Les bonnes recettes de tonton Bibi (pour un réveillon P-A-R-F-A-I-T).

Ci-dessus : mon idée cadeau, pour un Noël original et hors des sentiers battus. Plus bas, mon idée recette à ne surtout pas manquer !

Alors voilà parfois, je rentre dans les églises aux heures de moindre affluence. Je m’installe dans le coin le moins fréquenté, puis j’enfile mes écouteurs.La musique vient.

Je cherche des yeux quelque chose. Pas les dorures, pas les sculptures. Plutôt le vide, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas ni dorure ni sculpture. L’air aussi, peut-être. 

Je croise les doigts, je serre mes paumes l’une contre l’autre, je les tords vers le bas (je n’ai pas la réponse à ça, mais… peut-on prier vers le bas ?!?!) Je pense à des trucs. Très basique. J’ai tellement envie de Paix, j’ai l’impression d’être Miss France. Je ne suis pas chrétien. J’essaie de ne pas être une trop mauvaise personne. J’essaie d’aider. De comprendre. J’essaie surtout de regarder les visages des gens. De les regarder vraiment. 

Là, un type tend ses mains au-dessus des cierges allumés et s’y réchauffe : peut-être que cela ne sert à rien, les cierges… Que nos vœux ne sont jamais exaucés… Pourtant… Moi, j’ai vu un homme s’y chauffer les mains, alors ça doit valoir le coup d’en allumer de temps en temps.

Au dessus de nos têtes, y a des statues avec les bras écartés. On les regarde aussi, et on se dit que la possibilité d’une rencontre n’est pas à écarter, après tout. Peut-être certains y trouvent-ils même des étreintes. Moi, je cherche le vide, mais y a jamais de réponse dedans. Y a rien. Juste de la musique, et seulement parce que c’est moi qui l’ai mise dans mes oreilles. 

C’est peut-être ça, Dieu : la beauté qu’on a soulevée soi-même dans le tissu du silence.

Dieu, c’est la beauté provoquée. 

C’est ce que je vous souhaite pour les fêtes qui arrivent et cette nouvelle année : de la beauté provoquée et des visages entièrement regardés. 

————–

Nota, n’oubliez pas ci-dessous mon idée recette pour un réveillon réussi et inoubliable. Elle surprendra vos invités et sera l’occasion d’aborder des sujets de société importants, comme la surconsommation d’antibiotiques et ses conséquences lourdes et tragiques en terme de santé publique :

53 réflexions au sujet de « Les bonnes recettes de tonton Bibi (pour un réveillon P-A-R-F-A-I-T). »

  1. Rodjeur69

    Le problème de ta recette, cher Bibi, c’est qu’il faut avoir un vagin pour la réaliser.
    C’est comme essayer de faire une tarte aux pommes sans pommes : forcément décevant !
    Bon appétit à toi et à tous les lecteurs et lectrices équipés d’un vagin à la maison ! Et joyeuses fêtes à tout le monde !

    Répondre
  2. Valily

    Voir la beauté partout où elle se trouve et où on ne s’y attend pas forcément. Regarder vraiment les autres, l’autre… cela paraît tellement simple et c’est pourtant si complexe.
    Toutes ces choses pour toi aussi Baptiste.
    Et bonnes fêtes à toi et ta famille ❤

    Répondre
  3. Le Mer

    Mon Cher Bibi,
    Bob Marley, dans Get up stand up nous dit : A mighty God is a living man. Je pense que si tu t’arrêtes 5 secondes à cette formulation, tu sauras que tu es parfaitement à ta place.

    Répondre
  4. MSr60

    à quel moment de la recette faut-il ajouter l’ovule de Flagyl ? ça ajoute de l’onctuosité, mais est-ce que ça ne donne pas un petit arrière gout ? 😉

    Répondre
  5. MSr60

    à quel moment de la recette faut-il ajouter l’ovule de de Flagyl ? ça ajoute de l’onctuosité, mais est-ce que ça ne donne pas un petit arrière gout ? 😉

    Répondre
    1. MSr60

      à propos, je viens de relire un vieux post (3 ans presque, 14/02/2014) où il était question de vodka Tampax, finalement ce serait une boisson parfaite pour l’apéro de ce réveillon. à moins que ça n’émarge au rayon des cotillons ?

      Répondre
  6. Marion

    Que de poésie (encore)… les larmes aux yeux (encore)… la semaine a été dure à l’hôpital, et même si je ne suis pas croyante, je me suis surprise à prier… qui, quoi ? je ne sais pas… pour qui, ça je le sais toujours… et peut être aussi pour que le monde soit un peu moins moche…
    Alors mon petit truc à moi, c’est de toujours rentrer dans les églises que je croise sur ma route (alors c’est un peu bizarre, je sais, je suis pas croyante)… j’y aime le silence, j’y aime l’odeur aussi, celle de l’encens, celle des cierges… je m’assoies sur un banc, quelques minutes, rarement plus, juste pour penser (prier ?) à ceux que j’aime… j’aime la sérénité de ces lieux, où on se sent un peu plus en accord avec soi-même, à l’abri, quelque part, de la violence du monde… Et je ne ressors jamais sans avoir allumé un cierge (sorte de superstition peut être, si je ne le faisais pas, j’ai peur qu’il arrive un malheur à moi, à mes proches, à qn quelque part dans le monde…).
    Par contre, en tant que bactériologiste, je ne peux être d’accord ni avec le cadeau, ni avec la recette, je suis désolée… même pour lutter contre l’antibiorésistance (qui est mon quotidien) !!! Des bises et une fin d’année douce et chaleureuse à toi Baptiste, et à vous tous !

    Répondre
  7. 40

    Vraiment nouveau et touchant cette recherche de soi ou d’autre chose dans les églises, cet amour du dépouillement, et surtout ces images saisissantes: les mains vers en bas, les statues bras ouverts, les cierges comme un feu de bois, c’est un grand poète dans son coeur qui est capable de penser tout cela.

    Répondre
  8. Sylvie Seghers

    Drôle, touchant et tellement désespéré…Moi aussi je suis athée, et pourtant dans les églises, je pleure les même larmes qu’en lisant votre blog, des larmes d’émotion et de bonheur. Merci pour toutes ces rencontres : les personnes, émouvantes, qui font l’objet de vos chroniques; celles, si ouvertes, si bienveillantes souvent, qui les commentent; et surtout vous même, intègre, humain, empathique …et triste.
    Pensez au colibri qui fait sa part du boulot…Vous faites plus que la vôtre et je regrette de n’avoir pas encore eu l’occasion de vous faire un free hug pour vous remercier d’avoir été à l’origine de cette belle dynamique depuis toutes ces années. Merci vraiment, merci à vous !

    Répondre
  9. bluetit

    j aime entrer dans les églises pour trouver la paix
    penser a ces hommes qui ont construit ces monuments et laisser l esprit vagabonder
    j allume souvent un cierge , st Antoine apprécie et d autre aussi pour le plaisir de trouver une lueur
    sinon j ai un exercice de yoga , trakata , fixer une flamme et c est super pour se détendre
    bonne fêtes de fin d ‘année , à toi et ta famille
    des bisous

    Répondre
  10. Lili

    Je crois que tu n’as pas pris encore conscience de ton potentiel et de ta sensibilité ! Passe le WAIS 4 😉
    C’est juste bouleversant ! Je te souhaite de voler aussi fort que lorsque je l’ai fait avec ton câlin ! (pour la petite anecdote je vais réveillonner à Beaulieu sur Sonnette !) Bonnes fêtes surprenant Baptiste !

    Répondre
  11. Emmanuelle

    même « si le ciel était vide » (merci Souchon-Voulzy), les églises, cathédrales et autres lieux de culte ont été créés et construits dans ce qu’on peut espérer être le respect, la croyance en l’avenir et en l’Homme (y’a pas, il n’y a que comme cela que je peux concevoir une religion)… finalement, il y a sans doute « quelque chose », dans les églises (en plus des ciboires et des cierges chauffants). Moi, c’est en touchant les piliers des lieux anciens et les troncs arbres, que je le trouve…

    Pour ce qui est du « fait maison », pour les cadeaux… je ne suis pas sûre que ma belle-mère apprécie son cadeau, si j’opte pour vos suggestions ?

    Répondre
  12. Fouzia

    Bonsoir Baptiste. Comme toujours,ton texte est profond et plein de belles choses et de mots si touchants…En te lisant,la chanson de DARAN « une sorte d Église » m est tout de suite revenue en tête et je l ai ré_écouté grâce à toi…Deux jolis moments remplis de jolis mots et de belles pensées en quelques minutes donc… Merci.
    Passes d excellentes fêtes entouré de ceux que tu aimes.
    Fouzia

    Répondre
  13. Martine

    Une bien belle personne, Baptiste Beaulieu, voilà ce que tu es ! Prends soin de toi, Toubib. Ne t’oublies pas… Tu me fais peur des fois… Que cette fin d’année te soit douce, Baptiste. (Au fait : dans Baptiste, y-a baptême, non ?) T’y crois, t’y crois pas, t’es une belle âme quand même. C’est pas toi qui commande. Non, mais !

    Répondre
  14. Anthony B

    Merveilleuses fêtes à toi, Baptiste, ainsi qu’à tous les abonnés du blog, et à tous les autres.
    Des bisous, des yaourts à la flore vaginale pour tous (je trouve l’idée intéressante, moi qui aime la cuisine bio )!
    Des gros mimis à ceux qui passent par la et mon commentaire

    Répondre
  15. Sophie

    Bonsoir Baptiste, merci de votre venue chaleureuse à Croissy il y a peu !

    Pour continuer à soulever de la beauté dans le tissu du silence, allez à la découverte de la poésie de René Guy Cadou :

    http://www.cadou-poesie.net/

    http://www.recoursaupoeme.fr/essais/cadou-un-po%C3%A8te-%C2%AB-gr%C3%A9gorien-%C2%BB-au-c%C5%93ur-%C3%A9toil%C3%A9/ghislaine-lejard

    Celui qui entre par hasard

    Celui qui entre par hasard dans la demeure d’un poète
    Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
    Que chaque nœud du bois renferme davantage
    De cris d’oiseaux que tout le cœur de la forêt
    II suffit qu’une lampe pose son cou de femme
    A la tombée du soir contre un angle verni
    Pour délivrer soudain mille peuples d’abeilles
    Et l’odeur de pain frais des cerisiers fleuris
    Car tel est le bonheur de cette solitude
    Qu’une caresse toute plate de la main
    Redonne à ces grands meubles noirs et taciturnes
    La légèreté d’un arbre dans le matin.

    René Guy Cadou

    Pensées pour vous et ceux qui vous lisent ici,
    Sophie

    Répondre
  16. Foetus

    Coucou BiBi.
    Merci pour le cadeau et la recette !! J’avais un super manque d’imagination, ça ne pouvait pas mieux tomber !!

    Sinon, j’aime tellement quand tu parles pour toi. Tu as toujours, ou presque, les mots qui vont droit dans mon (notre ?) petit coeur. J’aime bien aller dans les églises (le calme) alors que pour moi c’est tout pareil que toi. Je ne suis pas bien douée avec tous les rites religieux alors s’il faut je prierai les mains en bas, comme toi.

    Passe de bonnes fêtes tonton BiBi ♡ et n’arrêtes jamais de nous raconter. Tu seras un grand-père (en tout cas un vieux) trop cool. Comme dans Père Castor, la classe.
    Bisous.

    Répondre
  17. Caroline

    Je suis croyante, chrétienne à la base, mais je crois que tous les dieux sont un seul Dieu sous des pseudonymes différents. Je n’ai aucun problème avec les croyants d’autres religions, du coup… J’aime les églises, mais j’ai du mal à croire que Dieu soit là-dedans PLUS QUE PARTOUT AILLEURS. Ce que je rencontre là-bas, c’est la foi des autres qui a modelé les lieux, un peu comme dans ce très beau poème juste au-dessus. Le Dieu auquel je crois est un peu comme un ami imaginaire, assis sur mon épaule, m’accompagnant partout, moi je sais qu’il est là, mais personne ne le voit, c’est drôle…
    Et puis je crois que l’essence de la prière se résume à deux mots : « A L’AIDE !! » et « MERCI ! » … Tout le reste, ce n’est que du décor, non ? 🙂
    Hug chaleureux pour vous, très cher Baptiste.

    Répondre
  18. Evelyne

    Dieu : la beauté que l’on a soulevée dans le monde du silence

    très joli ! normal que tu aimes te perdre dans une église : tu es un ange, notre ange à nous tes fidèles qui croyons en toi, en ta bonté, ton humanité.
    Joyeuses fêtes Baptiste, et à chacun de vous.
    Un énorme Hugh

    Répondre
  19. mammouth

    Quelle poésie, Baptiste.
    J’espère trouver ton dernier livre sous le sapin.
    Je te souhaite contentement et sérénité pour ce qui reste de l’année en cours et pour celle qui vient
    Joyeuses fêtes à tous

    Répondre
  20. Banane

    Comment dire?… je ne sais pas si je serai à nouveau capable de voir la beauté du monde après cette recette, j’ai l’impression que le titre à lui seul m’a souillé les yeux. 🙂 🙂 🙂
    Bonnes fêtes à vous tous!

    Répondre
  21. Herve CRUCHANT

    Dans quelque pays lointain et civilisé, on rencontre des  » lieux de recueillement œcuménique » dont les murs sont garnis des symboles des religions connues; de la croix chrétienne vaticane au statuaire tribal local. Lieux vides remplis de silence. Un établi cierges, une ou deux tables de bois vides, des bancs tournés vers une source du lumière du jour terrestre.

    Je les ai vécus comme des endroits de cale sèche, une sorte de matérialisation de ces lignes troublantes figurant dans tous les bons livres de recettes culinaires : « couvrez le tout d’un torchon propre et laissez reposer une demi-heure. » La majorité des transitoires sont tête nue, parfois le couvre chef à la main, comme pour mieux laisser sécher leurs tracas afin qu’ils puissent s’évaporer puis disparaître. Ces lieux ne sont pas repeints de dorures et de figures éplorées, de regards extatiques figés vers le néant du cosmos, ni de tapis à prières propres aux mosquées ou bien de la stricte élégance des temples protestants. Si quelque tache safran vient jouer au soleil couchant dans l’atmosphère sereine des lieux, ce n’est là simplement qu’un crane himalayen rasé de frais qui vient reposer son sourire. ou des bandeaux indiens qui font halte un instant.

    Les lieux sont des mares dans la steppe, des sources aux déserts, une fontaine au bord d’un Chemin. S’il est rare que les visiteurs se parlent autour de ces refuges, tous s’arrêtent en sortant sur le pas de l’entrée pour écouter à nouveau les oiseaux, les bruits de leur vie, lavés de tout parasite acouphène. le chant du monde.

    S’arrêter un instant, se ressourcer, se faire une petite place dans l’espace. un petit pas pour l’homme. devenir ce qu’on est.

    Répondre
      1. Herve CRUCHANT

        … mettre la langue en forme de demi tuyau genre aqueduc tropical dans le jardin familial, confectionné dans un bambou coupé en long … faire en sorte que l’extrémité de ce demi-tube affleure les lèvres à demi-ouvertes … poser l’appareil sur l’aréole de manière à ce que le tube s’adapte parfaitement au têton … aspirer doucement … pendant cette opération, l’extrémité de la langue, comme les lèvres, peuvent engager un délicat mouvement ondulatoire … en harmonie avec les sollicitations délicates des phalanges à l’exemple parfait des petites pattes de chatons … normalement, on peut extraire de la gougoutte une grosse larme de laitance … du bonheur … un re-équilibrage des masses corporelles de l’hémisphère sud … rarement mais pas tant le bruit de la mer, les premières vingt-cinq minutes du boléro de Ravel … l’internationale en inuit … plus vraisemblablement le grognement de l’ours des cavernes pyrénéen … ou celui du père noël coincé dans la nouvelle cheminée …

        Répondre
  22. Cath

    Ben moi, patatras !
    La dernière fois que suis entrée dans une église, j’accompagnais une amie qui voulait allumer un cierge en souvenir de ses parents. Après tout, un geste et une pensée pour ceux qu’on a aimés, c’est toujours doux.
    Les cierges étaient tous plantés sur les présentoirs, et il suffisait de glisser son euro dans le boîtier pour que la loupiote s’allume : les cierges étaient en plastique et reliés à un fil électrique. Pour la chaleur, on repasserait…
    L’église était à Rome, sur l’allée qui mène au Vatican, à 100 mètres de St Pierre. Et je crois bien me souvenir que c’était la même chose dans la basilique.
    Je sais, la sécurité, tout ça…
    Mais finalement, je crois que je préfère m’asseoir devant la mer pour écouter battre le cœur du monde.

    Répondre
  23. Vizzarri

    Bonjour Baptiste,

    Tout pareil je vous souhaite et à n’en plus finir!!!!
    Et… Il m’arrive parfois d’y entrer, d’en allumer un car enfant, j’accompagnais ma grand-mère et regardais ce doux visage ridé fermer ses jolis yeux bleus doucement et bouger ses fines lèvres quelques instants…
    « Penser aux autres » me murmurait-elle doucement avec ce sourire tellement bienveillant.
    Alors… Forcément, c’est vers elle que mes pensées s’envolent lorsque je rentre parfois et que j’en allume un…

    Jolie journée:)

    P.S. : vous êtes entré dans la cathédrale de Strasbourg?

    Marielle.

    Répondre
  24. Marie la Mère

    Merci pour ces belles lignes. J’ai été élevé dans la religion, mais je ne pratique pas, et je crois seulement ce que j’ai envie de croire. Pourquoi ? Je ne sais pas, peut être pour garder un lien avec ma mère que j’ai perdue il y a longtemps, mon frère depuis plus d’un an, ou les autres membres de ma famille qui me manquent tant, mes amis que je n’oublierais jamais.
    Quand j’entre dans une église j’y éprouve une sorte de sérénité, de calme intérieur. Et puis j’aime ces grandes bâtisses dont certaines sont vraiment magnifiques.
    Merci Baptiste.
    Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d’année, dans la joie, l’amour de son prochain et le respect de chacun, entourés de vos proches.

    Répondre
  25. Souslalune

    Moi aussi j’aime l’odeur des églises et je m’y sens bien 🙂
    Chouette recette, à tester 😉
    Bonnes fêtes à tous et des pensées pour ceux qui sont en guerre, torturés, oubliés, malades, pauvres …

    Répondre
  26. Grand33

    Bonjour Bibi,
    J’aime aussi beaucoup les églises, elles semblent toutes se ressembler et en fait sont toutes différentes.
    Passez toutes et tous d’excellentes fêtes de fin d’année avec tous ceux qui vous sont proches.
    PAIX, AMOUR, BIENVEILLANCE et yaourt à la flore vaginale … (merde ça casse un peu le mythe !)
    La bise

    Répondre
  27. lectrice boulimique

    L’odeur de l’église, c’est l’encens (souvent de mauvaise qualité). Odeur qui me fait tourner de l’oeil…

    Je préfère entrer dans un recueil de poésie. Ou dans un sentier forestier. Mais chacun ses goûts – y compris pour le yaourt 😉

    Meilleurs voeux BiBi, et pour qui les lira, ces free poetics hugs !

    Année nouvelle
    Nouveau départ
    Que souhaiter ?
    Instants semailles
    Instants bourgeons
    Instants moissons
    Instants jachère aussi
    Pour inventer sa vie
    Année nouvelle
    Cycle éternel
    Qu’elle te soit belle !

    Répondre
  28. Julie

    Aaaaaaah… Un yaourt à la flore vaginale ! Mais oui, mais oui… En voilà une idée qu’elle est bonne ! Hmmm ! Une question: Pourquoi ?? Mon Dieu mais pourquoi ?
    Tiens en parlant de Dieu (ouh la jolie transition !), j’aime les églises pour leur odeur, leur fraicheur, leur douce lumière et les chuchotements que j’entends. Je trouve tout cela très apaisant. Un jour je suis entrée dans une église et j’ai été surprise d’entendre une chorale y chanter; c’était beau comme tout. Voilà, j’aime ça, être surprise par la beauté que j’y trouve. J’ignore si c’est Dieu car j’ignore encore si je crois en quelqu’un ou en quelque chose. Ce dont je suis sûre, c’est que cet apaisement je le retrouve au cœur de la forêt de pins maritimes de mon enfance. Leurs troncs s’élèvent tellement haut, c’est la plus belle des cathédrales pour moi. Le silence étouffé, le doux grincement de leur tronc, l’odeur de mousse fraîche, les raies de lumière dorée qui traversent le feuillage épineux. Voilà, paix et beauté. Face à l’océan, la même impression (Cath, je comprends). On a le temps de penser. A tout. A rien.
    Bises bises à tous

    Répondre
  29. marie

    Lumière, paix, énergie, humilité, harmonie, douceur et force
    Dieu n’existe pas, on nous a menti
    Au début était Déesse, Déesse Nature
    Et woui !!

    « La Nature est un temple où de vivants piliers
    Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
    L’homme y passe à travers des forêts de symboles
    Qui l’observent avec des regards familiers.

    Comme de longs échos qui de loin se confondent
    Dans une ténébreuse et profonde unité,
    Vaste comme la nuit et comme la clarté,
    Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

    Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
    Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
    – Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

    Ayant l’expansion des choses infinies,
    Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
    Qui chantent les transports de l’esprit et des sens. »

    Et bim ! de Charles of course Baudelelaire.

    Et ça mes petits loulous, les bâtisseurs de sanctuaires l’avaient bien capté. Ils avaient commerce avec les forces telluriques, cosmiques et toutiquantic.
    Toujours rentrer par la petite porte bien chargé de vos grizouilles, tristouilles et friponneries et faire station à chaque pilier. Suivre la ronde des aiguilles du temps et vous retrouver frais comme un gardon avec une pêche d’enfer (!) sur la pierre blanche en face de la grande porte.

    Si vous passer en Auvergne faite orgie (re!) de purification dans les églises romanes
    du 6-3, Notre Dame du Port à Clermont Ferrand, effet garantie, Saint Austremoine à Issoire d’une élégance folle (ma préférée genre electrochocdivino-musico-polychromique quand t’es bien terrassé du lourd, du très très lourd, un Carmina Burana de folie dans cette église, anthologique !), Saint-Nectaire (woui, le fameux fromage aussi ! ( attention, on se rapproche du yaourtiX)et les Notre-Dame d’Orcival et Saint Saturnin aussi ,aussi.
    Double effet kiss cool, t’es pile au milieu des volcans et en plein pentagone des Arvernes. Si tu veux y’a le triangle des Bermudes ET le pentagone des Arvernes. Y s’y passe des choses……
    Et les Arvernes c’est des rudes que si on leur dit que pour yaourter le lait de leurs Salers faut y mettre la présure de la Jacquotte, bein t’as intérêt à être bon à la course ! Pareil pour le lait de la nourrice transformé en caillou, gâchis et superstition, vade retro belou !!
    Peace and love à tous

    Répondre
    1. Cath

      Déchaînée ma Bleue !
      Moi, j’ai un faible pour les cathédrales gothiques et leurs lumières de joyaux façon enluminures ( oui, j’ai l’ âme joyeuse d’une pie voleuse). Mais c’est vrai que les romanes ont un je ne sais quoi qui donne envie d’y poser tous les fardeaux pour s’y reposer en douceur. Un peu comme la mosquée de Kairuan à l’aube ou celle d’Alep dans une chaude après -midi : c’est dans cette dernière que j’avais vus des hommes prier, d’autres dormir tranquillement adossés aux murs, à la fraîche, tandis que des femmes entouraient le tombeau d’un saint en palabrant.
      Je garde aussi l’image d’une église, petite, nichée au pied d’une montagne, surplombant une forêt ruisselante de ses couleurs d’automne et sous un ciel de novembre d’un bleu sans nuage. Et là-bas, c’est le paysage qui se fait cathédrale.

      Répondre
        1. marie

          Abrachos chrismastiques a vous deux ,les deux grands du blog , t’as raison mon Grand ces vacances me ressourcent grave et ce billet me répare toute ( merci Bapthiste vraiment) et tu vois Cath ça ne m’étonne pas que tu préfères les cathédrales, tu as l’aura des immensités mais je t’y vois bien a issoire écoutant l’organiste envoyé du steack dans les travées de cette abbatiale sublime et dire « ah la vache » ou « milladiou »ou « doux Jésus « elle avait raison la bleue! .

          Répondre
    2. Emmanuelle

      je surenchéris sur les églises auvergnates, bien sûr… ceci dit, les châteaux ne sont pas mal non plus, dans le coin, et les escaliers en hélices et autres immenses cheminées et chemins de ronde ne sont pas bien loin de produire les mêmes effets que les choeurs sacrés…

      Répondre
  30. Virginie

    Baptiste, je t’aime.
    As-tu essayé le yaourt de lait maternel à la flore vaginale? Comme ça ton cadeau est dans ton dessert!…

    Belle fin d’année à tous, que chacun voie toutes les beautés du monde dans le moindre petit rien.

    Répondre
  31. Emma

    Bonjour Baptiste,
    Meilleurs vœux pour cette nouvelle année !!
    Je suis très croyante et je pense que la foi est quelque chose de très personnel, il n’y a qu’un seul Dieu mais nous le voyons sous différentes formes, le principal est de le voir, même à travers le silence qu’une église peut apporter.
    Pour sûr que le Dieu auquel je crois t’as déjà réservé du bon ! Tu es un véritable distributeur de bonheur et j’espère que tu reçois toi même suffisamment 😉
    Pour les idées cadeaux et recettes … je ne suis pas très douée en humour, c’est de l’humour non ? Bon, tous les goûts sont dans la nature.
    Mais je compte beaucoup sur le plaisir d’offrir qui consiste à prendre du plaisir à offrir quelque chose et là … ben … beurk !! c’est du 1er, 2nd ou 5è degrés la blague ? Je ne capte pas du tout, mais c’est forcément une blague, lol !!!
    Sinon, c’est bien les antibios de temps en temps, mes enfants y ont droit que quand c’est vraiment très grave (peut-être une ou deux fois en 6 ans) et là on dit merci quand même ! Mais j’entend souvent autour de moi dire que le médecin (celle qui nous suit) ne donne pas assez de médicaments et bien rien que pour ça je l’adore. J’aime aller la voir et qu’elle me dise, vous avez bien fait de venir mais il n’y a rien de grave et patatietpatata (langage médical impossible à retenir), quand on a des gosses et que ça pisse le sang, même si on veut pas déranger pour un tout petit bobo, parfois on flippe grave !!
    Grosses bises !

    Répondre
  32. Tellou

    Vous vous dites « pas chrétien », et pourtant, moi qui le suis, je viens souvent sur votre blog, parce que je le trouve justement pile poil dans la compassion, le partage, le recul, l’aide, l’humanisme, bref que des valeurs portées par les chrétiens (mais pas uniquement et exclusivement, fort heureusement!!!). Et je vois aussi beaucoup de personnes dans les rangs des églises, les dimanches qui n’ont pas un centième de cette attitude chrétienne que vous portez en vous. La catho que je suis vous dirait même que quand je lis un texte comme celui-là, j’y vois la manière dont Dieu vous parle, et la manière dont vous entrez dans ce dialogue. (Même si vous n’êtes pas croyant). Bref, merci 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *