La mauvaise éducation (sexuelle).

Le vrai titre de ce post, trop long pour figurer en en-tête, est en réalité :
Pourquoi les “modes d’emploi” s’appellent “modes d’emploi” (et pas “Sac à patates” par exemple, ou “Paquet de Ya-Bon Banania” ou encore “Paradoxe Einstein-Podolsky-Rösen et rapport avec la théorie intégrée des supercordes : vers la fin de la physique quantique théorique ?” par exemple).

(Anecdote rapportée par C., IMG : juste merci !)

Alors voilà, Mme T. et Mr T., 27 et 28 ans.
Elle : douleurs abdomino-pelviennes.
Lui : probablement un PETIT déficit en vitamines depuis l’enfance…
Interrogatoire de C., l’interne, qui veut se renseigner sur la possibilité qu’une grossesse soit en route.
– Vous prenez la pilule ?
– Oui.
Son compagnon, la réprimandant tout en se mettant en avant :
– Elle n’est pas très sérieuse.
Regard de travers de Mme T.
– Quoi ! c’est vrai t’es pas très sérieuse ! Du coup, quand elle oublie, c’est moi qui la prend.
– Qui prend quoi ? demande C.
– Ben sa pilule !
L’interne, incrédule :
– Vous LA prenez ? Vous voulez dire, dans la bouche ? Vous L’avalez ?!?!
Mr T., regardant C. comme s’il parlait à un gamin :
– Ben oui par la bouche ! C’est pas des suppositoires quand même !

J’aime bien les patients qui ont des carences en vitamines, je veux dire : j’aime VRAIMENT les patients qui ont des carences en vitamines.

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce, partagez sur FaceBook, c’est juste en bas à droite de chaque article… Et rejoignez-nous sur la page FB “Alors Voilà”…

5 réflexions au sujet de « La mauvaise éducation (sexuelle). »

  1. Estelle

    Cette histoire le rappelle une dame âgée que j’ai rencontre en gériatrie ou je suis aidé soignante !! Elle aussi avait une carence en vitamines : elle avalait les ovules !!!

    1. Rodjeur

      Aidé soignante ? Aidée soignante ? Aide soignante ? Le lapsus est rigolo, je trouve…
      J’ai connu une dame qui expliquait à son médecin inquiet de sa cinquième grossesse pas vraiment désirée que oui, bien sûr, elle prenait la pillule ; tous les soirs elle demandait à son mari s’il avait envie de faire l’amour. S’il en avait envie, elle prenait la pillule. Sinon, elle la gardait pour les fois où il en aurait envie.
      Et oui, ça coûte cher…

  2. Gaëlle

    J’ai l’impression que je dois être plus sérieuse quant-à l’administration des vitamines à mes deux filles pour qu’elles n’en arrivent pas là … Ca me rappelle tellement les anecdotes de ma copine gynéco, drôlatiquement pathétiques

  3. C.Liver

    ça me rappelle 2 anecdotes :
    1/chez une patiente, je veux me servir un verre d’eau (refus de l’apéro !)
    – Nan ! pas celle là ! c’est la bouteille à pilules !!!
    – ???
    après explications : comme ça l’énerve de prendre son comprimé tous les soirs, elle dissout toute la plaquette dans une bouteille et en boit un peu chaque jour …
    elle a 5 enfants.
    2/ je la tiens de mon Médecin :
    il demande en fin de consultation si Mme n’a besoin de rien
    – ben si docteur, il me faudrait la pilule
    – Comment ça ? mais je vous l’ai prescrite le mois dernier.
    – ben vous comprenez, comme ça y va fort avec mon mari en ce moment, j’en prends plusieurs pour être sûre !!!

    je ri – je pleure en te lisant, mais qu’est ce que ça fait du bien à mon coeur di’nfirmière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *