu as convoques et tous ceux qui voudront se joindre a notre gai cortege de joyeux lurons et j emmenerai ma fille hotesse de l air,pour qu herve ait vraiment une partenaire de choix pour danser sur des rythmes de samba…oui,Bibi,on será tous la,comme toujours on t accompagnera,car dans nos coeurs toujours tu seras…

  13. Catherine d'Argentine

    @Albigene:je suis tres touchee par les gentilles paroles que tu m’as adressees,et je suis bien d’accord avec toi pour dire que Grand 33 a particulierement brille aujourd’hui…mais chut,…notre ami Bibi est alle se refugier dans les bras de Morphee pour un repos bien merite…et si mon commentaire t’arrive seulement dans 72h,c’est qu’il dormait comme un bebe…bien a toi.

    1. Albigène

      Catherine, il doit être autour de 3 h en Argentine et tu dois être aussi dans les bras de Morphée. Nous sommes en plein dans la mythologie grecque. Bibi avec Ulysse attaché à son mât qui orne la page d’accueil du blog et Morphée qui dort avec tout le monde. Franchement, est ce bien sérieux ? ,Quel veinard ce Morphée !
      Dormir avec un médecin lettré bientôt célèbre et ses lectrices !! Je pense que Baptiste a un don réel d’ubiquité ou alors il est comme le Père Noël, virtuel, mais ça je sais que c’est faux. Dernière option : c’est un extra terrestre. Ovni soit qui mal y pense dira Pourvu qu’il ne finisse pas dans un bocal sur une étagère dans un musée de la médecine comme exemplaire unique.

      1. Catherine d Argentine

        @Albigene….oui je crois qu il y a 4 ou 5h de decallage avec la France…pour ce qui est de Morphee,sache que celle qui a ses vraies faveurs,c est notre amie Pantherespirit,poete de genie a ses heures perdues,qui endort avec plein de douceur les patients qui lui sont confies pour etre operes…je profite de cet espace pour lui rendre un hommage merite,et Bibi ne m en voudras pas ,car je sais que depuis longtemps il sait ,quelle merveilleuse personne elle est…

        1. Albigène

          Merci Catherine de m’avoir poussé à lire le blog de Pantherespirit. On peut en effet parler aussi de génie. Il est réconfortant dans un monde de brutes de pouvoir se reposer dans les jardins de Brigitte ou de Baptiste. VRAIMENT Merci.

          1. pantherspirit

            Oh Albigène ! Si mon jardin, comme celui du Bibi, peut procurer réconfort et bien-être, c’est mon souhait, et sans ambition aucune …
            Sourires, je me sens pousser les ailes de la félicité ! MERCI !

        2. pantherspirit

          @Catherine …Heureusement (oui, heureusement) que tu ne vois pas ma truffe empourprée par l’émotion que me procure tes paroles ! Ce n’est certainement pas à moi de dire si elles sont méritées, mais en tout cas, tu viens de créer sur mon visage un sourire béat (certains pourraient dire ” benêt”, mais j’assume, puisque de toute façon l’écran empêche de faire la distinction !), ce qui est un sacré cadeau après ma longue semaine de Morphée.( que je ne développerait pas au risque de faire bâiller les fans de notre Bibi )
          Merci de tout cœur pour tes mots adorables, douce Catherine !

  14. sophie

    Mon cher papi qui a perdu la tête commence à vouloir lui aussi s’envoler , par le balcon, par la porte , et là , surtout , je tâche de ne pas me poser la même question. Contraint d’enlever les poignées de la porte du balcon
    C’est dur ce sentiment que chacun attend la mort de son côté, pour enfin ne plus se poser de question, ne plus voir la démence, sa démence.

  15. Clémence

    Merci pour ce que vous faites (ou tu, je ne sais pas) !
    Externe en développement, la lecture de ces témoignages d’humanité et d’amour donne vraiment du baume au cœur ! Comme ça, je comprends mieux pourquoi je fais ça (et oui, promis, je m’accroche !)
    Merci d’être là ! =)

    J’ai juste une insignifiante petite remarque (comme je sais que vous/tu avez/as le souci de bien faire, et qu’Antoine doit être en train d’agiter toutes les étoiles là haut, je me la permets, mais n’y voyez/vois rien de méchant), il me semble que la citation c’est “S’il VOUS plaît, dessine-moi un mouton” C’était peut-être fait exprès de ta/votre part, mais dans le doute !

    Vivement le bouquin, je m’ennuie en D3 😉

  16. pantherspirit

    Bibi, Bibi, sais-tu quoi ? Granny-Mamie-Birdy est ma copine, car nous appartenons à cette confrérie des voltigeuses à tout va !
    Oui, depuis que je suis haute comme trois pommes de panthère je rêve de voler, je veux dire VRAIMENT voler…
    Certes, l’avion, petit, grand, à hélice ou à pédalier, permet de d’être un substitut, mais, nous sommes bien loin de cette ivresse que pourraient nous procurer nos propres ailes !
    Il faut quand même se rendre à l’évidence, ne rimant pas du tout avec démence, que c’est une douce extravagance que de souhaiter rejoindre le clan des canards sauvages ou celui des flamands en robe lilas rose, pour en sentir l’aisance et l’essence ! ( Je plane en t’écrivant ….)
    Alors, alors, ne pose surtout aucune question concernant notre Granny, puisque tu as déjà cette bonne réponse que je corrobore !
    D’ailleurs si tu désires faire un petit tour créatif dans les airs, je suis certaine que Birdy serait d’accord avec moi pour que nous t’emmenions voler en notre compagnie ! Mais non, tu n’auras pas le vertige , mais l’ineffable légèreté de l’ être !
    Bises, magnifique poète Bibi

    PS : Moi aussi je l’ai adoré le film d’Alan Parker
    PS 2 : L’illustration de Claire Pétry colle à merveille à ton texte : Un magnifique talent !!

  17. wanda Bréwinski

    Une réminiscence de l’enfance. L’enfant aime sauter dans les flaques d’eau, dans les escaliers mesurant leur prouesse, 1 marche, 2 marches, 3 marches etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *