La dissection romantique.

Alors voilà Mr. Y., 86 ans, qui vient pour une douleur thoracique. Bon examen, bonne échographie, bon diagnostic, mauvais pronostic : jamais vu quelqu’un aussi heureux d’apprendre qu’il a une dissection aortique non opérable.

Il sourit. On lui explique « en gros » comment son aorte peut s’ouvrir à tout moment et vider son jus dans l’abdomen et il sourit. Je demande aux infirmières s’il ne serait pas un peu dément. Elles ne savent pas. Il est là, sur son lit, presque content.

Sa fille au téléphone : non Mr. Y. n’est pas fou, oui il a toute sa tête.

Voulez-vous savoir pourquoi il n’a pas l’air abattu ?

Mr. Y., 86 ans, est resté un peu jeune homme : il est amoureux.
64 ans de mariage, sa femme est morte il y a 9 jours.

Et moi, pauvre ingénu qui m’inquiétais pour rien, alors que je viens juste de lui apprendre que son deuil n’allait pas durer trop longtemps.

J’aime bien comment la Mort est parfois tendre avec les vieux amoureux, je veux dire j’aime VRAIMENT comment la Mort est parfois tendre avec les vieux amoureux.

« Beaucoup de gens ne sont jamais jeunes. Quelques personnes ne sont jamais vieilles. »
G. B. Shaw.

Si le blog vous plait, donnez-nous un coup de pouce : partagez sur Facebook ! C’est juste là, au coin en bas à droite de chaque article ! Et rejoignez-nous sur la page FB « Alors Voilà »…

(Visited 44 times, 1 visits today)

7 réflexions au sujet de « La dissection romantique. »

  1. Camille

    J’aime ta façon de raconter tout ces moments qui font la vie des hopitaux. C’est tout simplement beau.
    Etant étudiante infirmière, j’en ai parfois gros sur la patate en rentrant de stage et c’est souvent dur d’en parler avec les équipes, du moins pour moi. Ca fait un bien fou de lire ton blog, c’est triste parfois mais en même temps il y a de ces situations… Juste délirantes ! Bref c’est l’hopital.
    J’ai l’impression de passer par toutes les émotions en te lisant, continue tes récits et péripéties de doc, c’est génial.

  2. béatrice974

    encore des frisons!! C’est grave comme j’aime tes histoires! Rassurant de savoir que parfois mourir, c’est une autre vie qui commence…

  3. marija

    les récits, la manière dont ils sont écrits,…; me donnent l’impression de me recevoir des coup de poings d’humanité (avec tout ce que d’inhumain cela comporte) à chaque fois !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *