La femme-carrousel.

Alors voilà, je la reçois au cabinet, elle s’assoit devant moi, me dit qu’elle est heureuse, qu’elle n’est pas seule puisque l’enfant est là, qu’il a les yeux du père, que les hommes s’en vont, que son père est parti, qu’elle réussira comme sa mère a réussi avant elle, parce que c’est une loi immuable dans sa famille « les hommes s’en vont et c’est comme ça. Nous, les femmes, on reste ».
Je la regarde, son sourire est immense, il goberait la lune.
Elle rit, l’enfant pleure. Elle le prend, il pèse son poids de larmes le petit ! Elle le colle contre son sein et lui fait un grand manège de son corps. Sa poitrine énorme forme comme deux chevaux de bois très blancs, son thorax devient boîte à musique, elle chantonne une comptine, s’interrompt, la reprend, s’interrompt encore, me dit que c’est la vie qui est là, que la vie a besoin de chanson. Elle ajoute qu’elle voulait un enfant, que le père était jeune, qu’il était insouciant « il avait la vingtaine, et moi j’ai 40 ans. ».
Je la regarde, elle devient la plus grande mère du monde depuis que le monde est monde et je sais qu’elle y arrivera au moment parfait où, à force de douceur, de va et vient, son manège fonctionne : l’enfant s’endort.
[…]
– Chut ! Voilà, il dort. Écoutez-le ! dit-elle.
[…]
Elle est partie et j’ai enchaîné les consultations toute la journée, j’ai fait semblant d’être présent pour chacun des patients, mais c’était difficile. Je pensais à elle, la femme de 40 ans qui fait des manèges avec ses énormes seins blancs.
Le soir, aux actualités, le présentateur a dit en souriant qu’il y avait encore des morts quelque part et je me suis senti inexplicablement triste ET joyeux, désespéré ET enthousiaste, sans rien savoir d’autre de la vie que l’Homme est probablement mauvais, qu’il a d’étranges replis très sombres aux quatre coins des tissus de son âme, mais que quelque part dans tout ça, il y a des carrousels, des chansons et des femmes.

P.S. : pour ceux qui suivent aussi mes autres péripéties sur Facebook, mon tympan va mieux. Accident du travail et traitement en cours, mais ça m’a fait un mal de chien !… Merci aux lecteurs et à leurs conseils… Et mon anniversaire c’est samedi ! Envoyez vos petites culottes à l’adresse donnée dans le post précédent (je prends aussi les caleçons, mais le 02 août c’est un jour pair, alors…)

62 réflexions au sujet de « La femme-carrousel. »

  1. P.

    Joyeux anniversaire en avance alors ! Et bon rétablissement !

    Cette histoire ça me rappelle « elle a fait un bébé toute seule » de Goldman, j’ai toujours aimé cette chanson, moi je l’aurais eu dans la tête tout le reste de la journée à ta place !

    Bon été à tout le monde, même ceux qui ne sont pas en vacances !!!

    (1ère vacances d’été complète depuis 7 ans, ça se fête \o/)

    Zoubiiiii

    Répondre
  2. Cath

    Joli post, plein de douceur dans un monde qui retourne à la barbarie.
     » son sourire est immense, il goberait la lune », la lune qui rêve d ´être mère en voyant cela. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle prend la forme d’un berceau, pour bercer les petits.

    Merci pour cette page de douceur.

    Pour l’anniversaire, petites culottes, éventuellement caleçons ( à fleurs aussi ?), mais la question qui demeure : les strings, culottes gaines et autres slips léopard doivent-ils rester sur le carreau ou peuvent-ils se joindre à la fête ?
    Je laisse ceci à votre sagacité, je m’en vais repérer le bureau de poste dans mes nouvelles pénates 😉

    Répondre
  3. Marion

    Je partage presque toujours tes articles, je recommande tes textes à la moindre occasion, mais c’est mon premier commentaire. Pourtant je suis toujours touchée par tes textes, qu’ils soient infiniment triste ou plein de bonheur (ou les deux à la fois). Je ne sais pas vraiment pourquoi aujourd’hui plus qu’un autre jour je franchis le pas pour laisser un petit mot (la photo plus touchante qu’un autre jour? la résonance de ton texte? juste envie de travailler 5 min plus tard? tout cela à la fois?). Je crois que j’essaye juste de te dire merci pour ces moments merveilleux de lecture et d’émotion, merci de croire en l’humain et de nous donner envie d’y croire aussi. A la prochaine lecture !

    Répondre
  4. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Les mamans seront toujours des mamans, partout. Les hommes resteront toujours des cons et souvent des salauds.
    Ton illustration est encore magnifique, voilà une partition que l’on aimerait bien parcourir.
    Prends soin de toi.
    La bise

    Répondre
        1. Cath

          Chez les Papous, il y a les Papous papa, et les Papous pas papa. Chez les Papous papa, il y a les Papous papas à poux et les Papous papas pas à poux. Et chez les Papous pas papa, il y a les Papous pas papa à poux et les Papous pas papa pas à poux.
          Chez les Papous papa à poux, il y a des poux papa et des poux pas papa. Et chez les Papous pas papa à poux, il y a des poux papa et des poux pas papa….
          La suite, Papou papou…. 😉

          Répondre
    1. Philippe-Claude

      C’est dommage d’écrire cela, de le penser aussi. Vraiment dommage. Je vous souhaite d’Espérer encore d’autrui, de nous autres, hommes qui avons souvent du mal à élever le h au rang de majuscule. Vraiment Madame, je vous souhaite de belles, de magnifiques, de superbes futures journées. Que votre âme s’apaise, ça nous importe à nous autres, les hommes trop petits pour vous. Mes respects, mes immenses respects.

      Répondre
      1. Cath

        Je crains qu’il n’y ait maldonne.
        Si je comprends votre réponse, vous l’adressez à @grand33 ? Barbu de son état, blagueur à ses heures, et surtout, surtout passionnément humain.
        Lisez sa réponse suivante et vous comprendrez votre erreur.
        Voili voilà.

        Répondre
  5. Elle

    Je ne trouve pas les mots pour dire combien j’ai aimé cette écriture, combien j’ai aimé ce portrait, combien j’ai aimé cet instant.
    Alors Chut ! L’enfant dort…

    Répondre
  6. Lise

    Douce musique, aussi, que tes mots toujours emplis d’un respect profond et d’un Amour immense pour la femme, dans son rôle de mère ou de compagne …
    C’est bon dans un monde souvent empli de misogynie, dévoilée ou cachée, parfois en retrait mais toujours latente.

    Nous aussi, on t’aime …

    Répondre
  7. Soulalune

    Les mères de 40 ans et plus sont les plus tendres … et les moins enclines à faire passer un julot de 20 ans avant un bébé trop longtemps attendu !

    Répondre
  8. dany

    Je ne m’appesentirais pas sur la qualité du texte, beaucoup d’intervenants l’ayant déjà mis en avant.
    Ce qui m’a frappé, également, c’est ce que BOURDIEU appelait « la Reproduction Sociale ».
    NON! Je vois déjà les sourires poindrent sur les visages de certains. NON! ce n’est pas ce que vous pensez, Bourdieu met en avant une pratique sociale relative à la famille consistant en « la transmission d’un phénomène qu’il soit matériel ou non, d’une génération à une autre ».

    Répondre
  9. Herve CRUCHANT

    Après Bourdieu, quoi dire ?

    Mais voilà que Bibi, une fois de plus, derrière les acteurs, suggère un décor. Dans lequel ont commencé à errer quelques unes quelques uns… au-delà de la Mère et l’Enfant, gagnants-gagnants, se profile l’autre. Celui d’avant. Amant magnifique, Homme demi-couple, révélateur, catalyseur… Certes. Mais déchu, avouons le. Et, par l’opération du sein épris, passé au rang de Père.
    Si la Femme et l’Homme s’entendent à merveille, le Père et la Mère aussi. Mais la Femme et le Père, comme la Mère et l’Homme, çà fait un peu inceste… Bizarre bizarre… Il y a un truc qui réclame dans le berceau ! Dolto, reviens, ils sont devenus mous…

    « C’est pas çà qu’il a écrit, Bibi? » Peut-être bien. Mais c’est de çà que vous parlez, les gens. Même qu’il y a Philippe-Claude-Bombatomic qui explose ! Malin, notre Bibi. Et s’il ne le fait pas exprès, c’est encore meilleur.

    Si Grand33 aime les sérénades en 2:4 c’est qu’il ne rechigne pas à ce qu’on lui présente la note. Comme il aime volontiers reprendre tout à zorro, il suit la partoche avec le doigt. Et tout à la clé. Maman ! quelle harmonie…

    Répondre
    1. Albigène

      @Hervé
      Qu’ajouter…??? fa dièse à la clé, sol majeur, pas de renvoi à la coda….mesure à deux temps : deux jambes, deux bras, deux pieds, deux mains, deux seins à dessein et deux cœurs…..

      Répondre
      1. Cath

        Une chanson douce que me chantait ma maman,
        Je suçais mon pouce tout en m’endormant…
        http://youtu.be/bLNxHW4ZgXE

        Moi, c’était mon père qui me fredonnait ce refrain. Mais il fredonnait aussi  » dites- moi ma mère, dites-moi ma mère pourquoi les chiens dans la rue… » Que je me faisais un devoir d’entonner à mon tour, sans avoir la moindre idée de ce que je chantais. La classe en société 😉
        Finalement, les papas, ça peut être gaffeur…

        Répondre
        1. Cilou

          Mais j’évite les chansons déplacées. Je sens que sinon ils se feront une joie de les chanter devant leurs maitresses. Et j’aimerais éviter un signalement à la DDASS. On s’y attache à ces petites choses là, on aimerait les garder avec nous…

          Répondre
        2. lectrice boulimique

          Père fan de Georges Brassens…. d’où gamine fredonnant dès la maternelle: « quand Margot dégrafait son corsa-age pour donner la gougoutte à son chat… ». Merci papa, merci Georges et tant pis pour les chante-froid !

          Répondre
          1. Cath

            J’ai découvert le grand Georges plus tard.
            Papa m’aurait-il chanté la chanson de Margoton, peut-être la face du monde en eût-elle été changée ?
            En tous les cas, ma nièce s’appelle Margot, en hommage, très justement 😉

    2. marie

      on recopie ou carrément on fait tout le contraire,
      mâ M’sieur Cruchant comme vouzy allez, vous suggérasses que Messire Baptiste dans ce joli message ne nous parlisse que de mater n’ité, allez allez je crois que oui, vous voyez le mâle partout ou quoi est-ce-que?
      Oh boutin! j’atterris l’écart d’âge vous fait dire « inceste » alors que moi je voguais vers le papa la maman o-bli-ga-toire de l’autre furie, comme quoi lire et relire HC n’est pas superflue de même lire et relire Grand33, le grand et non la Grand33 auquel cas il serait la Grande33 avec un e ; PCB a du mal a suivre…. remarquez il y a de quoi surtout lorsqu’en plus là la conjugaison est aussi rétive , doit dire oh fou!!!!

      Répondre
    3. dany

      Loin de moi l’idée de me cacher derrière Bourdieu. Je voulais simplement dire, par là, que tout n’est pas blanc ou noir, qu’un homme qui ne se marie pas avec la mère de son enfant n’est pas forcément un salaud; certaines femmes souhaitent un enfant afin de l’élever seule. Si cela se reproduit de génération en génération au sein de la même famille, on peut se poser des questions. Chacun apportera sa réponse; nul ne possède toute la vérité.

      Répondre
  10. marie

    la tendresse d’une mère n’a pas d’âge mais je freine un peu sur la venue de l’enfant à tout prix, parce que élever un bébé c’est ni simple, ni compliqué (!), il faut beaucoup d’amour , d’écoute, de disponibilité sinon l’élévation se transforme en élevage.
    je suis un peu duraille là …j’ai peut être trop vu passer d’enfants qui font jolis dans le décors, des bêtes à concours, des médailles qu’on s’accrochent pour briller en société.
    et je suis comme toi Baptiste ta patiente qui chante des comptines est une maman d’amour, alors tout va bien.

    Répondre
    1. Mésange

      Je vois bien des choses autres que la Pachamama dans le texte de Baptiste, cette mère si attentive et universelle, une mère quasi… idéale. Le portrait est magnifique mais qu’y-a-t-il vraiment dessous?

      J’ai vu passer trop de mères qui reproduisaient la situation de leur mère avant elle, avec ou sans conjoint, dans une sorte de fatalité de génération en génération. Peu tentaient de faire quelque chose pour elles, pour sortir de ce cycle.
      Il y en a tant aussi désormais qui veulent « faire des bébés toutes seules » : certaines réussissent magnifiquement à élever leur enfant, d’autres s’y perdent, pour d’autres encore c’est pour « faire joli dans le décor » comme dit Marie… (ce qui est d’ailleurs aussi valable pour certains couples parentaux)
      J’ai rencontré trop de femmes qui ne voulaient un enfant que pour tenter de garder un amour qui s’enfuyait quand même. Et se retrouvaient mères célibataires avec 2, 3 voire 4 enfants, aucun du même père : je me souviens encore des larmes et de la désespérance de l’une d’entre elles dans mon bureau… et je ne suis pas soignante, elle pouvait ne pas en parler, cela ne me regardait en rien.
      Ou encore trop de femmes qui reniaient le père de leur enfant, parfois ne lui en parlaient pas, ne répondaient pas à ses questions, parfois le dénigraient violemment, donnant une image du père absolument terrible par sa négativité. Quelles conséquences pour l’enfant? Oui Grand, l’homme dans ces cas-là est irrémédiablement casé au rang de salaud, mais… peut-être finalement que certains auraient été de bons papas. Et je suis certaine, Grand, que tu as voulu dire cela : aux yeux du monde, la victime c’est quasiment toujours la mère et le père est donc de facto un salaud. Et dans la réalité du couple? Qui connaît vraiment ce qui s’est passé entre eux pour immédiatement caser l’un et l’autre?
      Ce qui n’empêche pas effectivement qu’il y a des salauds, mieux vaut que je le précise avant de recevoir des pans sur le bec! Mais faut bien l’avouer, nous les femmes, nous ne sommes pas toujours bien claires dans nos désirs et nos souhaits de vie… et parfois bien contradictoires.

      Le tout est que nos enfants pâtissent le moins possible de ce que devient la relation Femme-Homme et Mère-Père. « Juste » les aimer et les aider à grandir : « prendre un enfant par la main et l’amener jusqu’à demain »… seul(e) ou à 2 (voire plus avec les familles recomposées). Et ce n’est pas si facile.

      Répondre
      1. Albigène

        @Mésange

        Juste vision des choses que celle d’un oiseau à la si petit cervelle dit on ! Que neni. Beau discernement.
        Les schémas que tu évoques Mésange, tant au niveau des femmes qui cherchent à retenir des hommes par la mise au monde d’un nouveau baby, que celles qui veulent faire un bébé à la Goldman, le rejet du père parfois, existent. Et un oiseau est bien placé pour savoir qu’il n’y a pas que des blanches colombes et des vilains corbeaux noirs. Au final on revient au couleur des notes de musique, les blanches, les noires… mais le blanc et le noir ne sont pas des couleurs…
        Cilous

        Répondre
      2. Grand33

        Je me retrouve bien dans ce que tu dis @mésange, pour preuve c’est cette chanson que nous avions choisi pour le baptème de mon fils, il y a 27 ans, et nous l’avons marié le week end dernier. Il y avait 4 familles recomposées unies pour continuer le chemin.
        Merci de m’avoir permis d’en parler
        Plein de ciloux

        Répondre
        1. Cilou

          Aloooooooooooooors ??? Ce mariage ??? On attend encore que tu nous racontes !! C’était bien ?
          bizouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuux tout plein, tout plein, à toute la famille !!!

          Répondre
      3. lectrice boulimique

        A propos de famille, de liens maternels et paternels, de mères qui font des enfants toutes seules ou presque (pas encore au point, la parthénogenèse!),
        et toutes ces sortes de choses qui font réagir…

        ALLEZ VOIR TOUTES AFFAIRES CESSANTES CE FILM GENIAL
        http://www.cinenews.be/fr/films/the-amazing-catfish/
        par la réalisatrice mexicaine Claudia Sainte-Luce

        VO en espagnol avec soustitres anglais, si titre français il y a ça devrait donner qqch comme « ces étonnants poissons-chats »

        N’a eu quasi aucune pub dans les mégacomplexes à blockbusters; passe en plein cagnard, au fond des provinces belges dans de petits cinémas branchés « auteur »… alors qu’il mériterait un plein stade (Heysel ou Parc des Princes, au choix)

        Répondre
  11. marie

    « il est né le divine enfant chantez hautbois raisonnez trompette…. » non parce que là va pas tarder à neiger tu vois! décembre en aout….s’t’affaire… demandes à ta mutti si la rivière n’avait pas gelée en mil noeu cent quatre vingt cinq et si ton Dad l’avait pas sorti les skis et le traineau pour mener Mambibi à la mater de la grande ville. yotta bises Doc ne changes rien tu es, non mais Vraiment tu es juste la panacée à nos maux, du maux à mots , tiens ton chat plutôt que de l’appeler Jean-Charles , tu peux essayer Motamo …take care et bizouilles

    Répondre
    1. Cath

      Le chat Motamo.
      Marie la Bleue ou l’imagination au firmament 😉

      C’est vrai ça, un heureux anniversaire à Doc Bibi.
      Houbi hop ( c’est un jour pair, alors, houbi, pas houba !)

      Répondre
    1. Busheen Park

      I read your book which is translated in Korean.
      Your writing ability make me feel impressived.
      I hope that you will write more good books.

      Répondre
  12. Busheen Park

    I read your book translated in korean.Your writing ability make me feel impresived.I hope that you will write many great books.

    Répondre
  13. sylvie

    Elle a été femme avec ses idées, son programme trop bien programmé..
    Elle fera Tout..
    Oui, elle saura être une bonne mère.
    Là elle est tout entière « juste » une Maman…
    Un lendemain d’anniv, c’est le deuxième nouvel an..
    Alors …belle année!

    Répondre
  14. saur

    Joyeux anniversaire très en retard!l’an prochain je serais opé 😀 ! Énormes seins blancs: c’est la bonne expression!je n’ai jamais eu des seins aussi énormes que lorsque j’allaitais

    Répondre
  15. maya

    Je voulais te remercier pour cette belle histoire , et aussi pour la photo tellement magnifique . Cette femme nue , assise dans cette position , transpirant de tous ses pores des notes de musique , tel un carrousel … Trop jolie ! Il y aura toujours des hommes trop jeunes ou trop vieux , qu’importe , qui délaissent femmes et enfants , et des femmes admirables qui élèvent seule leurs enfants . Parfois c’est le contraire qui se produit , des hommes biens , plus maternelles que beaucoup d’entre elles , qui les élèvent , et qui les élèvent très bien … Il y aura toujours des injustices malheureusement . Quoi qu’il en soit , cette femme que tu dépeint avec tant de douceur et de tendresse , est belle et admirable …! Et l’enfant sera , quoi qu’il arrive , un enfant de l’Amour , grâce à Elle … Grâce à toi , moi je pars , pour découvrir des pays fantastiques , comme toujours… Je te souhaite le meilleur , Lion , gardien de la terre … Bisous , je t’embrasse .

    Répondre
  16. Fol2

    Bonjour!
    Très, très, très, très….en retard…. Doux et heureux anniversaire, Cher Doc Bibi!
    Poutou (qui pète) pour l’occasion 🙂

    Répondre
    1. Mésange

      Merci Nicolas de nous rappeler que s’ils ne portent pas les bébés et ne donnent pas le sein-cheval-blanc, les papas peuvent aussi être des hommes-carrousels pour leurs enfants, attentifs et aimants. Le carrousel est juste… différent, mais l’amour est là. Et c’est beau un homme quand il arrive à exprimer tout l’amour qu’il a en lui : ça , ce n’est pas donné à tous!

      Répondre
  17. Patrick

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blog par le bouche à oreille.
    Vous avez un vrai talent d’écriture. On me l’avait dit, mais je voulais m’en assurer. Quelque soit le sujet, je me régale à vous lire.

    Merci
    Patrick

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *