Pour qui payons-nous des impôts ?

Photographie sublime de Jean-Louis Audebaud

Alors voilà Fabienne, aide-soignante, 40 ans, qui va spontanément dans la chambre de Mr T. pour lui masser le côlon durant 15 minutes le matin et durant 15 minutes le soir. Elle fait cela sur son temps libre : elle embauche plus tôt et quitte le service plus tard.

Mr T. a un mal de Pott (sur lequel le petit plaisantin a eu la judicieuse idée de rajouter un SARM !). En gros il doit rester STRICTEMENT allongé pendant 9 mois sinon sa colonne vertébrale se cassera comme un cure-dent.

Fabienne masse son ventre, comme pour les bébés, dans le sens des aiguilles d’une montre, avec douceur et patience. Pourquoi ?
Pour que Mr T. aille à la selle : quand on est alité aussi longtemps, avoir une défécation normale est quasiment mission impossible. On pourrait utiliser des laxatifs mais, parce que Fabienne prodigue son massage colique, Mr T. va à la selle naturellement.

Un jour, Mr T. présente Fabienne à sa famille en riant : “C’est elle, l’aide-soignante dont je vous ai parlé. Vous savez quoi ? Je n’ai jamais AUTANT aimé une femme qui me fasse AUTANT chier !”

Fabienne rosit. Elle a pas l’habitude des compliments, la Fabienne ! Pourtant elle en mériterait : au moins 15 minutes le matin et 15 minutes le soir.

J’adore Fabienne, je veux dire : j’aime VRAIMENT cette personne-là.

Si le site vous plait, donnez-nous un coup de pouce, partagez sur FaceBook, c’est juste en bas à droite de chaque article…

2 réflexions sur « Pour qui payons-nous des impôts ? »

  1. Cilou

    Ce matin, pensée émue pour Fabienne… et pour toi aussi, Bibi.

    8h15 ce matin, en plein boom de la distribution médicamenteuse . Je passe devant une chambre, son occupante pleure. “Qu’y a t’il madame ? -J’ai envie de faire pipi.”
    Qu’à cela ne tienne, je lui mets le bassin. 2 mn après : ça va mieux ? “non je n’arrive pas à uriner”.
    La dame est confuse, agitée, pleure. Pas besoin d’avoir fait sciences Po : on a augmenté des antalgiques –> elle est constipée –> rétention urinaire réflexe, et syndrome confusionnel sur globe. Je la laisse sur le bassin pour la sonder en réfléchissant au laxatif que je lui donnerai. Puis, pendant que la vessie pleine à craquer se vide dans le bassin, je pense à Fabienne, qui masse le côlon de son patient. Alors, j’en fais autant. Je masse, longuement, l’abdomen de la dame. Pendant que ses intestins font soirée disco sous mes doigts, je la rassure, lui promets qu’elle ira mieux ensuite. Je la mets sur les WC, elle se vide. Super idée Fabienne, résultat miracle !

    Passage du doc fin de matinée, TR pour s’assurer qu’il n’y a plus de fécalome. La dame me dit que je lui ai fait beaucoup de bien le matin. “j’ai dormi après, et en me réveillant je n’avais plus mal !!”
    Je lui réponds en souriant : “un grand docteur a dit un jour qu’il y a plus d’amour dans un massage abdominal que dans la prescription d’un laxatif”.
    La dame : “il a bien raison !”
    Le doc : “c’est vrai.”
    Moi (en mon for intérieur, et de façon aussi objective que rationnelle) : “bien sûr que c’est vrai. C’est Bibi qui l’a dit !”

Répondre à Pivoine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *