La femme qui cassait des briques avec ses mains.

Petit souvenir de l’externat.

Pour Mme U. grande guerrière et mère formidable (mais cette phrase est redondante : on n’est pas une mère formidable sans porter les armes et casser quelques dents…)

Alors voilà Mme U., 62 ans, sympathique patiente à l’histoire de vie terrible qui vous rappelle que, oui, la vie est parfois une vraie chienne et, oui, les êtres humains aboient avec beaucoup de naturel…

Dans le bureau, je fais ma catharsis en briefant ma co-externe :

– Imagine : enfant de l’assistance publique, elle passe de foyer en foyer, son mari lui fait six gosses puis se barre, l’ainé des gamins est en taule : il la frappait. Sa propre mère ! Elle en parle comme si son petit garçon avait volé une pomme. On lui trouve une masse utérine : hystérectomie totale. Le chirurgien merde : section du nerf hypogastrique -perte des fonctions sphinctériennes- sera obligée de se sonder et faire des lavements jusqu’à la fin de sa vie. Là, cerise sur le gâteau, elle économise pour une chirurgie correctrice de sa myopie : mauvaise cicatrisation, surinfection, fonte purulente du globe oculaire. Sa vie c’est Rémi-sans-Famille et les Misérables en 98 mots.

Je rajoute cette phrase stupide :

– À sa place, je sais ce que j’aurais fait !

Là, une voix dans le couloir passe la porte du bureau :

– Vous vous seriez occupé de vos enfants.

Je me retourne, Mme U. est là et a tout entendu. Je suis mort de honte. Elle a un œil qui dit :

– “C’est pas grave mon petit, ma vie fait cet effet là à tout le monde” et l’autre œil qui dit juste :

– “Merde”.

J’essaie de me souvenir lequel est en verre et lequel il lui reste pour pleurer.

Je suis désolé Mme U., je veux dire : je suis VRAIMENT désolé.

Pour tout.

(Mme U. a assez souffert sans qu’on lui rappelle son calvaire. Hormis son oeil de verre, j’ai modifié son parcours de vie pour le cas improbable où elle pourrait lire ces lignes. Et quand j’écris “modifié”, je vous assure d’une chose : je l’ai édulcoré… À demain !)

P. Desproges : un journaliste interrogeant Ray Charles :

« — Ça ne vous rend pas malheureux d’être né aveugle ? »

Ray Charles de répondre :

« — Oh ! Vous savez, ça aurait pu être pire : j’aurais pu être noir ! »

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez nous sur la page Facebook ou sur Twitter à “Alors voilà”…

3 réflexions au sujet de « La femme qui cassait des briques avec ses mains. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *