Les couleurs de la vie.

(((Pour Lorraine, que j’aime profondément. Quand je peux, j’aime rappeler que les personnes/trajectoires humaines dont je parle existent vraiment et ont des visages à regarder)))

.

.

.

Alors voilà, un jour j’ai pris un train avec la pétillante et délicieuse romancière Lorraine Fouchet. La longueur du trajet aidant, Lorraine s’est confiée sur sa vie. Aujourd’hui, elle a 60 ans et a écrit 17 romans !
– Mais j’ai commencé comme toi, tu sais, Baptiste ? Quand j’ai passé mon bac, je voulais devenir romancière. Mais mon père nous a quittés brutalement un mois après mon bac. Un infarctus. La veille de sa mort, au téléphone, il m’avait dit que médecin était le plus beau métier du monde. Alors, même s’il n’était plus là, j’ai respecté son voeu… Une fois mon doctorat en poche, j’ai embauché à SOS Médecins, et j’ai soigné la nuit, le jour, aux quatre coins de Paris. Je n’étais pas malheureuse, mais je n’étais pas heureuse non plus. Simplement, je n’étais pas au bon endroit de ma vie.

Là, elle stoppe, puis sourit avec mélancolie.

– Un dimanche matin, un confrère situé avant moi sur la liste de garde est appelé pour rédiger un certificat de décès. Mon confrère, en lisant le nom de la morte, me fait alors cet incroyable cadeau : il me propose d’y aller à sa place. J’accepte, je roule jusqu’en bas d’un immeuble, je monte…

Silence.

– … j’entre dans la chambre, j’examine la dépouille de la patiente et je suis douce avec elle.

Silence. Lorraine regarde le paysage coloré qui passe à toute vitesse derrière la fenêtre, inspire profondément, murmure son secret :

« J’ai fait le certificat de décès de Marguerite Duras. »

Silence. Je sens bien ce que ce corps a suscité en elle de prise de conscience.

« J’étais dans cette pièce, avec le visage sans vie et sans couleur de cette femme qui, toute son existence, avait écrit et vécu librement, en se moquant du conformisme. J’étais dans cette pièce, seule avec Marguerite Duras, Marguerite Duras morte, et j’ai su, oui c’est un peu bizarre ce que je te confie là, j’ai su que rien ne serait plus jamais comme avant pour moi. Que je voulais être libre de vivre ma vie, que j’y avais droit, que c’était même pour cela que j’étais ici. Pour comprendre cela. Pour entendre cela : le chuchotement de la liberté. »

Silence.

– Un mois après, j’ai posé mon stéthoscope et je suis devenue romancière à plein temps. Avant, je me battais comme une lionne pour sauver tous mes patients. Maintenant je peux tuer mes personnages de papier ou les réanimer à l’envie ! Avant, je soignais les gens. Maintenant, j’espère que mes romans les aident à vivre.
Elle rayonne de joie en disant cela. Son dix-septième roman, est sorti le 30 mars, aux éditions Eloïse d’Ormesson. 

Il s’appelle « Les couleurs de la vie« . 

(Visited 64 times, 1 visits today)

45 réflexions au sujet de « Les couleurs de la vie. »

  1. Anthony BRUNET

    Très belle dédicace à cette romancière!
    Ca donne envie d’aller jeter un oeil à ce livre au titre si positif.
    Encore merci Baptiste.

  2. Florence

    Bonjour et merci Baptiste pour ces cadeaux de la vie que nous fais en nous rappelant que c’est notre vie que nous avons à vivre et pas celle dictée consciemment ou inconsciemment par les autres, les amis, la famille, les collègues …. Quelle chance d’avoir des rappels pour nous proposer de revenir à notre chemin de vie. En plus, ils sont si bien écrits. Je te remercie vivement pour ce partage. Bien à toi. Florence

  3. Martine

    Encore une fois, Baptiste, tu sais mettre en valeur la beauté des gens… Pour cela, MERCI !
    J’espère que tu sais que le hasard n’existe pas ? Young disait qu’il n’y a que des synchronicités…
    Et si tu avais une leçon à apprendre de cette rencontre avec Lorraine ? Comme elle l’a apprise de sa rencontre avec la dépouille de Marguerite Duras…
    Bien à toi.

    1. Nicole

      Ah Martine ! Comme je suis à 100 % (voire même plus) d’accord avec vous ! Moi non plus, je ne crois pas au hasard. Si le confrère de Lorraine lui a laissé sa place, ce n’est pas pour rien, ce n’est pas un hasard, c’était juste son destin, c’était son chemin. Puisse le destin de Baptiste, être aussi beau puisqu’il est déjà en très bonne voie. Rencontre pas si anodine que ça Baptiste, vraiment pas si anodine que ça… on ne peut pas échapper à son destin et de cela j’en suis certaine. Merci à Lorraine de vous avoir raconté cette petite expérience qu’elle a vécue, les conséquences et à vous aussi de si bien les rapporter avec talent !

  4. Jacky Martino

    Merci Baptiste. Lorraine est une belle personne. Je ne la connaissais pas, vous m’avez donné envie de me plonger dans ses oeuvres.

  5. AnneduSud

    Très beau billet. Je découvre cet auteur et en suis ravie. C’est par toi que j’avais découvert Agnès Ledig donc j’ai toute confiance. Merci 🙂

  6. COLIN-DUC

    Bravo pour tous ces merveilleux partages, c’est un réel plaisir de vous lire. Vous avez une très belle plume …. alors continuez à nous partager vos moments de Vie ! Merci

  7. Emmanuelle

    J’en ai des frissons… et de savoir que son confrère la connaissait suffisamment pour savoir ce qui déclencherait une prise de conscience…

  8. 40

    Incroyable la vie… Je souhaite à cette dame si étonnante une carrière avec Marguerite auprès d’elle quand elle écrit et aussi plein de sigisbées quand elle fait autre chose, comme Marguerite.

  9. MAG

    Je crois qu’il y a des intuitions dont on n’a pas conscience. Peut-être que cela a été le cas pour le confrère de Lorraine Fouchet.
    Je crois également que tôt ou tard, voire même très tard, on se rencontre avec soi-même.

  10. josecile

    Belle histoire et magnifique rencontre.
    Lorraine Fouchet compte parmi les auteurs que j’aime particulièrement, tant ses livres sont de vraies petites pépites qui font du bien à l’âme.

  11. DameMoi

    Merci Baptiste pour ces confidences partagées, si joliment contés
    L’espace d’un instant, j’étais avec vous deux dans ce train qui part au loin et où, temps suspendu, la parole et la mémoire se libèrent
    Belle histoire aussi que celle d’un mort qui guide vers un métier et celle d’une autre mort qui l’en délivre pour la guider vers son autre vie
    Merci

  12. Lili

    Oui c’est vraiment bien la rencontre avec soi-même, la vraie celle qui te guide vers tes priorités de vie et tes valeurs. L’équilibre n’est pas toujours facile à trouver. Le principal c’est d’être en accord avec toi même pour faire de ton bref passage un plus pour la planète. Se retrouver face à la mort amène des questions qui malheureusement sont taboues dans notre système où on cache les personnes âgées, on ne veille plus les morts. Pas facile pour les jeunes de s’y retrouver !

  13. Cath

    Finalement, en suivant le voeu de son père, elle a pu faire cette rencontre et choisir sa voie.
    Parce que ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir cette possibilité de choisir, ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir les capacités intellectuelles pour suivre l’une ou l’autre voie. Il y a aussi des prof de médecine qui ont choisi entre médecine et carrière de pianiste après un premier prix de conservatoire. 🙂
    Je suis admirative, et pourquoi ne pas l’avouer, un petit peu jalouse de ces dons. Mais les maths et les sciences n’ont jamais été à ma portée, alors je suis à ma place, à vous lire avec plaisir et délectation. Le monde ne s’en porte pas plus mal. 😉

  14. J'étais infirme hier

    Il est d’autant plus drôle… qu’il n’y a pas de hasard… que la date de naissance de Marguerite Duras est le 4/4/1914 Et aujourd’hui au jour de ce billet … elle aurait 103 ans !!! Merci pour cette histoire et toutes celles à venir
    Caroline

    1. Baptiste Beaulieu

      COÏNCIDENCE INCROYABLE.

      Marguerite Duras est née le 4 avril 1914.
      Elle aurait eu 103 ans hier.

      Ce qui est étrange c’est que je l’ignorais totalement !!!
      J’ai posté hier alors que d’habitude je poste le jeudi. Je ne sais même pas pourquoi j’ai posté un mardi. J’avais l’impression toute la journée qu’il y avait une urgence à le faire.
      Vraiment étrange tout cela.

      1. Marie Noelle

        Faites gaffe Baptiste..! Vous allez finir par croire le marabout..
        Pour vous remettre les pieds sur terre je vous dirai que vous avez 3 ans de retard ! 🙂

      2. Miette au passage

        La vie chuchote bien des secrets à l’oreille de ceux qui savent les écouter…il y a encore quelques temps j’aurais été incapable en sincérité de commenter ainsi : » non il n’y a j’en ai l’intime conviction ni hasard dans les rencontres ni absence de sens dans les synchonicités. Vie, mort et au coeur la transmission cyclique, lente, patiente, bienveillante de biens des mystères dont ceux qui réparent l’humanité quand elle en a tant besoin. Gratitude et profond respect M. Baptiste Beaulieu, il fait bon penser en liberté avec vous à nos côtés …

  15. Martingoule

    Sans fakre exprès nous pesons sur nos enfants.
    C’est compliqué d’avoir des enfants différents de nous mais j’ai une amie Princesse de l’argentine qui m’a écrit y’a pas longtemps en ce qui concerne nos enfants.
    Je la cite à peu près.

    1. Cyril

      Providentiel, de tomber sur ces paroles de Lorraine, quand on commence à désespérer d’être à côté de sa vie. C’est un endroit âpre et doux à la fois, ce blog. Où se chuchotent des choses essentielles. Merci, Baptiste

  16. nathalie

    Merci Baptiste pour toute cette HUMANITE que je trouve et lis régulièrement sur votre blog (ainsi que dans vos livres bien sûr) ; cela me réconcilie avec un peu avec le Monde ….

  17. BenjAga

    Connaissant déjà l’histoire elle n’en est que plus belle à travers vos mots. La ballade de l’enfant et Les couleurs de la vie, un partage de couleur bien agréable.

  18. Popcorn & Gibberish

    Punaise Baptiste, à chaque fois, vous me mettez les larmes aux yeux. J’ai découvert Lorraine Fouchet avec Entre Ciel et Lou que j’ai trouvé magnifique et son nouveau roman est dans ma bibliothèque. Vous êtes deux très beaux auteurs !

  19. Faruda Grid

    Merci, c ‘est beau et très émouvant
    Vive la vie et aussi vive le rêve dans les romans, dans les films, la musique, la danse, la poésie…sans fin…

  20. Marie la mère

    Quelle belle rencontre, et quelle belle narration ! Encore une fois, merci Baptiste.
    Peut-être est-ce un signe du destin cette rencontre ? A réfléchir et à creuser, c’est peut être pour toi le moment de choisir ton avenir ?
    Belle journée à tous ! 🙂

  21. Marguerite, pas la fleur, l'autre

    Merci pour ce beau texte et pour tous les autres !
    Merci aussi pour « la balade de l’enfant gris » que je viens de finir et dont je ne suis pas encore totalement sortie.

  22. Lise

    J’ai eu la chair de poule en lisant ce témoignage de Lorraine, et encore plus en découvrant cette étonnante « coïncidence » … 😉

    J’essaie souvent d’expliquer à mes enfants qu’il est primordial, dans une vie, de découvrir qui nous sommes vraiment, et qu’il faut suivre cette petite voix qui parfois, nous souffle des idées essentielles à notre bien-être au creux de l’oreille …

    Le magnifique visage de Lorraine me donne en tout cas très envie de découvrir son œuvre, ce à quoi je vais désormais essayer de m’appliquer (17 romans, j’ai du boulot !!! 😉 )

    Lise.

  23. Darlinguette

    Eh oui, il y a une vie hors de la médecine , écrivain c’est aussi une belle façon d’aider et de  » soigner  » avec des mots; les mots nous font voyager, nous permettent d’oublier nos difficultés à vivre, ce sont des amis fidèles , ils sont là, sans prise de RV, sans ordonnance …

  24. Anne Goscinny

    Merveilleuse Lorraine… J’ai adoré « les couleurs de la vie ». J’ai terminé le livre mais je continue à vivre avec les personnages… Un vrai beau moment de lecture et de bienveillance…

    1. Baptiste Beaulieu

      Bonjour
      Désolé pour ma question mais : êtes-vous la Anne Goscinny des chansons de Serge Reggiani ?
      Si oui, je vous adore.
      Sinon, je vous aime aussi. J’aime tout le monde (mais particulièrement les auteurEs de chansons de Reggiani !)

  25. Marie-Kikou

    Ton plus beau texte pour moi Bibi. Il résonne très fort d’amour, il résonne très fort dans ma vie. Bibi tu es bien vivant pour moi

  26. marie

    Je lis relis rerelis « le chuchotement de la liberté  » qui devrait tous nous exalter, quel bonheur quand on est conscient de sa réalité. Marguerite a transmis a Lorraine et Lorraine partage comme tous les ecrivains quel bonheur de lire aussi . « Chaque vie est un roman  » que tu nous a dit un jour , c’est chouette !ma retraite sera literaire ou ne sera pas ,mon heritage une bibliothèque ou mes descendants puisseront le chuchotemment de la liberté je baliserai leur chemin en partant de Kerouac Pagnol Barjavel Sweig lLaforgue Smith P giono Nothomb Fontaine B d’ haïkus en romans Beaulieu evidemment et Saint Ex et les fiorettis et le livre des morts et les cerfs volants de Kaboul et l’amant et donc bientot les livres de Lorraine que les livres soient votre médecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *