Que faire si je suis victime de violences médicales ?

Tutoriel (à partager un max.)
1) Faire attester l’authenticité des lésions par un médecin (aux Urgences, par exemple) avec remise d’un certificat constatant les traces physiques du traumatisme et votre état psychologique général après ce choc (angoisse, prostration, larmes, agitation, etc.).

Ce certificat vous sera très utile lors du procès et éventuellement pour une demande d’indemnisation.

2) Aller déposer plainte au commissariat. La plainte ne peut être refusée. Au pire, on peut vous proposer de revenir à une heure et date précise en cas d’indisponibilité;

3) Si, malgré tout, vous ne parvenez pas à déposer plainte, alors saisissez le procureur de la république en décrivant les faits et en joignant les certificats médicaux des urgences;

4) Déposer la même plainte à l’ordre des médecins;

5) pour un dossier de cette nature (très délicat et très dur), soyez accompagné(e) dans vos démarches par un avocat dès le départ. Si vous n’avez pas les moyens, vous bénéficiez peut-être d’une protection juridique dans le cadre d’un contrat d’assurance lambda (vérifiez) ou pourrez bénéficier de l’aide juridictionnelle.

6) il serait souhaitable de contacter une association d’aide aux victimes qui pourra vous accompagner dans ces démarches (et dans le choix d’un avocat spécialisé sur ses questions particulièrement compliquées sur le plan pénal).

Voilà, j’espère que cela sera utile. 
De plus, suite au témoignage de A., les remarques suivantes me paraissent importantes :

1) N’est-il pas incroyable que, à la lecture de cet article, beaucoup d’internautes trouvent que « la femme a exagéré »… alors même que je relaie AUSSI le témoignage de l’interne des Urgences ayant reçu cette femme APRÈS l’agression de ce gynécologue, et que ce même interne confirme avoir constaté des lésions vaginales, etc ! Pourtant, non, certains sont persuadés que la femme a exagéré. C’est insultant pour la victime (mais sans doute très rassurant pour la société ?). Pourquoi ce « mythe de la femme qui ment » ? Les fausses accusations concernent 2 à 8 % environ des plaintes pour viols. Autrement dit, quand on remet la parole du plaignant en doute, on a « raison » de le faire 8 fois sur 100 (au max.). Les autres 92 fois, on se trompe, et on ajoute du malheur au malheur.
2) Suite au témoignage terrible de A., j’ai reçu des dizaines de mails (violents à lire) attestant de faits similaires sur des patientes. Parmi ceux-ci, plusieurs femmes – qui ne se connaissent pas – me parlait du même praticien, le docteur X, dans la ville de C. Je les ai mises en contact et j’espère que, ensemble, elles arriveront à faire éclater la vérité (d’où l’importance de faire circuler le tutoriel plus haut).
3) Insister pour que je balance un nom sur la place publique n’est pas ma conception de la Justice Républicaine. Je ne suis pas là pour allumer des buchers (même si j’entends votre colère et la partage, j’essaie de garder un cap : « un oui, un non, une ligne droite » comme disait Nietzsche.)

Cependant, je peux (dois ?) profiter de mon audience pour indiquer les démarches à suivre en cas de violences médicales similaires à celles de A.

4) Enfin, la violence extrême de certains commentaires sur Facebook m’oblige à prendre un peu de distance : je côtoie la violence tous les jours dans mon cabinet médical et mon nouveau roman (deux ans de travail, pour moi, deux ans de ma vie !) sort en Librairie après-demain, j’ai donc besoin de toutes mes forces pour :
– soigner mes patients « dans la vraie vie »,

– partir sur les routes vous rencontrer en librairie et distribuer des free-hugs…
Ne m’en voulez donc pas si je n’interviens pas dans les commentaires ou si je mets du temps à modérer ceux qui dérapent (mais taguez-moi en dessous comme cela je les retrouve plus facilement). 

5) Si vous avez des remarques à ajouter au tutoriel n’hésitez pas à me les faire parvenir en commentaires.
Merci encore pour vos soutiens, à A. et aux autres victimes. Elles liront vos commentaires (ici ou sur Facebook) et cela les aidera beaucoup, elles, mais aussi toutes et tous les autres qui n’osent pas faire reconnaitre leurs statuts de victimes.

(Pour une fois que les réseaux sociaux servent à quelque chose… On ne va pas s’en priver…) 
Paix et Harmonie à toutes et tous
 Baptiste Beaulieu

80 réflexions sur « Que faire si je suis victime de violences médicales ? »

  1. ACT

    Je ne comprends pas comment certaines personnes se permettent d’insulter une personne en souffrance, vous insulter parce que vous permettez à cette personne de s’exprimer et de l’aider.
    Merci de montrer qu’il puisse y avoir des recours face à des erreurs médicales. Que la justice fasse son travail au mieux.
    J’espère que les différentes personnes qui ont souffert de ce médecin arriveront à se faire reconnaître victimes et de par leur force, d’autres ne le seront pas. Et, oui, surtout faites vous assister par un avocat !
    Messieurs, mesdames qui croyaient à la fabulation, ne soyez jamais vous-même ou les vôtres traité d’affabulateurs pour des faits réels car là vous réaliserez enfin ce qu’est cette double peine.
    Baptiste, j’irais acheter votre nouveau livre en sachant qu’en plus de me faire plaisir, cela vous aidera à aider des enfants.
    Pour le free-hug, qui c’est …

  2. Rosi

    bonjour,
    pour avoir déjà (malheureusement) testé, lors du dépôt de plainte le certificat du medecin n’était pas suffisant, un rdv a été pris à la médecine légale directement par les gendarmes.
    (charmante medecin très très compréhensive)

  3. Juliette

    Bon courage Mesdames pour votre combat, merci infiniment pour vos témoignages et pour vous battre pour que ces praticiens immondes puissent cesser de martyriser les autres. Je suis de tout cœur avec vous.

  4. Lemm

    Bonjour Baptiste,
    merci de faire suivre ce tutoriel; pour le reste, les commentaires agressifs, cela me rappelle assez fortement ce qui avait circulé sur le blog d’Emma (Check ta Chatte) quand elle avait fait une bd-témoignage sur une épisio non consentie.

    Dès lors que tu es une femme, ton ventre ne sert qu’à procréer, et pour le reste autour, on s’en bat les ovaires, de tes envies, de ton consentement, de ton vêcu (en tout cas, à en croire certains témoignages ultra violents sur internet ou, même, les commentaires “alàcon” autour de la naissance: faudra m’expliquer p