Le jour où j’ai manqué de délicatesse.

Alors voilà, la première fois, c’était pour une douleur au poignet. Elle était brune, la taille fine, le tailleur bien roulé, les yeux verts, le rire cristallin et haut perché. Sans aucun doute la plus belle femme de 50 ans que j’ai vue de ma vie -après maman, bien entendu (on ne sait jamais, peut-être que ma mère lit ces lignes…).
Je l’ai examinée, lui ai prescrit ce qu’il fallait pour que cela aille mieux.

Elle est revenue deux jours après. Jupe courte, maquillage léger, sourire immense, et un livre à la main. « Justine ou les malheurs de la vertue ». Elle se plaint d’une douleur au mamelon droit. À peine entrée, elle s’est déjà débarrassée de son soutien gorge, et quand je me retourne, elle bombe le torse, soulève sa poitrine à pleine main, la balance à droite, à gauche. Je suis vraiment gêné. Si c’est le mamelon droit qui la fait souffrir, pourquoi joue-t-elle au hand-ball avec le gauche ?? Et pourquoi pousse-t-elle de petits soupirs quand je l’examine ? 

Moi je reste très froid, très professionnel. Je me dis « peut-être ai-je été trop gentil la première fois ?? »

Quand elle s’en va, je me dis « ça y est, elle reviendra pas ».

Elle revient deux jours plus tard, fourreau noir à paillettes. Bon c’est pas comme si il faisait 38 degrés dehors, hein…

Je fais comme si j’avais pas vu sa robe de soirée. Elle remet ostensiblement sa lecture du jour dans son sac. Elle lit donc « 50 nuances de Grey » et, détail non négligeable, elle en a corné quelques pages.

– Docteur, dit-elle en adoptant une moue timide et en mordillant son petit doigt, j’ai une gêne dans ma… mon… intimité.

– Ah.

Je me balance d’un pied sur l’autre. Et si je me faisais des idées ? Je l’examine avec la froideur d’un glaçon… Je me sens mal à l’aise.

Finalement, quand je la raccompagne à la porte, en me demandant ce que j’ai pu sous-entendre malgré moi, ou si j’ai été maladroit, je glisse délicatement un : << J’ai vu ce que vous lisiez. C’est si bien que cela ? Ma MÈRE et TOUTES les MÈRES de mes amis le lisent aussi… >>
Là où je me suis senti nul, c’est que quand j’en ai parlé à mon associée, elle m’a dit bien la connaître. Elle l’a déjà reçue deux fois. Syndrome dépressif. Elle divorce, elle a 50 ans et son mari l’a quittée pour une gamine de 24 ans. 

Je sais pas trop ce qu’on peut ressentir… Mais d’un seul coup, je me suis dit que j’aurais pas dû lui dire ça. J’espère que je ne l’ai pas blessée. J’espère, j’espère, j’espère. 

155 réflexions au sujet de « Le jour où j’ai manqué de délicatesse. »

  1. Sandrine

    Ou alors, peut-être que si elle a été blessée, cela lui aura donné le petit sursaut dont elle avait besoin pour surmonter ça et avancer, enfin! J’espère que tout va bien pour elle, dans un cas comme dans l’autre.

    Répondre
  2. GABORIT

    Depuis quand 50 nuances est de la litterature ? he puis ç est le risque quand on est médecin et beau gosse,

    en tout cas, je réserve mon week-end à brive, (moi aussi j’ai envie d’un heug ?

    continue comme ça Baptiste, on adore

    Répondre
  3. Elemm

    Je comprends ton malaise ! Mais on apprend toujours. Allez, je tete donne un truc de psy, Baptiste, qui marche dans 97% des cas : mettre les émotions sur la table.
    Par exemple « Écoutez madame, j’espère ne pas être maladroit, mais je me sens mal à l’aise face à vous. J’ai l’impression que vous me draguez, est ce que je me fais des idées ? ».
    C’est simple. C’est honnête. La relation redevient authentique, et comme tu dis tes émotions, tu lui facilites de dire les siennes.
    Et puis tu t’economises un million de questions 😉
    Alors je te souhaite qu’elle revienne. Pour un vrai rhume. Et que tu puisses lui dire :  » Vous savez, je me suis senti idiot la dernière fois, de vous avoir comparée à ma mère. Vu le contexte c’était très maladroit. J’étais mal à l’aise et je n’ai pas su réagir, je suis désolé. »
    Courage mon petit chat 🙂

    Répondre
    1. Herve CRUCHANT

      J’aime d’un cœur tendre les psy et leur assurance vie. J’aime ces conseils à viser que la belle Elemm -qui chante le gospel comme pas une, çà c’est sur, au moins-, je vois dans ces caresses sur la tête à son « petit chat » -elle aime les chats comme pas une…- les ressorts bandés de réponses attendues, déjà délectables. De ces réponses qui sont les petits fours des psy en consultation.
      Et alors ?
      Bien sur que la dame va se détendre. Bien sur qu’elle va dire « merci de me dire çà, Docteur ». Bien sur qu’elle va peut-être en vibrer un peu de la voix. Et peut-être, même, cerise sur le Pépito, verser une petite larmiche… Bien sur.
      Sauf que.
      Elle pourrait dire, en reprenant son souffle après avoir embrassé goulument mon Bibi à l’improviste et sur la bouche, en le regardant droit dans les yeux décongelés, lui sussurer, les lèvres à peine entre-ouvertes* : « t’en as mis du temps à te décider, mon mignon petit toubib ! viens donc par là, que je t’examine le tatouage; que je t’achèves avec les dents ! et n’aies crainte, je n’en parlerais pas à Hippocrate !… le coït, tu l’entame comment ? tu le préfères comment ? bien cuit ou à point ? un coup pile un coup face pour faire brunir et on finit à feu doux une demi-heure avec des petits oignons, çà te va ? et puis çà pourrait rendre du jus … ».
      Banco que notre douce Elemm va te trouver une réponse à çà. Je te dis : j’aime d’un cœur tendre les psy et leur assurance vie.

      Que Mieux vous garde.
      (salut, Eve. c’est rien que pour de rire…)

      * Quant elles le veulent, les femmes de cinquante ans osent tout … ce qu’elles savent faire. Même sussurer sans orthographe.

      Répondre
      1. CédA

        @Hervé:…..j’adore ta trouvailke »susurrer sans orthographe »…m’en vais tout de suite essayer…mine de pas y toucher,tu nous fait sentir sublime…

        Répondre
      2. marie

        * Quant elles le veulent, les femmes de cinquante ans osent tout … ce qu’elles savent faire……NSA et Nikita ….dites voir Bel Ami vous ne dites pas tout aux zozelles attentives qui font chips quand on les touchent …et ça fait mouche …on est entrain de se repasser le plat de sushis…en attendant que Godot descende de son arbre à broche pour nous dire qu’il laisse tomber la prime et vogue vers le 1 pcq tout est UN .Mon général il faut passer au rapport là ….et moi qui croyais ferme que tu avais désossé ton ordi!!!! shame at me en mode rantanplan nous sommes….

        Répondre
  4. Cath

    Ce n’est pas vraiment un manque de délicatesse de ta part. Une maladresse tout au plus ? Tu étais mal à l’aise, et tu t’es défendu comme tu as pu, sans méchanceté.
    Et moi, quand on me demande le nom de mon parfum, je réponds que c’est celui de mes vertus, c’est dire si je cocotte 😉

    Répondre
  5. Fabymary POPPINS

    ah, pas facile, de savoir comment réagir et à ton corps défendant, ça aurait pu être une couguar, là juste une quinqua qui vient de prendre une claque et à cet âge là, c’est pas facile à gérer, je pense, plus dur qu’à 40,. 50 ans ce sont les derniers FEUX DE L’AMOUR , hihi, bises

    Répondre
    1. Mésange

      « 50 ans ce sont les derniers FEUX DE L’AMOUR »
      Tssst tssst ! Qu’est-ce qui vous amène à affirmer cela ? Attendez donc d’en avoir 60… ou de faire partie d’un club d’Aînés (comme on dit maintenant pour les 70 ans et plus)… et vous verrez ! Et je ne parle même pas des maisons de retraite !;-)

      Répondre
  6. Myriam FdF

    Se faire larguer est déjà en soi très déstabilisant. Mais se faire larguer pour une beaucoup plus jeune…
    Tu te retrouves dévastée par un tsunami qui creuse tes rides et fait de toi une vieille femme.
    Je me mets à la place de cette dame sans peine (pour l’âge, hein, parce que pour ce qui est de la plastique ou des tenues, pas vraiment 😉 ). Mais vouloir séduire à tout prix et surtout un homme plus jeune… cette dame prend de gros risques. Elle a voulu tester son pouvoir de séduction avec toi, tout en sachant que ton rôle de médecin n’est pas d’entrer dans son jeu. Qui sait ? Peut-être que ta réaction va lui éviter d’autres déconvenues ? Si elle a été blessée, ce n’est pas de ton fait, mais bien parce qu’elle a été trop loin dans son petit délire et qu’à ta façon, tu le lui as fait remarquer. Il faut juste lui souhaiter qu’elle se reprenne vite en mains, et qu’elle se dise que si ce type l’a quittée, c’est qu’il ne la méritait pas.

    Répondre
    1. adèle

      Autant la couleur des pastilles UHU, je m’en moque, autant la phrase « et surtout un homme plus jeune… » ça m’énerve !
      Tous les hommes de 50 (sauf le mien, ouf !) se barrent pour des plus jeunes et on s’offusque quand c’est une femme qui tente la même chose ! 🙁
      C’est quoi, l’équivalent masculin de cougar ? jaguar ? ocelot ? tigre du bengale ?

      NB J’ai pas lu le livre, mais j’ai vu le film ! 🙂

      Répondre
      1. Myriam FdF

        « surtout un homme plus jeune  » c’est simplement pour dire que pour moi, elle prend plus de risques de se prendre un râteau. Mais ce n’est que ma vision des choses. Loin de moi l’idée de porter un jugement : de mon point de vue, l’amour n’a ni âge ni couleur.
        Désolée de vous avoir énervée.

        Répondre
  7. marie

    bon Baptiste sérieux, une patiente de 50 ans c’est de la porcelaine, le tsunami hormonale, la grande vague où tu surfes vers …vers quoi d’ailleurs? ……bein t’en sais rien …tu sais que c’est sport, qu’il faut s’accrocher que y’a comme un mur là bas ou un gouffre bref c’est tchernobyyl!!! y’en a qui disjoncte sévère d’autant plus que c’est pile poil à cet âge que leur moitié décide d’aller game over avec une bimbo… les pieds … le plat ….et toi tu snippes « ma mère et toutes les mères de mes amis le lisent aussi » …..terroriste!!!!
    ps: et j’ai pas lu le grey tralalère

    Répondre
    1. Rofine

      Arriver à ses 50 ans, pour une femme, ressemble à la montée de l’Everest..
      La moitié de sa vie est derrière elle… Si son compagnon pris par le démon du Midi la laisse, la descente en solitaire, pour au moins les trente années suivantes, lui paraît impossible à réaliser… Ta patiente s’est accrochée à ce qui pouvait « émoustiller » un jeune médecin comme toi…
      Rien de grave Baptiste, tu as été maladroit dans ta réflexion sur ses lectures mais pas indélicat.
      Prends bien soin de toi !

      NB : Comme Marie, je n’ai pas lu ce bouquin ni vu le film…

      Répondre
  8. Margot

    le tailleur bien roulé… si c’est fait exprès et que ça n’est pas un lapsus (tailleur bien coupé, femme bien roulée), c’est très bien trouvé!

    Répondre
    1. Les yeux dans les arbres

      Il s’agit d’une chouette figure de style : l’hypallage. Elle consiste à attribuer à certains mots d’une phrase ce qui convient logiquement à d’autres mots de la même phrase. Ce déplacement crée une caractérisation insolite… qui ne laisse pas le lecteur indifférent. Voilà une des nuances subtiles de notre langue, loin de celles de Grey…

      Répondre
      1. Margot

        j’adore les noms des figures de style!! merci pour le cours! Car hélas malgré des études littéraires, je suis incapable d’en retenir plus d’une poignée.

        Répondre
        1. Cath

          Petit dictionnaire de poche  » gradus » qui recense toutes ces figures de style, avec des exemples parfois tordants. Je recommande 😉

          Répondre
  9. 40

    Baptiste, puis qu’elle était si belle, qu’elle t’a intrigué et touché, pourquoi ne pas te laisser tenter? Pour commencer juste un peu entrer dans son jeu, lui sourire, s’intéresser à ses bouquins, lui dire qu’il y a autre chose que du sado-maso à lire, (Sade c’est infect) qu’un peu de douceur, cela fait du bien, cela lui ferait du bien…Mais tu avais peut-être trop de boulot au cabinet. Sinon, un peu de temps avec un jeune homme comme toi, elle aurait pensé que c’était Noël en plein été et toi, qui sait, tu n’aurais peut-être pas perdu ton temps.

    Répondre
      1. Rofine

        Mais certains médecins, ne résistant pas à leurs envies, ne respectent pas ce code de déontologie…en gynécologie, par exemple.
        La patiente n’est pas toujours consentente des gestes ou paroles déplacés de son médecin lors de la consultation. Des témoignages se manifestent dans les quotidiens ( Médiapart ) et la radio (France Inter ). C’est bénéfique pour lever ce tabou et ne pas toujours culpabiliser la victime.
        Chacun doit rester à sa place et en se respectant mutuellement.

        Répondre
        1. Camille

          C’est vrai Ronfine, mais le propos de « 40 » était plutôt de rentrer dans un jeu de séduction avec la patiente, et non un comportement déplacé de Baptiste.
          Après, en effet, un code ne suffit à ce que tous les praticiens se comportent de façon exemplaire.

          Répondre
          1. Rofine

            Camille, ne mélangeons pas tout !
            Le commentaire de « 40 » me paraît quelque peu ironique et provocateur…il me semble que le cabinet médical n’est pas le lieu idéal pour rentrer dans un jeu de séduction patiente/médecin…
            La patiente vient consulter pour un souci de santé. Le médecin doit agir en professionnel et en respectant le code de déontologie.
            Par contre, je n’ai jamais dit dans mon commentaire que Baptiste avait eu, dans ce cas, un comportement déplacé.

            Bonne soirée à vous !

          2. Camille

            Ronfine : impossible de répondre sous ton com, donc je réponds au mien.
            Je n’ai jamais pensé que tu avais dit que Baptiste avait eu un comportement déplacé. En tout cas si c’est ce qui ressort de mon commentaire, je suis désolée de ce mal entendu.
            Après, je n’ai pas l’impression de mélanger les choses, mais bon ce n’est pas très important 🙂

      2. Herve CRUCHANT

        Sauf qu’elle n’a pas l’air tellement « patiente », la Dame.

        Elle a « des choses à dire ». Sur son salopard de mec qui a rien compris parce que la jeunette, çà vous donne l’ivresse d’un bourbon sec (peut être d’un Bourbon sourd aussi, mais vous savez, moi, la royauté…) mais pas le goût d’un revenez-y aux senteurs exotiques. Et sur elle aussi, qu’elle en a à dire. La remarque du bon docteur n’a rien de destroy ! Comment çà ? Bon. On joue au docteur. Je suis la dame. J’entends le mot « amies » et « mère ». Je pourrais encore être mère ? Mes zalors ….
        Fin du jeu. Non non. J’ai dit « fin du jeu »!…
        Et moi j’ai à dire à Bibi que son malaise est le suivant : phrase spontanée mais toute juste, pleine; et qui te gène non pas parce que ceci ou cela, mais parce que tu n’en comprends pas toute la plénitude toi-même. sandéc. çà arrive de temps en temps. on profère; on réfléchi ensuite en se disant « et si elle avait compris çà ou çi ? c’est pas ce que j’ai voulu dire. et ben si, c’est ce que tu as voulu dire. madame, je pourrais être votre mère et vous mon fils, ou l’inverse, je ne sais plus, vous ne me troublez pas du tout, c’est un lapsus linguae. que vous allez réduire avec une application de biafine deux fois par jour, une le matin tôt avant le lever du soleil; facile à déterminer, c’est l’heure de l’érection naturelle et spontanée, demandez à votre ami, séparée? il n’a pas le téléphone? bon. et le soir avant l’extinction des feux. non non, çà ne remplace pas la vaseline, madame. quoi que… ne dépassez pas la pose prescrite, surtout…

        Enfin, ce que j’en dis… c’est histoire de parler. Et de donner du grain à Elemm.
        Que Mieux vous garde.

        Répondre
  10. adèle

    Est-ce que ça change vraiment quelque chose, l’âge de la dame ?
    Est-ce que le médecin n’aurait pas été aussi gêné, si elle avait eu 30 ans ?
    Et si ç’avait été un homme ?

    Répondre
  11. marie-kikou

    oyé oyé demain 14h à Strasbourg ? mais je pourrais y être ! Est-ce ouvert à tous ? Reste-t-il des places ? Ce serait formidable ! peut-etre à demain pour des hugs :-):-):-)

    Répondre
  12. Soulalune

    Ce qui est déloyal, à mon avis, c’est de se faire osculter/tripoter par qq1 dont c’est objectivement le travail, cinquantaine bien balancée , délaissée ou pas ..
    Je comprends ta réaction qui ne voulait au fond que lui signifier que tu ne draguerais pas une copine de ta mère, mais elle l’a cherchée, non ?
    Tu es aussi une personne sensible, sous ton déguisement de médecin, et personne ne devrait se donner le droit de t’utiliser … même pour tester son pouvoir de séduction et éviter de replonger dans la déprime !

    Répondre
  13. kahina

    Franchement , je suis sûre qu’elle va très bien. Ta réponse n’était pas méchante.
    J’habite pas tres loin d’Elancourt mais je suis trop timide!

    Répondre
    1. Mésange

      Kahina ! Foin de la timidité, allez voir Baptiste… ce n’est que du bonheur cette rencontre, et vous le valez bien ! Allez, zou… et ensuite vous nous racontez !
      Caresses de plumettes dopantes et anti-timidité

      Répondre
      1. josecile

        Kahina, je suis comme toi. Contente parce que Baptiste passe près de chez moi, mais flippée comme une ado à l’idée de le rencontrer. Bizarre, non ?

        Répondre
        1. marie

          surtout pas , une petite boule avant la rencontre oui d’accord …mais après c’est que du bonheur ….tellement que mon homme m’a dit « mais qu’est-ce que tu as vu? tu as des étoiles dans les yeux! »…à la réflexion je dirais « une part des Anges  » « une météorite d’humanité » « un petit gars génial » wouhai un petit doc vraiment génial et grâce à lui (des wagons de merciiiiiiiiiiii!!!) j’ai rencontrer des gens géniaux ah bah en fait Baptiste c’est un boson de higgs.

          Répondre
    2. Julie

      Tss tsss, Kahina, il faut y aller ! Rien que pour le plaisir de l’écouter parler de son livre (et de plein d’autres choses), ça vaut le coup. En plus on a droit à des free hugs; et ça, c’est cool !

      Répondre
  14. fred

    coucou.j’ai l’habitude de demander quel que soit le motif de consultation si la personne est satisfaite de sa vie sentimentale et professionnelle.Si tu avais su qu’elle divorçait,tu aurais pu l’orienter vers l’extérieur,lui dire de ne pas avoir peur de sortir d’aller vers les autres,moi je conseille la badotherapie:faites les bader,faites vous admirer,vous le pouvez,je le vois.Mais quand on se sent drague,sans en être sur,et dans le cadre professionnel,c’est très embarrassant et on s’en sort comme on peut.

    Répondre
  15. Futurcougar

    Moi j’aurais pris le ton de l’humour en répondant « vous satisfaire est notre priorité »…. »montrez moi ce bobo »…
    😉

    Ps: loin d etre de la littérature ca reste plaisant et…vivifiant Ce « mumy porn book »… 🙂

    Quant a la question de l age, il me semble qu’ une nana blessée par le départ de son mari pr une jeunette, cherche parfois a avoir sa vengeance en faisant de même… 20, 30 ou 50 ce n est pas l age qui me paraît cruellement déplacé, c est la méthode d approche et le motif….

    Bref BB je suis entièrement d accord avec celles et ceux qui disent que tu n as absolument pas mal agit. Tu as eu une réaction efficace face a une personne qu’ il fallait peut être un peu bousculer pr lui faire reprendre conscience des modes de communication/séduction entre êtres humains…

    Répondre
  16. Diane

    Imaginons la même situation, mais en mettant à ta place une jeune médecin, et dans le rôle de ta patiente un monsieur de 50 ans… Et ce monsieur viendrait 3 fois de suite chez sa jeune généraliste, pour divers motifs futiles, caresserait son torse nu de manière suggestive, et irait jusqu’à demander à la jeune médecin de lui tâter les parties… Que ta patiente soit déprimée ne l’autorise pas à se servir de son statut de patiente pour t’amener à subir des actes déplacés de sa part. Peut importe son sexe ou son âge, ce que t’a fait subir cette personne n’est pas acceptable, et tu as bien fait de réagir, à mon avis.
    En tant que soignants, je crois qu’il est important de ne pas oublier que dans une relation de communication on est toujours 2. Et que chaque interlocuteur doit prendre soin de l’autre, mais également soin de lui même. On a trop tendance à oublier ce dernier point…
    Après, tu t’es senti mal à l’aise et tu as peut être manqué de tact, c’est possible. On n’a pas toujours la répartie idéale au moment idéal! Si elle revient, je rejoins Elemm sur l’intérêt du « debriefing », mettre des mots sur le malaise pourrait peut être vous faire du bien à toi comme à elle!
    Quant au terme cougar…. Les mots me manquent pour exprimer à quel point je trouve ce mot sordide…
    Tu as fait de ton mieux, Baptiste, ne sois pas trop dur avec toi même!

    Je te fais un gros câlin

    Répondre
    1. adèle

      A l’ouverture de mon cabinet, mon 1er patient a été un homme qui m’a « extorqué » un toucher rectal. Il avait les arguments qui rendait ce geste nécessaire. Je me doutais que c’était un tordu qui faisait la tournée des jeunes femmes médecins. Je me suis exécutée. C’est moi qui me suis sentie forcée.

      Quand il m’a payé la consultation, je me suis un peu sentie dans la peau d’une pute.

      Répondre
      1. Virginie

        Désolée pour vous, Adèle; même si on sait que ce genre de pratiques existe, c’est moche…

        Mais le contraire arrive aussi: j’ai été amenée à consulter un gastro-entérologue, j’avais des arguments pour justifier une telle consultation, mon (précieux) généraliste aussi… et j’ai été prise pour une tordue qui avait juste besoin de se faire mettre un doigt dans le derrière (que je n’ai pas eu cette fois là, d’ailleurs…)
        Sept mois après j’étais stomisée.
        J’ai un bon moment pensé à aller déposer une belle poche à caca sur le bureau de ce monsieur rempli de certitudes, mais il ne mérite pas cette marque d’intérêt.

        Merci Baptiste pour ce blog que je lis avec plaisir; le bon, le moins bon; les réactions que cela entraîne, d’accord, pas d’accord, pourquoi…
        (Allez, j’avoue: un jour j’ai été affectée et déçue à cause d’un de vos mots. Oui. Un. Le « véridique » de « – J’ai des bourdonnements dans la fesse. (Véridique.) » de « Une histoire de langue métaphysique ».
        Eh oui, je suis chatouilleuse-douloureuse du pudendal, en plus du reste, merci l’endométriose.)

        Sur ce, continuez!
        A prendre soin, à écrire, à douter, à progresser, à guérir ou à apporter juste un mieux infime, à écouter, à rire, à pleurer, à grandir toujours, … à vivre!

        Répondre
      2. Herve CRUCHANT

        A quinze ans, quand j’ai reçu mon premier « salaire », j’ai eu la même impression. Voila. J’étais devenu un « travailleur ». Un homme. Çà ne pleure pas un homme. Moi, j’en ai encore les larmes aux yeux, presque soixante ans après. Ah, les fumiers…

        Répondre
        1. lectrice boulimique

          Si quand on reçoit un salaire on se sent prostitué, comment doit se sentir un chômeur à qui « la société » fait sous-entendre voire entendre à haute voix qu’il est une charge, un problème ?
          (sans parler des termes choisis genre feignant, incompétent, asocial, parasite et autres)
          et quelles perspectives autres a-t-il que de chercher désespérément à se (re-)prostituer sous contrat ?
          Un chômeur ça pleure pas, ça n’a plus le droit, il a qu’à mieux chercher hein!
          Sorry Hervé, j’ai une baisse de moral(e) là; ah, fumier de blues automnal…

          Répondre
          1. marie

            maudit bogue hi blues!!!!! ceci dit qu’en t’as un job les « y’en a marre » sont enterrés prestement par un cinglant « de quoi vous plaignez vous vous avez un travail »…certes mais à qui profites le crime……ma première paye 14 ans aussi j’ai pas pleurer j’étais trop trop heureuse je me suis payé un sac a dos et depuis j’ai fait de beaux voyages take care et luminothérapie LB

          2. Herve CRUCHANT

            Ouais. Chômeur aussi, j’ai fait. Un sacré boulot… Et puis, des années après, tout bien papa poule été, tendrétou, toujours me démerdant pour être à l’école à la sortie des classes pour bizouter les deux machins longs comme des piquets d’acacias qui portent de jolis prénoms femelémal et dire « sahaété ojourdui? », des leçons de morale citoyenne sans en avoir l’air, des recommandations du genre « je sais pas si çà sert à rien ce qu’on vous apprend, comme tu dis, mais si çà déclenche des envies d’être curieux de tout… », enfin, quoi, de la sociabilitude et le besoin sans cesse réfréné de dire « putain, mais sois capable d’avoir un avis, un rêve, une idée sur tout ! soitoi … » des discussions flash happening ados complètement définitives avec ces conclusions « de toutes façons, tu peux pas comprendre ». Bref de bref, tout le monde y est passé. Et pourquoi donc ces cheveux blancs qui vont si bien à mon faciès qui s’abrutit à vitesse grand V parce qu’il s’en fout de tout de plus en plus -où me menez vous donc ainsi, Mademoiselle de cinquante ans ?- et ces rides là et là parce que je le vaux bien ? Parce qu’un jour, ma fillainée tu verrais la belette (elle vient d’avoir…50 ans, justement!) m’a dit « ouais, papa, c’est vrai que dans la constitution française il est marqué que le travail est un droit, mais si on t’embauche pas, tu portes plainte à qui? ». prends çà dans le phrygien, sans culotte ! Une autre fois, c’est à son petit frère (deux-trois ans d’écart) de dire : « t’as vu, Pierre -celui qui est routier et aime beaucoup la bière; parce qu’il roule et n’amasse pas mousse, çà c’est sur, vu son taux d’évaporation…- t’as vu Pierre, il a trouvé un boulot… de la merde, mais il bosse ». je lui dis « il reçoit des femmes déjantées qui se dépoilent dans son atelier et lui demandent de lui mettre…. ». Le gamin, vif comme le majeur d’un explorateur de reliefs pro-statiques suspects, me coupe aussi raide : « non, tu dois confondre… enfin, il a du pot d’avoir un boulot. même de merde! ». l’anecdote est toujours un bon moyen de calmer celui qui se souvient de certaines colères rentrées d’alors. des colères toutes rouges, évidemment. La mienne grande est devenue profdegym’ de talent, trois galopins superbes jeunes adultes; le « petit » est probablement aussi déjanté que moi, deux garçons (bien fait !) et, après avoir fait ceci et celà est devenu membre d’un centre de coûts. c’est pas possible de voir çà! comment se serait-il fait macroniser à mon insu?… Voilà. de tout ! quant à Marie, pour qui l’affaire a toujours été dans le sac depuis ce premier H.A. perso, je dirais que la première solde de moi-même habillé dans un drap rêche et trempé dans le brun, a été pour ma mère qui lavait encore à la main pour la famille qui comportait six mômes et deux malins qui s’employaient à procréer en vivant cette existence que seule la première génération d’ex ruraux creusois se farcissaient en apnée avec la certitude d’avoir été désignés pour çà par un Seigneur ! Ne nait pas Tapie qui veut. Allez, @+. Et que Mieux vous garde.

    2. Herve CRUCHANT

      Ras le bol des leçons de morale et de maintien ! Il n’y a pas d’ « humainement correct » dans cette vie. Et les « armons-nous et partez » ont fait assez de dégâts et prouvé leur nuisance abondamment. Il suffit, chère Madame !!!

      Répondre
  17. florine

    personne n’a le droit de te traiter en objet… c’est pas parce que tu es médecin que tu dois tout supporter. tu es avant tout un humain, avec des émotions et des droits… tu as une fonction de soignant, mais soigné l’égo d’une femme en pleine rupture, ce n’est pas de ta responsabilité. tu aurais peut-être pris la chose plus légèrement si cela s’était présenté à un autre moment. mais à partir du moment ou tu t’es senti mal-à-l’aise, c’est normal d’avoir réagit. après, le mieux dans ces situations là, c’est d’être direct… utilisé la communication non violente en parlant en « je »… genre  » j’ai l’impression que… cela me met mal-à-l’aise, … » cette facon de dire les choses l’aurait sans doute plus poussé à la confidence. mais sur le coup, quand on se sent atteint, on se défend comme on peu… 🙂

    ps: tu viens jamais en Belgique ? je veux un free hug moi aussiii!

    Répondre
  18. bluerhap

    Je te rassure (ou pas) : ça arrive de moins en moins souvent avec les années 😉 !
    J’avais fait à l’époque plus maladroit que toi :
    La dame, en se déshabillant : « Oh, excusez-moi, Docteur, j’ai mis de la lingerie fine » (sur le genre « je ne me doutais pas qu’en venant chez le docteur je pourrais être amenée à me déshabiller »)
    Moi : « Oh, mais madame, chaque fois que vous venez me consulter vous portez de la lingerie fine »

    Je ne l’ai jamais revue, et elle a dit au pharmacien que nous nous étions « gravement disputés » 😉 !

    Répondre
    1. Cath

      Bah, moi, quand ma mère de coeur s’est cassé la hanche à 95 printemps, j’ai viré les vieux slips et je lui ai acheté des dessous avec de la dentelle et de jolies chemises… Ça a marché du feu de dieu . Le chirurgien lui claquait la bise lors de ses visites quotidiennes, et moi il me tapait l’épaule en disant  » pas de souci, tout va bien ».
      A ce niveau-là, c’est plus de la technique, c’est un don 😉

      Répondre
      1. Rofine

        Te connaissant, j’imagine très bien « ces dessous avec de la dentelle et les jolies chemises »… 😉
        Tu feras deux grosses bises à ta Maman de cœur.de ma part.
        Bises à toi et caresses à tes bômatous.

        Répondre
  19. bertrouf

    Sauf erreur, vous avez été la victime collatérale d’un transfert de la part de cette dame, dans le cadre de la relation patient/soignant. Vous n’avez pas à jouer le rôle de son analyste, votre façon de botter en touche n’était pas si mauvaise.
    Mais c’était peut-être aussi une drague éhontée et dans ce cas, profiter de votre métier est tout simplement de l’abus. La recommandation d’Elemm, c’est-à-dire poser l’équation sur la table, est parfaite.

    Répondre
    1. Herve CRUCHANT

      Ben Wouaillon ! et refuser un pot qu’on vous offre sous prétexte que c’est pas l’heure ou que çà vous fait pèter en société ou que… A part toutes ces disciplines, techniques , pieux mensonges et basses morales, n’y aurait-il pas autre chose à introduire dans le débat ? (oui, oui, Elemm, le jeu de mot-acte manqué…).

      Par exemple, quitter son fauteuil, entrainer la patiente vers un autre lieu de la pièce et parler plus d’humain à humain ? Çà marche dans le « social d’entreprise » et le managériat (t’as vu le mot qu’il est laid et représentatif? woouuaaah…). « On » m’a dit que la fac de médecine n’accordait qu’une heure (UNE) à l’apprentissage du contact lors des consultations en cabinet. J’hallucine (c’est grave, docteur?)….

      Répondre
  20. Philippe

    Salut Baptiste,
    Lorsqu’on est au pied du mur, il parait toujours plus petit que lorsqu’on est dessus.
    Là, c’est le problème de la hauteur du mur, mais à l’envers…
    J’ai 43 ans et même si je suis marié, père et tout le toutim, je me sens plus jeune que ce que veulent bien en penser les personnes de 28 ans…, et parfois ça fait mal, un peu…
    Le fait est que l’on est tous sur le même escalator. Simplement, certains sont juste sur des marches plus hautes, mais on va tous au même endroit…
    Mais on oublie vite.
    A Lundi dans le taxi.
    Philippe

    Répondre
    1. CédA

      @Philippe:…sûr qu’il y aura Baptiste,lundi dans ce taxi-là? alors soyez sympa,faites un petit détour et passez me prendre aussi!…(sur l’escalator je suis celle sur la cinquième marche vers le bas…)

      Répondre
        1. CédA

          @Philippe:…ouille! j’ai dû me tromper en comptant les marches alors!…j’ai 51 ans,…genre Baptiste a l’âge d’être mon fils…J’en profite pour rajouter que,si j’ai lu en tirant la langue,le premier tome de 50 nuances de Grey,c’est parce qu’il était en anglais…et qu’entre le français langue maternelle et l’espagnol d’adoption,mes souvenirs d’anglais restent à perfectionner.Mais bon,j’ai eu l’impression de comprendre l’histoire…je me suis même félicitée(il n’y a pas de petite victoire!)…je l’ai lu à l’hôpital aprés extirpation de la tumeur au sein et les infirmières venaient le feuilleter dans ma chambre à tour de rôle,vite déçues qu’il soit en anglais…
          Abrazo à vous,(en prenant soin de ne pas me prendre les pieds dans l’escalator!)

          Répondre
          1. Herve CRUCHANT

            Çà y est, il suffit de s’éloigner un peu et ma Céda quitte le quai…
            Jaloux, moi ? Jamais, voyons ….

  21. Grand33

    Bonjour Bibi,
    Je crois que tu n’as pas été nul, tu ne pouvais pas savoir. Je trouve ta façon, très 2ème degré, de lui faire comprendre que tu n’étais pas intéressé, plutôt bien trouvée.
    Vu récemment sur un site d’annonce bien connu :  » Homme échangerait femme de 50 ans contre deux de 25″ , peut-être était-ce le mari de cette dame , …..
    😉
    la bise

    Répondre
        1. martingoule

          Mon commentaire aussî.
          C’est le jour ou j’ai manqué de délicatesse,mais moî souvent je manque de délicatesse suis un peu brut décoffrage mais suis droite dans mes baskets.
          Bisous B.
          Reste toujours le même
          Bisous

          Répondre
    1. CédA

      @Grand 33:Ahhhh not’Grand,le poète des convertions en tous genre!…tu échangerais toi,deux bières contre une édition dédicacée d’un livre de Baptiste???
      Poutous!

      Répondre
  22. Margot

    tant que ça n’est pas: « homme échangerait une femme de 50 ans contre dix de 5″… !!!! (ouais je sais, c’est pas drôle, ça va hein…)

    Répondre
      1. Rofine

        Une question spéciale pour Grand33 : as-tu vu sur le site d’annonces bien connu,
        « Femme échangerait homme de 60 ans contre deux de 30 ans, peut-être étai-ce la patiente de Baptiste… 😉 😉

        Grosses bises

        Répondre
  23. Valentine Pumpkins

    Ouch.

    Mais bon, je comprends tout à fait, on fait ce qu’on peut pour se défendre dans ces moments-là. ça tenait presque du harcélement sexuel quand même. J’imagine la situation inverse, un homme de 50 ans avec une jeune médecin, j’aurai été capable de sortir un truc pareil pour établir une distance mais c’est vrai qu’après on peut s’en vouloir… Mais en fait, il faut pas !

    Répondre
  24. Margot

    Sinon tu peux toujours parler incidemment de « ta femme » quand tu as l’impression qu’on te drague et que ça ne te plait pas.
    ou mieux, si c’est une femme, de « ton mari ».
    Tu devrais être tranquille avec ça.

    Répondre
  25. CédA

    Je suis d’abord tombé amoureuse de mon chirurgien puis de l’oncologue et dernièrement de celui qui fait la radiothérapie….comme un enfant de maternelle tombe amoureux de sa maîtresse…parce que je puise dans leurs regards chaleureux de professionnels de la santé,de la force,beaucoup de force.Le radiologue a transformé mon sein en un tableau à la Miró en dessinant des croix et des points avec beaucoup de tendresse,avec son encre indélébile…c’est tout sauf sexy…mais il me fait rire,quand j’ai envie de pleurer…et le crabe déteste le rire…ça le secoue dans son antre…alors je ris en imaginant les parties de morpions sur mon sein offert aux rayons.J’imagine mon beau radiologue en héros maniant l’épée laser,éradiquant la bête…je me transforme en princesse de Star Wars et je lui offre jours aprés jours mes sourires de reconnaissance et lui son abrazo réconfortant.Personne ne trompe personne,mais il y a quelque chose de fort qui naît lors de ces rencontres médecin-patients,pour peu qu’on se sentent vulnérables,même si ce n’est pas de l’ordre de la séduction.Un,je ne sais quoi,dans sa façon de mettre sa main sur mon épaule avec un sourire,qui me rassure.
    Comme toi Baptiste,je suis convaincue que les free-huggs aident à lutter contre le cancer…les abrazos virtuels aussi,d’ailleurs!…Alors je vous envoie des abrazos qui clignotent en rose…(en ce mois de la prise de conscience de l’importance du dépistastage précoce,du cancer du sein)… Abrazons-nous même quand on n’a rien à célébrer de spécial…être en vie,c’est déjà pas si mal…et te rencontrer et pouvoir te lire,est aussi un baume au coeur que tu partages sans compter,avec tes lecteurs.
    Bisouxxxxxxxx à la Fine pour votre si généreuse fidélité.Ça va le faire!!!!

    Répondre
    1. Mésange

      Princesse de Star Wars, j’aime savoir que tes médecins ont ces effets psychologiques si positifs sur toi en ce moment si difficile et parfois si inquiétant. Mais je ne suis pas sûr que les chaleureux abrazos de parlaba entre soignants et soignés soient considérés comme éthiquement corrects parcheznous. Les soignants, vous nous donnez des précisions sur ce point ?
      Princesse, j’ajoute la douceur de mes caresses de plumettes aux abrazos de ton médecin.
      Bisous biafinés-super-dopants, belle Dame de parlaba

      Répondre
    2. Rofine

      Bonsoir Ced´A,
      Ça me fait chaud au cœur de te lire ce soir sur le blogàbibi ! Tu es bien entourée par une équipe médicale compétente sur laquelle tu as misé toute ta confiance et puisé toute la force dont tu as besoin pour mener ta STAR WARS…
      Chez tes médecins de parlaba, je retrouve l’empathie et l’humanité de Baptiste.
      En ce mois d’octobre où l’information médicale insistera sur le dépistage précoce du cancer du sein, je souhaite que les patientes en oncologie se sentent aussi bien écoutées, épaulées, soutenues que toi.
      Dans 90% des cas, le cancer du sein est guérissable : garde espoir !!! 😉

      Pluie stincillante de bizouxROSESgueritout.

      Répondre
      1. CédA

        @Rofine: »je retrouve l’empathie et l’humanité de Baptiste »…et »mon »radiologue a les yeux verts…comme Baptiste!!!
        Merci pour tes mots tendres Rofine..(.you’re an angel!)

        Répondre
  26. CédA

    @Cath:…c’est »azul »…comme principe azul=prince charmant…(= médecin?(nan j’rigole!!!))
    Merci Cath…les abrazos ronronnants de chats,ça aide pour soigner plein d’trucs.
    Bisouxxxxxx à toi Cathôchats.. (le répète pas à Marie la azul,mais il paraît que le nutella aussi ça fait du bien là où ça fait mal!)
    @Mésange:la première fois que j’ai consulté un médecin ici,je lui ai tendu la main pour le saluer…il m’a regardé avec des yeux de lori,a attrappé ms main et m’a tiré jusqu’à sa joue et on s’est fait la bise qui dit bonjour comment vas-TU?..c’est vrai qu’ici les médecins(femmes et hommes)sont souvent particulièrement chaleureux quand ils reçoivent les patients,ans que cela ne prête à confusion,je crois(même s’il doit aussi exister des dérapages)En général,les patients trouvent du réconfort dans ces gestes et ces attentions sans gêne…Maintenant que je m’y suis habituée,je trouverai trés froid un autre accueil de la part d’un soignant à mon égard…le code de déontologie a peut être des variantes selon les us et coutumes des différents pays..On peut parfois interpréter en se trompant,un regard ou une attitude de l’autre,comme lorsqu’on met une certaine intonation dans un message,alors que l’emetteur en imaginait un autre.En cas de doute,ce serait un soulagement de pouvoir en parler simplement.
    Les abrazos biafinés sont les bienvenus,merci Mésange pour tes plumettes magiques.

    Répondre
    1. Cath

      Azul – et je pensais azur en t’écrivant 😉
      Courage ! Et même la Bleuette ne t’en voudra pas… Pas encore repéré le pot de 5kg que j’avais vu au Luxembiurg… Mais si j’en vois un, je lui fais son affaire, promis 😉

      Répondre
      1. CédA

        @Cath: Hervé connaît un bar à Nutella,où ils ont les fameux pots…mais bon,on voudrait pas fâcher Marie alors on abandonne l’idée!
        @Marie:ils font des études(paraît-il,sérieuses!),pour voir si les chiens qui ont un odorat 100000 fois plus développé que celui de l’homme,ne seraient pas une aide efficace dans la détection précoce de certains cancers(sein et prostate),…j’imagine le labrador en consultation,qui te fait des papouilles avec sa truffe sur la zone qu’il a repéré à risque,pendant que le médecin peut rester moins démonstratif,derrière son bureau et même faire des avions avec les pages de son code de déontologie…
        Not’Doc a une tête de lion,alors il doit avoir du flair…même si comme dans le post du jour,il a du mal à y voir clair!
        Et je me rappelle d’un lien transmis par un lecteur du blog où une équipe de soignants,dansaient et chantaient dans la salle d’op.avant une ablation des seins,pour que la patiente soit plus détendue..y a des médecins humains partout…faut parfois juste avoir la chance de tomber dessus!!!
        Je partage les poutous de not’Grand avec vous…(partageuse que je suis!!!)

        Répondre
    2. marie

      dans les consult en france il y a cette espèce de barrière infranchissable « moi j’ai fait des études alors s’il vous plait laissez moi faire mon boulot », le malade n’a pas droit au chapitre l’homme de science sait…même si toi tu sais deux trois trucs sur ton mal, se taire …donc gêne.. c’est ça gêne en france on est coincé grave, accablée par le diagnostic comme la biche le jour de l’ouverture , on a peur de tout et en face un gars une gate dont c’est le quotidien d’annoncer que patatra demain ne sera vraiment plus comme hier enchaine les rendez vous de patatra. Well faudrait décoincer tout ça ok vous êtes docteur et moi avant d’être malade je suis … démystifier la problèmatique …mais vrai c’est pas demain qu’on tapera l’abrazo dans les officines françaises on est pas assez latino et c’est bien dommage. gros poutous les Angel et ultréïa!!!.
      nb mieux que le nutella, la niochollata sans gluten et sans huile de palme en vente libre dans tous les supermarket de france au rayon bio …

      Répondre
  27. moka

    Elle n’avait pas à se conduire comme ça, mais le problème de la réponse c’est qu’elle a peut être juste compris qu’elle n’était pas attirante et ce n’est pas ça le problème.

    Répondre
  28. titou59

    Bonjour à tous, comme l’a dit Moka, en effet, la réponse a pu être interprété par cette patiente comme « la preuve » qu’à 50 ans, elle était fini … invisible aux yeux des hommes en tant que femme, et qu’elle n’était au final plus qu’une mère, une vieille maman dont personne ne veut sauf ses enfants … Je ne sais pas si elle s’est réellement rendu compte de ce qu’elle faisait, de son comportement ambigu vis à vis de toi. Je ne sais pas si elle a réellement, consciamment voulu « te draguer », je pense (mais je me trompe peut-être) que sans le vouloir, elle a eu un comportement inadaptée pour se donner l’illusion qu’elle était encore une femme, qu’elle avait encore quelques atouts qu’un jeune homme aurait peut-être pu remarquer, elle a peut-être juste voulu se redonner confiance, de façon bien maladroite je l’avoue, mais à sa décharge, voir son mari (qui doit avoir le même âge qu’elle) l’abandonner pour une jeunette de 24 ans, avec qui il va refaire sa vie, et donc ravoir d’autres enfants qui sait(il en a la possibilité physique) …. ça a du être difficile à vivre pour elle… Un divorce à 30 ans, c’est compliqué, à 40 ans c’est difficile, mais à 50 ans, le monde (pour une femme) s’écroule, car sans vouloir être moralisatrice, un homme de 50 ans est encore « vert », une femme de 50 ans … n’a aucune chance de pouvoir « TOUT » recommencer ! adieu la maternité par exemple. Or une femme se détermine par rapport à son statut de femme, de mère, d’épouse d’amante … si on lui retire ses « fonctions » que lui reste-t-elle ?
    Je me fais un peu l’avocat du diable car je me mets à la place de cette femme … j’ai de la peine pour elle, j’essaie de lui trouver des excuses, de trouver une explication plus rationnelle pour la dédouaner, elle doit être déboussolée, anéantie et ne sait pas forcément où elle va, ce qu’elle fait, et qu’elle a un peu « dépassée » les bornes en ayant un comportement inadapté avec toi …
    Mais je me trompe peut-être, qui sait c’est peut-être une grosse cochonne qui a voulu abuser de son médecin … mais pourquoi va-t-elle voir l’associé dans ce cas ???
    N’avait-elle pas juste « besoin » de se sentir plus sure d’elle ?
    Cher Baptiste, je partage l’avis de Elemm qui disait de lui en parler directement, en lui disant pourquoi pas « comment allez vous sinon ? A part ça ? ». Selon la réponse (si si ça va, ou ben finalement je ne me sens pas bien) lui répondre, « je me suis bien rendu compte que quelque chose n’allait pas, que vous étiez perturbé par des évènements qui vous minent un peu … vous venez me voir régulièrement, pour de petits bobos, de plus en plus « intimes » et – ne vous méprenez surtout pas – avec des tenues que l’on pourrait presque qualifier d’affriolantes. Après, il est vrai que vous êtes une très belle jeune femme, qui ne fait pas son âge, et qui aurait bien tord de se priver de se mettre en valeur, mais j’avoue que je me suis posé des questions (en tant que jeune médecin), et je me suis aussi senti un peu mal à l’aise d’ailleurs. Mais votre santé me préoccupe, aussi si quelque chose ne va pas, vous savez qu’en tant que médecin, je suis là pour vous écouter et pour essayer de vous aider »
    Enfin, voilà, personnellement, c’est comme cela que j’aurais procédé 😉

    Et sinon, une question me taraude aussi Bibi, pourquoi n’as tu pas (tout en respectant scrupuleusement le secret médicale évidemment) discuté de cela avec ta maman ou une femme de l’âge de ta patiente, pour avoir leur opinion de femme « mûre » sur la question (celle de se faire larguer après x années de mariage pour une jeune fille de 24 ans)? Peut-être t’aurait-elle donné une lumière « différente » sur le sujet ? non ?

    Répondre
    1. lili

      ON dirait presque en lisant votre commentaire qu’une femme de 50 est un vieux machin fini, qui s’effondrera si son homme la quitte…. j’ai 50 ans l’année prochaine est je suis(très) loin de me retrouver dans votre vision de » la femme mature »! Il y a des personnes plus fragiles à tous les ages de la vie mais s’il vous plait messieurs pas de généralisations.

      Répondre
      1. Rofine

        Je vous rejoins dans votre propos « Lili » !
        J’ai déjà largement dépassé la cinquantaine, (je suis au logiciel 6.2…) et ne me considère pas comme une « vieille finie ». Je pense que tout se passe dans la tête. Vous pouvez avoir 30 ans et une mentalité de vieux (pardon Baptiste ! Ne te sens pas visé…) et avoir 80 ans et une mentalité jeune.

        Je reviens également sur les avis de « titou59″ :
        – les divorces se font aussi à plus de 50 ans voire 80 ans…
        – un homme de 50 ans est encore  » vert » et je termine votre phrase en disant qu’une femme de 50 ans est encore « verte » et « libérée de la maternité ! Elle peut vivre autrement sa sexualité. Pensez-vous que les papis et mamies n’ont plus de vie sexuelle ? Il est temps de briser ce sujet tabou !!!
        -vous dites, « une femme se détermine par rapport à son statut de femme, de mère, d’épouse et d’amante » : évitons de trop généraliser ce portrait de femme. Certaines refusent la maternité pour X raisons, d’autres ne veulent pas être « l’épouse de… » Arrêtons de lui faire endosser ce que la société et/ou les hommes veulent lui imposer !
        Sinon, je pourrai dire que l’homme se détermine par rapport à son statut d’homme, de père, d’époux et d’amant, en vous paraphrasant…
        – enfin, j’ajoute que si l’homme a « largué » sa femme dans l’histoire de Baptiste, l’inverse est possible aussi, la femme peut « larguer » son mari.
        « Que mieux vous porte » comme dirait notre ami Hervé !
        L’absence de ses commentaires poétiques et reconnaissables entre mille dans le blogàbibi, depuis deux semaines déjà , me pèse.
        Je lui lance un appel amical et pressent : reviens vite Hervé ! Tu nous manques vraiment ! Bises à toi. 😉

        Répondre
        1. CédA

          HERVÉ te extrañamos mucho mucho,(Rofine a raison!)…répare ta machine à envoyer tes beaux messages…y a les vieilles de plus ou moins 50 ans qui trépignent…déjà qu’aprés avoir lu « @ titou 59″,on ressemble à des vieux machin fini(moi aussi comme @lili,j’ai perçu ça dans le com.)et que donc on n’a plus qu’a se contenter des fantasmes et des livres hot(…grrrr…je refuse d’être un angel,là!!!) …
          Et Hervé,!!!!…Martingoule,l »a écrit clairement…on est amoureuse de tous ceux qui nous guérrissent…et tes mots nous guérissent…et tes bisouxxxx qui mieux nous gardent aussi…et je partage ce que dit Rofine,faut arréter de généraliser…y a mille cas de figures de séparation…la femme peut aussi voir partir son mari,parce qu’il tombe amoureux d’ un autre homme et il paraît que ça déprime drôlement…y a aussi des femmes de 50,qui quittent leurs maris et leurs maris déprimés viennent peut être consulter leur médecin pour rassurer leur égo,habillés avec des boxers de style Aubade…le problème est de savoir comment gérer l’écoute attentive du patient,sans que celui-ci devenu vulnérable,interprète cette compassion comme une possible ouverture à une relation,qui dépasse le cadre médecin-patient.
          Abrazos tendresses.

          Répondre
          1. Herve CRUCHANT

            Reste plus que deux ou trois courses à faire et je reviens vite. T’as besoin de quelque chose (d’autre?) ? Câlins. H’

    2. martingoule

      @titou 59
      Te te répondrai juste que nous les femmes quel que soit notre âge nous avons un grand avantage sur les hommes et tu sais pourquoi Titou 59
      Bien parcequ il est plus facile d’avoir la bouche ouverte que le bras tendu ( je t’explique vulgaire pour vulgaire ) les hommes à un moment n’ arrivent plus a bander ,les femmes arrivent toujours a faire l’amour ) d’où l’expression citée ci dessus)

      Répondre
    3. Grand33

      je vous trouve un peu dur mesdames avec @titou59. Relisez bien son message, elle ne dit jamais qu’une femme est finie à 50 ans (quoique j’en connais qui ne sont pas foutue de tenir sur une bouée 😉 Céda).
      Elle dit, et je crois à juste titre, qu’un homme et une femme ne peuvent pas se reconstruire de la même façon à 50 ans, lorsque leur moitié se tire avec un(e) beaucoup plus jeune.
      Il faut quand même bien reconnaitre que vous êtes toujours très belles à 50 ans (ou plus) et que souvent on a l’âge que l’on a dans sa tête et malheureusement aussi dans son corps. (et oui toujours la fameuse « santé »).
      Je me permets de vous embrasser, toutes. de 7 à 77 ans ! car elle court, elle court …………..

      Répondre
  29. Cel

    Peu importe son âge, son histoire et sa façon de s’habiller…
    La véritable question est : pourquoi j’en suis troublé ?
    La distance a été posé mais tes ressentis ?

    Répondre
    1. Rofine

      Et si dans la formation des jeunes médecins, on insiste beaucoup sur les connaissances et gestes médicaux à maîtriser et pas assez voire pas du tout sur la relation patient/soignant à mettre en place lors d’une consultation ?
      Dans la fac, les étudiants jouent-ils des rôles dans des situations virtuelles pour leur donner les moyens de réagir comme celle vécue par Baptiste et qui l’a quelque peu perturbée ?

      Bises à toi Baptiste.

      Répondre
  30. Biquette

    Baptiste, aurais-tu été moins « mal à l’aise » avec une jeune patiente ou un jeune patient qui aurait eu le même genre de comportement?
    Les relations patient-médecin restent des relations humaines avec tout ce que cela implique. Il me semble que tu as réagi comme tu l’as ressenti à ce moment là. Je trouve très touchant que tu en parles aussi librement, tes questions t’honorent et montrent quel bon médecin tu es!

    Répondre
    1. Rofine

      Bonjour Biquette !
      Votre question adressée à Baptiste est intéressante.
      Son questionnement nous interpelle aussi en tant que patient(e)…
      Restons à notre place lors d’une consultation , nous simplifierons le travail du soignant sans « parasiter » ses pensées et sa concentration.

      Je vous embrasse 😉 ! 😉

      Répondre
  31. titou59

    Merci Grand pour avoir su lire « correctement » ce que j’avais écrit… En effet, je n’ai jamais eu « la prétention » de dire « c’est comme ça » mais j’ai juste eu « l’outrecuidance » d’essayer de me mettre dans la peau de cette pauvre femme/dame (et surtout pas dans le sens péjoratif du terme, bien au contraire, car j’ai énormément de peine pour elle, de voir qu’elle a apparemment du mal à retrouver ses marques) pour qui tout a du s’effondrer autour d’elle. Je n’ai JAMAIS dit dit « toutes les femmes sont comme ça » … (et heureusement d’ailleurs qu’elles ne le sont pas toutes). Croire que tout le monde est « comme soi » est une grossière erreur à mon sens, par contre savoir faire preuve d’empathie pour autrui, c’est apparemment beaucoup plus difficile qu’il n’y parait !!!

    Personnellement, j’en suis à mon 4e conjoint (même si je suis toujours en relation étroite avec mes ex. qui continuent de m’adorer …), et ça ne me fais pas peur d’être seule à nouveau (ce qui risque d’arriver tantôt d’ailleurs)et ce malgré mon âge, mais j’ai de la peine pour les femmes qui ne vivent que dans leur relation à autrui, car je les trouve bien dépendantes et bien « asservie » à leur statut de « femme épouse de… » au lieu de savoir exister par elle-même … Personnellement, je n’ai jamais pensé qu’une vie de femme réussie était obligatoirement la vie d’une femme « en main »(mariée, pacsée, en concubinage notoire ou pas). De même, en ce qui concerne l’âge des femmes, j’en connais qui à 30 ans ont été très abîmées par la vie hélas, d’autres qui a plus de 60ans sont toujours de superbes belles femmes. La beauté n’est que dans le regard des autres, et surtout si on se forge sa propre opinion qu’en fonction de ce que les autres pensent 😉

    Et oui, quand j’énonce un avis personnel, ben je le dis, je le marque, il y a écrit « personnel » devant et c’est un avis qui n’engage que moi, tout en sachant pertinament que d’autres auront peut-être (sûrement) des avis divergents sur la question ! Et quand j’énonce une hypothèse comme je l’ai fait au sujet de cette dame, en essayant de me mettre à sa place, ça se voit aussi par l’usage des temps, des adverbes etc ….

    Répondre
  32. Herve CRUCHANT

    @Titou59. Le pire de tout serait de te vexer, l’ami. Restes zen, si tu veux, tout va bien. Tiens, au fait, toi que je tiens par la manche , tu pourrais me dire ?

    C’est quoi, « cinquante ans »?

    Répondre
    1. CédA

      Le jour où Philippe a eu de la délicatesse en me disant que j’étais jeune…le jour où Hervé a fait son jaloux pour rire et m’a fait éclater de rire en taquinant Elem,en attrappant titou par la manche et en réparant sa machine à bavardages si réconfortants…le jour où not’Grand m’a réconcilié avec le com de titou59…le jour où la réconciliation est en marche et ce blog le prouve!!…(enfin presque…mentionner mes mésaventures avec la bouée orange,mérterait de te mettre au défi pour l’été prochain not’Grand!!!)
      Le jour où la journée commence de trés bonne humeur en vous lisant…ce jour là,si tu as manqué ou pas de délicatesse,Doc Baptiste,c’est pas grave,on t’aime pareil!
      Bisouxxxxxxxx roses (pas orange!grrr…)

      Répondre
  33. titou59

    c’est quoi cinquante ans ? peut-être cinquante nuances de tout un panel d’individus en fait … Si cinquante ans était 50 fois 1 an …. alors qu’en est il des personnes nées un 29 février ?

    (PS pas d’inquiètude, je ne suis pas vexée, loin de là, juste sous l’empire d’une fièvre persistante à plus de 38°7, et pas l’envie de me mettre en arrêt, donc au taf et fatiguée ;-))

    Répondre
    1. CédA

      @titou: un bisou sur votre front brûlant…faudait peut être consulter si cette fièvre persiste…y a sûrement un doc plein de délicatesse prés de chez vous?!!!….(sans rancune,l’abrazo…)

      Répondre
      1. titou59

        @ ceda : merci mais attention aux microbes, je prendrais le bisou dès que la fièvre sera partie ;-)Quand à toi, prends bien soin de toi, et essaie de toujours positiver, c’est la clé pour rester en forme (en forme de quoi je ne sais pas mais en forme quand même 😀 )
        j’ai un très bon médecin : une «  » »vieille » » » dame de plus de 50 balais(que j’adore), qui est tellement appréciée de ses patients qu’avoir un rdv avec elle est mission impossible(près de 20 jours d’attente), et en plus la pauvre a une vilaine maladie (polyarthrite) très invalidante qui malheureusement l’handicape beaucoup et de plus en plus. Aussi, j’attends d’être à l’article de la mort (sans jeux de mots en plus, style 41°9 pendant 3 semaines et malgré des antipyrétiques) pour l’appeler ou tenter l’exploit de supporter d’être dans une salle d’attente durant plus de 7h pour la voir (les gens arrivent 2h à l’avance minimum, et généralement pour des consultations libres de 15h à 19h, la salle est déjà pleine à 13h et il est rare qu’elle termine avant 21h ou 22h …). Elle aime tellement son métier, et les relations qu’elle a avec ses patients que même lorsque sa maladie la fait souffrir, elle préfère travailler. Son métier, c’est sa vie, elle ne saurait pas s’arrêter. Alors je la préserve du mieux que je peux(c’est à dire que je ne vais pas la voir pour des futilités afin qu’elle se consacre à ce qui est plus important), je fais appel à mes anciennes connaissances (je travaillais dans le médical avant de devoir me réorienter), et quand je vois ma doctoresse, je remets à jour mes connaissances en ce qui concerne les bobos habituels, je lui demande conseils pour ne pas faire de bétises. Là rien de méchant, c’est juste une vilaine inflammation de la gorge, avec un début de rhinopharyngite, ça va passer …
        C’est de ma faute, un vile faquin est entré chez moi (je laisse toujours ma porte fermée sans la verrouiller le midi vu que je suis chez moi) et je l’ai pris en flag les mains dans les poches de mes manteaux … je lui ai hurlé dessus, l’ai ceinturé, trainé dehors, rameuté le quartier en demandant qu’on appelle la police(et je me suis cassé la voix d’ailleurs), ensuite, il a fallu aller au commissariat pour déposer plainte (malgré 3 appels dont un des pompiers, la police ne s’est pas déplacé … no comment), puis aller au CHU en médecine légale pour faire l’état de mes blessures(il s’est défendu l’ignoble) mais rien de bien méchant, quelques coups de poings, et il m’a retourné les pouces pour que je consente à le lâcher (ben oui je m’attache vite que voulez-vous) … et là bas, j’ai du me choper un virus … comme quoi, des fois on est maudit 😉
        N’empêche, il m’a rien volé et il a du avoir la peur de sa vie, j’espère qu’il ne recommencera plus jamais ! (m’enfin, maintenant je suis malade, j’ai de la fièvre et je tousse comme une damnée …pffft y’a pas de justice)

        J’espère que je vous aurais bien fait rire de mes (tous) petits malheurs en tout cas, je les ai racontés de cette façon pour cela. Bizouillàtous

        Répondre
    2. Rofine

      Bonsoir « titou59 »,
      Je vous présente mes excuses sincères pour ma réponse, un peu « vive » à votre long post du 06-10.
      La communication est un art complexe. Vous formulez un message et le récepteur le reçoit à plusieurs niveaux selon son vécu, son âge, son humeur du moment, sa fatigue, son état de santé…et le temps qu’il fait. 😉 !

      Aujourd’hui, vous nous dites que malgré votre état fiévreux et votre fatigue vous êtes partie au taf…je ne veux pas jouer au docteur mais Baptiste vous expliquerait mieux que moi que vous avez eu tort de suivre cette envie. Pourquoi ?
      1- quand on a de la fièvre (38*7 tout de même !), c’est que vous mijotez une maladie.
      2- vos collègues vous ont regardée de travers, en se disant, « titou59 » est là, pas en forme. Elle va nous refiler ses microbes et nous serons à notre tour malades (pas tous, hein !).
      3- le patron ne vous attribuera ni une prime de zèle, ni une une médaille du mérite.

      Que faire ?
      – De toute évidence, consulter votre médecin rapidement.
      – Rester chez vous (envie ou pas envie..) en pensant que vous préservez la santé des autres et que vous ne creusez pas le trou de la sécu.
      Vous serez ainsi plus vite guérie.

      Prenez bien soin de vous !

      Répondre
  34. Lise.

    Céda

    Un tout petit message de rien, juste le temps de te dire que j’espère que tu tiens le coup …
    Et oui, ça va le faire, j’en suis certaine …
    Ca ne peut pas « ne pas le faire », avec toute la « ronrononthérapie » que tu associes au traitement plus … disons … conventionnel !

    Je ne suis plus très présente « sur le devant de la scéne », ni ici, ni ailleurs, mais je vous lis toujours …

    Je t’embrasse, ainsi que tout la Fine

    Lise.

    Répondre
    1. CédA

      @Lise:…pas grave pour l’orthographe…en plus de la ronronothérapie,désormais,je pratique »susurrer sans orthographe »,(une de ces associations,prihervénobellisable qui m’enchante…).
      Merci pour tes encouragements qui traversent l’océan…mes bras grands ouverts les reçoivent avec bonheur!
      Nb:Je sais que tes journées sont débordées…mais prend le temps,comme toutes les femmes de faire un dépistage une fois par an!Ne jamais remettre ça à plus tard…

      Répondre
        1. Herve CRUCHANT

          çà y est ! Rofine revient avec son ordre… faudrait que je te trouve une assoc de demi-dingues genre pataphysiciens ou défenseurs du « bordel domestique organisé juste pour qu’on retrouve la tradition de perdre ce qu’on a rangé tout à l’heure et même que je l’avais posé là »… tu vois, on se perd déjà dans la raison sociale de cette académie….

          Répondre
          1. Rofine

            T’inquiète Hervé !
            J’ai un « spécimen de ces ordres » à la maison….il est même devenu champion olympique (si, si !).
            Je ne te raconte pas, ici, ( trooop loooong ) toutes les aventures qu’il m’a fait vivre depuis 35 ans déjà ! 😉

            Bisous

    2. Grand33

      Coucou,
      message à 13h21, donc après déjeuner et une bouteille de gros plant nantais c’est normal que l’on bafouille……. ,-)
      la bise

      Répondre
      1. Rofine

        C’est comme ça que tu te soignes ! 😉
        Et ce soir rebelote, avec les copains évidemment !
        Envoie-moi, en MP, le menu stp, je pourrai le savourer des yeux…

        Bises

        Répondre
  35. Marie M.

    Oh la la ! J’ai lu « 50 nuances de Grey » à …30 ans ! C’est grave docteur ? LOL !
    On ne peut pas être parfait devant quelqu’un qui nous déstabilise, alors ben… Cette pauvre femme aimerait se prouver qu’elle peut encore séduire, et cette « maladresse » montre que tu as bien reçu le message, après libre à toi de décider de ce que tu vas en faire, du message 😉
    Prends (aussi) soin de toi !

    Répondre
  36. titou59

    bonjour Rofine,
    comme vous le dites si bien que faire ?
    J’ai un gros problème, j’ai été élevé par des gens qui ne s’écoutaient pas, et qui se bougeaient tant qu’ils le pouvaient(ma grand mère travaillait alors qu’elle avait perdu sa main droite étant bébé par exemple, ma mère n’a eu un arrêt que d’une journée pour régler un problème de thyroïde …). Pour moi, 38°7, c’est pas vraiment invalidant, on a juste l’impression d’avoir la tête qui chauffe un peu …solution : ouvrir la fenêtre pour avoir un peu d’air frais, ou se passer un peu d’eau sur le visage et l’impression passe(je ne me suis arrêté que 5 jours en 2007 pour une pneumopathie sévère avec 41°9 de fièvre malgré les antipyrétiques …). De toute façon, si j’arrêtais avec ce que j’ai maintenant, je culpabiliserais et je me traiterais moi-même de fainéante …j’aurais trop honte de moi, surtout pour à peine 38°et quelques…et puis surtout parce que si je suis capable d’aller au magasin faire quelques courses, si je suis capable d’aller promener mes chiens, c’est que je suis apte pour le reste 😉

    Alors pour le 1/ je vais laisser mijoter la maladie, qui de toute façon va se passer toute seule, je vais juste m’aider un peu avec du sirop, un décongestionnant nasal et quelques bonnes infusions/thé/tisanes qui vont passer toutes seules et me feront un bien fou(j’adore le thé)
    2/ mes « charmantes » collègues sont du genre à se mettre en arrêt durant plus de 3 semaines parce que leur vernis à ongle est écaillé, et ça peut aller jusque 5 mois pour ce qu’elles vont appeler une gastro … Alors c’est vrai que mon cas détonne dans un service de fainéantes … mais je pars du principe que si je suis apte à travailler, je ne vais pas glander chez moi… de toute façon, la plupart sont déjà en train de préparer leurs futurs arrêts de travail.
    3/ je me fiche complètement de ce que pense mon chef …et je n’attends rien de lui. Je ne bosse pas pour avoir une reconnaissance de la part de qui que ce soit, je fais mon taf, c’est tout, et il n’y a pas de médaille à avoir pour ça.

    Quand au trou de la sécu, je pense, (mais c’est un avis tout personnel, et qui n’engage que moi) que si tout le monde était comme moi, et ne s’arrêtait pas pour des queues de cerises alors qu’ils sont aptes à travailler, et bien ce trou justement ne serait pas si grand … Le trou de la sécu est en effet grévé très largement par le nombre incalculable de médocs qui sont prescrit « par confort » au patient pour le rassurer alors qu’il n’en a pas réellement besoin(et oui pour ne prendre que cet exemple là, les antibio c’est pas automatique, il y a plein de maladies qui partent comme elles sont venues et les médocs prescrit servent juste à ce que les symptômes soient moins gênants, mais ils ne guérissent pas du tout), je ne parle même pas des jours payées par la sécu pour tous les arrêts alors que ceux ci ne sont pas réellement nécessaires … S’arrêter parce qu’on est vraiment malade au point de ne pas pouvoir se lever, malade au point de n’être plus aptes physiquement et/ou mentalement à aller bosser, oui, c’est normal, on ne vit pas dans un état d’esclavagistes, mais s’arrêter juste parce que « je suis fatiguée », je me sens « patraque », j’ai pas « envie » … là, désolée, mais je ne suis pas d’accord. Le médecin de mon ex mari ne donnait jamais d’arrêt, que ce soit pour une angine, une rhino, etc … pour lui, si on vient à son cabinet, c’est qu’on peut aller bosser …

    Certains me trouveront peut-être dure, mais c’est comme cela que l’on avance, on arrête de se regarder le nombril, on se motive et on se bouge, et oui parfois c’est dur, parfois c’est difficile, parfois même c’est douloureux, mais c’est la vie … alors si on baisse les bras pour un petit rhume, une petite rhinopharyngite…. qu’est ce qu’on va faire contre une maladie « grave » ??? contre quelque chose de « vraiment » sérieux ???

    De toute façon, si je prends mon cas personnel, c’est une maladie « aeroportée », pas besoin de contact pour l’attraper, les germes sont dans l’air … que je sois là ou pas, ça ne changera rien, je ne suis pas la seule et unique personne malade dans tout le département. Je me suis choppé cette infection en entrant dans un hopital, et promis je n’ai bisouillé personne là bas, je ne me suis vautré dans les bras ou dans le lit de personne non plus pour l’attraper … c’est arrivé parce que j’ai respiré tout simplement (et vive les infections hivernales) !!!

    Après chacun son avis sur la question … il est vrai que chacun réagit différemment face à la maladie, certains savent trouver les ressources suffisantes pour tenir bon et se battre, d’autres se laissent complètement aller et sont incapables de réagir.

    Attention, cette réponse était juste un état de ce que je pense, ce n’est nullement un post moralisateur 😉 Je ne voudrais pas qu’on prenne cela comme une attaque, ce qui n’est nullement le cas. J’explique mon ressenti, c’est tout. Je pense justement éviter de gréver encore un peu plus le trou de la sécu en n’ayant pas de consultation de médecin à me faire rembourser, en n’ayant pas d’arrêt de travail prescrit qui devront être payés, ce qui évitera à mon employeur de faire bosser plus mes collègues ou d’embaucher quelqu’un pour me remplacer, en n’ayant pas d’ordonnance et donc de médocs à acheter (et à me faire rembourser).

    Répondre
    1. Rofine

      Bonjour « Titou59 »,

      Avec votre long commentaire, je vous découvre un peu plus.
      Vous êtes une femme forte physiquement et moralement. Vous faites face au coups de la vie. Votre famille vous a élevée avec des valeurs et des principes.
      Vous avez de l’énergie à revendre !!! 😉

      Belle journée d’automne et continuez à prendre soin de vous !
      Je me permets de vous faire un free hug comme Baptiste sait si bien faire.

      Répondre
  37. titou59

    chouette j’adore les free hug !!! mais bon, j’attendrais un peu de n’être plus contagieuse pour vous en envoyer pleins et à tous.(je ne dois plus l’être mais j’ai encore un doute).
    Je suis forte (si si taille 42 lol), et je ne sais pas faire court … (la peur de n’être pas bien comprise surement), et même si parfois ça ne se voit pas, j’aime faire rire les gens(le rire est la panacée à tous les maux).
    Une amie m’a fait le plus beau compliment qui soit, sans le savoir. Elle m’a dit un jour « tu es quelqu’un sur qui on peut s’appuyer, tu es toujours là quand on a besoin de toi » C’est pas beau ça ? de savoir que pour au moins une personne (mais aussi surement plus) on « compte » ! 😉
    Prenez tous soin de vous, mais aussi prenez soin des autres, on vous rend toujours ce que l’on donne !

    Répondre
    1. Rofine

      « Titou59 », j’aime aussi votre dérision et votre humour !!! Avant de se moquer « gentiment » des autres, il faut savoir se moquer de soi.
      Votre amie vous a fait un magnifique compliment !!! 😉 !!!
      Je vous avoue un secret : je suis une femme forte également mais vous dépasse de peu…(taille 42/44) selon coupe et modèle du vêtement…
      Pour me rassurer (?) mon compagnon me dit : « j’aime les femmes avec des formes et pas celles que l’ont peut glisser sous la porte d’entrée.. » 😉

      Allez ! C’est biebtôt l’heure d’aller chercher mon petit-fils à l’école (CP) !!!

      Je vous envoie une montgolfière multicolore remplie de free hugs à consommer sans modération…

      Répondre
      1. titou59

        Chouette, j’adore aussi les mongolfières (faut dire que je suis bon public pour beaucoup de choses). Elles donnent une impression de liberté, d’indépendance(par rapport aux autres), et de retour à la nature(et donc de dépendance par rapport à cette nature), et puis c’est coloré, ça flotte dans les airs ce qui donne une impression de laisser-aller … bref, ça fait rêver !
        J’ai un principe dans la vie « voir toujours le verre à moitié plein » (et surtout pas à moitié vide), donc je cherche toujours le côté positif à chaque chose, même si parfois c’est pas évident, mais c’est la seule solution si on veut continuer à sourire malgré l’adversité, c’est la seule solution si on veut réussir à reprendre sa vie en main, et ne plus la subir.
        Alors bonne fin de journée, plein de bizouilles et de câlinous au petit-fils qui a bien de la chance d’avoir une aussi jeune mamie qui s’occupe de lui.
        Et puis tant qu’à faire, j’envoie plein de soleil de chez moi (si si on a du soleil dans le nord … bien caché derrière les nuages) à tout le monde

        Répondre
  38. Lise.

    @rofine
    merci pour l’accueil, toujours si plein de chaleur …

    @grand
    non non non, promis, sur c’coup-là, j’étais sobre !

    @céda
    visite gynéco annuelle sans faute, je sais trop l’importance que ça a ….
    énormes bisous ….

    Lise.

    Répondre
    1. Herve CRUCHANT

      @Lise. t’es pilote à Air France ?
      je dis çà, question aridité climatique de la check-list.
      Bon appétit.
      Petit dessert.
      Café.
      Ouf ! (bruit de pattes de derrière qui s’allongent devant le siège)
      ((merde, c’est bientôt l’heure….))

      Répondre
  39. carnot

    Ben si baptiste vous l avez surement blessée. ..et vous etes assez fin pour le savoir mais c est la vie. Quand on se risque a une parole on sait qu on peut se tromper…. une perpetuelle école d humilité !
    Mais l important c est de se questionner . Tant qu il y a un questionnement il y a un mouvement dans le bon sens

    Répondre
  40. o

    et pourquoi il faudrait que tu t’excuses? Ce n’est pas parce qu’elle divorce qu’elle a le droit de t’agresser. tu es le medecin, soit. tu n’es pas le gigolo de service. Tu as le droit de lui dire que tu te sens agressé par son comportement. Elle met ds l relation medecin patient un desequilibre sournois. Il ne faut pas avoir pitié d’elle. juste de la compassion. c’est pas pareil. La pitié te fait du mal à toi. la compassion lui fait du bien à elle. je crois.

    Répondre
  41. Mirabelle

    sans doute c’était maladroit
    sans doute ça l’a blessée
    mais parfois on ne peut pas savoir, on n’imagine pas
    le collègue voyant ma tête triste qui m’a dit « oh ça va quoi, personne n’est mort », il pouvait pas savoir que j’avais été à l’enterrement d’un ami la veille
    je le lui ai dit
    il s’est senti con
    (je l’aimais pas trop ce collègue, et ça m’a fait plaisir cette fois là de lui rabattre sa grande g…)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *