434 réflexions au sujet de « Livre d’Or… du livre ! »

  1. Claudia

    J’ai refermé ton livre il y’a 2 bonnes heures… Il m’aura fallut ça au moins avant de pouvoir poser des mots ici.
    J’ai lu ton blog, 1 fois, 2 fois, 5 fois. J’ai humé l’humain derrière les mots, tous ou presque. J’ai vibré, souris grimacé. Compris, ou pas. Désespéré aussi parfois. Je ne savais pas ce que tu saurais apporter de plus, mais j’avais confiance. Et comme j’ai eu raison.
    Tu as su faire le lien du lien.
    Magnifiquement.
    Je suis dythirambique ? Ouai ! Et j’ai raison !
    Parce que je viens de me prendre 1001 nuances de vie. Tu m’as prise par la main et tu m’as emmenée prendre la main de tant d’autres encore. Vous êtes beaux B. toi et les combattants de l’héroïsme du quotidien qui t’accompagnent. Tellement.
    C’est de l’émotion continue sur 321 pages. Pas seulemnt sur les 7 jours, mais dès la préface, jusqu’aux remerciements.

    C’est surtout l’une des plus belles histoire d’amour que j’ai lue.

    Je n’aurais pas pu avoir un plus beau cadeau d’anniversaire, alors voilà : MERCI. Vraiment.

    P.S. T’as même pas besoin de masque. La combinaison en latex rose pour la photo, ça devrait suffire à détourner l’attention de ton visage 😉 (Ben oui j’ai fait un bête copier/coller depuis la page « sortie du livre » parce que, même en étant forcément moins sous le coup de l’émotion, je n’ai rien à enlever à ce que j’ai dit. Et je laisse le ps désormais caduc parce que j’y croyais moi à la photo avec la combinaison lapin rose !!!)

  2. LoloPunto

    J’ai pleuré, ri, dévoré et en 3 jours (enfin 3 nuits), il est fini ! Une petite pépite d’or massif, qui rassure sur les déconvenues que l’on rencontre parfois dans les couloirs des hôpitaux, dans nos relations parfois complexes avec les « soignants ». Ces « humains » qualifiés restent des humains avant tout, qualités et défauts inclus !

    Et pourtant, ils ont le pouvoir des Dieux parfois, des savoirs magiques, des potions extraordinaires et un langage incompréhensible.

    En ce moment, l’hôpital et ses soignants sont ceux que je redoute le plus, je les croise de façon hebdomadaire, au fil d’une grossesse compliquée et d’une naissance qui s’annonce particulière. Lire ce livre en parallèle de mes propres aventures et rencontres hospitalières me fait les regarder autrement, envier leur travail, comprendre leurs aspérités et parfois tolérer leurs réactions inadéquates. Des humains soignent des humains, les 2 parties se doivent d’avancer main dans la main !

  3. Rofine

    Quel bonheur de vous lire avec des mots pleins de poésie, pudeur, humour et respect de l’Humain. Chacun à ses fêlures qu’il soit soignant ou soigné. Vos histoires nous touchent, nous font rire aussi et nous font réfléchir au sens de la Vie.
    Grâce à la patiente « Femme-oiseau-de-feu », fil rouge de votre livre, nous parcourons les différents services de l’hôpital et admirons le travail de l’équipe médicale complice et soudée (à part chef Gueulard).
    La réconciliation est en marche!
    Merci VRAIMENT merci de nous avoir offert ce magnifique cadeau!

  4. Raoux Valérie

    Merci pour ce livre que je vais prêter à ma famille, conseiller à mes amis et bien sur offrir à ma nièce(en 3eme année de médecine!)
    Valérie

  5. Alex

    Bravo!

    J’ai dévoré ton livre en une soirée, j’ai ri, pleuré,il m’a ému, donné un formidable envie de vie et surtout une immense envie d’embrasser ma femme et mon bébé!!!

    merci!

    continues!

    je te souhaite une heureuse carrière d’écrivain/medecin!

    Un kiné qui recommande ton bouquin à tous ses patients!
    Alex

  6. Catherine(d'A-rgentine/-BRAZOS/-MOUR)

    @CILOU:Et meme que demain,c’est pas raviolis…hein,Cilou…demain on tiendra le DOC BIBI,ENTRE NOS DOUCES MAINS…N’en deplaise aux jaloux…Herve,ne boude pas…tu sais bien qu’on t’adore…mais demain,ce sera sur nos portes: »NE PAS DERANGER POUR CAUSE LECTURE COUP DE COEUR »…

      1. Lofine

        Ça m’a fait le même effet lorsque je l’ai enfin tenu entre mes doigts !!!
        J’ai commencé ma lecture, je la savoure et prend mon pied.
        Merci

  7. Morgane

    Alors voilà, (oui très original et pas du tout plagié)
    Moi, (oui je suis très narcissique) petite étudiante en médecine (en P1 ou PACES), je te (oui car je te tutoie) remercie, pour me faire tenir cette année difficile, toi aussi tu es passé par là, tu sais ce que c’est.. Oui peut-être que maintenant que tu as (pas sûre de mon accord du temps m’enfin..) prêté serment, cette première année te semble dérisoire, peut-être que ce sera mon cas d’ici quelques années, mais à l’heure actuelle c’est difficile. Alors je te remercie 1001 fois, pour égayer mes pauses entre deux révisions, pour me faire rire, me faire pleurer, bref me sentir vivante, me rappeler pourquoi j’ai choisi cette voie et pourquoi je me battrais pour l’avoir cette année.
    Je recommande ton livre à tous mes amis P1, eux aussi te remercieront, je n’en doute pas.
    Bref, continue d’écrire, continue de soulager tes patients, continue d’être tout simplement.
    Et merci encore.
    Morgane qui espère qu’un jour elle pourra dire : « Oh Bibi, bah c’est mon confrère »

    1. Solène

      Morgane, ton commentaire m’a touchée, moi aussi j’ai découvert le blog pendant ma P1.. L’an dernier!, et je me suis beaucoup reconnue dans ce que tu as écrit.
      Je me permet de te dire de continuer, c’est un bon motivateur que tu as trouvé là (peut être même un poil porte bonheur qui sait?), accroche toi et l’an prochain tu feras tourner « Alors voilà » dans ta promo P2, et tu prêtera ton exemplaire du livre à tes fillot(e)s avec tes fiches révisions les plus jolies!
      Plein de courage à toi et bonne chance! (et dis toi que le 1er stage en aout te tend les bras, c’est comme dans « Alors voilà », tu verras!)

  8. Yohan

    je viens de terminer ton livre a l’instant, et je n’ais qu’un seul regret : qu’il ne soit pas plus long !
    Je suis actuellement étudient infirmier de seconde année, et tes histoires (qu’elles soient drôle, triste, mélancolique …) me font toutes rêver, autant sur ton blog que dans ton livre !
    tu dois bien être le premier (et le seul ?) docteur que je vois/lis , prendre autant de considération auprès d’une patiente, en l’accompagnant comme tu l’as fait jusqu’à son dernier souffle tout en continuant de lui raconter tes anecdotes ! je trouve ça juste … Beau, superbe.. j’ai du mal à trouver le mot juste qui qualifierait cette relation !

    tu m’as fait sourire, tu m’as fait rire, tu m’as rendu triste le temps de quelques pages, tu m’as ému …
    « une pépite d’humanité » (le monde) : 100% d’accord avec eux !!

    je suis sur tu feras un excellent médecin (tout comme tes compères (Blanche, poussin, Annabelle..)) ou du moins j’ose l’imaginer !
    Je te souhaite donc beaucoup de courage pour ton avenir (médecin et écrivain .. « Alors voila 2 » peut-être un jour ? ;)) et continue a nous « réconcilier » les uns les autres comme tu sais si bien le faire !

    PS: tu peux compter sur moi pour en parler autour de moi !! 🙂

  9. Camomille

    Aujourd’hui une de nos petite patiente est partie, mes dernieres nuits au boulot étaient un va et viens entre sa chambre et mon transat où je lisais ton livre. Grace à toi maintenant je l’imagine sur un poney multicolore au son des beattles, alors pour cette image et pour ton livre je te dis MERCI Bibi, vraiment merci !

  10. cokecinl

    Certains moments, dans le tourbillon du quotidien, je déteste l’humain… sa méchanceté et sa bêtise… Je le prends de haut et j’oublie que je peux aussi être méchante, bête et humaine.
    Des fois, dans le tourbillon du quotidien, je ne prends pas le temps de regarder mes enfants grandir.
    Bien souvent, dans le tourbillon du quotidien, je ne dis pas aux gens que j’aime que je les aime.
    Le tourbillon du quotidien fait que, même si j’aime ma vie, je cours et reproduit les mêmes gestes.
    Et tout à coup, il m’arrive de m’arrêter, mettre sur « pause », reculer de quelques pas pour mieux voir, pour mieux savourer mon tourbillon du quotidien, aimer le monde autour de moi, admirer mes deux z’affreux jojos… Savourer le toucher, le gout, la vue, l’odorat, l’ouïe, la vie.
    Dévorer un livre, ça m’ait arrivé… j’aimais l’histoire, le style…
    J’ai dévoré le votre.
    Mais différemment cette fois… Il a un impact direct sur le (tourbillon du) quotidien. Dans le sens où au moment où on le referme (et croyez moi, je l’ai souvent refermé, deux petits enfants m’appelant pour x ou y raisons !), il arrive à déclencher ce moment de grâce, ce moment où je mets sur « pause ».
    Ce bouquin fait encore plus aimer la vie, l’odeur des enfants encore tout chaud au réveil, la douceur d’un petit bisou tout collant de bonbon, la barbe de leur père contre ma joue, aimer encore plus les gens autour de nous, l’odeur de la pluie, la couleur des feuilles en automne, la chaleur du soleil sur la peau, le café le matin…etc…
    Bref, merci !
    J’aurai pu continuer looongtemps, mais on est mercredi !!! Le jour des enfants ! Et ils m’attendent pour notre tourbillon du quotidien …

    1. Cilou

      Il est très beau, très vrai, votre com…
      Je m’y retrouve beaucoup.

      Plein de bisous à vous, à vos p’tits monstres, et passez une excellente journée !!

  11. Coconut

    J’ai acheté le livre hier. J’en suis à la page 135… Dur de le lâcher!
    Merci pour cette belle écriture.
    Je voudrais aussi dire que le livre était en tête de gondole à la Fnac de Lyon Part-Dieu, facilement accessible… J’en suis heureuse pour vous!
    Continuez à nous amuser/attendrir/faire réfléchir avec autant de talent.

  12. Marie.

    Voilà, je l’ai fini, je l’ai lu. Doucement, savoureusement. Je l’ai depuis
    le jour de sa sortie. Je ne l’ai pas dévoré. Volontairement. Le premier
    jour, j’ai lu beaucoup. Il m’a fait chaud au coeur. Je l’ai posé et cette
    chaleur, je suis allée la partager, pleine de courage, souriante, avec mon
    amie, atteinte d’un cancer du poumon. Puis, je suis rentrée, je l’ai
    regardé, posé là, dans le salon. Je ne l’ai pas rouvert. Je voulais en
    garder pour le lendemain et pour les jours suivants. Je voulais que chaque
    particule de cette tranche de vie fasse au jour le jour son effet.

    J’ai parlé de ce livre autour de moi. Et donc, j’ai parlé de son auteur. On
    parle des auteurs en les nommant par leur prénom suivi de leur nom. Je me
    suis surprise à parler de Baptiste ! Je n’ai pas dit Baptiste Beaulieu, j’ai
    parlé de Baptiste !

    Ce livre fait du bien, à tous, soignants, soignés, bien portants.

  13. Marilyne Baratte

    J’ai acheté le livre le lundi matin a 10h et je l’ai fini le lundi soir a 21h . Impossible de m arrêté de lire, mélangé entre rire et larme, ce livre m’a énormément plu tout comme le blog . Des histoires prenantes , certaines me ramène a ma propre vie, mon passé. On s’y retrouve tous je penses. Des personnages auxquels on s’attache. Beaucoup d humanité .
    Vraiment a lire je le conseil et je compte bien en parlé autour de moi.
    Merci beaucoup baptiste, et continu ainsi

  14. Fabienne Lespineux

    un seul (UN SEUL !!!) exemplaire de ton livre à la FNAC près de chez moi !!! eh bien il a été pour moi, et je me réjouis de cet égoïsme, parce que je me délecte de sa lecture, comme je me délecte de celle de ton blog. merci pour tout ce que tu nous donnes, doc Bibi !

  15. Edwige

    Merci pour les sourires, les rires, les larmes montantes, les larmes qui coulent.
    Merci d’être toi, merci de nous réconcilier de la plus belle façon qui soit.
    Merci d’avoir les mots pour les maux.

    (Et encore merci d’être toi)

  16. mikaIDE

    salut baptiste, j’ai fini le livre avec délectation, tu a réussi a faire un livre de ton super bon blog et ça c’est VRAIMENT bien. Si tu passe a Auch pour les dédicaces, essaye de venir un jour impaire et de ne pas oublier les papillons de nuit qui font que l’hôpital ne meurt jamais…….
    ps : j’ai quand même remis du papier dans l’imprimante pour ta thèse……continu comme tu es j’en suis a 3 livres a la famille (bonne exportation bretonne)……enjoyyyyyyyyyyyyyyyyy

  17. Morgane

    J’ai refermé ce livre il y’a maintenant quelques jours et pourtant mon esprit y est encore plongé.
    Peut-être est ce parce que chaque jours, je croise des blouses blanches, je vois des patients, et je me perds dans les dédales des couloirs de l’hôpital.
    Un sourire redonné sur les lèvres du patient et probablement ce qui me rend la plus heureuse dans ma journée de travail.

    Ce livre est une merveille.
    Il résume parfaitement des situations qui peuvent être vécues dans les services : avec humour, parfois avec tristesse, … Mais toujours avec cette honnêteté et cette bienveillance propre à Baptiste. On rigole, on pleure, on se met à la place du patient, du médecin, ou tout simplement de l’Homme qui vit avec ses faiblesses.

    Ce ne sont pas que des maux qui sont mis en avant.
    Au contraire, ce n’est qu’amour, espoir et héroïsme.
    La réconciliation ne fait que commencer, et chacun en se donnant la main nous parviendrons à rendre l’hôpital plus gais.

    Ce livre nous fait du bien, ce livre nous chamboule, nous retourne, nous interroge.
    Partageons le qu’importe qui nous soyons.
    Alors voilà, B. VRAIMENT merci

  18. stéph

    Ni fan des hopitaux, mais contraint de fréquenté un de Toulouse et celui d’Auch ces dernières semaines (pour quelque chose de bénin), ni gros dévoreur de livres, je pense aujourd’hui que tu m’as réconciliè avec les hopitaux et les livres. Je n’avais jamais été opéré durant les 44 premières années de ma vie, ni hospitalisé d’ailleurs, j’ai découvert des gens fantastiques, j’ai voulu en savoir plus, j’ai découvert un super écrivain.
    Je n’ai pas encore fini de le lire mais déjà bravo et merci à tous ces gens qui travaillent dans les hopitaux.

  19. Catherine(d'A-rgentine/-BRAZOS/-MOUR)

    A-Baptiste:Il y a des jours PAS ORDINAIRES,des jours pairs et des jours impairs,il y a des jours EXTRAORDINAIRES,des jours qui riment avec SOURIRE…(Si tu changes beaucoup de lettres a mercredi,comme tu l’as si bien fait pour Grand33,…ca colle…mais,bon,comme t’es TRES,TRES occupe,j’te dirais d’me faire confiance et d’pas perdre ton temps a essayer…)Dans le pays ou je vis,dimanche prochain c’est la FETE DES MERES(j’ai parfois du mal a m’acclimater a ces changements de dates emblematiques,mais depuis que Noel peut se feter e Octobre…ca me surprend moins…).Aujourd’hui,j’ai une pensee particuliere pour toutes les meres,mais surtout pour celle a la TETE DE LION(enfin,ca c’etait avant la tele..)aux yeux verts…qui a enfante UN BEBE DE PAPIER,qui babille avec tendresse,son vecu remplit d’ESPOIR,en evoquant avec tact et lucidite,la realite de la vie d’hopital…Quand on est mere,c’est tous les jours,mais moi,ce jour,je n’l’oublierai jamais…mes 3 enfants sont venus m’embrasser et TON LIVRE est enfin arrive…Alors c’est avec une grande joie que la mere comblee que je suis,envoie des ABRAZOS-chauds a la MERE QUE TU ES DEVENUE LE 9 OCTOBRE…Beau Doc Bibi(tres beau meme..car depuis peu on en a la preuve…enfin pour l’exterieur,car pour l’interieur,ca fait longtemps qu’on savait,la BELLE PERSONNE que tu es…)et j’espere VRAIMENT,((vraiment)),que pendant encore longtemps,tu enfanteras dans la joie,des histoires si bien racontees…je fais aussi un CLIN D’OEIL malicieux,a la troupe de joyeux lecteurs,UNE FINE EQUIPE,comme tu l’as surnommee,et qu’a travers ta gentillesse,tu as voulu regrouper…j’ai presque 50 ans maintenant,mais grace a ton incomparable talent,tu me fais encore croire au Pere Noel…et meme s’il est d’Octobre,je sais qu’il a un coeur d’ANGE,qui m’a bouleversee…Sache enfin que je trouve merveilleux de croire en ses REVES de gosse,et de se donner un jour les moyens,de les realiser…LONGUE ET BELLE VIE A TOI ET A TON LIVRE…

  20. Margaux

    Livre dévoré en une journée, le 9 octobre.
    J’avais laissé un commentaire sur réseau social :

    « J’ai eu la chance de trouver le livre ce matin (et pourtant, j’ai galéré à le trouver) et je viens de le finir…
    Simple, authentique, respectueux, avec en plus quelques petites références littéraires et musicales, des tranches de vie étalées avec douceur. Parce-que il y aura toujours une Mme Didon, un M Harry Man, un Eli, une patiente de la chambre 7, et tous les autres…
    Juste merci.
    (et oui, le cahier des charges est rempli) »

    Il nous romance l’humain avec une plume légère.

    Avec un tout petit peu de recul, je trouve juste que la lecture des anecdotes dans le livre (où les gens ont des « noms ») et dans le blog (où une initiale est « n’importe qui ») se fait complètement différemment. De mon côté, ce livre m’est déjà réclamé par plusieurs personnes de mon entourage. Et j’ai pu voir, grâce au mécanisme en lien avec le blog/le livre, que la réconciliation s’est faite :
    – Entre soignants et soignés
    – Entre soignants, tout simplement
    – Entre livre et potentiels lecteurs(très!) fâchés avec la littérature

    Alors Voilà, pour différentes raisons : merci.

    Signé : une fane de littérature, une admiratrice de l’Humain, qui parle de ton livre dans son propre domaine de soins
    Margaux

  21. Cilou

    Je me suis promis de le lire doucement, de le savourer. Résultat, récupéré à 18h, j’en ai déjà lu la moitié, je retiens les sanglots, les fous rires, les sourcils qui se lèvent d’admiration.
    Ah pour Mr Conatus, j’ai ri et sangloté en même temps, impossible de savoir quelle émotion prédomine…

    Bravo, vraiment. Et encore je n’ai pas fini ma lecture. Mais là, quand même, je dois VRAIMENT dormir.

  22. anna

    Touchant, drôle, émouvant, tragique, comique, léger, profond, déroutant, percutant, amusant, prenant, intéressant, intelligent, vrai, surprenant, juste, triste, gai, inattendu…simplement humain. En un mot comme en cent, un livre qui vaut d’être lu, vraiment.

  23. ANGELIQUE LEGUEN

    Cher Tête de Lion à chemise à carreaux !
    Alors voilà……c’est fini ! 4 jours d’émotion.
    C’est un beau livre, non que dis-je un très beau livre, qui donnerait une bonne claque à certaines personnes qui accaparent le temps à d’autres pour un bobo ou une pacotille….car je crois, qu’elles ne considéreraient plus leur bobo de la même façon !
    je vous remercie de toute cette émotion, de tous ces rires, et j’ai bien compris (je suis une ancienne blonde MDR) que si je souhaitais vous rencontrer un jour il faudrait choisir un jour pair LOL
    Merci infiniment pour cette leçon de vie
    Respectueusement. Angélique

  24. CMF

    Que dire qui n’a pas été dit? ça fait quelque temps que je suis le blog, j’en parle autour de moi et j’ai eu l’agréable surprise hier de me voir offrir le livre (du coup, je n’ai pas rétorqué l’habituel « mais il ne fallait pas! »). J’en ai dévoré la moitié hier soir, et je regrette déjà qu’il ne reste plus qu’une moitié avant la fin… Je n’aurais qu’à le relire cinquante-douze fois avant le deuxième tome (?).
    Merci, merci et encore merci!

    PS: Dédicace à Paris?

  25. Jo.G

    J’ai finis le livre hier, et je dois dire que je l’ai trouvé absolument MAGNIFIQUE.
    En 2 jours c’était bouclé .
    Je dois cependant avoué que quelques questions restent en suspend , notamment le pourquoi du  » Alors Voilà  » , je pensais vraiment y trouver la réponse, où alors je suis passée dessus sans m’en rendre compte ( Oui je lisais vite et oui j’étais obnubilé par toutes ces histoires) .
    Bien sûr certaines histoires avaient déjà été publiées sur le blog, mais ça ne m’a pas dérangé , au contraire, j’ai put les redécouvrir !
    L’écriture est absolument géniale , franchement.

    Le livre n’est pas vendu en Belgique, si ? Je l’ai acheté en France pour être sûre mais par exemple, sur le site de la fnac belge il n’y a pas le livre .. Enfin, je n’ai pas vérifié depuis !

    J’espère vraiment que ton livre va se traduire dans plusieurs langue (et surtout en anglais) , je connais déjà beaucoup de personnes qui s’y intéresseraient !

    Bon courage pour la suite, et surtout, SURTOUT continuez d’écrire , la part d’humanité qu’on découvre est magique .

  26. Irène

    Cela fait du bien, beaucoup de bien. Une personne sincère qui ne cache pas sa joie ni ses moments de tristesse. Qui ne fait pas semblant …
    J’aime le blog, j’ai aimé le livre. A vrai dire, je ne doutais pas.
    Être confrontée également à ce que vous vivez tous les jours. Ce qui est gérable une fois, dix fois, devient certainement très lourd quand c’est le quotidien.
    Vous avez un véritable talent pour l’écriture. Courage pour la suite, c’est un peu déstabilisant un bébé …

  27. clotilde

    Il y a les livres que l’on aime, ce que l’on nous offre et qui quelques fois déplaisent … et ce que l on retient. Je retiens le votre Baptiste, vraiment et pour toujours.
    Merci.

  28. Cilou

    Ca y est, livre terminé. ça valait bien le coup de promettre solennellement de le savourer. Bref.

    Je vais essayer de faire un com objectif et pas juste ressembler à une groupie hystérique devant son idole. Je n’ai plus 17 ans, moi 😉

    Donc, ce livre : quand même, une claque. Et une vraie. Beaucoup d’anecdotes déjà connues du blog (mais qui n’ont pas pour autant perdu de leur saveur), beaucoup d’autres inédites, un bon mélange, mais surtout la trame de fond qui tient en haleine, on referme ce bouquin submergé d’émotions, on ne sait plus bien lesquelles tellement on en a pris dans la face, mais elles sont bien là.

    C’est d’ailleurs le seul bémol que j’ai à mettre : autant sur le blog, les histoires étaient bien dissociées les unes des autres, à chaque post une histoire singulière. Là elles s’enchainent, sans même qu’on s’en aperçoive, les émotions aussi… et du coup on ne peut pas profiter à fond de chaque émotion, il faudrait pouvoir poser le livre, encaisser le choc, digérer, ressasser, et seulement ensuite y revenir. C’est juste très dur car bien entendu, on veut connaitre la suite ! Alors le lecteur est bien « obligé » de lire le livre plusieurs fois, une 1 ère en se prenant tout sans l’âme d’un coup, puis les autres fois en distillant un à un chaque sentiment insufflé par la lecture.

    D’ailleurs, ce qui fait le bémol fait aussi la force : pris dans un tourbillon d’émotions, qui se potentialisent les unes les autres, on ne sait plus si on rit ou on pleure. Pour Mr Conatus, j’ai tenté tant bien que mal de lire le passage à mon mari, je m’étranglais, je ne savais plus si c’était de rire ou de sangloter. D’autres passages, que je ne lui ai pas lus ; je savais bien que je n’irais pas au bout. Ce livre fait se sentir vivant, c’est une ode à l’amour, à la célébration de la vie, de l’amitié, ça me rappelle un peu Aldebert, qui chante les bons moments et les petits plaisirs de la vie, l’amour et ses affres.

    Quoiqu’il en soit, mon verdict est sans appel : s’il y avait un livre à emmener sur une île déserte, ce serait celui-ci. Pour la simple et bonne raison que sur une île déserte, ce qui manque, c’est l’humain, le contact, la chaleur d’une rencontre, la douceur d’un sourire, d’une main tendue. Ce livre, c’est tout ça. Un immense bravo. VRAIMENT.

    1. Grand33

      @cilou
      Waooh c’est trés juste ce que tu écris c’est exactement ce que j’ai ressenti et je n’ai pas pu l’exprimer. Ça me ferai presque chialer mais les grand ça pleure pas …..
      Merci de l’avoir écrit
      La bise

    2. Jos

      Super bien exprimé @Cilou. Moi aussi, je me laisse quelques jours pour le relire, je l’ai lu presque d’une traite et maintenant je veux le savourer.
      @Bibi : ne t’inquiète pas, c’est une petite perle. Un peu de patience et la boule de neige grossit, grossit.

    3. celine

      @cilou….je commence a peine ce livre que j’ai pourtant acheté Ilya quelques jours, mais jai retarde le moment d’ouvrir ce livre car je sais que je vais le dévorer, et que les émotions vont me submerger…je suis une soignante au grand cœur, passionnée, et ce que vous écrivez à propos de ce livre m’a déjà traversée de frissons…très bel hommage à ce beau bébé:)

  29. Adrien Vlahovic

    Je voulais te remercier pour cette superbe leçon de vie apportée par ce livre, pour cette histoire tellement prenante. J’ai acheter le livre aujourd’hui et l’ai lu d’une traite sans pouvoir m’en décoller ! Je suis d’autant plus heureux que cela fais maintenant un an que je suit ton blog. Ce livre, tout comme ton blog, a d’autant plus d’importance pour moi du fait que je sois cette année en PACES (à Clermont-Ferrand) et cela me donne encore plus l’envie de réussir et m’aide dans les moments durs.
    Alors voilà merci beaucoup à toi.

  30. josette

    J’ai eu la mauvaise idée de lire les commentaires avant de laisser le mien. Je ne peux que me joindre aux compliments et louanges adressées à l’auteur, ils sont pleinement mérités. Pour ma part, je n’ai pas réussi à lire le bouquin d’une traite, trop d’émotion qui vous étreint d’un coup, mais j’ai aussi beaucoup ri. Il y a un personnage que j’ai envié dans ce récit, c’est la dame de la chambre 7 du 5ème étage : que d’amour autour d’elle!
    Merci pour tout cela Baptiste

  31. céline

    cmt te dire, meme si j’ai lu ttes les histoires de ton blog, on peut se demander si le livre ne sera pas trop répétitif mais non, ce que j’ai aimé c que tu raconte des histoires autour d’une histoire, on est prit y a du mouvement, on ne s’ennuie pas, c beau, émouvant, très drole. Un Beau Bébé

  32. Patiente

    Le blog… une histoire qui aurait pu être banale… elle est devenue géniale car C’était sans compter sur ton immense talent !
    Ton livre est magnifique et le voir en librairie puis le tenir dans mes mains m’a remplie d’une émotion infinie. je me souviens avoir pleuré en lisant, (re)lisant certains passages.
    tes personnages sont criants de vérité. pocahontas Chef Viking, Anabelle ou Amélie, au fil des pages on apprend à les connaître, à aimer leur force et leurs fêlures. j’ai envie d’acheter des sucettes à Anabelle, de donner des géraniums à Octopus et offrir un week-end détente dans un camp de nudiste à Chef Viking. oui Baptiste ton livre est très bien écrit, tantôt drôle, émouvant ou triste, il nous fait découvrir la vie de l’hôpital à travers les expériences de ces très jeunes internes.
    MERCI baptiste et bravo pourtant immense talent. ton bébé est magnifique.

  33. aline

    Tout ce que vous avez toujours voulu lire sur la vie et la mort, leurs beautés et leurs incertitudes EST la dedans avec une
    Simplicité et une grande bienveillance pour les uns et les autres! Quelle claque! Merci alexandrine et merci à cet auteur et à tout le corps médical et a notre corps tout court. Ça vibre!

  34. Anthony

    Livre ternminè et mon esprit est encore ravagé par ton livre il a changè ma façon de voir certaines choses, m’a conforter dans certaines idées. Comme beaucoup , j’ai ris , pleurè , et m’a aider aussi…alors un GRAND merci à toi de t’être lancé dans cette aventure et de m’avoir fait rêver. Et au fait….. On pourrait presque tomber amoureux de toi juste en te lisant 🙂

    1. Catherine d'Argentine

      @Anthony:Rassure toi,c’est un effet secondaire innofensif du talent de notre beau DOC BIBI prefere,on est tous tombe amoureux,avec tout notre respect,…et c’est pour longtemps…nous,tous les lecteurs,on vivra au REZ DE CHAUSSEE et BIBI AU 2em ETAGE…et au 1er,les DIEUX DE J’SAIS PAS TROP QUOI,NOUS ORGANISERONT DES SOIREES »CONTES »autour de la cheminee,et quand Bibi sera fatigue,sur qu’Herve et ses acolytes prendront le relai,…et ON »S’EMOTIONNERA »TOUS EN CHOEUR/COEUR…

  35. Luda

    Je cherchais un cadeau pour ma soeur, je me suis donc retrouvée à la Fnac, simple habitude.
    Puis, j’ai vu votre livre. Posé. Là.
    Après avoir lu les articles, tenir le livre, là, entre mes mains, c’était étrange : beau et bizarre à la fois.
    Je me suis demandé, un ou deux ? Deux ou un ? Et j’ai décidé d’être égoïste.
    Ce sera un, je le ferai tourner avec plaisir, j’obligerais même certains à le lire, mais ce sera le mien.
    Idiot, non ?
    Comme ça, ils n’auront plus qu’à s’acheter le leur, et le prêter eux-même à leurs amis… Vous parliez de bouche-à-oreille, non ?
    Bref.
    Evidemment, à peine arrivée chez moi, je finis par l’ouvrir. C’est vraiment un immense plaisir de se retrouver plonger à nouveau dans cet univers, c’est s’envoler encore une fois, sourire et se souvenir que l’Être humain est magique, quelque part.
    Alors, je vais prendre mon temps, malgré la tentation – et elle est très très forte -, et le savourer, votre livre.
    Déjà pour ma santé émotionnelle, puis parce que je ne pense pas qu’il faille le dévorer trop vite. Il y a trop d’histoires, trop de vies, qu’il faut pouvoir en sentir chaque saveur.
    Re-bref.
    Merci beaucoup.
    Sincèrement. Merci.
    Du partage, de l’écriture. Merci.

  36. Christine

    Baptiste,
    Quel bonheur de t’avoir rencontré et de lire ton merveilleux livre qui retrace notre quotidien de bien belle manière: merci, vraiment, pour ce que tu es et pour ce que tu fais rayonner autour de toi, par tes mots, tes phrases! Rires, émotion, grimace, gène, joie,larmes….je suis passée par toutes les émotions et tous les états. Oui, je crois en toutes ces personnes qui se croisent dans les couloirs et les chambres , je crois en ces mots échangés, ces regards posés, ces mains tendues, ces larmes séchées, ces sourires… Je travaille auprès de la personne âgée et je peux dire avec toi que je crois a la réconciliation des soignés et des soignants…du moins, je veux continuer a y participer.
    Je n ai pas fini ton livre , je veux faire durer le plaisir de te lire…
    Prends soin de toi. Bises

  37. Alexis

    Hop je remets mon message a la bonne place.

    Alors Voilà,

    Un grand bol d’humanité que ce blog et ce livre, un vrai don d’observation, pas de pathos facile toujours le ton juste. Souvent peu de mots suffisent pour se comprendre… J’ai pris votre livre en allant a une dédicace d’Hugo Horiot ( L’empereur c est moi) et de sa mère (Le petit prince cannibale), autre bol d’humanité appréciable, l’autisme une autre fenêtre sur notre monde…
    Bref, un livre aussitôt finit aussitôt partagé ! Les relations humaines sont ce qu’elles sont: tantôt compliquées, tumultueuse, émouvante, épurée… Bref un panel si beau et tragique se doit d’être révélé et admiré comme il se doit, comme un langage universel ! Nul doute que la traduction enrichira d’autant plus l’expérience de votre « bébé » comme vous dites, s’il y a bien une tour de Babel moderne ce sont les hôpitaux d’aujourd’hui.
    Vous avez une capacité d’empathie que l’on rêverait de voir grandir chez un plus grand nombre d’entre nous, et vous n’étiez pas trop mal entouré de ce point de vue visiblement chez vos collègues. Mais montrer les forces c’est une chose, aborder les faiblesses en est une autre. Et que cela vous concerne ou bien ceux que vous côtoyez, vous n’évitez pas la question toujours avec ce regard bienveillant, d’enfant comme vous le rappelez souvent.
    On se pose parfois plus de question qu’il n’en faut, sans plus savoir apprécier le moment présent, et j’ai beaucoup aimé ce superbe moment de lecture (si vous changez des lettres a superbe ça fait » Supercalifragilisticexpidélilicieux » ).

    Merci de contribuer à votre manière à solidifier les fils invisibles qui nous relient, et à en créer de nouveau de ce que je vois dans le commentaires, un salut humaniste à tous d’ailleurs ! Vivement les prochaines prescriptions Docteur !

  38. Romain Cracia

    Ton livre est une vraie petite pépite.
    on peut clairement dire que tu as réussi ton pari : tu nous as tous réconcilié.
    j’ai eu le plaisir de retrouver dans ton livre toute l’humanité qui te caractérise tant.
    a tres vite B.B.

  39. Panda7840

    Un premier mot: BRAVO! un second: MERCI!
    BRAVO d’abord pour le travail accomplie, ton livre est une bibliothèque à lui seul, mais pas n’importe quelle bibliothèque, celle de l’humanité, celle du coeur, celle de la vie….. en lisant ton livre (en le dévorant en quelques heures a vrai dire) on ne peut que regretter de ne pas travailler à tes cotés, que regretter que tu ne sois pas présent auprès de nos proches en souffrance. BRAVO de mener tout ces combats de fronts, ceux contre la maladie et la mort, celui contre tes études (une thèse c’est pas rien), et celui de régaler tes lecteurs via ton blog d’abord puis à travers ce livre…. et avec tout ca tu trouves encore le temps de profiter de tes jours pairs et impairs…. comme quoi la vie n’est pas si courte si on s’en donne les moyens…. BRAVO pour ce que tu es!!!!
    MERCI pour le plaisir que tu nous procures à travers ces lignes, à travers ces histoires, toutes plus humaines les unes que les autres. C’est ca la vie, la vraie…. MERCI de montrer cette image de ce qu’il se passe dans un hôpital, ca nous change des informations qu’on nous rabache sans cesse a la télé et qui on le don de m’agacer. Le vrai hôpital, ce qu’on y vit (et ce qu’on y meurt), c’est ce que tu racontes.
    La réconciliation n’est pas loin grâce à cette retranscription de la vraie vie.
    ALORS VOILA : BRAVO et MERCI

  40. S.

    Merci pour ce sublime livre dévoré, adoré, acclamé !! Merci pour le rappel de toute cette humanité, et pour ce partage à travers le livre et le blog ! Merci!

  41. Pierre

    Salut !
    Merci pour tout, j’adore ta tolérance, et surtout le fait que tu veilles la répandre partout. Bien sûr je ne crois pas une seconde que tu sois bi, mais c’est super sympas d’avoir rendu ton personnage tolérant ! Tu le rend super attachant puis, une fois qu’on l’aime bien, tu glisses vers : garçons jours impair, filles jours pair => excellente idée (je devrais essayer ^^).
    J’étais bloqué dans le train qui me ramené chez moi pour les vacances, tu m’as tenu compagnie pendant les 4H de retard SNCF (j’espère d’ailleurs que si tu part en vacance tu ne vivra pas la même chose oubien que, comme moi, tu sera bien accompagné).
    Effectivement, certains trouve que dans cette histoire, tout vas très vite, en même temps, ça correspond peut être à la vitesse réelle des choses aux urgences !
    Enfin bref, merci, VRAIMENT merci de défendre des valeurs de tolérance en plus du reste, j’t’adore…
    Bonne vacance donc et félicitations. Je crois que […] peut être fier de toi !
    J’te laisse, je suis dans un livre qu’un ami ma recommandé comme étant « le meilleur » : Cents ans de solitude (merci pour ça aussi)

  42. Anne7847

    Il y a 30 j’étais infirmière aux urgences de nuit, de jour, et… Rien n’a changé ! J’ai tout reconnu !
    BB tu as donné des mots à mes souvenirs : tu es un grand Conteur !

  43. Gaëlle

    J’ai fini ton livre en quelques heures seulement (fractionnées dans les transports je l’avoue), je l’ai dévoré tout simplement. Retrouver les histoires du début du blog comme si j’y étais. Je me revoyais tous les matins depuis novembre 2012 arriver dans l’amphi de médecine et lire ton article avec une copine. Et les relire là, avec toute l’histoire de Mme Oiseau-de-feu autour, c’est encore plus profond!
    Ton livre m’a fait rire, m’a fait sourire, m’a fait pleurer et m’a aussi permis de me faire regarder bizarrement dans le métro parisien ^^
    J’arrivais le matin en stage avec l’envie de vivre les mêmes histoires que les tiennes, ou même mieux de vivre les miennes et de les raconter ensuite!
    Alors voilà, merci de nous livrer un petit bout de ton monde, un instant de la vie des urgences. Merci de nous réconcilier (futurs et actuels soignants) nous aussi avec la vie hospitalière.
    Tu as largement réussi ton pari!

    Il y a des phrases qu’on oublie pas « Il y a urgence de vivre et il est plus tard qu’on ne le pense » ou « Il parait qu’on meurt tous un jour : je vais commencer par vivre la nuit ». Comme une petite boule au ventre en lisant ces lignes et en refermant ton livre.

    Encore une fois Merci!

  44. Karole

    Après avoir attendu, chaque matin, ces petits morceaux de vie hospitalière dans mon amphi…de médecine, c’est avec un grand plaisir que je les ai retrouvés dans ce magnifique livre.
    Merci Baptiste pour cette belle leçon de vie. Et quelle plume! De la joie, des rires, des frissons et le cœur serré à la fin, une panoplie de sentiments pour un livre en nuances d’humanité!
    Pour ceux qui hésitent encore, courez le chercher! Et n’hésitez pas non plus à l’offrir à vos proches soignants en puissance ou en devenir!
    Je suis étudiante en médecine, premier stage en tant qu’externe, et ce petit trésor m’a déjà bien aidée.

  45. Solenn

    Des gros bobos, des petits bobos, des gentils gens et des moins gentils, de la tendresse et de la colère, de l’espoir et de la détresse, des sentiments, beaucoup de sentiments.
    J’aime les gens, je veux dire, j’aime vraiment les gens. Et ça c’est un peu grâce à toi. Merci pour ce livre Baptiste Beaulieu.

  46. Princesse Disney

    Tout le monde parle si bien de ce livre, je ne suis pas sûre de faire aussi bien…
    Mais j’aimerais que les réticents, en lisant tout ceci, courent se procurer ton bébé.
    Tu arrives à mettre les mots justes sur notre quotidien, et de te lire dans les moments difficiles permet de se restituer, permet de se rappeler que l’on ai fait pour ça, pour aider les Hommes, les soutenir, les retenir, les laisser partir, les aimer! Oui on est fait pour ça et on aime ça!
    Il faut que tout le monde sache, que tu ne triche pas, que tu es ce que tu écris, que c’est comme ça qui tu vis le soin, avec tendresse, humour, amour, force ou faiblesse mais jamais avec détachement.

    Un livre vit par les échanges et le partage, il est difficile pour moi, de ne pas le prêter mais de convaincre de l’acheter, mais comme j’ai plusieurs exemplaires, je m’en garde un, je prête l’autre, mais, surtout, j’en parle beaucoup, et je suis assez persuasive, car pas mal ont franchi le pas de la librairie. Quel succès!

    Enfin merci pour toutes ces émotions, et merci pour A. ( ça m’a fait encore plus de choses de voir cet hommage). Pour avoir été sa patiente ( et oui les soignants sont aussi parfois soignés), elle était si douce dans ses gestes et ses paroles ( c’est bête j’en tremble), qu’elle a su me faire accepter sans trop de douleur une situation délicate.
    Merci à Elle, Merci à Toi.
    Longue vie à ce livre, puisse-t-il ne pas être le seul.

  47. Ln Gé

    Si corps et âme de franck conroy est effectivement ce qu’on a écrit de plus beau sur la musique ces dernieres années…votre livre est ce qui m’a été donné de plus émouvant à lire sur les blessures des corps et la guérison de l’ame Merci tellement.
    Ln

  48. Morgane 19 ans

    Je viens de commander votre livre, j’ai hâte de le lire, et vous remercie de me faire avoir les larmes aux yeux de bonheur en lisant vos histoires qui me font oublier la morosité des trois mois que j’avais passés à l’hôpital il y a 4 ans, après un AVP. Si on change beaucoup de lettres à « larmes aux yeux de bonheur » ça veut dire « maintenant tout ça n’est plus qu’un lointain souvenir » … grâce à vous notamment.

  49. Anna

    Tout ce que j’ai ressenti en lisant ce livre a déjà été dit : montagnes russes d’émotions, écriture sensible et drôle, un vrai plaisir !
    Du coup je vais faire ma maîtresse d’école et signaler une coquille qui s’est glissée page 56, il aurait fallu imprimer « je resserE les pans de mon manteau » et non pas » je ressers ».
    Voilà, s’il y a des rééditions du livre (ce dont je ne doute pas) ce sera corrigé; et par la même occasion je me propose comme correctrice bénévole du prochain ouvrage, ainsi j’aurai la primeur du prochain opus.

  50. Neige

    Bon… Je n’essaierai pas d’avoir la flatterie originale, c’est peine perdue: ton livre est magnifique.
    Il redonne foi, il redonne du courage, il redonne envie de sourire (même à ceux qui sourient déjà tout le temps, parce que ça fait du bien et que ça coûte pas cher). J’ai réussi à le faire durer 3 jours, ou plutôt 3 nuits où, à 3h du matin, je devais me résoudre à le fermer. Mais malgré la fatigue au réveil, je suis partie travailler 3 matins la fleur au fusil.
    En tant que commerçante, je vois défiler pas mal d’humanité aussi (moins dramatique heureusement!) et depuis 3 jours (non, depuis que je connais ton blog en fait) je souris plus encore qu’à l’accoutumée. Même agacée, même triste, je souris. Et je finis toujours de bonne humeur, parce que le sourire que je donne, on me le rend. Et je découvre, un peu ébahie je dois dire, que l’humain n’est pas qu’une carapace qui fonce sans regarder les autres. Pour peu qu’on l’écoute, il a des choses à dire, des milliards de choses.
    Alors j’écoute avec bienveillance ma petite vieille me raconter sa jeunesse de chapardeuse de cerises et je retrouve la malice de l’époque dans ses yeux. J’écoute mon Allemand guindé me parler du bouleversement entier de sa vie suite à la chute du mur, ses enfants qu’il n’a pas vu depuis 20 ans et sa conclusion sentencieuse: « c’est la vie ». Je leur souris et j’aime à croire que ça leur fait du bien.
    Et je souris doublement à la vieille conne imbuvable, parce qu’elle n’a pas dû en voir souvent des sourires pour être aussi désagréable. Ça n’est pas de sa faute, on ne lui a pas appris. J’essaie de réparer l’erreur.

    Bref, je m’éloigne un peu du sujet. Tout ça pour dire tout le bien que me fait ce livre et toute la vision positive du monde qu’il m’inspire. Merci infiniment à toi Bibi.

    PS: grâce à toi, j’ai rencontré une libraire formidable! Quand on a « Alors voilà » en stock seulement quelques jours après sa sortie, alors que l’église du coin s’appelle Notre Dame de la fin des Terres, on ne peut être que quelqu’un de bien!

  51. Simon

    Bon, c’est la première fois que j’écris un commentaire sur le net, et pour cause. Ce livre est une fabuleuse ode à la vie. A l’espoir, à la force et au courage qui nous tient et à tous ceux qui nous portent (pas de moi, hein ?!). . Un grand merci à l’auteur. Une sensibilité sublime. Un livre qui réchauffe et qui rappelle ce qu’est l’Amour entre nous, les Hommes. Aux instants de grâce et à ceux de combat. La vie se tient là.

  52. CLAIRE

    A lire, à relire et surtout à offrir, tout simplement magnifique, je suis lectrice des anecdotes depuis le début.
    Ancienne infirmière de la cardio d’Auch, maintenant en libérale. Bonne continuation à toi. Et vivement le prochain livre.

  53. CLAIRE

    A lire, à relire et surtout à offrir, je suis une lectrice des anecdotes depuis le début et j’attends les prochaines avec impatience.
    Ancienne infirmière de cardio du CH d’Auch, maintenant en libéral.
    Bonne continuation à toi

  54. Virginie

    J’aime ton livre, Baptiste. Je souris, je ris, je pleure. Merci pour ces émotions partagées.
    Pourtant, il y a un truc qui me gêne. Sans doute me suis-je trop habituée à te lire sur le blog ? J’ai besoin de ces « temps morts » (au sens sportif du terme, je veux dire « pause »), de ces respirations qui me permettaient d’absorber, de digérer au coup par coup (et on en prend, des coups, mais qu’est-ce que ça fait du bien, finalement !).
    Là, emportée par une émotion, j’ai peur d’en rater une autre…
    Alors voilà. J’ai une requête à te faire : Fais-nous vite un autre livre, en reprenant les histoires de ton blog, telles quelles, avec tes remerciements et les illustrations. Je pourrai ainsi emporter ton blog partout avec moi. Ce serait super. Vraiment.

  55. AnRo

    Que dire de plus que ce qui a déjà été dit par d’autres ?
    Ce livre est un monument d’humanité et d’amour et prouve que, certes, chez les médecins il y a autant de cons qu’ailleurs, mais il y a aussi plus de femmes et d’hommes magnifiques et bienveillants qu’ailleurs.
    Baptiste Beaulieu est clairement dans la lignée de ces médecins engagés et humanistes (Pelloux, Winckler, Chaussoy…) qui non seulement savent pratiquer la « bonne » médecine, mais savent également l’écrire.
    Une plume extraordinaire au service d’un récit bouleversant, culture et ouverture au monde transparaissent dans chaque ligne, chaque page.
    On aimerait que tous les médecins aient des têtes de lion.

  56. Sylvie

    Maman fut il y a un an une patiente de la chambre 7…. Il n’y eu pas pur elle de gentil docteur à tête de lion mais ce livre m’a tout de même réconciliée avec l’hôpital et a guéri un peu le traumatisme de perdre un être cher dans des conditions si difficiles!
    Merci à toi pour ces lignes magnifiques, pour ton humanité!

  57. Marie ANDRIEUX

    Par où commencer ?
    Après tous ces commentaires, et pourtant une évidence : Pour le Docteur Baptiste, Hip Hip Hip Hourra !
    et surtout Merci, je veux dire Vraiment MERCI ! 😉
    Quel livre, quelle humanité.
    J ‘ai dévoré toutes les pages, vite, trop vite, mais impossible de s’arrêter. Et maintenant ?
    je suis partagée entre un sentiment de vide (encore une histoire Docteur, s’il te plait :)) et une plénitude absolue : Alors oui, vue comme ça, la vie, la mort, tout cela a un sens et l’humain c’est beau, même quand la maladie rôde (et même dans la chambre 7).

    Ce livre est d’utilité publique, tout le monde devrait le lire, et dans tous les milieux professionnels.
    On devrait même le prescrire ce livre. En tout cas moi, à mes amis, je vais le « prescrire » : prendre une dose matin, midi et soir. Vous verrez, en quelques jours vous vous sentirez bien, je veux dire VRAIMENT bien !

  58. S2B

    Il semble que mon commentaire ait au final sa place ici …. alors le revoilà….
    Ca y est je l’ai!!!! lectrice assidûe du blog j’ai hâte de découvrir les inédits et variantes avant de faire les commandes pour Noel!
    Par contre un regret pour ceux qui n’auront pas accès au blog: les illustrations… parce qu’il faut le dire les photos et les dessins qui accompagnent chaque article sont toujours magnifiques, surprenants, adaptés…. et ceux là vont me manquer!
    Et puis j’ai déjà passés l’info à la vendeuse de la librairie qu ne l’avait pas lu…. oui ce livre vaut VRAIMENT le coup!
    Bonne route à vous!
    PS J’ai passé le week end dans un CHU pour soutenir le moral d’une amie et j’ai cherché Brigitte (http://alorsvoila.centerblog.net/94-le-nostromo-la-reine-des-xenomorphes-newt-et-brigitte?from=fbshare) et les autres, bref j’ai regardé les soignants d’un oeil différent VRAIMENT différent.
    la réconciliation ça marche!

  59. Vaness Gac

    Alors voilà, je viens de terminer ton livre et j’en suis toute retournée.
    Je suis passée par différentes émotions, comme beaucoup de tes lecteurs je suppose, j’ai souri, j’ai grogné, j’ai pesté, j’ai même presque versé des larmes… C’est un très beau livre.
    Sur les deux derniers jours de ton récit, j’ai repensé à mon grand-père, parti l’année dernière. Pas aux souvenirs d’enfance mais plutôt aux visites que je lui ai rendues à l’hôpital (les poumons, le coeur….) et j’espère VRAIMENT qu’il a été entouré de soignants comme toi pendant ses séjours à l’hôpital. Êtes-vous plusieurs dans ton genre !?
    Je te souhaite tout le succès que tu mérites et j’attends la suite de tes aventures sur le blog.
    Merci !

  60. Lauriane

    Bonsoir,
    Je ne vais pas être très originale mais je viens de finir votre livre et je voulais simplement vous dire merci d’avoir écrit tout cela. Je suis étudiante infirmière et je sais que si un jour j’oublie pourquoi j’ai voulu faire ce métier je le relirai encore et encore.
    Continuez à nous faire partager vos histoires, leurs histoires, nos histoires aussi longtemps que possible.

    Lauriane.

  61. Frédérique

    Bravo pour cette belle réussite que je recommanderai chaudement à mon club de lecture le mois prochain. Il faudrait juste, jeune homme, si vous le voulez bien, bannir l’expression « faire sens », qui est affreuse (presque autant que « au jour d’aujourd’hui » ou « c’est que du bonheur » (c’est dire (bon ça va, il y a des choses plus graves dans la vie (mais quand même)))). Take care.

  62. hd

    J’ai terminé le livre hier soir… Je l’avais commencé en le considérant comme une suite à la lecture du blog, m’attendant à retrouver les anecdotes tristes, drôles, poétiques de Dr Bibi. Mais en fait très vite le livre a pris toute sa place, autonome par rapport au blog, me conduisant en balade à l’internat, aux urgences, vers les couloirs de l’hôpital, et surtout au 5è étage. On y passe du temps au 5è, avec le Dr Bibi et la patiente, on s’y attache à la femme oiseau de feu, on se surprend à attendre aussi l’arrivée de son fils en maudissant le volcan islandais. Bien sûr pendant la lecture j’ai éclaté de rire, j’ai souri, eu les larmes au yeux souvent, retrouvé avec plaisir quelques histoires du blog, et maintenant je cherche des jours qui ne soient ni pairs ni impairs pour laisser un peu de repos à notre Dr écrivain. J’ai transmis le précieux à mon homme qui l’a maintenant sur sa table de chevet, mais dès qu’il le termine, je le relirai, plus lentement avec mon bloc de post-it sous la main pour y relever les passages qui m’ont le plus procuré d’émotions. Nous attendons les dédicaces à Toulouse avec impatience ! Après t’avoir souhaité bon anniversaire, encouragé quand le livre est sorti, félicité quand tu as passé la thèse avec succès, et guetté les critiques dans la presse, on t’accompagne encore après la lecture ! Encore Bravo et merci.

  63. Rulier Marie-Jo

    Bonjour Baptiste
    ah enfin ,après avoir découvert et lu ton blog ,grâce à l’un de mes fils ,j’ai découvert ta bobine avec Michel Cymes et ma fois le bonhomme est aussi sympa et drôle que ses écrits ! femme de médecin à la retraite et encore bénévole à la bibli de l’hôpital de ma ville de 20 000habitants ,je peux voir ce qui s’y passe ..bravo à toi ,ton humanité et ton humour nous font beaucoup de bien et coup de chapeau et bon courage pour ton choix de médecin généraliste ;A plus ..

  64. delabre

    Je suis une fan de ce blog…(même si je n’aime pas le mot fan, je suis loin de la groupie hystérique :-)) J’aime chaque jour y venir, lire les lignes poétiques ou pas… les jours pairs, et les jours impairs !
    Évidemment, je n’ai pas hésité une seconde à la sortie du livre… Et puis là, j’ai été cueillie mais pas parce que déjà conquise… J’ai aimé les anecdotes, les vies, l’humour, la répartie (…et pas seulement l’ergonomie du stylo :-p). La manière dont tu as relié chaque vie : Parce que TOUT EST UN…
    J’ai eu l’impression d’avoir moi aussi un tabouret discret dans le coin de la chambre 7.
    J’ai souri, j’ai ri, j’ai aimé, j’ai détesté… l’humanité. Elle est pleine de ressource, d’Amour, de haine et d’imprévue !
    Au delà de tout, de la même manière que j’aime te lire et ta façon de nous « raconter », j’ai aimé ta philosophie de vie, ta façon de voir les gens, les âmes,… Je me suis retrouvée dans tes lignes, mais qui ne s’y reconnaîtrais pas ??
    Si vous n’avez pas encore été l’acheter, courez-y ! C’est une des meilleurs livre que j’ai eu la chance de lire ! Même quand vous le refermez, il vous reste dans la tête & dans le cœur.
    Merci pour ton travail, ta volonté de nous transmettre ta vision de la vie, merci pour ce livre, merci de continuer de nous prendre par le cœur pour nous mener là où nous ne savons pas…
    Alors voila : Juste merci pour tout !

  65. Emeline

    Je voudrais d’abord te dire un immense merci pour ce livre: je suis en 6ème année de médecine, prépare le concours de l’internat et tout ce qui me rappelle que la médecine ce n’est pas des mots clés à ressortir par cœur sur une feuille est le bienvenue!
    Finalement, ton livre sert aussi à réconcilier des soignants avec la médecine!
    Ensuite, un immense bravo pour ce livre! Je me doutais qu’il serait génial mais je ne pensais pas qu’il le serait à ce point! Il m’a vraiment ému!
    Alors surtout, continue ton blog et écris en d’autre!
    J’espère plus tard réussir à être un médecin aussi humain que toi, capable de voir la beauté qui se cache en chaque patient.
    Merci encore!

  66. Marmara

    Alors, voilà; bravo, Baptiste; je croyais être un peu trop sensible à avoir les yeux mouillés ou à pouffer de rire toute seule en lisant ton livre, plutôt en le dévorant; mais je vois que nous avons tous ces réactions! je l’ai lu en deux soirées, et je vais le relire . J’en ai acheté un exemplaire le lendemain de sa parution, destiné à un personnage de ton livre que je connais VRAIMENT très bien! Puis un second, pour moi; il y en aura d’autres, en espérant que ton projet pour Pondichéry se monte facilement. Mon expérience de l’hôpital ( opération cardiaque) m’avait montré la gentillesse de la plupart des soignants; on est seul, mais c’est la succesion de gestes de sympathie qui fait qu’on supporte. Et j’ai enfin l’impression de mieux comprendre ce que vivent les médecins, les infirmiers, aides-soignants, hommes ou femmes. Quel beau et dur métier, où il faut veiller à ne pas se faire une carapace trop dure, et , surtout, à garder son humour. Tu es bien parti sur ce chemin. Je vais faire mienne ta devise ( sans la tatouer):  » Bien faire et se tenir en joie ». Merci.

  67. Ben

    La lecture est terminée, je ne dis pas enfin, car je n’étais pas pressé d’arriver au bout, et je ne sais pas quel livre va maintenant prendre place sur ma table de nuit après un tel témoignage de savoir vivre, de savoir être, d’amour, d’humilité et de bonté/beauté…
    Je dois dire que j’avais déjà ri en lisant, mais c’est la première fois en 25 ans que je pleure devant des pages d’écriture… Et pourtant j’étais un lecteur fidèle de ton blog! Mais là, vraiment tu as su allier les histoire autour d’une histoire d’amour magnifique qui fait rêver tant elle est simple et belle.
    Bravo pour ce bouquin, j’aime à croire qu’il y en aura d’autre, tu le mérites et nous le souhaitons tous.
    Ton livre trouveras bonne place sur les étagères de ma salle d’attente afin que mes patients puissent se plonger dedans en attendant que nous nous aidions mutuellement à nous relever et à nous élever l’un l’autre.
    Merci merci merci,
    Et au plaisir de retrouver tes belles histoires sur ton blog.
    Bonne continuation dans ta nouvelle vie dans laquelle tu excellera j’en suis sur!
    Ben.

  68. Fée

    merci, juste MERCI… j’ai reçu le livre, pré-commandé depuis longtemps, l’ai posé sur ma table de chevet en attendant de trouver le moment idéal pour le lire… comme un bon chocolat qu’on achète mais qu’on attend de déguster, le « bon moment » venu… les vacances sont arrivées et avec elles plus de sérénité… pas forcément dans la journée (trois jeunes bambins oblige !) mais le soir venu… et en trois soirs (oui, parce que je me suis forcée à m’arrêter pour dormir un peu… quand même), je l’ai dégusté… tant d’humanité, ça chamboule… d’ailleurs il est tard et je ne dors toujours pas… on n’aimerait retenir que le beau, le bon, les fins heureuses (oui, parce que moi aussi j’ai un peu un côté bisounours)… mais il y a aussi le reste… qui fait pourtant partie de la vie… j’ai peur de la mort, de ceux que j’aime, pas tant de la mienne… quoique, depuis que je suis maman, j’ai peur de la mienne, pour mes enfants… je ne sais pas comment vous faîtes pour lui faire face, pour lui résister et l’envoyer paître, mais aussi parfois accepter de lui rendre les armes… mais je sais une chose après avoir lu ce livre, j’ai moins peur des hôpitaux, parce que je sais (je le savais déjà depuis quelques mois que je suivais ce blog) qu’il existe des personnes intensément humaines qui relèvent ceux qui sont couchés, ou les accompagnent du mieux qu’ils peuvent… merci pour cette profonde humanité qui se dégage de votre blog, de votre livre, de vous… surtout ne changez pas et contaminez tout le milieu des soignants autour de vous (du moins ceux qui en ont besoin !)… protégez vous et ne vous oubliez pas à trop vous occuper des autres… si un jour je (ou quelqu’un qui m’est cher) tombe malade, je souhaite tomber sur quelqu’un comme vous… merci, vraiment… et bon vent à vous ! au plaisir de continuer à vous lire, longtemps…

  69. mousmee

    Merci Merci Merci pour ce livre qui fait la part belle aux mots de la vie et de tout ce qui la compose la joie, la souffrance, l’amour, la mort aussi bien-sûr. Cela fait quelques mois que je suis quotidiennement votre blog, attendant un nouveau post avec un peu de fébrilité, relisant les anciens quand l’attente était trop longue… Donc merci encore pour cette réconciliation soignants-soignés o combien nécessaire, cette dignité de l’humain que l’on doit garder et regarder à tous les âges de notre vie. Merci pour votre tolérance, votre goût pour les différences, votre amour de l’humain. Vous êtes maintenant médecin écrivain, écrivain médecin, danseur (dans votre voiture, surtout, (c’est quelque chose que moi aussi j’adore faire!!)), poète, et c’est tout cela qui est beau chez vous. Vous êtes une belle personne. je tenais simplement à vous le dire. Continuez à veiller sur nous….

  70. Coco

    J’ai ton livre depuis 3 jours, ce soir enfin je vais me poser tranquillement dans mon fauteuil. Pas d’enfants pourtant grands mais qui prennent toujours autant de temps et d’amour ( les plus belles choses de ma vie, mes enfants, pas de doute vraiment ). Et un compagnon devant son match de foot, alors voilà, je vais pouvoir me plonger dans ton livre sereinement et savourer…..
    Je suis sûre d’aimer comme j’aime ton blog.
    J’attend avec impatience le moment ou tu auras un peu de temps pour nous faire partager tes poèmes?
    Merci BB pour tout ce que tu es.

  71. Carole

    Bonjour Baptiste
    Je ne te connaissais absolument pas , ni ce blog avant de regarder le magazine de la santé (tu vois la promo ça marche ^^ yihaaa !!! ) . J’avoue mon ignorance , mais promis je me rattraperai !!
    Comme d’autres j’ai dévoré ton livre: pas pour de vrai hein, toute manière c’est un ebook donc j’aurais eu du mal et j’aurai surement fini aux urgences !!
    Je suis fan et pratiquante de ta façon d’approcher le soin…humainement et le plus possible avec le sourire . Je suis aide soignante à domicile chez des personne âgées alors la relation humaine c’est souvent le premier « médicament » dont ils ont besoin (à mon sens ).
    En tout cas merci d’avoir écrit ton livre , il est génial, il fait du bien à nos ptis coeurs et donne encore plus envie d’aimer les gens et de faire notre travail du mieux possible.
    Bref, je mettrai la musique à fond dans ma voiture le jour où j’aurai un poste, et je me palperai les seins régulièrement, c »est ça qu’y faut retenir hein ??? haha
    allé bon vent camarade !!

  72. Lise

    tiens, c’est marrant ces messages de cécile et catherine qui apparaissent à la fin des commentaires alors qu’ils datent du 15 et 16 octobre …. c’est un peu de la magie ça non ?

    donc, je laisse un premier message, pour dire que, joyeuse propriétaire depuis la semaine dernière de 3 exemplaires à offrir d’ici la fin de l’année, je n’ai pas pu me retenir d’en prendre un hier au soir en main … juste comme ça, histoire de le feuilleter ….
    et ce qui devait arriver arriva …
    j’ai commencé par l’ouvrir au hasard, vers la fin, et je suis tombée sur les remerciements (et là, je découvre cécile alias cilou, grand33 et quelques uns de ceux avec qui mes mots se croisent ici presque quotidiennement …)
    et hop, bien malgré moi, je me suis retrouvée assise à côté de mon grand de 7 ans plongé dans le journal de mickey …
    et j’ai commencé la lecture …
    j’étais bien …
    sauf que, embarquée moi aussi dans ce « tourbillon du quotidien », je n’ai pas réussi à aller au bout …
    après le bain/le repas/la lecture/le coucher des enfants, j’ai fini par trouver un peu temps mais je finissais par avoir les yeux qui me piquaient, alors j’ai abdiqué, en me disant qu’il ne fallait pas que je gâche cette lecture …
    en plus, je me suis aperçue que je le lisais trop vite, qu’il fallait que je me freine pour bien savourer …
    ça tombe bien : j’ai une semaine de vacances, je vais me câler quelques séances tranquillous pour le lire avec une vraie délectation ….
    je reviendrai plus tard faire un commentaire complet …

    bisous !

    1. Grand33

      @Lise : si tu changes beaucoup de lettres à @Cilou tu trouves Marie Poppin’s et sa belle petite frimousse et si tu changes beaucoup de lettres à @Catherine d’A tu obtiens Ma Sorcière Bien-Aimée qui joue avec son nez (et qui s’allonge comme pinocchio hein ? Catherine ) alors ne t’étonnes pas avec ces deux j’ai l’impression que tout est possible !!!
      La bise

    2. Cilou

      Alors là, c’est la GROSSE difficulté de ce livre : réussir à ne pas se l’enfiler d’un seul coup.
      Mais de toutes façons, lu en 48h ou en 2 semaines, le plaisir sera au rendez vous.
      Il est vrai que le « tourbillon de la vie » freine un peu, mais finalement, toute la famille sur le canapé un bon bouquin à la main, c’est aussi une tranche de bonheur… 😀

    3. C.d'A.

      @Lise:C’est parce que j’suis tombee dans l’chaudron d’ potion magique a BIBI,quand j’etais presque toute petite…et la baguette magique,c’est Doc Bibi,qui la manie avec une admirable dexterite… et entre nous,faut pas toujours croire ce que dis Grand33,que j’adore,car il jongle pour notre plus grand bonheur avec les mots et des fois il s’en recoit un sur le nez…et d’ailleurs,moi,Pinocchio,j’sais meme pas qui sait…ma seule reference dans ce monde de brutes,c’est Doc Bibi,not’medecin-poete-ecrivain prefere et il raconte que des trucs vrais,meme s’il change les identites…et Cilou,tu peux lui faire confiance pour ce qui est du »tourbillon du quotidien »,elle en connait vraiment un rayon,mais elle trouve toujours le temps de faire une pause lecture,avec ses p’tits loups,comme elle les appelle…et meme son mari,a l’heure des histoires,il compte/conte pour un auditeur attentif supplementaire…bonnes vacances a toi(pour accompagner ta lecture,j’te conseille un carre de bon CHOCOLAT…ca c’est une petite veangeance(qui se mange froide)…pour Herve Cruchant,Albigene,Grand33,et Patiente…)

  73. christine langlois

    Ça y est : j’ai fini ton livre ! j’avais lu plusieurs de tes chroniques sur ton blog et même si il y a parfois des petites différences et que souvent je connaissais la chute, j’ai beaucoup ri et un peu pleuré. Tu racontes si bien que j’ai cru que toutes ces histoires te sont arrivées à toi, j’en ai oublié que c’était un roman. Sache que ton livre va voyager dans ma famille, ma sœur, ma fille, surement d’autres, j’en ai tellement parlé ! Mais il fera partie de ceux que je ne vendrais pas. Vois tu je lis pas mal et je relis rarement, alors pour faire de la place, je les vends à l’une des foires aux livres locale sauf ceux que je garde et le tien va rejoindre, « ravage » et « ensemble c’est tout » … je ne sais pas si tu as réussi à me réconcilier avec les soignants mais promis je les regarderai autrement. J’espère que ma maigre contribution te permettra de réaliser ton projet, Tiens nous au courant. Encore merci, ne change surtout pas ! la bise

  74. Arnoid

    Je n’avais pas été absorbé autant par un bouquin depuis bien longtemps, j’ai dévoré le tien en 2h30 d’affilée.

    On a beau connaitre quelques anecdotes, elles nous font toujours rire, ou pleurer, ou les deux. Un livre que j’offrirais à beaucoup de monde à Noël 😉

    Alors voilà, derrière les murs blancs, il y a des histoires, des histoires de soignés, des histoires de soignants, il y a l’amour et la détresse, il y a la colère et la tendresse.

    L’humanité ne te remerciera jamais assez d’être un héros au quotidien, donnant tout ce qu’il peut pour sauver des vies, et d’être un héros de la réconciliation avec ce livre et ton blog.

    Bref, simplement bravo, et bon courage dans la vie de médecin -et d’écrivain- qui t’attend. Bonne chance avec Blanche aussi 😉

    PS : Super idée les soirées « camouflage », je réutiliserai le concept 😀

  75. pantherspirit

    Entre les murs de ton sanctuaires, mille et une vies se croisent, dans la splendeur, l’émotion, le sourire ou les larmes, et chacune laisse son empreinte indéfectible. Au delà des histoires qui appartiennent à tous ces patients, à tous leurs soignants, à leur rencontre, tu abordes également des thèmes très philosophiques qui offre au lecteur plus de mille et une matière à réflexion . Ton bébé porte en lui tant de nuances à découvrir , à humer aussi comme une fleur aux reflets changeant : Il appartient au lecteur de s’en enrober pour en sortir grandi … Tu parles de l’Humanité avec effectivement un H majuscule, et ce n’est pas donné à tout le monde d’ être l’auteur éclairé que tu es !
    Plus de Mille et Une Bises pour toi, Ami Bibi

  76. Johannie

    Voilà presque 48h que j’ai refermé le livre. et quel livre !
    Au fil des pages j’ai souri, eu les yeux humides ou ai éclaté de rire. tu réussis à emmener tes lecteurs dans cet hôpital dont tu parles, dans cette chambre 7, dans ces box aux urgences, mais aussi à l’internat, lieu qui me laisse encore pensive. je pense que ce qui, dans mon cas, m’aura touchée autant si ce n’est plus que les anecdotes concernant les patients, c’est les « tranches de vie » des internes, leurs joies, mais aussi leurs peines, leur fragilité rappelant que derrière la blouse il y a des humains, mais surtout des étudiants qui, malgré leurs responsabilités, malgré les vies qu’ils ont chaque jour entre les mains, restent des étudiants, des jeunes adultes comme les autres ayant besoin, simplement, de vivre, aussi.
    J’ai adoré, merci

  77. Sylvia

    C’est bon, c’est bien, c’est gai, c’est triste, c’est drôle, c’est touchant…. et j’en passe!!!
    donc, j’ai adoré!! je vais l’offrir ce livre, je le conseil, j’en parle, j’ai hâte d’échanger avec mes proches qui l’auront lu!!!
    Notre objectif, le mettre à disposition à l’entrée de notre maison de retraite pour les résidents et les familles!!
    Deuxième objectif: le faire lire au personnel soignant ou non!!! (vu comme je leur en parle ça ne devrait pas être trop difficile!!)
    Donc pour faire court : Bravo et Merci Baptiste!!! Continuez ainsi, votre vie professionnelle n’en sera que plus belle!!

  78. Anne

    J’ai retrouvé tant de visages croisés au travers de tes pages, tes patients auraient pu être aussi les nôtres. Ce livre est une pépite qu’il faut partager ! Merci de décrire avec autant d’humanité, d’humour et de tendresse notre univers quotidien…

  79. alice

    je lis le blog depuis toujours…j’ai acheté et téléchargé le livre le jour de sa sortie; depuis il s’ouvre avec mon ordinateur et je lis ou relis au hasard, une page, une phrase ; tout me touche, ça me replonge dans mes vieux souvenirs de réa ….. et je médite sur tout ce que j’ai vu, tout ce que n’ai pas voulu voir, sur les patients qui ont changé ma vie, sur l’ado en coma depuis de longs mois et qui , alors que je viens regarder ses constantes (de façon automatique..) ouvre les yeux, je médite sur ce qu’on vit de la mort nous les médecins mais ça me rend tellement heureuse que des jeunes confrères , grâce à vous, voient et vivent autre chose de la médecine que le discours des aigris ou des gueulards ; merci du fond du coeur tête (et coeur..) de lion.

  80. Cécile Samalens

    Wouah! Quelle joie de lire enfin un livre sur le milieu hospitalier comme celui-là! Pas trop, ni pas assez…juste ce qu’il faut pour réconcilier l’être humain avec ce milieu!
    A lire absolument… Pour ma part, je tiens une librairie et c’est chaque fois avec plaisir que je le conseille…

  81. Valerie

    Ce livre, on ne le lâche pas, il nous tient.. Alors évidemment, la fin de vie est présente, mais aussi quelques histoires très cocasses décrites de manière tellement drôle.. et par dessus tout on ressent l’immense humanité de toutes les personnes entourant les patients, et particulièrement la générosité de son auteur.
    Un narrateur qui ne s’apitoie pas sur son sort, mais nous fait re-prendre conscience que la vie est précieuse, d’autant plus si l’on s’ouvre aux autres..
    Baptiste, vous etes une belle personne!
    Merci

  82. Pauline

    Alors voilà.
    Ce jeudi 10 octobre matin je prenais un avion très très tôt. Je me dépêche d’arriver au Relay d’Orly ouest et là, MIRACLE ! En bonne place, je tombe tout de suite sur ton livre. Alors voilà, même encore ensommeillée, même un peu mal réveillée, j’ai tout englouti d’un coup, d’une traite. J’ai essuyé discrètement les larmes, essayé de ne pas rire trop fort.
    Essayé d’imaginer cette vie à l’hôpital, ce grand chassé croisé.
    Je lis ton blog depuis les premiers posts, et à AUCUN moment, je n’ai été déçue par le livre, vraiment.
    Bravo Baptiste, c’est un livre magnifique et tu es un médecin écrivain formidable.
    Ce « bébé » « cadeau de Noël » est incroyable, et c’est très beau de nous donner tout ça et de nous donner à réfléchir.
    C’est extrêmement réussi.
    MERCI, vraiment.

  83. Océane

    J’ai reçu et lu le livre le lundi de la semaine suivant sa parution. J’étais impatiente de découvrir l’histoire et les tonnes de nouvelles anecdotes. Déjà fan inconditionnelle des tes billets, j’avais hâte de retrouver ton écriture sur le papier.
    Autant dire qu’avec toute cette impatience, je l’ai dévoré en quelques heures … Commencé à midi (moment où j’ai ouvert ma boite au lettre et découvert le dit bébé de papier), j’ai du arrêter la lecture pour cause de cours sur les BPCO, puis travail étudiant (ben oui parce que étudiante infirmière ça paye pas des masses) … Et enfin le retour à la maison où j’ai à peine pris le temps de manger pour me remettre à la lecture de ce récit qui m’avait déjà aspirée dans ce monde compliqué qu’est l’hôpital.
    A une heure vingt quatre (plus ou moins trente secondes) je lisais la dernière ligne de la dernière page de cette fabuleuse histoire.
    Une nouvelle fois je trouve que tu arrives fabuleusement à nous faire ressentir un tas d’émotions différentes. Je suis passé du rire aux larmes en quelques pages. J’ai rarement été touchée par un bouquin. Ayant, qui plus est, pour trame une histoire vraiment très bien construite (je me suis d’ailleurs souvent demandée si c’était ton histoire personnelle jusqu’à ce que je lise les remerciements).
    Tu m’as littéralement embarquée dans ton monde, j’espère pouvoir lire d’autres nombreuses histoires issues de ton imagination. Je me ferais un plaisir d’aller en librairie pour les acheter.

    Bon j’ai beaucoup blablater … J’ai fait la promo de ton bébé de papier autour de moi … Il plait beaucoup. Je te souhaite le plus de réussite et de succès possible, tu le mérites. En attendant un nouveau livre, je ne me lasse pas de dévorer les nouveaux billets que tu postes ici.

    Prend soin de toi et écris encore plein d’autres histoires. Je ne doute pas une seule seconde que tu es un super médecin qui à le souci de l’autre. Je veux dire qui a VRAIMENT le souci de l’autre.

  84. Mariana

    Alors voilà comment on peut transformer une pause café-clope-doudoune-balcon, entre deux items de néphro, en une longue pause de « 4h et j’avale une salade verte assaisonée de surimis sans quitter le bouquin des yeux ». J’ai beaucoup ri, pleuré aussi.
    Mon frère interne en réa m’a offert ton bouquin deux semaines auparavent. J’ai vraiment essayé de ne pas l’achever en trois lectures, vraiment. Mais c’était plus fort que moi (pas merci d’ailleurs, l’ombre de mes exams se fait de plus en plus menaçante). Inutile de préciser que j’ai adoré. La lecture est fluide, tourbillonnante, pleine de couleurs, dansante, croustillante…un vrai petit sachet de bonbons en chocolat recouvert d’une carapace de sucre multicolore.
    On se reconnaît souvent entre les lignes. Je crois même avoir croisé quelques uns de tes personnages au cours de ma toute petite expérience hospitalière.

    Merci d’avoir partagé avec nous tes mille et une histoires de vie. J’ai été touché. Et je garde au chaud quelques unes de tes astuces pour désamorcer des situations périlleuses, ou encore les trois méthodes anti-grise mine (marque pages/fluos/toutçatoutça).
    Merci encore et je te souhaite une exelente continuation.

  85. Cloarec Aurore

    Alors voilà…je l’ai terminé… Quand on lit régulièrement le blog, on a hâte de découvrir le livre. Je ne savais pas comment vous alliez faire pour décrire, raconter…j’avais peur d’être déçue car je suis une accro à votre blog…et bien non pas du tout…Je suis vraiment accro à votre livre 🙂 Je l’ai dévoré !

    Bravo pour votre talent, VRAIMENT bravo !

    1. C.d'A.

      @Cloarec Aurore:Faites quand meme pas une indigestion….pour le papier avale,j’veux dire…ou c’est une astuce pour avoir une seance de dedicace personnalisee,en ayant ete obligee d’aller voir not’Doc prefere aux urgences,pour mal de ventre avec sourire de bonheur inexplique(enfin,pour le sourire,on partage…j’en profite pour me joindre a vous pour lui REDIRE a DocBibi,qu’on ADORE vraiment SON BEBE…)

  86. PETIT ANNE-MARIE

    Aussitôt que j’ai refermé le livre, je suis retournée sur le blog, quelques fois que j’ai raté une histoire. Baptiste, je n’ai qu’une chose à vous dire, vous êtes dangereux, je suis droguée, peut être devrais-je vous dénoncer à la police !
    Continuez surtout ne vous arrêtez pas, et si vous êtes aussi bon médecin qu’écrivain, les malades vont faire la queue devant votre cabinet.
    Merci

    Anne-Marie

  87. Carole

    Difficile de trouver les mots à la hauteur de ceux écrits dans ce merveilleux livre pour décrire combien la lecture m’a touchée, nourrit permis de rire et sourire et surtout fait un bien fou!!! Je pense que ce livre peut-être à prescrire dans bien des situations, je dirais même qu’il est, sans contre-indication! Au delà de mon partage enthousiasmé dés que j’ai l’occasion, je me fais un plaisir de pouvoir commencer à l’offrir!!
    A quand le suivant?!!
    Surtout ne changez rien, 1001 Merci pour votre blog et ce très beau livre, oui, Vraiment Merci!!!

  88. Lucille

    Je ne voulais pas écrire de commentaire ici, je préfère être une petite souris cachée derrière mon écran… Et puis il y a deux jours, bouleversement : je reçois un mail de B., réponse à une missive postée un jour sur le blog. Alors je me dit : « allez, rendons lui hommage, à la hauteur de ce que ses mots ont remué en moi, à la hauteur des émotions que j’ai vécu et ressenties à la lecture d’Alors voilà… »

    J’ai perdu il y a un peu plus d’un mois une amie très chère de cette saloperie (pardon…) de maladie qu’est le cancer. Elle a été très entourée par du personnel soignant adorable, à l’écoute d’elle, de son fils et des personnes qui l’aimaient, jusqu’à ses derniers instants.
    Il n’y a pas un jour qui passe sans que je ne pense à elle et à ces dernières heures que nous avons passées auprès d’elle, dans cette chambre, dans ce couloir, cette soirée si particulière. Et la gentillesse profonde et la parfaite humanité des soignants à ce moment là nous ont aidés et ont été plus que nécessaire : l’infirmière de nuit tremblait en nous laissant partir juste avant qu’elle ne meure, et ne voulait pas de nos « mercis » puisqu’elle ne faisait que son travail, le médecin a rappelé le lendemain de la mort de mon amie pour prendre des nouvelles de ceux qui restent et dire qu’elle manquait à tout le monde dans le service…

    La lecture de ton livre, B., après cette histoire a été un bouleversement de plus mais est arrivé au bon moment je crois, pour voir un peu l’envers du décor et comprendre aussi qu’être soignant c’est bien plus qu’un métier, c’est un choix de vie complet, qui prend aux tripes… Même si au travers des anecdotes de ton blog j’avais commencé à entrapercevoir cela.
    Cette histoire, ces histoires, m’ont bouleversé, profondément. Une phrase m’a particulièrement touchée et m’a émue aux larmes, et ce encore aujourd’hui : « Je ne meurs pas, tu me continues… ». Cette phrase a résonné en moi et a mis des mots sur ce que je ressens depuis la mort de mon amie, sur la difficulté d’être de ceux « qui restent » et sur la nécessité de rester pour continuer un chemin et pour faire vivre nos souvenirs afin que la personne aimée soit encore parmi nous.
    J’ai une réelle admiration pour tous les soignants, à tous les niveaux. Ils sont tellement importants, même en dehors de ce qui constitue le cadre de leur métier, et nous sommes si démunis sans eux que je voulais, à travers toi, leur dire à tous un grand MERCI, vraiment.

    Et sur la forme, je suis une passionnée de lecture et ton écriture m’a embarquée… En plus de l’histoire, je me suis laissée porter par tes mots. J’ai la chance d’avoir fait de cette passion mon métier (je suis bibliothécaire), je vais faire de mon mieux pour faire connaître ton livre et ta vraie plume d’écrivain.

    Merci, B., encore, toujours, vraiment.

  89. Pinponromain

    Alors voilà :
    -Parce que mon message serait trop long a écrire et a lire si je livrais tellement ce que j’en pense
    -Parce que de toute ma vie et du haut de mes 25 ans je n’ai jamais lu aussi vite un livre et été autant déçu d’en voir la fin (et Dieu sait si je déteste lire!)
    -Parce qu’une telle leçon d’humanité de la part d’un soignant fait chaud au cœur et donne de l’espoir à l’étudiant infirmier que je suis
    -Parce qu’à quelques mois du début de ma propre carrière de soignant je m’identifie a tant de passage de votre livre
    -Parce que j’espère un jour travailler avec des soignants aussi humains que vous (nous croiserons nous peut être un jour ? Les Landes, c’est pas si loin…)
    -Parce que je viens de finir le livre et qu’il mérite largement ce message
    Je voudrais simplement vous dire MERCI. Vraiment, MERCI

  90. Laurie

    Lectrice du blog depuis les débuts, je laisse mon tout premier commentaire ici ! Tout d’abord félicitations pour ce joli succès et tout ces articles élogieux.
    Quant au livre, je suis allée l’acheter chez mon libraire, comme tu nous l’avais demandé, parce que je ne suis qu’obéissance. Il n’en restait que deux mais c’était bien suffisant.
    Je l’ai laissé au chaud deux ou trois jours et puis je me suis lancée. Je l’ai baladé un peu partout avec moi, j’ai failli me mettre à pleurer dans le métro, j’ai senti des regards bizarres se poser sur moi quand je souriais d’un air idiot aux pages de mon livre.
    Ce livre fait du bien. Il nous sort un peu du pessimisme ambiant pour nous ramener à ce qui est vraiment important. Encore plus quand il cite Romain Gary et Tolstoï, mes deux auteurs fétiches.
    Bref, je suis assez nulle en compliments, donc je me contenterai de deux mots : Bravo et Merci !

  91. doc4work

    Alors voilà, comme beaucoup de tes lecteurs j’ai adoré ton blog et dés que j’ai su que ton livre allait paraitre je l’ai commandé à mon amie libraire (qui m’a dit « ça me dit quelque chose, tu n’es pas la première à me le commander » pour te dire que tu as vraiment de nombreux fans). Quand je l’ai eu entre les mains je ne l’ai pas lu tout de suite histoire de faire durer le plaisir … je n’ai pas été déçue !
    Juste un bémol Bibi, moi même médecin je m’inquiète pour toi : tu risques de te bruler les ailes avec des patients tels que Mme Oiseau de feu. Tel que tu le décris c’est plus que de l’empathie et ma crainte est que tu souffres avec eux parce que tu n’auras pas su préserver ta nécessaire carapace (fut-elle en sucre multicolore) …
    Prend soin de toi, j’essaierai de passer le 23 novembre pour avoir une dédicace !

  92. CiCi

    Alors voilà ! J’ai lu ! (…en numérique ((désolée)) donc pour la dédicace, j’amène ma tablette ? 😉 )
    J’ai adoré bien sûr (sinon je ne viendrais pas ici pour lâcher gratuitement mon venin sur ton roman : j’suis polie, quoique…).
    Nan, promis j’ai beaucoup apprécié l’histoire (même si je retrouvais des scènes connues de ton blog, que j’ai eu plaisir à relire), mais surtout ton style libre et nature : tes expressions, tes citations (dont j’en emploie aussi certaines), tes apartés (ça jadore), ta simplicité, ta jeunesse et ta maturité. Bref, un seul regret : trop court (même si j’imagine bien que ton emploi du temps était plus que chargé).
    Je n’ai aucun lien professionnel avec le monde médical, et tu m’as fait découvrir des réalités de ton quotidien qui m’ont ouvert les yeux sur le milieu hospitalier. Et pour ça, merci !
    C’était un régal d’émotions de te lire ; quand en plus d’un fond de qualité la forme est savoureuse, un seul voeu : continue !

  93. Maryse

    J’ai hélas fini le livre, c’est quand le prochain. Merci Baptiste, pour tout, merci aussi d’avoir répondu à mon message, je suis très fière et je vais le garder comme une relique. Baptiste, tu pourrais être mon petit fils mais l’âge a si peu d’importance, ce qui compte vraiment, mais vraiment c’est de garder cette humanité, ce regard sur les autres (tous les êtres vivants)

    Bravo pour ce livre, trop vite fini, trop vite acheté, trop vite prêté ….. heureusement qu’il reste le blog.

    Je suis bordelaise, si j’ai un problème de santé je cours à Auch

    Vraiment trop fort ce mec là

  94. karin 89

    merci merci merci mille merci pour ce blog ce livre et toutes ses vérités
    merci de nous prouvez que vous les bébés docteurs vous souviendrez que nous autres les paramédicaux ont existe et que sans nous les choses n’avancent
    merci pour ces textes si beaux
    juste merci pour ses rires et ses larmes pendant la lecture de ton livre

  95. Lolo

    La France c’est aussi ça : un médecin qui nous raconte de belles histoires de vie et plein de gens qui laissent des commentaires plein d’espoir et d’humanité.

    Bravo Baptiste, ce livre est une petite merveille qui fait chaud au cœur!

  96. Solène

    Alors Voilà, le livre, c’est un peu comme la vie.
    On l’ouvre comme on tombe dedans. On s’y immerge, on rit, on pleure. Les moments de grâce font suite aux peines, elles même essuyées par de frais éclats de rire.
    On réfléchit beaucoup aussi, sur ce qui a du sens pour nous, ce qui nous anime tous les jours, nous fait vibrer. Ce pourquoi on se lève le matin, le sens qu’on donne à notre journée.
    Surtout, ce livre nous apprend, nous réapprend, et nous incite à regarder les détails. Les petits, ceux jugés insignifiants… Ceux que l’on ignore trop souvent et qui donnent son sens à la vie.
    Ce livre on veut le lire, le relire, le prêter, l’offrir, le conseiller, parce qu’il donne envie de partager.
    Enfin, il nous montre que derrière chaque soignant, il y a une histoire. Sous chaque blouse, il y a des motifs qui tiennent debout le soignant, et l’ont conduit la personne dans cette voie si particulière, si dure parfois mais si belle.
    Dans mon cas, si je liste ces mobiles, le dernier tiret ajouté en bas de la liste au plus noir de la P1, la dernière pierre de l’édifice (celle qui a empêché que tout se casse la figure l’année du concours…ça compte, beaucoup!), c’est « Alors voilà ».
    Merci Baptiste, je suis heureuse que mes premiers pas en blouse blanche soient accompagnés par ce bien beau livre, il sera un compagnon précieux durant la suite de mon parcours!

  97. CFP2

    J’ai ouvert votre livre par hasard, sur un coup de coeur, sur un coup de tête et ce que j’y ai lu m’a fait pivoter le coeur de haut en bas, mais surtout a gauche. Après la première année de médecine, je me suis demandé pourquoi j’avais fait tout ça, travaillé tous les jours, travaillé toutes les nuits. Parce qu’après que ce soit fini on ne voit plus où on va. Mais grâce a votre livre, j’ai retrouvé la motivation d’une vie longue d’apprentissage, de rencontres, de rires de pleurs, de désespoir et de reviviscence et je vous en remercie. Un très bel ouvrage qui redonne l’espoir et un splendide aperçu sur la vie, sa longueur, sa rudesse, sa labilité et sa beauté.

    Merci mille fois

  98. Rem

    Alors voilà, mon anniversaire le 31 octobre, ma belle sœur qui m’offre ton livre en me disant « je suis ses histoires depuis des lustres, il vient de sortir ce livre, je suis SÛRE que « ça » te plaira… », moi du genre à ne pas lire trop souvent de livre car si « ça » me plait, je suis boulimique et ne referme le livre qu’à la lecture du point final… J’ai résisté à m’y plonger jusqu’hier 22h… Cette nuit 4h du mat’, je lisais le point final, après avoir bcp souri, souvent ri intérieurement (pour ne pas réveiller ma douce) et eu qq belles larmiches dans les yeux… Merci pour ton Humanité, merci de nous faire vivre ces moments de Vie !

  99. A-Jeanne

    Acheté hier 16h fini aujourd’hui 14h (en larme)
    Je l’ai dévoré, gobé, englouti, tout comme lorsque j’ai découvert le blog.
    De grandes vagues d’émotions… je me demande si je n’ai pas eu ma dose pour les 3 prochaines années?
    Une pépite, qui sait si bien toucher le coeur et le cerveau avec des mots, a été découverte et elle est a garder, préserver précieusement.
    Merci!

  100. Nina

    J’ai envie de faire partager ton livre à la terre entière !!! Une grande partie de mon entourage est maintenant addict à tes histoires.
    Merci encore !

  101. Marie

    Ca y est je l’ai fini; dans la gare de Toulouse, attendant mon tgv et écoutant l’annonce du train pour Auch… il n’y a pas de hasard.
    Je profite de ce moment pour te remercier pour ce blog que je lis attentivement depuis le début ou presque (je crois avoir connu 3 versions du blog, je me trompe?) et qui est une source d’émotions diverses et toujours inattendues.
    J’ai aimé ce livre et je le conseillerai notamment à ceux qui ne connaissent pas encore le blog.
    Bonne continuation. Sur ce je vais me coucher… y’a un nouveau semestre qui m’attend dans quelques heures

  102. 2mo

    Merci pour ce magnifique livre, commencer dans la salle d attente des urgences, juste avant de tomber sur un désagréable docteur, condescendant au possible….
    Si j avais eu un peu de repartie a ce moment la je lui aurai bien conseillé de le lire….
    J ai rit,été touchée par toute l humanité qui s en dégage. Je suis le blog depuis un petit moment déjà et j attendais le livre avec impatience et je n ai pas été déçue!!!!
    Bonne continuation et merci pour cette réconciliation en marche!!!!

  103. Celle qui n'existe pas

    Que dire qui n’a pas été déjà dit et répété ?

    Le LIVRE a été lu déjà par 3 personnes et atteint bientôt la quatrième en 6 jours et devine ?

    OUI, il a été aimé, VRAIMENT aimé.

    Mon mari a juste trouvé que cela lui rappelé trop sa vie avant quand il était infirmier aux urgences et en cancéro. C’était avant qu’il attrape le crabe.

    Fais-bien attention de ne pas trop le côtoyer, il est contagieux, très contagieux.

    Et le deuxième, il arrive quand. Je sais, tu dois faire la promo et pas le temps. Mais le Goncourt, c’est cette semaine…

    1. C.d'A.d'Abrazos bras d'amour

      @CELLE QUI N’EXISTE PAS…ICI,en Argentine,il y a un livre,dont l’encre s’efface si tu ne le lis pas au bout d’un certain delai,il s’appelle: »LE LIVRE QUI NE PEUT PAS ATTENDRE… »,c’est ton surnom qui m’y fait penser et les effets immediats et secondaires DU LIVRE A BIBI…

  104. Delphine

    Merci Bibi.
    Je comprends que quelques personnes aient put te dire que c’est un peu le blog en remasterisé mais moi j’ai adoré, vraiment.
    J’ai trouvé que dans le contexte de cette belle histoire humaine pleine d’humains toutes ces anecdotes ont trouvé la bonne place.
    Bibi tu m’as fait pleurer… Tu m’as bouleversée,
    Mais tu m’as aussi faite rire, et pleurer de rire!
    Je t’ai déjà écris sur mon histoire avec le milieu hospitalier, j’ai dû m’y frotter de nouveau il n’y a pas si longtemps mais j’ai vu tout ça différemment, et c’est grâce à toi!
    Alors voilà pour moi : mission accomplie!
    Tu peux grader ça dans un petit coin de ta tête :
    Tu fais du bien aux gens!
    Delphine

  105. mehaouat

    Alors voilà j’ai terminé ton livre Doc….les larmes aux yeux certes car ce fut une fabuleuse lecture et je le savais d’avance que serai pas déçue car déjà ton blog en présageait de ce formidable don d’écriture que tu as..
    .Écrivain, docteur parmi les plus beaux métiers du monde à mon sens….quel humanisme dans tes textes, puis il y’a l’humour et l’ironie aussi….et la poésie de la vie…pas toujours rose mais ainsi va la vie…
    Alors bien sur que je parlerai de toi, ton bouquin, ton blog, ton site…et je le fais déjà dans mon service de réa….où bien des soignants devraient lire ton bouquin
    Vivement ton prochain roman…
    Tania

  106. Gentiane

    Ca y est je l’ai acheté et dévoré dans la foulée !!! Merci pour nous faire vivre toutes ces émotions, et bravo ! C’est une belle réussite, je me suis laissée porter par les mots.. J’attends déjà le prochain (bin oui quoi on s’habitue !)

  107. Mélanie

    Waouh… Je l’ai lu d’une traite et j’ai beaucoup aimé. J’en choquerai peut-être certains mais j’ai ri, j’ai ri, j’ai ri. Je lis énormément et pense n’avoir jamais autant ri à la lecture d’un bouquin. Et ça fait du bien ! Je vais le recommander à mes collègues humanitaires, ça les détendra sans doute autant que ça m’a détendu.
    A dans quelques temps à Pondichéry alors !
    Take care.

  108. L. JustineC

    Dévoiler l’universel à travers ce qu’il y a de pus singulier. Tel est le pari insensé de Baptiste Beaulieu, sur son blog et dans son livre – qui en est en quelque sorte l’achèvement. Insensé mais après tout sans doute faut-il une bonne dose de folie-douce (à rebours de la fausse folie-excentrique « à la mode ») pour supporter et sublimer les rencontres parfois douloureuses voire insupportables auxquelles les soignants font face tous les jours.

    Sous la plume hors pair de Baptiste de triviales évidences se transmuent en précieuses et urgentes maximes : chaque petite touche des portraits de l’auteur font apparaître sous un jour nouveau le miracle fragile de l’existence.

    Clown-Janus, équilibriste, Baptiste jongle avec les frontières et les brouille : larmes et rires, singulier et universel, folie et bon sens, insolence et déférence… Contre le cynisme et la valorisation très en vogue de la « froideur », ce grand enfant à la sagesse d’un vieillard rend ses lettres de noblesse à la gentillesse, la bienveillance et la naïveté.

    Qu’il est aisé d’appeler cet inconnu par son prénom quand on a refermé son livre : il est devenu familier, si familier et bienveillant qu’il nous ferait presque croire que finalement on est moins seul quand on meurt si on a un B.B. dans les parages. C’est bien sûr une illusion, mais elle est pour moi l’incarnation de son humanité. Cent ans de solitude, oui, mais un peu accompagnée.

  109. Géraldine32

    Je viens de finir ce fameux livre que j’attendais depuis longtemps!!!!! et vous savez ou? en pédiatrie cet aprem à Auch, et oui, 1h30 d’attente…ALORS j’en ai profité! maintenant, c’est au tour de mon fils, 15 ans, en plein stage d’observation sur le métier d’aide soignant, il va l’avoir fini très rapidement c’est sur!Et encore MERCI pour ce superbe cadeau Mr !!!!

    1. Camélia

      Bonjour Géraldine32,
      Vous dites que votre fils est en stage d’observation, donc en 3ème, sur le métier d’aide soignant….a-t-il été accepté dans un service hospitalier ? Car ma fille, attirée par le milieu médical et paramédical et les enfants (infirmière, puéricultrice voire éducatrice jeunes enfants), aurait voulu faire son stage d’observation dans un service pédiatrique mais on m’a dit qu’il fallait être majeur.

  110. Baran

    Les commentaires sont dithyrambiques. Difficile de faire mieux. Comment faites-vous Baptiste pour aimer les gens comme ça ? Parce que dans votre livre et sur le blog, je ne vois que de l’amour et de la tendresse. Et quel amour. Et quelle tendresse. J’en suis encore tout ébouriffé. Votre livre me fait me sentir coupable de ne pas être capable d’aimer comme vous. Et il me donne aussi une énergie, mais une énergie. Il me réconcilie avec l’humain, il me fait voir que même si cette étrange espèce qu’est l’humanité est capable du pire, elle est aussi capable du meilleur. Et que parmi cette multitude il se trouve des pépites, des diamants, dont vous êtes Baptiste, qui font s’élever le niveau. Et qui m’oblige a essayer de toujours voir le meilleurs en l’autre au lieu de me laisser aller, avec mon aisance coutumière, a toujours chercher la paille dans l’oeil de mon voisin. Votre style est singulier, percutant, vivant. Je crois que je pourrais en écrire des pages et des pages. Bonne route et bon vent Baptiste. J’attends la suite.

  111. Noémie

    Fan de ton blog depuis quasi le début je suis désormais fan de ton livre. Infirmière en service de médecine gastro avec beaucoup de soins palliatifs accueillis, j’ai été très touchée par l’humanité, l’amour, le respect… l’humour aussi, ressentis à travers tes mots ; c’est exactement ce que j’essaie de faire chaque jour dans mon métier, avec plus ou moins de réussite selon les jours ! merci de m’avoir fait partager tout cela Baptiste (et quel beau prénom ! c’est celui de mon fils !)

  112. Lise

    @grand 33 et à mes deux magiciennes préférées (alias cécile et cath)
    merci, vous m’avez bien fait rigoler avec vos messages !!!
    n’empêche que les messages de mi-octobre sont toujours là où ils ne devraient pas être ………….

    @baptiste
    bon alors, je prends enfin quelques instants pour signer ce livre d’or …
    je repense au commentaire de cécile et au fait que la forme choisie nous faisait passer vite du rire à l’inquiètude ou à la tristesse, contrairement au blog dans lequel chaque histoire à sa place entière
    j’ai trouvé ce phénomène plutôt agréable, et je pense (tu me diras si je me trompe) que cela doit bien correspondre à ce que l’on doit vivre dans un service d’urgence justement

    j’ai juste un petit regret : j’aurais aimé pouvoir faire un « reset » mémoire et ne jamais avoir lu le blog pour arriver complétement vierge (si j’ose dire … 😉 ) devant ces récits ….
    le fait de les avoir, pour certaines, déjà lues, a sans doute atténué mon plaisir
    moralité ?
    écris nous d’autres tomes (genre trilogie, toi qui est fan de star wars !), avec uniquement des inédits !!!!! 😉
    alllleeeeeeeeezzzz, je suis sûre qu’il y a la matière et qu’avec ton énergie sans limite, tu y arriveras ….
    en tout cas, si tu donnes un jour à ce « bébé » des petits frères, je serai une de tes lectrices fidèles

    1. C.d'A.

      @Lise…eyyy,mais en attendant les autres tomes de DOC BIBI,on espere te croiser ici…son blog,c’est quand meme un sacre bonheur…et puis s’il nous laisse en bas avec Cilou,c’est pour rire…parce que Bibi,meme s’il sait pleurer….ce qui fait son plus grand charme,c’est sa MALICE…clin d’oeil amical a toi ,amie LECTRICE…

  113. Lise

    baptiste

    j’ai oublié : je suis VRAIMENT contente que mumbibi aille bien
    t’es vache, tu m’as vraiment fait la boule au ventre avec tes histoires …..
    n’oublie pas que nous sommes des « sensibles » par ici

  114. Céline

    J’ai dévoré votre livre en quelques heures dans le train qui m’emmenait dire au revoir à mon grand-père, l’Homme de ma vie, le seul qui ne m’ait jamais déçue, qui ait toujours cru en moi et à qui je dois l’amour de la lecture, de l’écriture, des jolis mots…Tout le trajet, j’ai prié (toute athée que je suis!) pour qu’il soit encore là lorsque j’arriverais, pour qu’il m’attende… Je voulais pouvoir encore l’embrasser, lui dire que je l’aime, lui dire ‘merci’ mais aussi, lui lire quelques passages de votre livre car j’ai su tout de suite qu’il apprécierait votre sensibilité, votre écriture qui rend profondément beaux même les passages les plus tragiques de votre livre.
    Il m’a attendue. J’ai choisi quelques passages (les tendres et les plus drôles) de votre ouvrage et je les lui ai lu, comme il m’avait tant de fois fait la lecture lorsque j’étais petite. L’espace de quelques dizaines de minutes, dans cette chambre de réa’ où il finit sa vie, vous et moi, nous avons redonné un peu de gaieté à un vieux monsieur très beau, très digne, auquel je tiens comme à la prunelle de mes yeux. Merci.

    1. Mésange

      Je suis vraiment heureuse que votre grand-père vous ait attendue… si, si, je fais partie du club des « sensibles » pas chers à Marie.
      Je vous vois tous les deux dans cette chambre de réa : vous, lisant avec tant de tendresse et votre grand-père savourant ce doux moment d’Amour… Et là, dans un coin de la chambre, juste derrière vous d’ailleurs, l’ombre de notre DocEcrivain vous regarde et vous écoute, toute emplie de cet émerveillement d’enfant, dont il sait si bien faire preuve, à l’idée que son bébé soit aussi un lien d’Amour et de gaieté entre une petite-fille et son grand-père.

  115. Muriel

    Je prend mon temps, je le déguste, j’apprécie l’écriture, les mots choisis, les rajouts pour préserver l’anonymat de certains et ceux qui nous permettent de nous identifier, de comprendre, d’accepter, de nous ouvrir….j’aime les références qui m’envoient sur d’autres domaines, je surligne, marque les pages, je traîne, reviens en arrière, je profite, un pur régal. On y trouvera tous qques choses de différents. J »adorais déjà ton blog et ton livre m’enchante. Alors voilà, MERCI Batiste, M E R C I !!!!!!

  116. Mimi

    Cher B. j’ai lu ton livre avec beaucoup de plaisir et de fierté. Il est rempli d’une sincérité qui m’a touché. Lorsqu’un écrit atteint le cœur et l’âme alors c’est une grande réussite. J’espère vraiment que les relations soignants/soignés s’amélioreront. Tu fais parti de ceux qui ouvre le chemin, à nous de te continuer.
    Merci et bonne continuation!
    Prend soin de toi,

    Des bisous bretons

  117. milt

    Je ne vois vraiment pas ce que je pourrais rajouter à tous ces commentaires, alors je ferai court :

    Alors voilà
    Le génialissime
    Ouvrage de Bibi,
    Riche et beau
    Super et émouvant,

    VRAIMENT !
    Oubliez tous vos soucis grâce à trois ingrédients :
    Idéal d’universalité à incorporer à souhait
    Lacrimogènité (??) et comique : de bonnes doses de chaque à mélanger vigoureusement. Et surtout, saupoudrez bien d’une ENORME quantité d’
    AMOUR !!!

    Comme tu le voies, tout le monde n’a pas ta verve littéraire mon cher (bon et puis j’ai eu une journée difficile^^), mais bon j’ai fait un effort quand même ! 😉 Grosses bises, et à la prochaine à Albi !! 😀

  118. Michel

    Bonsoir matelot Beaulieu
    Bonsoir à tous les lecteurs/toutes les lectrices de Baptiste
    Je n’ai pas encore acheté LE livre. C’est pour dans quelques jours. Cette attente voulue, et non subie, est un enrichissement . une préparation intérieure.
    Car je sais déjà qu’il sera encore plus poignant que ce à quoi je m’attends.
    De toutes façons l’essentiel me semble être ailleurs: c’est cette communion entre les lecteurs du blog qui est le témoin de la réussite de votre entreprise littéraire – de votre vie! – quel que soit le devenir commercial de votre livre.Tous ces gens ne se seraient sans doute jamais connus sans vous, ne se seraient jamais répondu à leurs messages,- et avec quelle émotion et quel humour aussi – n’auraient pas eu l’occasion de constater qu’ils ne sont pas seuls à rire et pleurer devant tant de richesse humaine, n’auraient peut être jamais oser dire ce qu’ils ont écrit dans ce superbe élan de franchise et de générosité que vous avez initié.Vous êtes le metteur en pages de nos émotions, de nos angoisses, et parfois , comme j’ai pu le lire aussi,vous êtes comme une bouée que vous nous lancez, quand la mer est devenue mauvaise.
    Bonne traversée à vous tous: oui, nous sommes en sécurité.

    1. C.d'A.

      @MICHEL…un abrazo pour toi…et t’as bien raison…on dit tous MERCI DOCBIBI,DE NOUS LAISSER VENIR GAMBADER DANS TON JARDIN SI ACCUEILLANT,ET S’Y CROISER ET REFLECHIR SUR DES THEMES PARFOIS DOULOUREUX…EN ESPERANT SOUVENT TE RETROUVER ICI,MICHEL,AMI LECTEUR…EN FAIT,NOUS,LES SENSIBLES,ON FORME UNE GRANDE FAMILLE…

  119. Marie M.

    J’apporte ma pierre à l’édifice !
    Il m’aura fallu attendre le 9/10….. puis finir mon livre en cours… j’ai fait durer le plaisir, exprès, un peu comme un chocolat joliment décoré qui attendrait son heure…
    Mon ressenti? Au départ, j’ai eu du mal à trouver « le fil »… avec le recul, c’est un peu comme quand tu arrives dans un service d’urgences, ça grouille de monde, chacun à son histoire, on regarde un peu à droite à gauche, on écoute ce qui se passe…
    …et peu à peu, on rentre dans l’intimité des personnages. On s’attache. Ou pas. Et c’est là toute la subtilité de la chose ! On apprends à se connaître… et on en ressort bouleversé.
    Quelle claque !!!! Ceux/celles qui ont lu le livre sauront de quelle claque je veux parler.
    J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, je ne sais pas trop comment argumenter la chose… C’est subtil, drôle, tragique, c’est la vie mais en jolis mots.
    Merci beaucoup, je te le redis, tu n’imagines pas ce que tu apportes à tes lecteurs ! Continue !!!

  120. Angélik

    Je viens de finir ton livre, avec lequel j’ai passé un agréable moment à rire, à pleurer, à espérer, mêlant tous ces sentiments et toutes ces émotions au fil des pages… Déçue qu’il soit fini mais je sais que je peux toujours compter sur ce blog, adepte de l’ancienne version, je suis accro de ce nouveau site !
    Merci de m’avoir redonné de l’énergie pour l’avenir, moi qui fréquente les hôpitaux depuis mes 3 ans ( j’en ai 30 aujourd’hui), cumulant pathologies sur pathologies mais tenant bon grâce à ce personnel soignant qui sait être là en toute discrétion et sur qui j’ai pu compter de nombreuses fois ! Je me bats encore aujourd’hui pour mes enfants, dans l’espoir que des traitements soient trouvés, qu’ils ne souffrent pas et ne passent pas par les mêmes chemins que moi. Si d’aventure cela devait se produire, je leur ferais lire cet ouvrage qui rassure, qui dit « les patients ne sont pas que des numéros » et qui prouve que les soignants vivent au rythme de leurs patients, livrant les mêmes combats, ayant les mêmes espérances. Merci tout simplement de prouver qu’il y a encore de l’humanité.
    Bonne continuation et longue vie à ces écrits que j’attends chaque jour ! Au plaisir de se rencontrer au détour d’une séance de dédicaces ou autour d’un café !

  121. Zée

    Alors voilà,
    J’ai acheté ton livre vendredi soir … (c’était le dernier dans la
    librairie) et je l’ai fini ce midi …
    Je n’avais pas dévoré un livre depuis des années …
    Dans le métro, pendant que je cuisine, après une soirée arrosée et 4h de
    sommeil … je l’ai fini … la larme à l’oeil …
    C’est beau … et ça me fait dire que j’aime mon métier …
    Merci, même si je doute (souvent), je l’aime … VRAIMENT …

    J’espère qu’un joli poste t’attends bientôt …

    Encore merci !!!

    Voilà ce que j’ai écris il y a quelques semaines maintenant, je te le reposte ici 🙂
    Depuis, je suis partie en vacances avec une copine, qui venait de finir son internat (comme toi …) et devine ce que je lui ai offert comme cadeau de thèse 🙂
    Oui oui, ton livre, j’espère qu’il lui plaira, je suis sûre qu’il la touchera 🙂

    Plein de bonnes choses pour la suite !

  122. Eizaguirre

    Monsieur,
    Merci pour ce livre. De la douceur, de la violence, de la poésie, de l’humour, la mort, l’amour et surtout de l’humanité. De la fraternité.
    Une page déclenche un sourire, la suivante invite à la mélancolie… comme la vie.
    Merci Monsieur. Ne changez pas.

  123. Hara-Kiri

    Alors voilà un billet sur le bouquin, en toute humilité.

    « Je viens aujourd’hui te parler de Bibi!

    Tu ne connais pas Bibi? Bibi il est interne, un de ceux qu’on rencontre quand on va aux urgences pour nos gnômes ou pour nous quand on est malchanceux! Quand Bibi débarque, Docteur Mamour et Docteur House peuvent aller se rhabiller! Parce que Bibi, en plus d’être toubib, il a une plume (rose, Hello Kitty si tu veux tout savoir!), une humanité à faire palir mère Térésa, un humour de folie et depuis qu’on sait à quoi il ressemble, on le trouve tous plutôt beau! J’allais oublier le plus important, Bibi il est blogueur! Elle est pas belle la vie?

    Tu vas me dire qu’il est trop parfait pour être honnête le Bibi! Il a un souci avec les jours pairs et les jours impairs, c’est pas très grave mais gênant par moments…..

    Bibi, c’est Baptiste Beaulieu, un toubib comme on voudrait en rencontrer plus souvent. Baptiste a commencé à raconter son quotidien aux urgences sur un blog, et il a eu tellement de succès qu’avec toutes ces anecdotes, il a fait un bouquin. Un vrai, avec une histoire, un début, une fin. On y trouve des larmes, des émotions, des sentiments, de l’amour, des vieux, des jeunes, des cons, des amoureux accompagnés de leurs Dieux, une femme-oiseau-de-feu, des poneys multicolores, des chefs indiens ou vikings, des gueulards, des walkyries, des infirmières sexy, et des toubibs bien sûr!

    Son blog à Baptiste, ça fait un bail que je le suis, puis j’ai attendu le livre, l’ai commandé et j’ai encore attendu….. C’était long! Et je l’ai dévoré, j’ai ri, j’ai pleuré et je l’ai refermé avec la sensation d’avoir lu un vrai livre qui réconciliera soigneurs-soignés comme le voulait son auteur.

    Pour suivre le blog « Alors voilà » c’est là.

    Pour acheter le livre, c’est dans n’importe quelle bonne librairie! »

    Hara-Kiri

  124. Kwibs_Morgane

    Bibi,
    Félicitations pour ton livre et tous mes compliments !! Il me fait aussi bien rire que pleurer et c’est juste un immense bon moment que de se plonger dedans en sortant de l’hôpital le soir après une dure journée de boulot. Certes, à rire toute seule ou avoir la larme à l’oeil dans le bus ça doit être bizarre^^ mais ne autres ne savent pas ce qu’ils ratent !
    Une seule et unique critique: il se lit beaucoup trop vite !! Je veux encore des histoires^^
    Je te souhaite un grand succès!

  125. Bérénice

    J’ai vraiment aimé ce livre !!! Il était génial ! Le fait qu’il y ait à la fois de l’humour dans un concept qui n’est pas toujours très drôle, c’était génial! Je l’ai lu en quelques jours seulement et je compte le relire plus d’une fois ! J’ai beaucoup aimé à la fois rire et aussi découvrir des expériences que l’on nous cache des fois! Je le conseille à beaucoup de personnes. Je ne connaissais pas le blog, maintenant le lien est dans mes favori et je ne rate pas un seul article ! Bref, j’ai A-D-O-R-É !

  126. Violaine BELOUARD

    Alors voilà une semaine que je suis hospitalisée pour un problème de vésicule biliaire. ..mon conjoint a eu la bonne idée d’apporter votre livre et je dois dire que les 3/4 du service chirurgie viscérale ont pris note du livre.je suis contente de participer à ma façon à la publicité de votre pépite d’humanité, d’humour et de réalité. Donc je repars aujourd’hui et en ayant la sensation d’avoir été un brin utile.bonne continuation et j’espère qu’il y aura une suite.

  127. anne

    Alors voilà Mamie, 83 ans, aide soignante en réa à Paris, depuis 4 ans en maison de retraite , secteur Alzheimer. Tous les WE, on passe la prendre, pour faire gouter à la maison ou ballade en ville. Pas trop longtemps, c’est fatiguant. Et puis si ça dure trop, Mamie met son manteau et fait «bon ben, il est temps que je rentre..». Elle est rigolotte, Mamie, avec sa crinière blanche, sa surdité tellement marquée qu’on est obligés d’hurler pour lui dire trois mots, bien en face pour qu’elle lise sur les lèvres, ou dans l’oreille droite celle qui entend le mieux malgré une paire d’appareils auditifs qui coute la peau des yeux et qui bouffe des piles toutes les semaines. L’oreille gauche n’entend plus rien mais avec l’oreille droite, elle «imprime» plus : lésions cérébrales dues à un passage en réa qui l’a laissé démente sénile. Depuis Mamie a l’Alzheimer, sourit béatement certains jours et d’autres déprime fort, surtout si on écoute les 37 messages laissés sur notre téléphone, où elle supplie qu’on vienne la chercher parce qu’elle s’ennuie. Au maximum, on fait une partie de dominos en trichant pour qu’elle gagne. Y a des jours avec et des jours sans et la vie continue.

    Et puis voilà, Foire du Livre à Brive. Dr 100 000 Volt, rapport à l’hyperactivité qu’elle déploie autour d’elle, qui fatigue les autres et parfois elle même, va se faire dédicacer son bouquin par le Dr Bibi. Elle est contente, le Dr 100 000 V, elle suit le blog depuis l’année dernière grâce à sa collègue, qui vient de quitter l’hôpital d’Auch. Une autre Dr 100 000 V. Energique, sympa, rigolotte aussi mais pas comme Mamie. Elle, elle est sait ce qu’elle dit, plus Mamie.

    Dr 100 000 V ( la première, la vieille quoi) ((( vous me suivez, c’est pas trop compliqué…))) rencontre timidement ce jeune docteur, plus interne désormais, avec plein de questions , comme vous tous bien sûr, et lui prend un bouquin pour Maman.. Pas pour Mamie. Non, Mamie c’est sûr elle ne lit plus depuis longtemps ou alors elle fait semblant. Dédicace sympa. Elle lui donnera pour Noël.
    […]
    Dimanche passe, Mamie vient à la maison, comme d’habitude et se love dans le canapé pendant que chacun vaque à ses occupations. Elle attrape la BD posée, la feuillette, la repose et prend ensuite le bouquin du Dr Bibi…

    A la fin de l’après midi, elle a lu 160 pages !! On lui demande si c’est bien, et elle raconte que c’est un livre sur l’hôpital, les internes, les professeurs… C’est bien dit elle, et elle l’embarque pour son retour à la maison de retraite. Sa petite fille qui la ramène dans sa chambre lui demande encore comment elle trouve le livre et voilà Mamie en train de lui refaire le synopsis et de lui demander des nouvelles de son copain : « vous faites un beau couple tous les deux» lui confie t elle.

    C’est une histoire ordinaire de soignants, VRAIMENT ordinaire, …

    PS ; la dédicace pour Maman c’était justement « pour Maman, prenez soin de vous »

    «Pourquoi aller au cinéma ce soir ? C’est tous les jours théâtre en consultation» Dr Sénateur , rapport à son amplitude.

    merci Baptiste, tu racontes si bien notre quotidien…

      1. anne

        C’est nous qui disons merci pour un bon moment passé. Pas besoin d’aller à Lourdes, des miracles du quotidien y en a tous les jours. Faut juste ouvrir les yeux. Bizz à tous

        1. doume

          Ce qui est terrible avec tous ces commentaires, c’est qu’il y en a toujours un qui fait écho en moi, dans la joie ou dans la douleur … parfois les 2 à la fois (ici, ma maman et une résidente de mon EHPAD).

    1. Mésange

      Cete histoire est magnifique! Quelqu’un sur ce blog a dit que Bibi est un magicien ; en voilà la preuve éclatante…
      Anne, faites un tendre abrazo à Mamie de ma part.

    2. Cilou

      Elle est tellement belle ton histoire… elle m’émeut profondément. Bibi, qui relève (aussi) les mamies Alzheimer.
      Fais des bisous à ta douce Mamie pour moi. Tu as de la chance de l’avoir encore, malgré tout…
      Des bisous. Plein !

    3. C.d'A.d'Abrazos bras d'amour ET DE JOIE

      @Anne:Moi,j’adore quand tu racontes avec tant de delicatesse tes histoires de Mamie et de Maman,de dedicaces d’un gentil 100 000V et de bon livre…PLEINS DE DOUCES PENSEES A VOUS.

      1. Rofine

        @ Anne : merci pour ta jolie histoire racontée avec beaucoup de tendresse. Finalement le livre du Dr Baptiste a éveillé dans la mémoire de ta Mamie des choses vécues et qui lui parlent : c’est merveilleux !!!
        Belle journée à vous deux et plein de bisous à partager.

  128. Oriane

    Après une rencontre au salon du livre de Brive j’ai dévoré votre livre en une journée

    J’ai ri, j’ai été triste, j’ai été ému, j’ai rêvé
    J’ai connue la mort blanche (mon bébé partit trop tôt) ; je vis avec la maladie (endométriose)
    Votre livre est une pépite pleins de poésies et de joies tout comme votre blog

    Alors MERCI de m’avoir remise debout
    et je ne peux que vous souhaiter une longue carrière d’écrivain/médecin

    1001 fois merci

  129. Bâ'Yari

    Je n’ai jamais aimé les docteurs, médecins, infirmier(e)s….
    Enfin, c’est faux : j’aimais bien mon docteur de quand j’étais petite (même si j’aimais pas trop ses piqûres évidemment). Et puis… et puis j’ai grandi, et il a vieilli, et il est parti. Ou alors c’est moi, je ne sais plus. Et puis j’ai eu l’impression de n’être pas comprise dans mes douleurs par les suivants. Et puis j’ai fait un passage éprouvant aux urgences, incompréhensible pour moi à l’époque, attendre 3h seule assise sur un fauteuil dans le sas d’arrivée des urgences, alors que je venais d’avoir la peur de ma vie, peur pour ma vie. 3h sans personne à qui parler alors que mon père est juste de l’autre côté de la porte en salle d’attente, mais personne pour l’ouvrir cette p… de porte. C’est long, 3h, très long.
    Et puis, et puis il n’y a pas si longtemps, je suis aller chez le généraliste, et c’est une interne qui s’est occupée de moi. Mon âge à peu près, très gentille, qui m’écoute, m’explique… Idem avec la titulaire, avec qui je me sens en confiance, même (surtout) quand elle me fait faire des examens supplémentaires.
    Et puis j’ai découvert ton blog, qui a continué – amplifié – ma réconciliation avec les soignants.
    Et puis j’ai lu ton livre, qui l’a scellée.

    Alors, merci.
    Merci pour toutes ces histoires, merci de nous montrer l’autre côté, la face cachée de cette planète étrange, incompréhensible qu’est un hôpital. La face humaine, tellement, terriblement humaine.
    Merci pour ces petites joies et ses grandes tristesses, ou l’inverse je ne sais pas trop, pour toutes ces émotions qui nous rappellent que la vie est belle, si belle, et que des gens si beaux sont avec nous pour la traverser.
    Et merci pour l’image de Lucy et le poney multicolore…

  130. marie

    j’ai bravé la nuit, les déluges, les contre-temps, ah les contre-temps… quand on voudrait que tout roule et bien gros mystère, une avalanche de contres temps et enfin enfin je suis devant la salle Georges Brassens je vais voir notre héros j’avance dans une foule de passionnés des mots (j’adore) vois des têtes, tiens Weber tiens Desforges, oh bein tiens Debré, oh le the stand l19 celui de notre star à deux encablures de Yasmina Khadra, ah je le vois de dos pas Yasmina non! notre héros ah bein non c’est pas lui, je tourne la tête je vois ses livres et sa chaise …vide…….j’ai du faire une telle tête que de suite l’hôtesse me dit ne vous en faite pas il revient …..ouf ouf ouf ………….et bein vous savez quoi je confirme c’est un puissant magicien et il est la bonté incarnée; allez tous le voir et n’oublier pas la phrase magique , un pur moment de grâce un peu comme AMMA qui vous prend dans ses bras, de la pure joie.

  131. Philozen GRIFONNE

    Je viens de le refermer, je l’avais ouvert ce matin. J’ai rit, beaucoup. J’ai partagé avec mon fils et ma compagne ces moments d’humour, de tendresse, d’humanité. J’ai eu beaucoup de mal à préparer à manger parce que je ne parvenais pas à le lâcher. Et je me suis rassise pour continuer ma lecture et mon fils inquiet m’a dit :
    « Maman ça va ? Tu ne ris plus !?  »
    « Non là chéri je ne peux plus, ça me touche de trop près  »
    Deux crabes ont pris possession de ma mère et je ne sais si elle parviendra à les déloger…Alors parfois c’était délicat et les larmes ont coulés silencieusement, souvenirs d’hospi récentes, appréhension de celles imminentes .
    Et puis les sourires sont revenus, les rires et puis il a fallut penser au repas suivant . Et M..DE ! Alors technique de sioux : « purée vite fait » , jambon, salade, un yaourt, un fruit . Et moi j’ai continué à lire pendant qu’ils mangeaient. Dans ma famille il y a des soignants, ma compagne a vécu 25 ans avec une infirmière. Nous avons retrouvé cet univers qui nous est familier d’un côté comme de l’autre …Merci pour vos mots et la vision plus réaliste que vous offrez des urgences et du milieu hospitalier. Et merci d’avoir écrit ce que je vis comme une évidence, patients nous réparons quelque chose chez les soignants 😉 Donnant, donnant 🙂

  132. Lise

    pffffff, vous nous faites crever d’envie avec vos témoignages associées à la séance de dédicaces !!!!!!!!!!
    quoique, en l’écrivant, je me dis que ce serait peut-être « trop d’motion » pour mon p’tit coeur de voir notre doc dans la vraie vie !!!

    en tout cas, le premier exemplaire du livre issu de ma hotte de mère-noël (un peu en avance, certes, mais comment résister à l’envie de partager tant de bonheur !) a beaucoup plus !
    et j’ai offert le second hier, j’attends un retour ….

    la bise à tous !

  133. Mel

    Ca fait du bien de voir que tout les médecins ne sont pas inhumains, barricadé derrière une façade pour je ne sais quelle raison. De voir des médecins qui comprennent la fin de vie et l’accompagnement qu’il nécessite… J’aimerais que tu viennes travailler dans mon hôpital pour montrer à ces vieux médecins ce que c’est qu’un bassin et ce que ça change de communiquer avec son patient !
    En attendant que ceci ce réalise (je peux toujours rêvé ^^) je fais tourner ton livre dans mon service pour réconcilier les infirmières/aide soignantes avec les médecins (parce que là aussi il y a du boulot). Je parle de ce livre à mes patients qui ne comprennent pas tout sur l’hôpital où ils sont pourtant et à qui on a n’a pas le temps de tout expliquer. Je fais de la pub pour ce livre que j’ai dévoré en deux heures à peine.

    Bref, ton blog est génial, ton livre est mieux encore et j’espère que tu garderas jusqu’au bout cette humanité et l’amour de ton métier.

  134. A-M 87

    Baptiste, votre écriture est une feuille d’ or qui se pose sur la vie de l’hôpital. Merci!
    Vous avez ravivé les souvenirs d’une soignante; mais les brulures s’estompent sous votre plume.
    Surtout, ne changez rien. Mais prenez soin de vous, la route est longue.

  135. Nègre

    Cher Baptiste, j’ai lu toutes tes histoires, acheté ton livre dès qu’il est sorti et pris mon temps pour le lire. Je t’ai dit tout le plaisir que j’ai eue à prendre mon temps pour faire tarder le moment où ce serait fini, plus d’histoire, fini. Je suis étudiante infirmière anesthésiste, donc infirmière confirmée en quelque chose mais pdepuis plus d’un an avec les fesses entre deux chaises puisque de nouveau étudiante. Aujourd’hui, en stage en chirurgie thoracique en centre de lutte contre le cancer, j’apprend que 2 salles d’opération à coté de la mienne, il y a quelqu’un que j’aime bien qui est opéré. Cancer… Je reste un peu plus pour pouvoir la voir en salle de réveil. Elle a perdu ses cheveux, ses sourcils, mais c’est toujours la même belle personne que je connais. Je lui dis quelques mots, masse doucement ses épaules douloureuses. Elle est encore un peu ensuquée par l’anesthésie et ne se rappellera probablement pas qu’elle m’a vue. M’en fiche… Mais je me demande ce que je pourrai lui emmener comme magasine à la noix type cosmo ou je ne sais quoi pour lui permettre de s’évader un peu quand j’irai la voir demain dans son service d’hospitalisation. Et puis l’évidence, je vais lui emmener ton livre… Ca se sera un bon moyen de lui faire du bien.
    Merci pour le cadeau pour elle.

  136. Nègre

    Cher Baptiste, j’ai lu toutes tes histoires, acheté ton livre dès qu’il est sorti et pris mon temps pour le lire. Je t’ai dit tout le plaisir que j’ai eue à prendre mon temps pour faire tarder le moment où ce serait fini, plus d’histoire, fini. Je suis étudiante infirmière anesthésiste, donc infirmière confirmée en quelque chose mais pas l’anesthésie, et depuis plus d’un an avec les fesses entre deux chaises puisque de nouveau étudiante. Aujourd’hui, en stage en chirurgie thoracique en centre de lutte contre le cancer, j’apprend que 2 salles d’opération à coté de la mienne, il y a quelqu’un que j’aime bien qui est opéré. Pas vu depuis plus d’un an. Cancer… Je reste un peu plus pour pouvoir la voir en salle de réveil histoire de lui glisser un mot gentil. Elle a perdu ses cheveux, ses sourcils, mais c’est toujours la même belle personne que je connais. Je lui dis quelques mots, masse doucement ses épaules douloureuses. Elle est encore un peu ensuquée par l’anesthésie et ne se rappellera probablement pas qu’elle m’a vue. M’en fiche… Mais je me demande ce que je pourrai lui emmener comme magasine à la noix type cosmo ou je ne sais quoi pour lui permettre de s’évader un peu quand j’irai la voir demain dans son service d’hospitalisation. Et puis l’évidence, je vais lui emmener ton livre… Ca, ce sera un bon moyen de lui faire du bien.
    Merci pour le cadeau pour elle, j’aurai pas pu trouver mieux.

  137. françoise

    On le savait. On l’attendait.
    Et on l’a eu.
    Comme une gamine j’étais. Impatiente. . Limite fébrile. Un sourire débile greffé sur mon visage extatique. Je l’ai lu. Ne l’ai pas quitté. Il est devenu mon doudou. Une partie de ma vie. De mes nuits.
    Et puis j’ai vu ma fille et lui ai donné l’exemplaire que je lui avais acheté. Et là j’ai connu l’angoisse. Le truc qui te prend aux tripes. Et si elle n’aimait pas ?. Comme si je l’avais écrit avec mes petites mains. Je me raisonnais, mais non , rien à faire.
    Coup de fil, tard. « Maman écoute … ». Ma fille me lisait des passages entiers en riant ou la voix serrée, me faisant découvrir un livre que je connaissais déjà par cœur.
    Il était devenu sien.
    C’est ça le secret Baptiste. Juste ça….
    Tendresse.
    Françoise

  138. Céline

    Bonjour,
    J’ai adoré le livre et j’ai adoré me remémorer cette pente pour accéder à l’hôpital du sud ouest! Sept ans d’une vie pour ma part pas très loin là où la country passe au mois de juillet.
    J’ai beaucoup aimé le fil conducteur de l’histoire cette chambre 7, qui n’ a pas connu dans sa carrière ( pour ma part d’infirmière ) de patiente comme celle-ci.
    Bravo pour vos écrits, en attendant d’autres récits et d’autres livres.
    Bonne continuation

  139. Flo

    Livre acheté cet après-midi à 16h, fini à 20h … autant dire qu’il fut dévoré !
    Je n’avais aucun doute : ce livre j’allais l’adorer mais il me fallait un peu de temps pour « digérer » mon dernier stage (2ème semestre de médecine générale en soins palliatifs) … au vu du gros « chagrin » une fois le livre achevé, je ne m’en suis visiblement pas laissé assez (beaucoup de souvenirs, des patients, des familles, des histoires de vie, une équipe soignante que je n’oublierai pas…) mais un grand MERCI pour ce livre qui fait remonter toutes ces émotions (oui car il ne faut pas croire, outre les larmes, il y eut aussi des grands éclats de rire !!)
    Donc ce soir c’est « danse avec les stars » pour me vider la tête, un grand verre de vin rouge (toujours pour la même raison), mon amoureux au téléphone … et demain je débuterai mon stage aux urgences dans la joie, la bonne humeur et avec le même amour pour mon métier !!
    Encore merci !

  140. Elle

    Comme toujours, depuis le blog, j’ai eu plaisir à lire, à décrypter, à imaginer la vie des hospitaliers.
    Comme toujours j’ai aimé l’écriture, le style, le grand cœur et le bel esprit du narrateur.

  141. ANNE

    Je viens de finir ton livre, dédicacé à la dernière minute samedi soir grâce à l’efficacité de ma fille (ça compense les retards systématiques de sa mère !). Merci. Il va tourner très vite ds les chaumières locales pour y apporter de cette tendresse partagée et dilater le quotidien. Et se multiplier pour être offert !
    Encore merci, mille bises, prends soin de toi.
    ps : t’as lu Erri de Lucca ? Tout est bon, avec des écrits différents

  142. Philippe Renève

    Bibi, si vous savez les choses intelligentes à mettre sur un livre d’or, je suis preneur car l’angoisse de la page blanche d’un livre d’or est sensiblement égale chez moi au bien que je pense du sujet à flinguer.

    Donc euh

    Voilà, quoi.

    En mieux, même.

    Deux fois.

    Gardez-vous bien.

    Bye.

  143. Mylène Goude

    Bonjour Baptiste,

    Je suis ton blog depuis quelques mois maintenant (découvert grâce à un article dans le Monde.fr). C’est ma ptite pause de la journée. J’adore ! Merci encore.
    Une question que je me pose souvent : mais comment fais-tu pour mener tout cela de front ?
    En tout cas, tu m’as convaincue, je commande ton livre au Père Noël.

  144. Sandra

    Merci!

    J’ai dévoré ton livre avec parcimonie, je l’ai fait traîner en longueur et savouré chaque moment (15 jours quand même)… Je ne voulais pas qu’il se termine!

    Heureusement tes histoires était là avant et sera encore longtemps là après (j’espère)! Garde ton enfant intérieur bien éveillé, tu sais ,celui qui transforme chaque histoire ordinaire, chaque rencontre en légende. Ne lui coupe jamais ses ailes!!

  145. Florian

    Bonjour Baptiste,

    Je t’ai découvert par hasard, un ami offrant ton livre à un autre. Il ne m’a fallu lire que la couverture pour me avoir une envie impérieuse d’acheter le livre. Un concentré d’humanité qui devrait être lu par tous, soignants, soignés… Je suis infirmier dans un service d’urgence du midi toulousain, et tout ce que tu écris si bien, je le vis moi aussi au quotidien, sans avoir ta plume pour pouvoir l’écrire, pour y mettre les mots que tu y mets avec tant de justesse. Merci pour le Docteur humain que tu es. Un tel degré d’implication dans la considération relationnelle du patient est suffisamment rare pour l’apprécier à sa juste valeur quand elle est si marquée. Merci donc.
    Merci, c’est un petit mot, mais il prend ici une grande signification, merci pour l’humanité qui se dégage de ton livre, et de ton blog, malgré les barrières que tu mets dans certains effets de style. Merci pour tes prises de position, toujours justifiées et pertinentes, sur le HP.
    J’ai fais mes études en soins infirmier au même endroit que tes études médicales, et pourtant nous ne nous sommes jamais rencontrés. Le destin a réparé cet affront, en me mettant ton livre dans les mains. Je compte bien venir te voir lors de la dédicace de samedi, pour te dire tout ca de vive voix.
    Et te confirmer que l’on attrape plus de poissons d’avril au mois d’aout.
    Je suis infirmier, soignant, et tu m’as apporté un autre éclairage sur certaines situations qui peuvent créer de l’incompréhension. Malgré tous les gardes fous que l’on peut se mettre, pour ne pas perdre l’humain de vue dans cette fourmilière de technique , on est jamais assez vigilant sur ces points.
    Merci pour cette belle leçon de vie.
    A noël, cette année, j’ai trouvé mon cadeau fétiche. Parce que tu explique mieux que quiquonque le pourquoi du comment j’ai choisi de faire ce métier là, que j’adore, que certains sont tentés de considérer comme sous métier.
    Tu publies ici un véritable outil à la compréhension soignant soigné, c’est un trésor précieux d’humanité.

    Merci pour tout ca, et bien plus encore.

    Florian DUPUY

  146. Sandrine THINNES

    Je profite d’une garde (calme) à la maison médicale de garde de Fort de France, pour te remercier de ce beau moment que tu m’as fait passer à la lecture de ton livre. Ne change pas… n’écoute pas les mauvaises langues qui te diront qu’on devient blasé, c’est faux, à moins de l’être dès le départ. Alors merci de la part de tous les patients qui auront la chance de croiser ta route. Tu es une belle personne.
    Sand

  147. patchina

    « Trop souvent nous sous estimons le pouvoir d’un geste, d’un sourire, d’une parole gentille, d’un peu de sympathie, d’un compliment sincère ou du plus petit geste d’amour, toutes ces choses qui pourraient transformer radicalement la vie de quelqu’un. »
    Leo Buscaglia

    Merci d’exister Baptiste.
    Merci d’exister tous ces lecteurs.

    Bacio a tutti*

  148. Charlotte

    Cela fait 6 ans (depuis que j’ai mis ma 2ème petite tête blonde au monde) que je n’ai pas lu un livre en entier… Mes 3 enfants m’occupent à plein temps et je ne sais pourquoi plus envie de lire…
    J’ai entendu parler de votre blog au J.T. (De 13h…)
    Et depuis je suis le blog avec intérêt.
    J’ai commandé Le livre et l’ai attendu avec impatience…
    Lu très rapidement sans louper un mot…
    Il est super, j’en parle à tout le monde !
    Mais surtout, nous vivons dans un milieu rural, et beaucoup de mal pour trouver un médecin « de confiance »…
    Votre livre m’a donné envie de faire confiance, et vraiment réconcilié avec les soignants, je veux dire vraiment…
    MERCI.
    Charlotte

  149. Danette

    TatataBoum !
    Grand jour Aujourd’hui, car j’ai pu enfin vous voir ! D’ailleurs vous avez menti, vous n’êtes pas un lion, pas de crinière au rendez-vous! (Dommage pour moi et mon amour des chevaux longs…)
    Dédicace à Toulouse, beaucoup de monde ( je suis ravie pour vous! ), pas eu assez le temps de vous parler…
    Je suis un beau sourire ( c’était sincère? parce que nous somme un 23 aujourd’hui…) si si vous l’avez écrit!!! 😉
    En tout cas je reviendrai pour avoir mon Free Hug!
    Je n’ai pas la langue dans ma poche d’habitude, mais là, impossible de sortir quelques chose, et la phrase du poisson d’avril, je ne savais pas comment la sortir pour qu’elle ne soit pas comme un cheveux sur la soupe…
    Alors qu’écrire?? Que votre livre est parfait, pleins d’émotions, blablabla, oui c’est sur, mais ça vous l’avez déjà entendu.
    Votre Livre c’est une bouffée d’oxygène dans ce monde saturé de tout.
    Vous savez faire rire, faire pleurer, faire réfléchir, faire analyser, vous savez magnifiquement écrire, Vraiment…
    Je n’ai réussi qu’à bafouiller cet aprem, mais Merci pour les émotions que j’ai pu avoir en lisant les histoires et Bravo pour votre bébé. 2 mots qui résument tout. Merci et Bravo.
    Je préfère le blog, parce que je vous lit là-bas depuis de début ( d’ailleurs je regrette amèrement de ne pas avoir laisser plus de commentaires, j’aurai pu être dans les remerciements! ((désolé mon coté narcissique…)) ), parce que vous êtes plus libre dedans peut être? parce qu’il n’y a pas les VRAIMENT, ni les images peut être?
    Mais je ne critique pas votre bébé, au contraire, j’ai même adoré la préface et les remerciements, on l’aime dans ses moindres recoins! Et je n’ai même pas pu attendre Noel pour l’avoir, donc aucune panique, On aime tous, VRIAMENT.

    Je reviendrai le 11 décembre puisque vous êtes de retour à Toulouse, pour avoir mon Free Hug, et peut être une double dédicace? ! =D
    Dommage que ça ne tombe que des jours impairs…
    Ne vous inquiétez pas (( je sais ce que c’est que de ne pas avoir beaucoup de temps, j’étudie pour devenir véto alors ça prend du temps… )) Vous n’avez pas eu le temps de tomber amoureux, mais L’Amour arrive tout seul !! Aucun soucis pour vous, la vie est remplie d’occasions ( pas toujours perceptibles) mais Vraiment remplie!

    J’aime plus que tout les Vraiment, les parenthèses entre parenthèses, les mots qui se transforment en changeant beaucoup de lettres, les allusions en tout genre, les clins d’œil à quelque choses que je connais ( ou pas, ça me permet de me cultiver ), Alors voilà c’est dit, J’aime ce que vous faite =) ( Ah bon? on ne s’en serait pas douté…)

    Une admiratrice pas secrète qui aime Vraiment ce que vous faite…

    PS 1 : Continuez s’il vous plait!! Même parfois, mais ça nous fait trop de bien !
    Ps 2: J’espère que votre projet pour les femmes pourra se réaliser!
    PS 3: J’espère que vous écrirez un deuxième livre si vous en avez envie!
    Ps 4 : J’adore votre humour plus plus plus plus plus plus plus plus plus plus que tout !

  150. Simple A.V.S

    La semaine dernière, une de mes petites dames est partie, j’étais là …avec le samu . Sa fille prévenue , habitant juste à coté , n’est pas venue.  » Au urgence ils ne me laisseront pas la voir avant demain , alors pas la peine de me déranger ce soir . » j’ai pas compris …. Je lui ai tenue la main, elle est partie chez elle , dans son lit . Votre livre m’a fait du bien, il m’a aidé à comprendre . Merci

  151. Grand33

    @simple AVS
    j’aurai dit AVS tout court car votre métier n’est pas simple justement. vous faites partie inrégrante du monde qui permet de tenir nos anciens debout.
    Continue à bien faire ton beau métier même si quelquefois tu ne comprends pas.
    La bise MADAME l’AVS

  152. Christine

    Je viens de terminer votre livre, qui m’a parfois fait rire, mais le plus souvent émue voire boulerversée. Moi- même médecin, 50 ans, ayant choisi une carrière plus éloignée des patients, probablement par instinct de protection, même si le contact avec eux a été une expérience trés trés riche. On devine votre grande sensibilité à chaque page, et votre vision de l’humanité est pleine de poésie, j’adhère. J’ai envie aussi de vous dire : peut- être faudrait- il apprendre à vous protéger un peu plus de la souffrance et de la misère, et de la laideur de certains êtres humains que vous croisez. Et j’ai aussi conscience que vous êtes naturellement proche des patients, proche des autres, avec votre super acuité pour capter les subtilités de l’âme, et que se protéger c’est un peu s’éloigner. C’est vous qui verrez, et les choses se feront naturellement au fil de l’expérience et de votre vécu personnel et professionnel. Viendrez- vous à Bordeaux pour dédicacer votre livre? J’aimerais vous rencontrer, échanger avec vous. Bonne continuation dans votre vie, je vous souhaite le meilleur.

  153. Déborah

    En lisant les premiers chapitres, je me suis dit que j’allais prendre en note mes réflexions brutes à la fin de chaque journée. Ca a donné ça:
    « Jour 1 :
    fous rires II
    peines I
    Baptiste Beaulieu parle d’ascenseur émotionnel et vous en donne un pour illustrer.
    Bilan : amoureuse, j’aurai dû travailler dans la médecine.

    Jour 2 :
    En fait j’aimerais être une patiente pour rencontrer des gens comme ces héros ou pour leur donner un peu de foi en l’humanité !
    Chaque mot de Baptiste est une poésie… »

    Et voilà, je me suis arrêtée là. Non pas que je l’ai lu en 2 jours, mais je l’ai tellement dévoré les jours suivants que j’ai préféré garder mes émotions pour moi et ne pas les retranscrire directement sur papier.

    Pour conclure, c’est un livre admirable, totalement dans l’esprit du blog et qui donne envie de mieux connaître ce monde médical/malade !!

    ps: et chaque fois qu’un ami doit aller à l’hopital ces derniers temps (rien de très grave, je vous rassure), je m’énerve: « C’est trop dommage que t’aies pas lu le livre « Alors voilà »!! Tu vivrais le temps aux Urgences totalement différemment! »…

  154. Bénédicte

    Brives, il y a deux semaines…ma copine Magali fait la queue pour une dédicace d’Alors Voila. Elle ne connait pas ton blog, je l’ai mandatée spécialement depuis ma Haute-Savoie.Vous échangez quelques mots, elle plaisante mais elle doit avoir des plaques rouges : elle a attendu et piétiné. Comme elle me connait bien, elle sait que je suis pressée de le lire, ce livre….J’ai reçu ce lundi ton livre avec ta dédicace, je l’ai terminé hier. 6 jours de rires, de larmes et à la fin, une certitude : je t’ai reconnu. Tu es de ma famille, celle des Humains.Merci et bravo…moi c’est Bénouche

  155. Marion

    Bonsoir Baptiste,
    J’ai pas pu attendre Noël, j’ai acheté ton livre hier et je l’ai déjà fini….en larme ! D’abord émue par cette histoire magnifique, et aussi un peu parce que je savais que ce moment avec toi prenait fin. J’ai bien du passé un quart d’heure à le tourner et le retourner, espérant y trouver encore quelques lignes..
    Fidèle lectrice du blog, j’attendais avec impatience cette histoire, et je n’ai pas été déçue par un seul mot
    un seul reproche : il est trop court, j’en voulais encore, j’en veux encore, encore de l’amour, de l’humanité et de la poésie…
    J’espère vraiment que tu as déjà commencé un 2ème bouquin (puisse-t-il faire 600 pages)…
    Je te souhaite tout le succès que tu mérites,
    et aussi beaucoup de bonheur
    La bise !
    A bientôt à Strasbourg ??
    ps : pourquoi ne racontes tu pas d’histoires venant de sages- femmes, tu n’en a pas côtoyé durant tes stages ? je ne suis pas objective, mais ma maman est sage-femme et je suis sûre que ces femmes ont des pouvoirs magiques … et sans doute un tas d’histoires à raconter !

  156. segolene

    Je viens de terminer votre livre
    Comment dire il est tout simplement génial, je le recommande a tous ! Bravo pour cette oeuvre! Longue vie a cette carrière d’écrivain/médecin! Et je continue a suivre assidûment votre blog!
    Encore toutes mes félicitations pour ce magnifique livre!

  157. LN

    Bonjour bb,
    grande fan de votre blog, j’ai enfin acheté le livre … je sais, je sais, ce n’est pas une reprise de vos chroniques, mais bien un roman. Et justement, c’est dans ce rayon que je le cherchais, en vain. Quelle ne fut pas ma surprise en le découvrant au rayon « santé » de ma librairie (grande librairie indépendante bien connue à Montpellier), entre un guide de médecine chinoise et le best seller d’Allen Carr pour les futur ex-fumeurs…
    Sûrement une erreur… à corriger pour que votre livre puisse être apprécié à sa juste valeur et par le plus grand nombre.
    Merci et bravo pour ce que vous êtes et ce que vous éveillez en nous.

  158. Emilie

    Waouh… ton livre m’a tenu compagnie sur un vol Paris-Montréal.
    Moi la petite infirmière française, j’ai dévoré les pages, apprécié les histoires, les moments…
    Je me suis retrouvée dans certaines, j’ai ri, j’ai été émue…
    Alors juste Merci
    Et pis si un jour tu as besoin de mains pour Pondichéry ou autres, ce sera avec plaisir !

  159. Darlinguette

    A tous ceux qui ont aimé le livre de BB, je conseille de découvrir:  » ça se passe comme ça au 3eme A « , morceaux de vie dans un service de médecine à l’hôpital, écrit par Bridget aux éditions Baudelaire.
    Nos soignants ont vraiment des talents de conteurs ! Bonnes lectures.

  160. annaik

    Alors voila ! que dire qui n’a pas déjà été dit par d’autres ? Ce livre, comme le blog, m’a fait rire, pleurer, m’a énervé parfois !!! Cela existe des soignants aussi concernés ? Vraiment ? Je n’y retrouvais pas mes souvenirs d ‘hospitalisation ! Et puis je me suis retrouvée, à nouveau alitée, soignée par une équipe formidable et je me suis dit que oui, VRAIMENT, de tels soignants existent et que nous avons de la chance d’être soignés par eux. A peine le livre fini, je l’ai prêté à la gentille infirmière qui vient tous les jours me faire ma piqûre, j’espère qu’elle ne le fera pas tourner parmi tous ses patients mais par contre qu’elle en fera la promotion ! j J’espère vraiment que le succès ne vous changera pas ! câlins (gratuits)

  161. Martine

    Double plaisir lire votre livre et que soit ma fille qui me l ai offert des sa sortie (je lui lisais l année dernière pendant sa P1 de temps en temps quand elle n avait pas le moral quelques unes de vos histoires pour le remonter) elle a réussit sa P1 et j’ai le livre .

  162. desfosse brigitte

    Infirmiere en retraite depuis 3 ans au bloc operatoire, je me suis régalée , que de verité dans votre livre , je le recommande a mes amis soignants ou non , je vous ai suivi sur votre bloc depuis avril , et je continue merci je reste grace a vous en contact avec le milieu je fais parfois des vacations ! le bloc c est un petit theatre !!!

    a bientot sur votre blog

  163. Mathea

    1 taxi, 1 avion, 5 505km, 5h de sommeil, 1 passage aux douanes, 2 train, 2 métros, 2h30 de sommeil, 2 métros plus tard… En plein jet lag, je ne sais plus si c’est le jour, la nuit, je me sens étrangère en terre natale, il est bientôt 5h, Paris va pour finir sa journée, je file en priant ma bonne étoile que dans cette librairie il y en ait encore, 2, miracle, je l’ai reconnu à la couleur, à l’ours brun sur sa chaise rose, je fonce vers l’étagère, en choisis 2 s’il vous plaît, enfin je m’échappe avec mon trésor. J’en dédicace un, c’est pour mon meilleur Ami, mon Âme frère, infirmier à l’Hôtel-Dieu, je vais le rejoindre, je termine ma dédicace avant de lui écrire que je l’attends à l’accueil.
    Il arrive, on se serre dans nos bras, on se parle, on s’écoute par tout notre être, on se dévore, on savoure ces quelques minutes ensemble. J’ai un cadeau pour lui, il ne l’a pas lu mais en a entendu parler, je suis sûre que les 1001 vies des urgences lui plairont parce qu’il les vit ces 1001 vies. Il doit déjà y aller, retourner à ses urgences, il repart avec son trésor, je retourne à l’hôtel les yeux déjà plongés dans mon trésor… J’en serai tellement éblouie que j’irai jusqu’au bout, incapable de m’arrêter, malgré la fatigue de ces 5 505 km.
    J’ai traversé l’océan pour d’autres motifs mais j’avais deux obsessions: ton livre et mon meilleur Ami. Mission accomplie!

    « Alors voilà », c’est un trésor partagé, ce fil invisible qui nous relie lui et moi, au-delà de la distance.
    Ce fil invisible qui nous relie tous, ténu, fragile, mais qui existe!

    MERCI D’ÊTRE LE LIEN.

    ps: pourquoi donc mon signe astrologique fait-il tant de mal autour de lui… :’-(

  164. fayrouz

    alors voilà…vu article sur rue89…longue promenade (et lecture) sur le blog…vu ton passage aux ptits papiers…réservé soirée, acheté livre, écouté BB pendant une heure trente, dédicace et lecture vendredi samedi dimanche matin.. FINI ! Adamsberg s’est vexé mais bon il y a des choix…
    j’ai passé le livre à une amie…je vais acheter deux autres exemplaires que je vais offrir à des amis qui ont aimé le blog…
    …bravo ! quelle écriture ! quel humour dans un monde pas drôle ! une bouffée d’oxygène ce livre ! continue BB à nous faire du bien…à nous réconcilier …avec nous-mêmes…

  165. Clotilde

    Alors voilà. J’ai lu et j’ai aimé. Je veux dire j’ai VRAIMENT aimé.
    Et si tu passes dédicacer à Rouen ou à Paris alors je viendrai avec la phrase magique pour avoir mon free-hug.

  166. Val

    Pardon…j’avais oublié qu’il était préférable de laisser les commentaires ici et non pas sur FB!

    Ne jamais réagir à vif…
    Mais là je le fais.
    Je termine ton livre. A l’instant.
    Je pourrais dire des millions de choses mais je ne t’en fais part que d’une seule : grâce à ton père tu sais que rêver est un premier pas vers le bonheur, alors je te remercie chaleureusement de m’avoir fait rêver.
    Merci Vraiment.
    Valérie

  167. Estelle

    Une petite merveille.
    Et je tiens à dire que c’est un des seuls livres que je n’ai pas dévoré en une nuit (avec ma mémoire à court terme j’en aurai oublié la moitié la semaine d’après).
    Et surtout prendre un peu de recul.
    Mais rien au final n’entame le maelstrom d’émotion quand on franchit la dernière page.
    Il va finir au pied du sapin de nombreux amis c’est certain.
    Merci pour ces moments de grâce

  168. Joëlle

    Voilà,
    Je n’ai pas encore lu le livre bien qu’il soit sur ma table de nuit depuis un mois mais je me le réserve comme cadeau sous le sapin ( je met à rude épreuve ma patience ! ).
    Mais aujourd’hui nous fêtons les 50 ans de bioMérieux à Lyon, et si je vous écrit ce message c’est parce que j’aimerai rendre hommage à une personne merveilleuse, le Docteur Alain Merieux.
    A cette occasion ce soir je vais lui offrir mon livre parce qu’il est à l’image de l’humain (dans le sens humanité) qu’est Mr Merieux et que cela me tiens à coeur de partager avec lui cette émotion qu’on ressent quant on te lit Baptiste.
    Merci à toi pour être ce que tu es.
    Merci à Mr le Dr Alain Merieux pour être celui qu’il est…
    Et vivement le soir de Noël pour que je puisse lire le livre que j’ai biensûr recommandé.

  169. Stephanie . L

    Merci de nous faire partager toutes ces aventures , j’avoue je ne suis pas du tout fan de lecture mais là c’est réaliste , touchant, amusant, triste parfois et tellement bien écrit que je pense que pour une fois je vais craquer et acheter ton livre ! ( ce qui est un peu un exploit pour moi lol mais bon vu comment je dévore ton blog , je ne m’inquiète pas pour le livre … )

  170. Cécile

    Je cherchais un livre pour passer le temps et surtout me changer les idées et voilà votre livre qui s’affiche sur la librairie de la tablette. Pourquoi pas ! on verra ce que ça donnera. Et bien je crois que je n’ai jamais était autant déçu de ne pas l’avoir acheter en version papier. C’est une pépite qu’il faut garder et partager. Un livre qu’il faut lire et relire. Merci pour tout ce que vous m’avez apporté. Grace a vous je vous je me sent un peu plus prête à accompagner ma mère vers son dernier voyage. Certain de vos mots m’ont permis de dédramatiser. Quoi dire de plus merci a vous! (Du coup j’ai plus qu’à aller en racheter un version papier et qui sais peut être passerez vous vers Rouen ou amien pour que vous me le dédicaciez )

  171. Noémie

    Bonjour,
    Fervente lectrice de ton blog, je me suis enfin acheté le livre. A la fin du livre je n’avais qu’une envie : te serrer dans mes bras bien que je ne te connaisse pas. Ce livre est tellement humain qu’il réchauffe le cœur. Le fait que tu y livres des choses personnelles m’a touchée aussi. Ce n’est plus une pépite d’humanité, c’est la mine entière ! J’ai pleuré et j’ai ris en lisant ton livre, il est merveilleux.

    Je te remercie de ta métaphore de la mort. J’ai perdu une tante qui m’était très très chère du cancer et je préfère maintenant l’imaginer chevauchant un poney multicolore, c’est beaucoup plus sympa que la dernière image que j’ai eu d’elle…

    En tout cas votre boulot est superbe et je dis chapeau !

    Enfin voilà, continues comme ça et j’attend avec impatience d’autres anecdotes.

    Noemie

    1. Catherine d'Argentine

      @SIDO:L’ENTHOUSIASME QUE TU NOUS PARTAGES POUR LE LIVRE DE BAPTISTE M’A BEAUCOUP PLU…J’AI ADORE AUSSI TES PHOTOS AVEC »BIBI »ENTRE TES MAINS…ABRAZOS A TOI…(JE RETOURNERAI ME PROMENER DANS TON BLOG,AVEC PLAISIR…)

  172. Yv

    J avais acheté le livre à sa sortie. Tout aimé. Je voulais en offrir à Noël et je n’ai rien trouvé. Plusieurs exemplaires en Commande chez le libraire et cela veut dire que cela fonctionne bien pour toi.Je suis Ravie. J’en ai commandé un exemplaire. Je l’attends avec impatience. Est-ce qu’une version de livre audio sortira bientôt? J’aurais tellement aimé l’offrir à une amie très chère et malvoyante. Mille mercis
    Yv

  173. Isabelle

    Ce blog est pour moi comme un torrent rafraichissant, surprenant, éclaboussant, avec ses jaillissements et ses grands trous, plein de vie et de surprises, illuminé par les vraiment, alors voilà, titres, photos, parenthèses et citations.
    Le livre est plus comme une rivière, plus ample, qui irriguera sans doute plus largement encore, mais c’est bien la même eau, la même poésie, la même délicatesse, le choix si précis des mots qui claquent et touchent le cœur, l’humour jamais négatif, cette capacité à transcrire si justement nos émotions… Bref, le même bijou… même si j’ai un faible pour les torrents.
    Merci pour la dédicace hier, le dessin (whaou !) et les quelques mots échangés, super !

  174. Marie

    Livre acheté et dédicacé hier à Toulouse. Mon fiancé et moi l’avons commencé (avant d’offrir le chef d’oeuvre à sa mère, infirmière à la retraite). Je l’ai déjà fini, il en est à une bonne moitié.
    Déçue d’en avoir acheté qu’un (il n’y en avait plus sur le moment sur la table de la librairie). J’ai d’autres personnes à qui je l’offrirai bien. Je retournerai peut-être dans une librairie d’ici Noël.
    Discussion dans la file d’attente pour les dédicaces : des personnes différentes qui ont entendues parlé du livre par différents moyens (le blog, l’émission de radio de jeudi, la famille..) mais qui ont toutes envie de cette dédicace pour un livre qui vaut le coup.

  175. Nathaly

    Je prends enfin le temps de laisser un commentaire suite à la lecture de ton livre ! Merci !!! Quel bonheur de lire toutes ces histoires touchantes, émouvantes, drôles !!! Un régal !
    Je vais l’offrir à Noël, je suis sûre de faire plaisir ! ♥

  176. Albigène

    @Baptiste
    Merci infiniment pour le lien vers l’émission de Radio Classique que je n’avais pas entendue. Je me réveille et m’endors parfois en écoutant cette radio et ça me repose, bien souvent. Est ce le fait qu’Olivier Bellamy a débuté à Radio Oxygène ou l’effet vendredi 13 mais c’est un bonheur de t’avoir entendu à l’instant sur ce média. Tu suscites toujours autant d’émotions par ta sensibilité au récit de tes post préférés notamment celui de la jeune fille qui faisait des bêtises, qui m’avait beaucoup touché. C’est un beau moment de radio où tu y étais excellent, toujours si juste, si touchant ! Et ce clair de lune de Debussy…. mais connais tu le clair de l’autre ? Je reste sérieux car très ému après cette écoute. VRAIMENT Merci Baptiste.

  177. Odile

    Je viens de refermer votre magnifique livre que ma fille m’a offert pour mon anniversaire. Entre rire et larmes, sourire et douceur, je ne l’ai pas beaucoup abandonné sur ma table de nuit. Et puis hier, alors que je profitais d’un autre de mes cadeau, un massage Ayurvedique, un petit livre posé en biais a côté de la caisse me saute à la figure: Toute est Toi, Ellâm Onru. Je l’ai pris dans mes bras comme un trésor trouvé et suis repartie pleine de curiosité. Je l’ai lu d’une traite ce matin mais il faudra y retourner… Merci pour tous ces instants.

    1. DADBIBI

      Bonjour Odile ,ce livre compte beaucoup pour Baptiste , un exemplaire acheté en Indes a « disparu » , pouvez-vous me donner les réferences de votre trouvaille , je vais le commander et le lui offrir .
      Merci par avance .

      1. Albigène

        Bonsoir Dadbibi !
        J’ai douté un moment pensant que cette perte du livre était intègrée dans la partie « romancée » d’Alors Voilà et qu’il ne manquait pas à Baptiste. Il est possible de se le procurer ici (à valider par Odile peut être ??) :
        Librairie Barthé (SARL BARTHELEMY) 12 Rue Sommeiller 74000 ANNECY tel 04 50 51 23 35
        Ou ici :
        http://www.laprocure.com/tout-est-ellam-onru-texte-anonyme-tamoul-xixe-siecle/9782911466144.html
        Ou ici :
        http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/collectif/tout-est-un-ellam-onru-texte-tamoul-anonyme-du-xix-siecle,1601717.aspx

        Merci encore d’avoir conçu et éléevé avec les repères que l’on sait un trésor comme Baptiste… Mes respects à Mambibi….

  178. Milena

    J´ai trouvé ce livre bien agréable, intéressant, plein de bon sentiments, avec une bonne touche d´humanité ! : ) – Surtout ne change en rien et j´espère que tu ne te blaseras pas avec le temps. Il ne semble pas avoir beaucoup de médecins français aussi humanistes, surtout avec de l´humour ou bien il ne sont pas faciles à rencontrer !? Le « savoir-faire » n´est pas tout, il y a aussi le « savoir-être », qui est important aussi, pouvant faire beaucoup. Le rire peut être aussi thérapeutique … Je croiserais volontiers ton chemin, si cela était possible. – Malheureusement, je l´ai lu un peu trop vite, malgré ses 315 pages. Il m´a fallu que quelques heures pour le lire en entier. Mais je n´hésiterai pas à le relire … Je l´ai déjà conseillé à deux de mes homologues français. Et à quand la version allemande de ce roman, afin de pouvoir le recommander aussi à des connaissances allemandes non ou pas assez francophones? …
    Salutations de Dresde,
    Milena.

  179. martin jean-yves

    je suis médecin generaliste rural.
    ce livre ma emerveillé, et donne un vrai sens à notre mission.
    je vais travaillé dorénavant avec un éspoir humaniste de plus en plus fort.
    tant de souffrance se cache derriere l’histoire de chacun, ce livre nous rappelle que l’espoir et le bonheur reste notre ligne de vie.
    merci pour ce soleil dans la brume ambiante.

  180. LN

    Lectrice du blog, je voulais acheter le livre. Ce que j’ai fais. Et puis, plus rien. Il était là sur ma table de nuit à attendre, je n’osais pas le commencer. D’autres choses à lire, des films à voir et certainement une petite appréhension avant de l’ouvrir, peur d’être déçue, de ne pas retrouver cet auteur qui me plait tant dans ces notes de blog.
    Finalement, je l’ai ouvert et terminé. Et je n’ai qu’une seule envie, le faire lire à d’autres, propager vos mots, contaminer mon entourage et son entourage à lui. Comme le sourire est contagieux, je crois que si l’on s’y met tous, votre livre fera des ravages. Merci.

  181. la Babou

    Orly, mercredi 11 décembre 2013 .
    En transit pour 1h30…Très aimable, le vendeur de Relay m’envoie « en urgence » à la Fnac. Ouf ! 2 exemplaires …
    Un pour moi, évidemment, dévoré toutes affaires cessantes, et l’autre ???
    Je pourrais ( ou plutôt DEVRAIS ) l’offrir :
    aux deux petites « chipèques » d’internes, qui, entre deux portes, ont froidement annoncé à ma Didou son cancer de l’œsophage, après sa « rémission » de leucémie…
    au grand ponte du service d’oncologie du CHU de B. , si grand ponte qu’il n’avait jamais le temps de parler à ma Didou, ni à son mari…
    à l’hématologue de ce même CHU, si humain qu’il se désespérait de ne pouvoir à nouveau sauver ma Didou, lui qui l’avait accompagnée, mais vraiment accompagnée et soignée pendant sa leucémie…
    et, dans un très, très lointain autre CHU, là où l’océan baigne une île de cirques et de remparts, je l’offrirais, ce livre,
    à la jolie Sandy K. adepte du jus-d’orange-qui-chauffe-tout-seul ( elle est grande « colonisatrice » devant l’eternel ), et qui garde sur son bureau une belle pomme  » pour son quatre-heures » : elle est si rassurante, souriante, humaine …
    à Charles W. qui brode des cicatrices mieux que les meilleures Quimpéroises, et dont l’humour est si contagieux qu’il vous ferait hurler de rire sous anesthésie générale…
    à Vincent B. qui scrute les maux du souffle et devine trop de choses, peut-être, derrière nos mots quand il plaisante avec nous …
    à Dominique B., traileuse et soprane, infirmière en réa. , ma « fée-aux-semelles-de-vent » préférée …

    et à tous ceux que j’aime …

    MERCI pour votre livre, Baptiste B. et pour votre humanité !!!

    1. Albigène

      @Marie
      Quelles belles lignes vous écrivez là ! Elles m’ont ému. Quel élégant hommage aussi à ces soignants d’un lointain CHU….
      On doit aussi à Baptiste le plaisir de croiser ici des inconnus , soignants ou pas, qui à travers quelques mots offrent quelques instants de grâce. Merci…..

      1. Catherine d'Argentine

        @Albigene:¿¿¿pourquoi fais-tu une eloge aux ecrits de Marie(??) sous le texte,tout en belles descriptions admirablement poetiques de LA BABOU…???T’aurais pas un peu trop bu de champagne,en cette periode de fetes,gentil Albi-en-joie-qui sait p’t’etre meme plus comment il s’appelle,ou alors,tu connais celle qui se cache sous ce charmant surnom de LA BABOU??…pas d’cachoteries entre nous,hein,monsieur Albi,qu’a retrouve PLEIN(…SI,SI….DEUX HABITANTS,C’EST VACHEMENT,MEME….)de CO-Albijois virtuels,grace au blog du Doc…et@ Mesange,et demie:que la force soit avec vous,pour cette operation a venir…je vous envoie des abra-superchauds…et ‘LA BABOU »: vraiment,chapeau…vous m’avez fait rever,le temps d’un com,avec vos hommages…

        1. Albigène

          @Catherine d’Argentine
          Il est 6 heures..Albi s’éveille et les princesses d’Amérique du sud veillent. Petite soeur de loin tu sais que je ne bois pas d’alcool, ou si peu et que je ne fume pas la moquette….. Tu as bien compris que mes lignes ne s’adressaient pas à une « Marie » qui postait plus haut mais à la Babou. Le hic c’est que je suis persuadé que ces belles lignes auxquelles je voulais rendre hommage avaient comme auteur quand j’ai répondu une « Marie ». Et je me souviens d’autant plus que Marie est un prénom ou pseudo qui ne peut que me parler….le because du why ???
          C’est une partie de mon prénom, je me souviens de m’être dit qu’il y avait beaucoup de  » Marie » qui postaient des commentaires et MARIE et AIMER… ce sont les mêmes lettres. Bel anagramme !
          Le docteur Baptiste est un magicien. Un grand magicien et je suis sûr qu’il possède le secret du pseudo qui change……
          Je l’ai vu hier sur deux vidéos. Toujours remarquable… http://vimeo.com/81733745
          J’ai croisé ici plusieurs albigènes…on va pouvoir monter un club. Et fais pas ta maline princesse de loin….sinon je te donne en pâture aux piranhas qui prolifèrent en ce moment en Argentine du fait de la canicule !!!!
          Au risque de rester collé je te serre tout de même dans mes bras petite soeur de loin….

          1. Catherine d'Argentine

            @Albigene:….ben,voila,moi,quand,on m’explique GENTIMENT,JE COMPRENDS…en plus,on a gagne UN LIEN super bien du Doc trop modeste,pour le mettre,de son propre chef…Merci qui??MERCI ALBI…te fais quand meme pas »el agrandado »avec ton club…on connait,comment ca finit les clubs…de rugby,qui vous mettent les lettres a l’envers,facon GRAND33(comprenne qui pourra…),ou MARIE(…pour les inities…)ou QUICHE EN TOUS GENRES(parce que je suis gourmande,et pas douee en informatique,et que j’ai lu sur ce blog,qu’il y un club,ici….)…et pour les poissons qui vous grignottent les doigts de pieds,quand on tente de se raffraichir,malgre les 39°C et qu’y a des coupures d’electricite de 6 jours,c’est juste pour que des gentils MEDECINS des tentes sanitaires improvisees,des clones a la Baptiste,aux accents de danseurs de tango,puissent raconter des histoires abracadabrantes a leurs petits enfants,le lendemain de Noel…QUOIQUE….En tout cas,Albi,au grand coeur…t’as fait rigoler la princesse de la-bas,ta p’tite soeur virtuelle…et aujourd’hui…c’etait pas gagne…

          2. Mésange

            En fait, Albigène et Cd’A, la vidéo est mentionnée par Bibi dans « ce que la presse et les autres blogs… » sous Presse/ Savoir changer Web TV 1 ou Savoir Changer Web TV 2… de toute façon, les 2 vidéos sont évidemment à regarder!

            Cd’A, résiste vaillamment à l’envie d’aller tremper tes jolis petons dans le rio le plus proche pour échapper à la chaleur ambiante! Nous tenons à te garder entière, donc pas de cadeau aux piranhas!
            Et, oui, je plussoie, Albigène, le Docteur Baptiste est un grand magicien… et pas seulement de la réconciliation!
            Poutous chocolatés légers… mais trèèèès chaleureux à tous les 2

          3. Cath

            Voyons Albigène, ce n’est pas ainsi que l’on parle aux dames qui font trempette. Ainsi,

            Dans la rivière elle est venue
            Tremper un peu son pied menu
            Par une ruse à ma façon,
            Je fais semblant d’être un poisson.
            Je me déguise en cachalot
            Et je me couche au fond de l’eau.
            J’ai le bonheur, grâce à ce biais,
            De lui croquer un bout de pied.
            Jamais requin n’a, j’en réponds,
            Jamais rien goûté d’aussi bon.
            Elle m’a puni de ce culot,
            En me tenant le bec dans l’eau.
            Et j’ai dû, pour l’apitoyer,
            Faire mine de me noyer.
            Convaincu’ de m’avoir occis,
            La voilà qui se radoucit,
            Et qui m’embrasse et qui me mord
            Pour me ressusciter des morts.

            Si c’est le sort qu’il faut subir,
            A l’heure du dernier soupir
            Si, des noyés, tel est le lot,
            Je retourne me fiche à l’eau.

            Voilà, c’est mieux, comme ça, non ?
            Georges Brassens savait parler aux dames, et aux princesses lointaines. Un peu de poésie, mais de celle qui fait sourire en ces temps bien froids : te mando un poquito de frescura Cath d’Argentine 🙂

      2. la Babou

        @Albigène, @Catherine d’Argentine, @Mésange
        Je me doutais bien que le Dr Baptiste Beaulieu était un magicien, mais alors , il est un grand magicien-aux-beaux-yeux-verts…( la suite ne peut que se fredonner sur l’air de « Ah le petit vin blanc  » , en mode yaourt mineur , non ? )
        Que de belles rencontres, dans son livre, sur sa page FB et son blog ! ( Vous trois, par ex.)
        Alors voilà . Si on change beaucoup de lettres à la Babou, cela donne Marie-Noëlle , 2ème prénom de la fille du Père Fouettard et de sa Reine Isabeau ( sûr que ces deux-là se disputent encore à qui chevauchera en tête sur son poney multicolore !!!! ) , apparue un 25 décembre,  » à l’heure de la dinde  » … dixit la saga familiale et l’Etat Civil ! ( Bingo, Albigène : vous pourrez revenir jouer ! )
        Mes pensées douces à Mésange et sa moitié : sûr que vous rencontrerez de vrais soignants, VRAIMENT sympas et efficaces ! Et des bises momentanément bretonnes donc très,très pluvieuses, à vous trois !!!

        1. Catherine d'Argentine

          @Marie-Noelle(le mystere est enfin leve…):la en plus,tu me fais vraiment rire avec l’histoire de ta naissance…melange detonant de poesie et d’humour…je jubile…si t’es en Bretagne,sous la pluie tu croiseras p’t’etre not’copain Herve,avec ses bottes,son cire et son epuisette…pleins de ciloux a vous deux(enfin,si tu l’croises et qu’il fait pas son fier…parce qu’il a un coeur plus gros qu’un boeing…mais c’est un timide…ouhhhlala,je sens que j’vais prendre une avalanche de mots pas vraiment doux sur la tete a son retour pour 2014…).au plaisir de te relire LA BABOU….

    2. Mésange

      @La Babou
      Vos portraits sont absolument magnifiques. Vous m’avez non seulement donné envie de « mordre » 2 internes et un oncologue mais aussi de distribuer plein d’abrazos à tous ceux du CHU de métropole au CHU des Îles qui se sont montrés si humains. J’espère que ma moitié, qui va subir une grosse opération dans quelques temps, tombera lui aussi sur un « brodeur de cicatrices qui le fera hurler de rire sous anesthésie générale »(euh… le rire… quand l’opération sera finie… par prudence!) et une « fée aux semelles de vent » pour l’accompagner à son réveil en chambre stérile. Merci La Babou… entre Bibi et vous, même inquiète, je ne vais vraiment pas voir le personnel hospitalier avec le même regard.

  182. deborah

    j ai adoré!!!tout ce que je recherche du vrai!des histoires vrais et vécus!
    triste de finir le livre car maintenant je n es plus rien a lire 🙁
    j en veux encore!!!!merci!

  183. celine

    Découverte de votre blog sur le site de 20 minutes lors de votre interview.
    Tiens un jeune homme qui nous raconte sa vision de l’hôpital, de ses rencontres avec ses divers patients…
    Curiosité oblige on clique sur le lien du blog, et là quelle révélation, quel joli moment de partage…
    Alors merci pour toutes ces histoires….Forcément je suis allée acheter votre livre, et j’imagine mieux ma mère en train de courir avec tous ces poneys multicolores….
    Merci pour tout.

  184. Justine

    Difficile de mettre des mots sur ce que ce livre m’a apporté ! En lisant les commentaire je me rend compte que tout est dit.
    Alors voilà : Je le voulais absolument ce livre, je l’ai eu et je ne suis absolument pas déçue, bien au contraire. Il est parfait, j’aime lire les histoires de ce blog, j’ai aimé lire ce livre tellement vivant et j’aimerai le relire [ou lire le deuxième tome (s’il te plait s’il te plait s’il te plait!!!!!!)].

    Merci de nous raconter ces histoires, ça remonte le moral quand on se sent mal, VRAIMENT.

  185. Cilou

    Voilà ce que ma twin m’a écrit (par mail) au sujet du bouquin :

    « j’ai fini ton bouquin, c’est un peu triste quand même (et la dédicace à Amélie morte de mort blanche m’a un peu cassée en deux) mais globalement j’ai beaucoup aimé. A l’anecdote des bactéries j’ai pas rigolé, je me suis juste recroquevillée en disant « naaan…. il a pas dit ça… naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan » MDR »

    (les bactéries, c’est mr Conatus, je lui avais dit que c’était le passage qui m’avait le plus retournée).
    Les montagnes russes, on l’avait promis…

  186. Corinne

    Un cadeau d’anniversaire que j’ai dévoré en 2 jours et qui a fait remonter une brassée de souvenirs de plus de 30 ans mais qui sont comme d’hier ! Infirmière pendant 22 ans j’ai changé de voie il y a 12 ans mais l’empreinte est restée bougrement imprimée !! D’une génération à l’autre (ma fille qui m’a offert ton livre a ton âge) les années passent mais l’humanité est toujours là. Il suffit d’ouvrir son coeur, ses yeux, prêter son écoute et de tendre la main. Cela fait chaud au coeur de voir que l’humanité n’est pas perdue malgré les moyens de plus en plus limités donnés par les hôpitaux (enfin les pouvoirs publics) et ton livre prouve encore une fois que c’est impossible de mettre un terme de rentabilité sur le soin, l’humain, le temps que l’on prend pour accompagner ceux qui souffrent et rire avec eux…CQFD ! Continue, n’arrête pas tes témoignages et continue à agrandir le cercle ! MERCI

  187. Toumpite

    J’avais demandé au Papa Noël s’il pouvait m’apporter Alors voila. Il a répondu présent.
    Je me suis délectée de ce livre qui va au-delà du recueil d’anecdotes, qui dit toute la variété des sentiments et toute la complexité des relations humaines.
    Je vous trouve une grande maturité pour quelqu’un d’aussi jeune et qui commence dans le métier.
    Je ne suis pas dans le même secteur d’activité mais, comme vous, je suis passionnée par les êtres humains. Et ça m’a rappelé qu’être à l’écoute des autres est plus qu’une nécessité, c’est un vrai plaisir.

    Dans la foulée, je vais écrire un petit mot de remerciement à l’équipe de la maternité qui me permet de tenir une petite fille en bonne santé dans mes bras depuis 2 mois.

    Alors MERCI.

    1. Catherine d'Argentine

      @TOUMPITE…Et si ton gentil petit mot,tu le glissais dans un EXEMPLAIRE DU LIVRE du Doc Baptiste,pour offrir a la salle d’attente de la Maternite,ou tu as accouche…tu ferais encore plus d’heureux….DONNONS NOUS LA MAIN,QUE L’UNIVERS EST EN EXPANSION…de sinceres Abrachauds a toi et a ta petite fille,qui va decouvrir un monde parfois si humain,a travers tes yeux.

  188. Laure

    J’ai reçu ton livre pour Noël, et c’était un des cadeaux que j’attendais le plus !
    Je l’ai lu en 1 journée (5h en faite !). Je suis en P1, ma deuxième P1. Et ton livre me donne encore plus envie de réussir cette année (et pour l’instant c’est plutôt pas mal engagé !). Mon concours est le 8 et 9 janvier, je suis en pleine révisions mais j’ai pris le temps pour dévorer ton merveilleux livre. Du fond du cœur je te dis merci pour tout ce que ton livre m’a fait ressentir. Il est tout simple plein d’amour. D’amour pour les gens.
    Encore merci. Et s’il te plait, du fond du cœur, écris un nouveau livre !

  189. anneso

    salut !
    j’ai reçu ton livre pour mes 40 ans, je le lis en ce moment et ricanne dans mon lit toute seule….je m’en délecte, veillant à ne pas trop lire pour en garder pour le lendemain, comme une boite de chocolats trop bons…
    je vais l’offrir à une amie infirmière qui veut devenir cadre , car malheureusement cette fonction a beaucoup perdu de son humanité au cours des 15 ans que j’ai (déjà!) passé à l’hopital…..
    j’aimerai que chaque docteur avec qui je travaille le lise et je le conseille souvent aux externes.
    bref, continue, c’est génial !
    merci
    anneso

  190. LE GUEN CHRISTINE

    Bonjour,

    Je viens de finir votre livre, j’ai beaucoup aimé, il me change des policiers que je lis habituellement.
    La personne qui me l’a offerte voulait me faire découvrir un autre univers. Mais en fin de compte,
    ma fille qui vient de finir sa formation d’aide soignante m’y avait déjà plongé, mais à un autre degré.
    La lecture de votre livre m’a fait sourire mais m’a aussi mis mal à l’aise, l’âge certainement et la
    culpabilité et la peur d’une mammographie ! La peur n’évite pas le danger, je sais…
    Je vais devoir la faire.

    Continuez à soigner et n’oubliez jamais que les malades sont humains.
    Je peux vous affirmer (ayant été opérée souvent et dernièrement d’un décollement de la rétine,
    qu’il est agréable d’avoir un médecin, chirurgien, infirmière ou aide – soignante souriants et à
    l’écoute.

    Bon réveillon, et bonne année 2014.
    Christine.

  191. Marie-Clémence

    Alors voilà… Merci! J’aurais eu envie d’ajouter la mention « tout simplement » et de m’arrêter là mais je n’en suis pas capable. C’est un collègue qui m’a fait découvrir ton blog et qui a enchainé « Tiens une jolie idée de cadeau de Noël il y a un livre aussi! ». J’avais déjà acheté mes cadeaux alors je me le suis offert à moi-même ^^ Je crois que votre (j’ai envie de dire ton puisque j’ai passé des heures en tête à tête avec tes lignes mais restons courtois) livre va être le cadeau d’anniversaire préféré de mes amis/ des membres de ma famille en 2014, outre tous ceux à qui je vais le prêter, mon copain est déjà au jour 5 😉 J’ai beaucoup ri et pleuré un peu (ok beaucoup aussi)… J’ai été touchée et transportée par ce livre comme rarement et surtout ça faisait si longtemps! Bravo pour l’idée du blog et la magnifique histoire fil rouge du livre, vous avez un don évident pour raconter les histoires alors surtout continuez!
    Admirativement,

    Marie-Clémence

  192. Sébastien

    Alors voilà, je viens enfin de terminer ce fameux livre dont la sœur chocolat blanc m’avait tant parlé. Je dois dire que je n’ai pas trouvé le temps long, même parfois un peut court. On a envie de vivre avec ce lion en cage hospitalière, mais surtout on a envie de voir le monde comme lui et pas comme une poubelle humaine ou tout le monde est un automate et où les seules interactions sont due aux lois chaotiques du hasard. Lors de ta dédicace tu m’as remercié « d’être venu », ah éternel stressé et perfectionniste, ne t’inquiètes pas, je viendrais et reviendrais pour te dire MERCI pour ta prose, ton style, tes histoires et celles des autres. Merci à toi petit Baptiste pour les jours impairs et surtout les jours impairs !
    Prends soin de toi, prends le temps de vivre et d’apprécier chaque instant, Seb.

  193. caroline

    Merci de m’avoir fait rire pleuré sourire merci d avoir permis une autre vision de l hôpital et surtout des internes ceux qu’on croisse si souvent car l’hôpital est notre maison secondaire depuis que la maladie (rare-orpheline-toute pourri)a était déclarer chez notre enfant ceux a qui avant je disait OK et sinon le médecin il arrive quand? Mais sa c était avant alors voilà….

    1. Mésange

      @ Caroline
      Juste… de douces pensées et un renouveau d’espoir pour votre enfant et pour vous tous en cette nouvelle année.
      Abrazos (selon Cd’A) et free hugs (selon Baptiste), les uns et les autres pleins de chaleur

  194. Sophie

    Moins de 10h… C’est le temps qu’il m’aura fallu pour parcourir, ou plutôt dévorer, les quelques 315 pages du livre. C’est beau, rigolo, touchant. Tout comme le blog, une fois qu’on a commencé à lire, difficile de s’arrêter… Et je me rend compte que dans mon monde d’infirmière, tout n’est peut être pas rose ( je veux dire, non, tout n’est peut être VRAIMENT pas rose ) mais tout n’est plus si noir.
    Merci, tout simplement.

  195. Rébécca

    Merci pour cette merveille d’écriture !!
    Je suis passée du rires aux larmes. J’ai reçu ton livre en cadeau et maintenant c’est moi qui vais l’offrir !!!!!

  196. Aurélie

    Je connaissais déjà ton blog, que je viens lire quand j’ai le temps. Avant de partir en voyage, j’ai acheté ton livre (chez mon petit libraire, évidemment^^) et il m’a donc accompagné. Et le soir, seule, avant de dormir, je lisais un bout. On est toujours plus vulnérables quand on est dans un autre pays, loin de ceux qu’on aime, loin de tout nos repères. Et bien cette perle remplie d’humanité m’a réchauffé le coeur. Donc merci beaucoup Baptiste, n’hésite surtout pas à recommencer.

  197. Suzon

    Salut à toi, Chef-Conteur !

    Je vais te tutoyer, parce que après avoir lu ton livre, écrit avec ton style juste, différent, vrai et parfait, c’est comme cela que les mots me viennent. Cependant, tu mérites le titre de Monsieur, le Vous avec un grand V. Pas celui réservé aux personnes plus âgées, non celui mérité par les personnes qu’on admire.

    Je suis tombé sur ton blog par hasard, il y a environ un an de cela. Je l’avais mis dans mes favoris. J’y revenais, de temps en temps, avec la joie de découvrir plusieurs anecdotes inédites. J’ai vu que tu avais sorti un livre, que je ne pensais pas trouver ici (je suis au Canada). J’ai demandé à ma sœur – Maman Noël de le mettre dans sa valise. Je ne regrette pas.

    Il est excellent, du début à la fin. J’ai pleuré. Surtout pour la mort blanche, celle dont tu parles dans les remerciements. Mes condoléances … J’ai aussi beaucoup rit, des situations mais aussi de la façon dont tu décrivais les choses, rapportait les mots, en expliquait d’autres. J’ai lu des passages à haute voix : résultat, mon copain le lit, le trouve excellent, et va l’offrir à sa petite sœur (actuellement en P1 …). Comme dit ailleurs dans les commentaires, je pense que ce livre peut être vraiment utile quand le découragement gagne un(e) bizut(e) ou un(e) carré(e), je veux dire, ça peut être vraiment utile ( 😉 ).

    Le livre a aussi remué mes démons : il y a voilà 5 ans, après un échec pas si cuisant, j’ai décidé de ne pas redoubler ma P1 (fusion de facs, changement de programme, besoin d’air, pas sure de ce que je voulais, logique d’un concours qui m’échappe …). Je suis devenue Ingénieure Génie Civil. C’est drôle, peut-être que tout est lié comme tu dis.

    Si la vie te le permet, j’aimerai beaucoup lire « Alors voilà. Les 2002 vies des Urgences ».
    Continue ainsi, je te souhaite tout le bonheur du monde.
    Un grand merci, Monsieur Baptiste Beaulieu.

  198. Véro

    B!
    Comme Bonne année, en tout premier!
    Comme Baptiste Beaulieu, mon médecin préféré!
    Comme Bravo pour ton blog et ton projet!
    Comme Bien et même plus pour ton tout premier livre!

    Même si je préfère ton blog…. Le livre est bien écrit mais, je ne sais par quel mystère, je n’ai pas eu le besoin et l’envie irrépressible d’arriver au bout…même si la fin m’a bien eue!!^^ Alors que pour ton blog, le jour où je l’ai découvert, c’est simple, je l’ai dévoré d’une traite et l’ai montré à mes amis illico presto!
    Je dirais qu’il me parle moins, me semble moins vrai…? En même temps, me diras-tu, c’est un roman… Il est très marqué par la mélancolie, je me trompe?!
    Enfin, je l’ai(me) et le garde (je l’ai eu en double pour mon Noël tellement j’en ai parlé autour de moi!!!!!), et attend toujours avec impatience tes prochains articles et, bien évidemment ton prochain livre!
    Alors Voilà, mon premier commentaire (non, ce n’était pourtant pas une résolution 2014) pour te dire que j’aime VRAIMENT ce que tu fais, qu’une parmi tant d’autre, je suis derrière toi et aimerait beaucoup ne serait-ce discuter qu’une demi-heure, si un jour tu passes dédicacer à Angers….

    B, Comme Bonne journée!

  199. Dominique

    Bonjour Baptiste,
    Je voulais juste te remercier pour ton livre. Je ne connaissais pas ton blog, ai ouvert un jour ton livre un peu par hasard et là, impossible de le refermer. Je viens d’accompagner ma belle-maman en fin de vie, elle vient juste de nous quitter et j’ai donc cotoyé ces couloirs des hôpitaux et des soins palliatifs que tu décris si bien. Je me suis souvent reconnue en toi, ai eu moi aussi la facheuse manie en quittant l’hôpital le soir de mettre ma musique à fond dans la voiture. J’ai donc été particulièrement touchée par ton livre qui m’a véritablement aidé et porté toutes ces dernières semaines. Et donc pour ça, et plus encore, un grand MERCI !

  200. gonzalez

    je viens de finir votre livre.. que d émotions!!!!! du rire aux larmes.. la sensibilité, l humour, la compassion, l empathie, le professionnalisme et j en oublie!!! un réel moment de plaisir passé en votre compagnie et en la compagnie de vos patients… si tous les médecins pouvait vous ressembler!!!…!!
    bonne continuation dans vos carrières de médecin et d écrivain!!!

  201. Sealine

    J’ai enfin lu LE livre. j’ai beaucoup aimé, merci pour tout. (je l’ai filé à ma psy car ça a fait ressortir beaucoup de choses, on verra bien ce qu’elle en pense 😉 )

  202. eli

    Alors voilà, merci pour le blog d’abord, merci pour le blog ensuite, quel plaisir de vous lire ! Quel bel enfantement et quelle joie de retrouver dans le livre les articles du blog construits comme des légos qui s’encastrent si bien pour un résultat plein de finesse, d’humanité et se sensibilité. Vous êtes précieux pour vos lecteurs et vos patients.

    Eli

  203. Marie

    Bonjour Baptiste,
    Merci pour ce que vous écrivez. J’ai découvert votre livre complètement par hasard, il m’est pour ainsi dire rentré dedans à la librairie. Il tombe drolement bien parce que je suis infirmière et en ce moment, je rentre régulièrement chez moi en me demandant si j’ai bien choisi ma voie… Conditions de travail de plus en plus difficiles, conditions matérielles qui se dégradent chaque jour et notre voix qui n’est pas entendue, souvent… Pourtant c’est un trésor quotidien que d’échanger de simples regards, de voir s’épanouir les sourires, s’apaiser les tensions. C’est tellement réjouissant de voir quelqu’un se relever! C’est un métier qui m’élève (au sens d’élever un enfant) et me rend chaque jour plus humaine. Votre témoignage me rappelle à quel point le soin est fondamental, à quel point il est au coeur de tout et qu’il ne doit être asservi à rien d’autre qu’au bien de chacun.
    Van Gogh disait « il n’y a rien de plus artistique que d’aimer les gens. », je crois que cette phrase vous correspond bien.
    Bonne continuation, je suivrai votre blog !

    1. marie

      très beau commentaire, j’aimais dèjà beaucoup van Gogh mais là je le like encore d’avantage  » il n’y a rien de plus artistique que d’aimer les gens ». C’est beau beau beau et encore beau.
      Les conditions de travail deviennent terribles pour un paquet de monde et on a du mal à comprendre qu’on veuille transformer les hôpitaux et cliniques en usine à faire de l’argent au détriment des malades et des soignants, si il y a un lieu à préserver des ogres de le finance c’est bien celui là. Vous faites un des métiers les plus indispensables qu’il soit et quel passeport…partout dans le monde vous trouverez un emploi. Ne doutez pas de votre choix.

  204. Bisous

    Ce livre est comme le blog, reflet de l »essence même de ce qu’est l’humain.
    Il n’existe pas de mots assez forts pour décrire les sensations vécues.
    L’ascenseur émotionnel est en mouvance perpétuelle, accrochez vous car il vous fera voyager des entrailles de la terre jusqu’au astres les plus éloignées de notre stratosphère.
    Même si mes mots me semble creux mais je vous les annoncerais quand même :
    Merci à vous, il n’y a rien de plus beau de partager notre humanité sous toutes ces fêlures et ses craquelures par le prisme de votre culture et votre écriture !

    Amicalement,
    Un de vos lecteurs qui vous suit depuis (presque*) le début.
    *A une dizaine d’articles près.

  205. Lucie

    Alors voilà, LE livre !
    Merci de m avoir fait partager votre ascenseur émotionnel. Je n ai jamais autant ri et pleure en lisant ! 7 jours en 2 jours d histoires de vie et un témoignage tellement bien raconté que j imagine votre voix !!
    Une futur infirmière qui partagera votre et leurs histoires avec ses amis et sa famille 🙂 !

  206. Lauren

    Je suis ton blog depuis ses débuts, et à chaque anecdotes, je prends une bouffée d’humanité. Je pleures assez souvent devant mon écran, je sais que je suis très émotive, et peut-être trop humaine pour le monde qui nous entoure finalement…
    Tes récits me font du bien, et m’ont permis de vivre différemment les décès récents dans mon entourage. Je t’en remercie.
    Ton livre m’a tenu jusqu’au bout, me prenant d’affection pour cette grande Dame…
    Merci pour ton écriture,
    Merci pour ton humour,
    Merci pour ta poésie,
    pour tes jours pairs,
    pour tes jours impairs,
    pour tes vraiment, je veux dire VRAIMENT merci,
    pour tes ((((( )))))

    A bientôt sur une dédicace j’espère.

    Lauren

  207. Nico

    MERCI… Tout simplement… Pour ce magnifique hommage rendu à tous ceux qui oeuvrent à l’hopital…
    Terminé lors d’une garde calme aux urgences, ton livre m’a conforté dans l’attachement et l’admiration que je porte à tous ceux que nous avons la chance de cotoyer au quotidien.
    Tu seras sans doute un BEAU médecin.

    Un IDE

  208. roxane

    Un vrai plaisir de vous lire ! Je me suis surprise à rire toute seule , ou même à avoir parfois envie de pleurer , en lisant certains passages .
    Juste merci …et en espèrent qu’il y ai une suite !!!

  209. Venise

    Bonjour Docteur, j’ai lu vôtre livre en deux jours ; c’est un concentré d’humour, de tragédie et une réflexion profonde sur le sens à donner à nos vies.
    Je voulais commander deux autres exemplaires pour les offrir à des gens que j’aime et j’ai vu sur la toile un autre roman dont le titre diffère ainsi que la page de couverture qui n’est pas une photo mais un dessin avec un soignant et une soignée. Le titre en est : « La patiente de la chambre 7 ». Je suppose que c’est le même roman que celui que j’ai lu. Pouvez vous me le confimer ? Ou est ce une édition différente avec des ajouts ? Je vous remercie. Josiane

  210. Nadine Denis

    J’ai terminé votre livre hier soir. J’ai adoré. Sensibilité, humour font très bon ménage. Je ne vous cache pas que je me suis prise à rire, seule, dans mon lit. Très beau témoignage et écriture merveilleuse. Je le répète, j’ai adoré.

  211. Corbin Dreuc

    Merci. J’ai pleuré, j’ai ri, tout seul, comme un idiot. Merci Bibi. Depuis que j’ai commencé ton livre, j’arrive toujours de bonne humeur au bureau le matin. C’est super. Je me débrouillerai pour te croiser, en vrai. Tu es quelqu’un de bien, pas de doute. Merci merci merci. Continue.

  212. Janemi

    Bonjour, j’ai entendu parler de « Alors voilà » à la radio, quelques jours avant mon séjour à l’hôpital. Je l’ai réservé au prêt à ma bibliothèque et j’ai pu le lire quelques jours avant la fin de mon séjour. Cela m’a bien fait rire. J’avais besoin de cela, lassée par la télévision et par mon séjour qui devenait trop long. Difficile de décrire son vécu, ses peurs. Pourtant je ressens un besoin d’écrire pour quelque part m’en défaire. Merci pour votre livre. Il me donne courage face à la maladie. J’ai commencé à écrire grâce à vous. Je vous donne en lien mon nouveau site. Bonne continuation. Janemi alias Hospitalise.

  213. cubillé

    Ce que j’ai eu du mal à dire au revoir à ton livre!!c amusant comme on se sent libre de te tutoyer!!tu m’as touchée,bouleversée,tourneboulée!!C’est une collègue médecin qui m’a prêté son livre en me disant en le lisant j’ai pensé à toi tu vas ADORER!!!et encore elle est loin du compte!!Je suis infirmière en PMA alors ton quotidien même si je ne le vis pas vraiment car mon service et un service de consultations externes et bien l’humain oui je l’ai vécu avant d’atterrir ici dans ce service où tant de gens me voient à ma place et je continue à le vivre!!J’ai un humour assez épouvantable mais du moment qu’il fait sourire et rire mes patients dans le quotidien pas toujours drôle de la recherche de parentalité et bien c’est gagné!!Merci infniment pour ton humanité,pour ton respect de toutes catégories socios professionnelles représentées dans notre milieu!!Mon rêve depuis toute petite:écrire,depuis que je suis dans mon service: pouvoir rendre un hommage tel que le tien!!Encore merci,maintenant je vais pouvoir diffuser ton livre partout autour de moi et visiter ton blog!!!bonne continuation à toi!!

  214. Manon

    Ce livre est vraiment super ! J’ai eu du mal à la trouver mais je n’ai pas abandonné mes recherches, heureusement d’ailleurs ! C’est drole de pouvoir « voir » ce qu’il se passe à l’intérieur d’un hopital par les yeux d’un membre du personnel et non de mes yeux de patiente comateuse alitée. J’ai des gouts de lecture assez difficiles mais j’ai adoré ce livre, je compte même l’offrir à une ancienne patiente qui était avec moi dans le service. J’ai ris toute seule dans mon lit et ça fait vraiment du bien d’avoir des moments de plaisir quand on est au fond.
    Merci pour m’avoir offert ces moments de plaisir !
    Bonne continuation !!

    Manon (jeune patiente régulièrement hospitalisée depuis 5ans)

  215. Marion

    Je ne viens que rajouter des compliments à la longue liste qui précède déjà mon commentaire. Bravo pour ce livre émouvant et drôle, au ton juste, grave quand il le faut et léger quand c’est bienvenu. Je suis tout particulièrement amatrice de votre style parfois caustique et « vanneur ». J’ai offert le livre à ma mère qui a profité d’un séjour à l’hôpital pour en terminer la lecture. Vos confrères ont été enchantés de voir qu’elle lisait ce bouquin, qu’elle se familiarisait ainsi, grâce à vous, avec LEUR envers du décor.
    Bonne continuation !

  216. Camille

    Wow, je viens de finir votre livre, vous avez le don d’émouvoir les gens vous savez ?! Vous avez surtout le don de dépeindre l’hôpital comme il est réellement avec ses professionnels plus ou moins bienveillants et ses équipes qui essaient du mieux qu’elles le peuvent d’accompagner les patients, même si parfois le chemin est difficile… Étant étudiante infirmière je me retrouve tout à fait dans votre vision du milieu hospitalier, la vie cotoyant le son de Lucy in the Sky, les étudiants prenant soins de leur patients, les équipes prenant soins de leur patients mais aussi de leurs étudiants, les Fabienne, Brigitte, Annabelle, chef Pocahontas et Toi, vous me démontrez réellement que c’est un des meilleurs choix que j’ai fais, de vouloir relever ceux qui sont couchés.

  217. Marie

    Merci de chercher à réunir des personnes qui se côtoient sans parfois vraiment se regarder.
    J’aime beaucoup votre blog, j’ai aimé le livre. Mais le style enlevé, piquant, oral qui est le votre, et qui participe à la richesse des billets m’a semblé parfois trop dans le livre, trop forcé, trop difficile à suivre . J’ai eu l’impression qu’il y avait quelque chose à cacher derrière l’enchaînement de mots trop enjoués, quelque chose qui refusait obstinément de se dévoiler. Et c’était assez frustrant.
    Je sais bien que je vais m’attirer les foudres d’une partie de voter lectorat, mais j’espère que vous ne le prendrez pas mal. J’estime que c’est vous considérer vraiment comme un écrivain que de formuler des critiques quant à votre style.
    Mais continuez à me rapprocher (s’il-vous-plaît) de ces docteurs dont j’ai si peur.

    Marie

    1. marie

      on parie sur le n°2, le style sera peut-être plus « sous-solien » mais j’adore aussi l’écriture cavalcade à fond sur les steppes orientales pour déconner déconnecter sans perdre le nord

    2. Cath

      Marie,
      En tant que lectrice, je dirais qu’une critique comme la vôtre est toujours la bienvenue. On est ou n’est pas d’accord, mais elle vise à nourrir le débat, pas à détruire l’autre.
      Alors, continuez de participer, parce qu’on aura aussi du plaisir à vous lire.

    3. Mésange

      Peut-être que pour aider sa patiente à tenir le temps que son fils arrive, était-ce ce ton-là qu’il fallait? Pour rendre ce temps moins long et plus agréable alors que l’échéance s’avançait inexorablement.
      Ou peut-être que non…
      C’est l’écrivain qui choisit et son choix peut gêner certains lecteurs comme il peut en ravir d’autres… Marie, tous les ressentis sont acceptables… quand ils sont dits dans un esprit de partage et sans agressivité.

  218. Lau

    Bonjour bonjour !

    Je ne te suis pas depuis le toutdébut, mais ça commence à faire déjà un bout de temps. Mais je dois dire que je n’ai laissé aucun commentaires, puisque je ne prends pas le temps de le faire (je m’arrange pour lire tes articles le matin, avant le boulot. En général, ça me met de bonne humeur pour la journée).

    J’aime beaucoup ce que tu fais ! Voilà c’est dit. De mon côté, je travaille dans le social, et je trouve très intéressante ton idée de réconciliation soignants-soignés. ça nous servirait aussi beaucoup dans notre relations travailleurs sociaux-usagers (je n’arrive pas à trouver de termes appropriés…).
    Alors quand je lis un nouvel article, je le lis pendant le p’tit déjeuner, et j’y réfléchis pendant tout le trajet jusqu’au boulot. Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer, mais c’est reposant. Et on se réconcilie.
    Je me suis acheté ton livre pour Noël, et j’ai A-Do-Ré !!!!! Et je me suis empressée de le confier à ma mère, qui a passé plusieurs examens médicaux (qui ont conclu à une symptomatisation due à une fatigue excessive et un Burn Out). Elle l’a A-Do-Ré ! Et sans spoils (puisque je déteste ça), elle a mit du temps à deviner la fin, alors qu’elle a pour habitude de se faire son idée sur le dénouement : Alors CHAPEAU !
    Continue comme ça, nous t’en serons tous reconnaissants !

    Merci de le faire !

    1. marie

      soignants -soignés; médecins -patients , travailleurs sociaux-usagers??? AH non pas « usagers » ça fait vieux délabrés accro SNCF…
      soignés et patients, doux euphémisme, quand tu es malade le premier médicament c’est la patience ….
      quand tu as besoin d’un travailleur social c’est que pour un milliard de raisons, tu te retrouves dans le caca; je propose donc travailleurs sociaux-encacatés ( je déc bien sûr… je déc!) plus parlant et sortable dans les instances au-to-risées: démunis .
      Parce votre job est de donner ou redonner les clés pour revivre dans ce monde de bruts, non?
      Bonne journée à everybody on the world

  219. Brindecausette

    Alors voilà, je suis un peu fâchée contre les médecins de tout genre mais j’ai découvert ton blog (par Rue 89)
    et j’ai dévoré ton livre.
    Quand je l’ai refermé j’ai senti la réconciliation comme tu dis …

    Et hier, dans le cadre de mon travail j’ai passé 7h30 à l’hôpital. D’abord pour accompagner une jeune fille qui a fait une fausse couche. Et là, c’est le drame. Une interne la reçoit, lui dit froidement « bon vous avez fait une fausse couche. Refaites une prise de sang. Au revoir ». Alors moi petit éducatrice spécialisée, j’ai dû la consoler comme j’ai pu … J’ai détesté cette interne.

    Puis une autre urgence (c’était la journée) l’après-midi pour un petit monsieur, ancien alcoolodépendant, envoyé par son médecin avec un courrier aux urgences car ses résultats sanguins sont très mauvais. Nous avons attendu 5h15 en tout. Nous avons dû attendre dans 2 salles d’attente différentes pendant 2h, je ne savais pas ce qu’il lui faisait … Je le retrouve dans une « loge », en pyjama et sous perf. Personne ne lui a rien dit sur la suite à venir … alors on attend ensemble … on s’endort tous les deux… Que dire à ce petit monsieur ?
    Je respecte les soignants qui ont l’air débordé … A la fin de ma journée (19h) j’interpelle un interne qui marche nonchalamment : « Ah oui Mr X ! Ah bah tout va bien il peut rentrer chez lui ».
    J’ai eu l’impression qu’il l’avait oublié … parce que nous ne faisions pas autant de bruit que la mémé dans le couloir ? …

    Ce jour là j’ai détesté ces deux internes … si seulement ça avait été des gens comme toi …

  220. aurelie

    Alors Voilà… 2 jours de lecture intensive, impossible de le laisser même pour dormir.
    Un livre si fort en humanité qui me fait dire que l’on est tous pareils et pourtant si différents.
    Grâce à vous, je ne me sens plus coupable de ne pas avoir tenu la main de mon grand-père quand il est parti seul dans son lit d’hôpital. Je pense que ce moment, il l’a choisi parce que JUSTEMENT il était enfin seul. Et me dire qu’il est parti retrouver ceux qui l’attendaient, en chevauchant un poney multicolore, me met du baume au coeur.
    Votre traité d’amour et de pureté humaines, je le recommande à tous.
    MERCI à l’ensemble du personnel soignant de faire des miracles et même si la méchante faucheuse gagne souvent, vous essayez et c’est déjà ça.

  221. Marie

    Bonjour,
    J’ai découvert votre blog il y a un peu plus d’un an et j’ai beaucoup aimé. Du coup, lorsque j’ai vu votre livre en librairie, je n’ai pas hésité et je l’ai acheté… Je l’ai dévoré lors de l’hospitalisation de mon fils, il y a quelques jours. Je l’ai adoré. Je veux dire, vraiment adoré ;-). Alors voilà, merci !! Et très belle continuation.

  222. Zélie

    Merci , merci … Baptiste pour ce beau livre dévoré en quatre jours … j’ai ri, pleuré, été émue, … que d’humanité dans ton bouquin !
    j’ai travaillée dans les hôpitaux … j’y ai cotoyé la mort, la vie, la détresse … de l’humain …
    tu m’as retournée … tu feras un excellent médecin (et surtout continue à écrire) !
    Je me souviens quand j’entrais dans la chambre des patients : je frappais discrètement et j’attendais que les patients me disent « entré » j’arrivais avec le sourire un bonjour et … prenait chacun comme il était avec ses joies, ses peines, ses douleurs … prenait le temps de l’écouter …
    ça me manque de ne plus y être … je m’occupe de ma fille autiste(mon quatrième bonheur!) et de mes trois autres bonheurs …
    Merci Baptiste
    Bises d’une femme qui aurait bien aimée être et devenir infirmière anesthésiste -réanimateur

  223. doume

    Je viens d’écouter votre intervention chez Mollat.
    Je suis bluffée, vous êtes aussi doué à l’oral qu’à l »écrit.
    Chapeau bas, Monsieur Beaulieu.

  224. Christelle

    Hello!
    Alors moi j’habite en Angleterre (tu remarqueras le manque d’accents sur mes mots.. qui pourrait du coup rendre la lecture de ce commentaire relativement penible. Je m’en excuse). J’ai le meme age que toi (sisi, c’est important de le souligner) et je lis ton blog depuis plus d’un an, assez regulierement, et puis il y a quelques semaines j’ai saute le pas: je suis allee sur L’Internet (THE Internet!) et j’ai achete ce beau livre. Il m’a fallu deux semaines pour le recevoir et 2 jours pour le lire. Autant te dire, c’est pas juste. Je demande donc officiellement par le biais de ce livre d’or, un remboursement total et immediat de mon achat. Ou alors un deuxieme livre. A toi de decider.
    D’avance, merci. 🙂

  225. sandrine

    bonsoir,
    un petit commentaire parmi tant d’autres… Je ne vais pas prendre le temps de tous les lire même si je pense qu’ils sont tous plus que positifs. Alors je continue dans la lancée! je viens de finir le livre à l’instant. La visite de votre blog devient un petit rituel Je l’adore VRAIMENT! les raisons ? il parle d’humour, de tristesse, de tendresse, d’amour… de la vie. Pour être honnête, j’avais un peu peur d’être déçue par conséquent par le livre. Finalement, venant de refermer le livre à l’instant, je peux confirmer de pas l’avoir été. On y retrouve les mêmes émotions.
    Donc, merci d’avoir mis votre cœur et votre Intelligence dans ce livre ! Même les histoires tristes se transforment sous votre plume en Belles histoires.
    encore un GRAND MERCI.
    nb : Lucy in the sky with the diamonds est devenu la chanson préférée de ma fille de 4 ans!

  226. Corinne

    Je l’ai lu.. une nuit et un jour! Merci, ça a remué pas mal de choses en moi – ancienne infirmière de réa – je ne me sens pas forcément très bien ce soir mais quelle chaleur, quelle humanité, quelle belle histoire que l’histoire des vies et des morts au sein de votre lieu de travail, c’est bien vrai qu’on voit de tout dans les hôpitaux mais vous avez su faire un tri judicieux, tout est touchant jusqu’aux remerciements
    Alors voilà..MERCI à vous pour cette réconciliation, VRAIMENT merci Corinne

  227. Salaun

    Bonsoir Baptiste ,
    Très heureuse de t’avoir rencontré à Rouen, hier soir.
    Conférence super intéressante, drôle et émouvante, tout comme ton livre !
    Tu ne m’as pas rassurée pour l’onco-hémato pédiatrique (j »y vais en stage en fin d’année, je suis infirmière depuis un peu plus d’un an et je viens de commencer une école de puéricultrice) mais je m’y attendais.
    Comme je te l’ai dit, merci pour tous tes récits, ils apportent beaucoup de réconfort. On se reconnait souvent dans les situations et on se sent moins seuls grâce à toi.
    Hâte de te lire de nouveau 😉
    Bises

  228. Cécile

    salut,
    j’avais déjà pu remarqué le premier effet kisskoll de ton livre, et je pense que tout le monde le décrit très bien. Depuis Mardi, je découvre le second effet. Je suis éduc, en ce moment j’accompagne une jeune fille qui est sur le point de perdre son papa. Mardi avant de venir à l’Armitière, j’étais avec cette famille à l’hôpital. cela fait quelques semaines que je galère avec cette jeune fille qui est dans une colère permanente (ce que je comprends tout à fait). Hier après-midi l’infirmier qui passer dans la chambre a repéré ton livre qui était sur mon sac. Nous avons commencer un peu à échanger, il a fait ses soins et il est parti. Après quelques minutes, la jeune fille m’a interpellée en me demandant qu’est-ce que c’était comme livre, du coup je lui explique vite fait sans trop lui donner de détail. Avant de la quitter quelques heures elle me demande le livre .(HO mais non impossible! si je te le prêtes je vais pas pouvoir le faire dédicacer ! réfléchi et trouve nous une solution de super éduc) du coup sauver par la tablette (comme quoi ça sert de l’avoir sous deux formats différent). Bref, en allant la récupérer, nous avons parler du livre qu’elle avait déjà bien entamée. Aujourd’hui je la croise, elle l’a finie, oui elle a passé une bonne partie de la nuit dessus. Aujourd’hui comme par magie la parole commence à se libérer. Alors je n’ai qu’a te remercier de m’avoir offert cette clé qui m’a permis d’ouvrir la porte de sa colère (notamment sa haine contre la doctoresse grognasse qui oublie qu’elle travail avec de l’humain, sa peur de voir son père partir, ses doutes sur sa vie futur sans lui). Enfin tu connais aussi bien voir plus que moi le poids des mots sur les maux. Encore une fois merci pour ce magnifique ouvrage.

  229. Valou

    Baptiste Beaulieu, médecin (c’est fait), écrivain (c’est fait), …philosophe (c’est sûr).

    J’ai plongé dans le blog et le livre. Je ne suis peut-être pas encore remontée à la surface pour certaines histoires et je culmine à une altitude céleste pour d’autres.

    Mais quand je fais le point sur l’essentiel, B. a tatoué en moi cette évidence : « TOUT EST SOIN » et d’un coup, je comprends que chacun est acteur, responsable, créateur. ALORS MERCI …VRAIMENT.

  230. Alain GROULARD

    Dur de laisser une impression ! IL FAUT LIRE CE BOUQUIN, C’EST TOUT !!!!! L’hôpital et la médecine humanisés.
    J’ai relayé sur Twitter.

  231. LilouESI

    Bonsoir,
    Étudiant infirmière en troisième année, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ouvert un bouquin en réussissant à le finir. Les exams, les stages prenaient toujours le dessus… Mais il y a peu, une amie étudiante m’a mis ce livre entre les mains, je m’y suis plongée sans trop y croire et finalement je n’ai pas décroché. Je l’ai lu jusqu’au bout et j’ai vécu toutes ces belles histoires comme si j’y étais. Future soignante, je retrouve le quotidien des hôpitaux, de la souffrance et des blessures mais surtout la vérité sur l’Homme. Grâce à ce livre je me suis souvenu que la vie n’est pas forcément ce qu’on veut bien voir… La vie ce voit et ce vit de mille façon différente, la vie peut être magique et de toute beauté si on la regarde avec de bons yeux… Je tâcherai de mettre les bons yeux le matin en me levant, pour que la vie soit moins dure, et même pourquoi pas plus belle. Je veux être capable de trouver la force, et le courage d’aller de l’avant dans ces choses parfois toute bête du quotidien. Je veux vivre… Merci pour ce livre!

    1. LilouESI

      Il est tard, je relis mon commentaire et je me rend compte de toutes les fautes d’orthographes totalement débile que j’ai ou faire… Excusez moi! La jeunesse ne sait plus écrire… Malheureusement je suis jeune et j’en suis consciente! 😛

      1. marie

        ma c’est pas grave et puis tu possèdes une richesse inestimable entre les mains, deux mêmes la jeunesse…. et les bonnes lunettes pour voir la vie ……et trois…. regardes tu as trouvé le temps de lire un livre en entier et les livres sont des mondes endormis qu’il ne tient qu »à nous de réveiller, après tu verras ce blog est plein de Vie, de SOLEIL et de pluie aussi mèze tu n’as plus besoin de lunettes et de parapluie welcome dans ce monde anti -brute qui fait du bien VRAIMENT

      2. Cath

        L’important c’est de s’en rendre compte : ce n’est qu’une « salade de doigts » de la part de quelqu’un qui est fatigué, mais qui veut malgré tout finir ses tâches et partager ses pensées qui sont de jolies fleurs. Les jeunes savent encore écrire, vous en êtes la preuve souriante.

  232. Clara

    Dévoré en une nuit, impossible de le lâcher. J’ai ri, pleuré, me suis tapé trois paquets d’oréos…bref, plus d’émotions en une nuit de lecture qu’en une semaine de festival hardmétal Hellfest. Pas grand chose à ajouter, certains manient mieux les mots que moi pour exprimer toute l’admiration, et le soulagement, face à un être humain aussi merveilleux (mère-veilleux même !).
    Au début je voulais acheter la version numérique, et puis j’ai réfléchi votre blog, et je me suis dit que si le livre était aussi beau que ce premier, et bien je voulais avoir une version papier pour qu’il vieillisse sous des doigts, le prêter, le donner, le laisser vivre sa vie ou le laisser sur un banc pour qu’un inconnu le trouve et le lise, et le racheter encore.
    Parce que je suis mieux avec quelqu’un comme vous sur terre que sans.

    Clara

  233. Alexandra

    Que du bonheur, il est plein d’humanité, on découvre ainsi votre univers. Il est à la fois triste mais aussi plein d’humour. Le conseil de tout cœur.

    Bonne continuation dans l’écriture et dans la médecine.

    Maintenant j’attend avec impatience le second

  234. Marion

    Bon, j’ai lu ce livre d’une traite. Pour être franche, je l’ai acheté dès sa sortie, mais je l’ai gardé dans un coin de ma bibliothèque par peur d’être déçue. Etant donné que je suis ton blog depuis quasiment sa création, j’aveur peur de lire les mêmes histoires. Puis hier je me suis lancée, et en fait WOW.
    Juste un mot à dire : Merci !! Que d’émotions, de larmes et de rires dans ce livre. Du début à la fin, vraiment (et oui même dans les remerciements)
    Si seulement tous les médecins pouvaient être comme toi…

    Du coup je vais l’offrir à ma belle-soeur qui sera en médecine à la rentrée prochaine. Elle va le dévorer, j’en suis certaine. Qui ne le ferait pas ?

    En attendant le second, je te souhaite bonne continuation, et ne change rien ! (Si en fait, tu pourrais éventuellement revenir dans la ville rose ! Ca ferait du bien d’apprendre à apprécier son médecin (parenthèse entre parenthèse : et oui, la réconcialiation prend du temps…))

    Merci.

  235. julie

    Je te souhaite de réussir à garder cette humilité face à la Médecine et cette humanité intactes…

    Alors je pense que tu seras en bonne voie pour devenir un grand médecin ! Capable de reconnaître et

    d’apprendre de ses erreurs…

    Bonne route cher confrère ! Elle est longue, parfois tortueuse, toujours accidentée mais si belle…

  236. Laurie

    Bonjour Dr Baptiste,
    Je viens de terminer votre livre (après le blog devoré en qq heures)
    Un GRAND MERCI (parce que je ne trouve pas d’autres termes) d’avoir mit en mots NOS (je parle des soignants, des patients et de leurs familles) histoires, nos vécus…
    C’est un bonheur litteraire, un petit paradis où se mèle douceur et violence, tristesse et joie et je suis retrouvée à travers certaines situations.
    J’ai refermé le livre hier soir et j’ai la tête pleins de souvenirs , les bons comme les mauvais, et le coeur gonflé de joie et de peine. Cela peut parraitre etrange mais ça fait du bien pour moi,petite infirmiere, qui est un peu fachée et perdue en ce moment dans notre grand monde soignant.
    J’espère qu’il y aura d’autres histoires… Bonne continuation.
    Ps: En fermant le livre, je me permet une pensée particulière pour Amélie et tous ceux qui l’ont connu.Je viens de perdre, il y a quelques jours, deux de mes collègues. Juste pour reprendre vos mots, j’aime votre phrase « Sylvie et Anne vous n’êtes pas mortes, vos collègues vous continuent », je veux dire j’aime VRAIMENT cette phrase.

    1. Mésange

      Bienvenue parmi les lecteurs de Baptiste, Laurie.
      Mais si, mais si! Notre DocEcrivain étant très occupé, il a (parfois! Et… euh… sans le savoir aussi!) une mésange d’accueil… parmi bien d’autres amis, pas du tout à plumes je vous rassure, mais dont certains ont le clavier absolument magique (ah! les mots d’Hervé…).
      Des perdus, des en colère, y’en a d’autres sur ce blog mais il y a aussi des qui adorent rigoler, partager, discuter (euh… pépier aussi!), et même, même… des perdus, des en colère qui adorent rigoler, partager, discuter. Des fois, ajouté aux belles histoires de Baptiste, ça peut aider à y voir un peu plus clair ou allumer un rayon de soleil dans un jour morne. Et les jours de grand soleil, ça rajoute de la joie.
      Bref, dit la bavarde (mais oui! j’avoue… et j’assume!), on espère tous que vous vous trouverez bien sur le blogàBibi.
      Juste… j’aimerais que vous m’autorisiez quelques caresses de plumettes pour vous aider à traverser votre peine.

        1. Mésange

          Cath… je boa les mots de votre com!
          Vous avez aimé la visite à Liverpool sur les traces des Beatles, il y a… schtroumpflala?

          1. Cath

            Splendid my dear, awfully splendid what !
            Oui, j’ai beaucoup aimé et me suis bien marré près du sous- marin, yellow of course !

  237. Rofine

    @ Laurie : c’est le plus bel hommage que vous puissiez faire à vos collègues Sylvie et Anne parties faire du poney multicolore.
    Elles vous donneront la force de poursuivre votre tâche de soignante même si parfois vous êtes un peu fâchée et perdue…
    Les soignés ont besoin de vous, de votre humanité pour se mettre débout.

    Je me permets de vous embrasser avec tendresse.

    Mamie Rofine

  238. Grand33

    @laurie
    Tu es « un peu fachée et perdue » et ta peine est palpable mais cela va passer car tu va CONTNUER tes collègues et de belle manière, j’en suis sûr.

    Alors comme Rofine je me permets de t’embrasser pour soulager un peu ta peine.

    Belle continuation

  239. Nostradamiss

    J’ai découvert ton ce blog par le bouche à oreille moderne (je suis un blog qui suit un blog, qui suit un blog qui suit celui-ci, et un jour, le 1er de la liste à mis un lien vers ici !!).
    J’ai voulu emprunter l’ouvrage à la bibliothèque, mais je suis passé dans une librairie avant.
    Ni vus ni connu (après être passé à la caisse quand même, ce serait dommage de privé un bibliothécaire et un interne en médecine de dividendes dont ils ont bien besoins… puisque ils ne sont pas des banques, EUX!)
    Et j’ai plongé dedans, et je l’ai dévoré. Bon, jusque là aucun mérite : je dévore tout ce qui me passe sous les yeux, livres (du Agatha Christie à Victor Hugo en passant par Barbara Cartland), magasines (Paris Match chez le coiffeur ou la revue dessinée à la maison), blog (je vais pas tous les citer, y’en a trop !!!). Je suis sur que si on change beaucoup de lettre à « dévoreuse de livre » on peut trouver le nom barbare d’une maladie !!
    En quelques minutes, j’ai ris, pleuré, souris, aimé… bref, je suis passé par toute les couleurs de l’arc-en-ciel des émotions, et surtout, tu m’as appris deux choses :
    1. je suis vivante, alors autant en profité et pas perdre de temps à taper des commentaires que personne ne lis (mais bon, il faut un peu de temps pour mettre en pratique. Demain j’arrête 😉
    2. les médecins sont des humains comme les autres. J’avais pourtant des doutes : y’a deux spécimens dans la famille : un petit cardiologue (à peine 1m70 pour un homme…) et un bébé médecin qui cherche sa place au travers de stages (interne, externe, j’ai pas tout suivi) … et ils sont tous les deux un peu … chelou ?
    Je recommanderai l’ouvrage à bébé médecin, je suis certaine qu’elle va adorer !!
    Merci d’avoir couché ses anecdotes sur le papier… je garde précieusement l’adresse du blog en attendant le livre suivant (le contact avec l’écran n’a pas la même sensualité qu’avec un livre en chair et en os).
    Merci aussi à tout tes collaborateurs, soignants et soignés qui ont contribué à ce nouveau médicament contre la morosité : à prescrire d’urgence à tous les blasés !
    Au plaisir de te croiser peut-être lors d’une dédicace, et à l’espoir de ne jamais te rencontrer dans un environnement médical : je tiens à ma santé !
    Bonne continuation pour tes histoire et TON histoire
    Nostradamiss

    1. Rofine

      @Nostradamiss : Je vous rassure, votre commentaire est bien lu par tous ceux qui passent dans le blogàbibi. C’est VRAIMENT un lieu d’échanges pour tous soignants et soignés.

      Vous avez très bien fait d’acheter le livre de Baptiste chez un libraire. C’est une profession qui a besoin d’être soutenue face à la présence de grands groupes dont vous connaissez les noms….
      Comme vous, quand un livre me plaît, j’ai envie de le partager avec mes amis,
      ma famille. J’en ai offert neuf exemplaires d’ « Alors voilà » et les retours ont été tous très positifs. En plus, c’est une manière de contribuer au projet que Baptiste souhaite réaliser  » à Pondichéry ou ailleurs » (page 257 du livre).

      Baptiste est à la fois médecin généraliste, écrivain, poète, blogueur, amateur de musique, doué pour le dessin, ayant le sens de la fête…
      Comme vous, il aime LA VIE !!!
      Il donne de son temps ( déjà très occupé) pour rencontrer ses lecteurs. Ce weekend, il est à Arcachon. Mais il est aussi attendu à Montpellier et Nice. Son tour de France ne sera pas terminé de sitôt !

      Il nous prépare une belle surprise : il a mis en route son deuxième bébé prévu pour cet automne si tout va bien.

      Je crois @ Nostradamiss que nous aurons d’autres occasions de nous rencontrer sur ce blog.

      À très bientôt !

      Mamie Rofine

  240. Laurie

    A Mésange, Cath, Rofine, Grand33: merci beaucoup pour vos messages de soutien. (Et je vous rassure j’adore ce blog j’ai pleuré c’est vrai, mais j’ai aussi beaucoup ri.)

  241. Guillaume Céline

    alors … quand mon livre ( enfin je veux dire ton livre mais aussi mon livre puisqu’il fait parti de mon quotidien) , donc quand « mon » livre n’est pas dans les mains de mes amis ou de quelques collègues il est dans mon sac à main avec 2 cds qui ne me quittent jamais. C’est surement pour cela que j’ai un sac assez grand … je n’ai pas réussi à le terminer par contre … car si je le termine il va y avoir un vide , un blanc , un creux bref , pas envie … tu m’as rassuré en me parlant d’un autre livre , je vois ça avance de ce coté là 😉 alors voilà , bientôt ce premier sera complètement terminé quand j’aurai le second dans mon sac… merci à toi pour tout ça et vive la vie , vive l’amour .
    Céline Guillaume.

  242. Phoenixuela

    Bonjour Baptiste,

    Je suis une franco-canadienne née au Vietnam de mère Indochinoise et de père français, vivant depuis 8 ans au Canada avec mon mari français , déjà je pars mal ;-).
    Mais j’ai entendu parler de votre livre, il y a deux ou trois mois sur une radio publique canadienne francophone, Radio Canada, avec beaucoup de commentaires positifs.
    Par curiosité je me suis renseignée sur Internet, et j’ai lu quelques histoires sur votre blog. J’ai adoré le style et été touchée par les intentions qui vous animent.
    J’ai acheté le livre et je l’ai dévoré en 5 nuits, plus vite que tous les livres et romans que j’ai pu lire auparavant.
    J’ai vécu des émotions fortes, entre le rire et les larmes, on peut dire que vous savez émouvoir les femmes ;-), et j’ai été déçue qu’il soit si court.
    Avec ce livre, vous avez réussi à me réconcilier avec les hôpitaux pour lesquels je nourrissais à la fois de la peur (sachant que je vais finir là un jour) et du mépris (à cause de toutes les expériences pénibles que j’y ai vécu) au point d’avoir la tête qui tourne à chaque fois que j’y mets les pieds.
    Mais vous m’avez aussi réconcilié avec les médecins et les soignants qui suscitent chez moi du respect ou l’envie de mettre des grosses baffes (de kung-fu attention) selon les personnes et les moments.
    Je ne dis pas que j’aime aller dans les hôpitaux et que j’embrasse tous les médecins que je croise grâce au livre, mais je remercie les premiers d’exister et j’ai de la compassion pour les seconds.
    J’ai voulu à 5 ans être médecin pour soigner mon grand-père et pas me sentir impuissante devant sa souffrance. Mais j’ai renoncé car j’ai vite compris qu’en tant que médecin, je me sentirai souvent impuissante, ça c’est insupportable. (( J’ai choisi quelque chose de moins risqué, accrocher ensemble des 0 et des 1 pour construire des cerveaux si performants qu’ils contrôlent tout, les programmes informatiques)).
    Vous êtes plus courageux que moi, guérir, aider, voir la douleur et la mort, faire face à son impuissance. Bravo d’être ce que vous êtes et de faire si bien ce que vous faîtes.
    Je ne suis ni trop jeune, ni trop âgée, mais je vous remercie de m’avoir réconciliée aussi avec moi-même.
    Je lis votre blog tous les jours et je parle de votre livre aux personnes autour de moi.
    Enfin je m’excuse, de ce commentaire un peu égocentrique, mais aussi surprenant que cela puisse être, c’est la première et seule fois que je mets un commentaire sur Internet (j’en connais très bien les effets pervers), alors je m’étends un peu :-).

    Bon continuation et au plaisir de vous lire.

    Hugs depuis le pays des caribous

    1. Mésange

      Horreur! V’là que je rate des commentaires sur le BlogàBibi! (Cath, heureusement que vous étiez là pour souhaiter la bienvenue à Phoenixuela!) Et pas n’importe lequel en plus : un d’une dame multicolore (Ce n’est pas une injure! C’est un clin d’oeil à la famille multicolore de Bibi, même s’il ne s’agit pas tout à fait de la même chose.) qui vit au pays des caribous, de Fred Pellerin (un conteur extraordinaire, il est sur YouTube ; mais en vrai, il est plus que savoureux)… et du sirop d’érable! (:-( hélas! mon stock de ce nectar acheté à la cabane à sucres est terminé depuis lurette!) Là où vit une partie de moi entre descendance et amis, dans un petit coin d’Estrie : amis lecteurs, cette région du Québec, à 1 h 30 de Montréal vers la frontière US, est peu connue des Français : si vous allez au Québec, faites un passage autour de Sherbrooke, vous n’en serez vraiment pas déçus… C’était ma minute pour l’Office du Tourisme des Cantons de l’Est! :-).

      A défaut de pouvoir le lui apporter en personne, j’ai envoyé les « 1001 vies des Urgences » à ma meilleure amie québécoise pour Noël (elle oeuvre dans le domaine de la santé mais n’est pas soignante). Alors, Phoenixuela, vous allez trouver peut-être ce pépiement idiot, mais qu’on ait parlé positivement du livre de Baptiste sur les ondes de Radio Canada me remplit de joie… et de fierté!

      A mon tour, je vous souhaite la bienvenue dans les commentaires du BlogàBibi. Revenez souvent jaser et babiller avec nous.

      1. doume

        Moi aussi une partie de mon coeur est là-bas. Par contre l’Estrie, je déconseille en avril, c’est très humide.
        Moi, j’adore tout le long du Saint-Laurent et l’île d’Orléans en particulier, et le Charlevois aussi …
        Une toune et un gros bec à tout le monde.
        http://youtu.be/zuOScxcmqNo

      2. Phoenixuela

        Bonjour à Mésange, Doume,

        Merci de me souhaiter la bienvenue. Je crois comprendre qu’avec Cath, vous êtes les piliers du Blog à Bibi, alors je me sens comme accueillie par les maîtresses de la maison. Je suis très contente 🙂

        L’Estrie c’est splendide en été, très beau en hiver, magnifique en automne, impressionnant au printemps une fois que le shloss, mélange de boue, eau, cailloux, en fait la fonte des neiges est parti. C’est souvent mars et avril, mais cette année on l’a eu en mai puisque l’hiver avait décidé de rester un peu plus.
        Mais cette année du coup, nous avons eu une excellente saison des sucres (produit de l’érable, et pas que du sirop).
        Sinon le Québec c’est beau partout, avec des gens très sympathiques (et beaucoup de français) et des sports d’hiver presque toute l’année ;-). En tout cas, j’ai parlé du Livre à beaucoup d’amis ici, il manquerait plus que Doc Bibi viennent faire un tour pour faire ses dédicaces, Tabernacle !
        Bonne nuit et à bientôt,

        1. Cath

          Les sports d’hiver, j’avoue que c’est pas vraiment, et même pas du tout, ma tasse de thé.
          Mais les descriptions du pays sont si belles qu’il va me falloir y faire un tour. Je n’avais que visité un tout petit peu Toronto, mais j’avais été impressionnée. Et puis j’aime tellement entendre le français chanter là-bas. Cela me met en joie et me surprend à tous les coups.
          Alors, dès que je peux me reprogrammer de belles vacances, c’est dit. L’été peut-être.

          1. Mésange

            @Phoenixuela
            Vous me faites trop d’honneur en me déclarant « pilier du blogàBibi »… avouez que c’est un peu lourd pour des plumettes! Je suis de temps en temps « mésange d’accueil » auto proclamée et souvent pépieuse invétérée tout simplement parce que, comme bien d’autres ici, je me sens bien sur le blog de Baptiste.
            Et oui… si par hasard, notre maître de maison reçoit des invités peu sympas envers lui ou envers ce qui me semble l’esprit de ce blog, je n’hésite pas à me joindre à tous ceux qui aiment Baptiste, ce qu’il écrit et la façon dont il l’écrit, en hérissant les plumettes et en piquant du bec.
            Excellente saison des sucres… sniiiif! M’v’là bavant d’envie!

            @Cath
            Phoenixuela a raison : le Québec en général et l’Estrie en particulier sont beaux à toutes saison… excepté durant une tempête de neige qui bouche tout et rend tout gris, et à la fonte des neiges (ce qui donne aussi raison à Doume).
            Mais au printemps, j’adore la façon dont les tons de vert se mettent à prendre rapidement leur aise dans les forêts et la rapidité avec laquelle toute la végétation se développe.
            Et suivre la naissance, l’évolution et l’éclosion de l’automne est un pur régal (après, j’ai redécouvert la beauté de mon automne du sud-ouest).
            L’hiver est tout aussi beau, avec une lumière magnifique : sans vent et avec un froid bien sec, c’est effectivement le paradis pour les sports de neige et de glace… mais il est vraiment bien trop long pour mes plumettes.
            Quant à l’été ses épisodes d’intense chaleur vous laissent accablés mais c’est le temps des festivals en tout genre et c’est extrêmement agréable. D’autant que les « pures laines » sont absolument charmants et que la vie ne s’arrête pratiquement jamais… sauf épisode météo particulièrement intense.
            Peux pas y retourner pour le moment… mais il me tarde beaucoup beaucoup.

  243. Cath

    « Je suis une franco-canadienne née au Vietnam de mère Indochinoise et de père français, vivant depuis 8 ans au Canada avec mon mari français , déjà je pars mal ;-). »
    Permettez-moi de m’élever contre cette affirmation. Je trouve cela plutôt merveilleux. Et de plus, vous avez fini par nous arriver sur le blog, alors c’est magnifique. Alors bienvenue surtout. Au plaisir de continuer à vous lire.

    1. Phoenixuela

      Bonjour Cath,

      Merci beaucoup pour votre joli réponse malgré mon sens de l’humour parfois noir.
      Je suis vraiment très fière de mes mélanges passés et à venir, volontaires ou non 🙂

      Je suis très heureuses aussi de faire partie du fan club du Doc B.B 🙂

      Au plaisir de vous lire,

  244. véronique

    Comme vous je suis médecin (de la génération au-dessus), comme vous confrontée aux fracasses en tout genre. Et quand dans ce chaos transparaît de la poudre d’étoiles, quand il se trouve trouve un jeune interne débordant de vie, d’enthousiasme et de générosité qui trouve les mots pour traduire ces miracles du quotidien, c’est tout simplement une formidable émotion, un véritable cadeau ! Une manière de donner à espérer. Bravo !
    PS : je vous en ai voulu tout de même d’avoir fait mourir votre maman.

  245. chris

    Alors voilà…en debut d’apres-midi, j »ai enfin pu vous dire combien vous etes quelqu’un d’exceptionnel, nous reconciliant avec l’humanite et, surtout, en etant notre baume de bonheur.

    Et voila!J’en suis tres heureuse car Baptiste est un etre a-do-rable!!
    Merci et restez toujours ainsi.

  246. Mila

    « Alors voilà », je n’écris pas souvent de message aux personnes que je ne connais pas, parce que je n’ai jamais grand chose à dire.

    Mais je viens de finir ton livre, dévoré en deux jours, sûrement un peu trop vite. Je lisais ton blog avant. Il m’a toujours fait un peu rire, un peu pleurer, et beaucoup touchée. Ces histoires aident énormément à prendre du recul sur la vie, et me laissent toujours le cœur serré et pensive.

    Merci pour tout cela, pour ce livre, qui m’aide aussi à passer un moment difficile de la vie, et qui me rappelle à cette humanité profonde qui nous tient tous.

    Merci aussi de me rappeler que je crois en l’être humain, que j’y crois fort, et de m’aider à voir la beauté, ce que j’aimerais faire plus souvent.
    Ce livre est de ceux qui font vibrer l’humanité des personnes qui sont amenées à le lire, qui font grandir, réfléchir. Alors nous en avons tous besoin, il en faut toujours un près de nous, et je garderai celui ci précieusement.

    Etant étudiante en psychologie, j’espère pouvoir un jour écouter et aider les gens avec autant d’humanité que tu sembles les soigner, et les raconter.

    Merci encore, et une belle continuation à toi.

    Mila

  247. madoka

    J’ai découvert ton blog un soir de novembre 2013..et depuis je ne me lasse pas de découvrir toutes ces péripéties hospitalières! Quelle merveilleuse idée que tu as eue! Nous les « blouses blanches » qui avions fait un pont entre les histoires du boulot et nos vies ainsi que celles des autres..oui , nous les gardions pour nous, parce que nous pensions que ça ne regardait personnes ces histoires de pipi , caca, mami qui tombe du lit,papi qui voit des fantômes, le poney multiculore, et j en passe..des histoires un peu brutes, cocasses, riches en péripéties,..alors on se les racontait « entre blouses blanches » avec notre regard neuf ou plus ou moins expérimentés sur le sujet..mais toi tu as mis un sérieux coup de pieds sur cette idée saugrenue que ces tranches de vies n’étaient réservées qu’aux soignants et soignés l’ayant vécus! Merci a toi d’ouvrir cette grande porte vers ce chemin de partage d histoire, merci a toi d’avoir humaniser l’endroit que hormis les » blouses blanches » TOUT LE MONDE DETESTE! Merci de mettre de la joie, de l amour, de la tragédie ..de l HUMAIN avant tout dans tes histoires..merci pour ce petit bijou d humanité qui me fait rappeler que nous faisons l un des métiers les plus beau du monde ..celui de soigner

  248. Marie

    Je referme tout juste le livre, emprunté il y a quelques jours a la bibliothèque de l hôpital ou moi même je travaille… J’ai beaucoup ri, sourit et pleuré… Une si belle leçon d humilité, d humanité. Un bouleversement émotionnel qui ne laissera aucun cœur indifférent. C’est ça… La vie ! Merci, de tout cœur merci pour ce si beau voyage 🙂 et vivent le prochain chère chef lion.
    Une diététicienne de la rochelle

  249. Ornella

    Un livre super qui du haut de mes 16 ans a su me faire decouvrir l’Humain d’une facon plus tendre et dévoué , vos mots qui ont dessinés dans certains passages un sourire sur mon visage , d’autres qui m’ont laissés le gout amer du hasard de la vie.
    Depuis je ne parle que de votre oeuvre , une belle découverte , je me surprends parfois a vendre « alors voilà » lors de discussions entre amis/famille . Je recommande vivement ce petit trésor.
    Et le plus cadeau a été votre petit mot laissé sur la premiere page , lors du festival du livre de Nice , votre écriture calligraphiquement parlant (et stylistiquement également) et d’une beautée , d’une grace et d’une élégance qui m’a émerveillé.
    La découverte d’une oeuvre mais avant tout d’un etre humain.
    Une lectrice qui impatiente espere qu’écrire d’autre roman est dans vos projets.

    1. Mésange

      @Ornella
      Un p’tit tour sur la page FB « Baptiste Beaulieu » nous a appris le 11 juin que DocBibi a envoyé son second manuscrit à son éditeur… on va se régaler une nouvelle fois, Ornella, on va se régaler!

      Hum… j’aime lire une jeune fille de 16 ans qui écrit si bien (c’est mon vieux côté ringard de ne pas aimer le langage et l’orthographe SMS!). Il y a quelques temps, on voyait aussi Hermine qui tient ce blog http://herminesed.wordpress.com/… Vraiment très heureuse de vous lire les Filles!

      1. Ornella

        Merci beaucoup pour l’information et egalement pour le compliment. Je vais passer sur sa page Facebook pour suivre son evolution.

  250. mela92

    Je viens de refermer votre livre. Je ne connaissais pas votre blog donc je le rajoute dans mes favoris!!!
    J’ai aimé votre humour, votre simplicité, votre écriture et j’ai même appris des choses!!!
    Je vais en parler autour de moi.
    Bravo !

  251. Paulette

    une amie m’a offert ce livre. Sur le moment en lisant le titre je me suis demandée ce qui avait motivé son choix et comme je suis curieuse j’ai lu et je ne l’ai plus lâché! j’ai souri, beaucoup, j’ai pleuré et j’ai ri aussi! un vrai bonheur qui réconcilie avec l’hôpital et tous ceux qui dans ces murs ne comptent pas leur temps pour soigner et sauver des vies! de beaux moments d’humanité, de tendresse pluriel et d’humour!
    Merci pour tout ça et surtout, surtout, ne changez rien!

    Paulette

  252. Morgane

    Alors voilà, j’avais reçu ton livre à Noël, cadeau d’une amie ; et dédicacé en plus!
    Je n’avais pas encore eu le temps de lire..
    Alors j’ai commencé ton livre hier soir. Etant épuisée, je me suis résignée à ne le finir qu’aujourd’hui.. J’ai cogité toute la nuit, sur ces petites histoires tristes/drôles/émouvantes/..
    Et je pense que les livres de psychologie n’ont qu’à bien se tenir! Ton livre est une pépite d’or, qui nous en apprend beaucoup sur l’humain.
    Tu fais vivre les acteurs de ton bouquin comme personne. On se met vraiment à leur place : à ta place, à celle de tes patients, de tes collègues..
    On tente de comprendre leur réaction fasse à certaines situations, même si parfois, c’est impossible.
    Vraiment, continue ce blog.
    Bonne continuation,
    Morgane, 15 ans, comme quoi, il n’y a pas que les adultes qui lisent de bons bouquins.

  253. Adnem

    L’autre jour, je me suis retrouvée aux Urgences (rien de grave, une bête inflammation du genou et un médecin traitant absent), et là en face de moi, une jeune fille pliée en deux de douleur, elle serre son sac à main très fort, un de ces sacs besace noir sans forme duquel dépassent juste deux mots écrits en bleu sur fond rose, Alors Voilà! »…. Ou comment remettre les choses à leur juste place quand on attend pendant plus de 2h 😉

  254. Laurence

    J’ai officiellement acheté votre livre pour l’offrir à mon fils, qui attend depuis les profondeurs du classement, l’attribution des postes d’interne en septembre.
    Mais je l’ai ouvert … Et j’ai pleuré sans discontinuer durant le 1er jour … Pas eu le courage de lire les autres jours … Mais ça viendra ! Je me sens la femme oiseau de feu, et tous les autres aussi …
    Si vos compétences techniques se rapportent a vos qualités humaines, vous êtes le phénix des salles d’examen ….
    Merci, et surtout, continuez!

  255. Muriel

    Bonjour,

    Je n’ai pas encore terminé votre livre, mais à chaque page supplémentaire que je lis, je m’amuse à trouver entre chaque ligne, ces situations vécues, ces anecdotes personnelles, ces phrases tellement bien tournées. Votre style est vraiment agréable à lire.
    Je me balladais à la F***, pour ne pas la citer, quand j’ai vu votre livre en top des ventes. J’ai juste lu le résumé et ai décidé de l’acheter, sur un coup de tête …ou d’envie. Je ne le regrette pas. Encore bravo, merci de ces moments de vie partagés et à bientôt pour un nouveau livre je l’espère !

  256. Adeline G

    On ne sait jamais vraiment pourquoi tel ou tel livre nous a tenu en haleine ou nous a touché. La force de l’écriture ou l’intensité dramatique….
    Je ne suis une adepte du pathos, j’aime les choses légères et la poésie à la Ronsard, à la Desnos… Quand on parle d’amour comme Neruda.
    Ils doivent tous être fiers d’être là sur ces pages, ceux qui ont gravi les sommets et ceux qui sont partis dans un autre pays multicolore. Il y a tellement d’arcs en ciel dans ton écriture…
    Je suis heureuse de t’écrire ces mots, Baptiste.
    Adeline

  257. Libellule

    Après avoir remué 2 étages d’une grande librairie, j’ai finalement trouvé le dernier exemplaire de « Alors voilà » au rayon Formation, étagère « Santé Publique » ! Improbable, mais tellement vrai 🙂

  258. carine

    quelle magie, celle de notre quotidien de soignant, celle d’un mec qui la raconte, et quel mec, un humain avec un grand H!
    merci Baptiste d’avoir osé poser tes yeux sur nos belles histoires, celles qui ne se racontent pas en général et pourtant elles sont belles, dures, drôles et parfois invivables… et pourtant on les prend en pleine figure chaque fois que nous mettons notre costume blanc sauf que moi j’ai de la chance les mecs me regardent comme si j’étais à poil dessous! et bien oui on est à poil face à la détresse mais ça nous rend plus grand, ça nous fait aimer la vie encore plus!
    bonne écriture et que le vent te porte vers de nouvelles aventures ordinaires car elles le sont toutes en réalité…
    carine

  259. Isabelle

    C’est dingue comme 315pages peuvent vous faire relativiser les petits tracas du quotidien… Merci pour ce livre. Merci de ce que vous, et vos collègues faites pour les autres. Vous êtes des super-héros en blouse blanche!!!

    ps: grâce à votre livre, j’ai décidé d’enlever toutes le poêles de la maison…au cas où la légende serait vraie…on n’est jamais à l’abri d’une crise d’épilepsie après tout 😉

  260. Mylene

    Fan de ton blog depuis plus d’un an maintenant, je viens de lire aussi ton livre. Franchement je n’ai pas été déçue.
    Du coeur sans être mièvre, une pincée d’humour, et surtout une sacré bonne dose d’humanité ! On pleure, on sourit quelques minutes après, et puis quand on le referme, il faut un peu de temps pour se réadapter à la vie normale… parce que l’univers hospitalier, c’est quand même pas les bisounours ! Alors surtout continue à nous surprendre, nous faire rire et nous émouvoir.
    Moi de mon côté, je croise très fort les doigts pour tomber sur toi la prochaine fois que je suis hospitalisée !! T’avoir comme médecin donnerait presque envie d’être malade !

  261. Camille

    Quel bonheur votre livre, enfin un médecin qui prend soin physiquement et mentalement de ses patients !!!
    C’est quelque chose qui devient rare, j’aimerais tant que les médecins pour qui je travaille à l’hôpital de B. prennent exemple sur vous

  262. Lucie

    J’ai vraiment adoré ton livre et je l’ai dévoré en trois jours. Les histoires sont tellement émouvantes, touchantes, sincères et montrent de belles facettes du genre humain. On sent à travers chaque pages que tu aimes ton métier, que tu aimes les gens. C’est un livre qui m’a fait rire autant qu’il m’a fait pleurer. C’est un livre vraiment magnifique ! Tu montres qu’il n’y a pas de fossé entre les patients et les médecins et qu’un simple sourire peut leur faciliter la vie et les rendre heureux même quand ils sont au plus bas. Je suis actuellement en term S et souhaite poursuivre des études de médecine; j’espère réellement que je croiserais des soignants comme toi et tes collègues qui sont généreux et disponibles pour les patients.
    Merci infiniment et bravo pour ton livre ! Bon courage dans ton métier et dans ta carrière d’écrivain.
    (En espérant qu’il y est d’autres livres ;))
    Lucie

  263. Lucie

    J’ai adoré ton livre que j’ai d’ailleurs dévoré en trois jours.L es histoires sont belles, touchantes, émouvantes et sincères. On sent à travers chaque page que tu aimes ton métier, que tu aimes les gens. J’ai trouvé ça magnifique de voir qu’il existe (encore) des soignants aussi impliqués dans le bien-être des patients. Tu montre avec beaucoup d’humilité qu’il n’existe pas de fossé entre soignés et soignants et qu’un simple sourire ou une simple parole peut aider un patient quand il est au plus bas. Ce livre est vraiment magnifique! Il m’a fait sourire, parfois rire mais surtout pleurer. On y rencontre de belles personnes qui sont une jolie preuve d’humanité. Actuellement je suis en term S et je souhaiterais poursuivre des études de médecine, j’espère que je croiserai des médecins comme toi et tes collègues qui sont généreux et qui veillent au bien-être du patient. Vraiment, un grand merci pour ce livre emprunt d’humanité! Merci, merci merci!
    Bon courage dans ton métier et dans ta carrière d’écrivain
    (en espérant un prochain livre ;))
    Lucie

  264. Cynthia

    Bonjour,

    J’ai découvert ton livre par pur hasard et la 4ème de couverture m’a tout de suite donnée envie de le lire. Et bien je ne suis pas déçue pour le moins du monde! je viens de le finir il y a 1h et depuis je suis partie à la découverte de ton blog et de tes petites histoires. C’est un énorme coup de coeur pour moi! Je suis moi même infirmière et je te remercie de retranscrire ce que nous vivons au quotidien avec une telle poésie et une telle beauté! J’ai beaucoup ri, souri et même pleuré.
    Je vais conseiller ton livre et parler de ton blog à mes proches et à mes collègues de boulot!
    Continues à nous faire vivre tes belles histoires surtout que maintenant que je connais ton blog, je compte passer régulièrement les lire! 😉

    Bonne continuation

    Cynthia

  265. Suzy MELINE

    Bonsoir Baptiste,
    J’ai lu votre livre « Alors voilà » et je viens vous dire que je l’ai trouvé trés trés bien. Vous relatez avec beaucoup de finesse la vie des Urgences qui ne doit pas être de tout repos.
    Beaucoup de gens devrait le lire afin de mieux comprendre ce que vos collègues et vous vivez tous les jours et nuits. Je me suis toujours douté bien sur que votre travail n’est pas facile, mais j’en ai la confirmation avec votre livre.
    Je vous admire vous et vos collègues, du médecin jusqu’au simple brancardier, sans oublier nos valeureux Pompiers, et je vous remercie du fond du coeur pour votre dévouement auprès des malades.
    Bravo à votre profession, et merci de nous la raconter dans ses détails avec la petite pointe d’humour que vous y mettez.
    Une infirmière a publier un coup de gueule sur Facebook, revendiquant ce difficile métier d’infirmière. Il est vrai qu’il faudrait que vous soyez un peu mieux considérés et que votre charge de travail revue à la baisse pour certains services.
    Voici le lien pour consulter sa page.
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10205337497977335&set=a.3435563128225.2174914.1244869455&type=1
    Encore bravo, et à bientôt pour votre prochain livre.
    Suzy

  266. Marine Beltrami

    Juste un grand merci pour ce livre, étant moi même infirmière je ne suis que mieux placée pour être plongée dans le même genre de situations aux fils des jours… mais la elles sont racontées avec tant d’humour, de sincérité, d’émotion et d’implication que cela donne encore plus l’envie d’en faire toujours plus pour nos patients. Comme dans chaque métier il y a de bons et de mauvais moments mais quand on aime on ne compte pas, et ça c’est quelque chose qui ressort beaucoup dans votre livre!
    Vraiment un grand bravo avec qu’une hâte, lire le prochain!!!
    A bientôt 🙂

  267. Julie

    Wow ! Un petit moment déjà que je commente les histoires, et je n’avais pas encore laissé de petit mot dans le livre d’or. J’ai lu les commentaires (pas les 376, mais quand même ! J’avais du temps…), tout est tellement bien dit. Mieux que je n’aurais pu le faire. Je n’ai donc rien à ajouter concernant la qualité du livre et de son auteur. Deux petites choses seulement:
    J’ai lu le livre deux fois. Deux lectures et deux impressions arrivée à la fin de la dernière page (remerciements inclus et même le N° d’impression et tout et tout).
    La première fois, j’étais transportée d’avoir lu un livre aussi prenant, totalement heureuse et un peu frustrée qu’il soit déjà fini.
    La deuxième fois, je me suis sentie un peu triste. Petit coup de blues (le N° d’impression peut être ?). Je ne l’explique pas; un peu fatiguée, un truc que j’avais mangé et qui n’est pas passé,… Aucune idée, si ce n’est que je me suis sentie ainsi à la fin des dernières pages.
    Comment un même livre peut-il provoquer deux sentiments aussi différents ??

    La première fois que j’ai lu le livre, il était très attendu. Je venais de le recevoir par la poste (oui je sais je ne l’ai pas acheté chez mon libraire. Ouuuuh pas bien, nulle !).
    La seconde fois, je passais l’après-midi chez ma mère et je venais le récupérer car je lui avais prêté. J’ai commencé à le feuilleter, puis j’ai lu une première histoire. Puis une deuxième, et ainsi de suite. Comme ça, petit bout par petit bout, à la fin de la journée je l’avais fini sans même m’en rendre compte.
    Comment un livre peut-il être lu « sans faire exprès » ? A croire que c’est lui qui a décidé d’être lu.

    Voilà maintenant il trône fièrement dans la bibliothèque de mon salon au milieu d’autres livres.
    Et moi j’ai laissé ma patte et ma trace dans ce beau livre d’or virtuel. Baptiste, je t’aurais bien fait un gribouillage, un dessin voire une dédicace mais à ce qu’il paraît ce sont les auteurs qui dédicacent et pas les lecteurs, alors…

    Bisous, free hugs et pleins d’autres trucs sympas qu’on se fait et qu’on se dit quand on s’aime bien.

      1. Julie

        J’aimerais bien ! A condition que je te fasses une dédicace aussi. 😉
        Et que je trouve le courage d’aller à une séance de dédicace une fois dans ma vie. Mais ça c’est une autre histoire…
        Alors, à quand de nouvelles séances de dédicace ??

  268. Marion

    alors voilà, :), je voulais juste te dire merci pour ce très beau recueil que tu nous a livré…je l’ai lu en quelques heures, faut dire aussi que tu as le sens du phrasé et d’histoires en histoires on ne peut s’arrêter…
    je suis infirmière dans un service de réa et au SMUR, je me compare souvent à une « éponge » qui pompe la douleur des patients, les angoisses des familles, parfois les humeurs des médecins…bref une éponge qui se remplit et qui cherche par tous les moyens à être pressée! ton livre m’a permis ce genre de moment, tes histoires sont des échos à quelques situations vécues et ta façon de vivre les moments et la poésie que tu sais voir dans chacun d’entre eux, ont été pour moi une révélation.
    j’espère que tu continueras d’écrire ces moments, de voir la vie dans la mort, de l’humour àchaque coin de couloir ou de chambre, et de respect envers les personnes que tu soignes et avec qui tu travailles…
    encore merci Bibi et bonne continuation.

  269. Elisabeth

    J’ai lu votre livre, et vraiment bravo !
    J’ai mis à peine 3 jours à le dévorer. Des histoires aussi drôles que touchantes.
    Merci de nous avoir fait partager votre vécu aux urgences et aux soins palliatif.

    Bonne continuation à vous.

  270. Laurence G.

    Monsieur Baptiste,
    Je viens de finir votre livre.
    Que d’émotions !

    Sept mois après vous m’avez bien aidée à accepter qu « elle ne meurt » pas ma femme-oiseau-de-feu, que « je la continue » …
    Vous n’avez rien compris, ou plutôt si vous avez tout compris …
    Je voulais juste dire que trois ans et demi passés dans tous les services possibles et (in)imaginables d’un CHU de province : réa, médecine aïgue & chirurgie gastro-entérologique, oncologie, radio-chimiothérapie, SAMU, Urgences, plutôt cent fois qu’une, UHCD, puis le (si) beau feu d’artifice final : Soins Palliatifs, tout ça ça peut rendre complètement et irrémédiablement folle, et il s’en est fallu de peu …
    Mais avec VOUS, des Baptistes, des Fabiennes, des Brigittes, des Chefs Gueulards, des Blanches, on s’en sort bien bien amochée & cabossée mais ayant acquis une acuité accrue, sur ce qu’est la vie, la Vraie …
    A vous Baptiste, et à tous les Soignants, les autres Baptistes, les autres Amélies, les autres Chefs Pocahontas etc etc, partout dans tous les établissements de France et de Navarre …
    1001 MERCIS !!!, pour le travail accompli et celui qu’il reste à accomplir encore …

    TOUT est UN.

  271. Flo

    J’ai découvert le livre avant le blog, étrange me direz vous? Non dans le sens ou c’est dans la magazine de la santé que m’a pris l’envie irrésistible de lire ce livre…
    On adore.. je dis on car; pour le coté humain de la chose; nous partageons ce livre avec mon mari, on se fait la lecture a tour de rôle au chaud sous la couette…
    Quelle bouffée de joie et de bonne humeur juste avant de dormir! Un régal pour neurones hypertendus et êtres humains dépités!
    Merci et vivement le prochain!

  272. Fanny

    Un grand merci pour ce livre ! Quelle belle image que celle que tu donnes des soignants , ni infaillibles ni sans cœur mais simplement des humains qui parfois donne ( trop) parfois se protèges car personne n’est indifférent au corps à la douleur …
    Infirmière ce livre à fait écho à mon quotidien , je le conseillerais désormais à tout mon entourage , car on est soignant mais on est aussi patient et il permet un regard nouveau sur l’hôpital.
    Je vais de ce pas parcourir le blog , et espère de tout cœur qu’il y aura 1 , 2 , 3… Suites à cet ouvrage , car c’est un plaisir à lire .

  273. gregoire

    Alors voilà, j’ai commencé par lire le blog, puis ton 1er livre, puis le deuxième que je viens juste de refermer en me demandant: à quand le 3ème?? Tes écrits sont une bouffée d’air frais qui réveille l’humanité du lecteur. Je me régale particulièrement en savourant chaque pincée de poésie qui parsème chacune des pages. Vive la poésie et vive l’humanité! Estelle, IMG. PS: Tu me préviens à la sortie du 3ème?

  274. Biquette

    Je suis dans la lecture de ton deuxième livre, je le savoure par petit bout ( comme le chocolat), j’ai peur de le finir trop vite!

  275. hoarau

    Franchement bravo pour ce livre. Je l ai deja lu 5 fois depuis que je l ai acheté!!!! ( je viens d ailleurs d apprendre qu il y en un second (honte sur mon corps comme dirais ma grand mère ^^) que je aller acheter en courant!!!) Merci pour ce recueil d humanité qui nous fais découvrir le monde du côté des soignants. On reprend un peu espoir, tous ne sont pas des chefs gueulards comme on peu des fois le penser. Merci aussi d avoir partagé votre (vos) histoire(s). Cependant j ai une question, a chaque fois que je relis votre livre, au moment ou frotti alias blondie s occupe de ce « sdf qui a 3gr dans chaque orteil » je me pose une question. Qui a été le plus têtu? Frotti avec son échantillon ou ce monsieur avec ca pinte?

  276. Nathalie

    Bonjour Baptiste,
    Je viens de terminer votre livre « Alors voilà » et j’ai beaucoup apprécié cette façon de raconter votre quotidien avec cette belle humanité et aussi cette pudeur. Ma fille de 26 ans est infirmière et je vais lui passer le livre. J’en ai aussi parlé à ma 2e et elle souhaite le lire également !
    Garder votre sensibilité et merci de croire en l’humain.
    Bravo à tous les soignants qui se retrouvent parfois en 1ère ligne face à la misère humaine !

  277. AL

    Bonjour,

    J’ai pris votre livre à la médiathèque à côté de chez moi samedi (le premier). Dimanche après-midi je l’avais fini. Je lis donc depuis ce jour-là votre blog. J’ai un gros souci : je suis devenue accro… C’est palpitant (même si celui qui porte le même nom ne fonctionne pas toujours et parfois s’arrête), plein d’humanité et on passe du rire aux larmes. Bref, tout ce que j’aime. Alors voilà : je vais faire ce que je fais avec tous les livres que je prends à la médiathèque et que j’aime : je vais foncer chez mon libraire, un vrai sans cheveux long, et je vais l’acheter. Et vu que c’était mon anniversaire hier, je vais même m’offrir l’autre!

    Continuez longtemps et merci.

    AL

      1. AL

        Ne me remerciez pas c’est vous qui faites le plus dur. En peu de temps finalement et en remontant le temps sinon c’est pas drôle, je viens de lire tout votre blog, si si. Ben ça m’a réduit ma rentabilité au travail, je peux vous le dire, et je ne me suis pas trompée quand j’ai parlé d’addiction! Par contre va vite falloir écrire un nouvel article, je vais sinon être en manque…

        Je piste votre prochaine visite à Toulouse, j’ai été super déçue de voir que vous étiez passé à Toulouse avant que je vous connaisse. Ce n’est que partie remise!

        Un grand merci, parce que VRAIMENT c’était pas pareil avant de vous lire. J’aime lire des gens comme vous.

        AL

  278. virginie

    Je viens de le finir. Et wouh, je l’ai adoré ! Je ne sais pas si c’est parce que je suis aide-soignante travaillant en médecine. Mais, non, je pense que tout le monde peut aimer ce livre. Il est plein d’émotions et de retenus mais aussi pleins d’humour et d’empathie. Merci pour ce plein ouvrage 😉

  279. Jade

    Je viens de dévorer ton livre !! Il est génial, je vais le conseiller ! On y passe du rire aux larmes, et on ne peut tout simplement pas le lâcher! Moi qui espère travailler dans le milieu hospitalier bientôt, j’ai vraiment apprécier cette immersion dans ce milieu! Merci et continue !!!

  280. Guy

    Je viens de terminer ton livre dont je n’ai pu me détacher depuis 3 jours. J’ai lu les commentaires , émus, admiratifs, et je suis bien incapable d’en faire de si beau. On a dit qu’un bon dessein valait mieux qu’un long discours, je voudrais savoir faire le plus beau des dessins pour exprimer ce que j’ai ressenti.
    Merci pour cette merveilleuse leçon de vie.

  281. Valerie

    J ai achete votre livre par hasard, la coucerture m avais tapee dans l oeil et intriguee. Je l’ai lu d’une traite et me suis regalee! Malheureusement je m’en suis voulue de ke finir si vite… du coup j’ fait quelques recherches et decouvert avec bonheur que vous veniez d’ en sortir un second. Que je suis empressee de lire… d’une traite! Ahhh Mr Beaulieu, vous m’ avez rendue addict a votre ecriture et votre facon de voir et d’ ecrire le monde qui vous entoure. Je be veux en aucun cas me desintoxiquer et attends avec l’impatience d’une droguee en manque, votre prochain livre. Merci de votre empathie, votre humour, votre dacon directe et si humaine de parler de nous, vos cohabitants sur cette planete….

    1. Valerie

      Non je n ‘ ai pas bu! C est juste mes doigts qui sont trop gros pour les minuscules lettres sur ma tablette. Et j’ ai eu la bonne idee de poster mon commentaire sans le relire. Erreur que je ne commettrais plus… j’ en profite pour vous remercier encore une fois de m’avoir permis de m’evader a travers vos livres et a me rappeler qu’il existe (aussi) des gens bien ;))

  282. Véronique

    Bonjour Baptiste,

    Une amie m’avait offert votre livre il y a un ou deux ans, il a été mon compagnon de cet été. J’ai fait une pause de quelques semaines car j’étais trop émue par toutes ces histoires touchantes… Je viens de le finir ce soir, dehors, jusqu’à ne plus pouvoir le lire tellement il faisait nuit… Le jour s’est éteint en même temps que la femme oiseau-de-feu.
    Merci Baptiste pour votre talent et votre humour malgré le tragique de bien des situations.
    Je me sens d’autant plus interpellée que ma fille et son ami sont en 6ème année de médecine, et vont vivre l »internat bientôt. J’imagine mieux l »univers dans lequel ils évoluent déjà comme externes grâce à vous.
    Je viendrai faire un tour sur ce blog de temps en temps.
    Je pense que vous êtes un bon médecin.
    Bonne route à vous ! Et vive les blogs et l’écriture qui aident à mieux vivre !

    Véronique

  283. Perrine

    Alors merci !

    J’ai découvert ton livre par hasard, en promenant sur ces fausses librairies qu’on peut voir sur le net. Oui, je sais, c’est mal mais j’ai du mal à aller en ville, je n’y suis pas bien et je m’y sens tellement seule, tellement pas à ma place… Bref, ce n’est pas le sujet.

    Je l’ai dévoré en quelques heures qui ont été tellement agréables que je n’ai pas pu m’arrêter. Alors je suis allée sur ton blog. Et j’ai tout lu. Toutes les histoires, toutes ces vies, toutes ces joies et ces peines. Et la, on se sent moins seule et la vie est belle.

    Merci, vraiment merci ! Pour tes histoires, ton écriture, ton sens de l’humeur (je kiffe l’humour bien trash, bien lourd et terre à terre, c’est de loin le meilleur). Tu soignes les gens avec tes mots en plus de le faire tous les jours avec tes mains. Ne t’arrête jamais s’il te plait. Pour toi, pour nous, pour eux, pour tout le monde.

    Je m’étais dis que j’attendrais que tu passes vers chez moi pour acheter ton second livre en direct mais je n’ai aucune patience… Ce p*** de libraire virtuel va encore grignoter sa part…

    (((Mais promis, si tu passes dans le coin je me ferais violence, je ferais tout pour un free hug !)))

  284. florine

    J’ai lu votre livre d’une traite hier soir… J’ai rit, j’ai pleurer… j’ai re-rit, j’ai repleurer. C’était merveilleux!! j’ai 23 ans, je ne serai jamais médecin mais je rêve d’être aide-soignante. et ce livre a été un déclic! c’est cela que je veux vivre au quotidien! l’humain à l’état brut… un grand merci d’avoir partagé votre passion avec autant d’humour et de pudeur.

    Merci, merci et merci !!!!

  285. Chloé

    Je n’ai jamais lu vos livres car j’ai 12 ans et je suis au collège mais je vous promet que je les lirais. Ma maman vous aimes beaucoup et elle vous a vu le 26 septembre en Bourgonne. Elle vous a offert des chocolats d’ailleurs. Vous avez longuement parlé avec elle et je me tenais à coté d’elle je vous écoutais. Vous avez une belle façon de parler et vous dites des choses très vrai. Ma maman sera surement souvent dans les librairie en décembre 2016 pour ton troisième livres et d’ici la j’aurai peut être lu vos livres!!!

  286. GRACIA

    J’ai ouvert le livre  » Alors vous ne serez plus jamais triste » à 12h
    terminé à 17h ! c’est la première fois de ma vie que j’ouvre un blog et que j’y apporte un commentaire
    il serait temps, direz vous à 60 ans !
    Ces 60 ans qui me terrifient … La terreur vient de s’évanouir grâce à Sarah ; j’oublie aussi les cauchemars les peurs les souffrances … d’un séjour à l’hopital au mois d’aout ( lourde intervention chirurgicale gynéco )
    non je ne serai plus jamais triste ! Et je tiens mes promesses !
    Baptiste je ne sais pas si je vous remercie pour cette page d’humanité, ce coeur d’humanité qui vibre dans votre poitrine, qui enfle et qui se propage dans l’organisme de tous vos lecteurs et certainement de vos patients
    Non je ne sais pas s’il faut vous remercier car c ‘est au delà des mots – maux que se trouvent les émotions vivantes
    Baptiste continuez à être vous même mais c’est incontournable avec le prénom que vous ont offert vos parents n’est ce pas ?
    JE VOUS SOURIE N’OSANT VOUS EMBRASSER MAIS UNE ACCOLADE FRATERNELLE OUI OUI OUI
    Monique
    PS Demain je me rue en librairie acheter 1001 vies des urgences !!!

    1. Mésange

      Bienvenue à vous, Monique. Après ce baptême de blog et de commentaire, sachez qu’une fois entré sur le blogàBibi, on devient accro ! Comme à ses livres…
      Et, ce n’est pas un scoop, notre hôte adore les free hugs/abrazos/accolades, alors OSEZ !
      Caresses de plumettes Monique

  287. jamaska

    I have just finished your book. I love it! I give it to my mother, she will love it too. 😀
    I do not speak french, so try to read your blog using google translator, but I`m afraid that I miss a lot that way.

  288. ROUAULT Valérie

    Alors Voilà : ce sera un Coup de Coeur de plus dans notre petite médiathèque !
    Livre plein d’espoir, écrit avec des mots tellement justes… Un bon moyen pour nos lecteurs d’apprendre à relativiser lorsqu’ils attendent aux urgences ; une bonne leçon pour certains humains qui se regardent le nombril et pensent qu’on ne s’occupe pas assez d’eux, que les autres sont des fainéants.
    Beaucoup d’humour, beaucoup d’amour !
    Un bonheur !
    Merci à Toi, l’Homme-à-la-tête-de-lion !

  289. Nina

    Bonjour ,depuis la lecture de votre livre , ( alors vous ne serez plus jamais triste ) j’ai découvert votre blog , je n’ai pas encore laissé de commentaire , voilà c’est fait .
    Je passe de bons moments en vous lisant , merci de nous faire partager avec beaucoup d’humour des histoires quelques fois très tristes .
    Quand j’aime, je reviens, alors à bientôt . comment terminer … bien sincèrement !!

  290. Sénat pascale

    Je suis à la page 230 mais je ne peux m’empêcher de laisser un petit mot …que de délice !! ce livre . Un plat de haute gastronomie les moments attendus etant moi même soignante dans un hopital (depuis 30 ans) et les cerises sur le gâteau , les moments de vie quoi !! c’est maux et mots d’hôpital que vous avez su apprivoiser en fait un mets de choix…et oui tout et un et ce que nius sommes ne nous appartient pas ..et tout est lier …respect et continuez à ecrire vous êtes doué pour la vie vraie

  291. Claire

    Rien de tel pour se re-booster que de lire des chroniques d’urgentistes !
    Perspicacité, fine analyse de ce Monde si particulier que les Urgences !
    Mais surtout, surtout on en ressort avec encore plus de Respect et d’Estime pour tous les Anges gardiens qui veillent sur nous au quotidien.
    Et que dire de tous ces parcours, ces chemins de croix de patients devant lesquels on se sent bien dérisoires…
    Mais ou la vie et l’humour reprennent toujours le dessus au fil de vos interventions quotidiennes…
    L’Humour sauvera le monde… vous l’avez compris Baptiste, et avec quel talent 🙂
    J’ai particulièrement aimé l’histoire du tyranosaure mdr
    Merci Baptiste, merci pour tout…

  292. Mathilde

    Il ne m’aura fallu que quelques heures pour lire votre second livre. Je me hatais de finir une page pour arriver à la suivante. Votre livre est palpitant et criant d’humanité.
    J’ai beaucoup pleuré en le lisant. Il est chargé d’une telle émotion, il transpire l’amour de la vie et l’amour des autres !
    Pour la première fois après la lecture d’un roman, j’ai envie d’aimer plus fort les autres et de croquer la vie à pleines dents. J’ai envie de rencontrer « des amis que j’ignore » encore et de crier à quel point la vie vaut d’être vécue.
    Je veux continuer à penser à votre roman lorsque je rencontrerai des coups durs dans ma vie.
    Tout cela est très décousu, mais en bref merci

  293. marie

    Oh Carla je ne connaissais pas ce délire d’infilttrer des blogs pour vendre rhoooo cest shame! Bonne journée quand même Carlounette pcq’on est pas des sauvages

  294. Umi

    Alors voilà, c’est terminé. La ballade de l’enfant gris, je veux dire. Lu jusqu’à la dernière page, les remerciements compris – tant de choses en si peu de mots pour accompagner cette ultime et dernière page…
    Seule petite déception, retrouver certaines histoires lues dans « Alors voilà » greffées à ce récit, qui m’ont parues déracinées de leur univers originel. Autrement quoi ? Autrement, en tant que membre un peu éloigné du corps médical (mais membre quand même), j’aimerais de tout cœur rencontrer des gens comme vous là où mes choix me mèneront. Et j’aimerais que d’autres s’en inspirent. Un simple « merci », quelques mots, un regard ou un sourire… Il ne faut pas grand-chose, pour faire pousser les petits miracles de la vie.

  295. Philippe

    Alors voilà, moi qui ne lis que trois livres par décennie, j’en arrive à en dévorer deux du même auteur en moins de 6 mois (la ballade de l’enfant gris, puis les 1001 vies des urgences) !
    J’ai également eu la chance de vous rencontrer lors de la foire du livre de Brive où votre disponibilité et votre gentillesse m’ont marqué.
    Bref plus qu’un mot à rajouter : MERCI

  296. Annick

    Alors voilà : je vais à la bibliothèque de mon village et un peu au hasard je tombe sur « Tu ne seras plus jamais triste » de Baptiste Beaulieu, le titre et le synopsis m’inspirent alors go !

    Je l’ai terminé hier, jamais je n’avais versé autant de larmes pour un livre, quelle fin tragique et belle à la fois. Superbe découverte d’un médecin-auteur fantastique et de son blog aussi. Heureusement qu’il existe sur Terre des gens comme Bibi !!!

    Merci !!!

    Désolé si j’ai mis ce commentaire au mauvais endroit

  297. Karine

    Attention, pépite d’humanité ! Qui fait chaud au coeur .
    Si vous désespérez du genre humain, lisez-le : absolument merveilleux …
    Merci, Baptiste, pour ce témoignage.

  298. Lara

    « Le bonheur consiste t il à aimer les choses comme elles vous arrivent?  »
    Je tourne la dernière page de ce 3 ème livre qui comme les deux précédents me bouleversent. Après 4 semestres d’internat de médecine générale je fais un bilan et je compte.
    Combien de fois la flamme a failli s’éteindre, combien mes ambitions d’écoute et d’humanité sont régulièrement mises à rude épreuve, combien on se perd, parfois …
    Et je vous lis, et je retrouve le cap.
    Le cap fixé et même au delà.
    Vous transmettez ce qu’il faut pour juste prendre soin, au quotidien. J’en prends de la graine, je prends du recul, et j’attends la suite.
    J’ai rêvé un peu sur cette route 33, je repars travailler, écouter, soigner, panser les maux, avec la petite flamme ravivée.
    Pour ça merci.
    Et pour tout le reste.

  299. Céline LA

    Je suis tombée dessus par hasard en format audio, je l’ai pris pour l’écouter en courant et pendant mes sortie VTT. Au début je me suis dit que c’était gentil, mais que bon, ça n’allait pas plus loin. Au fur et à mesure de l’écoute ça m’a vrillé. Ce livre est plein de poésie, il est drôle souvent (il m’a rappelé les anecdotes de copains anciens internes devenus médecins, les photos à l’appui en moins), et surtout il est vrai. Cette phrase, je la garde en moi « je ne meurs pas, tu me continues », c’est pour moi la meilleure réponse pour lutter contre l’aspect éphémère des choses, des êtres vivants et profiter du présent.
    Je vais maintenant le conseiller aux gens que j’aime pour que ce livre, et ces 1001 histoires continuent à traverser le temps.
    En tout cas, merci beaucoup, je vais me régaler à la lecture (ou à l’écoute) des deux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *