Le pas de côté.

Alors voilà, on m’avait prévenu : “tu sais en France les deuxièmes livres sont toujours plus durs que les premiers, les gens pensent que tu publies un deuxième parce que le premier a marché, bla-bla-bla…” et c’est vrai que c’est dur… Mais j’aurais pu faire un “Alors voilà 2”, j’aurais pu “servir la soupe“, mais j’avais pas envie de raconter la même chose, j’ai envie de parler de TOUTES les choses. Rien n’est plus risqué dans le milieu éditorial que de changer de “niche éditoriale” pour une autre : risque de perdre les critiques, risque de perdre les lecteurs, etc… 

Vous savez quoi ? Je m’en moque ! Je suis médecin, je suis pas écrivain ! J’ai même pas de patron ! Je raconte donc ce que je veux quand je veux comme je veux ! Et dans quelques années, je vous écrirai même un roman porno !.. (riez pas, j’ai commencé un truc, c’est très chaud, y a des ours et des patrons du FMI…) J’ai la faiblesse de croire que, quand on affectionne un auteur, c’est à cause de son univers, de sa façon particulière de faire un pas de côté et de vous parler de ce qui fait l’humanité en l’homme. Je veux passer ma vie à faire des pas de côté. Je veux pas marcher sur les routes, je veux des ornières et des fossés !

Un jour je vous le promets, je vous écrirai un roman porno. Parce que j’aurai fait ce pas de côté et que je vous emmènerai avec moi dans une histoire. En attendant, je vous ai écrit un livre qui s’appelle “Alors vous ne serez plus jamais triste” et le Figaro Littéraire (je sais, j’en reviens toujours pas) en est tombé amoureux.

Pleine page et critique élogieuse.

Le Figaro Littéraire, quoi… Pfff ! 

Je vous raconte ça parce que certains d’entre vous me suivent depuis le tout début, quand j’étais encore un petit étudiant d’une petite ville du sud-ouest de la France. C’est notre victoire à nous…

Je vous embrasse mille fois, et je vous donne rendez-vous demain pour une nouvelle anecdote. 

Baptiste Beaulieu

PS : le manteau que je porte sur la photo s’appelle “Augustin Le Manteau”. Retenez bien ce prénom et ce manteau. Un jour, je vous raconterai son histoire. Elle est belle. 

PS 2 : je serai le Mardi 21 avril à la Librairie Kléber à Strasbourg, et le Mercredi 22 avril à 16h30 à… Bruxelles ! Vive la BELGIQUE !!! au Petit Filigrane ! Juste après, Jeudi 23 avril à 18h, je serai à la Librairie L’Armitière à Rouen … Les autres dates c’est ICI ! 
  

65 réflexions sur « Le pas de côté. »

    1. marie

      la norme tue la norme …. la niche le cloisonnement l’étiquette tout ça étouffe la créativité, tue dans l’oeuf l’étincelle, vas mettre un feu follet dans un bocal.. boum!… …. très cher follet… très chère follette…. tu sais petit les zans passent et plus ils passent plus on se libére des cons bon-teint-des gensses, et plus on prends sa vraie couleur, tu as la grande chance d’avoir déjà trouvé ta couleur elle est plutôt pas mal……. lumineuse apaisante et stimulante et piquante et chatouillante et papaoutante et envoutante et addictante aussi! changes rien petit , peaufines cisèles tout le reste c’est blablabla Ah et puis , une dernière pour le titre de ton roman pornographique demandes à G33.

          1. Cath

            Mouarf !
            Il y en a sur ce blog qui ont une mauvaise influence sur un esprit aussi délicat que le mien 😉

          1. Mésange

            Tsst tsssst Grand ! Tu t’y connais en point du câlin !… A la façon de notre Argentine préférée : un abrazo à l’endroit, un abrazo à l’envers… et plein de tendresse…
            Pour le point de croix et la tapisserie, sûr que Cath, elle, en connaît une sacrée aiguillée !

        1. Libellule

          ou alors parce que ce pseudo pourrait être utilisé tel quel dans le roman porno en question, si on ne sait pas que le 33 est un n° de département et non une mesure… Méfie-toi d’ailleurs Grand, tu pourrais devenir l’un des héros de ce nouvel opus, entre les ours et les dirigeants du FMI 😉

          1. Grand33

            Mais qui te dis que ce n’est pas le cas ?????
            Et 33 je l’avais déjà signalé, pour éviter tout malentendu bien sûr, que cela correspondait bien au beau département de la gironde et non pas à une quelconque mesure d’une quelconque partie de quoi que ce soit m’appartenant.
            😉 😉 😉

          2. Libellule

            cela me ferait une seconde raison de le lire (la première étant un auteur apprécié, bien sûr) ! 🙂

        1. Cath

          Faut toujours en avoir sous la pédale, comme on dit chez moi 😉 Donc un petit peu d’avance ne peut pas nuire à la troupe
          Mouarf comme dit le Bleuet

  1. Lazize

    oui on te suit depuis le début, le deuxième livre est lu avec tellement de plaisir et de mélancolie, oui nous t’aimons depuis le début, mais on attend l’histoire du manteau !

  2. Lazize

    petite histoire à moi sur un manteau :
    à une époque un peu beaucoup fauchée, une mamie me donne sa veste en mouton doré (il y a bien longtemps). A Paris il faisait froid ce soir là, je devais aller à une conférence de Christian Zuber sur les Galapagos (et oui il y a très longtemps) j’étais engagée, je militais contre la fourrure mais j’avais deux enfants et j’arrive donc en retard à cette conférence avec le seul manteau que je possédais sur le dos et là, Monsieur le conférencier m’a mis la honte devant tout le monde, au micro, faisant remarquer à juste titre que non seulement j’arrivais en retard mais en plus je le défiais en affichant ouvertement mon goût pour la fourrure ………………………… Les copains s’en souviennent encore, j’ai encore honte aujourd’hui mais je me soigne et Zuber est mort (je crois) !!!!! Et je n’ai jamais acheté de manteau en fourrure

  3. Libellule

    Félicitations !
    Si même un critique littéraire ne critique pas le livre, c’est que l’auteur est talentueux, même s’il ne veut pas être reconnu comme écrivain…
    bises et free hugs

  4. untel

    Houahou ! La grande classe !
    J’imagine que ce soir, pour vous “le roi n’est pas mon cousin ! ” 🙂
    Contente pour vous, sincères félicitations.
    Enjoy !

  5. Coco

    Whouah ! ça c’est du manteau “qu’est pas tout jeune mon p’tit monsieur” 🙂
    J’ai le souvenir qu’un de mes frères en avait un dans mon enfance et j’ai 49 ans !
    Félicitations pour l’article
    Free hugs 😉

  6. Julie

    Alors, autant un porno avec des patrons du FMI, pourquoi pas.
    Autant la présence d’ours me laisse perplexe… J’espère qu’ils ne sont que simples spectateurs.
    Bah, on s’en fiche ! Fais tout comme tu veux !! On le lira quand même 😉

      1. Julie

        C’est dommage de pas oser !! (et je sais de quoi je parle). Allez vas-y Cath, raconte. Tu n’as qu’à écrire “Biip” quand c’est obscène.

  7. Mésange

    Miam… j’attends avec impatience l’histoire d’Augustin le manteau… et encore plus après avoir lu celle de l’anonyme veste en mouton doré de Lazize !
    Fais tes pas de côté comme tu l’entends cher DocEcrivain, je suis certaine que tu continueras à nous enchanter.

    1. Cath

      Pas de côté, pas de bourrée ( et pas de bourré), entrechats et glissades, voilà qui donne des ailes aux pieds de Mercure. Pour les envolées, voir la mésange qui en connaît un rayon 🙂

  8. Firewitch

    Moi, je ne suis pas le Figaro littéraire, mais tout de même, je dis merci pour le beau deuxième livre, et la belle histoire pleine de belles histoires que j’ai dévoré en deux heures et que je recommande à tous ceux qui me passent à portée de voix et de clavier. Et même, pour être sûre que ma recommandation sera suivie, je crois bien que je vais l’offrir à tous ceux que j’aime, ce beau livre! J’ai déjà hâte de faire connaissance avec le troisième… et il n’est pas encore né! Des bises d’Écosse, Monsieur Doc Bibi (qui bien que pas écrivain ((mais médecin)) est en passe de devenir mon auteur préféré!)

  9. LParis

    Je ne suis ni docteur ni conteur et je n’ai pas lu l’article, en revanche je travaille dans la presse… et une pleine page, surtout à la fin du cahier, c’est effectivement la grande classe et ça doit faire chaud au cœur (au moins autant qu’un manteau en peau d’Augustin).
    Enjoy, doc ! Et si vous avez besoin d’un coup de main pour un roman-photo (y compris porno), faites-moi signe, j’en connais un rayon !

  10. verodetlse

    Je suis allée sur le site du Figaro littéraire pour lire l’article (je n’aurais jamais pensé qu’un jour, j’écrirai cette phrase), mais seul le premier paragraphe est accessible aux non abonnés.
    Seule solution : copier la photo, la coller dans word ou OO (je ne suis pas sectaire) et agrandir au maximum pour tenter de saisir le sens général de l’article. Bon, ce n’était pas facile, mais je crois que j’y suis arrivée.

    Baptiste, pense à nos pauvres yeux, la prochaine fois, négocie la lecture complète des articles qui te sont consacrés!!!

    1. Michel

      Je suis carrément allé au chef lieu de canton, où même la maison de la presse, sur la place ! ne connaît pas le figaro littéraire. ça ne m’avait pas manqué jusque là, et on vit bien ici depuis 20 ans. Je vais copier dans word, merci véro. Vas-y Bibi !

      1. untel

        Perso j’ai chaussé mes lunettes de presbyte (et c’est pas du porno) et pris la loupe de mon grand-père.
        Et j’ai réussi à tout lire ! 🙂 Vive la tisane ! 🙂

  11. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Bravo ! Nous connaissions ton talent, maintenant il est reconnu. Bravo docteur/écrivain et humain.
    Tant qu’à ton histoire avec DSK c’est pas gentil pour nafisatou de la traiter d’ours… quoique !!!
    la bise

  12. Myriam FdF

    J’adore être surprise par un auteur… alors, les pas de côté, c’est tout bon pour moi. Je ne peux pas encore juger du dernier que tu as fait, ton livre m’attend gentiment chez maman et nous ne serons en métropole que début mai…. 🙁 mais j’ai bien l’intention de m’en régaler dès notre arrivée. Et aussi de te suivre, à droite, à gauche, porno, quelle importance ? Du moment que tu prends plaisir à écrire et que je prends plaisir à te lire…
    La bise à tous
    PS : donner un prénom à un manteau, voilà bien une idée que je n’ai jamais eue…. ta créativité semble sans limites 😉

  13. Lazize

    Pourquoi c’est air un peu triste, ce deuxième bouquin ne se vend pas ?
    Ici à Bordeaux il a plu à tout mon entourage, alors voilà ………………..

  14. Ahava

    Bon c’est bien joli tout ça mais ça ne nous dit pas comment s’appellent tes cols roulés.
    D’ailleurs je pense qu’on peut faire un bon titre de livre porno avec col roulé dedans.
    (maintenant je vais me coucher et j’attends le point prépuce dans les commentaires)

  15. Soulalune

    Mais que vous arrive-t-il tous les lecteurs/admirateurs du blog ? Il a suffi que Baptiste avoue qu’il a commencé à écrire un roman porno pour que tout le mone s’excite ???
    Non mais, un peu de tenue … attendez patiemment qu’il ait fini pour vous y plonger !!!
    Quant au Figaro … hum … très bel article et bien jolie photo ♡

    1. Cath

      Mais non, on l’aide tout simplement. D’ailleurs, il l’a écrit ” vous m’avez bien aidé tous”, alors on continue tout simplement. 😉

  16. lapommeduverger

    Quoi???? LE Baptiste à Bruxelles le 22 avril, mais ce jour là on annonce une grève générale!!!!! Métro, tram, bus etc? mais pas les libraires tout de même. J’irai à vélo!

  17. O2 Boubou

    Moi j’aime l’univers, pis c’est génial les ornières : s’il pleut, ça fait “floc” quand on y saute !
    Alors voilà ou pas alors voilà, en tout cas rendez – vous le 27 !!

  18. Pretty Woman

    Waoooooooooouh… !!! En plus d’être drôle, intelligent, sensible, humain, tu es beau ! Manquerait plus que tu sois riche… :))))
    Et continue à faire ce que tu veux, quand tu veux, comme tu veux.
    J’attends avec impatience l’histoire du manteau moi aussi.

  19. Lise

    Pour la p’tite info Baptiste, j’ai fini ton livre avant-hier, dévoré en quelques jours, comme le précédent.
    Et tu sais quoi ?
    Non seulement tu peux t’enorgueillir (enfin pas trop hein …) de cet article dans le figaro, mais aussi du fait que tes deux ouvrages, mis côté à côte, trônent désormais fiérement dans ma bibliothèque, entre ma collection de Harry Potter et celle des Stephen King.
    La classe non ?
    OK, c’est peut-être moins classe que le figaro, mais quand même, rends-toi compte : entre Harry Potter et Stephen King, purée, c’est pas rien quand même !!!!
    Allez, j’arrête, faudrait pas que tu nous attrapes la grosse tête non plus sous trop de compliments …

    A bientôt toubib !

  20. Louve

    Ca y est. Je l’ai, ce livre. Je ne l’ai pas terminé, je prend mon temps et je savoure. Parce que je n’ai jamais vu un livre parlant de la mort qui soit une telle ode à la vie.

    De tout coeur, merci.

  21. Anna

    Bonjour Baptiste, je suis infirmière depuis moins d’un an dans le CH de la petite ville du Sud Ouest de la France dans lequel vous avez fait une partie de vos études. J’ai atterri là par hasard et Ce sont mes collègues qui m’ont parlé de vous. J’ai donc par curiosité lu le premier livre que j’ai dévoré . Et puis je viens de lire le second que je trouve tout aussi beau, pleins de poésie. Merci beaucoup.

  22. MP

    Aaaah je viens de découvrir ton blog, et étant strasbourgeoise, quelle déception de voir que tu es passé il y a seulement quelques jours !!
    En tout cas, bravo pour tout, ton succès, tes livres, ton écriture …
    Merci de nous raconter toutes ces anecdotes, merci de redonner la motivation à une petite p1 un peu en manque de confiance quelques semaines avant le concours 😉

  23. Zoé

    J’ai dévoré ce deuxième livre en une journée (ça m’a bien occupé durant mon vol pour Stockholm, puis une bonne partie de la nuit à l’hôtel) et j’ai senti des choses qui se passaient là, à l’intérieur, au niveau des tripes, du coeur peut-être… (c’est grave docteur?)

    J’ai ri, j’ai pleuré (etc. etc.) et quand j’ai terminé et qu’il a fallu dormir, je ne savais plus où me mettre. Mon mari m’a dit: “j’éteins la lumière?” et encore toute émotionnée, j’ai dit “non, j’aimerais te regarder”. Couchée face à lui, j’ai tenu son visage dans mes mains et j’ai regardé tout ce que j’avais déjà regardé des centaines de fois, sans rien dire. Et là, sans avoir lu le livre (même si j’avais partagé quelques passages drôles avec lui au cours de la journée), sans mots, par magie, il me lit comme un bouquin ouvert et réplique:

    “T’inquiète pas, je vais faire en sorte qu’il ne m’arrivera rien, de ne pas mourir, du moins pas maintenant.”

    Il a tout compris et je l’aime.

    Merci.

  24. Perrine

    Continue à faire des pas de côté, la vie est beaucoup plus belle loin des chemins tracés, des routes longues, droites, noires et ennuyeuses.

    Vautrons nous dans les prés, cassons nous la gueule dans les pierriers, glissons dans les flaques : c’est ça la vie. Plein de petites aventures et de contrariétés qui nous rendent heureux de vivre, même si sur l’instant c’est un moment désagréable à passer. Au final, on ne retient que les moments difficiles. C’est grâce à eux qu’on se sent vivant et qu’on s’est que notre vie est belle

  25. Perrine

    (Et en passant, c’est mal de se revêtir de fourrures d’ours comme ça !! Un jour ils nous le feront payer et ils auront bien raison !! Non, sans rire, j’attend avec impatience de découvrir l’origine de ta pelisse ignoble… Oui parce que je la trouve un peu ignoble quand même, même si ce n’est sans pas taillé dans un ptit ourson gentil, ça reste… Comme dire… Particulier ! :p )

  26. doume

    J’ai mis longtemps à acheter le livre, j’ai laissé passer du temps avant de l’ouvrir, j’ai commencé, j’ai arrêté parce que j’avais des relents de suicides mal digérés. Bref j’avais peur. De ne pas aimer. 🙁

    Avant-hier, j’ai tout déposé et je me suis laissée embarquée. A petite vitesse.
    J’ai aimé. Parce que j’ai en moi un enfant qui veut rire encore et une grande personne qui a déjà pleuré.

    Et puis maintenant je sais.
    J’ai la réponse à la question posée par Bibi il y a 2 ans et c’est bien.
    Je sais pourquoi les pingouins ont des genoux. 🙂

  27. De passage

    Je ne sais pas si tu vas me répondre, je ne sais même pas si tu vas voir mon poste ou que je verrais ta réponse. Mais je viens de finir “La ballade de l’enfant gris” et j’ai lu la note de fin comme quoi Noah c’était Augustin. Je me rappel de la description du manteau. Du coup ce fameux manteau c’est celui laissé par sa maman? Dans tes romans on sent que tous n’est pas inventé qu’une bonne part vient de ton expérience et parfois on se demande quelles sont les limites entre le vécu et le contes? Où s’arrête la fable et où commence l’histoire? C’est ce que je pense en fait leur force, c’est qu’on sait, se doute que même si parfois ils sont enjolivé tout tes personnages ont déjà existé. Si tes textes révèlent autant d’humanité c’est que c’est autant de petits bouts d’hommes, à des moments dur ou clefs de leur vie qui s’accumule au fil des pages.

    Bonne continuation.

  28. Franck

    J’ai lu en qq jours tout le blog d’aujourd’hui (juillet 2017) à avril 2015… Un seul constat, qu’en est il de l’histoire d’Augustin le manteau… Que des promesses !
    Allez, le file vers mars 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *