Si c’est gratuit c’est que nous sommes le produit.

Alors voilà, l’autre jour, j’ai été attiré par une Publications sur Facebook, un homme aux cheveux blancs, une bonne bouille. Je ne prononcerai pas son nom pour ne pas lui faire de pub. Appelons-le Docteur Tartuffe.

Sa vidéo est intitulée :

« UN MÉDECIN DIT TOUTE LA VÉRITÉ SUR LES VACCINS ! »

Bon, déjà, quelqu’un qui prétend dire « toute la vérité »sur quelque sujet que ce soit n’est pas crédible. Mais passons !

Le langage de docteur Tartuffe est technique, mais compréhensible, et plutôt convaincant.

Durant 10 minutes, il dézingue la vaccination, et ça fait vraiment peur. Une phrase a particulièrement retenu mon attention :

«  Mon rôle c’est de vous dire de sortir des croyances et chercher les vraies vérités vous-mêmes. »

J’A-DO-RE car, en bon élève appliqué, ni une ni deux, j’applique son conseil et je tape le nom de cet homme sur Google et… DEUX.MINUTES.TRENTE ! C’est le temps qu’il m’aura fallu pour découvrir que cet homme est effectivement médecin, qu’il est passé plusieurs fois devant un juge en raison d’une suspicion de proximité avec la secte du temple solaire (vous savez là, ceux qui se suicidaient en masse pour permettre à leurs âmes de rejoindre d’autres planètes), qu’il se dit chaman et médium, capable d’entrer en communication avec « des êtres qui vivent non pas sur notre plan matériel, mais dans des mondes de lumière » et plus intéressant encore ce confrère a créé une maison d’édition dans laquelle JE VOUS LE DONNE EN MILLE il publie ses PROPRES livres anti-vaccins, anti-cancer, anti-sida etc. Des livres qu’on peut trouver sur Amazon.

Dans celui intitulé :

« Sortez de l’hypnose collective: La fin des grands mensonges » il nous explique la manière dont les Illuminati ont pris le pouvoir en vue d’instaurer un nouvel ordre mondial. Vas-y mon gars ! On a hâte de savoir !

Alors je vous passe la manière dont il parle du cancer, qui ÉVIDEMMENT se guérit beaucoup plus facilement qu’on ne le croit, ça fera une belle jambe à mon grand-père, à ma tante, à mon oncle, tous trois morts du cancer, et aux familles de malades qui nous écoutent. Pépé, si tu m’entends, j’aurais aimé mieux te connaître et partir à la pêche avec toi !

Mon but n’est pas de dire « la médecine traditionnelle a raison, toutes les médecines parallèles ont tort ».

Mon but est de dire aux gens que j’ai pu trouver sur internet que cet homme qui vend des livres a créé sa propre fondation, laquelle jouirait de quatre grandes belles propriétés dans lesquelles docteur Tartuffe se propose pour 120 € de l’heure de vous apprendre à guérir de la polyarthrite rhumatoïde et du SIDA grace à votre urine (faut la boire hein, d’après lui) :

« Quand le sida est arrivé aux États-Unis, certains malades se mettaient à boire leur urine et en trois jours ils faisaient de la course à pied »

36 millions de morts depuis l’apparition du virus, des millions de familles endeuillées. Et tout ça pour quoi ? Pour rien ! Il suffisait que les malades boivent leur pipi comme le dit le gentil monsieur sur Internet. Dingue, hein ?

Alors vous allez vous dire : où veut-il en venir ?

À ça : ses vidéos sont partagées des milliers de fois sur facebook, notamment sur des réseaux africains comme africa média, etc.

On ne va pas se mentir : il existe une inégalité des chances de survie entre un enfant soigné à Neuilly d’une encéphalite rougeoleuse et un enfant malade au fin fond du Soudan. Passons, mais pas trop : je considère que cet homme a du sang sur les mains. Et Facebook et Twitter qui le laissent divaguer sur les internets ont aussi du sang sur les mains.

Les fake news ne sont pas anodines. Faisons attention à ce que nous partageons, renseignons-nous sur les personnes qui nous parlent derrière l’écran et exerçons notre esprit critique.

Comme le dit Molière dans la scène 1 de l’acte V du Tartuffe :

« Démêlez la vertu d’avec ses apparences, ne hasardez jamais votre estime trop tôt ».

Si on change quelques lettres à cette phrase on obtient : « Boire son pipi n’a jamais guéri personne, je vous l’assure, méfiez-Vous ! »

Tout clic, que ce soit un like, un partage, un commentaire, de NOTRE part, tout cela favorise la visibilité et nous engage, en tant que citoyen.

Et n’oublions pas : Si c’est gratuit c’est que nous sommes le produit.

——-

Je reprends la route pour venir à votre rencontre dans les villes suivantes signer mon quatrième roman :‬

‪Brive : 10 et 11 novembre‬

‪Strasbourg : 12 novembre à Kléber, 17h30‬

‪Rennes :24 novembre La Nuit des temps à 17h‬

Angouleme : le 1 et 2 décembre avec la librairie Cosmopolite

Librairie, La Litote, 14 avenue Joseph Fitte à Vic en Bigorre, à partir de 19h15.

Toulouse : librairie Ombres Blanches le 8 décembre 2018 À 15h30 !

Grenoble : 13 décembre FNAC Victor Hugo 18h

Lyon : 14 décembre FNAC Bellecour 18h

Bourg-En-Bresse : 15 décembre Librairie du Théâtre vers 16h

‪Hâte de vous rencontrer et/ou retrouver !‬

Et merci aux libraires, et aux lectrices qui m’aident à lancer cette bouteille à la mer dans une mer de lecteurs.

Prenez soin de vous toutes et tous,

B

#lookingforannelise

46 réflexions au sujet de « Si c’est gratuit c’est que nous sommes le produit. »

  1. AnneduSud

    Lu très, trop ? rapidement. Ce mec là ne m’intéresse pas et je ne perdrai pas de temps avec lui…
    Merci pour les dates. Je voudrais encore plus au sud !

  2. c'line

    très bon texte: je partage! oh but wait…
    nan mais toi, ça va, Baptiste: je te connais!
    et je vais effectivement partager ton post, ô combien pédagogique, avec mes deux ados…
    je me permets de t’embrasser

  3. Giroflée

    Saine mise en garde Baptiste Merci de ce rappel à la prudence de jugement …
    Ou comme le dit si bien cette citation :
    Suis ton cœur mais prends quand même ton cerveau avec toi !

  4. Mdubois

    merci beaucoup baptiste pour ce beau “coup de gueule” . J’aimerais bien que vous ayez autant d’influence que tous ces charlatans mercantiles. Le chant des sirènes a toujours cours et s’amplifie avec les réseaux sociaux.

  5. kalou

    tout est dit … et je te suis depuis … oh le début et je te suivrai encore… prends soin de toi … étreinte fraternelle mais pleine de paillettes

  6. NDL

    En tous cas le monsieur n’est pas doué en orthographe : La fin de l’Empire “vaccinale” et
    “Les vaccins baissent l’immunités des gens, donc tôt ou tard ils von être deux fois plus malades que ceux qui ne se font pas vacciner…
    ne donne pas confiance en sa prose ! Une recherche rapide permet de voir son nom et donc d’éviter ses écrits.
    Merci !

  7. Rosi

    Il y en a un qui dit que boire du jus de fruits (fait avec son extracteur de jus qu’il vend plus de 1000€ quand même) peut faire repousser des membres !
    Sont cons les gens, ils gardent des prothèses alors qu’un bon jus au réveil et hop ça repousse !

  8. MAG

    Essayiste, conférencier, « médecin » …
    Les guillemets ont été attribués par un de ses compatriotes suisses. Une remise à niveau bien subtile.

    Se soigner par l’urine, une idée qui ne date pas d’aujourd’hui, sous prétexte qu’elle est stérile. Mais encore ?

  9. 40

    C’est en Inde qu’on boit son urine, dans les hautes classes parait il, et toujours la première urine du matin.
    Je ne crois pas que cela soigne grand chose.
    Il n’a rien inventé le Tartuffe.

  10. Souslalune

    C’est important en effet d’insister sur le fait qu’il fait beaucoup de dégâts là où les gens sont les plus vulnérables … il pourrait nous faire rire (jaune) si les conséquences n’étaient pas aussi graves 🙁
    1000 fois d’à avec toi Baptiste, et un free hugg au détour !

  11. Lorraine

    C’est ce que je répète à mes amis sur les réseaux sociaux…verifiez avant de partager… mais j’ai l’impression que plus c’est “gros” plus les gens sont crédules.
    Merci Baptiste… je vais partager votre billet car je connais la source et j’ai confiance

  12. Cath

    Faire usage d’esprit critique sur les réseaux sociaux… vaste programme !
    C’est une chose que j’ai du mal à comprendre : à partir du moment où une ânerie est écrite sur un site et “publié” , beaucoup de lecteurs perdent tout sens critique, ne vérifient pas les sources, n’évaluent plus leurs propres connaissances et n’ont plus preuve de la moindre jugeote, alors qu’en d’autres circonstances, ils seraient les premiers à rire des bêtises proférées.
    Je ne m’y habitue pas.
    Quant aux sites Facebook et autres Twitter qui laissent de pareilles horreurs proliférer au motif de la liberté d’expression, et j’en passe, je suis d’accord : ils sont complices. Je me demande quelles seraient leur position si ils devaient se retrouver accusés de complicité devant un tribunal, en vrai, obligés d’endosser la responsabilité de l’editsur du premier journal imprimé venu… J’ai dans l’idété que la
    perspective changerait radicalement….

    1. Cath

      C’est une chose que j’ai du mal à comprendre : à partir du moment où une ânerie est écrite sur un site et “publiée” , beaucoup de lecteurs perdent tout sens critique, ne vérifient pas les sources, n’évaluent plus leurs propres connaissances et ne font plus preuve de la moindre jugeote.

      Désolée pour le maudit correcteur d’orthographe automatique.

  13. Sylvie Seghers

    Bonjour Baptiste ! A contrario, je fréquente assidument le site du Docteur Résimont, grand vulgarisateur en médecine fonctionnelle. Il dépoussière vraiment les notions plus que dépassées encore trop souvent véhiculées par des médecins, voire des enseignants universitaires (diagnostic et traitement de l’hypothyroidie, obésité, dysbiose, …..). Un site précieux et des informations offertes, même si cela contribue sans doute à remplir sa salle d’attente.

  14. murmur

    Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ce genre de personne n’est pas derrière les barreaux pour arnaque ou propagation de fausses informations. Comme vous dites, ce type a du sang sur les mains. Et je pense que de manière générale, on applique une bien trop grande tolérance aux personnes qui se revendiquent des médecines alternance.
    Je pense par exemple à la tante d’un ami qui, après avoir suivi une chimio, est allée un homéopathe. Elle a été convaincue que ce qui l’avait soignée, c’est les petites boules au sucre. Sur le moment, tout le monde a laissé couler. Mais elle a eu une rechute qui exigeait de nouveau une chimio. Elle a préféré les petites boules au sucre et est décédé. Peut-être que même avec la chimio, elle serait décédée. Et elle aurait peut-être décidé de ne pas retourner en chimio en connaissance de cause. Mais ça aurait été son choix.
    Je pense que la personne qui l’a suivie, et toutes les personnes qui propagent ces mirages, portent une responsabilité dans son décès et dans bien d’autres.

  15. Mimi STMP

    Bonjour Baptiste ! Incroyable ce Docteur “je guéri tout”; J’aurai voulu le connaître avant le décès de mon parrain, de mon frère, de ma maman et de tous mes amis (sauveur du cancer). comment peut-on adhérer à de telles imbécilités. Quant au vaccin contre la grippe je reste très réservée, en effet, mon fils, après celui-ci, a passé une semaine en clinique à deux reprises. Bien entendu il ne se fait plus vacciner, ni moi non plus d’ailleurs.A chacun de juger ce qui est bon pour lui ou pas. Perso mon homéopathe, acupuncteur
    me le déconseille.
    Je relie votre livre pour la deuxième fois. Une relecture m’est nécessaire et c’est un vrai chef d’oeuvre (surtout quand on connait certains personnages). De tout cœur avec vous et votre entourage.

  16. Emmanuelle

    Vive ‘ternet, ses news, ses fake news et toutes les inepties qu’on peut y lire…
    Le fameux “si c’est publié, c’est que c’est vrai” a très bonne presse !
    Il est compliqué d’éduquer “tout le monde” à l’importance du fait de recouper les informations et de vérifier la fiabilité des sources…
    La difficulté est d’autant plus vaste que la quantité d’ “information” accessible est faramineuse.

  17. Poulette Dodue

    Je plussois on a tous en tant que citoyen une responsabilité sur ce qu’on diffuse.
    Haaaaazn je suis en train de lire ton dernier roman (j’ai lu est surkiffe tous les précédents).
    Looking for AnneLise….en cours 😀

  18. JEAN-JACQUES CHAPELET

    Bonjour à toutes et à tous,

    Je suis (du verbe “suivre”) ce blog avec beaucoup d’intérêt, mais c’est la première fois que je commente.
    Et je vais sûrement me faire huer.
    Il y a une très bonne façon de ne pas être abusé par ce type d’individu et/ou de site: NE PAS AVOIR/LIRE Twitter, Faceboock et consorts.
    Je m’en porte très bien, mais peut’être me prendrez vous pour un dinosaure; pourtant, retraité, je me ballade en permanence sur de nombreux sites.
    A part cela, je partage l’ensemble des commentaires. J’ai eu un cancer, soigné par des gens compétents et dévoués; je n’ai pas bu mon urine !
    Bonne journée à tous; avec mon respect admiratif pour tous les soignants du monde

    1. Courbière

      Pourquoi te faire huer, Jean-Jacques? La vie ne se résume pas à Internet, et heureusement, je dirais même qu’elle est plutôt ailleurs… même si je reconnais les merveilles que permettent internet et les réseaux sociaux.
      Et “se laisse abuser” montre bien la part de nous qui “consent”, n’est-ce pas?
      On a toujours le choix, quoi qu’on en dise.
      Et chacun fait le choix qui lui convient, en matière de médecine, particulièrement.
      Je ne partage pas les commentaires, parce que j’ai un avis différent.
      Je ne suis pas d’accord avec la vaccination, parce que, rien que le fait que la médecine en nie les effets secondaires est inquiétant. Et, Baptiste dit très justement que “quelqu’un qui prétend dire « toute la vérité »sur quelque sujet que ce soit n’est pas crédible.”
      Et qui sommes-nous pour “croire” avoir raison? Et en quoi cela fait-il avancer les choses?
      Je vous souhaite une belle journée ensoleillée

    2. COURBIERE Anne

      Pourquoi te faire huer, Jean-Jacques? La vie ne se résume pas à Internet, et heureusement, je dirais même qu’elle est plutôt ailleurs… même si je reconnais les merveilles que permettent internet et les réseaux sociaux.
      Et “se laisse abuser” montre bien la part de nous qui “consent”, n’est-ce pas?
      On a toujours le choix, quoi qu’on en dise.
      Et chacun fait le choix qui lui convient, en matière de médecine, particulièrement.
      Je ne partage pas les commentaires, parce que j’ai un avis différent.
      Je ne suis pas d’accord avec la vaccination, parce que, rien que le fait que la médecine en nie les effets secondaires est inquiétant. Et, Baptiste dit très justement que “quelqu’un qui prétend dire « toute la vérité »sur quelque sujet que ce soit n’est pas crédible.”
      Et qui sommes-nous pour “croire” avoir raison? Et en quoi cela fait-il avancer les choses?
      Je vous souhaite une belle journée ensoleillée

    3. cath

      Vous n’êtes pas le seul à ne pas aller sur Facebook et autre Twitter , rassurez-vous. Et quand bien même le seriez-vous ? Vous êtes libre de vos choix et personne ne vous agonisera de sottises.
      Ces applications peuvent avoir leur utilité, c’est sûr, mais elles ne sont pas indispensables au bonheur de tout le monde.

      1. JEAN-JACQUES CHAPELET

        Merci Cath

        pour votre gentil commentaire. Me voilà rassuré !
        Quand je vois les phénomènes sociaux concernant le harcèlement scolaire (avec quelques suicides à la clé) ou les délires d’un certain Trump, je me demande vraiment quelle utilité on peut trouver à ce genre de communication. Surtout que je retrouve ces informations sur de multiples autres sites.

        Entre violences et insultes, je ne me retrouve pas dans cette nouvelle société; mais si ça fait la fortune des Zuckenberg et consorts, alors là …

        Bonne journée

  19. Anne Courbière

    Baptiste, plutôt que de t’occuper de ridiculiser ceux à qui tu ne veux pas faire de pub, occupe-toi de ce que tu sais faire et de ce pourquoi tu vibres.
    L’énergie négative provoque de l’énergie négative.
    L’inverse (que je préfère) est vrai aussi.
    Et, pour remettre quand même certaines choses à leur place, la médecine (sous toute ses formes) a du sang sur les mains, et de belles réussites évidemment, mais n’a jamais empêché quiconque de mourir (ni les vaccins…)
    Je pense que la belle personne que tu es gagnerait à s’éloigner de l’ombre et à aller vers la lumière.

    1. cath

      Désolée, mais Baptiste ne s’occupe nullement à ridiculiser une personne. Il s’évertue plutôt à alerter les lecteurs sur les pratiques dommageables et dangereuses d’individus peu scrupuleux. Et surtout, il invite le lecteur à faire preuve d’esprit critique sur ce qu’il peut rencontrer. Ceci vaut pour la lecture comme pour le reste. Baptiste pourrait se laver les mains des victimes potentielles des charlatans qui hantent internet. Mais même là, il ne se désinterssera pas de ses contemporains.
      C’est une qualité rare qui vaut d’être soulignée.

      1. Anne Courbière

        Qui a dit qu’il fallait écouter les charlatans?
        Ne sommes-nous pas assez grands pour nous en rendre compte tout seuls?
        Avons-nous besoin d’être “éduqués” pour faire preuve d’esprit critique?
        Cela suffit bien largement de partager ce à quoi on croit (et Baptiste le fait très bien)
        Dire “Je ne prononcerai pas son nom pour ne pas lui faire de pub” peut au contraire lui en faire…
        C’est juste mon avis, Cath.
        Et Baptiste est assez grand pour répondre à un message qui lui est adressé…

        1. Cath

          Certes, mais je vous donne mon avis -ce blog est aussi un lieu de discussion- sur votre interprétation qui me semble erronée.
          Quant à l’esprit critique qui fait défaut, tout comme la jugeote ou le bon sens, je ne peux que le constater. Ayant travaillé sur la question de la “victimologie” pour les victimes de charlatans et escrocs de tout poil au sein d’un groupe international – je n’etais donc pas la seule à m’emouvoir de la perte du sens commun. Si nous essayions ( et on continue dans nos efforts) de comprendre et contrer les techniques criminelles, nous avons aussi été les premiers à considérer les victimes, à essayer de comprendre pourquoi précisément ces personnes perdaient tout sens critique (ce mot semble important pour vous), quel que soit leur niveau d’éducation (de l’universitaire à la mère au foyer) et leur lieu de résidence dans le monde.
          C’est donc ma triste expérience qui me fait constater que non, nous ne sommes pas assez grands, qu’il faut en parler, qu’il faut mettre en garde par tous les moyens -et je remercie ici Baptiste de le faire- et surtout écouter les victimes sans se moquer de leur expérience, pour tenter de réparer les dommages. Et sur ce dernier point, il y a beaucoup à faire.
          Voila, j’ai ajouté mon grain de sel, quoique ce soit ici davantage un marais salant.

      2. Anne Courbière

        Dire, “Je ne prononcerai pas son nom pour ne pas lui faire de pub” peut lui en faire, au contraire…

        Et je préfèrerais que Baptiste réponde lui-même à un message qui lui est adressé.

        1. Christine

          Je ne comprends pas la virulence de votre message, Anne, celui-ci me choque. Je suis absolument d’accord avec la réponse de Cath : Baptiste appelle tout un chacun à faire preuve d’esprit critique.

  20. aurélie

    Moi qui comptait boire ma pisse, ton article m’intérompt à temps :p.

    PLus sérieusement. C’est très difficile de s’y retrouver dans les myriades d’informations véhiculées un peu partout. Il faut autant que l’on peut garder un esprit critique, ce qui n’est pas toujours évident pour des novices dans un domaine aussi complexe que la médecine et tous les changements paradigmiques qu’elle contient depuis la nuit des temps. Il n’est donc pas toujours aisé de repérer les charlatans.

  21. Laurent taque

    Confronté au néant, la peur du vide entraîne logiquement l’Humain à des “croyances” naïves et rassurantes. Religions, sectes et politiques (dans son sens commun), ont bien compris et développés ce concept de base et mettent à profit le pouvoir qui en découle.
    Les réseaux sociaux en défouloir,”punching ball” de nos réflexes les plus noirs est un formidable outils pour les manipulateurs parfois de bonne foi (encore plus dangereux). Il faut pas croire que l’on puisse y mettre un terme ; Les réguler est suspect et c’est heureux puisque ce sont aussi d’exceptionnels occasion d’échanges de savoir, d’idées.
    Attention pourtant ! Prenons garde de ne pas réveiller la “Bête Immonde” et sa meute d’ignominies !
    Merci de souligner ce “Nième” exemple d’obscurantisme et d’y apposer le contrepoids du questionnement, de la réflexion. On calcule avec Py sans pouvoir atteindre sa valeur, aussi faut il qu’On l’accepte…
    Bon courage à tout ceux qui prennent du temps pour contrecarrer “l’acculture” et merci d’avance.

  22. Pticoco

    J’étais à Brive aujourd’hui… S’approcher de Baptiste Beaulieu aurait pris encore plus de temps que d’aller voir François Hollande…. manquaient plus que les gardes !!!!! J’ai juste volé 1 non 2 photos…
    La star de la foire au livre c’est bien toi et tant mieux !

  23. Herve CRUCHANT

    Ces jugements sur internet… Et sur Bibi… Commençons par lui. Qui se rappelle que ce blog est destiné à rapprocher les soignés et les soignants ? Il me semble bien que publier une info mettant en garde contre des demi- barges (l’autre moitié est malhonnête à mon avis) qui prétendent exercer une médecine hyper efficace et, bien entendu, secrète. Parce qu’enfin, toute cette population qui nous cache la vérité vraie…à son seul profit. Enfin, non, au profit de certains seulement.

    Soit. Qui va se demander quelle est la teneur de ce profit? Et qui sont ces gens cachottiers ? Le fric ? A mon avis, il n’y a pas plus de voyous escrocs et cupides dans le milieu médical que dans ‘un échantillon représentatif de la population’. Alors, quoi ? Le pouvoir de nous diriger dans la conduite de notre santé, doc de notre qualité de vie, dans la durée de notre existence, “à l’insu de notre plein gré’ ? En bref, sommes-nous tellement précieux pour la santé publique qu’il faille nous élever comme des poules en batterie ? Les ordres donnés à Bibi (“tu ferais mieux de…”) sont-ils vraiment opportuns ? Non.
    Tout ceci n’est pas sérieux !

    Nous savons tous que ceux sur lesquels nous faisons reposer nos moyens d’existence -les élus et les fonctionnaires d’état tous corps confondus- s’avèrent parfois être de parfaits salopards. Responsables mais pas coupables. Parfois. Plus souvent par négligence que par malhonnêteté. Parfois. Et menteurs, frileux, procéduriers, artisans du bien-être de leur caste plutôt que du citoyen en général. Parfois. De là à désigner les Illuminati. J’aurais tendance à désigner notre population de crédules -car ignares-, de laisse-aller-on-verra-bien -ces guetteurs de merdier qui leur permettra de construire, tas de boue après tas de boue cimentés à la rumeur infondée, les ragots et les on-dits les plus abjects. Et dans ce kern héroïsé et puant, on trouvera, bien évidemment, la xénophobie, la raison du plus fort, le sexe (qui se croit et se dit) sur de lui et dominateur. Détracteurs de tout, vous avez une multitude d’exemples à me citer. Tous ne sont pas bons. Je ne vois aucun Maréchal de France, par exemple, pour rester quelques heures encore à la mode; éludant d’un souffle les fusillés pour l’exemple. Je ne connais pas le nom du type qui recommande de boire sa pisse pour guérir du cancer en moins d’une semaine. Je connais tous les menteurs qui ont mené, en un petit siècle, des populations entières d’êtres humains qui dans la boue de la Somme (400 obus au mètre carré!), qui dans les tortures des camps d’exterminations, qui ans les feux nucléaires du Japon, qui dans ces guerres asymétriques dites modernes aux ‘frappes chirurgicales’. Ce sont bien ceux que nous savons vous et moi.

    C’est de la faute à internet et aux medias ! Ben voyons ! Internet est comme un immense bâtiment sans presque fin qui propose tous les avis, publications, films, discours, musiques, littératures, arts, savoirs, connaissances, fables, histoires… -c’est à dire toute la culture du monde entier- sur étagère. Imaginez entrer dans un souk pareil présentant ces œuvres, ouvrages, supports, etc. ‘en vrai’, en objets. L’éditeur de porno (Dorcel?) est-il responsable des mœurs divagantes de la population ? des viols et maltraitements faits aux enfants, par exemple ? Céline ou Pétain, solidement antisémites et partisans de la ‘solution finale’ plus quelques contemporains doivent-ils continuer à être publiés au risque de ? Et les exemples sont presque infinis si on considère la possible culpabilité suprême de notre société humaine, ce subterfuge létal extravagant : dieu.
    Dans un tel bordel de hangar, vous aurez fait votre choix tout comme vous le faites chez le libraire-marchand de presse. Et pourquoi donc un moyen de communication, -par ailleurs très utile et très pratique- : internet, serait-il désigné comme néfaste (§dixit gouvernement Sarkozy, en son temps; particulièrement Mme Morano, élue, conseillère personnelle et privée du Président de la République).

    A ce point, je crois vraiment que l’un des bienfaits d’internet est d’avoir fait émerger quelques réactions et sentiments dans la population de notre époque. Pour on ne sait quelle raison, la ‘parole’ du net est considérée comme parole d’évangile, parole gravée dans le marbre, inaltérable et quasi divine. Les images, films et vidéos sont quasiment considérés comme des ‘preuves’. Or, on sait les techniques de propagandes depuis longtemps, les actions belliqueuses sous fausse bannière, les analyses d’experts (apparemment la mode est passée) et autres manipulations. Renseignez-vous sur les travaux de la Rand Corp., les “études” faites sur le cerveau par l’administration américaine à travers les projets en regard desquels le Dr Mengele fait figure de parfait innocent. En ce qui concerne l’image, depuis l’abandon de la retouche sur gélatine faite au matolin, personne, aujourd’hui peut affirmer qu’une image vidéo est authentique, quand bien même elle serait convenablement cadrée et objectivement représentative. Ce sont ces supports là pourtant qui font l’opinion et justifient des politiques inouïes qui ont déjà entrainé des guerres quasi mondiales. (le mensonge des armes de destruction massive soit disant détenues par l’Iraq qui a motivé l’expédition coalisée par les USA, largement argumentée et initiée par les attentats du WTC et le martelage dans tous les discours de mots-clés dont l’un d’eux subsiste : “terrorist’. Le mot d’usage du jour est “migrant” au lieu du vrai mot à employer qui est “exilé”). Les medias télévisés se font un plaisir de relayer la succincte parole ‘pour mieux être compris du public” disent-ils en nous prenant nettement pour des cons!

    De même qu’il est remarquable de constater qu’une très faible quantité de population ouvre un atlas, une encyclopédie ou un dictionnaire, lire un journal ou une source choisie bien renseignée, la coutume veut (?) que l’on ne parle pas de politique, de santé, d’idées philosophiques ou de religions qui sont dans l’ombre du silence, du “domaine privé”. SI on y ajoute les rémunérations et les sentiments (sexe, par exemple), il est recommandé de ne pas communiquer entre soi. C’est l’attitude que “les faiseurs de normalité” (Deleuze) recommandent. Au risque de se placer parmi les asociaux. De quelle société s’agit-il si on désigne un ensemble sans contacts, sans projets, sans à venir commun discuté et défini par le dialogue ? Bien sûr, certains disent ici même que la meilleure solution c’est de ne pas regarder les télévisions, de ne pas lire les journaux, de ne pas croire à tout ce qu’on nous dit.
    Quitte à devenir comme ces trois figures sur mon bureau : muet, aveugle et sourd volontairement.

    Je crois le contraire, totalement, voyez-vous. Il faut lire, voir, écrire, parler dans l’ensemble du paysage. Homme de Gauche et Humaniste, je lis aussi les propos de droite et du centre, quand je l’ai trouvé. Faudrait-il rester dans le rôle d’un perroquet d’Amérique du Sud ? Dans ce cas, je psalmonierais “Liberté Egalité Fraternité” évidemment, mais aussi “Discernement Dialogue Humanisme”.
    Il m’arrive de lire des articles sur la vaccination ou la pratique de la médecine hors de nos terres. Libre de choisir mon toubib de référence, si j’ai des questions à poser sur les vaccins, je les pose et fais bonne mesure entre mon sentiment et l’avis scientifique. Comme face à une information à laquelle on tente de me faire adhérer, je reste libre de me renseigner -tout à l’heure, j’ai omis de citer l’Histoire de France, des Peuples, , négligée à égalité avec la Géographie et les Sciences Naturelles par le fameux mammouth de l’Education Nationale. Tout ceci est votre responsabilité. Vous êtes en charge de votre à venir. Ce n’est pas une question de choix -ce serait bien pourtant- mais de nécessité; reprenez les commandes.
    Grognez et “indignez-vous” comme des êtres vivants souverains. Si vous avez besoin de répondre à quelque interrogation intérieure, parlez autour de vus : tout le monde a plus ou moins les mêmes soucis- mais surtout, surtout, ne répandez pas de fausses nouvelles. Il vaut mieux dire “je ne sais pas”. En parlant avec les uns et les autres, retenez que votre interlocuteur a de la chance que vous lui parliez et que vous avez de la chance qu’il vous parle. Avec un peu de pot, celui d’en face sera Bibi. Un peu de pot, mais pas seulement. Que Mieux vous évite les dézingués; ceux qui boivent leur urine par exemple….

  24. Maryse

    Merci, merci de nous alerter car le danger est grand. Tout et n’importe quoi se dit sur Internet et sur les réseaux sociaux, du bon, du très bon et du mauvais aussi, beaucoup. J’ai peur pour nos enfants, nos jeunes si facilement influençables, si fragiles pour certain(e)s.
    Ce qui devait être un très bel outil de communication risque à terme (pas si lointain et ça me fait peur) de devenir un outil de manipulation de masse.
    Qu’il s’agisse de recruter des adaptes ou des apprentis terroristes, de déplacer le harcèlement de l’école ou du lieu de travail au domicile, et tant d’autres domaines, Internet et les réseaux sociaux sont là, trop là ?
    Quel contrôle peut-on exercer sur un tel média, à part celui de sa propre conscience ?
    Alors merci de le dire haut et fort.
    Bonne journée à toutes et tous,

  25. natou

    Note importante concernant les réseaux sociaux: si une info est foireuse, ou déplaisante, NE LA RELAYEZ PAS MÊME POUR DENONCER !! Signalez là au réseau, a l’administrateur, a la rigueur commentez (mais surtout pas de like/coeur/grr/wouah/triste ou de partage).

    Ce qu’on regarde pour connaître la diffusion d’un post, c’est le nombre de partages/likes. Ce que les algorithmes regardent pour estimer si c’est une info à faire apparaître partout, c’est le nombre de partages/like (peu importe le paragraphe de 50 lignes qui démonte l’argumentation point par point: ça fait +1 pour fessebouc).

    Donc que ce soit le “médecin” véreux qui veut faire un max de pub pour son bouquin, engranger des visionnages de sa vidéo youtube (donc du pognon des pubs), ou bien un groupe de fachos qui veut faire le buzz sur une de leurs misérables actions… vous les aidez en partageant, même pour dénoncer. Don’t do it.

  26. Krakoucass

    Boire son pipi mais quelle idee!! Alors que tout le monde sait bien qu’il faut s’y baigner pour soigner ses rhumatismes, ses infections et puis surtout la connerie, la malhonnetete.
    Et puis pour 100 euros je partage comment guerir cancer, sida, peste, cholera avec sa crotte de nez ou celle d’elephant qui est surpuissant.

  27. Brigitte

    Il n’y a pas que les réseaux sociaux. Mr Tartuffe publie des livres,vend des livres ; ses livres sont donc achetés
    Qui les achète ?
    Ce ne seront pas les lecteurs de Jean Baptiste Beaulieu.

    Peut être un des deux cent millions d’abonnés de Kim Kardashian ?

    Ou ?
    Je plains ces personnes, totalement perdues, totalement isolées, abandonnées, prêtes à tout dans leur désarroi absolu.
    “Celui qui se noie se raccroche à un brin d’herbe ”
    ( proverbe tchèque )

    Comment les aider ?

    Lorsque je réalise vivre dans un pays où plus de dix millions de personnes ont envie d’un régime autoritaire, tel que proposé par le Front National, que ces centaines et milliers de personnes sont convaincues que c’est la solution, je m’interroge.

    L’analogie entre les adeptes du Dr Tartuffe et les électeurs de ce type de parti peut sembler absurde, mais ne s’agit-il pas du même phénomène ?
    Être totalement perdu, se sentir totalement abandonné …
    “Qui se noie se raccroche à un brin d’herbe.”
    ( proverbe vous savez d’où )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *