La femme qui se trouvait trop vieille pour ce boulot.

img_6922.jpg

Dorénavant, je mettrai des « triggers warning » ou TW, pour avertir du sujet et que les lecteurs concernés par le sujet du post puissent passer leur chemin s’ils le souhaitent.


TW : médecine légale (certains détails peuvent choquer.)

Alors voilà, le 8 janvier, à 12 h 57, elle m’écrit :

<< Ce matin certificat de décès, elle s’appelait madame Delande. Leçon d’amour, de dignité et d’humanité dans cette famille. Son fils faisait les soins d’hygiène et caressait le visage de sa mère. J’ai géré, mais j’ai pas pu enchaîner sur une consultation normale. Madame Delande avait huit jours de moins que moi …>>

Je lui réponds :

<< Ohhhh… (smiley qui pleure) >>

Le 3 mars, à 22 h 23, elle m’écrit :
<< Appel de la gendarmerie pour constat de décès, personne ne veut y aller. Malgré mon âge presque canonique, j’accepte; un grand portail marron, fermé, pluie fine, il est 20 heures, déjà… Deux jeunes et charmants gendarmes. Ils m’attendent dans le froid sous la bruine pour  » retourner  » le corps du présupposé (mais bien réel) mort qui ne répondait plus au téléphone : présentable de dos, mais de face… Gros trou de dix cm à la place de la trachée et du sternum, et gros trou axillaire et costal droit … Je fais mon Expert à la campagne : la mort remonte à plusieurs jours, j’dirais huit, mais les experts gendarmes estiment trois-quatre jours. Moisissures sur le pantalon, rigidités cadavériques calquées sur les parpaings sur lesquels il est tombé et il a… mon âge ! Né en 1947 !  Merde ! Ce sera Whisky en rentrant ! Et comme il a un gros trou au sphénoïde droit, ce sera autopsie pour monsieur… !!! >>

Je lui réponds :

<< Ohhhh… (smiley qui fait la tête) >>

Le 4 mars à 13 heures 45 elle m’écrit :

<< J’ai jamais eu ça à faire en 34 ans ! Et ce matin une autre gendarmerie voulait que je vienne pour un constat j’ai dit que j’avais eu ma dose hier soir… Les gendarmes se sont donnés le mot : la canonique docteur M. est disponible sur le marché des constats de décès ! >>

Je lui réponds un laconique : 
<< Courage ! (smiley qui embrasse )>>

Et hier, à 23 heures 12, elle m’écrit :

<< Conclusion du 8 janvier : je revois le veuf de madame Delande, pleine d’empathie et de compassion…… et il me demande une ordonnance de Viagra !!!!! La vie continue et j’ai un métro de retard… Je suis trop vieille pour ce métier ! Biz >>

Alors voilà, docteur M., je voulais vous dire beaucoup de choses. Vous remercier pour nos échanges (enfin, vos messages et mes smileys). Et vous dire aussi (et mes lecteurs se joindront à moi je n’en doute pas) : tenez le coup ! Ce n’est pas vous qui êtes trop vieille, c’est la condition humaine qui est trop… humaine ?

Je sais pas trop, les philosophes débattent encore sur la question. Je vous aime bien, docteur M.

(Smiley en forme de licorne)

55 réflexions au sujet de « La femme qui se trouvait trop vieille pour ce boulot. »

    1. C'line

      Pardon, ça n’a pas marché: j’avais fait une série de smileys qui disaient: « merci docteur! mille bisous et licornes pailletées »
      Ya que le point d’exclamation qui est resté… Monde de brute.

      Répondre
  1. grand33

    Bonjour Bibi,
    Alors Voilà, moi j’aime beaucoup Bibi. Bibi aime beaucoup la canonique docteur M. Donc j’aime beaucoup docteur M. et puis, dans canonique il y a « canon » et « nique » alors vive le viagra !!!!
    La bise

    Répondre
    1. San

      Deuxième commentaire pour moi, les vôtres je ne les comptes plus @grand33
      Et comme dab je me marre à vous lire, je lis les nouvelles de Bibi avec avidité, et je vais immédiatement voir les commentaires!!!
      Ne vous inquiétez pas à mon âge « canonique » je ne vous drague pas, mais je tenais à vous le dire, votre pertinence me plaît.

      Et plein de licornes et d’arc en ciel pour la docteur M.

      Répondre
        1. marie

          que nenni Grand les licornes ont existé et je le prouve
          Ami(e)s de la science bonjour !
          Si si les filles et les poètes ont raison la licorne n’est pas une chimère… delà à ce qu’ils en trouvent une dans ce bon vieux permafrost, un petit coup de décongélo, découpage de l’ ADN et en avant Guingamp !!!
          Les clairières enchantées reverront l’animal fantastique s’abreuver dans l’eau claire de Brocéliande (dans longtemps longtemps quand y’aura plus de nitrates et de H2S , ça va s’en dire).
          Ainsi « les paléontologues connaissaient déjà l’existence de l’animal, ils ne pensaient toutefois pas qu’il avait vécu aussi longtemps. En effet, la licorne, plus proche d’un rhinocéros (ok, pas très sexy) que d’un cheval, aurait disparu il y a 29 000 ans, et non pas il y a 350 000 années, comme le pensaient jusque-là les chercheurs. De fait, elle aurait côtoyé les humains qui vivaient dans l’actuel Kazakhstan il y a déjà 50 000 ans, ce qui explique la célèbre légende de la licorne.(na na na nère)
          La découverte a été réalisée par des scientifiques russes de l’Université de Tomsk, en Russie. Leur travail, publié dans l’American Journal of Applied Sciences, a dévoilé de nouvelles traces de la « licorne de Sibérie », appelée Elasmotherium sibiricum (encore moins sexy). Selon ces résultats, l’animal mesurait environ 4,5 mètres de long et 2 mètres de haut. Il pouvait peser jusqu’à 5 tonnes (ouch!). Sa corne mesurait quant à elle plusieurs mètres de long et près d’un mètre de circonférence (un ange passe). Malgré sa grande taille, l’animal était herbivore. « Le sud de la Sibérie était un refuge, où ce rhinocéros a vécu plus longtemps que ses semblables. Il est également possible que cette espèce migrait et s’installait plus au sud pour un bon moment », a expliqué Andrei Shpansky, le directeur de l’étude. »
          paru dans la Dépêche de ce jour

          Ami(e)s de la finance bonjour ! aussi
          Entendu ce jour d’hui à la TSF Les économistes américains ont remarqué une régression sensible des achats des sous-vêtements en période de crise , notamment de la part de ces messieurs…Si !… donc l’achat de slips devient un bon indicateur de reprise économique + 5% ses derniers mois chez les trois principales marques américaines…incroyable ! de là le journaliste a eu ces mots « achetez des slips pour soutenir les bourses »
          Voilà voilà
          Ami(e)s du blog la bise

          Répondre
          1. Grand33

            C’est bien ce que je disais : il y a que les filles, les poètes et les paléontologues de licornocéros pour croire aux licornes. Je n’en fait donc pas partie.
            Ha oui, et pour info, je porte des caleçons …… tant pis pour le CAC 40 !!!
            😉

    1. Cath

      Je ne sais pas si c’est la fac où Baptiste a fait ses études, mais il y a de l’ambiance !
      Et je ne sais toujours pas ce qu’est le sphénoïde ( ça vaut combien pour le scrabble ce truc pas facile à placer dans la conversation ?). 😉

      Répondre
  2. Julie

    Ah mince, c’est décevant, je n’ai pas réussi à faire de smiley licorne avec mon clavier. Je crois que c’est impossible…
    Je ne suis pas assez bonne en philosophie pour débattre de la question sur la condition humaine alors, je me joins à Baptiste et à tous les autres pour vous dire « tenez le coup » ! Oui oui ! Même si les coups de mou, les coups de cafards se font (très justement parfois) sentir, je vous souhaite plein d’énergie (positive), du courage et du plaisir à continuer à faire votre métier. C’est important le plaisir.
    Je rejoins Grand33 (qui, en plus, m’a bien fait marrer avec son jeu de mot « canonique »), je vous aime bien. 🙂

    Répondre
    1. grand33

      @julie « je n’ai pas réussi à faire de smiley licorne avec mon clavier »
      C’est normal je l’ai dit dans le précédent article : Les filles, les licornes n’existent pas !!!!
      Bises juliecanon

      Répondre
      1. Julie

        Bwaaah ! J’suis triste ! Mais pourtant Act dis qu’elles existent sur un autre plan d’existence…
        Tant pis, je me consolerais avec les Bisounours. et puis comme tu as associé « Julie » avec « canon », je suis quand même toute contente :->
        Bises !

        Répondre
        1. Mésange

          Bien d’accord ! Ou alors ma petite-fille m’aurait entourloupée ? Son histoire de licorne au zoo de la Palmyre, ce n’était qu’une invention de petite cervelle pleine d’imagination ? Tant pis, l’histoire était super chouette, je vais continuer à croire aux licornes… et aux morceaux de glaciers argentins emplissant un verre de pastis super géant, juste pour Grand.
          Docteur M., même à nos âges qui s’avancent qui s’avancent, je crois qu’il faut continuer de croire à la douceur et à la beauté des licornes et paillettes, ce monde est bien trop brutal autrement.
          Et si vous le permettez, caresses de plumettes toutes douces Docteur M.

          Répondre
        2. Julie

          Merci Mesdames ! C’est déjà une bonne nouvelle si les licornes continuent d’exister dans l’esprit de certaines personnes. Qui a dit que ce n’est pas parce qu’on ne voit pas certaines choses qu’elles n’existent pas ? Je ne sais plus… mais l’idée est jolie !

          Répondre
          1. Libellule

            « l’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec le cœur » (Saint Exupéry)

          2. Julie

            Ah oui Merci Libellule !
            Dumbledore ne dit pas quelque chose de similaire dans le dernier Harry Potter ? Hé hé ! Mais St Exupéry est une si jolie référence… 🙂

  3. Act

    Merci pour cette belle histoire.
    Le métier de médecin est tellement vaste et le les patients tellement différents dans la vie et dans la mort.
    Ce n’est pas parce que l’on ne voit pas quelque chose qu’elle n’existe pas; les licornes à paillettes peuvent évoluer sur un autre plan d’existence.

    Répondre
  4. adèle

    Est-ce que Monsieur Delande a fait comme mon voisin, est-ce qu’il a épousé l’infirmière qui venait tous les jours soigner son épouse ?

    Répondre
  5. leslie

    Aïe aïe aïe, p***** de loi des séries! Il y a des périodes comme ça, on ne sait pas pourquoi… Espérons que Dr M. ne se décourage pas! On dit aussi, après la pluie le beau temps ! (et les arcs-en-ciel et les licornes, si si, et même les bisounours qui vivent sur les nuages!)
    Quant à la condition humaine, il y aurait tant et tant à dire… Gardons ça pour un prochain débat!
    Soirée ensoleillée à tous (oui, je sais… Et alors?!)

    Répondre
  6. Muriel G

    Âge moins canonique que Madame le docteur M. Mais je me souviens d’un soir où ma mère est rentré de l’hosto. Elle venait de batailler avec un médecin qui en était à son 4e moins de 650g de prématuré
    Il avait dit « on le traite jusqu’au bout » ce qui dans les années 80 sur de la très grande prématurité dans un hôtel dieu d’une ridicule ville de province confinait à l’acharnement thérapeutique. Ce même médecin disait à ma mère qui s’inquiétait des séquelles : »mais que voulez vous des séquelles il en aura de très loiurdes. On n’a pas rien sans rien. Il respire non ? C’est comme ça que la science avance ». Et ce soir là elle a dit : »je suis trop vieille pour ça » Elle avait 40 ans.

    Répondre
  7. adèle

    Dans le journal Egora, un article que j’ai trouvé intéressant sur l’écoute des patients par les médecins.
    Un extrait :
    « Autre source d’inquiétude du médecin : il ne sait pas trop quoi faire avec les émotions douloureuses ou négatives du patient. Il ne sait pas comment les accueillir, les accompagner, les transformer. Il ne réalise pas qu’en écoutant il va proposer déjà une modalité pour le patient d’être soulagé, compris et accompagné. Il y a un manque de conviction sur le fait que l’écoute sert au patient et qu’il ne faut pas avoir peur de ce qui va surgir. Je pense que les médecins sont mal à l’aise avec les émotions et la souffrance des patients, et il faut le comprendre. La vie quotidienne des médecins est l’accumulation de la souffrance des patients et au fond ils ne savent pas trop quoi en faire. Ils sont eux-mêmes pris par leurs propres angoisses et ils ne sont pas formés à la gestion de leur implication personnelle dans la rencontre avec le récit des patients. »

    Répondre
    1. Broquaire Nicole

      Une formation ? Aussi peu utile à mes yeux que d’apprendre à un sourd à entendre comme un « bon entendant » la capacité le médecin l’a …ou l’a pas !! Ça n’en fera pas pour autant un mauvais diagnosticien ou un mauvais thérapeute, seulement un mauvais communiquant ! C’est dommage mais c’est un constat à accepter, tout simplement, même s’il serait « agréable » de pouvoir croire que cela s’acquiert !!

      Répondre
      1. adèle

        Bien sur que si, la communication, ça s’apprend. 🙂
        Notamment en faisant des jeux de rôles en petit groupe, ou l’un fait le médecin, l’autre le patient et parfois un troisième le fils ou la fille du patient. En apprenant à regarder, à décrypter le langage corporel aussi bien que les mots. A comprendre pourquoi telle situation touche le médecin plus qu’une autre.
        Le préalable est d’avoir conscience que c’est important de bien communiquer.
        Évidemment si le médecin est un pervers ou un gros con …

        Répondre
        1. Nicole

          Ceux qui viennent apprendre ( et des formations en communication, y-en plein…), me semblent être ceux qui ont « déjà » un certain « feeling » ( j’aime pas le mot, aptitude…, capacité…, spontanéité…) et s’y intéressent. Pour autant si ces formations étaient  » imposées » dans le cursus médical, profiteraient-elles à ceux qui n’ont pas la chance d’être sensible à mieux communiquer ?
          …..??!! Sais pas !!

          Répondre
      2. lectrice boulimique

        Heureusement, communiquer s’apprend bel et bien. Dès la naissance, et un peu tous les jours ensuite. Des formations existent, vulgarisées par des livres tout public, des conférences sur internet… Rien ne remplaçant évidemment l’expérience vécue au besoin avec jeu de rôles, sessions de formation à la communication nonviolente (Marshall Rosenberg) et autres méthodes ESPERE (Jacques Salomé, qui de son propre aveu se définit comme « un handicapé de la relation » qui a appris sur le tas à communiquer puis a su transmettre et renouveler ses expériences…) La formation est continue et la remise en question est perpétuelle !
        Dommage que durant la formation des médecins rien ne soit prévu…

        Répondre
        1. Nicole

          Coucou lectrice boulimique ! Je partage tout ce que vous avez écrit, de la communication dès la naissance, puis de l’apport de la PNL, de l’enneagramme, de l’hypnose éricksonnienne, de Salomé et autres….. Etc… Je partage (comme vous, me semble-t-il) votre boulimie de connaissances et ai eu la chance de pouvoir participer à toutes ces formations. C’est à travers toutes ces expériences et les rencontres au cours de celles-ci que j’en ai conclu que j’y croisais seulement les personnes déjà « bonnes communicantes » . Les confrères pouvant être moins « bons communicants » ne voulant pas en entendre parler…. D’où ma conclusion peut-être hâtive qui consiste à penser que ce type de formation si elle n’est pas une démarche volontaire, me semble vouer à l’échec. Pour jouer le jeu … d’un « jeu de rôle », il faut l’avoir choisi…. enfin, je crois….
          Bien que plus beaucoup concernée, à 63 ans, je crois comme vous qu’il faut espérer que chaque médecin pourra un jour se sentir concerné et cherchera à faire sien « les outils » de la communication !

          Répondre
          1. Mésange

            Nicole, je ne crois pas que ce soit une question de déjà « bon communicant ou non ». Je pense que c’est plutôt une question de personnalité, de désir d’apprendre pour mieux faire passer les choses et peut-être aussi de confiance en soi. Dans une formation initiale, je ne suis pas certaine que la « démarche volontaire » joue un grand rôle. Par contre, pour soi et dans une formation continue, je la crois essentielle.
            Je ne pense pas que l’on suive des formations en développement personnel parce qu’on est un bon communicant mais plutôt parce qu’on a un fort désir de mieux se connaître et de trouver des outils pour ce faire, ou tout simplement… parce que notre boss nous a fortement incité à suivre un stage qui devrait nous permettre d’améliorer notre fonctionnement au sein de l’entreprise !
            Vous vous êtes plongée dans nombre de formations en développement personnel, vous avez certainement rencontré certaines personnalités qui auront toutes les difficultés du monde à seulement envisager d’essayer de mieux communiquer, les uns parce qu’ils pensent qu’ils sont déjà de bons communicants, d’autres parce que la question ne les effleure même pas ou qu’ils n’ont absolument pas envie de partager leurs connaissances/émotions/ressentis, sans oublier ceux qui voudraient bien mais qui pensent qu’ils n’y arriveront jamais.

  8. Isabelle

    ouahh, dur!, bon courage Dr M, et bon courage Baptiste également. Ce boulot nous fait parfois prendre 10 ans en une journée, quand les coïncidences font que tous nos patients vont mal en même temps; en tout cas moi je ne pense pas que je pourrais exercer aussi longtemps que le Dr M. malgré tout l’amour que j’ai pour mon métier que j’ai choisi, que je ne regrette en rien, qui me le rend bien, mais qui est un ascenseur émotionnel à déplacement ultra-rapide dont on sort souvent tout secoué

    Répondre
  9. Fabymary POPPINS

    Oui Madame, merci pour ce que vous faites et permettez que même mort, la dignité et le respect soient présents, j’ai aussi bien aimé la demande de VIAGRA, la vie continue coûte que coûte et c’est pas pour autant que ce monsieur oubliera son épouse, le viagra n’entache pas la mémoire je pense. Merci Baptiste pour ce billet

    Répondre
  10. Herve CRUCHANT

    Je suis désolé d’assister à la fin de ce blog. Tout au moins à son objectif principal : réconcilier soignants et soignés. Et ceci, en raison de son succès absolu. Malgré les difficultés rencontrées, les tas de trolls morts encore froids qui se tordaient encore il n’y a pas si longtemps sur le sol de nos lieux de réparations et de souffrances. Des traquenards jetés en travers de nos routes, soit par la MST*, soit par le Macron, selon nos origines diverses ….

    En effet, ce post réconcilie (((vraiment))) les soignants -par la personne vertueuse de cette Toubib Scribe et néanmoins nocturne- et les soignés -par les feues personnes plus ou moins faisandées répandues ici et là après avoir vécu. Enfin, pour que l’histoire ait une cohérence littéraire satisfaisante, cette pensée non exprimée et sousjacente de notre toubib devant le harcèlement des pompiers mutins : dans un souffle : « tout çà me tue « …
    La boucle est ainsi bouclée et le challenge est relevé. Merci, Docteur Bibi. Merci à tous et à toutes.
    En attendant le prochain post, probablement tout en humour et en finesse comme les aiment les correcteurs d’orthographe et les pisse-froids, que Mieux vous protège et vous fasse marrer un bon coup.

    *MST : oui … et aussi « Marie-Sol Touraine », Ministre de la Santé, pour le public.

    Répondre
  11. ImmaterialGirl

    La chute de cette histoire est quand même d’un bel humour bleu, ouaip.

    Et sinon, y’a un truc pour lequel la technologie est le reflet de la jeunesse : tant qu’on comprend ce qu’est un smiley (et cette dame a eu eu droit à une avalanche de smileys), on n’est VRAIMENT encore jeune dans sa tête. Vraiment. Parce que s’envoyer des bonshommes avec des têtes rigolotes, c’est quand même plus proche du CP que des messieurs super sérieux avec des temps couleur neige et de la brume dans le coeur, non ? 😉

    (((Smiley de diablotin qui s’fend la poire)))

    Répondre
    1. ImmaterialGirl

      Pardon, correction du lapsus-qui-dit-le-contraire-de-ce-que-je voulais-dire :
      « on EST VRAIMENT », et « tempes ».
      Je me repens, je sors mon fouet avant qu’un autre pédant que moi-même n’intervienne pour fustiger mon orthographe, et je m’auto-flagelle, tchak tchak !

      Répondre
  12. lectrice boulimique

    Ah j’ai enfin compris pourquoi on s’envoie des licornes pour se remonter le moral. A cause de la taille de la corne ! Monsieur Viagra n’a plus qu’à aller se rhabiller. Et puis les rhinocéros sont en voie de disparition sur le marché de l’aphrodisiaque et même sur la surface de la terre… et les rhinos qui restent ne sont pas commodes à traquer …

    Répondre
  13. Elle

    AVANT
    Maman est en haut
    Qui fait du gâteau.
    Papa est en bas
    Qui fait du chocolat!
    APRES
    Maman est en haut
    Voilà elle s’en va
    Papa reste en bas
    Il prend du viagra !

    Fais dodo,
    Colas mon petit frère
    Fais dodo
    La vie c’est comme ça !…

    Répondre
  14. marie

    Mille neu’ cent quarante sept et toujours au stéto, respect ! respect ! respect !
    J’imagine bien le « ce sera whisky en rentrant » à la House ! Entendre « le bruits des glaçons »tournoyant dans le « Bourdon » millésimé…j’appartiens aussi à ce monde parallèle, celui qu’on ne voit pas tant qu’on n’a pas les deux pieds dedans. On sauve (ou pas) aussi, des …animaux…maltraités. Alors oui, certains jours, je me dis « ce sera fumette en rentrant » ok c’est illicite mais VRAI !!, ça pourrait virer pétard parce que merda ! y’a des fois c’est TROP….C’est pas une question d’âge Docteur M, c’est une question de …..TROP ! free hugs maousse, prenez soin de vous.

    Ps : les veufs semblent reverdir prestement et pourtant on dit veuves joyeuses, mystère……

    Répondre
  15. Dédé

    Je me trompe où cest tout de même une superbe allégorie sur ton état d’esprit Baptiste après la semaine dernière ? J’dis ça j’dis rien…
    On se sent vieux à tout âge n’est ce pas ?

    Répondre
  16. Méli

    Bonjour Baptiste

    Je ne commente normalement jamais, je ne suis ni soignante, si particulièrement soignée (qui plus est si j’exclus les consultations pour l’obtention des précieux certificats médicaux pour le sport !). Même si j’aurai aimé vous y apporter mon soutien, je n’ai pas commenté le dernier post , je ne m’en sentais pas le droit.

    Mais maintenant que le débat est plus apaisé, je tenais à dire que j’aime ce blog (et vos livres), c’est d’ailleurs le seul que je suis. J’aime votre vision des choses, votre humour et votre courage… Au delà de l’aspect « réconciliation », la poésie et la couleur que vous mettez dans vos textes, incitent à la confiance en l’être humain (et ça, c’est une belle réussite !). J’en ressors souvent avec un sourire « tranche papaye » et la motivation pour disséminer (qu’il est laid ce mot !) l’amour, la joie, la tolérance, et à faire bouger les choses, avec mes petits bras.

    Alors même si cela à l’air de vous coûter beaucoup d’énergie, j’espère que vous continuerez longtemps à voir la vie comme une boite de jeux « Polly Pocket »… Toulouse, si belle ville Rose se prête particulièrement bien à l’exercice !
    Adishatz comme on dit par chez nous…

    Répondre
  17. Nicole

    Belle profession ( beaucoup d’autres le sont) où nous côtoyons le meilleur et le pire, où nous donnons le mieux possible, comme il est fort bien narrer dans « 1001 vie », en fonction de notre fatigue, de nos affects du moment, de notre entourage professionnel, des empreintes de notre passé plus ou moins lointain…. J’ai tout particulièrement apprécié l’histoire où le sourire devient non pas une arme contre les grognons mal vissés par escence, mais une arme pour les grognons mal vissés en souffrance ( les mêmes vus avec un autre regard)
    Belles découvertes que ce blog et ce jeune confrère à la plume sensible, drôle et qui « me parle »…. Ce qui est le plus important pour un lecteur !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *