C’est dur, mais y a pire, PARTIE I.

Nouvelles dates de dédicaces ICI !

Alors voilà, il y a quelques temps, j’ai balancé sans réfléchir : “Basta la médecine générale, je retourne à l’hôpital”. C’était juste après l’agression, que je raconte ici. J’avais le cœur plein de doutes et un ventre vide, il m’aurait fallu plus de courage dans le premier et un peu moins de peur dans le deuxième. (Je vous avoue que je tressaille quand une porte claque. Je vous avoue aussi que quelque chose de moche s’est imprimé dans mon crâne, un foutu petit diable qui danse sur ma langue, et laisse un petit goût amer de défaite…) L’autre jour, au cabinet, un grand type s’est plaint : vous comprenez j’avais 10 minutes de retard… 10 minutes… Pour cela il a refusé de me serrer la main (ça j’aime pas… Mais alors vraiment pas…) et il m’a délivré deux/trois remarques acerbes (ça aussi j’aime pas…). Peut-être que s’il avait été moins grand, moins barbu, moins excité, moins “comme l’autre“, j’aurais mis de l’eau dans mon vin. Là, j’ai juste posé mon stéthoscope, griffonné le numéro d’un confrère, puis ouvert la porte.

–Sortez.

–Pardon ? a dit le type.

–Sortez de mon cabinet. Je ne veux plus vous voir, je ne tolère pas le manque de respect.

Il s’est levé, furieux, a fait remarquer que ce n’était pas MON cabinet, mais celui du médecin que je remplace.

–C’est très juste ce que vous dites, ai-je relevé très calmement. D’ailleurs, il me remerciera sûrement de vous avoir flanqué dehors.

–Je l’appellerai et je me plaindrai, m’a répondu le 

LA SUITE LA SEMAINE PROCHAINE ! (Ou avant si je touche terre !)

147 réflexions au sujet de « C’est dur, mais y a pire, PARTIE I. »

    1. Sandrine

      Alors voilà, je ne peux qu’adhérer à ton (oui oui on se tutoie !) audace parce que accorder du temps à la patiente p-1 c’est beau mais je ne peux que comprendre le patient p qui certainement comme moi est toujours à courir (et 10 minutes ça peut compter).
      Je peux vraiment promettre que l’ensemble de mes rendez vous médicaux sont retardés… et ça c’est juste une horreur ! vous devriez savoir à force d’expérience que 15 minutes ce n’est jamais suffisant ! alors pitié, comptez 30 minutes ! ou bien on peut diminuer le prix de la consultation en rapport aux nombres de minutes de retard.. et là, spéciale dédicace à ma gynéco qui va finir par me devoir de l’argent !!!

      sans rancune aucune, vous êtes (malheureusement) indispensables !

  1. Libellule

    1) Bravo pour la mise à la porte (ou l’intention, selon la suite)
    2) Je ne vois pas comment tu peux considérer comme une défaite d’avoir eu peur (réflexe de survie) suite à une agression que tu n’as pas provoquée (drogué en manque), puis d’avoir fait le nécessaire pour que l’agresseur ait une chance de s’en sortir (obligation de soins, pas de prison) !!!
    Que cela laisse des cicatrices, c’est inévitable. Mais les cicatrices sont les marques des épreuves surmontées, de la résistance et de la maturité, donc.
    Si tu étais niais et lisse, si tu essayais de nous faire croire “qu’il suffit de positiver” pour que tous les malheurs soient balayés (et donc que nous sommes un peu nuls si nous n’y arrivons pas), tu n’aurais pas un tel fan-club 🙂

  2. Julie

    Et bien… je n’ai rien à ajouter. Libellule a 100 % raison.
    Je te souhaite simplement que les cicatrices s’estompent un peu plus avec le temps et que les portes qui claquent ne te fasses plus sursauter.
    Bises Baptiste.
    Et bises Libellule.

    1. Libellule

      bises aussi Julie !
      moins de temps libre ces temps-ci, mais toujours autant de plaisir à lire les posts et les commentaires (enfin la plupart… Pas Odile et T.Anne quand même !)

  3. Seingalt

    Je dis ça, je dis rien, mais perso, pour évacuer de tels souvenirs, j’ai testé l’EMDR et, bien que j’ai d’abord été très dubitatif (soigner le cerveau en faisant bouger les yeux…euh, comment dire…) ça a marché en deux séances.

  4. bijou

    Pour moi aussi l’EMDR m’a guérit de mes peurs en 1 seule séance !
    (peur irrationnelle de sortir seule, même dans mon propre jardin, peur de la voiture, peur d’aller faire les courses, peur peur peur de tout… )

    C’est génial l’EMDR, j’avais une douleur à l’omoplate (douleur de stress/traumatisme) douleur que je cotais à 8/10 environ 20 jours par mois et à 5/10 le reste du temps… 5 séances, EMDR + chroma-thérapie, depuis je suis à 4/10 de temps en temps !!!

  5. Anonyme

    Des fois c est tellement dur de retoucher terre
    On va s aider la fine toî et moî
    j espére sinon je peux plus croire en rien
    H , HELP .

  6. castor01

    Bonjour ! Même chose pour moi, je suis spécialiste secteur 1 (et demi) en médecine du sommeil (mais pas que), en secteur rural dans un village de 1 250 âmes. Bref, je suis une denrée rare, compte-tenu de la démographie médicale à seulement 60 km d’une métropole régionale.
    Je reçois un jeune retraité (= pas d’obligation professionnelle ni habitué de la canne ou greffé d’une PTH) adressé par une consœur, professeur universitaire, en ma vacation mensuelle du CHU.
    Je lui avais proposé, quelques temps plus tôt, de venir rapidement en toute empathie en mon cabinet à 15 km de chez lui avec un délai court et non pas à 70 km avec cinq mois d’attente car son cas ne nécessitait pas de payer 2 000 € pour des examens non obligatoirement nécessaires en CHU alors que je pouvais “faire efficace” à 145.92 € en technique ambulatoire.
    Je le reçois une première fois pendant une heure, consultation payée au tarif de base (en tiers payant sécu qui plus est). Il est très fatigué (vraiment selon sa femme) depuis plusieurs années : je dépiste au premier coup d’œil (si ! si !) un syndrome d’apnées du sommeil alors qu’il a pourtant fait le tour de nombreux médecins, psychiatres et pontes locorégionaux.
    La fois suivante, après un dépistage positif à domicile de son SAOS, il attend une heure en salle d’attente … Oui plus tôt, je recevais une patiente bipolaire au bord du suicide mélancolique après plusieurs nuits blanches dépressives : appel au confrère généraliste traitant, à son mari et adressage en clinique psy pour électrochocs d’urgence (acceptée en moins de 4 jours ; fierté : elle va déjà beaucoup mieux ce jour !).
    Je lui explique les différentes pistes de traitement, rédige en dictée vocale en sa présence un courrier d’une bonne page A4 et demi (police Times New roman, corps 12, interlignes 1.25, éviter lignes veuves et orphelines & marges de 2 cm) pour son médecin traitant et copie pour lui (car le patient a le droit de savoir) et la consœur à l’origine de sa prise en charge.
    Je lui donne le jour et l’heure du prochain RV pour évaluer l’option thérapeutique choisie et là il exprime des remarques acerbes sur l’heure réelle supposée dudit prochain RV. J’écoute. Finalement, je lui dis à la fin de la consultation : “vous ne payez rien, j’annule votre feuille de soins électronique (avec tiers payant) mais je ne vous recevrai plus désormais. Vous irez voir parmi les autres confrères du département qui font la même chose que moi (mais plus loin que 15 km et en plus court) celui qui vous intéressera de voir pour poursuivre votre prise en charge”.
    Morale ? Je ne sais toujours pas. Soulagement ? Oui. Conclusion ? Il y a des gens méchants.

    Autre histoire :
    Un samedi à 14 h 00 : je reçois une mère et son ado de 12 ans pour troubles du comportement et du rendement scolaire, hyperactivité et apnées du sommeil suspectées.
    Retard de ma part encore. Même topo : je suis une denrée rare et l’on m’adresse de loin des gens qui se perdent en route (le GPS se plante parfois) et viennent avec des pathologies lourdes compliquées, anciennes ou négligées, nécessitant du temps avec des courriers d’adressage de deux lignes.
    Je suis devenu interniste de fait.
    La porte de la salle d’attente claque au bout de 45 mn la mère et son petit ont disparu. La patiente suivante est là : je la reçois, elle me décrit une lionne en cage avec son lionceau au moment où elle est arrivée et… je finis mon samedi à 18 h 30… Comme d’habitude, ma compagne fait les courses seules alors que je lui avais promis de finir à 17 h 00.
    Le lundi suivant, je reçois une bordée de reproches par téléphone de la part de cette mère qui me décrit comme “non-professionnel” d’autant qu’elle avait modifié des RV pour venir me voir. Elle habite à 75 km de mon cabinet. Rappel : nous sommes dans un désert médical.
    Je lui ai alors conseillé d’aller se plaindre au plus vite auprès du maire, du député local, des ARS et de l’Ordre des Médecins car oui, elle avait tout à fait raison ; à poursuivre sa diatribe au téléphone, je risquais de ne pas être professionnel du tout pour le patient qui baillait (de sommeil ou d’ennui) devant moi en mon cabinet.
    Elle a donc fait 150 km & passé 4 heures pour rien ? Pour 45 mn de plus, elle aurait sans doute une réponse claire au problème de son fils, cela sans dépassement d’honoraires dont certains abusent dans le coin.

    Nb 1 : le fait d’être présent et disponible a priori un samedi à 14h 00 lui a paru la quintessence évidente du professionnalisme dû au patient, ineffable sans doute car elle n’en a pas fait état au cours de la conversation.
    Nb 2 : je coupe de parti pris le téléphone chaque jour au bout de 8 à 10 appels (dont certains : “je viens bien à 18 h 00 mercredi prochain ?”) sinon je peux passer par jour 90 mn à répondre et à gêner la fluidité des consultations.
    Nb 3 : je suis toujours en retard. C’est ma Rolex de 50 ans.
    Etre professionnel, cela veut dire quoi pour certains ?
    Et Sacks, qu’en aurait-il pensé ?

      1. castor01

        Castor est tres honoré et salue son jeune confrère. Et se revoit (en majesté !) comme il a vingt ans en quittant le CHU pour la campagne.
        On pourra construire des barrages ensemble. Toujours prêt a donner un coup de dents complice. constructif le coup de dents, hein ! Même si on a la dent dure c’est parfois nécessaire.

    1. marie

      alors peut-être mettre un cadre dans la salle d attente, dedans un petit traité sur la patience et la slow médecine, faire un petit coin jouet pour les enfants, un petit tas de revues bricolage tricotage people sciences et en gros un panneau “patientez sereinement je vous soignerai pareillement” .
      une boite à idées “comment améliorer vos conditions de détention en salle d’attente” ou la blague du jour ” à la sainte Justine pas de quoi péter une rustine ” ” à la sainte Colette ne faite pas la tête” à la saint Rémi t’auras plus mal à ton zizi “.
      voyez vous les gens pressés, s’épuisent à nous épuiser la vie est courte certes mais on gagne à mieux vivre en “perdant” du temps .

      1. castor01

        A Marie
        La salle d’attente a déjà les revues de moto, de bagnoles, Les news magasines hebdomadaire de presse générale (sauf Valeurs actuelles), la feuille de choux du coin, Science et vie (du mois en cours), Marie-France, Modes et travaux et Biba pour les girls ( vieux de 2 mois), Notre temps pour les ainé(e)s, le Chasseur Français et ses petites annonces pour veufs et veuves, la revue des sauveteurs en mer pour ceux que ça intéresse, La Vie (donnée par une paroissienne), Les Inrocks (donnés par ma sœur) et Courrier International (itou)…

        Je veux une salle d’attente instructive, studieuse, édifiante, prête à faire envoler la conscience au-dessus des contingences humaines du quotidien.
        d’ailleurs il est recommande expressément de voler une revue pour la lire chez soi et la ramener en douce (ou pas).

        ll y a qq BD aussi et des jeux pour les enfants. (+ papiers et crayons de couleur et geomags pour le petit frère ou la grande sœur du jeune patient), ( Nb: non pas de poupées, je suis un garçon, moi et j’ignore les besoins intimes des petites filles : pourquoi ? parce que je suis méchant, bouh !!!!)

        J’offre le café ou la tisane pendant ma consultation si j’en prends et pour les petits (et grands) compotes, choco et soda et cola, et bonbecs à ceux qui ont bien attendu bien ( ou pas) sagement. Je leur dois aussi cela.

        Le papier WC est de couleur gaie, triple épaisseur, Les serviettes pour sécher les mains de couleur vive, changées deux fois/ jour.

        Acessible aux personnes à mobilité réduite.

        Quand à l’affiche ” Slow médecine”, c’est une bonne idée.

        Merci +++ de me monter le chemin et confirmer les attentes des uns et des autres.

        1. marie

          c’est à désespérer du genre humain avoir un doc aussi prévenant et claquer la porte pour 45 mn d’attente, mes avis que cette dame avait un grain et là j’ai un pincement au cœur pour son fiston , ça va être chaud pour lui .

        2. Cath

          Où qu’on s’inscrit ?
          Je cherche un endroit où installer mes pénates, tant qu’à faire, autant profiter du salonde lecture / salon de thé. 😉

    2. Patient très patient

      Il y a aussi des spécialistes qui vous donnent rendez-vous à 9h30 et vous font passer à 12h45 sans le moindre mot d’excuse. Et rien à voir avec des urgences – les autres patients se succédaient – mais juste un simple oubli du dossier. Comme quoi, il doit être difficile pour un grand manitou de garder les pieds sur terre. Ne parlons même pas de simple politesse. Pour les dépassements d’honoraires, en revanche, il n’a pas oublié. Je n’ai pas fait la moindre remarque, ce n’est pas mon genre, mais celui-là ne me reverra pas, quelle que soit sa réputation.

      1. Libellule

        J’ai eu aussi. 4h30 de retard, oubliée dans la salle d’attente (j’ai protesté pour ne pas être enfermée), tout ça pour entendre des commentaires sur la vie privée insipide de la doc – retard justifié par un cours de gym qu’elle ne voulait pas annuler – et payer la consultation le double du prix, en liquide exclusivement. C’est bien triste et elle ne me reverra pas.
        Mais rien à voir avec Baptiste et Castor1 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        1. marie

          par chez nous c’est un ophtalmo , il prends des rv tous les quart d’heure et l’attente est toujours toujours de minimum une heure , donc maintenant je sais, j’arrive un quart d’heure en retard en sachant que je suis quand même en avance , puis un bon bouquin , si j’y vais avec mon fis je prévois jeu eau bonbec sandwich , c’est plus un salle d’attente c’est le camp des joyeux pioupious.
          le gros mystère c’est pourquoi iL prend des rv tous les quart d’heure? Tapage du front…mais oui!!!!!!!!!!!!!!!!sinon on aurait des rv dans un an au lieu de six mois…..(autrement à la sainte Libellule , coinces la bulle! ).

          1. Libellule

            ça me va ! dommage que la sainte-Libellule n’arrive pas souvent. ça doit être le 29 février… ou alors : je suis pas une sainte ??? et y’a jamais eu de sainte Libellule ??? et on m’aurait rien dit ! 😉

    3. Rofine

      @ castor01 : votre long post résume très bien, l’attitude de beaucoup de patients d’aujourd’hui. Pour eux, vous êtes corvéable à merci, vos horaires sont très élastiques et vos oreilles doivent entendre leur mauvaise humeur de vive voix ou au téléphone…

      En plus des bons conseils distillés avec plein d’humour par @ Marie, je vous propose de :
      – constituer avec Baptiste et d’autres collègues “le club des Castors”.
      Il vous permettra de vous unir face à ces patients/malotrus et trouver des parades à leurs actions malfaisantes.
      – de continuer à ne pas vous laisser “marcher sur les pieds”. Vos réactions sont très saines et vous protègent du stress de ces patients.
      – préserver votre vie privée. C’est votre cocon où vous avez besoin de vous ressourcer ce qui veut dire que les consultations s’arrêtent à l’heure affichée en salle d’attente…après ce n’est plus l’heure…votre vie perso vous appelle !
      Tenez bon ! 😉

    4. Cécile

      Castor, comme je vous comprends ! Je suis ostéopathe, pas médecin, mais régulièrement, on a des coups de fil de personnes “souffrant le martyre et qu’il faut AB-SO-LU-MENT recevoir dans la minute…”
      En débutant, on fait de notre mieux. On rogne sur la pause déjeuner, on arrive plus tôt, on part plus tard…
      Oui mais voilà… Quand “l’urgence” du matin arrive avec 20 minutes de retard, ne s’excuse pas, et vous engueule parce que “mon ostéo habituel, il ne traite pas comme vous et quand je sors je vais mieux…” bah y’a un moment où on craque… Mais il faut rester professionnelle et mesurée… Donc on ne l’insulte pas. On lui signale juste poliment que ce n’est pas la peine de revenir…
      Et ces gens là nous usent, et font qu’on est moins performant, moins disponible pour ceux qui arrivent à l’heure, vous remercient d’avoir eu la gentillesse de les prendre en urgence etc…
      Donc merci aux médecins (et autres professionnels médicaux et paramédicaux) comme vous, qui prennent le temps de faire les choses bien. Et restez comme vous êtes !!!

    1. castor01

      Oui. on appelle cela désormais une électroconvulsivothérapie.
      Cela date des années 1938 – 1940 (Milan-Italie). On ne ne connait pas encore le ” comment ça marche”
      Ça se pratique en milieu hospitalier sous anesthésie générale (courte). Cela fonctionne bien et surtout rapidement pour les dépressions suicidaires , mélancoliques ou bien pour des patients âgés, en dénutrition majeure quand on a pas le temps d’attendre l’action progressive des antidépresseurs car al dépression tue de bien de façons.
      Cela une indication médicale sérieusement établie et les services qui le pratiquent refusent du monde car on manque de lieu de pratique et d’anesthésistes surtout (hélas).
      Après, on a aussi la référence de “Vol au dessus d’un nid de coucous” qui raconte la psychiatrie US des années 1955 – 1960.
      (cf. Wikipedia)

  7. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Je tiens à préciser que tous les grands et barbus ne sont pas des agresseurs de médecin ou des patients qui manque de respect. En revanche j’en connais qui aime bien le jeunes médecins qui essayent de mettre les gens debout et qui écrivent si bien …….
    Vous voyez qu’est ce que jveux dire ?
    la bise

  8. Pretty Womn

    Y’a des fois dans la vie où j’aimerais avoir le courage/culot de réagir comme toi !
    Je pense sincèrement que tu as bien fait, peut-être cet homme réfléchira-t-il un peu à son propre comportement et changera-t-il un peu, on peut rêver non ?
    Bon week-end,

  9. cybrpuce

    Alors là Bravo ! vous avez bien fait ,il est temps que le respect et l’amabilité soient remis au gout du jour!!!!!
    Bon courage, je vous suis et j’ adore vos textes.

  10. MissNiet

    Bien joué, ça fait du bien aux andouilles d’être recadrés. Pour ces gens là ce n’est pas que le médecin qui doit quelque chose, c’est tout le monde ! Ce sont ces mêmes gens qui tapent des scandales dans les queues du supermarché ou en attendant leur sandwich et le pire c’est que personne ne s’insurge jamais.
    J’ai déjà recadré des personnes insupportables dans ces situations et comme je fais spontanément peur en général le calme revient vite !! Et c’est rien à côté de mon barbu d’1m95 qui empêche sans rien faire les andouilles de pratiquer leur art 😉

    Ce qui fait bien rire nos amis puisqu’en fait lors de situation compliquée ou conflictuel c’est toujours moi qui vais parler/m’expliquer alors que lui est très calme et heureusement que souvent il me calme !!

    Et en parlant des gens insupportable, l’autre soir dans ma grande ville je raccompagne des amis après une soirée autour de 3h du matin. Autant dire qu’à cette la circulation est fluide 😉 Je m’arrête après un feu (là ou il y a des pointillés jaunes pour dire arrêt autorisé). C’était sans compter sur l’automobiliste acariâtre de derrière qui klaxonne et s’arrête à ma hauteur pour hurler. Je n’ai pas eu le temps de baisser ma fenêtre pour lui répondre car n’ayant qu’une 3 portes mon barbu a du sortir pour extraire le copain de la banquette arrière. Finalement le monsieur a démarré très vite… Mon barbu a pu observé le même phénomène à chaque sortie du véhicule lors de conflits routiers. Surtout quand il sort de la Twingo, en général la tête des gens vaut le détour !!!

    Enfin bref, tout ça pour dire que dans l’intimité d’un cabinet tu es seul pour te défendre mais qu’en salle d’attente ou ailleurs tu ne l’es pas et remettre les gens à leur place c’est bien !!

    1. Cath

      “Ça fait du bien aux andouilles d’être recadrés”.
      Je veux bien, mais moi je ne les encadre pas 😉
      Ok, je sors, mais honnêtement, je ne pouvais pas la laisser passer.

  11. Lilou

    Le temps dans la salle d’attente peut être vraiment long, surtout avec des enfants… Mais 10 minutes b*rdel, ou même 20, 30 ! Comment savoir pourquoi on attend ? Si les personnes avant nous n’avaient pas besoin de plus qu’une ordonnance de doliprane ? Tant qu’on ne me prouve pas par A+B que je poireaute 3h parce que mon toubib a oublié de quitter sa partie de Candy Crush, et bien je prends sur moi. Je râle avant, je râle après, mais quand la porte s’ouvre pour moi, je dis bonjour, je serre la main et je souris. Parce que le pauvre toubib en face aussi rallonge sa journée de plusieurs minutes/heures pour recevoir tout le monde… Alors oui on râle (on est français hein), mais on respecte, bordel.
    Bravo Baptiste en tout cas, j’aimerais pouvoir dégager avec autant de classe mes boulets quotidiens au bureau 🙂

  12. Lise

    @lilou : pour ma part, j’ai résolu le probléme de la salle d’attente avec les enfants : je n’y vais plus !
    Tout ce ptit monde attend dehors, je préviens la secrétaire médicale qu’on est là, à deux pas, et on jette un oeil sur les sorties pour nous présenter quand on estime que c’est à nous ! Bon, faut que la structure s’y prête, c’est sûr, mais dans les cabinets de campagne, ça le fait ! 😉

    Baptiste, tu as eu cent fois raison de ne pas laisser passer un tel comportement !
    En revanche, je dois te le dire, je te maudis à l’heure qu’il est :
    – pour n’avoir pas fini ton histoire, c’est pas cool de nous faire languir comme ça !!! 😉
    – pour la photo psychédélique du chat qui a failli me faire rendre mon déjeuner !!!!! hihihi
    Allez, t’es pardonné !!!!
    Bon week-end toubib

    Ciloux à tous !

  13. sarah R.

    bravo, bravo, bravo !
    le respect est la première des choses sur terre.
    et si chacun avait un peu plus de respect (pour soi et pour les autres), on vivrait avec des bisounours et des arc en ciel de toutes les couleurs…
    tout le temps, sisi !

  14. Jub

    Moi je suis du côté salle d’attente, et parfois j’ai l’impression que mon temps n’est pas pris en compte, quand la personne que je viens voir, quelle que soit sa profession, papote avec la secrétaire d’un sujet hors travail alors que l’heure de mon rendez-vous est passé depuis longtemps… Nous sommes tous capables de comprendre une situation spéciale, et un petit mot souvent suffit à apaiser après l’attente, encore faut-il qu’il soit donné.

    Une fois même je suis partie, oui, avec des excuses mais un enfant à récupérer à l’école à l’heure, impérativement. On n’est pas forcément amusé de le faire, on a l’impression d’avoir perdu son temps et de devoir tout recommencer à nouveau plus tard.

    Je connais aussi des médecins qui sont systématiquement en retard, vraiment vraiment tout le temps, et dans ce cas pourquoi ne pas prévoir dans leur planning plus de temps pour chaque rendez-vous ? ce serait plus correct pour tous.

    Bref, je voulais donner le point de vue du patient qui patiente…

  15. Stéphanie

    ne quittez pas votre cabinet!!! on manque tant de médecine humaine. Exemple de cette semaine: rdv chez une ophtalmologiste (6 mois d’attente c’est presque une gageure… 😉 ), 10 min de retard (ce n’est rien), pas de bonjour, pas de main proposée, “c’est quoi votre problème?” je pense comprendre “pourquoi venez-vous me voir?” je réponds “je ne vois pas de loin et ai besoin d’accommoder”, réponse: “mettez votre menton là”, débute un long moment de solitude durant lequel j’ai plutôt intérêt à reculer ma tête vite fait si je ne veux pas souffrir du changement d’appareillages… j’ai le droit au bruit continu du machouillage de chewing-gum et à “pourtant vous n’êtes pas myope…, répondez moi plus vite…, dépêchez vous de répondre bon sang, ne réfléchissez pas…”, un papier s’imprime et m’est tendu avec “voilà, je vous revoie dans 1 an”. A moi de comprendre ce qu’il y a d’écrit. Pas d’au revoir, juste une porte ouverte… Baptiste ne quittez pas votre cabinet, vos patients ont besoin d’un être humain en fâce d’eux…

  16. Madame Pivoine - Natacha

    Ah bon! Il y a des gens qui se plaignent d’attendre chez le médecin??? Mais tout le monde sait qu’on attend chez le médecin. C’est pour cela que quand c’est mon tour, moi aussi, je prend le temps qu’il m’est nécessaire et ma médecin aussi. La médecine humaine ça prend du temps …. on attend bien chez le coiffeur. TOUJOURS!

    Autre chose, Bibi, quand tu auras résolu l’équation de l’oscillation perpétuelle de l’hésitation entre être une bonne fifille toujours aimable et souriante comme on lui a appris (mais qui bouillonne en dedans) ET envoyer balader ceux qui le méritent au risque d’être politiquement incorrecte et mal aimable, tu nous feras signe, hein?
    La bise.

  17. Noémie

    Cher Bibi

    Du courage il en faut tous les jours pour se lever et faire ce qu’on pense qu’on doit faire, pour lesquelles on est passionné.
    Du courage il en faut encore plus quand on subit une agression, quand on a les mots pour comprendre l’agresseur et pour faire ce qu’il faut pour que cette personne puisse ne pas recommencer.
    Du courage il en faut encore plus pour admettre que malgré les mots, malgré la prise de conscience, malgré tout ce qu’on peut comprendre, ce qu’on peut apprendre de cette épreuve, elle fait encore mal.
    Du courage il en faut beaucoup beaucoup beaucoup pour se regarder avec douceur. Regarde toi avec douceur et laisse toi le droit de ne pas aller, de sursauter et de vivre ce moment.
    On peut se tenir debout avec des béquilles.

  18. patiente

    Oui Baptiste, je me souviens de ce jour où tu voulais revenir en milieu hospitalier … Août dernier …. Ton pied-à-terre était tout trouvé !!! Je me souviens de ta peur, bien légitime, et de la peur de tes proches. C’est bien que tu aies pu dépasser tout ça. Mais je sais, et ici nous le savons tous, que tu te donnes sans compter, je sais que tu aimes te dépasser, que tu cours toujours d’un patient à un chapitre de ton prochain bouquin, d’une dédicace à une consultation, d’une formation à … ouf … difficile de te suivre ! Où trouves-tu toute cette énergie ? Quelle fée s’est penchée sur ton berceau pour que tu sois un médecin très apprécié, une collègue adoré, un auteur recherché, un homme toujours en avance d’une idée généreuse, un mec sympa et un danseur de claquettes (nân, là j’exagère !! ) ???
    Alors, celui qui vient te reprocher 20 minutes de retard ne mérite pas que tu t’occupes de lui. Ton temps est si précieux qu’il vaut mieux que tu le consacres à ceux qui sauront t’apprécier. Bises

  19. Nadège

    Je trouve ça un peu fort de faire des remarques désagréables au médecin. Je préfère un médecin en retard plutôt qu’un médecin qui expédie en 15 minutes sa consultation parce qu’il a d’autres rendez-vous. Ma doc est toujours en retard. On le sait. On prend un bouquin et on plaisante sur le fait que ça s’appelle “une salle d’attente pour les patients”. Et oui, parfois, le retard peut atteindre l’heure pleine. C’est rare, mais ça arrive. En même temps, quand je l’appelle pour mon fils et qu’elle me dit de l’amener tout de suite, je me sens moins concernée sur le temps de retard de ses prochaines consultations. Et puis ma doc, 15 minutes, elle ne sait pas faire. Quand je vais la voir pour renouveler mon ordonnance pour mes migraines, elle me demande des nouvelles de mon plus jeune, de la dysphasie du grand, de mon sommeil, de mes cours à la fac… Et quand je sors de son cabinet, je vais bien ! Sans compter qu’on va parfois voir le médecin, pour une petite douleur de rien du tout qui nous embête un peu, rien de méchant mais c’est chiant. Et au final ça prend longtemps, parce qu’elle ne trouve rien, se questionne, cherche encore. Et parfois, on est vachement content qu’elle ait pris le temps de chercher, quitte à faire patienter le patient suivant.
    Je suis navrée de lire que vous considérez le fait d’avoir peur comme un échec. Réagir comme un être humain n’est jamais un échec. Encore moins quand c’est vos qualités humaines qui font de vous un bon médecin.

  20. Muriel

    Il m’est arrivé plusieurs fois de me rendre en tant que patiente chez un praticien chez qui je savais qu’il faudrait attendre mon tour sans savoir combien de temps. Il ne m’avait pas donné d’heure précise pour mon rendez-vous. Il était connu par tous ses patients que la porte de la salle d’attente serait ouverte à partir d’une certaine heure le matin, puis fermée lorsqu’elle serait pleine. Souvent, les gens venaient attendre l’ouverture bien avant qu’il fasse jour pour être surs de pouvoir entrer. Ils attendaient ensuite parfois plusieurs heures sans broncher. C’était comme çà. On le savait à l’avance et personne ne protestait. Bien sur, ceux qui avaient des obligations horaires quittaient parfois la salle d’attente sans avoir été reçus. Mais le plus souvent les patients ne se donnaient aucune obligation le jour de leur visite chez ce praticien. Dans la salle d’attente, les gens bavardaient, certains avaient apporté des provisions, d’autres méditaient tranquillement. C’était très sympa.

  21. Christine

    Mais le courage, ce n’est pas de ne pas avoir peur ; c’est de trouver comment réagir malgré sa peur, c’est de faire face à sa peur.
    Bibi nous donne semaine après semaine des exemples de courage que nous méditons et dont nous nous nourrissons.
    Continuez, c’est la générosité qui gagne à la fin. Vraiment.

  22. Anael

    juste une chose à dire : la photo psychédélique, c’est pas cool pour les yeux sensibles^^

    tout le reste à déjà été dit, et bien mieux que je ne pourrais le faire 🙂

  23. linda

    TOUCHE TERRE TOUCHE TERRE ! haha nan mais c’est long en passant vite une semaine –‘
    hâte d’être au salon du livre de paris par contre ! motivée motivée

    une écriture toujours aussi passionnante , thank you

  24. Biquette

    Le respect mutuel d’abord et avant tout! Pas d’agressivité, même si on a patienté, même si on se sent mal, même si on a de grosses angoisses……
    Le respect, c’est ce que j’attends de mon hémato, qui fait des progrès (elle me regarde depuis peu).
    Je l’ attends patiemment (je crayonne, je lis), quand elle vient me chercher je lui souris (pas elle), je trotte derrière elle dans les couloirs (ça me fait du sport), dix minutes plus tard quand la consultation est terminée je la remercie…Je me retrouve en salle de soin pour des prélèvements divers…Il faut attendre pour avoir le prochain RV, puis à la pharmacie pour un médoc délivré uniquement à l’hôpital… J’ai passé souvent plus de trois heures au CHU, mais le travail de mon hématologue est difficile, ses patients meurent beaucoup, les salles d’attente sont bondées (souvent il n’ y a pas assez de sièges), alors je me mets dans une bulle de patience.
    Plus tard, quand je suis loin, il m’arrive de hurler pour décharger le stress, c’est ma façon à moi d’évacuer.
    Je ne supporte pas la violence. Je hais les rapports de force. Je rêve de sérénité. En ce moment je traverse une grande zone de turbulence et j’essaie de garder la tête hors de l’eau…
    Si tu as besoin, Baptiste, je peux te défendre ( ne rigole pas!), j’ai un regard qui tue!

    1. Cath

      J’ai toujours détesté A. Daudet et son histoire de chèvre de M. Seguin. Ça ne me plaisait pas que le loup tue la petite chèvre et que les tartes d’adultes passent leur temps à me lire cette histoire de débiles. Mais écoute-t-on une petite fille ?
      Je me dis qu’avec Biquette et sa gnaque, le loup en aurait pris pour son grade. Et pas qu’un peu. Je me sens vengée 😉
      Je suis bien contente de vous lire Biquette.
      Souquez ferme !

    2. Mésange

      Si une joyeuse bande peut t’aider à “souquer ferme” d’une quelconque façon, Biquette, n’hésite pas à l’écrire à Baptiste, je suis sûre qu’il transmettra.
      Je te vois bien, petites cornes en avant, tenir tête à ton “loup” avec courage : allez zou ! c’est toi qui gagneras !
      Douces caresses de plumettes

    3. Rofine

      Bonsoir @Biquette,
      Nous serons DEUX à défendre Baptiste !!! Comme vous, j’ai le regard qui tue et en plus “on” me l’a dit !!!
      Le manque de respect, l’agressivité, l’injustice me sont insupportables.

      Pour vous, @Biquette, je vous envoie une tonne de tendresse et de courage parce que vous le valez bien !!! 😉

      Le lâchez rien, nous sommes plusieurs lecteurs de Baptiste à être à vos côtés.

    4. Catherine d'Argentine

      @BIQUETTE:Ta bulle de patience me semble une chouette invention…depuis peu je suis patiente a mon tour et j’ attends souvent des heures et des heures a l’hopital pour les soins,les consultations etc…mais je m’habille d’un sourire et profite de ces moments pour parler avec mes voisines et c’ est un vrai bonheur…une maniere agreable de partager les peurs,les doutes,de voir des plus mal lotis,de rassurer a son tour,de trouver de la complicite dans ces mal a dit,qui nous bouffent la vie(clin d oeil a notre caillou prefere de la Fine)…alors oui,il faut parfois etre patient en tant que malade,mais j’ai malheureusement assiste aussi au scenario,ou le medecin appelle en vain une liste de 10 personnes et aucune d’elle n’est presente…et il n’y a personne non plus pour dire au doc”je suis desolee que vous ayez perdu votre temps ce matin en venant aux consultations de l’ hopital pour rien…” Je te souhaite plein de courage pour ta traversee…ici,il y en aura toujours pour t’entourrer de tendresse,meme si ton medecin traitant n’a pas forcemment le temps pour cela.ABRACHALEUREUX.

      1. marie

        des kiss ma loute je sais que parlaba maintenant plein de gens vont croiser ton sourire guéritout et pour Biquette des tonnes de bouées et un beau scaphandre de peps !

  25. Margot

    trois choses à dire!

    1) là où elle fonctionne parfaitement, ton entreprise de réconciliation, c’est quand on songe que les lecteurs de ce blog
    ne sont déjà plus en colère contre leur médecin en retard,
    l’admirent de travailler autant,
    et pour beaucoup d’entre eux, le regardent bien dans les yeux quand il leur serre la main à la fin de la consultation en disant clairement “merci beaucoup, docteur”
    (pour mon humble part j’ajoute quand c’est approprié “de ce que vous faites, cela m’aide beaucoup”

    2) j’ai vu aujourd’hui ton 1er livre en format poche au Relay de la gare de Montpellier, la gloire! 🙂

    3) LA SUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITE de l’histoire, LA SUIIIIIIIIIIIIIIIIITE!

  26. nevousinquiétezpas

    Heureux de constater qu’envoyer ch*** ses patients n’est pas le privilège des gastroentérologues. Mais j’attends la suite (avec patience, pour éviter de me ranger parmi les patients impatients).

  27. Ahava

    Il y a, en bas de chez moi, trois médecins de famille qui partagent le même cabinet. Je les vois à tour de rôle. Quand on me demande un papier stupide du style “apte à assister à des conférences en milieu fermé et à prendre des cours de tantra aquatique”, je vais voir celui qui ne fait pas trop attendre, je le reconnais. Quand c’est pour demander des médicaments avant de partir en voyage et qu’il faut une ordonnance de type liste de course pour famille nombreuse, ou que j’ai un coup de blues doublé d’une grippe, je vais voir M.
    M. est petite et fluette, elle a une voix toute douce, elle te prend systématiquement avec un retard de quarante-cinq minutes minimum.
    Pourquoi? Car elle parle beaucoup, et qu’elle écoute comme elle parle. Quand tu sens que tu en as assez d’attendre, tu te souviens qu’elle va prendre autant de temps avec toi qu’avec le patient d’avant. Tu te demandes même comment elle fait, parfois tu vois qu’elle a les mains qui tremblent. De temps en temps, elle me demande si elle peut aller dehors fumer deux minutes car elle n’a pas eu une seconde de pause, et on va discuter dehors pendant qu’elle en grille une. “Je sais que c’est pas bien hein”, dit-elle.
    Je ne sais pas pourquoi elle prend autant de patients ni pourquoi elle les prend aussi longtemps : je crois qu’elle pourrait faire autrement et que ça ne ferait pas d’elle un mauvais docteur. Souhaitons-lui une longue et bonne vie. 🙂

  28. untel

    Malheureusement mon dentiste ne me fait jamais attendre plus de cinq minutes 🙁 , ce qui ne me permet pas de lire jusqu’au bout ces somptueux magazines d’architecture qui me font tant rêver.
    Je dois m’inventer des rages de dents pour revenir finir mes lectures. 🙂

    1. Julie

      Finalement, c’est vrai ça ! Si certains médecins ne faisaient pas attendre, on n’aurait jamais le temps de lire les “Gala” de 1975 ou le “Voici” de 2011. Ceux qui ont les pages arrachées et les grilles de mots fléchés déjà remplies… ça a son charme !!

    2. Cath

      Ben ça. Risque pas avecmoi.
      Mon dentiste nous connaît bien, moi et ma trouille.
      Ça me prend des mois pour que je me raisonne et prenne un rendez-vous, et pourtant, la salle de lecture est bien fournie…

  29. Hervé CRUCHANT

    Fait gris ce dimanche par chez nous. Mais foin des errements des prévis de la météo; voilà que notre Bibi natiional a encore fait drôlement fort, l’Ami, vous ne trouvez pas ? Comment donc ? Etre initiateur d’un courant international pour le rapprochement soignés/soignants, créateur d’un blog unique, écrivain de renom traduit dans presque toutes les langues (ne parle-t-on pas de la LSF ?) et provoquer tant et tant de commentaires avec cette demi-historiette… Mesurez le talent de l’artiste. La finesse de l’impact sur nous, le bas peuple ! Car, enfin, dans cette darne littéraire, on ne connait pas vraiment les protagonistes, leurs caractères, leurs motivations. Et toutes ces réactions qui viennent de là, qui viennent du blues, revanchardes et vindicatives… Alors qu’il ne s’agit que d’une passade entre deux hommes ayant revêtu des rôles sur une scène de Labiche. Comment donc ? Mais non, où trouvez vous la médecine avec laquelle je devrais me reconcilier ? L’acte qui pose problème devant Hippocrate ou Galien, le Roi de Prusse ou le Caque Quarante ? Mais non. Un dialogue qui vous glisse à propos répétés des himalayas de la philosophie comme “respect”. Ce terme banni à juste titre des divans psychanalystes au profit, si on peut dire de ‘considération’; moins porteur dans les media il est vrai. Ou “tolérance”, dont j’ai déjà parlé. Et dont vous savez tout le mépris que je lui porte, à l’exemple de l’une de mes références, Albert Jacquart.

    Je ne doute pas un instant que notre Bibi voyageur, adepte inconditionnel du rapprochement soigné / soignant -n’a-t-il pas acheté récemment un stétoscope à roulements à billes surcompressées et viseur de tympan incorporé garanti sans gluten mais prérèglé sur France Culture Fayard- afin de mieux soigner ses patients ait écrit ce demi papier, que dis-je, cet essai de pamphlet, par provocation. Et çà marche ! En tous cas, j’ai bien ris de ce texte là. Et j’attends avec une certaine jubilation de le voir exécuter un saut périlleux et quart suivi d’un roulé-boulé amorti dont il a le secret, dans la suite de ce papier. Le fabuleux trapéziste des mots n’a-t-il pas publié cette phrase historique et utile : “Dans la vie quand on vous tend la main, on la saisit sans poser de question” ?
    A propos de figures étonnantes et virtuoses, avez-vous lu “Alors vous ne serez plus jamais triste” ?

    Je t’aime aussi, Galopin !!!

    1. Julie

      Ouaip, je me fais avoir à chaque fois !
      Je lis, j’aime, je commente.
      Je lis, j’aime et je commente.
      Et je lis, et j’aime et je commente.
      Etc.
      A chaque fois depuis je ne sais plus combien de temps à présent.
      Il pourrait écrire 2 lignes que je lirais, j’aimerais certainement et je ferais un commentaire de 50 lignes.
      Il est fort ce gars… très fort.
      D’ailleurs, je lis également tous les commentaires des lecteurs, j’aime (ou pas, il y en a je les proute hein !) et parfois je réponds.
      Sont forts ces commentateurs. très forts… !
      J’aime votre réflexion et votre prose Monsieur Hervé 🙂

          1. Libellule

            Marie, retape la même série de signes sans le = et les + (tu verras ça marche, Rofine a été obligée de les mettre sinon tu n’aurais rien vu à part le smiley clin d’œil ! ) 🙂

    2. Cath

      J’ai failli le louper en librairie. Je demandais ” alors vous ne serez plus jamais seul”… Un vieux reste d’une chanson du film Pinocchio, une ritournelle qui m’est revenue en tête depuis la sortie du bouquin.
      En plus le bouquin était déjà dans les rayons, et moi je cherchais sur les tables de présentation. Bref, du retard et des ratés à l’allumage, comme d’hab.
      Et oui, je l’ai lu 🙂

        1. Rofine

          @ Marie qu’assez-tu fait plus haut ?!?
          La formule magique n’a pas marché. Tu ôtes le signe = et les deux + et tu verras apparaître ton smile clin d’œil comme un soleil 😉 ! Le voilà !

        1. marie

          rhôôô j’ai rien comprite que dirait Cilou qu’à disparu des zondes , houhou Cilou !!!!! mais alors rien comprite ! c’est du poker?

          1. marie

            im-par-don-na-ble! Cyrano fait parti de mon panthéon … je me congédie,
            m ‘oublie, me révoque oust du balai!!!! adiasas

  30. annie

    je rejoins tous les commentaires sur l’emdr
    Suite à une agression avec arme à feu, j’avais moi aussi peur des portes qui claques et des mecs pas trop grands qui entraient dans ma boutique…….J’étais enceinte de 5 mois. Cette technique m’a sauvée la mise, nous a sauvées, ma louloutte et moi……Vas-y !!!!!!

  31. Isabelle

    Entre les patients qui râlent parce qu’on a 10 minutes de retard, ceux qui arrivent avec 20minutes de retard et fichent en l’air la meilleure des organisations, ceux qui exigent qu’on voit sur la même plage horaire la belle-mère et le cousin, le tout avec une seule carte vitale, ceux qui font le pied de grue sans rdv derrière la porte du bureau pour doubler les autres (“y’en a pour 2 minutes”), ceux qui vous chopent parce que “vous avez oublié de marquer pour que j’ai pas les génériques” , il y a de quoi avoir des doutes sur sa vocation, sur ce qu’on fait là… Difficile parfois de garder la foi

    1. Rofine

      @ Isabelle : c’est une histoire de OUF !!!
      Ne vous faites pas dé-bor-der : restez ferme, et dites à vos patients “pénibles”, que DEMAIN existe !

    2. Grand33

      @Isabelle
      Bien sûr c’est difficile. Ne regardez pas les 5 % qui vous pourrissent la vie, mais les 95 autres %, que vous soulagez, rassurez …. et qui vous sourient en partant, qui vous disent merci en vous serrant la main en partant. Ce n’est pas le plus joli ce simple ” Merci Docteur ”
      Alors pour ceux-là, plus de doutes. Continuez à leur faire dire ” Merci Docteur ” !!!
      La bise

  32. heliotrope

    ouh la la !
    la prétention d’éduquer le patient, ça me fait rire , je n’y crois pas 2 secondes : je suis presque sûre qu’il a rien compris !
    par contre s’éduquer soi même à ne pas accepter l’inacceptable, c’est bien plus pertinent et efficace
    biz, biz, biz

  33. Julie

    Je fais peut-être appel à mon côté un peu maso en disant ça mais… j’aime bien quand on n’a pas la suite de l’histoire tout de suite. J’adore quand une histoire se termine en plein milieu d’une phrase. “Et c’est alors que le…” “Aaaah ! mais c’est alors que QUOI ?”
    J’aime bien ressentir cette frustration là. C’est une saine impatience qui se transforme en excitation. Et l’excitation en plaisir. Le plaisir d’attendre la prochaine histoire pour en connaître la fin, un peu comme lorsque j’attends le prochain tome d’un livre, le prochain épisode d’une série ou la suite d’un film.
    Et c’est encore mieux quand on ne sait pas vraiment le jour où la suite de l’histoire sera publiée (la semaine prochaine… ou avant !…) Mouhahaha !
    Et oui, que d’émotion, j’aime bien ma saine impatience… J’espère qu’il y aura d’autres histoires comme ça. Et pourquoi pas des livres en plusieurs tomes hein ? La suite dans 6 mois, ou un an… ou peut-être avant… Ah ah ! Je m’emballe…
    En tout cas, j’espère que cette histoire Là se termine bien.

    1. Cath

      Alors il faut lire ou relire les Contes des mille et une nuits ( deux tomes épais chez Laffont Bouquins). La conteuse Sheherazade ( me goure certainement dans l’orthographe de son nom) commence toujours un conte passionnant au milieu de la nuit, ” mais le jour se lève” et elle se tait… C’est vache, hein ? D’un autre côté, elles a tenu et sauvé sa vie -et celles des autres femmes- tout en trouvant le temps de donner le jour à son enfant.
      Futée quoi. 😉
      Mais moi, je n’aime pas l’attente… Alors, j’essaie d’avoir tous les tomes du bouquin ( ou les DVD) sous la main pour pouvoir enchaîner. Ah, ce que j’ai souffert avec la saga de ce cher Harry Potter. Réduite même à les lire en VO pour connaître la suite de l’histoire plus vite. Un monde, non ? Et je cause pas des films, raaah….

      1. Libellule

        Oui, ben en attendant ça fait 1 semaine, alors que Shéérazade elle recommençait tous les soirs. Et comme je suis patiente mais dans certaines limites (même avec de bonnes lectures, je ne crois pas que je tiendrais 1 semaine dans une salle d’attente !), j’ai HHHHHHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAATTTTTTTTTTTTTTTTTTTEEEEEEEEEEEEEEEEE de lire la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
        Donc j’espère que Baptiste a touché terre, je voudrais bien savoir quel rebondissement a tout changé. Le patient lui a roulé une pelle avant de le demander en mariage ? 😉
        à bientôt pour la partie 2 ???

        1. Julie

          Libellule, on ne sent pas du tout ta HHHHHHAAAAATTTTEEEE !! 😀 J’aime bien ton idée pour la fin de l’histoire, mais je ne suis pas certaine que ça va se terminer par un mariage. Suspens.

          Cath, j’ai connu ça moi aussi pour Harry Potter. Quelle étrange sensation quand la saga s’est terminée. Quoi ? C’est fini ? Terminé l’excitation et l’impatience ? Fini fini. Bon, je vais donc me mettre aux contes des mille et une nuits !

          1. Libellule

            Pourtant je trouvais que ça allait bien avec le titre : “C’est dur” (de se coltiner un gros lourdeau bien pénible), “mais y a pire” (ça pourrait être pour toute la vie 24h/24 !!!) 😉

          2. Hervé CRUCHANT

            “déshabiller moi… déshabillez moi… oui mais pas trop viiiteu… pas de suiiiiteuuu…” (Gréco, Juliette)

          3. Julie

            😀 Voilà ! Il me suffit d’imaginer la voix d’Hervé chantant Juliette Gréco et ma journée se poursuit avec un joli sourire !

  34. Tony

    Je vous comprends et je comprends votre réaction. C est une bonne leçon pour lui. Dans le même temps led médecins sont de plus en plus agressifs envers tous leurs patients. L’agressivité est montée d’un cran des 2 côtés. C’est bien triste tout ça.

    1. Libellule

      Est-ce qu’on peut VRAIMENT généraliser sur “les patients” et “les médecins”, qui seraient une masse uniforme…
      Prenez soin de vous et changez de doc, Tony 🙂

      1. Rofine

        @ Tony : c’est quand on commence à généraliser que les choses se gâtent…
        Je ne dis pas que certains médecins ne soient pas agressifs envers certains patients violents, irrespectueux. C’est de l’auto-défense !!!
        Ils sont SEULS face au patient lors de la consultation.
        Voyez ce que Baptiste a subi comme violence de la part de son patient en état de manque. Il a été choqué, traumatisé, a mis du temps à s’en remettre…
        Je pense que le maître mot pour que la situation s’apaise c’est le RESPECT mutuel.

        1. Libellule

          … ou pas, Rofine… Malheureusement tous les médecins ne sont pas comme Baptiste, Castor, Hervé et ma généraliste !
          Chez les médecins comme dans le reste de la population, il y a une part de gens irrespectueux (sûrement avec une enfance difficile, des problèmes existentiels profonds et tout ça, évidemment). Il y en a quelques uns aussi dans les écrits de Baptiste ; voir “même ici ils sont là” : https://www.alorsvoila.com/meme-ici-il-sont-la et “Le stakhanoviste du toucher vaginal” : https://www.alorsvoila.com/le-stakhanoviste-du-toucher-vaginal. Donc en tant que patient comme en tant que médecin et en tant qu’humain, on a le droit de “faire le tri”. Et d’interrompre la relation quand ça n’est plus supportable pour soi. 🙂

          1. Catherine d'Argentine

            HERVE,MEDECIN LE STETOSCOPE EN BANDOULIERE???…IL A BIEN DU JOUE AU DOCTEUR VERS 6 ANS,MAIS LA,JE CROIS QUE TU FANTASMES,CHERE LIBELULLE…

          2. Hervé CRUCHANT

            Libellule, tu chipotes ! Et puis si tu écoutes les fées du logis Catherine d’Argentine et Marie, faudra voir à consulter pour ré-ajustement de tes flux de neuro-médiateurs ! La poilade -à tous les degrés et tous les étages- te guette, belle animale au zèle transparentes … Ah, je voulais te dire aussi : Libellule, tas de beaux yeux tu sais? (un peu gros, peut-être, mais bon …).

          3. Libellule

            J’aurais pourtant mis ma main au feu qu’Hervé était Médecin des Âmes, avec quelques D.U. en philo, poésie et humour (par chance les libellules n’ont pas de main !).
            Hervé “si j’ai de grand yeux”, ce n’est pas “pour mieux te voir mon enfant” (ça c’est déjà pris par un personnage louche qui aime trop les petites filles), mais pour tenter de percevoir la diversité du monde avec leurs multiples facettes ! Bon souvent je m’embrouille dans toutes ces perceptions, j’ai les fils qui se touchent et les neuro-médiateurs qui se téléscopent… mais j’essaie au moins !

  35. Valérie Noireaut

    Si l’objectif de ce blog est bien de rapprocher le corps médical et les patients alors une petite suggestion :
    un médecin qui est en retard, ne peut-il pas commencer par s’excuser ?
    J’ai déjà entendu des médecins râler après des patients parce que ces derniers étaient en retard. je comprends parfaitement la gêne pour le médecin mais il serait bien aussi que les médecins comprennent également la gène du patient …..

    1. Isabelle

      souvent nous sommes en retard parce que Mr Y puis Mme X est venu(e) avec son conjoint/enfant tombé malade entre temps, parce qu’on a couru au téléphone derrière un spécialiste débordé, parce qu’on a pris la peine de rappeler le taxi de Mme Z pour qu’on vienne la rechercher, parce que Mme W venue consulter pour un rhume craque en fin de consult parce que son patron ou sa belle-mère la harcèle, parce que le patient a pris un cachet qui ne lui a pas convenu mais il ne sait plus le nom et il appelle chez lui pour avoir l’info, parce qu’on a besoin d’un peu de temps pour récupérer quand on a annoncé à un patient que son cancer a récidivé… On ne peut pas s’excuser de cela toute la journée, ça fait partie du job en lui-même. Pour ma part je suis très angoissée dès que je prends 10 minutes de retard, mais c’est souvent impondérable, et par d’étranges aléas les exemples cités ci-dessus se succèdent la même demi-journée

  36. Violette

    Il y a des patients pas patients et des patients patients, ceux qui savent qu’ils doivent attendre mais ne comprennent pas pourquoi en arrivant à l’heure , ils poireautent 45mn dans la salle d’attente avec personne avant et personne après et ceux comme moi qui comprennent qu’ils doivent attendre mais se donnent une limite de temps d’attente ; si le médecin les reçoit dans ce temps , c’est parfait, sinon ils ( moi) reprennent un nouveau rendez vous ou partent ailleurs. Où est le temps ou la secrétaire ou le docteur nous disait ” désolé j’ai des urgences, je dois vous faire attendre, c’est comme vous voulez je vous donne un nouveau rendez-vous “. le temps du médecin est précieux, mais celui du patient aussi ! Il a une vie qui ne se passe pas à attendre des rendez vous médicaux, ben c’est vrai que c’est plus facile quand on est en bonne santé !!!

  37. Laetitia

    Hmm…
    Chacun de nous a dû réagir de façon inadaptée ou agressive pensant être dans son bon droit et avoir alors heurté l’autre qui lui de son côté ne se pensait pas en faute.
    Là où il y a échange(s), il peut y avoir incompréhension, décalage et blessure. C’est pour cela que l’on apprécie autant les moments de complicité et de bonheur. Les relations humaines sont chaotiques et je suis sure que les caissier(e)s, guichetier(e)s et toute personne en relation avec le public (masse informe d’êtres humains qui attend quelque chose de quelqu’un) peut en témoigner.
    Ce n’est pas une raison pour se laisser aller ou faire. Dont acte !
    Je suis le poil à gratter de mon voisin. Je n’en doute pas.

    1. Hervé CRUCHANT

      Tous ces gens qui disent “bon droit” “impatient” “énervé” “gna gna gna…”… offrez vous un billet pas cher pour un petit tiers monde civilisé… Maghreb ?… Europe de l’Est ?… ou,mieux, pour les aider un peu : la Grèce. Fabuleuse, ensoleillée, magnifique… Juste pour apprendre les autres qui vivent dans le monde; sans vos “bon droit” “impatience” “énervement” “gna gna gna…”. Et qui prennent le temps de se parler. De leurs bronches. De leurs petits bobos. De leurs soucis…
      Je gage même que vous reviendrez guéris et radieux. Sans plus de “bon droit” “impatience” “énervement” “gna gna gna…” ridicules.
      Chiche ?

      1. Laetitia

        Il doit y avoir un malentendu ! Tout ce que je voulais dire, c’est qu’il nous arrive à tous d’être désagréable et qu’on peut choisir de lutter contre ce penchant assez facile.
        J’ai par ailleurs vécu à l’étranger et sincèrement je ne vois pas le rapport…

        1. marie

          le rapport c’est qu’en France on a la grinche facile, d’où le mal être des guichetiers des caissières, des standardistes….. je suis toujours stupéfaite par les “c ‘est moi le premier” quitte a piétiner insulter quereller bastonner , le “mouhâ d’abord”…
          parce qu”au final on finit tous devant, enfin surtout les pieds.

          1. Laetitia

            Sans rancune, Hervé ! Toute nouvelle “commentatrice”, j’ai eu peur de ne pas avoir parlé le bon langage… Petit moment de panique passé : merci à Marie d’avoir éclairé ma lanterne !

  38. Myriam FdF

    Ici, en martinique, le temps est extensible… et celui des médecins plus encore. Mais on le sait, alors, on se tape la discut’, on ronchonne (un peu) parce qu’on attend, on rit (beaucoup) parce que ça fait passer le temps….
    Ce qui m’amuse le plus, pour les consult sans r-d-v, c’est cette habitude d’arriver à 5h00 du matin devant le cabinet médical, alors que le médecin n’arrive, lui, qu’à 7h00… mais ça, c’est pour passer le premier et ne pas perdre sa journée… quelle déception lorsque deux ou trois patients ont été encore plus matinaux 😉 !!!
    Baptiste, tu ne serais pas un peu antillais ??? elle est drôlement longue, ta semaine…

  39. IntMG

    Interne SASPAS en stage en cabinet depuis 4mois (pour les novices, c’est un stage de fin d’études où on fait des remplas sous la responsabilité du médecin remplacé et donc joignable par téléphone) j’en suis à ma 2e agression (verbale je vous rassure un peu!) parce que je n’ai pas prescris d’antibiotique… L’un d’entre eux m’ayant très largement insulté et menacé… Après décision avec tous les associés, le patient en question a gentiment été convié à trouver un nouveau cabinet médical. Cette décision fait du bien mais depuis j’ai aussi ce “quelque chose de moche d’imprimé dans ma tête”.
    Heureusement, il y a toujours des patients qui nous donnent envie de continuer!

  40. Darlinguette

    Il devrait y avoir des cours de gestion du stress , de comment faire face à une agression verbale ou physique, d’humilité aussi pendant les études de médecine : un médecin n’est pas un homme parfait, il est comme tout le monde, ni plus , ni moins , alors qu’ il s’accepte avec ses défauts ,ses qualités, ce n’est pas un sur-homme, et qu’ il accepte aussi les autres ( les patients ) avec leurs défauts et leurs qualités. Tous les métiers en contact direct avec l’humain sont exposés aux mêmes problèmes d’agressivité, d’impatience , c’est devenu malheureusement courant de ” passer ses nerfs ” sur la première personne que l’on a en face de soi, d’où l’importance d’une formation pour savoir comment désamorcer le conflit et bien réagir.

  41. Lise

    Et si la solution, plutôt que de vouloir synchroniser la course contre le temps du médecin (à ma gauche) et celle du patient (à ma droite), si la solution était de cesser de remplir nos agendas à la limite du soutenable pour se redonner le temps. Le temps d’être là pour son patient en souffrance pour le médecin, et le temps pour le patient de … patienter, oui, mais avec l’esprit plus détendu.
    Finalement, nous sommes tous, soigneurs et soignés, embarqués dans une spirale infernale qui nous fait terriblement souffrir ….

    Je vois déjà les petits sourires de ceux qui me lisent par ailleurs, et je les autorise donc ici à se moquer de moi ouvertement car franchement, ce sont de bien belles paroles que je suis tout à fait incapable de m’appliquer à moi-même !!!
    Ok, j’suis pas crédible, mais c’est déjà bien d’en avoir un peu conscience non ?
    Et c’est pas la fine qui me dira le contraire … 😉 (merci à vous de tenter réguliérement de me remettre dans le droit chemin …)

    1. Rofine

      @ Lise : tu remarqueras que le Dr Baptiste soigne notre impatience à sa manière…voilà une bonne semaine qu’il nous a laissé au milieu du gué de son histoire et que nous attendons patiemment la “partie II” pour connaître la fin de son récit…;-) !
      Finalement que sont ces minutes de retard ? De la poussière de temps par rapport au temps de notre vie…

      Bises à toi !

  42. Pat

    On se demande si la mauvaise humeur ne serait pas à la mode en ces temps de crise . Pas facile de travailler dans la sérénité . Avant c’était souvent au volant que les gens devenaient très désagréables maintenant c’est un peu partout . Va falloir ré- apprendre à sourire .
    Bizzz

  43. Lolli

    10 min c’est rien du tout !!!! Les gens sont fous dans ce monde !! Je compatis, cela ne doit pas être facile à gérer ce genre de l’espèce humaine, les C *** .

  44. marie

    yo! cette nuit est historique Bibi a passé le cap des 19000 j’aime sur fb et là c’est pour une réclamation pourquoi les blogueurs zont pas le droit de concourir au tirage au sort heing!? non parce que vraiment je suis allergique à fb mais absolument pas à une dédicace d’anthologie , genre! et puis aussi je vous transmet des tonnes d’énergie je n’ai aucune raison logique d’avoir une patate d’enfer ça devrait être carrément le contraire rapport aux peines et atrocités de ce monde, bein j’ai la patate alors je partage …peut être que le selfie à la mine réjouie que j’ai vu hier y est pour beaucoup !!!take care les gens

Répondre à Julie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *