(Petite) Anthologie, suite.

Bonsoir à toutes et tous,

Je continue le recueil de témoignages de patient.e sur facebook et Twitter. 

C’est à lire ICI

(Désolé, je n’arrive plus du tout à répondre à vos mails/messages etc. Ce n’est pas du désintérêt, je vous le promets. Simplement, humainement parlant, je n’ai plus le temps… surtout, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur… Chacun de vos mails me touche… Mais je n’y arrive plus…)

Nous approchons de la centaine de témoignages. 

Merci à celles et ceux qui participent à ces échanges humains. C’est important. Ça compte. Et je crois vraiment aux cercles vertueux. Quand je lis comment une simple main posée sur une épaule peut changer la perception d’un.e patient.e de son séjour à l’hosto, je veux être cette main-là, tous les jours, pour mes patient.e.s. 

.
.
Ici, un exemple de témoignage qu’on peut trouver dans l’album disponible sur Facebook (AVERTISSEMENT : il aborde le sujet de la mort in utero et il peut être douloureux à lire pour des parents ayant connu un deuil infantile)

.

.

Ici, un autre exemple… (AVERTISSEMENT : on y parle soins palliatifs, ce qui peut être pénible à lire pour des personnes concernées par le sujet)
.

.

.
.

Et là, un dernier exemple (AVERTISSEMENT : il aborde l’Interruption Médicale de Grossesse et il peut être, là aussi, douloureux à lire pour des parents ayant connu un deuil infantile) 

.

.

(Visited 3 569 times, 28 visits today)

24 réflexions au sujet de « (Petite) Anthologie, suite. »

  1. Marie Helene

    Je suis puéricultrice depuis 35ans et tes textes me font chaud au coeur même si parfois ils me font monter les larmes! Si rien qu’une fois, une seule fois au cours de ma carrière , j’ai aidé quelqu’un comme dans ces témoignages, alors j’ai bien fait de choisir ce métier ! Et ne t’inquiète pas je ne tiendrai pas rigueur si tu ne me réponds pas! J’aimerai juste qu’un jour tu viennes du c^té de Troyes où je vis pour pouvoir te fait un gros câlin!
    Merci Baptiste !
    Bises

  2. MARTIN-BERNE jACQUES

    Ecoute Baptiste ! Tes messages ne m’intéressent plus. Ma défunte femme était dermatologue-vénéréologue. J’ai des amis psychiatres et psychanalystes. J’ai bientôt 76 ans. J’ai été Saint-Cyrien et colonel du génie, professeur en droit des conflits armés( droit international humanitaire) et en hautes sciences de la communication et de l’information. Je sais même communiquer avec les autistes. Les blogs sont de faux moyens de communication. Ils ne donnent que de l’information. Une vraie communication interhumaine exige la présence réelle des locuteurs( Corps, voix, gestes, signes non verbaux, etc. ). J’ai vu beaucoup de bien et de mal dans ma vie. Je t’embrasse quand même car j’aime les médecins.

    1. Margot

      Martin,
      Qu’attendez vous en laissant ce commentaire si les blogs sont des faux moyens de communication ? Pourquoi continuer à lire ces messages si ils ne vous intéressent plus ? Qui pensez vous que ça intéresse de savoir que ça ne vous intéresse plus ? Et je vous répond, considèrerez vous que nous entrons en communication ?
      La relation demande peut être la présence mais la communication pas nécessairement. Au contraire, Internet est un moyen de communication puissant, et parfois c’est un premier point de rencontres 🙂 Vivons avec notre temps, utilisons les outils à notre disposition pour tous les avantages qu’ils proposent. Tous ces récits sont des témoignages auxquels vous n’auriez probablement pas eu accès sans ce blog.
      Margot
      Ps: peut être que ce n’est pas vous qui savez communiquer avec des personnes présentant des troubles du spectre autistique, mais ces personnes (oui parce qu’en fait c’est un peu réducteur les désigner seulement par le nom de la pathologie qui les encombre) qui savent communiquer avec vous ^^ N’oublions jamais qu’une relation c’est toujours 50/50

    2. Maritrez

      Pourtant il y a ce message que vous envoyez pour dire que vous n’y croyez plus. Pourtant vous m’avez touchée avec ces mots qui viennent de votre corps aussi, que je sens présent. Et je suis contente que vous les ayez écrits ces mots et envoyés ici où je les ai trouvés, témoins de ce que vous êtes, vous que je rencontrerai sans doute jamais. Je sais maintenant un peu de vous, et que vous existez et ça me fait plaisir.

    3. Cath

      « Écoute Baptiste » (sic).
      Puis vous écrivez. 🙂
      Vous êtes champion es communication. J’admire, de vrai. Je gage que vos cours devaient être fantastiques.
      Moi aussi je connais des St Cyriens – dont un général à quelques étoiles qui n’est pas spécialement un génie de la communication, mais qui a une écoute très attentive. Je sais aussi qu’il vous dirait de ne plus passer sur le blog si vous n’êtes plus intéressé – il est vrai qu’il manque parfois de fantaisie, nul n’est parfait. Droit au but, c’est sa devise.
      Tout cela pour dire que si ous passez par ici pour nous faire part de votre ennui, c’est que vous avez envie de parler. Soyez rassuré : nous vous entendons 😉

    4. marie

      nous étions là à regarder mourir le soleil encore une fois, c’était tendre et joli
      et puis tu es partie
      alors tout devint convenu et fade,
      je crois , mon Colonel qu’il vous faut partir en campagne
      aérer les circonvolutions cérébrales qui en on tant vu
      respireZ

  3. scarabée

    Ben moi, ça me fait le plus grand bien de savoir qu’il existe des médecins-infirmiers-soignants, etc. qui sont aussi humain que nous, les malades.
    Merci pour ces témoignages.
    Et zut aux bougons.

  4. Clem

    Wow. Je ne sais pas trop si je pleure de
    chagrin et d’empathie pour les personnes qui ont témoigné ou de reconnaissance à l’égard des soignants qui les ont accompagnés. En tout cas, je pleure. Merci Baptiste, comme toujours.

  5. Vizzarri

    … Des témoignages bouleversants, chavirant de chaque instant…
    Des Humains, des grandes mains qui bouleversent le cours de la vie à l’infini…
    MERCI à eux, à elles, à leurs ailes:)

    Marielle.

  6. Florence

    Bonjour,

    Merci pour nous faire part de ses messages d’humanité vécue.
    J’éprouve un sentiment de joie d’appartenir au genre humain quand je vous lis.
    Merci à vous qui contribuez à rendre la vie plus acceptable telle qu’elle est, telle que nous la concevons.
    Merci de nous prévenir que vous ne pouvez pas nous répondre, c’est tout à fait à votre honneur de dire les choses telles qu’elles sont.
    Merci de prendre encore le temps de nous envoyer des beaux messages ou coup de gueule !
    Bien à vous.
    Florence

  7. Marie la mère

    Oui les « vrais gens » existent encore ! Merci à toutes ces personnes de nous offrir leurs témoignages, et merci à tous ces soignants qui sont juste FORMIDABLES !

  8. Cline

    Bonjour Baptiste,

    Cela fait un bout de temps que je te lis maintenant.
    Cet article me touche particulièrement puisque j’ai connu le deuil perinatal. J’ai eu la chance de croiser une asso qui soutien les parents et les professionnels de sante au deuil perinatal et a l’img. (Petite Emilie)
    Cette asso forme les équipes soignantes, les futures sages-femmes, participent à des congrès pour que la perte d’un tout petit soit la moins violente pour parents et soignants.
    Merci pour ton super blog !

  9. Karine

    Merci du fond du coeur de publier ces témoignages.
    Bien sur pour améliorer le liens soignants/soignés mais au delà de ça, lire de telles manifestations d’amour et d’humanité ne peut que faire du bien à celui qui lit et lui donner envie d’être ce genre d’être humain là, quelque soit son métier… Soyons bons, aimons, consolons, sourions, compatissons.
    Je crois à un monde meilleur et un peu plus lorsque je viens sur ce blog.
    Merci.

  10. Sarouelle

    Merci Baptiste pour tout ce que tu donnes et transmets !
    C’est énorme, ça redonne espoir, ça aide à repousser les nuages au-dessus de la tête quand on pense au monde absurde dans lequel on vit, ça fait se sentir moins seul…..
    J’espère rencontrer des soignant(e)s comme toi et celleux qui te ressemblent le jour où j’en aurai besoin !
    1000 merci et bon courage pour continuer sur ces voies !!!

  11. Lise

    Le geste touchant de cette aide puéricultrice, venue retirer le petit lit présent dans la chambre de la maternité alors que mon fils n’y dormirait jamais …
    Les larmes dans les yeux de ma gynécologue lorsqu’elle m’a présenté pour la première fois sa photo, moi qui n’avait pas trouvé le courage de voir son petit corps sans vie ….

    C’est grâce à ces femmes, à leurs sourires, à leur chaleur humaine, que le chemin de deuil a finalement abouti à un peu de paix ….

    Merci à elles, et à tous ceux et celles qui donnent leur meilleur pour soutenir ceux qui souffrent …

  12. Blanche

    Agréable surprise de vous voir « en vrai » chez Elisabeth Quin vendredi soir. Merci pour votre intervention même si elle a été très courte. J’avais noté la pointe d' »asseng » 😉

  13. parrot

    Je découvre ce soir avec surprise et beaucoup de plaisir ce blog et l’humanisme et la volonté qui le portent… je suis psychologue hospitalière en psychiatrie depuis 13 ans… et je pense quitter l’hôpital car je ne peux plus travailler dans de telles conditions… ça me fait mal au ventre de sauter du navire qui coule mais je pense continuer le combat dans d’autres conditions… et votre travail d’écriture et de recueil me réchauffe et redonne espoir !
    Merci

  14. genevieva

    j’ai les larmes aux yeux en lisant ces témoignages car cela me fait revivre la mort du bébé de ma sœur au 8ème mois sur elle, elle avait la maladie bleue et il n’avait pu s’oxygéner suffisamment, mais les médecins ne lui avaient pas dit qu’il fallait surtout ne pas avoir d’enfant, et elle a recommencé quelques années après et elle est décédée à 28 ans, elle me manque terriblement
    et puis l’accompagnement en soins palliatifs pour mon mari atteint de la maladie de Parkinson cela a duré 3 semaines, mais médecin, infirmières, à l’écoute, aux petits soins pour lui, mais pour nous épouse, enfants ce fut très dur, mais c’est la vie, on se remet doucement cela va faire 4 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *