De l’art d’avoir toujours raison.

Alors voilà, nous étions avec le chef de gynécologie obstétricale et nous recevions les patientes enceintes dans son bureau.
Chaque fois, lors de la consultation du premier mois, je le voyais poser sa main sur le ventre de madame Issue ou de madame Desecours, de madame Porte ou de madame Desortie, prendre un air très pénétré, froncer les sourcils broussailleux et dire :
– Ce sera une fille ! Souvenez-vous bien de ce que j’ai dit et que je l’ai écrit là !
Puis il sortait le carnet de suivi et notait à la date du jour : “SEXE DU FŒTUS : MASCULIN”
Ou alors, il disait :
– Ce sera un magnifique petit gars ! Souvenez-vous bien de ce que j’ai dit et que je l’ai écrit là !
Et, dans ce cas, il notait :
“SEXE DU FŒTUS : FÉMININ”

À la fin de la journée, intrigué, je pris mon courage à deux mains et demandai ce que signifiait ce drôle de manège.
Il partit d’un grand éclat rire, sonore et tonitruant, un rire de chef d’état russe :
– Ça, gamin, c’est l’art d’avoir toujours raison ! Si j’ai dit que le bébé serait une fille, et que la suite de la grossesse me donne tort, la mère s’en souviendra. Me faisant remarquer son erreur, je lui adresserai une tape affectueuse sur l’épaule je lui répondrai que non, je ne me trompe jamais, qu’elle a dû mal entendre. Je sortirai le dossier et je lui montrerai que j’avais inscrit “Sexe masculin” lors de notre première consultation. Inversement : si j’avais prédit l’arrivée d’un garçon et que c’est une fille, rebelote. Là aussi, je lui montrerai le dossier. Bien évidemment, dans 50% des cas, je n’ai pas à sortir le dossier car le hasard fait bien les choses et a le bon goût de ne pas me contredire.

Ébloui devant tant d’intelligence, de rouerie et de ruse, je m’inclinai.
J’avais affaire à un maître.

Il me reste tant de choses à apprendre pour devenir un bon médecin, je veux dire : il me reste VRAIMENT tant de choses à apprendre.

98 réflexions sur « De l’art d’avoir toujours raison. »

  1. Isabelle

    Très drôle.
    On peut lire sur le même sujet Paul Watzlawick,”La réalité de la réalité”.
    Communication, construction, interaction…
    Pfuiii, vachement puissant pour un lundi!
    Bonne semaine, c’est le printemps!
    Espérons que le we prochain on ne sera pas devenu un pays faciste….

      1. Mésange

        C’est vrai Baptiste… mais franchement, à l’hôpital, entre les médecins qui pensent que le patient comprend tout ce qui est dit dans le vocabulaire médical (ou qu’il n’a qu’à poser des questions s’il ne comprend pas), ou inversement, ceux qui pensent que le patient ne comprendra de toute façon rien, retiennent l’information et à qui il faut “tirer les vers du nez”ou ceux qui, disposant d’un pouvoir énorme sur le patient, en profitent honteusement, sciemment ou non… je trouve bien rares les médecins avec qui la communication passe vraiment dans les hôpitaux fréquentés ces derniers mois.
        La palme à ce médecin de l’hôpital local qui nous prend vraiment, vraiment pour des ploucs!
        Et je t’assure que la fréquentation de ton blog me rend d’une patience angélique avec les soignants et que je n’hésite pas à poser des questions, sans être pour autant une emm… Heureusement que tu n’es jamais loin dans mon esprit Doc Bibi, ça m’aide vraiment! Sinon, j’aurais explosé depuis longtemps!
        PoutousRoseVertJauneOrangeVioletBleuAzurDoréArgentéMaisPasBleuMarine

  2. P.

    Le chef sioux à parlé, prend note petit scarabée !

    Moi aussi je prend note !

    Ca me rappelle l’histoire de la grossesse de ma mère pour ma venue au monde : Période difficile et stressante pour mes parents, mon père apprend en début de semaine que s’il n’est pas pris au CNRS il n’a pas droit au chômage, il a son concours en milieu de semaine et ma mère fait une grossesse un peu difficile… Le jour du concours, ma mère appelle mon papa pour lui dire qu’elle allait à l’hôpital parce qu’elle saignait un peu. Mon père la rejoint après son truc, et là on lui interdit de voir ma mère parce qu’elle était en examen et une dame (interne, infirmière… Je ne sais pas trop), lui annonce qu’il faut aller chercher les affaires de ma mère tout de suite !! Mon père lui demande ce qu’il passe, pourquoi il y a urgence, et elle a cette phrase Oh combien rassurante : “On la garde en examen, sinon vous allez perdre la mère et l’enfant”, mon père ce pro de la répartie : “A quelles probabilités estimez-vous ce risque ??”
    Bref, il revient avec les affaires, et là il y a gros débat dans la chambre de ma mère : est-ce que oui ou non je suis hypotrophiée ?! Bref, ça bataille sévère pour savoir et la le grand-ponte-chef-sioux rentre dans la chambre et dit : “Aow ! Non, elle n’est pas hypotrophiée, c’est les parents qui se sont plantés dans la date de conception”. Il font reculer la date d’accouchement de ma mère de pratiquement un moi il me semble.
    Accouchement : bon ça se passe, 24h de contraction pour ma mère (pardon >_<), et finalement j'arrive… MAIS, à la date initialement prévu par mes parents… Le grand-ponte-chef-sioux rentre dans la chambre (pour info, il paraît que j'étais un très beau bébé 🙂 ), et mon père, ce pro de la réparti le regarde, plein de rage et de rancoeur pour le stress subi pendant une période si dur pour lui et sort : "Vous avez-vu la gueule de l'hupotrophiée ? Alors, on s'était planté sur la date de conception hein ?!". Grand-ponte-chef-sioux ne se démonte pas et réplique : "Oui, monsieur, votre fille est juste née prématurée, nous avions raison"…
    Ca aurait pu se terminer là, et grand-ponte-chef-sioux aurait pu s'en sortir la tête haute, si un de leurs amis n'était pas en médecine et n'avait pas précisé que les prématurés n'ont pas de petits plis sous les pieds quand ils naissent, contrairement à moi 🙂

    Moral de l'histoire : on a tous un grand-ponte-chef-sioux dans nos connaissances, mais il faut parfois se méfier du petit-renard-rusé :p

  3. heliotrope

    heureusement que les traditions se transmettent ! c’est aussi ce qu’on racontait déjà dans ma lointaine enfance,
    tord ou tort ? 😀
    bons baisers

  4. monkaleidoscope

    euuuuuuuuuuuuuh, je me demande, en fait, si cette technique là, il est vraiment nécessaire de l’apprendre ; en tout cas, perso, telle n’est pas ma propre définition d’un “bon” médecin …

  5. monkaleidoscope

    ben, ça fait sûrement surrané, mais j’aime bien pouvoir me fier à ce que me dit mon toubib, et j’ai super besoin d’avoir confiance en lui …
    d’où, certainement, mon “commentaire d’humeur ci dessus” ..
    en même temps, j’avour que je me foutais total de devenir la maman d’un petit boy ou d’une princesse, et que je voulais juste que ça soit une personne, alors, ok, y a peut être pas si grave que ça ??
    je dis ça, je dis rien, comme disent les jeunes

  6. K.

    Cher Docteur B. avez-vous déjà rusé “pour avoir raison”? La ruse de ce chef gynéco – obstétrical est MERVEILLEUSE! Si un jour j’ai des enfants je repenserai à cette histoire quand je passerai mes premières échos.

  7. Cécile

    Excellent !!! – dixit celle qui a toujours voulu garder le mystère de ses bébés in utero –
    Bon, Baptiste, faut que je vous dise un truc. Ma p’tite vie m’a amené à connaître certaines situations, accompagner certaines personnes, être témoin de certaines choses, bref… Les rencontres, l’empathie… ça expose.
    Mais quand je vous lis, j’ai l’impression d’être nouveau-né qui ne sait rien de rien. Mais VRAIMENT rien de rien. Vous touchez le coeur de la vie et vous savez si bien le transmettre… Le drôle, l’inattendu, l’élégant et le petit, le fantastique et le dramatique de la vie. Et ça nous touche en plus coeur. Là, dans ce petit coin tout mou et tiède.
    Alors voilà, je le déclare solennellement sur cette blogosphère (chérie ici, haïe ailleurs) : je ne vous lirai plus, je n’achèterai pas votre livre. Parce que ce n’est pas possible : moi, le docteur en économie qui gère des gens/des dossiers très sérieux (mais pas que!) qui explose de rire/retient ses larmes pendant la pause café.
    Ce n’est VRAIMENT plus possible.

  8. Cécile

    (c’est malin… la syntaxe est l’orthographe de mon com sont VRAIMENT nuls. 1000 pardons, mais c’est votre faute : moyens intellectuels et rationnels envolés…)

  9. Audrey

    J’aime beaucoup !! éclat de rire pour commencer la journée/semaine, merci Doc’ !

    Du coup, ça compense presque ma déception de vous avoir manqué samedi au Salon !
    La bise à tous

  10. saur

    quel est l’intérêt d’avoir toujours raison?On n’attend pas d’un médecin qu’il est des super-pouvoirs extra-lucide!ça ne remet pas en cause son expérience!

  11. fany

    oh! Parfois il faut mieux se dire qu’on apprend de nouvelles choses et qu’on ne va PAS les appliquer…. 😉
    Et je me mets à rêver d’une future patiente du chef de gynécologie et qui est aussi une fidèle lectrice d’un certain blog…. qui est enceinte et qui vient pour sa consultation…

  12. Herve CRUCHANT

    @Isabelle. Systémique et thérapie pour patient atteint de “bipolarisme” : çà a marché dans mon cas. Enfin, je me supporte, n’ayant pas de majorette à ma discrétion.
    Côté Paul Watzlawick, j’ai pu étudier son savoir sur la com’ pour une thèse sur la perception visuelle dans l’Analyse des Image aériennes et spatiales en Photodétection; où j’étais intéressé par la psychologie de la perception visuelle et notamment la couleur.

    Je crois que le collègue de notre BIbi a raison : il renforce le phénomène d’appropriation du sujet par rapport à une pièce rapportée (l’enfant) dans son existence. Bien qu’étant son produit, cet enfant le bouleverse. Pour construire une osmose, le fait de prédire verbalement et d’écrire l’inverse implique nécessairement la mère puisqu’elle a été et demeure détentrice de cette information ‘riche’. Qui la rapproche encore plus de sa progéniture. Puisqu’elle sait. Ou admet s’être légèrement trompée, oublieuse qu’elle fut, en raison de l’attention qu’elle portait à la naissance prochaine. Tout au bébé, donc. A son bébé.
    Le fait de dire “j’ai raison” est une blague de couloir. Le fait psy est plus important qui permet de gommer, si possible, l’angoisse post-natale de la mère en raison de cette appropriation d’apparence bénigne. Ce n’est pas le seul mécanisme qui l’aide; cependant.

    Subséquemment, le gynéco me fait penser à un processus politicien : j’annonce un truc et j’écris l’inverse; ou le contraire. Comme on ne peut pas passer sa vie en place arrière du scooter, o consent à passer pour un crédule, un imbécile, un la-prochaine-fois-tu-m’auras-pas.. en attendant…. Mektoub’

    1. Cath

      Cher Hervé,
      J’ai pas vraiment compris la démonstration du commentaire sur les images aériennes et l’accaparement du bambin, mais en plus, pour ajouter l’offence à l’ignorance, je ne suis pas mère, juste tantine à l’occasion. Beaucoup de choses m’échappent donc.

    2. Larci

      Cher Hervé,

      Quel dommage que vous vous écoutiez à ce point parler et que vous teniez autant à étaler votre science… J’aurais été particulièrement intéressée par votre théorie de l’appropriation, mais je ne comprends absolument rien à votre verbiage… Vraiment, oui. Dommage.

      1. Cath

        Ah mais pas d’accord avec vous Larci.
        Je signalais simplement que je n’avais rien compris, et la remarque s’arrête là en ce qui me concerne.

      2. marie

        sacre bleu ventre gris parfois il faut user d’une complète et exclusive concentration pour capter la quintessence de cet esprit éclairè.
        revenez-y…. vous verrez

        1. Cath

          Oui, mais n’empêche, c’est compliqué et ça vole un peu haut pour mes ou mon neurone.
          La psychologie n’est pas mon fort, la communication et ses subtiles arcanes non plus. Tant pis.

          1. marie

            pour “ça vole un peu haut”, c’est juste de la déformation professionnelle… un évènement + dix évènements =dix version ressenties de l’évènement en fonction du vécu de chacun et du moment. HC est un scientifique poète ou l’inverse , ça dépend du jour ou de la priorité.
            je cherche toujours pour la majorette !!!!

      3. Cilou

        @ Larci : C’est le propre d’Hervé , il ne se contente pas d’écrire, il image et tourne élégamment ses phrases. Alors oui il faut parfois y revenir, car sa prose vole bien haut ; mais ce n’est pas parce que vous ne la comprenez pas que c’est incompréhensible. C’est peut être juste que vous ne la comprenez pas…
        La bise !

          1. Cilou

            @ MonGrandPréféré : Quand on a ton humour et ton sens des jeux de mots, on a interdiction de sous-estimer la valeur de ses écrits !

        1. Larci

          Ah mais c’est bien ce que je dis, “je n’y comprends absolument rien” ! Et je le regrette fort, car je sens bien qu’au fond, à y revenir, j’y porterai de l’intérêt. Mais pour le présent, la forme me rebute et m’empêche de vouloir passer du temps à gratter derrière les mots. Et encore une fois, vraiment, dommage.

  13. Herve CRUCHANT

    Dites-moi, vous, qu’en pensez-vous? Membre de la Fine Equipe ©, je constate que : il y a quelques blogs, Bibi était plutôt orienté rapports mère (Alzy) – fils; des fois sous la ceinture; puis il a évoqué sa mise enceinte; dernièrement, il parlait de sa Maman, la Dame à la Fenêtre; maintenant, d’accouchement … Le coup suivant, si je puis dire, il va nous parler d’enfant, je te dis. Des anecdotes en pédiatrie, doit y en avoir, sur …

  14. Béwé

    Anecdote
    A ma première grossesse, le gynécologue obstétricien demande l’écho de datation. C’était le début de l’écho 3D. “Oh bah dites donc, magnifique échographie, on dirait un alien !!!”
    Seconde échographie, qu’il fait lui même, il nous demande :
    – Vous voulez connaître le sexe ?
    Nous deux :
    – Oui !!!
    – C’est une fille
    Emotion…
    Puis il fait “le tour du propriétaire”
    – Ah bien, elle a 2 bras, 2 mains, 10 doigts. C’est super ça, puis pratique en plus pour une fille !!!
    – ????
    – Et bien oui, pour faire la vaisselle !!! Et puis regardez moi çaaaaa !!! Deux jambes, deux pieds, 10 orteils, pratique ça aussi !!!
    Et là, qu’entend-je ?
    Mon mari :
    – oui pratique pour pousser le caddie…
    A la naissance, il nous a dit “Oh !!! Un magnifique petit garçon !!” Bien évidemment, sur le coup de l’émotion on s’est dit : “Non !!!??? On a pris que des trucs de fille !!!???”
    Puis il dit toujours que la balance c’est notre grande copine à nous les filles, et des “Allez y montez dessus voir si vous allez la jeter par la fenetre. Hé hé hé, c’est traitre une balance de médecin non ?”, des “Allez !!! Aujourd’hui : révision des 50 000 !! Frottis !!!”
    Et bien aussi bizarre que cela puisse paraitre, je l’aime bien mon gynéco même que j’ai renouvelé avec lui pour le deuxième.

  15. Legoline

    Ça me fait vraiment drôle de lire cette histoire, je l’ai toujours entendu raconté par mon père. C’est une dame du village du temps de mes grands parents qui s’étaient improvisée “liseuse de sexe”… Je ne sais plus si elle faisait le pendule ou autre … mais elle notait elle aussi consciencieusement sur son carnet l’inverse de ce qu’elle prédisait à l’oral. Cette histoire m’a toujours beaucoup amusée !

  16. Rofine

    J’ai eu deux grossesses suivies par un gynécologue unique dans son genre, drôle et humain.
    Il n’a jamais joué aux esprits divinatoires et l’échographie m’a rapidement confirmée le sexe de mes enfants.

    Je trouve le procédé du chef de gynécologie obstétricale de parfaitement tordu.
    Que cherche-t-il ? Epater les étudiants en médecine ? Prendre la future maman pour une idiote ? Je le trouve très imbus de sa personne et incapable de reconnaître ses erreurs. Et pourtant, l’erreur est humaine, chacun peut se tromper il suffit de le dire en toute humilité. C’est là faire preuve d’intelligence !!!
    Baptiste franchement. je ne te vois pas apprendre ce genre de roueries. Tu es une belle personne et un bon médecin.

    Je t’embrasse.

    P.S. : J’ai été très heureuse de te revoir au salon du livre de Paris.
    Je sais que ton temps est précieux et je n’ai pas pu m’attarder davantage.

  17. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Moi aussi je suis enceint. Et depuis plus de neuf mois, c’est grave docteur ? Ma gynnéco ( enfin ma diététicienne ) ne me dit pas si c’est une fille ou un garçon. Elle dit c’est pas grave, ce n’est qu’alimentaire
    mais c’est quoi comme sexe ça ????? Je veux savoir !!!
    La bise

  18. nuts

    Il existe toute une théorie sur la mémoire prénatale, ses adeptes vous diront que cet enfant sera marqué a jamais par cette information et je m’amuse a deviner quels raccourcis trop faciles ils prendraient en lisant cet article! Moi je n’en fait rien par contre ce que cela m’évoque c’est que souvent pour les médecins et les soignants la mère ou future mère est une parfaite ignorante dépourvue de bon sens a qui il faut dispenser multitude de bons conseils pour qu’elle s’en sorte. Et si jamais lui vient une idée ou un avis sur la santé de son enfant elle entend des “mais non madame….” Bien sûr je généralise peut être un peu vite mais j’ai deux enfants et en plus je travaille en pediatrie… Les parents sont infantilisés et ils perdent toute confiance en eux et tout sens inné de s’occuper de leur petit. C’est propre à notre culture et je crois qu’il doit y avoir des endroits encore préservés de cela?? Enfin j’espère.

    1. Anne

      si ce ne sont des endroits, au moins des personnes, mais il vaut mieux être attentive (f), le discours infantilisant et démoralisant prend vite trop de place, et pour accueillir un enfant, ça n’est pas l’idéal !

  19. MarionLR

    J’adooooore la photo totalement sexiste d’illustration du texte… En même temps, pas si sexiste que ça puisqu’elle prouve que les hommes aussi peuvent être enceints…
    Quant à toi Bibi, jeune padawan, j’espère que tu ne tomberas pas dans le piège de la ruse, utilisée par ce maitre quelque peu tourné du côté obscur… Seule la vérité doit triompher !!!
    (Cilou, merci… Et crois moi, c’est la première fois que je remercie quelqu’un qui m’a fait pleurer! )

  20. Etil

    Être un bon médecin c’est prendre ses patients pour des lapins de 6 semaines ? Là vraiment ça me fait bouillir !
    Vouloir avoir toujours raison, quitte à mentir à ses patients (surtout pour quelque chose d’aussi stupide que de deviner le sexe d’un bébé en touchant le ventre de sa mère ^^) pour moi c’est de la condescendance.
    Ben oui c’est bien connu, quand on est enceinte on est trop conne, mais c’est pas notre faute c’est les hormones. Un gynéco qui me fait ce coup-là, je perds toute confiance, immédiatement.
    Heureusement que j’ai ma sage-femme pour mon suivi, ça ne lui viendrait jamais à l’idée de me faire ça…
    Cette anecdote mise à part, je trouve que tu fais un travail formidable avec ce blog Baptiste, et j’aime la vision du métier que tu transmets, merci 🙂

  21. Dadbibi

    Pour Etil :”cette anecdote mise à part , je trouve que tu fais un travail formidable” ,c’est justement AVEC ce post que Baptiste fait un bon boulot …
    Enfin peut-être ne suis-je pas très objectif , bonne journée à Tous .

    1. Grand33

      Bonjour dadbibi,
      Celui ci fait effectivement partie de l’ensemble. Dissocier un post parce que l’on aime pas ce qu’il y a dedans
      c’est, à mon avis, n’avoir pas tout compris de ce que Bibi veut que soit son blog.
      amitiés

      1. Cath

        “Ébloui devant tant d’intelligence, de rouerie et de ruse, je m’inclinai.
        J’avais affaire à un maître.”
        Quand on lit cette remarque, on peut se dire qu’il y a plusieurs degrés, et que non seulement Bibi a certainement lu La Fontaine, mais qu’il en a tiré profit 🙂

      2. Audrey

        Bien d’accord avec Vous Grand !
        Moi j’ai trouvé ce post aussi bon que le reste du blog (qui a dit que je n’étais pas objective), et l’anecdote très drôle.
        C’est sûr que ce médecin qui a besoin d’avoir “toujours raison” est un peu pathétique, mais après tout, ça ne le rend que plus humain ! Et c’est exactement le travail de notre doc Bibi à nous que de rendre ses confrères plus humains ! 🙂

  22. nevousinquiétezpas

    Aménager la vérité n’est pas à proprement parler un mensonge. Dans ce cas précis, il ne s’agit même pas d’un demi-mensonge, mais d’une vérité à 50%. Ma mère, assistante médicale, m’avait déjà raconté cette histoire : soit le gag est éculé entre gynéco, soit elle était l’assistante du chef cité !!).
    En fait, il ne s’agit pas de vouloir-avoir-raison-tout-le-temps, mais de la façon dont on fait son métier. Personne ne peut dire l’avenir avec certitude, mais éventuellement avec plus ou moins de clairvoyance, et de toute façon, la divination n’est pas reconnue par l’Académie de médecine.
    Quand j’ai pris conseil auprès un ami professeur en médecine, sur une décision à prendre pour ma fille soignée en réanimation, ce grand scientifique m’a donné et argumenté ses conseils expérimentés… mais a fini son propos par “n’oubliez jamais que la médecine est un art”. Dont acte.

  23. Albigène

    Il y a vraiment de drôles de numéros chez les chefs docs gynécos… Pourquoi ne pas recommander aux futures mamans des vieux trucs de ouf. Le top 10 ci dessous… (le plus grave est que beaucoup y croient encore et ils (elles) votent…) Gloups !
    – 1 – Connaître le sexe du bébé en fonction… du premier mot de l’enfant précédent :
    Si le premier mot de votre enfant précédent est “Maman”, le bébé suivant sera une fille. En revanche, si c’est “Papa”, le bébé suivant sera un garçon.
    – 2 – Connaître le sexe du bébé en fonction… de sa libido :
    Si elle diminue pendant la grossesse, c’est un garçon. Au contraire, si elle augmente, c’est une fille.
    – 3 – Connaître le sexe du bébé en fonction… de l’examen” de l’enfant né juste avant :
    A la naissance de l’enfant né juste avant, s’il y a un changement de lune trois jours avant ou trois jours après, le prochain enfant n’aura pas le même sexe.
    – 4 – Connaître le sexe du bébé en fonction… d’un mouchoir :
    Vous lancez un mouchoir. Si pour le ramasser vous avancez le pied droit en premier, c’est un garçon ; si c’est le gauche, c’est une fille.
    – 5 – Connaître le sexe du bébé en fonction… de la couleur des mamelons :
    Si les mamelons ont foncé considérablement, c’est un garçon. S’ils ne changent pas de couleur, c’est une fille.
    – 6 – Connaître le sexe du bébé en fonction… de la couleur de l’urine :
    Jaune pâle : un garçon ! Jaune foncé : une fille ! Rouge : Emma tu ris ?
    – 7 – Connaître le sexe du bébé en fonction en additionnant votre âge lors de la conception et le chiffre du mois de la conception :
    Résultat pair : c’est un garçon ; résultat impair : c’est une fille.
    – 8 -Connaître le sexe du bébé en fonction… du sel :
    Mettez du sel sur votre poitrine. S’il fond, ce sera une fille ; sinon ce sera un garçon.
    – 9 -Connaître le sexe du bébé en fonction…du blanc des yeux (pas le blanc des œufs, OK ? )
    Si le blanc de vos yeux est légèrement jaune, c’est une fille ; s’il est bien blanc, c’est un garçon. (s’il est marron consulter Baptiste pour un diagnostic probable d’hépatite)
    – 10 – Connaître le sexe du bébé en fonction… de la prise de poids du conjoint :
    Votre conjoint prend autant de poids que vous durant la grossesse ? Vous attendez un garçon.
    PS : il est toujours possible de faire une échographie.

    1. marie

      et en plus pour le 4, si le pied écrase une déjection canine, vachine ou porcine elle sera heureuse …la fille si c’est le pied droit bein il démarre mal dans la vie …le garçon

    2. Cilou

      Mouhahaha excellent !

      Anecdote, quand ma mère était enceinte de mon p’tit frère, ils ne voulaient pas connaitre le sexe. A l’écho, ils ont spécifié qu’ils ne voulaient rien savoir. “OK ! Je ne vous dis rien. Oh ! regardez comme on voit bien les testicules !”
      Bon ben voilà, c’est fait…

  24. Martin

    Bonjour !
    Excellent billet comme d’habitude. Mais un chose me gène énormément…
    En laissant croire aux patientes qu’un médecin, par simple imposition d’une main sur le ventre peut deviner le sexe de l’enfant à venir, on ouvre la porte à la crédulité pour d’autres choses autrement plus graves. Faire croire en la “magie” facilite la tâche aux coupeurs de feu, rebouteux, marabouts, faiseurs d’horoscopes, sectes de tous poils, etc.
    On a déjà bien assez à faire avec les dégâts provoqués par les “médecins homéopathes” et “médecins acuponcteurs” (entre guillemets car pour moi pratiquer la médecine et croire en l’homéopathie et l’acuponcture me semble totalement antinomique).
    Amicalement,
    Martin

    1. Ahava

      Martin, j’ai eu des séances d’acupuncture, ce n’est pas un remède miracle, c’était en complément d’un traitement donné par un neurologue. Et en accompagnement, ça marche. Ça permet de baisser(un petit peu) certains traitements pénibles et c’est déjà une bonne chose. En revanche, l’homéopathie, je ne vois pas comment ça peut marcher non plus. Je comprendrais parfaitement que tu n’y crois pas, mais le changement est réel, on est bien crevé quand on sort d’une séance et on dort comme un bébé.

      1. Albigène

        @Ahava
        Ahava, tu écris très justement à Martin “Je comprendrais parfaitement que tu n’y crois pas” ; en effet il s’agit bien de croyance. l’Académie nationale de médecine déclare que les préparations homéopathiques ne correspondent « en rien à la définition du médicament, ni dans la nature, ni dans leur destination ». Elle fustige « cette méthode imaginée il y a deux siècles à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique », la qualifie d’« obsolète », et s’étonne que le ministère de la Santé lui « accorde des autorisations de mise sur la marché et un remboursement par la Sécurité sociale ». La France est le seul pays européen où elle est prise en partie en charge par la Sécurité Sociale. Il faudrait aussi il faudrait aussi que la procédure d’Autorisation de mise sur le marché (AAM) pour ces produits soit aussi rigoureuse que celles des autres médicaments, ce qui n’est pas du tout le cas le cas aujourd’hui. Il n’est pas exigé de preuve d’efficacité.
        Bien sûr on est sûr de l’innocuité de l’homéopathie et ça ne coûte pas cher. Et si effet placebo il y a….. c’est un effet, et c’est bien le principal.
        Quand quelqu’un prend des granules d’allium cepia, pour un rhume par exemple, ressentirait il les mêmes effets si sur le tube était marqué “oignon” puisqu’il s’agit bien d’oignon. Et c’est la même chose pour l’Oscillococcinum qui n’est que du foie du canard de Barbarie.
        il ne faut pas perdre de vue que cette industrie emploie deux mille personnes, surtout dans les laboratoires Boiron, qui ont le monopole et assurent le tiers de la production mondiale.
        Il faut savoir que les médecins qui ont glissé vers des dérives sectaires graves et qui ont été parfois condamnés et radiés du Conseil de l’Ordre étaient pour la plupart des médecins homéopathes.

        1. Cath

          Bah, lire mon commentaire, cher Albigène,
          L’homéopathie peut aussi être produite à partir de prélèvements effectués sur la personne en plus d’autres produits Boiron.
          Je veux bien que je me couvre comme un oignon en hiver, mais de là à me traiter d’oignon, ce serait à pleurer, non ?
          Et puis les dosettes d’arnica, quand les personnes âgées se font des bleus monstrueux, ça aide bien. Cela dit, je n’ai pas d’action dans la maison.
          Je veux bien suivre l’avis de l’Académie de médecine, mais qu’on me rappelle un peu comment les herboristes ont peu à peu disparu ? Pourtant, une camomille est aussi efficace, si pas plus, pour soigner une migraine carabinée, non ? C’est pas très bon à boire, d’accord, mais c’est plié en moins de 5 minutes. Bien sûr, cela ne rentre pas dans les poches des autres groupes pharmaceutiques qui ont récemment défrayé la chronique et autres frais de conseillers es autorisations de mises sur le marché.
          Cela dit, les dérives sectaires et autres abus, c’est surtout affaire de personnes peu scrupuleuses, comme partout, hélas.

        2. Mésange

          Ben là, Ami Albigène, pour une fois, la mésange n’est pas d’accord du tout avec toi… mais j’t’aime quand même!

          Comment des poulets soignés par homéopathie (qui plus est par un système d’abreuvoir-médicament homéopathique dissous dans l’eau- placé dans une salle voisine, ce qui fait qu’en plus ils ne voient pas ce que fait le véto… à supposer que cela ait une influence) pourraient-ils croire en la validité ou la non-validité d’un soin dont ils n’ont pas conscience?
          Comment mon mari, absolument anti-homéopathie au départ, à l’esprit très scientifique, est-il amené à constater que depuis qu’il se soigne par homéopathie, une maladie chronique et donc profondément ancrée depuis 60 ans est en train d’évoluer en crises plus espacées et bien moins intenses?
          Comment des bébés, enchaînant angines, rhino-pharyngites ou autres maladies dites hivernales nécessitant antibiotiques sur antibiotiques, une fois soignés par homéopathie (granules diluées dans l’eau de leur biberon), peuvent-ils voir leurs maux s’espacer et ne plus avoir besoin de ces antibios l’hiver suivant?

          Je pense juste qu’on n’a pas encore trouvé les outils qui permettront de montrer la validité de l’homéopathie, et ce de façon indiscutable.
          “l’Académie nationale de médecine déclare que les préparations homéopathiques ne correspondent « en rien à la définition du médicament, ni dans la nature, ni dans leur destination” Est-ce que c’est un constat très différent en phytothérapie ou en herboristerie ou en médecine chinoise?
          “il faudrait aussi que la procédure d’Autorisation de mise sur le marché (AAM) pour ces produits soit aussi rigoureuse que celles des autres médicaments, ” Comment la procédure pourrait-elle être la même pour des préparations qui ne correspondent en rien à la définition du médicament? Quels dégâts déjà causés à l’herboristerie en voulant lui affecter les mêmes procédures!

          C’est vrai que soudain je me trouve particulièrement étrange : je me soigne chaque semaine avec du venin d’un serpent particulier, de la fève de Saint-Ignace, du soufre, de l’encre de seiche, je me vaccine contre la grippe avec du sérum anti-pesteux chaque mois d’hiver, récemment j’ai employé du sulfate de quinine pour une crise d’acouphènes… tout ça en granules ou doses ridicules… et si peu onéreux. Et pourtant, pourtant… je continuerai à le faire parce que cela fonctionne, qu’on le veuille ou non, même si on ne peut pas l’expliquer actuellement.
          En ce qui concerne les dérives sectaires de certains médecins homéopathes, je n’ai aucune compétence ni connaissances pour en parler (je sais que toi tu les as). Mais il y a eu aussi nombre de psychiatres condamnés et radiés pour abus ou viol sur certaines de leurs patientes… et on ne dit pas que tous les psychiatres sont mauvais.
          Une dose de Ciloux et 5 granules de Poutous à tous (et ça, ce n’est pas made by Boiron!)

        3. merline

          certes, mais tous les vétos homéopathes vous le diront : ça fonctionne très bien sur les vaches, les chevaux, etc. c’est-à-dire que elles guérissent aussi vite si ce n’est plus vite et sans effets secondaires… qu’on m’explique l’effet placebo avec les vaches

    2. Cath

      Le problème avec l’homéopathie, c’est qu’il y a peu de vrais spécialistes.
      Moi, ça m’a sauvée, tout simplement. Deux ans de traitements divers et variés, autant que classiques, sans effet sur les réactions épidermiques (oedèmes de Q.) qui m’obligeaient à rester cloîtrée lorsqu’elles se manifestaient…
      Constat de l’homéopathe ? Je m’empoisonnais toute seule (terrain allergique, grande nervosité rentrée etc). Donc on fait les médicaments à partir de prélèvements effectués sur ma petite personne, et je me tape des gouttes, des dosettes en suivant à la lettre des instructions hyper détaillées, un truc de fou – et en plus, c’était infect à avaler.
      Seulement voilà, au bout d’une semaine j’étais soulagée, au bout de 15 jours, presque plus rien, au bout d’un mois, fini, guérie.
      Ce type m’a sauvée, je n’ai pas d’autre mot.
      L’homéopathie n’est sans doute pas la panacée, mais ça peut vraiment aider certaines personnes.

    3. Mésange

      Si je comprends bien Martin, tout ce qui n’est pas expliqué à l’heure actuelle est bidon?
      Un exemple? Il y a encore bien peu, la méditation était trop ésotérique : des recherches en neuro-sciences ont montré entre autres l’influence de la méditation sur le cerveau.

      Je suis soignée par homéopathie et acupuncture depuis 7 ans maintenant… et je ne reviendrai à l’allopathie que dans les domaines où l’homéopathie sait qu’elle ne peut pas être efficace. Car en plus d’une écoute extraordinaire que je n’avais pas trouvé en allopathie (pas de DocBibi!), de la prise en compte de la globalité du patient au lieu de le découper en petits morceaux à soigner spécifiquement, je sais que mon homéopathe est parfaitement consciente de ne pas détenir l’unique vérité, la panacée du soin… et ça, nombre de médecins allopathes devraient bien s’en inspirer!
      Autre chose. Mon mari était totalement réfractaire à l’homéopathie ; la maladie l’a amené à tenter l’expérience depuis un an… et pour les deux pathologies qui l’ont amené à consulter, il continue à se soigner avec les petites granules si décriées (pathologies chroniques depuis plus de 60 ans dont l’une est désormais en régression). Pour d’autres maladies, effectivement, l’homéopathie ne peut qu’accompagner, diminuer des souffrances parallèles et non guérir : renseignez-vous sur l’homéopathie en accompagnement des soins en oncologie…
      Au fait, comment expliqueriez-vous que, sous prétexte que cela pourrait influencer les résultats, l’on demande à un patient d’arrêter de prendre ses médicaments homéopathiques dans le cadre d’une étude en milieu hospitalier sur la combinaison de certains médicaments allopathiques dans un traitement ? Comment? L’homéopathie pourrait avoir une influence? (et il ne s’agissait nullement de l’influence du sucre des granules!!!)

      Alors stop! Arrêtons de condamner ce que l’on ne connaît pas encore et laissons le temps à la science de trouver les outils qui permettront de comprendre le fonctionnement de l’homéopathie…. et de bien d’autres choses.

      1. Dadbibi

        Bonjour , j’ai soigné un chien avec l’homéopathie ,et cela a marché très bien ,alors voila…..
        Bonne journée à Tous .
        Comme dirait Hervé , homéopathie il reste quand même Juliette …

        1. Mésange

          Ouaf! Ouaf! Merci DadBibi pour ce coup de patte. Et c’est la grande forme aujourd’hui : cela ressemble à du Hervé, à de l’Albigène ou du Grand33… mais c’est du pur DadBibi!
          Je vous embrasse ainsi que MamBibi, la famille multicolore et Mamie

          Cilou merci, c’est exactement ce que je voulais dire.
          Si ça ne marchait pas, cela ne commencerait pas à être employé dans beaucoup d’hôpitaux (et l’homéopathie ne serait pas si développée en Suisse) : ces “nouvelles” approches (certaines sont millénaires!) sont vraiment très complémentaires de l’allopathie, voire peuvent suppléer à l’allopathie dans certains cas, en étant bien moins invasives… pour le plus grand bénéfice du patient.
          Il faut donc voir ce qui a le plus d’importance entre l’égo de certains soignants, la rapacité des gros labos ou la guérison et le bien-être du patient… fut-il humain ou toutou/chatminou/cheval/poulet/… que certains vétos soignent aussi par homéopathie.
          Et un jour, on saura le pourquoi du comment de l’efficacité de quelque chose qui dans l’état de nos connaissances actuelles ne peut pas être scientifiquement efficace… et l’est quand même.
          Que l’on doute, pas de problème ; que l’on dénigre parce qu’on ne sait pas, qu’on ne connaît pas encore, ah non alors!
          Plein de ciloux à tous

      2. Cilou

        Il en est de l’homéopathie comme de la médecine chinoise, l’hypnose, l’acuponcture, le magnétisme… On ne sait pas comment ça marche, mais ça marche. C’est comme ça. On saura peut être, dans longtemps.
        Il y a des siècles, l’épilepsie était reconnue scientifiquement comme une possession démoniaque. Comme quoi, les certitudes peuvent évoluer, les connaissances aussi. Dieu merci.

    4. MarionLR

      @Martin, a t-on échoué à prouver que ça marchait? Ou a t-on réussi à prouver que ça ne marchait pas?
      Si on parle d’une absence de preuve scientifique pour expliquer le fonctionnement de l’homéopathie, c’est peut être parce que la science d’aujourd’hui n’a pas encore les moyens d’en fournir…
      Galilée, trop en avance sur les moyens d’apporter des preuves de sa théorie, s’est fait taper sur les doigts.
      De son temps, la religion, les croyances en tout genres faisaient loi et la science était hérétique…. Aujourd’hui, on a basculé dans la vision inverse: ce qui n’est pas prouvé scientifiquement ne peut pas être….
      Alors, ne peut-on pas tout de même, sans tomber dans la crédulité, essayer de garder l’esprit attentif à ce qui sera peut être prouvé avec les outils de demain? … Ou peut être pas! 😉

      1. Martin

        Bonjour à tous

        Je n’ai pas l’âme d’un militant, et surtout je n’oublie jamais que la pire des erreur est la certitude.
        Pour l’avoir déjà fait en vain, je sais aussi qu’il est inutile d’essayer de montrer quelques chose à qui est convaincu du contraire.

        Je voudrais juste écrire que la science repose sur des faits. Pour établir la véracité de ces faits ont utilise des protocoles qui sont assez stricts et garants d’une démarche honnête. L’étude de ces protocoles est fastidieuse mais permet de comprendre comment séparer (ou plutôt essayer de séparer) le bon grain de l’ivraie (c’est à dire les études bisons des études sérieuses). Hors, à ma connaissance, absolument toutes les études en faveur de l’homéopathie souffrent de biais les rendant au minimum suspects, contrairement à celles montrant un effet comparable au placebo (animaux et bébés compris, et après avoir écarter également celles qui en défaveur de l’homéopathie presentent des défauts).
        Pour qui veut réellement chercher, ces études sont facilement accessibles (souvent en anglais malheureusement).

        Maintenant ce qui pose le plus problème avec l’homéopathie, c’est que des traitements indispensables peuvent être retardé parce qu’on croit aux pouvoirs curatifs des granules. Dans le cas de vrais cancers par exemple c’est assez dramatique (je parle de vrais cancers car soigner un cancer qui se résorbera naturellement ou n’évoluera pas de tout manière avec de l’homéopathie et crier victoire est un peu facile).
        Cependant tout n’est pas à jeter. Ainsi, à la louche, 90% des traitements allopathiques (humains et vétérinaires) sont une fumisterie qui engendrent plus ou moins d’effets secondaires (dont certains conduisent à la mort). Prendre de l’homéopathie est dans ces cas là un bien moindre mal (l’idéal étant de laisser le “temps au temps”).

        La médecine allopathique manque cruellement d’humilité et d’empathie, ne prends pas le temps de considérer le vivent dans sa globalité, nous refourgue aussi de la merde souvent. Tous ces points sont à améliorer de toute urgence, je suis d’accord.
        La force des praticiens homéopathes est justement de ne pas tomber dans ces pièges là. Avec simplement l’évolution naturelle de la très grande majorité des maladies à aller vers la guérison et l’effet placebo (dont celui des parents de jeunes enfants ou des propriétaires d’animaux qui agit aussi par deux moyens : la confiance qu’ils éprouvent se transmets aux malades, et pensant donner un médicament actif, ils ont tendance à voir une amélioration là où il n’y en a pas forcement; ces phénomène surprenant de prime abord sont parfaitement documentés et trouvable sur le net), ils obtiennent de bons résultats.
        Mais les médecins allopathes obtiendraient les mêmes si ils daignaient s’intéresser un peu plus aux personnes qu’il sont en face d’eux et à faire preuve d’un peu plus d’esprit critique concernant les médicaments qu’ils prescrivent à tout de bras.

        Mon but n’est pas d’avoir raison à tout pris (je ne cherche pas la guerre) … voilà simplement ce que je pense aujourd’hui, avec les connaissances que j’ai. Je n’exclus pas de changer d’avis demain si quelque chose de probant vient me montrer que l’homéopathie à une action véritable autres que celles décrites.

        Martin

        1. Martin

          Désolé pour les coquilles (syntaxe et orthographe) qui se sont glissées dans mon précédent texte… honte, honte honte… 😀

  25. anonyme

    Pour l’aînée, nous ne voulions pas connaître le sexe avant la naissance. Seconde grossesse, deuxième échographie en l’absence du géniteur (la première avait été une grosse surprise : j’étais enceinte de quatre mois mais le bébé en avait cinq !), le médecin me demande si nous connaissons le sexe. Je dis que l’on ne voulait pas connaître le sexe avant la naissance. Enfin, le père ne voulait pas, moi j’aurais quand même un peu bien voulu savoir. Le médecin commence, me dit que le bébé a une très bonne tête, deux bras, deux jambes… Quant au sexe, me dit-il, il est normal !
    Je suis repartie très satisfaite et ai continué à imaginer un garçon les jours pairs et une fille les jours impairs (ou l’inverse).

  26. Annick

    Oh ! là ! là ! ça me laisse dubitative tout ça ! mouaih !
    mais enfin comme le dit Dadbibi, Baptiste fait du bon boulot quand même !

  27. JJ

    Docteur,
    Il me semble, et cela m’étonne venant de quelqu’un ayant un beau brin de plume, qu’il y a une erreur de terme dans votre histoire : a-t-il vraiment écrit sexe du NOUVEAU né?
    Je croyais que ce vocable était utilisé après la naissance.
    Merci de m’éclairer.
    Continuez à nous faire rire, pleurer, réfléchir … continuez à nous faire vivre.

  28. Herve CRUCHANT

    @Larci. Désolé de vous avoir mis sous tension… Je n’étale rien qui ne soit strictement personnel; c’est-à-dire assez insignifiant… vous avez donc utilisé votre arme de légitime défense à mauvais escient… comme si je me situais dans votre “vrai” monde… mais non! celui là ne vaut pas un kopek… alors, en toute modestie, il arrive que je me parle… après tout, d’autres s’adressent à leur chien, à leur femme ou à leur dieu… en les tutoyant… je serai bien curieux de savoir ce que vous en pensez, Référence gardée. Mais aurez-vous le courage de répondre?

    1. Larci

      @Hervé: Une arme de légitime défense ? Je ne me sentais pas attaquée. Du courage ? Je ne vois pas en quoi j’en ai besoin pour vous répondre. A moins qu’il n’y ait quelque attaque qui me soit passée bien au-dessus de la tête, dans ce monde dans lequel vous évoluez. Mais j’ai les pieds bien ancrés sur terre, bien qu’elle ne me convienne pas franchement à moi non plus. Sachez cependant qu’à vous parler à vous-même, d’autres vous écoutent…. Et pour ma part, je trouve dommage que ce que j’entends me dissuade de chercher derrière les mots pour accéder à votre monde, que je perçois bien intéressant mais totalement inaccessible. A moins vous écouter parler peut-être que d’autres pourraient vous entendre ?
      Amicalement,

  29. Elle

    A tout les coups on gagne !
    Ce Doc me fait penser à ce type joueur-tricheur, qui parie toujours face avec SA pièce, une fausse pièce qui a … 2 faces !

  30. luc

    Des fois je me demande si c’est le post que je préfère ou tous les commentaires qui s’ensuivent !!! c’est drôle de voir passer les coms du sexe du bébé à un débat sur l’homéopathie, j’adore!
    Pour ma part, je dirais qu’on a oublié de dire que le sexe du bébé n’est pas forcément celui qu’on voit ; ma compagne qui vient de se faire implanter ses nouveaux seins n’ira pas me contredire, si vous voyez ce que j’veux dire….transmettez….

      1. luc

        Bon, pour faire clair, ma compagne es transexuelle et est une fille née dans un corps de garçon, alors connaître le sexe du bébé ne fait pas le sexe du “plus tard…”.

    1. Brigitte

      cnimp, c’est un blog pour les professionnels de la santé… je suis exclue, même si je bosse en parallèle (dans l’enseignement)
      dommage, ça avait l’air intéressant
      labise à tous

  31. Lemm

    D’un côté, j’en aurai ri habituellement de la méthode de ce médecin.
    Mais je ne sais pas pourquoi là, j’ai une violente envie de lui mettre ma main dans la figure en le traitant de noms d’oiseaux. Les hormones sans doute.
    Note: je vais avoir un garçon, j’étais sûre que j’aurai une fille. Tant pis. Mais qu’un Dr Guignol induise ses patientes en erreur sciemment avec tout ce que ça implique de construction mentale/émotionnelle sur le futur bébé, juste pour le plaisir “d’avoir raison”… s’il bossait dans mon hôpital, ça ferait longtemps qu’il aurait entendu parler de moi !

    Ok, j’arrête de faire ma rabat-joie, c’est pas ma journée aujourd’hui ^^

  32. Anne

    la rouerie, ça n’est pas mon truc, et c’est le genre d’artifice de communication qui ne me met pas en confiance, je préfère la sincérité, plutôt que la désagréable impression d’être prise pour une c…

  33. Mouaif...

    Là, je ne vois que le comportement d’un manipulateur, fier de sa propre perversion, se foutant des éventuelles déceptions (y’en a qui préfèrent un sexe à l’autre, c’est con, mais c’est pas une raison pour les décevoir 8 mois plus tard) ou de l’investissement en temps et en argent qui aura été fait par certains parents entre cette annonce et la naissance.
    En outre, un spécialiste (médecin ou autre) qui a toujours raison, c’est pas un fumiste qui sait sortir son épingle du jeu, mais une personne compétente ET intègre qui a en effet souvent raison, ainsi que la sagesse d’admettre son ignorance quand elle est au bout de ses aptitudes. Ce qui n’est pas un tort, alors que mentir à 100% de ses patientes, ça n’a rien de déontologique.

  34. LydieCor

    Baptiste, te savoir en pleine gestation de ton deuxième bébé, c’est doux. Peu importe qu’il soit fille ou garçon, pourvu qu’on ait l’ivresse… Mais par pitié, abandonne l’idée de toute puissance, ça ne te va pas au teint… Et moi, j’aime pas les teints blafards, je ne J’apprends rien. Bises Dr. Et à tes fidèles lecteurs.

    1. Cilou

      Bibi n’a pas d’idée de toute puissance… il était ironique 😉
      C’est vrai qu’on n’a pas l’habitude, lui qui est tellement doux.

      Et puis c’est une blague ce post, juste pour nous faire rire… 😉

  35. 40

    C’est pas possible des gens comme cela, qui se foutent du monde et sont prêts à tout pour avoir l’air malin, vraiment, se conduire ainsi c’est minable, un médecin n’est pas Dieu le Père, mais révoltez vous, dites ce que vous en pensez à des pauvres types comme lui, tapez donc dans le tas internes, infirmières, patients et patientes, essayez de lui jouer quelques tours, ce bêta mérite des coups de pied au c-l!

  36. Marie M.

    OHHHH ! Heureusement qu’on ne m’a pas dit ça !!! Qu’aurai-je fais de toutes ces petites robes roses à frou-frou ??? Moi qui ai connu la joie d’ avoir deux ptits mecs 😉

  37. Lily

    Je vois bien comment ça peut être amusant, mais moi je lis juste la condescendance avec laquelle certains gynéco traitent les femmes enceintes, ces êtres puérils et immatures, qui s’écoutent trop et essaient même parfois (n’importe quoi) d’avoir un avis sur les choses. Il paraît même qu’il y en a qui questionnent l’avis de leur médecin. N’importe quoi.

    Je suis douce et gentille, mais certains gynéco, quand j’y repense, j’ai juste encore envie de leur griffer les yeux pour leur apprendre à me traiter comme un adulte majeur. Avec respect juste en fait:)

  38. Chrétien Emanuel

    Moi j’admirerai ce médecin le jour où il dira “Ce sera un bébé, souvenez-vous en bien. Il choisira son genre, ou pas, plus tard.”

  39. M

    Le même médecin, quelques années plus tard, a décidé de monnayer son système :
    – “Madame, pour 1000 francs, je vous donne le sexe de votre enfant. Et pour vous prouver que je suis sûr de moi, je vous rembourse si je me trompe !”.

    Résultat : soit il avait raison et empochait 1000 francs. Soit il avait tord et ça ne lui coûtait rien !

  40. vieille bique

    hahahhaha quel vieux rusé j’adore!!! c’est comme l’oncle de mon mari qui me demande montre moi tes mains je montre les paumes (enfant bien elevée pour montrer qu’elles sont lavées sans doute) et la il me dit ce sera une fille si j’avais presente le dessus cela aurait ete un garçon….bref qu’en penser si on considère qu’à l’epoque j’etais enceinte de jumeaux (seul moi et le papa le savions) , faux qui plus est; une fille et un garçon de surcroit (mais ça non plus je ne le savais pas encore)…..

  41. De passage

    Le souci c’est qu’il ne prend pas en compte le traumatisme pour certains de “l’erreur de sexe”. Si personnellement moi ça ne m’aurait pas dérangé, je connais une nana que ça a complètement traumatisé. Elle avait bien précisé à son gygy dite le moi seulement si vous en êtes sûr à 100%, il lui a dit fille, c’était un garçon elle a mit des mois à s’en remettre…

Répondre à Dadbibi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *