Toute est un et tout est une.

Photo : « Les amoureux de Hasanlu ». Site archéologique. Iran

Alors voilà j’étais externe, j’étais presque un gamin quand j’ai lu sur un dossier à la case « Antécédents » de mon patient : « cancer du sein droit opéré ».
J’ai bien ri.
– Regarde ! Les cons ! Ils ont dû inverser les dossiers ou j’sais pas quoi !… Zont mis « cancer du sein » alors que mon malade est un homme. Si ça se trouve y a une patiente qui se promène quelque part avec marqué « cancer de la prostate » !…
Mon pote a ri, j’ai ri, on a ri.
Puis je suis entré dans la chambre.
C’était un homme d’une quarantaine d’années, plutôt sympa, grosse moustache et sourire gouailleur dessous.
– B’jour M’sieur !
J’ai montré son dossier en le tapotant d’un air docte :
– Comment va la poitrine ?
J’ai cru qu’il allait rire. Ben non. Il m’a dit que ça allait mieux et que les derniers résultats étaient encourageants. Puis il a retiré sa chemise.
Un téton à gauche, bien sûr, mais pas à droite.
Au niveau du téton droit se trouvait une grande cicatrice. Belle et propre. Un bout de thorax replié et recousu sur lui-même.
Il était un peu gêné quand même…
Pas autant que moi, bien sûr.
Je suis rentré chez moi, j’ai ouvert mes livres et fait mes
recherches…

Données factuelles et scientifiques (ou le moment le plus rébarbatif de cette anecdote mais vous allez voir ça se lit vite et c’est pas trop chiant) :

« 99 % des cancers du sein touchent les femmes.
Le cancer du sein chez l’homme est rare. Moins de 1 % de tous les cancers du sein. »

Mais ça existe…

Je me souviens de ces mots, lus sur le papier, et de cet homme, vu sur le lit d’une chambre d’hôpital.

J’ai refermé mon livre avec incrédulité. Je venais de comprendre quelque chose d’incroyablement beau, d’incroyablement fort et de vraiment, vraiment, vraiment incroyablement réconfortant pour le reste de ma vie : à bien des égards, l’homme est une femme comme les autres.
Alors tout irait bien.

103 réflexions au sujet de « Toute est un et tout est une. »

  1. Mélodie

    Petite correction : « Données factuelles et scientifiques (OU le moment » : ou sans accent 😉
    J’ai appris ça cette année (en paces), heureusement qu’il ne l’a pas trop mal pris !
    Bonne continuation

    Répondre
    1. Cath

      Ah mais oui. Mélodie Nelson 😉 a raison.
      Nous avons ici affaire à un choix, non au temps ni au lieu.
      C’est bien de prendre en compte ces petites gracieusetés de la langue, qui peuvent changer mesquinement le sens d’une phrase, d’un énoncé.

      Cela dit, la femme étant l’avenir de l’homme, il est donc permis de ne pas désespérer du genre humain. C’est vraiment très réconfortant, je paraphrase sans scrupule !

      Répondre
  2. lmlavie

    A toujours vouloir plaisanter,on finit souvent par se retrouver comme des  »cons »!!! Je te rassure,c’est tout à fait le genre de »gaffe »que j’aurais pu commettre à ton âge(de l’époque!):-) Tu t’en es bien sorti malgré tout,faut positiver!:-) Une semaine qu’on attendait une nouvelle histoire…Je suppose que tu devais avoir mal aux cheveux après tes soirées festives…C’est la seule excuse acceptable!!! Bises Baptiste!

    Répondre
  3. Mamzelle V.

    Bonsoir,
    Je croyais moi aussi au début que ce serait une histoire de trans mais finalement cette version est bien plus instructive, sur le plan humain plutôt que sur le plan médical d’ailleurs. Par contre, docteur B., GARE A VOUS ! Si certains pisse-froid, qui se reconnaîtront, lisent votre article (sont-ils assez évolués pour ça ? => sujet de ma prochaine thèse, promis) ((z’avez vu comme dire « prochaine » suppose habilement que j’en ai déjà écrit une ?)) (((z’avez vu aussi comme je manie bien le polyparenthésisme, en plus ?)))
    Bref, si certains bas-de-plafond lisent cet article, vous allez vous retrouver cloué au pilori, accusé de prôner le mariage pour tous, la confusion des genres et autres âneries car « Oui môssieu, si Dieu il a voulu qu’Adam et Eve soyent différents, c’est pas pour que vous veniez dire à nos z’infints que l’homme a des seins, mécréant ! » Moi, je dis ça, je suis pour la paix dans le monde et dans les chaumières mais vraiment, vous devriez faire gaffe. 😀
    Une fois de plus, merci pour cette anecdote pleine d’humanité et d’humilité.

    Répondre
  4. Marion

    Ce texte est très beau, comme souvent…
    Ce qui me touche c’est cette idée que dans chaque homme il y aurait une femme, fragile et dans chaque femme un homme fort. Et bizarrement, je ne me sens jamais autant en sécurité que lorsque je suis avec un homme qui accepte sa part de féminité…
    Ce qui me touche également c’est d’imaginer cet homme qui doit faire preuve d’un immense courage pour vous montrer sa cicatrice, ça force le respect, et je trouve qu’avec ce texte vous lui montrez combien vous le respectez pour ce courage, vous lui montrer combien il est digne quoi qu’il en soit.
    Merci pour ce joli texte émouvant.

    Répondre
  5. Agdel

    J’avais vu ces statistiques un jour que je cherchais à rassurer mon pré-ado, 13 ans et une petite mammite, fréquente paraît-il chez les garçons de cet âge… lui m’avait d’emblée dit qu’il avait peur d’avoir un cancer !
    J’ai lu aussi à cette occasion que ces messieurs ont parfois le plus grand mal à obtenir une mammographie, on leur raccroche au nez, croyant à une blague. La double-peine, en quelque sorte !

    Répondre
    1. Isabelle

      J’ai toujours su que les garçons avaient des seins car mon frère a été opéré à 2 mois d’un abcès au sein… et on en a beaucoup parlé dans la famille ; et comme Agdel nos 4 fils ont tous fait (bébés) ces petits passages de mammite, seins un peu gonflés quelques jours. Sympa de voir une fois de plus que ce que nous savons est nouveau pour les autres 😉

      Répondre
  6. Rofine

    Merci Baptiste de pointer du doigt ce 1% de cancers du sein chez les hommes.
    Mais alors, où est la différence hommes/femmes ? Dans le dosage des hormones testostérone/oestrogènes ?
    Dans l’éducation donnée par les parents ?
    Qui fabrique les « machos » ? La société ? L’école ?
    Cela fait du bien de reconnaître la part de féminité, de sensibilité, d’émotion chez l’homme.
    Il ne peut pas porter pendant 9 mois un futur bébé mais il est capable de tendresse et de s’occuper de lui aussi bien que sa maman.
    Je comprends que des pères séparés se battent pour avoir la garde de leur petit.
    La justice doit encore évoluer sur le partage équitable de la garde des enfants entre la mère et le père…

    Bises Baptiste

    Répondre
  7. marie

    le yin et le yang en équilibre… en chacun de nous et le monde serait sauvé mais plus que les mots, la photo que tu joints a ce post active le cortex… ce peut-être un couple qui s’aimait mais l’un ou l’une est mort(e) de mort violente et on dirait que l’autre est venu(e) se blottir dans les bras de l’agonisant et qu’il elle lui dit  » ça va aller n’ai peur de rien, je suis là » …
    elle est vraiment belle cette image, intemporelle… incroyable

    Répondre
  8. Oriane

    Bonjour,
    Ca ne sera sans doute pas une consolation, mais chez les vétérinaires, c’est incroyable le nombre de gens qui avant de venir, ont essayé par tous les moyens d’enlever une tique à leur chien (il y en a même un qui avait échappé de peu aux brûlures de cigarette), et qui, lorsque le véto leur fait remarquer que, si la « tique » résiste, c’est essentiellement parce que c’est une mamelle, s’exclament avec incrédulité : « mais c’est un mâle ! ».

    Répondre
    1. Cath

      Là, quand même, la bêtise…
      A se demander si les gens lisent, ou écoutent tout simplement à l’école ( on doit bien expliquer la classe des mammifères, non ?). Ou se regardent dans un miroir.
      Sais pas moi. J’en suis abasourdie.
      Finalement, l’avenir n’est pas si rose. Il y a encore du boulot, encore et toujours.

      Répondre
      1. AnnC

        D’ailleurs en général, on leur répond « vous vous êtes déjà vu dans un miroir ? » ou « Vous avez bien un mari ? Il a des tétons lui aussi ? ». Et les gens se sentent c***, faut bien le dire ;).
        A leur décharge, tous les mammifères mâles n’ont pas de tétons visibles (le cas des rats par ex) !!!
        Sinon ça m’étonne pas, justement parce que j’ai déjà vu une tumeur mammaire chez un chat mâle, ben oui…

        Répondre
        1. Cath

          Ah tiens, je ne savais pas pour les rats. Faut dire que jen’ai pas trop eu l’occasion de leur gratouiller le ventre, avec trois chats à la maison… Et non, pour les affreux qui y penseraient, je n’ai pas peur ni des souris ni des rats. C’est bête, mais c’est comme ça. 😉

          Répondre
  9. saur

    La photo est-elle un montage?merci pour l’histoire,c’est vrai qu’une semaine ça commençait à faire long même si j’étais très occupée !

    Répondre
  10. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Merci pour ce post qui m’a appris que ce 1% existait. Si on m’en avait parlé j’aurai aussi cru à un canular.
    @agdel parle de double peine et je suis sûr qu’à la difficulté psychologique de ces moments là, doivent s’ajouter celles des moqueries qui ne doivent pas manquer de se produire.
    La bise

    Répondre
    1. Cath

      Mais finalement, pourquoi les hommes ne seraient-ils pas victimes de ce cancer ? Ils ont eux aussi des seins, ils y sont donc aussi vulnérables. Cela me semble tristement logique, hélas.
      Bien sûr, une femme ne peut avoir de cancer de la prostate puisqu’elle n’en a pas. Mais elle a un utérus, et pas l’homme. Encore logique. Hélas aussi.

      Répondre
  11. Ahava

    Je suis vraiment désolée d’être aussi primaire, mais je ne vois pas en quoi c’est réconfortant.
    Ça n’empêche pas d’apprécier le reste du texte et l’image, mais je tenais à savoir.

    Répondre
    1. marie

      sans faire une généralisation,un homme est dans bien des cas nettement plus charmant lorsqu’il exprime sa part de féminité , ah la belle affaire me direz vous , c’est quoi sa part de féminité? d’exprimer ses sentiments, c’est pas mal ça, plutôt que de penser qu’on pense que dans sa tête c’est comme ci ou comme ça , alors que non, nous ne sommes pas extralucides, on ne sait pas comment ils rangent leurs étagères!!!
      je remarque aussi que les femmes sont plus combattives et résistantes devant les coups du sort, les hommes sont toujours plus douillets ou moins endurants.
      Leur malheur est qu’ils ne quittent jamais les jupons des femmes…trop protectrices
      Mais ALORS quid de Mme Thatcher ?

      Répondre
  12. Cécile

    Très peu le savent en effet.
    Et quand, ce cancer du sein masculin est fatal (et oui, ça arrive aussi)… Triple peine.
    Minimum.

    Répondre
  13. LOve Paris

    Bonjour,
    une petite info sur la photo? Mon imagination lui construit toute une histoire mais elle vient d’où? D’avance merci !

    Répondre
  14. Fafa

    La différence est dans la glande mammaire je crois, et non pas dans le sein…
    On aurait aussi pu avoir un syndrome de Tuner ou Klinefelter tardif, non? (c’est alambiqué mais why not?)
    Première fois que je post, mais lectrice assidue so RYS!

    Répondre
  15. Julia

    Et bien, je ne veux pas causer un polémique digne des Anti-Théorie du Genre, mais voilà un article qui peut expliquer la possibilité d’un cancer du sein chez un homme (je ne suis pas médecin ou biologiste, mais je pense que c’est lié): http://www.slate.fr/story/39011/lait-paternel
    Comme vous l’avez dit, à la fin de votre article: « A bien des égards, l’homme est une femme comme les autres. » A bon entendeur… 😉

    Répondre
  16. K.

    Quelqu’un qui m’est chère s’est battue de toutes ses forces contre un cancer du sein, c’était une femme courageuse. Moi aussi plus jeune, je pensais que le cancer du sein ne touchait que les femmes. Et puis un jour, j’ai vu un ami de la famille (un homme) torse nu, un téton en moins. Je savais qu’il avait eu des soucis de santé et là, le réveil. Cette maladie n’épargne personne. Mais un jour, un jour, on s’en débarrassera.. et on se rappellera de l’anecdote du Docteur B.B. et on se dira: « Ah oui le cancer! à cette époque on ne pouvait garantir une guérison! heureusement les choses ont changées!!  » 🙂
    ps: j’espère vous croiser à Montpellier cher Baptiste!

    Répondre
  17. Myriam FdF

    Il y a une bonne trentaine d’années, mon grand père, veuf à l’époque, a disparu pendant quelques jours. A son retour, il a parlé d’une petite intervention, sans vouloir en faire dire plus. Mon père, fou d’inquiétude a été voir le médecin, qui a fini par lui dire que notre « patriarche » avait été opéré d’un cancer du sein… à sa grande honte : sa virilité en avait pris un coup. D’où son silence et son refus de nous tenir au courant. Ceci explique peut-être cela, ce cancer est pratiquement inconnu parce que nombre de ces messieurs l’assument très très mal…

    Répondre
  18. Carole

    Pendant mes études de sage-femme il y a quelques années, j’ai croisé un homme d’une soixantaine d’années dans le service de gynécologie, opéré pour cancer du sein. Il répétait souvent, un sourire au coin des lèvres : « vous ne devez pas en voir beaucoup ici des hommes! Et quand je dis à mes visites de venir dans votre service, ça fait rire! » Nous aussi, soignants étions un peu déroutés au début, mais il faisait vite oublié cette gêne! Merci Baptiste de m’avoir rappelé cet épisode avec ce beau texte.

    Répondre
  19. Ahava

    La photo me rappelle les dernières lignes de Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo :

    Deux ans environ ou dix-huit mois après les événements qui terminent cette histoire, quand on vint rechercher dans la cave de Montfaucon le cadavre d’Olivier le Daim, qui avait été pendu deux jours auparavant, et à qui Charles VIII accordait la grâce d’être enterré à Saint-Laurent en meilleure compagnie, on trouva parmi toutes ces carcasses hideuses deux squelettes dont l’un tenait l’autre singulièrement embrassé. L’un de ces deux squelettes, qui était celui d’une femme, avait encore quelques lambeaux de robe d’une étoffe qui avait été blanche, et on voyait autour de son cou un collier de grains d’adrézarach avec un petit sachet de soie, orné de verroterie verte, qui était ouvert et vide. Ces objets avaient si peu de valeur que le bourreau sans doute n’en avait pas voulu. L’autre, qui tenait celui-ci étroitement embrassé, était un squelette d’homme. On remarqua qu’il avait la colonne vertébrale déviée, la tête dans les omoplates, et une jambe plus courte que l’autre. Il n’avait d’ailleurs aucune rupture de vertèbre à la nuque, et il était évident qu’il n’avait pas été pendu. L’homme auquel il avait appartenu était donc venu là, et il y était mort. Quand on voulut le détacher du squelette qu’il embrassait, il tomba en poussière.

    Répondre
      1. Cath

        C’est vraiment curieux parce que j’ai pensé à la même chose, mais en me remémorant les derniéres images du film interpreté par Anthony Quinn et Gina Lolobrigida. Cela m’avait vraiment marquée, et je crois qu’effectivement, le narrateur citait cet extrait.

        Répondre
        1. Ahava

          Ça me fait plaisir de vous faire plaisir. 🙂
          J’avais vu le film et il m’avait déçue par rapport au livre, c’était super mal joué !

          Répondre
          1. Cath

            Je devais avoir 10 ans à l’époque. Alors pour ce qui est de la critique cinéma, ça me volait bien au-dessus des couettes… Mais l’image finale m’avait impressionnée, celles de ces deux squelettes tombant en poussière pour écrire le mot fin. Snif.
            Depuis, j’ai lu la version BD de Gotlib. Ça change la perspective, bien sûr 🙂

  20. Léa

    C’est pas pour faire ma rabat-joie ( un peu quand même, mais j’estime avoir le droit je sort d’une journée de concours, le fameux concours ) mais moi je suis en P1 et je le savais !!! ( L’auto lancer de fleur est bon pour la santé, si si )

    Répondre
      1. Rofine

        @ Léa : un grand bravo à vous !!!
        Comme Cath, je participe avec joie au grand lancé de fleurs de toutes les couleurs !!!

        Grosses bises à vous.

        Mamie Rofine

        Répondre
  21. Muriel

    dans tous les cas, le cancer du sein est la somatisation d’une très vive inquiétude pour un proche. Quand c’est le sein gauche, c’est pour un enfant. Quand c’est le sein droit, c’est pour son conjoint. Dans la biologie basique, produire du lait c’est sauver la vie du petit qui risque de mourir de faim. Quand c’est un homme qui produit du lait ou qui développe un cancer du sein, c’est que cet homme est spécialement maternant vis-à-vis de son entourage dans un contexte de danger ressenti par lui. En général, l’entourage ne prend pas la mesure de cette inquiétude car elle n’est pas verbalisée.

    Répondre
    1. Albigène

      @Muriel

      Je ne suis pas médecin….mais je ne suis pas sûr que Baptiste valide vos affirmations ; Il semble que de nombreuses pathologies apparaissent comme liées à des frustrations, des traumatismes ou des conflits. (de canard dans le Sud Ouest…)
      Dans le cancer du sein on suspecte un déterminisme partiellement psychogène ; c’est ce que j’ai lu. Je lis beaucoup de revues de médecine. Mais de là à trouver un lien évident de cause à effet ?? Qu’est ce qui vous autorise à avancer de telles affirmations (sans conditionnel) ; j’ai dans ma famille deux femmes qui ont été touchées par le cancer du sein, toutes les deux avec une tumeur au sein gauche. Elles n’ont pas d’enfant… Ces théories me font tristement penser à celles qu’avançait le sinistre Docteur Ryke Geerd Hamer ….

      Répondre
    2. monkaleidoscope

      bonjour
      je suis très dérangée par ce post :
      que « dans tous les cas », un cancer soit une somatisation n’est en aucun cas une vérité démontrée et, que je sache, ça n’est pas non plus un constat empirique qui serait paratgé par la plupart des patients ou des médecins
      que le cancer du sein aie une signification psychologico-relationnelle bien particulière me parait constituer une affirmation tout aussi peu rigoureuse
      et je n’ose imaginer le niveau de culpabilité ou de malaise que de telles affirmations, assénées d’une telle façon, pourraient crèer chez les personnes malades ; dans tous les cas, je ne vois pas comment ces personnes pourraient recevoir que TOUTES souffrent d’un même chagrin ou d’une même problématique qui serait la cause de leur même pathologie
      après, que les maladies hormono dépendantes soient agravées, ou que leur apparition soit facilitée, par le stress … pourquoi pas ? on cherche toujours à qualifier les liens entre le système immunitaire et le système hormonal, dit-on, alors peut être …
      attention svp à ne pas enfermer les maladies dans la seule expression d’une difficulté à vivre (ce qui fait courir le risque de ne pas chercher plus avant les causes et les remèdes)
      et attention aussi svp à ne pas non plus enfermer les personnes atteintes de maladie dans une seule et même dynamique psychologique (ce qui ramènerait l’ensemble de ces personnes malades dans un seul et unique « groupe » homogène de personnalités)
      « chosifier » la maladie ou les gens est un terrain qui me semble très tendancieux

      Répondre
      1. Albigène

        @monkaleidoscope
        J’ai toujours été fasciné par les kaléidoscopes…A 60 balais et des poussières…. je m’émerveille encore en lorgnant dans ces tunnels magiques.
        Je me sens moins seul après vôtre post… Merci. J’avais répondu hier à cette personne en essayant de garder le calme et une zen attitude certaine. Ces théories fumeuses sortent la plupart du temps de la bouche de manipulateurs, petits ou grands gourous et font bien des dégâts. A l’image de Goebbels ces voyous mettent en pratique ce qu’affirmait le ministre de la communication d’Hitler : « pus le mensonge est gros, plus il passe… » Et ça marche !
        Je consacre mon temps à combattre les dérives sectaires. Je faisais allusion dans ma réponse au Dr Hamer (radié et condamné) . Celui ci affirmait que le cancer était toujours d’origine psychologique, suite à un choc émotif violent ou un conflit. C’était déjà outrancier. Mais ce qui lui a valu sa condamnation et son emprisonnement est qu’il prônait une cessation radicale des soins tels la radiothérapie et la chimiothérapie au profit d’une guérison « psychologique ». Il prônait notamment la psycho généalogie pour soigner cancers, sida, sclérose en plaques et j’en passe…J’évoquais un jour en visite chez mon généraliste le passif de cet homme. Il m’avait répondu l’air accablé : Hamer a tué mon meilleur ami….
        Il n’est malheureusement pas le seul à mettre des malades sous dépendance puisque d’autres ont pris le relais. Je ne les citerai pas ici. Pour de multiples raisons que je ne peux pas exposer. Mais il y a deux ans, nous avons reçu à l’antenne toulousaine de nôtre association une femme en détresse dont la fille avait dépensé une fortune et arrêté une trithérapie entamée pour soigner son sida après avoir rencontré deux ans auparavant un disciple du Dr Hamer, ex-médecin homéopathe radié par le conseil de l’ordre.
        Je crains fort que « Muriel » auteur de ce commentaire n’ait croisé la route d’un de ces charlatans…. pour écrire de telles inepties ; j’ai cru un moment que c’était du second degré. Mais j’ai vite vu que nous n’étions pas le 1er avril…
        J’ai découvert vôtre blog avant d’écrire ici. j’y retourne, il me paraît passionnant.

        Répondre
        1. Isabelle

          Comme vous aviez répondu à Muriel, je ne me suis pas sentie de le faire mais je suis d’accord avec vous et avec monkaleidoscope, je suis très gênée par le « dans tous les cas ». ça aurait pu passer avec un « parfois, il arrive que… » mais là, ça coince. Bises

          Répondre
        2. monkaleidoscope

          cher Albigène
          merci infiniment de votre réponse
          merci de votre visite, que j’espère se renouveller
          et, surtout, merci INFINIMENT de vos actions auprès des malades et contre les sectes
          certaines maladies frappent « fort » quand elles croisent notre route … si, en plus, on rencontre, à ces moments, des gens qui rajoutent à ça un « coup » au psychisme, là ça devient vraiment affreux
          alors, encore MERCI

          Répondre
      2. Muriel

        le jour où j’ai appris que ma mère avait un cancer, j’ai été catastrophée. Le lendemain matin, j’avais une grosseur de la taille d’une grosse noisette sur le sein droit, à deux centimètres du téton. La grosseur affleurait la peau. J’ai pressé un peu. Il est sorti une sorte de « lait ». J’ai compris tout de suite que mon corps croyait pouvoir sauver la vie de ma mère en lui donnant du lait maternel. Dans la nature, un nouveau-né qui n’est pas allaité meurt de faim rapidement. J’ai dit à mon sein droit que j’allais chercher d’autres manières de venir en aide à ma mère. Trois jours après, la grosseur était complètement résorbée. Comment ne pas croire aux réactions biologiques du corps face aux stress?
        Le décodage biologique est une méthode d’investigation plutôt pointue et chaque situation doit être élucidée minutieusement. Parfois, l’explication n’est pas celle proposée par les cas référencés.
        Ce que je voulais dire, c’est que je crois que les maladies n’arrivent pas par hasard. La médecine qui lutte contre les symptômes aurait de meilleurs résultats en identifiant aussi les causes.

        Répondre
  22. Maya

    Bonsoir Baptiste . C’est beau ce que vous dîtes , que l’homme est une femme comme les autres , mais c’est loin d’être l’opinion de Monsieur tout le monde . Dans chacun de nous il y à une part de féminité et de virilité … La cacher , l’étouffer , la taire est à mon sens une erreur. Nous sommes nés identiques , c’est par la suite que les choses se dégradent , avec l’éducation , la société , les traditions , etc etc … Et c’est dommage ! Peut-être qu’au troisième millénaire nous aurons fait des progrès , qui sait ? J’avais déjà entendu qu’il existait de rares cas de cancer du sein chez l’homme , c’est pas banal en tout cas… Merci pour tout ce que vous êtes et pour tout ce que vous faîtes … Bises.

    Répondre
  23. elwynn

    et on ne se sens jamais aussi épanouie que quand on assume cette autre part.

    je joue au rugby depuis 6 ans et je DETESTE m’entendre dire que ce n’est pas un sport pour une femme, qu’une femme rugbywoman c’est pas jolie. Oui on a des épaules, un cou et des cuisses plus forts que les femmes qui n’en font pas mais on restent belles pour autant. Je me bats tous les jours avec ma famille (qui m’adore et que j’adore pourtant) contre ce stereotype, avec certains amis, rugbymen eux-mêmes.

    La femme est aussi un homme comme un autre.

    Merci Baptiste pour ce post. Cela fait du bien de voir un homme penser ainsi.

    La bise

    Répondre
    1. Cath

      Bah, des épaules, des cuisses plus fortes, que ce soit au rugby ou à la natation, la pratique d’un sport ou d’un art laisse toujours sa marque sur le corps de celui qui pratique. Un peintre ou un musicien ont aussi les doigts qui correspondent à leurs pratiques. L’important, c’est d’aimer ce qu’on fait.

      Et puis l’avantage du rugby, comme pour le judo d’ailleurs, c’est qu’on hésite peut-être à vous chatouiller, non ? Encore qu’un moment de distraction est si vite arrivé…
      Moi, j’ai des mollets de marcheuse à mon corps défendant ( je me rêvais sylphide), quand je me tapais 4 à 5 km de marche par jour pour aller au lycée (d’une colline à l’autre). Mon grand-père, qui avait pratiqué rugby et boxe dans sa folle jeunesse, en plus d’apprendre le tango pour séduire ma grand-mère, me l’a fait remarquer avec le sous -entendu que les jolies jambes féminines, hein… J’ai failli être mesquine et l’inviter à aller chercher lui-même sa citronnade au lieu de se prélasser dans la balancelle en été. Mais soyons honnêtes, je lui ai quand même balancé une vacherie à l’occasion, ou piqué sa part de tarte aux abricots, sais plus. Faut pas jouer avec la bête 😉

      Répondre
      1. elwynn

        @ Cath: eh non, je me suis deja fait méchamment chatouiller comme vous dites si joliment. 1m60 ca impressionne pas les hommes et le problème du rugby c’est qu’on est trop grande gueule. J’avais trop confiance en moi pour penser qu’un homme (femme) qui veut cogner ne respecte pas de règles comme sur un terrain. J’ai appris. Mais cela est une autre histoire.

        Et oui, les stereotypes ont la vie dure. Il nous faudrait être grande, sylphide, les cheveux longs et parfaits ^^.

        En attendant cette semaine j’arbore fièrement mon coquard, durement gagne sur le terrain. Et pour compenser, manucure parfaite et tenue girly.

        De jolis mollets fermes de marcheuse c’est bien plus joli que les pattes de sauterelles anorexiques des « models » que l’on voit a la tele. Cela raconte une histoire, de la vitalité, de la vie quoi.

        Bises

        Répondre
        1. Cath

          Si c’est une consolation, je suis -selon les avis concernés- grande, et ça n’impressionne pas davantage. Grande g… aussi, mais moi j’ai l’air méchant, ça aide parfois. Disons que ça surprend l’auditoire. Mais le plus important dans ces cas-là, c’est de ridiculiser l’andouille aux yeux de ses pairs.

          Et oui, celui ou celle qui veut cogner ne respectera jamais, absolument jamais, les règles. Donc, ignorer avec mépris, ou alors avoir la bate de base de baseball prête à l’emploi ou le sac à main chargé – ça, je l’ai toujours à portée de main.

          Bon pour le coquard, il faut juste lancer la mode.
          Pour consoler, et pour suivre le mythe de la faible femme. Un souvenir me revient.

          Il faut dire que je travaille dans un environnement essentiellement masculin quoiqu’international.
          Je devais donc démonter une lourde armoire, et deux copains qui partageaient accessoirement mon bureau, se proposent de me donner un coup de main, fort gentiment. L’un genre costaud maître nageur judo, l’autre plus menu, mais qui n’avait rien à craindre non plus. Comme il se doit, je me barre pendant que ces messieurs oeuvrent, histoire de ne pas les gêner.
          J’entends le dialogue suivant « tu tiens ? Oui. » Suivi d’un grand bruit.
          Je me précipite pour constater que le grand costaud se tient la tête et qu’il s’est chopé un coquard mahousse, tandis que le plus frêle lui explique « je croyais que tu tenais le machin moi ».
          Bon, on met de l’eau froide, sans doute un peu d’arnica (oui, en dosettes homéopathiques) et nous continuons de vaquer.
          Le lendemain, le copain arrive avec un oeil au beurre noir d’anthologie.
          Et se pointe un Belge (c’est vrai) qui lui demande ce qui s’est passé. Le copain, pince sans rire lui annonce tout de go que je lui ai filé une baffe. Et moi, sans me démonter  » j’ai pas aimé ce qu’il a dit, alors ça lui apprendra ».
          La tronche du Belge… C’est qu’il a fallu qu’on lui explique qu’on avait plaisanté, que c’était un accident, et que ce n’était pas la peine de raser les murs quand j’ étais là. Mais je crois qu’il a toujours eu un doute. Et pourtant, il était plus grand que moi.
          Un bon souvenir, je dois dire 😉

          Répondre
          1. elwynn

            superbe histoire.

            pour ma part, lundi juste après le match, je suis allee prendre un cafe avec un copain. je ne sais pas si c’était fait exprès ou pas, ma devant le vendeur il s’est mis a parler de rugby.
            le pauvre, il avait surement peur du regards.

            Ca nous arrive souvent avec les copines du rugby et ca nous fait toujours autant rire.

  24. Isabelle

    Wow ! Effectivement je n’étais pas au courant qu’il était possible d’avoi un cancer du sein chez les hommes également… Un peu de parité pour une fois ! (Ceci était une boutade hein…) J’ai moi même eu des cas de cancer du sein dans ma famille et je connais les difficultés que l’on traverse à ce moment. Bon rétablissement à ce monsieur.

    Répondre
  25. So.

    En fait moi j’ai découvert ce cas que je croyais impossible via la série OZ une série qui raconte l’univers carcéral américain dans une prison de haute sécurité. A conseiller d’ailleurs. l’un des prisonniers découvre qu’il est atteint d’un cancer du sein. Et a très peur des réactions de ses codétenus (dans un milieu où tout signe portant atteinte à la virilité peut te coûter très cher)…
    Bref !

    Répondre
  26. Papyrusse

    Un couple que je connais depuis très longtemps vient me voir. Lui a 70 ans, elle 65 ans
    Il vient d’être opéré d’un cancer du sein, et prend une hormonothérapie adjuvante.
    Tous deux se plaignent d’un effet négatif sur se libido.
    Je leur dit que je suis très touché qu’ils se sentent assez à l’aise avec moi pour aborder ce sujet.
    Le traitement est vivement recommandé …. Les aides pharmacologiques existent……
    Ils hésitent, mais vu le terrain vasculaire renoncent à la prise de sildenafil ou autre
    Le traitement va durer 5 ans
    Madame dit : tant pis, tu vas te soigner, on recommencera après
    Réponse de monsieur : oui, mais il faudra retourner à l’auto-école !

    Répondre
  27. Pivoine

    Bonjour Baptiste !
    Etiez-vous, vers 8h20 ce matin, non loin de la station F. V., à T. ce matin ? Si la réponse est non, vous avez un sosie qui a sans doute fait la fête hier soir ( un petit air fatigué) et qui aime le vent ( levait ses bras comme des ailes) ! Excellente journée à tous 🙂

    Répondre
    1. lmlavie

      Si maintenant tu te prends pour un oiseau,je crains que ça ne soit plus grave qu’un simple mal aux cheveux d’un lendemain de bringue…Vive la liberté et à chacun son délire!!!(à ta décharge,chacun sait que le vent peut être euphorisant…:-):-) ) Bonne journée…(être amoureux aussi ça rend joyeux…tu devais pas nous raconter ton fameux mardi?? Je dis ça comme ça…!) Bises!

      Répondre
    2. Cath

      À jouer aux moulins à vent, comme ça au petit matin, sans Don Quichotte et sans Sancho dans les parages ? Mais c’est triste ça.
      Ou alors il y avait un cerf-volant coincé dans les nuages ?

      Répondre
  28. Pivoine

    Bien contente de vous avoir croisé 🙂
    Fini le temps où vous étiez un anonyme dans la ville, c’est le « début » de la célébrité ! Et la prochaine fois … je ne reste pas muette de surprise et je vous salue en « diect live » 🙂

    Répondre
    1. LydieCor

      @Pivoine :Je pensais que tu allais écrire que tu étais rouge comme…
      @Baptiste, continue à lever les bras jusqu’aux nuages , l’image est plaisante . Ça me met le sourire aux lèvres.

      Répondre
  29. La groupie hystérique en doudoune rouge ou manteau noir ou cuir fauve.....

    Mais euuhhhh!!!!
    Pourquoi c’est pas à lille qu’on croise des baptistes volants pour nous mettre le sourire dès le matin????

    Répondre
  30. Grand33

    @elwynn
    Il y a de moins en moins de sports « réservé » au femmes, et c’est tant mieux. Pour apprécier il ne faut surtout pas comparer avec les hommes, le jeu est souvent mois rapide mais souvent ausi technique. Et pour parler du sport qui te concerne j’ai beaucoup apprécier l’edf féminine lors du dernier tournoi.
    Et au diable les cocards ou les mollets de grimpeur disait, commema mémé, les rygbywoman sont belles avec leur coeur énorme.
    Bonne chance pour la suite si tu es encore en phases finales

    Répondre
    1. elwynn

      @ Grand33: Oui les filles de l’EdF sont géniales. Dommage que Marie-Alice Yahe doive arrêter.
      et Merci pour les encouragements. La saison est finie pour mon équipe, nous sommes une jeune equipe pas vraiment au point encore (et sans coach maintenant) donc on ira pas en phases finales. Mais qu’est ce que je suis fière d’elles! Le match a été super! Et oui c’est aussi technique que pour les hommes, aussi âpre et on fait autant la fete après :-).

      Répondre
  31. Olivier

    Hé hé… L’homme est une femme comme les autres… C’est justement grâce à cette phrase que j’ai enfin pu obtenir un rdv pour une mammographie malgré mon nom…

    Ça se passait en Allemagne il y a pas mal d’années. Fraîchement arrivé au pays, je ne maîtrisais que très partiellement la langue. Lors d’un rdv avec généraliste (que j’avais retardé justement à cause du pb de communication) il a suspecté une tumeur. Je me souviens qu’il avait pris le temps nécessaire de m’expliquer que cela arrive aussi aux hommes et qu’il était important de contrôler cela à la mammographie… Sûrement craignait – il que je ne le fasse jamais par fierté masculine.

    Mais là où j’ai crû que la seule difficulté viendrait de la langue, il m’a clairement été impossible de prendre un rdv. Comprennez – vous donc pas monsieur ? Vous appelez chez le docteur pour femmes (Frauenartz) ! Cherchez vous donc d’autres excuses pour venir ! Par exemple en vous trouvant une compagne !

    C’est donc là que j’ai compris qu’une dose d’humour était nécessaire pour faire de la pédagogie et passer la case secrétariat… « C’est bien la preuve que l’homme est un femme comme les autres ».

    Bilan de la mammographie : pas d’inquiétude.

    En revanche c’est deux ans après que la foudre est tombée, mais sur le sein de ma mère…

    J’ai souvent raconte cette anecdote du rdv… non seulement car c’est drôle, mais surtout pour la pédagogie… Cassons les préjugés que certains pourraient payer très cher…

    Merci pour ce post

    Répondre
  32. marie

    éclairant en tout point , aller parler de teutons à un germanique quand on est homme qui ne maitrise pas la langue me parait insurmontable là!

    Répondre
  33. Physio

    A noter, réciproquement, que les femmes ont aussi un vestige de prostate, les glandes de Skène. Mais je ne sais pas si elles peuvent aussi devenir cancéreuses…

    J’aimerais aussi savoir quelle est l’histoire de la photo.

    Répondre
    1. Cath

      J’ imagine qu’aucune glande n’est sectaire en la matière, mais c’est juste une supposition de ma part. J’en découvre et j’en apprends tous les jours.

      Répondre
  34. bibiche

    Notre ami, à mon mari et moi, a eu un cancer du sein. Et oui, un homme ! c’est une réalité. Les hommes doivent se palper les mamelons sous la douche comme les femmes.
    Cet ami a eu le mamelon enlevé et tout le traitement habituel des cancers ( radios, chimios, etc), gros traumatisme comme pour les femmes, d’autant plus que dans dans les séances de chimios il n’y avait que des femmes et qu’elles le regardaient comme un extra-terrestre!!!
    Maintenant, il va bien, il s’est fait faire une reconstruction mammaire, très réussie, on est bluffé ! pensez-y les mecs ! tatez-vous !!!!!!

    Répondre
  35. benedicte

    Bonsoir Baptiste. Ça faisait bien longtemps que j’avais pas ri si franchement… surtout à la chute de l’histoire ! Qui croit vraiment que l’homme est une femme ordinaire ?

    Répondre
  36. nevousinquiétezpas

    Concernant la superbe photo de l’article : il s’agit des « amoureux de Hasanlu » (Iran), découverts sur ce site archéologique en 1972.
    Après une recherche superficielle : cf un blog qui en parle (visiter aussi le lien en bas de son article) :
    http://maisquiestarbon.over-blog.com/article-l-eternel-baiser-hasanlulovers-iran-hoax-800-6000-ans-118685900.html
    NB : il y a litige sur la datation de la sépulture, mais la position des corps semble authentique

    Merci Baptiste pour cet article et pour cette photo !

    Répondre
    1. Pivoine

      Merci pour l’info @ne vous inquiétez pas ! Dater la position des corps, – ou plutôt la position dans laquelle ils ont été placés lors de leur enterrement, car à moins d’un double-suicide, ils n’ont pas pu mourir dans cette touchante position … – n’a pas tant d’importance, vous avez raison.

      Pour ceux qui rêvent de voir un Bibi volant, il faudra attendre le prochain jour de grand vent 😉

      Répondre
    2. marie

      @nevousinquiétezpas ,mille mercis je ne m’inquiète plus …les amoureux de Hasanlu…et personne n’a écrit encore de livre… de leur tombeau, jaillit un soir le souvenir de leur amour assassinait .Le Dr Beaulieu se penchant sur la sépulture se mit à battre des bras dans la clarté pâle du matin….désolée c’est pas moi qui écrit le bouquin, juste l’amorce …

      Répondre
      1. Cath

        Et pourquoi n’écris-tu pas Marie ?
        Mettre en scène le Doc Beaulieu, médecin archéologue qui enquête sur une mort suspecte vieille de quelques centaines d’années ?
        Et pourquoi bat- il des bras au bord de la tombe ? Qui est le perfide personnage qui veut l’y pousser ? Et qu’a-t-il donc trouvé de si étrange dans la position des squelettes ?
        Allons, tu donnes l’amorce, mais faut pas nous laisser sur notre faim, c’est pas humain :-))

        Répondre
        1. marie

          Au temps lointain du roi Cyrus le généreux,
          Par de là, les steppes orientales, vivait un homme, un chef de clan.
          A l’est des rivages du lac d’Ourami
          Fumaient les huttes, jouaient les enfants ;
          Les femmes rieuses modelaient l’argile, leurs mains douces étaient ornées de firouzé,

          L’homme amoureux s’appelait Jamshid ,
          Son amoureuse s’appelait Mahshid ,
          Il était son soleil d’éternité… elle était sa lune claire
          Il était son jour de joie… elle était sa nuit étoilée
          Il était son ciel d’azur … elle était sa terre fertile

          il lui offrit une amulette, un petit cheval en turquoise
          « il te protégera… aimes moi, je pars à la guerre ».
          Un javelot à pointe de mort lui transperça le crâne
          Son corps fut ramené à Hasanlu.

          Mahshid demanda la Satie, le Mage prépara le poison
          Elle fit mettre le corps de Jamshid sur un lit de roses.
          Elle bu l’eau de mort et se blottis dans les bras de son époux.

          Deux millénaires plus tard le docteur Beaulieu marchait sur les sentiers de ce qui fut Hasanlu. Cette nuit il a rêvé d’une amulette…une nouvelle fois il se pencha sur la sépulture des Amoureux, Il se mit à battre des bras dans la clarté pâle du matin*, il descendit avec d’infinies précautions dans le tombeau et filma un détail, une toute petite chose que tenait Mahshid au bout de ses longs doigts fins devant la bouche de Jamshid, le petit cheval en firouzé

          *ça c’était sa façon d’exprimer son trop plein d’allégresse, un vieux truc des années petite section maternelle…cette année là….et booooooooooonne fête Maman

          Répondre
          1. Cath

            Marie la Bleue,

            La prochaine fois, je te demanderai la lune.
            Je suis certaine que tu iras me la décrocher, du bout de ta jolie plume.

            J’ai beaucoup aimé. Et j’admire.
            Merci, vraiment.

          2. Rofine

            Entre Marie la Bleue et Hervé Cruchant, le blog de Baptiste ne manque pas d’amateurs de mots et de poésie.
            Merci Marie pour ce poème qui te ressemble tant !

            Bisous

          3. marie

            à Cath à Doume à Rofine merci à vous, mais c’est grâce à Baptiste bien sûr, à nevousénervezpas pour le mot magique Hasanlu et une insomnie bienvenue que ma plume a redonné vie à cette photo incroyable. Par contre… décrocher la Lune , faut que je réfléchisse hein!

          4. nevousinquiétezpas

            Merci Marie pour ces quelques lignes de poésie (qui ne doivent pas être très loin de la vérité d’ailleurs ; il n’était pas rare dans l’antiquité, d’enterrer les épouses auprès de leur mari ; bon gré mal gré, potion ou pas).
            Merci aussi pour le nouveau pseudo dont je suis affublé ; finalement qui marche aussi bien que l’autre : en général, l’inquiétude est pour moi le premier pas vers l’énervement.

            Bon bref. J’ai trouvé mon pseudo à l’hôpital quand ma fille était en réanimation. Il suffisait de poser à toute personne soignante (debout) une question sur la jeune patiente (allongée) pour m’entendre dire quelque part dans la phrase : « Ne vous inquiétez pas ».
            J’ai pu tester à nouveau la chose le mois dernier, lors d’un passage de 15 jours à l’hôpital. Par suite, si « Alors voilà » symbolise pour Baptiste la relation du soigné au soignant (magnifique phrase que celle répétée par cette vieille dame !), « Ne vous inquiétez pas » symbolise pour moi celle du soignant au soigné allongé.
            Et pour décrocher la lune, pourquoi pas ; avec un texte comme celui-là, tu es en bon chemin.

          5. marie

            à NEVOUSINQUIETEZPAS, là voilà j’suis réveillée , hier soir beaucoup de gens étaient énervés du coup j’ai rebaptisé à tout va …mille excuses …moi la phrase qui me tue quand t’es allongée, bien décalquée, bien angoissée, bien dubitative quand à tes chances de home sweet home c’est « allez bon courage » …ça m’agace! mais va poster avec un alias marieçam’agace, ça fais trop pirate… et remille excuses vraiment

          6. nevousinquiétezpas

            Merci Marie et pas de souci 🙂
            En fait je prends ce pseudo bis comme un conseil.

  37. patiente

    Baptiste les bras au ciel ! J’aime cette image !!! Et si en plus il fait des claquettes, je veux voir !!! Bises à toi… Ce week-end, je reste sous la couette et je lis !!!

    Répondre
  38. La groupie hystérique en doudoune rouge ou manteau noir ou cuir fauve.....

    Les jours ou le vent est à l’est ,il faut surveiller car ce sont les jours d’apparition de Mary Poppins….
    Il faudra désormais être vigilant les jours de grand vent au cas ou une bourrasque entraîne Baptiste vers chez nous,chez vous ,chez tous….
    Comme quoi le vent a quelque chose de magique à soulever les belles personnes….
    Même s’il peut flanquer de réelles migraines!!!( je ne parle pas de céphalées post fiesta au champagne et chocolat!!):-))

    Répondre
  39. lmlavie

    Ne dit-on pas  »l’amour donne des ailes », »être gai comme un pinson »…Moi je crois tout simplement qu’il nous cache quelque chose…(et il a bien raison,cela ne nous regarde pas!!!) Mais chut,ne gachons pas le plaisir de ses admirateurs-trices de Montpellier ce week-end…:-) Je te souhaite de continuer longtemps à battre des ailes Baptiste!!!!

    Répondre
  40. Maya

    Hello Baptiste .  » I’m sorry… Sorry if I offend you ais a way quelquonque due plaisenterie… I really regret… Sincerely… I understant that you can blame me , but it was no bad intentions . Again desolated… Good nigth « .

    Répondre
    1. lmlavie

      Maya,chacun sait que Baptiste a un grand coeur et qu’il saura vous pardonner…(surtout les jours de grand vent où il sautille comme un moineau…!!!:-))
      Bonne fête à toutes les mamans qui viendront sur ce blog:-) Bises à toi Baptiste!

      Répondre
  41. PinkImmoDreamGirl

    Il est 3.46 et c’est une nuit de chiotte. Je découvre votre blog, et il arrive comme du papier toilette tout doux. Avec beaucoup de fraicheur. Alors simplement merci…
    Je souris avec beaucoup de tendresse, et sans doute aussi un peu avec les yeux qui brillent…
    Il y a parfois des pépites d’écriture, remplies de jolies émotions et ca fait simplement du bien…

    Répondre
    1. Mésange

      Bienvenue PinkImmoDreamGirl! ( 🙂 C’est mon jour de mésange d’accueil du blogàBibi… mais pas commode votre pseudo pour une pépieuse!)
      Je viens de faire un tour sur votre blog… et j’y reviendrai : je trouve que le mot fraîcheur s’applique aussi à votre écriture, vive et colorée. Et puis, ce n’est pas si courant un blog qui parle d’immobilier (mais pas que…) sans avoir quelque chose à vendre.
      Au plaisir de vous relire chez vous ou ici.

      Répondre
    2. Grand33

      Bonjour et bienvenue @Pink…… ( oui moi je ne suis pas pépieur (comme certaines))
      J’ouvre ton lien pour voir ton blog et là, bing !!! je tombe sur une pub pour du papier toilette tout doux, moi qui ne crois pas aux coïncidences quand même……
      La bise et à bientôt

      Répondre
  42. KatiaD

    Sans avoir fait médecine, je savais que le cancer du sein touchait parfois les hommes. Nanèreu 🙂

    Le poète écrivait « la femme est l’avenir de l’homme », comprendre plutôt « le féminin » est l’avenir de l’humanité (distorsions sémantiques induites par le fait d’écrire « homme » pour « être humain »). Les sociétés actuelles hypervalorisent le masculin et méprisent le féminin, avec les brillants résultats qu’on voit aujourd’hui …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *