Une tragédie 2.0

img_2183.jpg

Coucou
Pour les personnes qui ne sont pas sur Facebook et n’ont pas suivi la tempête de merde essuyée ces dernières semaines, j’ai écrit un texte dans le Huffington Post. Il est long, mais il est rédigé avec le coeur et il traite d’un sujet important. 

Je veux bien que vous preniez cinq minutes pour le lire jusqu’au bout et le partager. 

C’est ICI

Je vous souhaite une belle et douce journée.
AUSSI :
J’étais invité de la géniale émission « Grand bien vous fasse » d’Ali Rebeihi sur France Inter. Une heure sur l’écoute médicale.

Ne demandez pas ce que Captain Igloo vient faire ici, je ne sais pas. Je ne sais PAS du tout. 

76 réflexions au sujet de « Une tragédie 2.0 »

  1. Grand33

    Bonjour Bibi,
    C’est pas gagné mon Bibi, c’est pas gagné !!! mais continue j’aime bien les colibris et j’ai envie de croire que des milliers de colibri pourraient l’éteindre ce putain d’incendie …..
    Et peut-être au 5, après tout Agen n’est pas trés loin. 😉
    la bise

    Répondre
  2. Virginiecatalan

    En lisant ton texte, j’ai eu la nausée (envers les propos que tu rapportais), puis les larmes aux yeux, puis la rage au ventre… que te dire ? Continue à écrire, tu es notre voix , d’humaine pour moi, de soignant pour mon mari généraliste humaniste, de ma fille jeune infirmière enthousiaste et impliquée. Bravo Baptiste, continue à dire, à écrire, te lire fait du bien au monde…

    Répondre
  3. ACT

    Je viens de lire. Encore et toujours la haine; de l’inconnu ( bien dans le sens de non connu ou mal connu) et de la différence.
    Beaucoup de jeunes commencent à avoir un autre regard heureusement, mais le mal est fait par beaucoup de préjugés.
    Merci de mettre votre notoriété au service de ceux qui souffrent.
    Un certain nombre de médecins se considèrent au dessus des autres de par leurs diplômes et sont tellement gonflés de leur égo surdimensionnés qu’ils en oublient qu’ils ont signés le serment d’Hippocrate et non d’hypocrites.
    J’espère que de votre côté vous avez des oreilles bienveillantes pour décompresser de toute cette boue sordide que répandent ces mal-pensants.

    Répondre
  4. Cia

    fFce à cela, nous n’avons d’autres choix que d’exprimer notre vision du monde, notre capacité à accepter l’autre dans sa différence. C’est la seule façon de combattre TOUTES les inégalités et les injustices. Quant à ce médecin, même s’il est une victime d’une façon d’une société encore trop homophobe, il reste RESPONSABLE de ses actes et de ses propos, en tant qu’individu et en tant que médecin. Il a peut être des circonstances atténuantes mais cela n’efface pas sa responsabilité. Et nous ne pouvons pas nous exonérer de relever tout ce que ses propos ont de faux, de violent, d’incohérent, de stupide sous prétexte qu’il est partiellement une victime, qu’il pourrait se suicider. il a fait le choix de haïr les personnes homosexuelles… en le considérant responsable de ses actes et propos nous croyons aussi qu’il peut changer.

    Répondre
  5. la schtroumpfette

    J’ai bien apprécié le récit que vous faites de votre évolution personnelle : d’abord, vous l’avez considéré comme un salaud, puis, vous avez compris son malheur intérieur, et le salaud vous est devenu un peu plus proche, et vous vous dites prêt à lui tendre la main. Bravo à plusieurs titres. 1) C’est courageux de reconnaître une telle évolution. 2) C’est (à mon humble avis) une bonne chose de distinguer la personne et le mal qu’elle fait. Et c’est, là aussi, exemplaire : parce cette distinction devrait être appliquée à toutes les personnes qui font du mal. Sans bien sûr dénier et même punir ce mal Je vous encourage à poursuivre cette réflexion plus loin. N’y a-t-il pas d’autres catégories de personnes que vous condamnez au titre de ce qu’elles pensent, et non de ce qu’elle font ?

    Répondre
    1. Cath

      J’avoue ne pas bien comprendre votre dernière question, en particulier la catégorisation de ceux qui pensent et ceux qui font.
      Il me semble qu’il y a condamnation de ce qui a été fait – c’est-à-dire la publication sur internet de propos violents et condamnables parce que visant une catégorie de personnes à raison de leurs orientations sexuelles ( et comme Baptiste le souligne justement, on peut remplacer le terme d’homosexuel par une nationalité, une religion, un handicap : l’imagination en matière de préjugés et de haine ne fait pas défaut à ceux qui s’estimant supérieurs ne rechignent pas à opprimer).
      Par contre, je ne vois pas de condamation au titre de ce que les gens « pensent ». Non. Une tentative pour élucider, éclairer oui. Juger comme au tribunal, non.
      Après tout, ces gens qui ont le diplôme de médecin sont aussi en position de blesser terriblement. Et il appartient bien à un médecin d’alerter sur des propos qui doivenr certainement déboucher sur un accueil du patient contraire à la déontologie.

      Répondre
      1. la schtroumpfette

        J’ai l’impression d’avoir voulu dire ce que vous dites. C’était sans doute moins clair, désolée ! Mais oui, je suis entièrement d’accord avec vous. Ce que je voulais dire, c’est : on peut ne pas partager une orientation, de préférer autre chose pour soi : par exemple, être végétarien. Mais sans être blessant pour ceux qui sont d’une orientation différente.

        Répondre
  6. Priscilla

    Bonjour Baptiste, nouvelle lectrice, suite à l’article te concernant sur Causette dont je suis fidèle lectrice, j’ai entrepris la lecture de ton blog depuis les débuts, je n’en suis pour l’heure qu’à la fin de l’année 2013, mais j’ai bien l’intention de continuer ;
    Je suis un peu plus âgée que toi, et infirmière, libérale depuis 6 ans, avant cela ehpad, puis soins palliatifs, puis psychiatrie.
    Tes écrits font écho à mon quotidien, ils m’emeuvent, me font sourire, parfois rire..
    Cet article me choque profondément. Pas tes propos, ceux que tu relates. Ce serait ridicule d’imaginer que les gens un tant soit peu éduqués soient plus intelligents que d’autres ; (je pense au chirurgien ortho ). Pourtant , j’aurai envie de croire que cela aide à l’ouverture d’esprit, mais non.
    En même temps, j’ai réalisé que des gens de mon entourage que j’apprécie étaient pour la peine de mort. C’est encore un autre débat, mais étant viscéralement contre, c’était choquant. Il a d’ailleurs fallu changer de sujet, le débat devenait houleux.. Je me suis même demandée si je pouvais continuer à être amie avec des gens qui avaient ces idées..
    Bref, effectivement pour en parler si longuement on peut supposer que ce médecin est en souffrance personnelle par rapport à son orientation sexuelle. Peut être est ce lui qu’il cherche à convaincre ?
    Ses écrits me donnent la nausée, vraiment.
    Bon, je vais aller faire son injection mensuelle à un beau jeune homme qui était une jeune fille il y a quelque temps, et puis je reprendrai ma lecture de ton blog.
    J’aime mon magazine Causette, et je suis enchantée qu’elle m’ait permis de te découvrir !!! Euh toi par contre, tu vas trouver que je suis drôlement prolixe…

    Répondre
    1. Flexable

      J’aurai tendance à le penser aussi si il n’y avait que ce sujet… Mais y rajouter juifs et autres « problèmes » me laisse peu d’espoir et me rend bien moins empathique.

      Répondre
  7. Rainette

    Mais zut, il n’y a pas à lui trouver des excuses !
    Il est inexcusable IL EST MEDECIN (ben oui, ça peut aussi vouloir dire qu’il doit être capable d’analyser )
    En tous cas il a dû sécher certains cours.
    J’adhère à ton combat à 200% et juste pour le sourire j’aimerais avoir un frère (c’est plus proche encore qu’un ami non ?) comme toi .
    Par contre…. ce qui m’énerve, c’est que je cherche un généraliste référent près de chez moi….. et tu n’es justement pas près de chez moi !
    Bises et prends soin de toi Baptiste.
    Isabelle

    Répondre
  8. Banane

    Est-ce qu’il n’y a pas, plus généralement, chez chaque personne si virulente contre un groupe de ses semblables (au sens « autre être humain ») une blessure intime? Loin de moi l’idée d’excuser les comportements de ce genre, bien sûr, mais ce « à 2 doigts » ne me paraît pas si surprenant.
    Bien sûr on n’a pas toujours le temps ou l’envie de se questionner sur le pourquoi du comment… bref, dur combat que de cohabiter.

    Répondre
  9. Sylve

    Et, dans le même style, une certaine blonde responsable d’un certain parti politique qui a eu l’idée d’un délai de carence de 2 ans pour le remboursement des personnes étrangères… tous ces propos de la même acabit nous ont conduit à la Shoah il y a 70 ans… pourquoi l’humanité se détruit elle au lieu de continuer à se construire ?
    Moi je dis Bibi en prof en CHU de Médecine pour dispenser des cours aux jeunes étudiants de Médecine sur la bienveillance, l’éthique, la tolérance et l’intelligence émotionnelle est Indispensable!!!!
    Merci d’exister….

    Répondre
  10. géraldine

    Baptiste, bravo pour ton action. ça doit être épuisant mais il faut que quelqu’un le fasse puisque la société banalise toutes ces saloperies !!! J’ai pas la grande forme en ce moment mais je t’envoie quelques ondes positives et des bisous.

    Répondre
  11. Philippe Renève

    Bravo Baptiste, c’est important de ne pas laisser s’exprimer ces discriminations odieuses.
    On a parfois l’impression que ces gens qui ne supportent pas l’idée même de l’homosexualité ont en fait peur d’en devenir, ce qui est une catastrophe à leurs yeux, et qu’ils ont donc des tendances qu’ils veulent refouler à tout prix. La remarque « pour être passé à deux doigts d’en devenir un, je me permets d’utiliser ce terme » est éloquente : c’est une terreur manifeste d’en être qui les fait agir. On ne peut que leur conseiller de consulter, car ils sont malades de craindre qu’ils pourraient être ce qu’ils croient malades.

    Répondre
  12. Catherine Scholler

    C’est un texte magnifique. Je viens de le partager. Et, juste pour dire que ce n’est pas une question de minorité qui se serre les coudes, je précise que je suis hétéro.

    Répondre
  13. Jo

    GO GO GO ! Quel texte !!! Tu viens de balancer un sacré pain sur la société , en espérant qu’il soit entendu…
    C’est vrai que des gens amoureux et heureux c’est tellement énervant pour certains !
    En tout cas merci pour ce texte qui est, comme à chaque fois, emplie d’humanité, et ça fait du bien !

    Ps: Quelqu’un saurait me dire si on peut trouver les livres (Les 1001 vies des urgences, ou Alors vous ne serez jamais triste) en anglais ? J’aimerais tellement l’offrir à une personne anglaise mais je ne l’ai trouvé qu’en espagnol..

    Répondre
  14. Muriel

    j’avoue que j’ai fait partie autrefois des gens qui croyaient que l’homosexualité était un résultat. J’avais rencontré des homosexuels qui racontaient qu’ils avaient opté pour cette orientation pour des raisons émotionnelles.
    Mais maintenant je me dis que, quelle que soit l’origine d’une orientation sexuelle, qu’elle soit innée ou acquise, qu’importe? Ce qu’il faut, c’est être heureux comme on est. La fille de ma soeur vit avec une autre fille depuis plusieurs années. Si elle est contente, je suis contente aussi.

    Répondre
  15. alcina

    J’ai un rêve un peu fou…. Qu’un jour il n’y ait plus besoin d’associations comme la LGBT parce que cela ne choquera plus personne qu’un garçon vive avec un garçon, une fille avec une fille, qu’un individu ait changé de sexe…. Que tout le monde se fichera complètement de savoir si tu es hétéro, homo, bi… parce que le principal est que tu sois bien dans ta peau, en accord avec toi même et HEUREUX. L’un des mes neveux est marié avec deux enfants, son frère vit avec son compagnon depuis une quinzaine d’années, et alors ? Je les aime tous les deux autant et j’apprécie autant leurs deux conjoints, et je pense toujours à eux en termes de personnes qui rendent mes neveux heureux, pas en catégorie « hétéro ou homo ». Mais bon, on se dit qu’il y a encore un sacré bout de chemin à faire pour que ce rêve se rapproche de la réalité quand on lit des textes comme celui de ce « médecin ». Heureusement qu’il existe des « Dr Bibi » pour ne pas désespérer de l’humanité

    Répondre
  16. La tête en Claire

    Olala quand je lis des trucs comme ça je me dis que c’est pas possible que les sociétés oublient d’évoluer/régressent à ce point. Ça me rend dingue, ce ******* (insérez le mot qui sied à votre vocabulaire usuel) insinue que des homosexuels (et tout autre orientation sexuelle, elles sont infinies), le sont par défaut, et il NIE tout bonnement leur capacité et leur droit au bonheur. C’est horrible et ça me fait mal. Quand je lis tous les extraits d’horreur que vous (je vous tutoierai bien parce que je vous trouve sympathique mais bon j’ai l’habitude de vouvoyer les gens que j’admire sans les connaître) avez inclus dans votre article j’ai VRAIMENT envie de partir m’installer au fin fond du Canada.
    Je trouve ça triste qu’au 21ème siècle des gens (une minorité) aient à se battre pour défendre l’égalité de TOUS, qui est (censé être) un des fondements de notre société. Merci de le faire Baptiste!
    J’envoie un peu d’amour à tous ceux qui liront ces mots, portez vous bien et restez ouvert d’esprit si vous l’êtes, réfléchissez au mal que vous faites si vous ne l’êtes pas (je ne vous demande même pas d’accepter juste de penser aux conséquences de vos paroles).

    Répondre
  17. Orso.

    Quelle merde, comme tu dis ! J’ai suivi sur Twitter, tu m’as peut-être vu passer dans les notifs.
    Tu fais bien de partager ton superbe article, les minorités pourront au moins trouver leur bouée dans l’océan de conneries qu’ils ont débités.
    J’aimerai tellement te rencontre.. Mais déjà, je serai beaucoup trop timide et la PACES me prend vraiment tout mon temps… Donc câlin virtuel tonton BiBi.

    Répondre
  18. Caroline

    J’ai tout bien lu, et je pense comme vous et je vous soutiens dans votre combat, Dr Bibi, mais je voulais quand-même relever que « les mêmes privilèges pour tous » est un non-sens, dans la mesure où un privilège, sémantiquement parlant, c’est quelque chose qui n’est accordé qu’à certains et pas à d’autres. Les mêmes DROITS, oui, à 100% d’accord avec vous. Mais un privilège, c’est une cerise sur le gâteau 😉
    Merci de vous battre bec et ongles pour une si noble cause. Puisse le Grand Stéthoscope vous accorder un sommeil qui vous permette de recharger les batteries. Bises à vous (moi qui n’en fais jamais, je me lâche en virtuel…).

    Répondre
  19. Emmanuelle

    Charlie a bon dos, par les temps qui courent : tout le monde est Charlie et le hashtag n’a plus grand chose de cohérent (je l’ai retiré de là où je l’avais mis).
    Les gens de cet acabit sont effectivement mal dans leur peau et méchants par défense… mais on m’a appris une chose, à moi qui ne suis pourtant pas médecin : en tant que membre d’un organisme public, exposer publiquement et ouvertement mon opinion peut engager l’image de l’organisme dont je fais partie… résultat : j’ai une certaine liberté d’expression… dans la limite de la liberté des autres, et de la correction… au-delà, je n’implique pas que moi.
    Il me semble que mon cas s’applique parfaitement à celui d’un médecin, qui représente, lui aussi, quelque chose de plus que « juste lui-même »… et qu’il s’agit d’un devoir de réserve, il me semble.

    Je compatis à propos de la réponse de l’ordre des médecins… et je n’en suis pas surprise pour autant : j’ai pu constater par deux fois que bien souvent, on « protège » ses confrères, ou au moins, on n’adhère pas explicitement aux mises en cause (c’est d’ailleurs pareil là où je sévis)…

    Ce sont des propos nauséabonds, d’une personne qu’on peut espérer être un « troll »… si ce n’en est pas un, alors cette personne est sans doute bien malheureuse pour être aussi malfaisante : ne vous rendez pas malheureux pour lui/elle, il/elle n’en vaut pas la peine…

    Répondre
  20. MA

    Bonsoir Baptiste,
    Ce serait super sympa que, à chaque fois (disons : très souvent) que tu défends les personnes homosexuelles, tu cesses d’utiliser des illustrations faisant référence ou bien à la Manif pour tous, ou bien à la religion, ou bien à Christine Boutin (ou autre chose du même genre), comme dans ce billet aussi par exemple http://www.alorsvoila.com/la-seule-verite
    Je conçois que tu puisses juger naze ce mouvement, aliénante (ou autre) la religion, et détester cordialement Ch. Boutin ; mais voilà, à forte dose, ça peut devenir blessant, vraiment blessant je veux dire.
    C’est comme si le fait d’être croyant ou/et d’être opposé à la loi Taubira faisait de nous des gros connards qui méritaient de mourir dans d’atroces souffrances.
    Je ne sais pas si c’est un scoop et juste un lieu commun éculé, mais on peut s’opposer à ladite loi pour des raisons philosophiques, anthropologiques, et ce quelle que soit notre propre orientation sexuelle, et sans considérer ceux qui n’ont pas la même sexualité que nous comme des sous-hommes/femmes.

    En ce qui me concerne, globalement, j’aime beaucoup ce que tu écris ; je ne partage pas toutes tes opinions ni tous tes points de vue, mais c’est aussi ce qui fait la richesse de cet endroit.
    Ce serait juste vraiment chouette si tu pouvais avoir un peu (plus ?) de considération pour ceux qui ne pensent pas comme toi mais qui ne le revendiquent pas, qui ne le crient pas sur les toits, qui apportent tant bien que mal leur contribution, au quotidien, à la lutte contre le racisme, l’homophobie, la misogynie, qui jeûnent pendant le Ramadan ou vont à la messe le dimanche et ont marché avec Frigide Barjot sans taper personne, sans juger qui que ce soit, ni à haute voix, ni dans leur cœur, qui pensent que tous les hommes sont frères quelle que soit leur couleur de peau, le nombre de leur chromosome, leur quantité de diplôme ou leur orientation sexuelle, que la couleur du sang qui coule dans nos veines est la même pour tous.

    Comme je n’ai pas envie de me prendre une pluie d’insulte, je ne reviendrai pas lire les commentaires (d’ailleurs, s’il y a une modération, je n’ai même pas spécialement envie que ces lignes soient publiées), mais j’espère que tu voudras bien en tenir compte.

    Merci

    Répondre
    1. SL

      Bonjour Baptiste,

      MA a exprimé exactement mon ressenti entre votre article et son illustration. Manif pour tous n’est pas égale à homophobie (il me semble qu’on ne peut pas faire de généralité à partir des contre-exemples qu’on pourra trouver dans les propos de certains manifestants), et ces raccourcis incessants sont en effet heurtants pour ceux qui sont contre la loi Taubira sans pour autant juger les gens selon leur orientation sexuelle.
      Je vous remercie avant tout pour votre blog et vos articles qui nous invitent à la (re)découverte de notre prochain.

      Bonne continuation à vous,

      SL

      Répondre
      1. Baptiste Beaulieu Auteur de l’article

        Bonjour
        Je pose cet article ici :

        https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Loving_v._Virginia

        (Lisez-le je vous en prie )
        Sinon, vous remarquerez que dans mon article je parle du suicide des jeunes LGBT.
        C’est le sujet, je veux dire.
        Le. Suicide. De. Jeunes. Ados.
        Alors les considérations comme « je me sens blessé par cette photo » ne me paraissent pas vraiment à leurs places ici, non ?
        Je vous serre dans les bras quand même, y a déjà assez de drames dans ce monde sans en ajouter.
        Take care.

        Répondre
  21. Julie

    J’aime pas laisser des commentaire si j’ai rien d’intéressant à dire, ni pour dire que j’ai aimé (je devrais), mais là, après la lecture de votre texte sur le huffington, j’ai une grosse envie de vous remercier parce que ça fait plaisir de lire de la bienveillance au milieu de beaucoup de textes noirs et blancs, mais surtout noirs. Toujours la même chose je trouve : des gens qui « tapent » sur d’autres gens alors qu’ils pourraient vivre leur vie, qu’être heureux, ce n’est as au détriment du bonheur des autres… Je bisounourse, je m’arrête là, mais merci.

    Répondre
  22. Marion Manach

    J’ai tout bien lu.. Merci d’être là, une belle et forte voix comme on aimerait en voir, en entendre et en lire plus souvent tout autour de nous !!

    Bravo pour vos combats !! Ils sont nombreux.. (j’ai lu la totalité du blog..)(comment faites-vous pour faire tout ce que vous faites ? Vous êtes incroyable !) vous écrivez toujours aussi bien, avec toujours autant d’humanité. Je n’ai pas votre capacité d’analyse et votre écriture.. je vous remercie donc de les partager, de partager votre vision du monde qui nous fait tant de bien. Qui nous grandit.
    Vous êtes bien courageux et nous manquons d’idéalistes humanistes comme vous sur le petit écran et dans les médias.. cela ferait tellement de bien..

    Mais je ne peux m’empêcher de penser à vous… prenez soin de vous, préservez vous tout de même de toutes ces diarrhées qui se déversent sur les réseaux sociaux.. la violence gratuite, cette haine, les gens ne se cachent même plus ! C’est honteux.. et ça abîme..

    Vos combats valent la peine, Merci mille fois de les mener.
    Mais préservez vous, vraiment.
    Câlins et douceur.

    Répondre
  23. Soulalune

    Non la haine n’abîmera pas Baptiste, elle le conforte dans ses engagements au contraire !
    Y’a du boulot , des heures d’écriture, des nuits de combat, mais la cause est noble, alors go et haut les coeurs, battons-nous 😉

    Répondre
  24. Russier Marie

    Bonsoir

    J adore vous lire mais…j adorerai encore plus vous rencontrer en vrai. Je suis cadre de sante ( hors cadre …au grand dam de mes supérieurs ) et j aimerai organiser une conférence avec vous…..sud Drôme . Comment puis je m y prendre pour vous contacter en « vrai » ? Très cordialement

    Répondre
  25. Morwen

    Bonjour.
    Question de Bisounours: quel est le problème avec les LGBT ?
    Je reformule: comment peut-on être homophobe ? Qu’est-ce que ça veut dire réellement ?
    Existe-t-il des blondophobes ? Des brunophobes ? Donc quelle est la logique dans le fait de ne pas aimer, stigmatiser, haïr, discriminer les LGBT ?
    Vraiment, je vous assure, je me fais des noeuds au cerveau avec cette question mais je n’arrive pas à comprendre le « problème » (si tenté qu’il y ait un problème).
    Donc qu’un médecin, que l’on peut assimiler à un érudit, quelqu’un qui est effectivement censé savoir plus de choses que le commun des mortels et être sensé, cherche à théoriser cette chose qui est très naturelle (allez faire un tour dans le règne animal, vous verrez que quasiment 100% des espèces montrent des caractéristiques homosexuelles et/ou bisexuelles et/ou hermaphrodites), bref qu’un médecin cherche à force de 250 pages d’expliquer en quoi c’est néfaste me paraît juste hallucinant.
    Et quand bien même il s’agirait d’une personne s’interrogeant sur son propre compte et sa propre identité, cela lui donne-t-il le droit de vomir ainsi sur d’autres qui eux ont fait le choix d’assumer ? J’en doute.
    Je n’ai pas autant de bienveillance et d’empathie que toi cher Baptiste à ce sujet. Je devrais, ne serait-ce que pour illustrer mon propos à savoir accepter les autres tels qu’ils sont.
    Mais j’en reviens à mon interrogation de départ: si un homme aime un autre homme, si une femme vit heureuse avec une autre femme, si le jeune homme que je croise dans la rue est né dans un corps de femme, qu’est-ce que ça peut bien me faire ? En quoi suis-je concernée ? De quel droit je peux me permettre de juger ?
    Non, vraiment, si vous avez une réponse, ou même un début d’ébauche de réponse, je prends. Car sincèrement je ne comprends pas qu’on puisse en faire tout un cake. Et ça me perturbe parce que j’aime bien tout comprendre.
    Merci d’avance et la bise à tous !

    Répondre
    1. alcina

      Mais Morwen, rendez vous compte ! Tous ces « braves gens » qui détestent les LGBT sont persuadés que s’ils suivent scrupuleusement les rituels et prescriptions de leurs religions/idéologies/traditions familiales (rayer les mentions inutiles) et cochent les « bonnes cases » tout au long de leur vie, ils accèderont dans un improbable au delà à une félicité éternelle, (d’autant plus délicieuse que les mécréants qui n’auront pas vécus selon leurs règles en étant exclus, ils se retrouveront uniquement entre « gens biens »). Là, en leur montrant qu’on peut vivre autrement que selon LEURS préceptes et être heureux, vous leur prouvez que LEUR vérité et LEUR mode de vie n’est pas universellement partagé, c’est un monde qui s’écroule ! Et comme c’est douloureux de se remettre en question et d’accepter que l’on ne détient pas la réponse à toutes les interrogations que l’on peut (devrait…) se poser au cours d’une existence, il est pour eux beaucoup plus facile de considérer ces « déviants » par rapport à leur petit chemin de vie bien balisé comme des individus dangereux qu’il est juste de haïr et dont il convient de souhaiter l’extermination….. « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi » comme le disent les Evangiles…..

      Répondre
      1. Caroline

        Il y a aussi tous ceux qui ne « détestent » pas les homos, mais qui ont de la peine pour eux et qui veulent les « sauver » d’un mode de vie qui leur interdit la félicité dans l’Au-delà… Ceux-là sont persuadés d’être bienveillants, persuadés que ces « pauvres enfants » sont égarés et, pire encore, n’en sont même pas conscients. Quand on leur répond que leur Paradis on s’en balance et qu’on n’y croit pas de toute manière, que le bonheur est ici et aujourd’hui, ils secouent la tête, pleins de compassion, sur le mode de « Toi tu ne crois pas en Dieu, mais cela n’empêche pas Dieu d’être réel, et tu finiras par le payer, que tu le saches ou non »… Ils détiennent le Vérité, et ils n’ont pas de souhait plus cher que de te la faire partager QUE TU LE VEUILLES OU NON ! En gros, ils savent où est ton Bien mieux que toi, et ils sont déterminés à te « sauver », parce que c’est la mission de l’Evangile : aller porter la Bonne Nouvelle. Alors ils la portent, haut et fort, partout et tout le temps…

        Répondre
  26. AuFIlDesOuvrages

    Baptiste je crois sincèrement qu’il ne faut pas vous sentir coupable d’avoir titillé le docteur X. C’est bien lui au final qui a eu la faiblesse de croire que refuser de découvrir qui il était et de se mettre du coup à exprimer une haine si profonde était un chemin de vie viable.
    Le serment d’Hippocrate ne semble engager autant que par le passé. Les médecins (comme les instits, les élus et les curés) sont de moins en moins respectés.
    Alors il faut des optimistes envers et contre tout pour poser des actes simples qui permettent au monde d’être plus beau
    Attention toutefois à ce que vous ne brûliez pas toute votre énergie pour le bien commun. Il faut vous en réserver une part, pour vous et vos tous proches

    Répondre
  27. Samuel

    Bravo Mr le Docteur, car vous, vous en êtes un VRAI. Les mots des soignants sont tellement important, alors continuions d’écouter les mots des bon et des vrai soignants

    Répondre
  28. De passage

    J’ai bien lu, et c’est bien triste. Des noms de couple homos fidèle et heureux qui vivent ainsi depuis des années? J’en ai plusieurs, des parents d’amis, mais leur vie privée de regarde qu’eux.

    Juste un petit point, pour moi le terme « folle » n’est pas péjoratif. C’est une catégorie de gay mais tous les homos ne sont pas des folles, et dans ma tête il est même possible d’être « folle » sans être homo. Comme les travestis ne sont pas forcément homos ou transgenre.

    Répondre
  29. c liver

    Coucou Bibi
    je t’ai entendu mercredi matin, en morse évidemment (entre chq patients :))
    mais je vais « peau de caster » l’émission pour l’écouter dans son entier
    je viens de lire ton article – je cite
    « quand on jouit d’un privilège, quel qu’il soit, et depuis trop longtemps, on finit par considérer la moindre requête d’égalité ou de respect comme une oppression. »
    et ben mon colon ! si ça ne devrait pas être écrit en grand sur les frontons des écoles (grandes ou petites !) je mange ma sacoche !!!
    biz
    co

    Répondre
  30. digier

    Merci Baptiste, j’étais tristounette de ne plus te voir apparaître sur  » alors voilà  » J’ai cru que tu étais allé voir d’autres cieux, explorer le monde …Tristounette et heureuse de savoir que tu existes, humain parmi les humains….Mais cela peut te sembler bizarre, te retrouver hier soir sur le de site, toujours en première ligne, en train de guerroyer avec ardeur, a fait lever en moi une profonde joie…que du bonheur ! ! ! Merci Nicole

    Répondre
  31. Christine

    Bravo, Baptiste, ce sera un long combat, j’espère que de nombreuses personnes se joindront à vous.
    Quant à l’émission de France Inter, j’étais ravie de voir que vous étiez invité. Cela m’a fait tellement plaisir, pour vous et surtout pour nous auditeurs 🙂

    Répondre
  32. Mvuninn

    Mon fils m’annonce : je lui ai dit que si elle a des problèmes avec ses parents, elle peut venir chez nous.
    Il a bien fait, lui ai-je répondu.

    Son amie de 17 ans se cherche beaucoup, et elle se dit attirée par les garçons… et par les filles. Elle a peur de la réaction de ses parents. Mon fils est confiant. Chez nous, il fait bon vivre qu’on aime les garçons, les filles… ou les deux.

    Il ne lit pas les horreurs que vous évoquez dans votre article. Elles sont déjà présentes au foyer de certains de ses amis. Mais il saura leur faire un rempart de ses convictions et de sa détermination. Je suis fière de partager ce combat avec lui. Et avec vous.

    Répondre
    1. Caroline

      … et vous pouvez être fière de votre fils. Bon boulot de parent, bravo. Un abruti de moins dans la société, c’est toujours bon à prendre, merci à vous 🙂

      Répondre
  33. Valily

    Je suis à la fois sidérée par ce que je viens de lire et en même temps, pas si surprise ! Et cela me désole profondément.
    J’admire ton énergie et ton courage à faire évoluer les mentalités, j’espère juste que tu réussis à te protéger un peu car ces combats font des dégâts.
    Oui nous régressons, nous régressons dangereusement ! J’approche de la quarantaine et petit à petit, alors que plus jeune je pensais que nous serions une génération de tolérance, je vois le repli sur soi, la peur et le rejet de l’Autre (l’autre en tant que personne ayant une différence), l’exacerbation du communautarisme prendre le dessus, se développer … jusqu’à quel point ?
    J’ai très peur piur l’avenir et je tiens à te remercier Baptiste du courage que tu as pour mener tous ces combats.
    Prends bien soin de toi.
    Bisous

    Répondre
  34. marie

    Comme le capitain igloo me vient l’image du pere d’Amélie poulain quand il recoit les cartes postales de son nain de jardin et quil dit atterré « je ne comprend pas » , jusqu’au jour ou il comprend peut etre qu’ un jour ce doc comprendra, cest tout le mal que je lui souhaite.

    Répondre
  35. sarah

    J’entendais souvent au moment du mariage pour tous, des commentaires du genre : « Je suis à 200% pour le mariage pour tous mais est-ce que ça vaut la peine d’en faire tout un débat, il y a d’autre chose plus importante en ce moment à traiter dans l’actualité non ? »

    Aaaaarg Mais non, y’a pas plus important!! Non !!! Ca me frise les orteils.

    Qu’il y a t’il de plus important, de plus primordial que de défendre le droit constitutionnel de naître libre et égaux en droits ? On a déjà (2017-1789=) 228 années de retard pour les homosexuels. Alors non, on ne remet pas ça à plus tard, et oui on ne devrait pas en faire tout un débat car oui ça devrait être une évidence. Mais on a le même discours concernant les femmes : « est-ce que c’est vraiment une priorité de défendre les droits des femmes en France, quand on voit le droit des femmes en Iran? »
    Qui pose ce genre de questions ? J’aurai envie de dire : bien souvent les colons de 1789. Ca peut se dire ça les colons de 1789 ? Ceux qui sont arrivés en premier en terre de Liberté : les hommes blancs hétéros croyants. Ceux qu’on entendait, qui avait de fait le droit de parole.

    Si le droit des homos pose un problème au nom de la religion (havre de tolérance…), gardez vos débats dans vos paroisses svp. Mais dans le monde laïc, laissez tranquilles toutes les personnes homosexuelles et transgenres car on doit naître libre et égaux en droits en France depuis 1789. Nous avons tous le droit au mariage, à la propriété, à l’héritage, etc etc etc. Sans débat. Sans manif. Comme une évidence. Tant que les droits des homosexuels ne seront pas scrupuleusement les mêmes que les hétérosexuels, ils demeureront une minorité non reconnue. Leurs droits doivent devenir une évidence pour que leur existence devienne une évidence.

    Et ce médecin, s’il a un problème viscéral avec sa propre homosexualité, qu’il aille voir un confrère psy plutôt que d’emmerder toute une communauté au nom de sa profession. Faut peut-être l’inviter à regarder Kirikou et la Sorcière. On peut devenir très con quand on souffre. C’est à peu près la seule excuse valable.

    Répondre
  36. Petit Bleu

    Je ne rentrerai pas dans le débat de l’homophobie, du presque-homo devenu homophobe ou de la liberté d’expression. Je suis fonctionnaire et je suis soumis au devoir de réserve.

    Mais si je suis fonctionnaire, c’est fonctionnaire de Police. Mon travail consiste donc à savoir reconnaître les éléments constitutifs d’une infraction.

    En effet l’article 11 de le Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui sert de préambule à la Constitution reconnaît le droit de chacun à « parler, écrire, imprimer librement ». Mais il devra néanmoins « répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ».

    Or l’article 33 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse dit:
    « Sera punie de six mois d’emprisonnement et de 22 500 euros d’amende l’injure commise, dans les conditions prévues à l’alinéa précédent, envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap. »
    Et ce que ce soit:
    « par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, soit par des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l’écrit, de la parole ou de l’image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, soit par des placards ou des affiches exposés au regard du public, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique ».

    Notre cher Docteur X devra répondre de ses propos dès qu’une personne (ou une association) aura déposé plainte contre lui. Il me semble inconcevable que l’Ordre des Médecins ne soit pas au fait de cette loi.

    De plus, l’article 24 de cette même loi prévoit que:
    « seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende ou de l’une de ces deux peines seulement… Ceux qui auront provoqué à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap ou auront provoqué, à l’égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles 225-2 et 432-7 du code pénal.  »

    Et pour finir, en ce qui concerne le cas où un médecin refuserait de soigner un patient homosexuel en raison de son orientation, ce même article 432-7 du Code Pénal prévoit une peine de:
    « cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende « .

    Ne rien faire et laisser certaines personnes tenir de tels propos laisse la place à la banalisation. Certains pensent qu’ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent parce que c’est sur internet. Je ne peux qu’enjoindre ceux ou celles qui y seraient confrontés à déposer plainte (et à se porter partie civile).
    Non seulement les personnes comme ce Docteur X devront assumer leurs propos (et mettre la main au portefeuille) mais surtout seront dans l’obligation de les effacer, ce qui serait un soulagement…

    Répondre
    1. Cath

      Petit Bleu deviendra grand. Cela fait du bien de vous lire, et pour tout dire, cela compense ce que j’entends la plupart du temps. De la part de vos collègues, des miens. Parce que la plainte, voyez-vous, il faut la prendre, l’enregistrer. Et selon le plaignant, on voit des comportements différents, hélas.
      Quant au suivi, voyez l’impact de la loi sur certains hommes politiques, multi-récidivistes s’il en est, condamnés à plusieurs reprises – et jusqu’en cassation – mais toujours libres de leurs paroles. Alors qu’un clochard ivre tenant les mêmes propos se retrouve condamné illico pour l’exemple. Parce qu’il n’a pas d’avocat qui expliquera doctement que ses propos sont mal interprétés, retirés de leur contexte, et je vous en passe. Il faut avoir de l’estomac et de la patience pour lire les mémoires et écouter les plaidoiries de ces gens… Il faut aussi des magistrats qui ne seront pas frileux devant les conséquences de leur rendu de justice, et capables de dire leur fait à tous ces gens.
      Cela dit, vous avez raison, il faut tenir et ne pas lâcher. La loi est un outil qui s’use si on ne s’en sert pas.
      Mais j’avoue que je suis lasse devant cette tâche qu’il faut toujours relancer.

      Répondre
      1. Mésange

        Merci Petit Bleu pour ces rappels à la loi.

        Même si tu es lasse, même si tu doutes, Cath, continue tes relances, continue tes batailles.
        Si ceux qui croient en la fraternité et en la liberté de chacun d’exister en étant vrai et non en se conformant au bon vouloir des bien-pensants, si ceux qui croient dans l’éducation, dans la culture comme moyens d’ouverture au monde et aux autres, si ces gens-là baissent les bras, les femmes, les enfants, les LGBT, les non-blancs… mais aussi les handicapés, les gens pauvres, les gens âgés, les patients maltraités… (liste non exhaustive), tous auront encore plus de difficultés à faire respecter leurs droits, à prendre la place qui leur revient, toute leur place.
        Déjà, certains droits acquis leur sont contestés, alors ceux qui ne sont pas encore acquis, pfiou… il y a encore bien du travail pour les faire reconnaître. Et donc besoin de bras, besoin de voix, comme celle de Baptiste en tant que personne « connue », mais aussi comme la tienne, Cath, comme celle de millions d’anonymes. Il y a besoin de porte-paroles mais il ne peut y avoir de porte-paroles que s’il y a des gens derrière partageant les mêmes idées.
        Caresses de plumettes en guise d’encouragement à tenir bon

        Répondre
  37. alcina

    Petit Bleu, je crois bien que c’est la première fois que j’ai envie de faire la bise à un fonctionnaire de police ;-))

    Merci pour ce rappel des textes de loi !

    Répondre
  38. Hikk

    Je vous passe ce confrère médecin qui demande sur ce même groupe si quelqu’un connaît mon adresse car
    Il souhaite m’envoyer de l’Anthrax par la poste…).

    ca ne change pas grand chose, ca répartit juste différemment les idées négatives, mais le médecin qui demande une adresse précise pour envoyer de l’anthrax, ne réagit-il pas au poste de la personne d’avant (amisdurefuge) qui dit écrire à l’ordre pour le médecin X à ville Y ? Et donc pour avoir l’adresse du docteur X ?

    Bon courage dans la tempête.

    Répondre
    1. Cath

      Je ne comprends pas la question. Peut-être pas bien réveillée et je ne comprends vaguement le paradoxe de Condorcet qu’en lisant le mode d’emploi.
      Cela dit, un médecin qui suggère d’envoyer de l’anthrax à un confrère parce que celui-ci ose discuter et prendre la défense de gens dénigrés par un cercle de bien-pensants ( qui n’a pas l’air de se tenir au courant des travaux de l’OMS (organisation mondiale de la santé, au cas où l’un d’entr’ eux lirait nos échanges)) mérite-y-il encore le titre de médecin ?
      Je m’interroge.
      Décidément, les matins sont moroses sous ce froid de gueux. 🙁

      Répondre
  39. Petit Bleu

    J’avoue que j’ai du mal à voir qui est la cible de cet internaute qui se croyait certainement très drôle en écrivant :
    « Une adresse précise pour envoyer un peu d’anthrax ? »

    Déjà 1, ce n’est pas drôle, 2 cela peut entraîner des poursuites pénales. Dire à quelqu’un qu’on va le tuer en étant sous le coup de la colère, c’est une chose qui peut arriver à tout le monde. Mais l’écrire en est une autre, surtout si l’on vise une personne en raison de son orientation sexuelle vraie ou supposée.

    Le métier de policier est fondamentalement violent (dans un sens comme dans l’autre) et je ne prétends pas que nous ayons un humour empli de finesse et de subtilité, mais nous savons faire la différence entre la sphère publique et privée.

    Ce que je pense de l’homosexualité ne regarde que moi. J’ai le droit d’être pour ou contre, ou même les deux, ou même aucun et j’ai le droit de donner mon avis. C’est une liberté fondamentale.
    Mais ça ne me donne pas le droit d’insulter, humilier ou menacer des personnes en raison de leur orientation sexuelle. A plus forte raison si c’est fait par écrit et publié.

    Prenons un exemple simple.
    J’ai le droit de dire et d’écrire:
    1) « Je suis contre l’arrivée massive de Mexicains dans mon pays et je vais construire un mur pour les empêcher d’entrer. »
    Par contre je n’ai pas le droit de dire où d’écrire:
    2) « Tout les Mexicains sont des tueurs et des violeurs »
    La première phrase est un avis qui peut ou non se débattre mais n’est en rien répréhensible. La deuxième est clairement une insulte visant une ethnie spécifique, ce qui est illégal.

    Chaque individu, normalement éduqué et civilisé, est responsable de ses actes et de ses propos. Il est grand temps que certains les assument, devant la justice si nécessaire.

    Enfin pour information et je m’adresse plus particulièrement aux jeunes LGBT qui auraient peur d’entrer dans un commissariat ou une gendarmerie pour déposer plainte, sachez que vous avez toujours la possibilité de déposer plainte auprès du Procureur de la République dont vous dépendez.

    Répondre
    1. Orso.

      Petit Bleu votre commentaire est juste trop génial ! (Je suis obligée d’écrire un commentaire puisqu’il n’y a rien qui permet d’approuver ce que vous dites autrement)
      Quoiqu’il en soit j’aime vraiment venir lire les commentaires sous les articles de Bibi. Y’a vraiment de superbes personnes.

      Répondre
  40. Andrée

    Bonjour,

    Difficile de vous joindre, j’ai tenté sur FB mais pas de réponse aussi, j’essaie sur cette page.
    Pourriez-vous me joindre par mail SVP, il s’agit d’une invitation à un festival littéraire.

    Je vous remercie
    A très vite

    Cordialement

    Répondre
  41. Dewallens

    C’est un article très intéressant que tu as ecrit. Je suis en seconde et en EMC j’ai du faire une exposition sur « la marche vers l’égalité des homosexuelles  » . J’ai pris la liberté de le renommer » la LONGUE marche vers l’égalité des homosexuelles » . Malheureusement je passe à l’oral demain. Je pense que si c’était à refaire après avoir lu cet article, j’insisterais plus sur le fait que cette marche n’est pas terminé, qu’il ne sont toujours pas considéré comme les autres… Merci Batiste pour cette article j’admire ta sincérité et ton bon sens tu reste lucide et prend du recul et j’aime beaucoup ça

    Répondre
  42. sarah

    Je viens de lire la réponse qu’a écrite Virginie Despentes à Jospin en 2012 sur le non-mariage-pour-tous … en voici un extrait :
    « Je ne vois aucun autre mot qu’homophobie pour décrire ce que je ressens d’hostilité à mon endroit, depuis quelques mois qu’a commencé ce débat. J’ai grandi hétéro, en trouvant normal d’avoir les mêmes droits que tout le monde. Je vieillis gouine, et je n’aime pas la sensation de ces vieux velus penchés sur mon cas et me déclarant « déviante ». J’aimais bien pouvoir me marier et ne pas le faire. Personne n’a à scruter à la loupe avec qui je dors avec qui je vis. Je n’ai pas à me sentir punie parce que j’échappe à l’hétérosexualité. »
    http://www.thierry-niang.fr/Virginie-Despentes-repond-a-Lionel

    Répondre
  43. Petit Bleu

    Je peux comprendre qu’on s’oppose au « mariage pour tous » pour des raisons religieuses mais je ne comprends pas comment quelqu’un qui se prétend républicain ne voit pas dans cette loi une application de la Constitution.

    Tout le monde connaît le 1er article de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen mais beaucoup semble en ignorer la suite :

    Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

    Art. 5. La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

    Art. 6. La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

    La DDHC de 1789 est inscrite en préambule de la Constitution de la Vème République de 1958. Aucune loi ne peut être promulguée si elle va à son encontre.
    Voici donc un argumentaire très simple:
    Article 6, tout les Citoyens sont égaux devant la Loi. Même les homos.
    Article 5, la Loi ne peut interdire que ce qui est nuisible pour la société. Si l’homosexualité n’est pas nuisible à la société (depuis le 4 août 1982) il est difficile de prouver de façon objective que le mariage homosexuel l’est.
    Article 4, si le mariage homosexuel ne nuit pas à la société, alors chaque citoyen doit en avoir le droit.

    Ce n’est pas moi qui dit que si un hétérosexuel a le droit de se marier alors un homosexuel en a aussi le droit, c’est la Constitution.
    Tous libres et égaux en droit… C’est marrant mais ça me rappelle quelque chose.

    Répondre
  44. marjitj

    je viens de lire ton article, et je suis sur le cul de lire ce que ce médecin à pu écrire (qui même après ton analyse reste quand même des propos violents) et tous les commentaires…
    Je ne suis pas vraiment réseaux sociaux, je suis donc passé à côté de tout ça…
    Alors juste merci Bibi, merci d’être toi et de continuer à te battre en étant bienveillant.
    Parce que tant qu’il y aura des personnes comme toi, je continuerai de croire en un monde meilleur.
    Et je t’envoie mon courage pour continuer ces combats.
    Merci

    Répondre
    1. Marie-Noelle

      Excusez-moi si mon précédent commentaire semble déplacé mais je viens pour la première fois sur ce blog et j’ai vu la photo du capitaine Igloo avec le commentaire de Baptiste qui disait « je ne sais pas ce qu’il fait ici(le capitaine Igloo) » et j’ai juste commenté ce commentaire et la photo, pas l’article…
      mais mon commentaire est tout de même valable AUSSI pour l’article… du soleil et des sourires…. oui, on en manque…

      Répondre
  45. julie

    partagé.. Merci DOCTEUR ou plutôt MONSIEUR Beaulieu… Je reste adepte du « ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse »; Malheureusement beaucoup (trop!!! ) l’oublient..A appliquer, préserver et transmettre: devoir de mémoire, bon sens, humanité…et beaucoup plus encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *